Un ministère saoudien remporte deux prix de communication aux EAU – Arabnews fr

https://arab.news/5egus
CHARJAH, EAU : Le ministère saoudien des Ressources humaines et du Développement social a remporté deux prix lors de la 9e édition de l’événement « Sharjah Government Communication Awards », aux Émirats arabes unis.
Le ministère a été récompensé pour ses meilleurs systèmes de communication gouvernementale dans le monde arabe et son initiative en faveur de l’autonomisation des femmes dans le monde.
53 candidats ont été présélectionnés dans 19 catégories de prix. Le ministère saoudien a été félicité pour la méthodologie qu’il emploie dans la mise en œuvre de ses projets, pour l’impact et les résultats obtenus, pour l’utilisation efficace de la technologie et des médias en vue d’atteindre le public-cible, ainsi que pour ses visions innovantes et proactives.
Mohammed ben Nasser al-Jasser, ministre adjoint aux services partagés du ministère, a déclaré que l’obtention des prix était due au travail acharné des employés.
Il a également indiqué que le ministère cherchait à créer un système de médias de communication efficace, capable de suivre le rythme des changements rapides qui se produisent dans les secteurs qu’il supervise, tout en répondant à la transformation numérique qui a bouleversé les médias gouvernementaux ces dernières années.
 
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
https://arab.news/5b3q3
KABOUL : Les manifestations de femmes en Afghanistan sont en hausse depuis l’attentat à la bombe meurtrier de la semaine dernière dans un centre éducatif à Kaboul, les militants affirment qu’ils sont encouragés par les manifestations en cours en Iran.
L’explosion du centre éducatif de Kaaj, dans le quartier de Dasht-e-Barchi, à l’ouest de la capitale afghane, visait des adolescents qui s’apprêtaient à passer un examen universitaire.
Au moins 43 personnes ont été tuées et 83 blessées lorsqu’un kamikaze a fait exploser une bambe dans la salle d’examen où se trouvaient environ 500 étudiants. La plupart des victimes étaient des filles de la communauté hazara, qui a souvent été prise pour cible par les militants armés.
Depuis l’attentat du 30 septembre, les activistes sont descendues dans la rue dans tout le pays, se mobilisant dans le but de dénoncer la violence incessante ainsi que les restrictions imposées aux femmes et aux minorités.
Bien que les protestations aient été dissoutes par les autorités talibanes – qui, depuis leur prise de contrôle en août 2021, ont restreint les droits des femmes – des dizaines de manifestants se sont présentés à Kaboul et dans les provinces de Herat, Bamyan, Balkh, Nangarhar et Ghazni au cours des six derniers jours.
Des étudiantes afghanes marchent de l’Université de Herat vers le bureau du gouverneur provincial à Herat lors d’une manifestation le 2 octobre 2022. (Photo, AFP)
«Je suis heureuse que des femmes de différentes régions du pays se joignent à nous pour condamner l’attaque contre les étudiantes Hazara à Kaboul. Je demande aux autres sœurs et frères de faire de même», a déclaré à Arab News Razia Mohseni, 34 ans, militante des droits des femmes à Kaboul.
Elle a indiqué «Les récentes manifestations en Iran sont une source d’inspiration pour nous aussi. Les femmes en Iran et ici souffrent presque des mêmes problèmes. Les femmes de tout le pays et d’ailleurs doivent se donner la main pour faire entendre leur voix. Ensemble, nous gagnerons tous.»
En Iran voisin, les manifestations dans tout le pays, qui ont commencé à la mi-septembre, ont été la plus grande manifestation de dissidence depuis plus de dix ans.
Déclenchées par la mort de Mahsa Amini, 22 ans, décédée alors qu’elle était détenue par police des mœurs iranienne, les manifestations se sont étendues aux 31 provinces de l’Iran, les minorités ethniques et religieuses s’y joignant malgré les réactions violentes des autorités.
Pour les femmes afghanes, les manifestations en Iran sont un «symbole de résistance et de réveil», a déclaré Zarmina Charifi, une activiste de 26 ans originaire de Nangarhar.
Elle a ajouté «Nos sœurs ont été tuées dans une attaque contre le centre éducatif de Kaaj à Kaboul alors qu’elles recevaient leur éducation. Tout en condamnant cette attaque lâche, nous sommes solidaires de nos sœurs. Nous demandons aux autorités de protéger les étudiants et les centres d’éducation.»
Alors que les forces de sécurité dispersent les manifestants, car depuis septembre de l’année dernière, une autorisation du ministère de la Justice est nécessaire afin d’organiser des manifestations en Afghanistan, les femmes disent qu’elles doivent faire entendre leur voix.
«Nous ne pouvons pas rester silencieux sur le meurtre de nos sœurs. Nous voulons être protégées et obtenir nos droits. Nous ne faisons rien de mal en élevant nos voix pour les opprimés», a indiqué à Arab News Hafiza Jami, étudiante de l’université de Herat.
Elle a soutenu «Les femmes en Iran et en Afghanistan devraient pouvoir vivre leur vie sans crainte. C’est le sens de notre manifestation. Dans des moments comme celui-ci, être ensemble nous donne de la force.»
 
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
 
https://arab.news/6azg5
BEYROUTH: Les autorités sanitaires libanaises craignent que le pays ne soit frappé par sa première épidémie de choléra depuis près de trois décennies après la confirmation de deux cas près de la frontière syrienne.
Un homme syrien d’une cinquantaine d’années, qui vit dans un camp de réfugiés et une femme libanaise qui s’occupe de lui ont été confirmés cette semaine comme étant atteints du choléra au Akkar. La situation de l’homme, dont l’infection a été enregistrée le 5 octobre, serait stable à l’hôpital. Ainsi, la situation de la femme qui reste avec sa famille est stable.
Les responsables du ministère de la Santé ont déclaré qu’ils avaient également enregistré plusieurs cas de diarrhée au Akkar qui dispose de services d’assainissement médiocres et dont la population a été gonflée par les réfugiés, mentionnant ainsi que des tests étaient en cours pour vérifier si l’un des malades était atteint du choléra.
Parallèlement, trois à cinq cas quotidiens d’hépatite sont enregistrés parmi les villageois de la région nord de Danniyeh.
La dernière épidémie de choléra au Liban a été enregistrée en 1993 et a causé plusieurs morts. Sa réapparition intervient alors qu’une épidémie sévit en Syrie, avec des milliers de cas le mois dernier.
Firas Abiad, ministre libanais de la Santé par intérim, a révélé qu’il s’attendait à une augmentation des cas à cause de l’épidémie de l’autre côté de la frontière.
Il a toutefois mentionné que les cas étaient «encore limités» et que des médicaments étaient disponibles. Il a souligné que le Liban se coordonnait avec l’Organisation mondiale de la santé, tandis que son ministère examinait les eaux usées et demandait aux hôpitaux de signaler tout patient présentant des symptômes.
Le Dr Abdel Rahman Bizri, député et bactériologiste, a déclaré à Arab News que l’état de faiblesse du Liban le rendait vulnérable à une infection massive.
«L’hépatite et le choléra vont se propager au Liban en raison de l’effondrement des institutions publiques, du manque d’entretien des égouts et des canalisations et des coupures d’électricité et d’eau», a-t-il prévenu.
Bizri a ajouté: «Le patient syrien s’est abstenu de dire comment il a contracté la maladie. Nous ne savons pas s’il était en Syrie de manière illégale et s’il est rentré au Liban. Si c’est le cas, il est facile de contenir la maladie.»
«Mais si la cause est l’eau contaminée, beaucoup d’autres personnes pourraient contracter la maladie, d’autant plus que les institutions de l’État et les municipalités ne remplissent pas leurs fonctions en termes de sécurité de l’eau et d’isolement des eaux usées.»
«Les épidémies d’hépatite et de choléra sont une preuve de l’échec de l’État et nous en payons le prix.»
La menace de la maladie s’ajoute aux problèmes rencontrés par un pays déjà en proie à l’effondrement financier.
Les banques libanaises ont fermé vendredi après une vague sans précédent d’attaques d’épargnants essayant d’accéder à leurs comptes gelés.
Les succursales de banques n’avaient été ouvertes que quelques jours depuis la dernière fermeture il y a deux semaines, en réponse à des personnes armées menaçant les employés afin d’obtenir leur argent.
Les banques ont maintenant menacé de fermer leurs portes indéfiniment et leurs services seront limités aux guichets automatiques. Un système de prise de rendez-vous n’a pas permis de mettre fin aux attaques d’épargnants.
Les Libanais s’inquiètent également de la situation en matière de sécurité, alors que les négociations achoppent sur un accord maritime négocié par les États-Unis avec Israël concernant l’extraction de gaz et de pétrole du champ contesté de Karish.
Israel Hayom, un journal israélien, a rapporté que les autorités se préparaient à commencer les tests «peut-être en début de semaine prochaine».
Le Liban est opposé au forage. Pendant le sermon du vendredi, le cheikh du Conseil de la Choura du Hezbollah, Mohammed Yazbek, a déclaré: «Notre réponse est claire. Le pétrole ne sera pas extrait du champ de Karish avant que les demandes du Liban ne soient satisfaites. Nous ne voulons pas la guerre, mais nous serons prêts si elle est déclenchée.»
La médiation américaine n’a pas pris fin malgré le refus israélien d’examiner les amendements proposés par le Liban à l’accord.
 
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
 
https://arab.news/cvewu
BIRZEIT : Les parents d’un Palestinien de 19 ans qui aurait été abattu par des soldats israéliens affirment qu’ils ont commencé à recevoir des personnes en deuil, bien qu’ils n’aient pas encore reçu de confirmation officielle de la mort de leur fils.
La famille croit que Salama Raafat Charaya’a, originaire de Birzeit, dans le centre de la Cisjordanie, a été tué lorsque le véhicule dans lequel il se trouvait avec deux autres jeunes hommes a été la cible de tirs près du camp de réfugiés de Jalazun, au nord de Ramallah, lundi vers l’aube.
On pense que deux des occupants ont été tués sur place et que le troisième a été blessé. Les corps des victimes et de l’homme blessé ont été emportés par les forces de défense israéliennes, mais celles-ci n’ont pas répondu aux demandes d’identification des autorités palestiniennes.
Nasser Charaya’a, l’oncle de Salama, a révélé que, bien que la famille n’ait pas reçu de confirmation officielle, elle est certaine que l’adolescent avait été tué.
«Nous ne connaissons pas son sort, c’est pourquoi la famille a décidé de recevoir des personnes en deuil pour sa mort», a-t-il déclaré à Arab News.
Par le passé, il a fallu plusieurs mois pour que les corps des Palestiniens tués par les troupes israéliennes soient rendus à leurs familles pour qu’elles puissent les enterrer. Charaya’a a signalé qu’il ne voulait pas que la mère et les sœurs de Salama ne sachent pas ce qui lui était arrivé.
Des centaines de Palestiniens, dont de hauts responsables politiques et sécuritaires, ont adressé leurs condoléances à la famille.
Charaya’a, qui travaillait dans une station de lavage de voitures à Ramallah, est l’un des 113 Palestiniens tués par les forces israeliennes depuis le début de l’année. Ce bilan, le plus élevé depuis cinq ans, a suscité un tollé parmi les défenseurs des droits de l’homme, qui dénoncent le recours excessif à la force par l’armée israélienne.
Le porte-parole de l’Autorité palestinienne, Ibrahim Melhem, a déclaré à Arab News que le nombre élevé de morts était dû au fait que les dirigeants politiques et militaires israéliens ont donné la directive de tirer pour tuer aux troupes sur le terrain.
Le sang des Palestiniens est utilisé comme un outil politique dans le but de gagner les électeurs de droite lors des prochaines élections israéliennes, a-t-il affirmé, ajoutant que des pics de meurtres avaient été enregistrés à l’approche des scrutins précédents.
Melhem a également critiqué la réaction «timide» de la communauté internationale face aux tirs sur les Palestiniens, qui, selon lui, donne le feu vert à Israël de manière à poursuivre sa politique de «tirer pour tuer».
Une source médicale de haut niveau du ministère palestinien de la Santé a déclaré à Arab News que les soldats israéliens «tirent délibérément à balles réelles sur les parties supérieures du corps» afin de s’assurer que la cible est tuée plutôt que blessée.
Il s’agit d’un changement significatif par rapport à ce qui s’était passé dans auparavant, lorsque les soldats israéliens visaient plus souvent les membres inférieurs de leurs cibles afin de les mettre hors d’état de nuire mais pas de les tuer, a indiqué la source.
Il était également courant que l’armée israélienne empêche les ambulances palestiniennes de se rendre auprès des personnes blessées lors de fusillades, ce qui signifiait que les victimes étaient tout simplement laissées se vider de leur sang, a souligné la même source.
Même si une ambulance arrivait à passer, les équipes étaient souvent incapables de sauver les victimes de coups de feu, selon la source.
«S’il s’agit d’une blessure à la tête, il est difficile pour l’équipe d’ambulanciers de sauver cette personne».
Plusieurs organisations de défense des droits de l’homme accusent le bataillon Netzah Yehuda des forces israéliennes qui opère en Cisjordanie, d’être responsable de l’augmentation du nombre de tirs mortels contre des Palestiniens, comme Omar Asa’ad, 78 ans, abattu en janvier dans le village de Jiljlya, au nord de Ramallah.
L’expert militaire israélien Eyal Alima a déclaré à Arab News que, bien que les forces militaires israéliennes aient rejeté les allégations selon lesquelles elles avaient adopté une politique de «tirer pour tuer», le nombre de morts raconte une autre histoire.
«Les forces israéliennes justifient les tirs mortels sur les Palestiniens en disant que lorsque leurs forces en Cisjordanie essuient des tirs, elles se considèrent comme étant sur un champ de bataille plutôt que sur une mission de police.»
«Ils répondent donc en tirant sans aucune restriction», a-t-il affirmé.
Alima a ajouté que ce changement a coïncidé avec le début de l’opération “Waves Breaker” (Brise-vagues) en avril, lorsque les forces israéliennes ont ajouté neuf bataillons à leur force opérationnelle en Cisjordanie.
Cette mesure a été introduite dans le but de réduire le temps nécessaire aux forces israéliennes pour arrêter les Palestiniens recherchés, car la plupart des tentatives se soldent par une longue fusillade, a-t-il déclaré.
Alima a soutenu que bien que plusieurs appels aient été lancés – depuis Washington et même au sein de l’armée israélienne – pour démanteler le bataillon Netzah Yehuda ou le retirer de la Cisjordanie, les forces israéliennes ont refusé de le faire.
 
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
 

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire