Une question qui concerne toutes les entreprises – LaDepeche.fr

l’essentiel SEPTUORS 81 – 2022
Prix Développement Durable
L’enthousiasme à toutes épreuves des dirigeants tarnais est une nouvelle fois pointé du doigt à l’occasion de cette nouvelle éditons des Septuors dans les territoires. Rendez-vous devenu incontournable, cette cérémonie révèle chaque année son lot d’entrepreneurs et d’entreprises innovantes qui se développent depuis le département et qui prospère souvent en dehors. Au-delà des crises, l’agilité de ces dirigeants montre les ressources de tout un territoire. Programmée le jeudi 3 novembre à la salle Pratgraussals d’Albi, cette cérémonie des Septuors, à l’initiative du Groupe Dépêche du Midi, tiendra toutes ses promesses, dont la première : mettre en relation les acteurs du territoire.
Les entreprises ont été sélectionnées en partenariat avec la CCI du Tarn selon 7 catégories : Agroalimentaire, Entrepreneurs, Innovation, Développement durable, Industrie, Commerce/Artisanat & Territoires, International, et avec deux Prix Spéciaux CCI 81 et Région Occitanie. Les partenaires qui ont réitéré leur adhésion sont les suivants : la Région Occitanie, la CCI du Tarn, le Conseil Départemental du Tarn, la Mutuelle Prévifrance, le Crédit Agricole Nord Midi-Pyrénées, Saveurs du Tarn, BPI France, et @COM.
Le partenaire :
Frédéric Touraille, Directeur Général Délégué du Groupe Dépêche du Midi
« La prise de conscience individuelle et collective de l’importance du développement durable est une réalité que l’on ne peut plus occulter. Même les entreprises doivent apporter leur pierre à l’édifice et soutenir cette transition. Avec cette nouvelle édition des Septuors en Ariège, le groupe La Dépêche du Midi relaye bien entendu toutes les bonnes initiatives, mais il est décidé à également montrer l’exemple en tant qu’entreprise. Depuis longtemps, nous avons choisi la voie du développement durable avec par exemple le recyclage de tous nos déchets, notamment ceux liés à l’impression du journal : papier, plaque d’aluminium, huile… Nous allons même au-delà en nous inscrivant dans une démarche RSE active autour de 5 axes principaux qui nous tiennent à cœur. Ces axes de développement RSE les voici : assurer l’éthique et la véracité des informations relayées ; placer l’humain avant l’économie avec des embauches, de la formation et de l’accompagnement de salariés ; réduire notre empreinte environnementale (notre 1er bilan carbone est encourageant) ; transmettre les savoirs en Occitanie et notamment aux plus jeunes avec l’éducation aux médias et la méfiance des fakes news ; et proposer des produits commerciaux responsables à nos clients avec des offres, des évènements… Même dans nos achats ou auprès de nos fournisseurs, nous partageons la même exigence. Assurément, nous réussirons tous ensemble à relever ces défis qui nécessitent néanmoins une action individuelle forte. »

Photo : Frédéric TOURAILLE
Photo : Frédéric TOURAILLE DDM – NATHALIE SAINT-AFFRE

Les entreprises nommées :
BRIANE ENVIRONNEMENT, une totale ingénierie environnementale sur diverses activités
« Notre entreprise familiale est née en 1936 avec mon grand-père dans l’Aveyron avant de se diriger vers Albi où nous avons installé une unité de traitement pour retraiter le verre ménagé. Ce calcin obtenu est réemployé directement par la verrerie ouvrière d’Albi à 90% pour refaire des bouteilles » indique d’emblée Sandra Cot, la directrice générale de Briane Environnement. En parallèle, l’entreprise poursuit son activité historique également de recyclage de ferrailles et de métaux, et propose aussi de la gestion globale de déchets en dotant les industriels de bennes ou bacs pour les cartons, les plastiques ou le verre. Symbole de sa polyvalence en matière d’environnement, l’entreprise dispose aussi d’une activité d’abrasif et de filtration de piscine avec du verre industriel broyé en collaboration avec Gaches Chimie pour le remplacement du sable. Employant sur son unique site d’Albi, 42 personnes, Braine Environnement a une portée locale pour l’ensemble de ses activités hormis pour la ferraille en lien avec des fonderies en Espagne. « Pour aller dans le sens d’une vraie démarche environnementale, nous pouvons aussi nous appuyer sur une station de traitement des eaux sur notre site pour le réemploi de l’eau dans le traitement de verres ménagers, et nous sommes en train d’investir pour mieux traiter le verre blanc, une spécificité particulière car il y a une pénurie actuelle en France sur ce produit. Cette démarche correspond à la démarche du groupe Verallia qui souhaite décarboner cette matière » conclut-elle.

SAS BRIANE ENVIRONNEMENT - Sandra COT
SAS BRIANE ENVIRONNEMENT – Sandra COT – Olivier Accart

ATELIER DU BOIS, du bois local pour des conceptions durables
Entreprise d’une quarantaine d’années spécialiste en fabrication d'ouvrages en bois, l’Atelier du Bois s’est orientée il y a près de 20 ans dans l’écoconception pour sortir de sa dépendance aux bois exotiques. Reconnu en ce sens pour ses fenêtres sans bois exotique mais en Douglas, elle a reçu en 2013 le Prix de l’écoconception ou encore le Prix régional de la Construction Bois en 2015. « Nous avons du bois prêt et à maturité sur lequel nous pouvons faire des fenêtres. Cette information est aujourd’hui au cœur de l’actualité et la reconnaissance n’arrive qu’aujourd’hui » reconnait Guy-Pierre Blanc en tant que précurseur.
Composée de 9 collaborateurs et 4 apprentis, l’Atelier du Bois poursuit belle et bien sa route et travaille aussi bien avec les particuliers, que pour des commandes privées et publiques pour de la grosse rénovation. « A travers le développement d’entreprise, nous avons enclenché des démarches RSE, et amorcé une organisation d’entreprise plus efficiente et respectueuse de l’environnement. De grosses études ont été engagées pour faire le bilan carbone de notre entreprise avec des projets de compensation en local comme de la plantation d’arbres et de haies » plait-il à rappeler. « Nous avons aussi réalisé une étude de marché auprès de 2 000 menuisiers pour comprendre le marché de la fenêtre où nous sommes en développement comme celui de l’escalier. Parce que nous souhaitons proposer un produit qui dure dans le temps, nos productions sortent aujourd’hui de nos ateliers avec toutes les finitions souhaitées afin de rendre les maintenances plus aisées » précise encore Guy-Pierre Blanc. « Notre entreprise a été choisie par le projet de l’École Pasteur qui souhaite valoriser les savoir-faire locaux et l’utilisation de matières premières de proximité » indique-t-il en conclusion.

ATELIER DU BOIS Guy-Pierre BLANC
ATELIER DU BOIS Guy-Pierre BLANC

SAPOVAL, l’innovation au service de la gestion des eaux
Fondée il y a 9 ans pour soutenir les activités de transfert de technologie pour traiter en circuit court les déchets gras issus de l’assainissement, l’entreprise albigeoise Sapoval a bien évolué. Si son activité initiale ne représente plus que 30%, c’est qu’elle s’est lancée dans la conception et construction de procédés que l’on installe sur des stations d’épuration urbaine ou industrielle. C’est ce procédé de saponification des déchets gras qui permet de casser les molécules de graisse pour les rendre plus facilement biodégradable et ainsi les valoriser dans le cycle de la station d’épuration. Sapoval accompagne aujourd’hui les industriels sur tout le management du cycle de l’eau (70% de l’activité) et la valorisation de tous les sous-produits issus de l’eau. Employant à présent 19 personnes, l’entreprise a déménagé il y a 2 ans pour répondre à ses 15% de croissance annuelle. « Notre activité va de l’ingénierie (étude, audit et formation) à la conception et réalisation de procédés de traitement et de valorisation des eaux. Sur l’activité graisse, on commence à aller à l‘international (Belgique, Espagne) et sur l’activité ingénierie, notre portée est nationale dans le grand Sud-Ouest » détaille Erwan Trotoux, fondateur et directeur général. « On a aujourd’hui une vraie réflexion sur nos modèles économiques et une volonté d’innovation. L’idée est d’être plus en coopération avec nos clients pour tous aller dans la même direction et générer puis partager plus de valeurs dans le temps » appuie-t-il, indiquant que 20% de ses charges étaient dédiées à la recherche et au développement.

SAPOVAL Erwan TROTOUX
SAPOVAL Erwan TROTOUX

J’ai déjà un compte
Je n’ai pas de compte
Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire