Un restaurant bar tabac pour redynamiser le centre-ville – Aqui!

Montaigut-le-Blanc en Creuse a acquit en janvier dernier les murs du dernier commerce de la commune afin de le rénover. Un restaurant bar tabac épicerie pourra ainsi voir le jour. Outre la redynamisation du centre-ville, ce lieu permettra aux 400 habitants de la commune, aux 6 associations de se rassembler dans cet espace de convivialité et d’échanges.
Convivialité et innovation comme maîtres-mots. Un collectif d’habitants a lancé, durant la pandémie de Covid-19, un projet de tiers-lieu La Grenote dans une ancienne ferme de quatre hectares à Vausseroux. Certains habitants, professionnels de l’écoconstruction et du paysagisme, regroupent leurs compétences afin d’en faire un lieu ouvert d’ateliers partagés et de formation. L’objectif : mettre en exergue les pratiques de la gestion des énergies dans l’habitat et de la permaculture. Ce tiers-lieu se veut aussi un lieu de vie avec l’organisation d’évènements culturels et une possibilité d’hébergement temporaire. Encourageant la création de tiers-lieux, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine subventionne le projet à hauteur de 50 000 euros.
La méthanisation, star des énergies renouvelables. L’EARL La Rouquette est une exploitation, implantée à Guérin (sud de Marmande), dont l’activité principale est l’élevage de vaches laitières fondé sur un système 100 % herbe. Cette entreprise a un projet de méthanisation. Objectifs : maintenir le mode d’élevage 100 % herbager, pérenniser la structure grâce à un revenu complémentaire, limiter l’empreinte carbone tout en valorisant les effluents du troupeau. Les effluents seront 100 % issus des fumiers de l’élevage. Une fois transformé, le biogaz sera valorisé avec des moteurs de cogénération. Enfin, le digestat sera stocké sur une fumière couverte puis répandu sur l’exploitation. L’EARL s’est ainsi vu octroyer une subvention de 70 000 euros.
Accessibilité et modernité, la nouvelle devise du rugby. À La Rochelle, le réaménagement du stade de rugby Marcel Deflandre se poursuit avec la rénovation de la tribune présidentielle. Cette restructuration consiste à améliorer l’accès aux personnes à mobilité réduite, aménager des espaces VIP et enrichir le stade de 700 nouvelles places. La commune rochelaise bénéficie déjà d’une aide de 860 000 euros destinée au centre de formation, au terrain et à la tribune. La Région a cependant décidé d’accorder une subvention complémentaire d’1,1 million d’euros lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. Immuable à celui des autres clubs professionnels de rugby, le montant global s’élève à deux millions d’euros. 
 
La Communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées (Pau) a pour but de diversifier le recyclage des eaux usées traitées par l’usine Lescar. Cette démarche s’inscrit dans un contexte d’adaptation au réchauffement climatique. Dans cette perspective, l’établissement public souhaite étudier de nouveaux processus de réutilisation des eaux usées. La nouvelle technologie envisagée permettrait une qualité d’eau proche de l’eau potable, fondée sur des conditions d’exploitation simplifiées. Répondant pleinement aux ambitions de Néo Terra (feuille de route régionale de la transition environnementale) sur la préservation et l’utilisation modérée des ressources hydriques, la Région soutient ce projet à hauteur de 249 975 euros.
La commune de Gouzon souhaite attirer de jeunes médecins en revitalisant son centre-bourg. Exercer en milieu rural ne séduit pas les jeunes en formation médicale ou médico-sociale. Le milieu rural est souvent considéré comme carencé en matière de commerces, offres en logement, réseau de transports en commun et structures de loisirs et de sport. Pour contrer ce constat, la commune a pris l’initiative de créer une maison des étudiants en santé ainsi que de réhabiliter un pavillon en centre-ville à proximité des commodités et de la maison médicale. Dans cette perspective, la commune de Gouzon s’est vu octroyer une subvention de 30 000 euros dans le cadre de l’appel à projet « Habitat innovant 2022 ».
A Gémozac, Raisonnance est spécialisée dans l’expertise viticole est experte en bio-contrôle, plus particulièrement sur la méthode de la confusion sexuelle qui vient perturber le système hormonal de reproduction des parasites. La société développe aussi une gamme de services notamment sur la bonne utilisation des produits phytosanitaires. C’est dans ce contexte que l’entreprise souhaite proposer à la filière agricole et aux agriculteurs des solutions alternatives aux traitements chimiques au travers de 2 projets : la recherche d’une alternative à l’utilisation de glyphosate pour l’entretien sous le rang de vigne ; la lutte contre le ver de la grappe avec la confusion sexuelle.
1 872 517, 91 euros. C’est le montant de la subvention de fonctionnement allouée au Centre hospitalier de la Côte Basque à Bayonne par la Région dans le cadre de sa compétence sur les formations sanitaires et sociales. La collectivité finance l’équipement et le fonctionnement des écoles et instituts publics de formations dans ce secteur. Cela permet ainsi de préparer les futurs professionnels de l’action sociale et du soin à travailler dans un contexte fort en enjeux de santé et de sécurité sanitaire. La Région finance au total la formation de 16 332 apprenants pour des diplômes de différents degrés : du CAP (niveau 3) au Master (niveau 7).
« Living large » au coeur de l’innovation. La Région a accordé une aide de 106 500 euros à Novanima pour le film d’animation « Living large » (« Vivre gros ») dans le cadre de l’appel à projets « Innovation Long Métrage ». Synopsis : « Ben, treize ans, adore cuisiner et manger. Lors de la rentrée scolaire, il se rend compte que ses camarades ont grandi alors que lui est resté gros. Les filles de sa classe sont jolies, surtout Claire. Comment faire pour lui plaire ? » Créée en 2006 et implantée à Castels et Bézenac, Novanima est une société de production audiovisuelle et cinématographique. Déjà plusieurs longs-métrages à son actif, dont le documentaire « Raymond Aubrac », le magazine culturel « In-Flux » et « Saïgon sur Marne ».
Déjà dans le futur. Futuroscope Maintenance et Développement (FMD), entreprise de spectacle assurant la maintenance d’attractions depuis Jaunay-Marigny (nord de Poitiers), a un projet de transformation numérique. FMD propose, de façon générale, des solutions audiovisuelles globales dans le domaine des loisirs et soumet son expertise en matière d’exploitation, de production et de projection d’images immersives, basées sur la réalité virtuelle. Elle est notamment aux commandes de la régie de deux spectacles au sein du Futuroscope : « La forge aux étoiles » et « Les mystères du Kube ». Son projet de modernisation consiste à diriger à distance toutes les attractions en vue d’anticiper leur maintenance et permettre une efficience optimum.
À bas les résidus de pesticides. En Gironde, et plus précisément à Pessac, le projet « Pest Off » a pour but de mettre en lumière toutes les alternatives existantes au chai et à la vigne en vue de l’objectif « Zéro résidu de pesticide ». Ce projet met à l’étude des procédés d’élimination de résidus, visant ainsi à maîtriser les résidus de pesticides sur toute la chaîne de production du vin. L’Association pour le développement de l’enseignement et des recherches auprès des centres de recherche, des entreprises d’Aquitaine et des universités (Adera) assure la gestion et le reversement des fonds aux partenaires impliqués. Dans ce cadre l’ADERA a obtenu une subvention de 578 670 € lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine.
Un jeune agriculteur s’apprête à intégrer l’entreprise Ferme de Laouga. Localisée à Miramont-Sensacq, cette ferme s’étend sur 85 hectares de surface agricole utile, complétée par un atelier avicole sous label rouge et un atelier bovin allaitant. Ce jeune agriculteur intègre l’entreprise avec une idée novatrice en tête : construire une nouvelle stabulation afin d’améliorer le bien-être et les conditions sanitaires des bovins. Le but à terme : bénéficier de la certification IGP Bœuf de Chalosse. Sous signes officiels de qualité, ce projet œuvre en faveur du bien-être animal, de la bio-sécurité et des conditions de travail des éleveurs. La Région concourt au financement du projet à hauteur de 18 000 euros.
Une visite de château comme il n’en existe nulle part ailleurs. L’association « Scènes de Manège », gestionnaire du Château de Pompadour qui abrite les Haras nationaux, souhaite amplifier l’activité touristique autour de celui-ci, et surtout la moderniser pour 2023. La thématique « Cheval » est au cœur de chaque visite, mais il reste possible de proposer d’autres attraits et savoir-faire du territoire. Cela va s’articuler en trois axes distincts : améliorer les conditions d’accueil (création d’un espace pique-nique, réfection des gradins, etc.), créer trois applications numériques permettant une meilleure compréhension de la visite et explorer les écuries emblématiques de l’Orangerie. Un projet soutenu par la Région à hauteur de 40 090 euros. 
Priorité à l’écologie. Ruelle-sur-Touvre, à l’est d’Angoulême, s’engage dans la rénovation et la revalorisation du quartier Villement. Le but : casser l’effet minéral du quartier en le reconnectant à la ville et en le revégétalisant. La commune s’est ainsi vu accorder une subvention lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine (83 440 euros). La rivière emblématique du territoire angoumois, La Touvre, est aussi fortement marquée par les activités commerciales, industrielles et urbanisées. Afin de restaurer les fonctionnalités écologiques de la Touvre ainsi que la libre circulation piscicole de toutes les espèces, la Région a octroyé une subvention au Syndicat du Bassin des Rivières de l’Angoumois : 421 271 euros.
L’Agence de l’Alimentation Nouvelle-Aquitaine lance le 6 décembre une plateforme digitale collaborative à destination des acteurs agricoles et agroalimentaires régionaux. Objectif : répondre aux besoins des filières, producteurs, entreprises du secteur et créer le lien avec les partenaires institutionnels. Concrètement ce « Lab Alimentation » met à disposition gratuitement des outils créés sur-mesure pour ces professionnels : un centre de ressources, un espace “business room” pour faciliter les rencontres entre professionnels et acheteurs, des webinaires en live ou en replay pour s’informer et apprendre et un agenda des salons et manifestations professionnels et grand public à venir avec la possibilité de s’inscrire en ligne.
C’est en partie à Mérinchal en Creuse que la société Vitagermine, se fournit en aliments pour bébé qui seront ensuite commercialisés sous sa marque BaybyBio.  Des produits bio fabriqués par l’entreprise Vitanutrition sur ses deux lignes de fabrication de pots et assiettes pour bébés. Qui visiblement en redemandent.  L’entreprise creusoise porte en effet un projet de modernisation de son outil de production, afin d’augmenter sa capacité de production, tout en limitant la pénibilité des tâches.  Elle vise ainsi l’acquisition de plusieurs équipements : encageur/décageur, compresseur d’air, détecteur de fuites… Les bébés n’ont pas fini de se régaler.
L’appel à candidature « Cap sur l’Agriculture Durable 2022 » s’adresse depuis 2009 à toutes les agricultrices et agriculteurs de Nouvelle-Aquitaine qui ont innové sur leur exploitation pour en améliorer la durabilité. Après une présélection sur dossier, les exploitations retenues reçoivent la visite d’experts pour analyser, sur place, l’initiative proposée selon une grille de lecture prenant en compte les 3 dimensions du développement durable : économique, environnementale et sociale. Les lauréats récompensés lors du Salon de l’Agriculture Nouvelle-Aquitaine, en mai 2023,  recevront une  dotation de 1 500 à 2 000 € selon la qualité de la réalisation. Candidature sur le site www.agridurableaquitaine.com jusqu’au 30 décembre.
Skydrone Innovations en Charente-Maritime, accompagnée par La Rochelle Technopole, construit des drones pour le marché industriel. Depuis peu, l’entreprise s’est inscrite dans l’expérimentation Drone For Life afin de réaliser une étude de faisabilité de transport de poches de sang par drone entre les établissements hospitaliers bordelais. Pour cela, 3 phases sont nécessaires dont la première a déjà été réalisée : l’obtention d’un permis d’exploiter, délivré par la direction Générale de l’Aviation Civile. Elle est actuellement dans la phase 2 qui vise à proposer un prototype certifiable par l’EASA, avec des solutions probantes de sécurité pour réduire et gérer les risques liés aux opérations de livraison rurales ou péri-urbaines.
Créée en 1976, la Fromagerie Petitsigne dans la Vienne a été reprise en 2002 par une de ses salariées suite au départ en retraite du gérant. En 10 ans, elle a quadruplé son chiffre d’affaires et est passé de 2 à 12 salariés. La production de fromages de chèvre et de vache, à partir de lait de 2 exploitations agricoles de proximité, a gardé son savoir-faire artisanal et traditionnel. Face à son succès et afin de poursuivre son développement tout en améliorant les conditions de travail des salariés, la fromagerie va s’installer dans un nouveau bâtiment qui disposera d’installations frigorifiques performantes avec récupération de chaleur notamment. Tradition et innovation!
Aperçu de la protection des renseignements personnels
Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience pendant que vous naviguez sur le site. Parmi ces cookies, les cookies qui sont classés comme nécessaires sont stockés sur votre navigateur car ils sont essentiels pour le fonctionnement des fonctionnalités de base du site. Nous utilisons également des cookies tiers qui nous aident à analyser et à comprendre comment vous utilisez ce site Web. Ces cookies seront stockés dans votre navigateur uniquement avec votre consentement. Vous avez également la possibilité de vous désinscrire de ces cookies. Mais le retrait de certains de ces cookies peut avoir un effet sur votre expérience de navigation.

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire