Tunisie: Des «jardins suspendus» résistent à la sécheresse – Arabnews fr

https://arab.news/v63bv
DJEBBA: Au moment où la sécheresse met en péril les récoltes en Tunisie, des « jardins suspendus » dans un village à 700 mètres d’altitude dans le nord-est du pays résistent grâce à un système unique inscrit au patrimoine agricole mondial.
Connu surtout pour ses figuiers, Djebba fait partie depuis 2020 des « Systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial (SIPAM) », une appellation gérée par l’Organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) qui l’a décernée à quelque 70 sites dans 22 pays différents depuis 2005.
A Djebba, les agriculteurs ont réussi à façonner le paysage montagneux à leur avantage en intégrant l’agriculture sur les terrasses naturelles ou  construites en pierres sèches. Ces « jardins suspendus » qui bénéficient aussi d’un système d’irrigation efficace satisfont aux besoins alimentaires des communautés locales tout au long de l’année.
Si les jardins de Djebba produisent de nombreux autres fruits et légumes, la figue reste le fruit fétiche du village qui organise depuis 2017 son festival annuel de « Karmous » (figue en dialecte tunisien) pour promouvoir ce produit phare et principale source de revenus pour la majorité des habitants de cette région.
Djebba produit plus de 13 variétés de figues dont celle de « Bouhouli » qui ne pousse que dans cette région et qui est protégée par une Appellation d’origine contrôlée (AOC) depuis 2012.
Richesses naturelles
Les jardins suspendus dans la partie haute de Djebba, sont irrigués par l’eau de cinq sources au sommet de la montagne qui s’écoulent jusqu’aux canaux traditionnels qui traversent les fermes.
Les agriculteurs se répartissent l’eau en ouvrant et en fermant des canaux pendant des heures précises selon un système de partage basé sur la taille de chaque jardin et le nombre de ses arbres.
Pour tirer profit des « richesses naturelles » de sa région, Farida Djebbi, 65 ans, a fondé en 2016 une coopérative regroupant une dizaine de femmes pour valoriser et encourager le retour aux méthodes traditionnelles dans la production de la confiture, des figues séchées et de l’eau distillée de plusieurs plantes et fleurs sauvages.
Mais la région n’est pas totalement à l’abri des aléas climatiques, met en garde le militant local Taoufik Rajhi, 60 ans, qui alerte sur une baisse du niveau d’eau dans les sources ces dernières années, ce qui fait peser « une menace sur le système agricole ».
Si « la zone supérieure proche des sources d’eau » reste à l’abri, les jardins situés en contrebas, où les feuilles de certains arbres sont jaunissantes, risquent de pâtir de la rareté de l’eau, ajoute-t-il.
M. Rajhi estime que la baisse du niveau des sources est principalement dû au « changement climatique et à la mauvaise pluviométrie ».
Maintenir l’équilibre
Mais il pointe aussi à une tendance à privilégier l’agriculture commerciale avec une plantation intensive de figuiers, plus rentables, au détriment d’autres variétés moins consommatrices d’eau.
D’où, selon lui, la nécessité de « maintenir l’équilibre et la diversité » des jardins de Djebba. Selon le FAO, une telle diversité permet en effet une utilisation efficace de l’eau,  maintient la richesse du sol et rend le modèle « résilient ».
Malgré la baisse du niveau de l’eau et son potentiel impact sur leurs cultures, les agriculteurs de Djebba se vantent de la spécificité de leur territoire, qui compte selon la presse pas moins de 25.000 figuiers.
En pleine saison de récolte dans sa ferme, Lotfi Al-Zermani, 52 ans, se félicite ainsi de ce les figues de Djebba soient « très demandées » en Tunisie mais aussi à l’export, grâce au label AOC.
« L’exportation est devenue plus facile et se fait en plus grande quantité, et le prix des figues a augmenté », se réjouit-il.
« La figue n’est pas un simple fruit à Djebba. Nous sommes nés et nous grandissons parmi les figuiers. Nous apprenons à prendre soin d’eux depuis l’enfance », dit Shaïma Rajhi, étudiante de 20 ans, en récoltant le fruit emblématique dans la ferme familiale.
https://arab.news/p8ejb
DJIBOUTI: Sept soldats djiboutiens ont été tués dans l’attaque de leur caserne par un groupe rebelle aux premières heures de vendredi, et six sont portés disparus, a annoncé le ministère de la Défense.
Dans un communiqué, le ministère de la Défense a imputé l’attaque de la base de Garabtisan, dans le nord de ce petit pays de la Corne de l’Afrique, au « FRUD armé » (Front pour la restauration de l’unité et de la démocratie), le décrivant comme un « groupe terroriste ».
Bien que « nos militaires se soient défendus vaillamment, cette attaque aura causé la mort de sept de nos soldats, (fait) 4 blessés ainsi que 6 portés disparus », a-t-il indiqué, en précisant que des recherches étaient en cours pour retrouver les soldats disparus et « neutraliser ces terroristes ».
« Cette bande est bien connue pour ses actes odieux et criminels consistant à terroriser et piller les populations des secteurs éloignés du pays », a affirmé le ministère.
Le FRUD a condamné dans un communiqué cette attaque qui « vise à instaurer un climat de guerre et d’instabilité dans notre pays ».
Recruté parmi la communauté afar du nord de Djibouti, le FRUD a lancé une rébellion contre le gouvernement en 1991, affirmant vouloir défendre les intérêts des Afars contre les Issas, l’autre grande communauté ethnique du pays.
Le groupe s’est ensuite scindé et, bien que le FRUD soit membre de la coalition UMP au pouvoir qui soutient le président Ismaïl Omar Guelleh, la branche armée reste engagée dans la résistance armée.
Situé sur l’une des routes maritimes les plus fréquentées du monde, à l’endroit où la mer Rouge rejoint le golfe d’Aden, Djibouti abrite la seule base militaire américaine en Afrique et la plus grande base militaire française à l’étranger.
La Chine, qui a d’importants intérêts économiques dans la Corne de l’Afrique, a également basé son unique base militaire du continent à Djibouti, où elle possède un port.
https://arab.news/87fyt
DUBAI : Alors que les ménages souffrant d’insécurité alimentaire au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie continuent de payer le prix fort pour une guerre qui fait rage à des milliers de kilomètres de chez eux, des forces qu’aucun gouvernement ni autorité internationale ne peuvent contrôler à eux seuls aggravent le problème.
À la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février et du blocus des ports du sud de la mer Noire qui en a résulté, la montée en flèche des prix des denrées alimentaires a fait craindre une aggravation de la famine et de la malnutrition dans de nombreux pays.
Malgré un apaisement de cette crise à la suite d’un accord quadripartite conclu à Istanbul le 22 juillet, la hausse de l’inflation dans le monde et les perturbations de la chaîne d’approvisionnement mondiale constituent désormais une nouvelle menace.
La Réserve fédérale a revu ses taux d’intérêt à la hausse à la mi-septembre dans le but de faire baisser le taux d’inflation aux États-Unis. Mais ce faisant, la valeur du dollar a grimpé en flèche, ce qui entraîne une hausse des prix des importations de denrées alimentaires et de carburant dans les pays moins riches dont les monnaies sont en chute libre.
Ces nouvelles pressions interviennent à un moment où les prix des denrées alimentaires étaient censés être maîtrisés, en partie grâce à un accord négocié par les Nations unies et la Turquie pour créer un couloir humanitaire maritime sécurisé à partir de trois ports ukrainiens.
Pour mettre en œuvre l’initiative céréalière de la mer Noire, un centre de coordination conjoint a été créé à Istanbul. Il comprend des hauts représentants de la Russie et de l’Ukraine, ainsi que des médiateurs de la Turquie et des Nations unies.
La mise en œuvre de l’accord visant à reprendre les exportations de céréales, de denrées alimentaires, d’engrais et d’autres produits de base en provenance du bassin de la mer Noire – souvent considéré comme le grenier de l’Europe – a été interrompue depuis sa signature en juillet.
Néanmoins, il a contribué à faire baisser les prix des produits de base tels que le pain et l’huile de cuisson dans les pays en développement qui s’étaient retrouvés au bord du défaut de paiement et de la famine.
« Dans le mois qui a suivi le déclenchement du conflit, le prix de la farine de blé a augmenté de 47 % au Liban, de 11 % au Yémen, de 15 % en Libye, de 14 % en Palestine et de 10 % en Syrie », explique à Arab News Abdel Mageed Yahia, directeur-pays du Programme alimentaire mondial aux Émirats arabes unis et représentant pour la région du CCG.
« Les fluctuations des prix à l’échelle mondiale ne réduiront pas immédiatement l’inflation nationale dans les pays confrontés à la combinaison fatale de la dégringolade de la monnaie locale et de l’inflation élevée. Bien qu’il n’existe pas de solution unique à la crise de la sécurité alimentaire dans ces pays et dans le monde entier, l’initiative céréalière de la mer Noire est un développement extrêmement positif et un pas dans la bonne direction ».
Étant donné que l’Ukraine était le cinquième exportateur mondial de blé avant le conflit, le blocus imposé à ses ports coûtait au pays des milliards de dollars en revenus perdus et, en parallèle, faisait grimper les prix alimentaires mondiaux à des niveaux alarmants.
Avant l’invasion, l’Ukraine exportait environ 6 millions de tonnes de nourriture par mois. Ce chiffre était tombé à une moyenne de seulement 1 million de tonnes par mois avant l’entrée en vigueur de l’initiative céréalière de la mer Noire.
Par conséquent, de nombreux pays, tels que ceux du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, qui importent plus de 40 % de leur blé et près de 25 % de leur huile végétale de Russie et d’Ukraine, ont été confrontés à un double choc, sous la forme de pénuries alimentaires aiguës et de flambée des prix.
L’accord sur les céréales, décrit à l’époque par le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres comme « une victoire de la diplomatie », vise à maintenir les exportations alimentaires ukrainiennes à 5 millions de tonnes par mois.
« Il n’y a pas de solution à la crise alimentaire mondiale sans garantir un accès mondial complet aux produits alimentaires de l’Ukraine et aux aliments et engrais russes », a déclaré Antonio Guterres lors d’une visite en Ukraine en août.
L’accord a certainement aidé des millions de personnes qui luttaient contre l’augmentation du coût de la vie, ainsi que les agriculteurs ukrainiens en difficulté. Mais selon les experts, il ne peut, à lui seul, résoudre les problèmes plus larges de la famine et de l’insécurité alimentaire, dont les causes sont beaucoup plus complexes et vont de la sécheresse et du changement climatique à la mauvaise gouvernance et à l’effondrement de l’État.
Plus de deux mois après la signature de l’initiative céréalière, la famine continue de sévir dans les régions du monde les plus touchées par l’insécurité alimentaire, notamment au Yémen et dans certaines parties de l’Afrique de l’Est, où les prix des produits de base restent obstinément élevés, où les opérations de lutte contre la faim sont perturbées et où la sécheresse touche tant les cultures que le bétail.
Les prix des biens importés et des produits de base ont augmenté dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord depuis le début de l’année 2021, en raison d’une demande croissante alors que les économies commençaient à peine à se remettre de la pandémie de COVID-19.
Les prix alimentaires à l’échelle nationale ont augmenté de plus de 15 % dans plus de 50 pays, tandis que l’inflation est à trois chiffres au Liban, au Venezuela, au Soudan et au Zimbabwe.
Selon l’indice des prix de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui mesure les variations mensuelles du coût d’un panier de produits alimentaires de base, les prix ont atteint un niveau record en mars de cette année. Fin avril, le prix international de certaines variétés de blé avait atteint 477 dollars la tonne, soit une augmentation de 53 % par rapport aux chiffres de 2021.
« Cette hausse des prix mondiaux s’est répercutée sur les économies locales, notamment dans les pays tributaires des importations et de l’aide, compromettant l’accès de populations déjà vulnérables à une alimentation abordable », déclare M. Yahia.
Un récent rapport de Deep Knowledge Analytics, intitulé Global Food Security Q2 2022, a révélé que 868 millions de personnes dans 25 pays sont dans « une situation de risque élevé qui menace de se détériorer » sur la base d’une évaluation de leurs systèmes alimentaires et de leur résilience économique.
https://arab.news/pcba4
ALULA : Un trio donne une voix à son art pour mettre la musique, la danse et la poésie à l’honneur lors du festival du bien-être d’AlUla.
Assise sur une plate-forme surélevée, Raghad Fatahadeen récite de la poésie d’une voix apaisante, tandis que Mustafa Fahmi joue de la musique en arrière-plan. À l’avant de la scène, le danseur Bilal Allaf exécute une danse élaborée, exprimant les émotions que la poète tente de transmettre.
Fatahadeen, 27 ans, commente son œuvre : « Ce n’est pas exactement de la poésie. Ce serait plutôt comme une méditation guidée, comme un discours. On ne sait pas ce que c’est, alors on appelle ça de la poésie parlée ».
Allaf a fait la connaissance de Fatahadeen lorsqu’il l’a vue lire sa poésie lors d’une soirée à micro ouvert. Il raconte : « Je ne savais pas ce que Raghad écrivait, ce n’était pas forcément de la poésie mais plutôt de la nature. Je l’ai donc abordée et lui ai demandé s’il y avait un morceau qu’elle aimerait lire pendant que j’improvise. Naturellement, elle s’est d’abord opposée à l’idée. Il a fallu la convaincre, et puis finalement nous nous sommes produits sur scène pour la première fois ».
Ils ont tous deux déclaré que le public était resté complètement silencieux lors de leur première performance. Ils ont d’abord pensé que l’assemblée désapprouvait, mais les applaudissements qui ont suivi ont été suffisamment forts pour les rassurer.
Le duo a ensuite ajouté Mustafa Fahmi au mélange pour offrir une musique de fond à l’expérience multisensorielle.
Allaf a déclaré : « J’avais peut-être six ou sept ans lorsque j’ai commencé à m’intéresser à la danse. J’ai toujours voulu être au cœur d’un endroit et monter un spectacle qui attirerait l’attention des gens ».
Enfant, lorsqu’il a déménagé en Allemagne, il a enfin pu trouver quelque chose dans le monde de l’art qu’il aimait faire.
Il explique qu’il était extrêmement engagé parce qu’il voulait apprendre autant que possible. La danse ne lui venait pas naturellement et il n’avait aucune formation en musique, en danse ou en rythme.
Il y a même eu des moments dans sa vie où il a arrêté de danser, mais il y est toujours revenu. Après près de trois ans de pause, c’est la pandémie de COVID-19 qui l’a encouragé à revenir à son art.
Il s’est replongé dans le monde de la danse, cette fois à son propre rythme, et a commencé à pratiquer régulièrement.
Il raconte : « J’ai essayé de comprendre l’importance de la danse dans ma vie, dans la société, mais aussi de la danse en tant que langage ».
Il a commencé à explorer l’improvisation plutôt que les danses chorégraphiées, et continue de le faire dans ses spectacles actuels.
Il précise : « Avec l’improvisation, j’ai l’impression de pouvoir mieux exprimer mes émotions, je pense que c’est une forme de storytelling à l’état pur. J’ai l’impression que c’est une forme de communication non verbale. En tant qu’interprète, je trouve que c’est une expression très profonde ».
Fatahadeen, poète passionnée, s’est produite lors de nombreuses retraites de bien-être. En parlant de son processus d’écriture, elle dit « avoir reçu » son premier texte.
Elle ajoute : « Je ne me suis pas assise pour l’écrire, ça m’est venu comme ça, et je l’ai écrit aussi vite que possible ». Elle l’a partagé avec son ami Allaf et le duo a alors commencé à construire son art.
Selon elle, le trio a réuni les trois éléments pour offrir quelque chose à tout le monde. Elle a ajouté : « Je pense que réunir toutes ces choses permet de créer une expérience holistique où nous ne nous contentons pas de nous produire mais créons un espace, invitant les gens à atteindre un état où ils se connectent avec nous et reçoivent notre art.
« C’est ainsi que je l’expliquerais, mais les gens perçoivent les choses différemment », déclare Fatahadeen à Arab News.
Leur performance combine trois pièces différentes. La première a été inspirée par l’éducation et les expériences de vie de Fatahadeen, la deuxième par la vie d’Allaf et les luttes qu’il a menées.
La troisième a été décrite comme un résumé de toute une vie, une façon d’exhorter les gens à rester optimistes.
Fatahadeen a déclaré : « Nous arrivons dans cette vie et elle est chaotique. C’est accablant, et nous traversons tout cela. Je voulais simplement exhorter les gens à ne pas s’accrocher à la colère et à la tristesse et à se donner la chance d’apprendre et de grandir ».
Le public se balançait au rythme des paroles pendant la représentation ; certains ont même versé des larmes tant les émotions les ont touchés. Allaf a déclaré qu’avoir ce genre de réaction était très nouveau pour lui, mais que cela venait aussi avec son lot de responsabilité. Il a ajouté : « Je dois prendre en compte les réactions des gens et je dois aussi comprendre ce que l’art et la narration peuvent faire et le pouvoir qu’ils détiennent ».
Fatahadeen avait une vision différente des choses. Elle explique : « Je ne sais pas si c’est l’effet que je fais aux gens ou si c’est l’effet des gens sur eux-mêmes, ce qu’ils se sont offert.
« Je suis simplement une facilitatrice, je ne suis qu’une partie de ce voyage. C’est vraiment magnifique que j’aie pu l’offrir et que quelqu’un l’ait reçu. J’espère qu’ils l’emporteront avec eux et que mes mots les changeront d’une manière ou d’une autre ».

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire