Une stratégie supply chain pour concilier sécurisation des filières d'approvisionnement et objectif de neutralité carbone – Conjoncture économique > Supply & Logistique – Decision-achats.fr – Decision-achats

Créer votre compte gratuitement et accéder à tous les contenus de Décision Achats !
En version numérique
Ne rien manquer de vos actualités préférées
En version numérique
Ne rien manquer de vos actualités préférées
En version numérique
Ne rien manquer de vos actualités préférées
En version numérique
Ne rien manquer de vos actualités préférées
En version numérique
Ne rien manquer de vos actualités préférées
Vous avez déjà un compte
Vous n’avez pas encore de compte
Prenez 1 minute pour vous inscrire et boostez votre activité en rejoignant la communauté Decision-achats.fr !
Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles
 
Partagez cet article par email
 
Votre message a bien été envoyé!
Pub
Supply & LogistiqueConjoncture économique

Face aux bouleversements climatiques qui impactent d’ores et déjà les chaines d’approvisionnement mondiales, la problématique revêt un caractère d’urgence inédit. Il devient vital de bâtir une stratégie efficace sur le long terme. Le tout est de savoir si les entreprises possèdent tous les outils pour sa mise en oeuvre.
Aujourd’hui, de nombreux obstacles perturbent la supply-chain au niveau mondial :
Il faut agir vite. L’actuelle pandémie aura au moins eu le mérite de démontrer la faiblesse de notre chaîne d’approvisionnement mondialisée, dont les ruptures ont révélé une dimension systémique insoupçonnée. Début 2020, des pans entiers de l’économie ont été mis à l’arrêt pendant plusieurs semaines à cause de la crise sanitaire.
Depuis, le moindre grain de sable semble suffire à enrayer la machine. Ainsi, le 19 mars dernier, l’incendie de l’usine de Naka, au nord-est de Tokyo, a achevé de perturber le marché mondial des microprocesseurs, notamment ceux destinés à l’automobile. Pas de stock, des flux tendus, la multiplication des fournisseurs et des intervenants, la dépendance aux transports maritimes pour acheminer des produits en provenance du monde entier : il apparaît plus qu’urgent de poser les bases d’un système plus vertueux, certes toujours performant en termes économiques, mais capable cette fois de résister aux imprévus, tout en participant activement à la réalisation des objectifs de défense de l’environnement.
Car les premiers effets du changement climatique, comme en témoignent les récentes inondations dans le centre de la Chine, menacent dès maintenant les grandes régions de production mondiale.
Lire aussi : Approvisionnements : anticiper et prévenir les risques de rupture de la supply chain
D’ores et déjà, de nombreuses entreprises ont saisi à bras-le-corps les contraintes environnementales pour multiplier les initiatives vertueuses : relocalisation, développement de circuits courts, ou encore mise en place d’une économie circulaire.
Cependant, la résilience de la chaîne d’approvisionnement suppose des changements en profondeur et une stratégie globale. On réduit trop souvent la supply chain aux moyens d’entreposage et de transport, alors qu’elle est devenue une fonction stratégique à fort potentiel pour optimiser les flux de marchandises dans les filières, tout en réduisant leurs impacts sur l’environnement.
Selon une étude récente(1), les chaînes d’approvisionnement mondiales représentent 80 % des émissions de carbone de la planète ; les gaz à effet de serre émis par la logistique d’une entreprise étant en moyenne 11 fois plus importants que ceux produits par son activité directe*.
De la fabrication d’un produit, à son stockage et à sa livraison au client, Il devient donc vital de mettre en oeuvre une gestion responsable et durable des ressources, assortie de pratiques socialement responsables.
Lire aussi : « Il faut reconfigurer les chaînes d’approvisionnement qui sont trop étendues » – Yann de Feraudy (France Supply Chain)
Concrètement, il ne s’agit plus seulement d’envisager la neutralité carbone à tel ou tel horizon, mais bien d’élaborer point par point une stratégie sur le long terme. La notion même de supply chain sustainability suppose que les entreprises se dotent des bons outils de calcul et de mesure, afin de visualiser très clairement leur empreinte carbone, conformément aux normes internationales en vigueur.
La démarche est complexe, car il faut compiler de nombreuses données éparpillées dans différents métiers habitués à fonctionner en silo et donc peu enclins à communiquer entre eux. Mais l’information, une fois recueillie, va faciliter les prises de décision, d’autant que trois critères interviennent désormais dans l’optimisation de la chaîne d’approvisionnement : la diminution des coûts et l’amélioration du taux de service, que l’on connaissait déjà, auxquels vient à présent s’ajouter la réduction des émissions de gaz à effet de serre.
Les entreprises, pour peu qu’elles s’engagent dans une démarche de durabilité, vont devoir ajuster en permanence ces trois indicateurs : planifier, faire des simulations puis mettre en oeuvre les bons scénarios et, enfin, apprendre à mieux collaborer à toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement. Autrement dit, élaborer un plan stratégique à la fois tactique et opérationnel.
Pour aller plus loin : Supply chain : une année sous tension
En contribuant à la durabilité de leur chaîne d’approvisionnement, les entreprises n’améliorent pas uniquement leur image de marque mais facilitent du même coup leur accès aux capacités de financement.
En effet, les principaux mécanismes d’épargne pour les particuliers qui alimentent l’activité économique prennent de plus en plus en compte les fameux critères ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) : ces trois piliers de l’analyse extra-financière en matière d’investissement responsable et durable.
Il s’agit là d’une véritable tendance de fond. Pour accéder au financement, chacun sera bientôt tenu de produire une publication chiffrée de sa politique environnementale. Et donc une « simple » communication sur sa politique de développement durable ne suffira plus. On constate dès à présent que les entreprises qui respectent le plus les critères ESG se financent à moindre coût et subissent une plus faible volatilité des cours.
La dynamique durable semble bel et bien enclenchée.
Pour aller plus loin

Brice Faure occupe le poste de Vice-président des Ventes Europe du Sud chez Anaplan, qu’il a rejoint en 2017. Auparavant, Brice a passé 20 ans à des postes de responsable commercial chez des éditeurs spécialistes de la gestion de la performance de l’entreprise.
(1) Etude Carbon Disclosure Project (CDP) en collaboration avec le Boston Consulting Group (BCG), 2022.
Pub
Nous suivre
Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Abonnez-vous
Recevez le magazine directement chez vous,
et en version numérique
8.75 € / mois
Nos événements
Quels enjeux à l’heure du Cloud et du […]
Deux journées de conférences & networking
Le RDV network des décideurs achats revient !
Pub
NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande
L'incertitude pèse sur les chaînes d'approvisionnement
Mieux sécuriser le financement de la supply chain
"Il faut reconfigurer les chaînes d'approvisionnement qui sont trop étendues" – Yann de Feraudy (France Supply Chain)
Guerre en ukraine : les risques de pénuries s'accentuent
Le CDI en au haut du podium
Supply chain : une année sous tension
En version papier
Recevez le magazine directement
chez vous

8.75 € / mois
En version numérique

Ne rien manquer de vos actualités préférées

Suivez-nous:
À propos
Decision-achats.fr et le magazine Décision Achats sont les médias leader en France de l’information B2B et de la communauté professionnelle des acheteurs. Deux outils indispensables pour les pros des achats pour les prestataires de la filière achat.
À propos
Sites du groupe
Services
Fils RSS
Contactez-nous
Abonnement

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire