Transport aérien : Camair-Co reprend du service grâce à la suspension du mot d’ordre de grève des contrôleurs aériens – Investir au Cameroun: le portail de l'investissement

(Investir au Cameroun) – « Nous avons le plaisir de vous informer du retour à la normale de notre programme des vols sur l’ensemble de nos destinations, à la suite de la suspension du mot d’ordre de grève des contrôleurs aériens de l’Asecna (Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar) ». C’est la nouvelle diffusée le 24 septembre par la compagnie aérienne nationale du Cameroun, Camair-Co.
Cette annonce intervient après des nouvelles alarmantes enregistrées quelques heures plutôt. En effet, suite à un mot de grève de l’Union des syndicats de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Usycaa) pour la période du 23 au 25 septembre, Camair-Co a signalé des perturbations dans son planning des vols.
« Camair-Co informe son aimable clientèle que, faisant suite à la grève des agents de l’Asecna (contrôleurs aériens) observée dans plusieurs aéroports africains, son programme d’exploitation de ce 23 septembre 2022 a connu de nombreuses perturbations ayant conduit à l’annulation de tous ses vols de ce jour », a déclaré le transporteur. Ce dernier indiquait le lendemain que son programme d’exploitation reste perturbé.
Pourtant, les autorités camerounaises avaient tenté de juguler les effets de cette grève en réquisitionnant des contrôleurs aériens. Mais que nenni ! La section camerounaise des syndicats de l’Asecna révèle plutôt qu’en dépit de la grève « totalement » observée, « des personnes sans qualification ni formation adéquate se sont introduites dans les salles des contrôles de Douala. Ces derniers ont pris la dangereuse initiative de faire décoller des avions mettant ainsi en danger la sécurité des vols et des vies humaines ». En outre, révèle le syndicat, les contrôleurs aériens de Yaoundé-Nsimalen auraient été séquestrés dans la salle de contrôle dont une femme enceinte, et auraient subi un harcèlement psychologique de la hiérarchie locale.
Ce récit a provoqué une réaction la Fédération internationale des contrôleurs aériens (Ifatca) basée au Canada. Elle a publié un communiqué le 23 septembre pour indiquer que, « le remplacement des contrôleurs aériens par des personnes non formées, tout en négligeant d’informer la communauté internationale, est un abus de confiance et sape la crédibilité de la sécurité de cet espace aérien ».
Négociations et compromis 
Ainsi, compte tenu des risques évidents posés par l’indisponibilité de personnel de contrôle qualifié, l’Ifatca estime qu’il existe des préoccupations immédiates pour la sécurité du trafic aérien dans l’espace contrôlé par l’Asecna. Par conséquent, l’Ifatca appelle les parties concernées à désamorcer cette situation le plus rapidement possiblement et à revenir à la table des négociations, de préférence avec un médiateur indépendant.
L’appel à l’accalmie de l’Ifatca semble avoir été entendu. En effet, l’Usycaa a levé son mot d’ordre de grève le 24 septembre en considérant l’implication « personnelle » du Premier ministre ivoirien, Patrick Achi. Ce dernier, apprend-on, a fait la promesse ferme de porter les préoccupations des contrôleurs aériens « au niveau qui convient ». Sans plus de détails.
Aussi, il y a eu une séance de négociation entre le secrétaire général exécutif de l’Usycaa, le ministre des Transports du Sénégal et le directeur général de l’Asecna. « Les conclusions qui en ont résulté, ainsi que l’engagement de certaines autorités des différents pays membres de l’Asecna », indique l’Union, ont amené les grévistes à suspendre leur mot d’ordre pour une durée de dix jours à compter du 24 septembre 2022. Ce qui signifie qu’en cas de non-entente entre les parties, la grève peut reprendre dans dix jours. 
Entre-temps, les syndicalistes réclament toujours : le reclassement catégoriel de tous les contrôleurs aériens ; l’indexation et revalorisation des heures supplémentaires ; la réforme du plan de carrière de la profession ; la revalorisation des heures de nuit ; la prime de licence pour les contrôleurs en formation ; la refonte de l’annexe liée au dialogue social ; la résorption du sous-effectif au sein de la corporation.
S.A.
Le Cameroun devrait quadrupler ses émissions de carbone d’ici 2043, du fait des producteurs de ciment et hydrocarbures
« Rejoindre Yango était une évidence, et je suis heureux d’avoir pris cette décision »
La Beac relève de nouveau deux de ses taux directeurs, pour tenter de juguler l’inflation annoncée à 5,2% à fin 2022
Sécurité sociale : Mekulu Mvondo somme les cadres de la CNPS d’immatriculer leurs employés domestiques
Aéroport de Douala : la douane saisit 55 kg de stupéfiants en partance pour les Philippines
Corridor Douala-Bangui : la construction d’une base logistique pour transporteurs annoncée à la frontière avec la RCA
Camwater : le DG sommé de prendre des « mesures urgentes » pour garantir la qualité de l’eau produite à Akomnyada
Emplois, recettes, PIB, transformation locale : ce que le Cameroun attend de l’interdiction des exportations des grumes
Import-export : le Cameroun réduit le déficit de sa balance commerciale des biens au 1er semestre 2022 (INS)
La BAD veut doper ses financements au secteur privé camerounais, qui n’a capté que 6,3% de ses appuis en 7 ans
Port de Kribi : la capacité du terminal à conteneur devrait tripler d’ici le 1er semestre 2024
Produits cosmétiques : les promoteurs veulent assainir le secteur des substances nocives et des importations illicites
InfographieIAC banques camerounaises
Investir au Cameroun n121:Mai 2022
Les marges de progression du secteur télécom camerounais
Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?
Business in Cameroon n110: April 2022
Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer
Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia
Mobilité urbaine : les premiers véhicules électriques débarquent dans le transport en commun au Cameroun
Arrestation du DG d’Eneo : dans les secrets d’une guerre aux multiples fronts
Couverture sociale du personnel domestique : la CNPS fixe à 7 000 FCFA la cotisation mensuelle à verser par l’employeur
Pénétrante Est de Douala : Mag Sarl remplace Razel, en conflit avec Magil pour des impayés de 17 milliards de FCFA
Le Sud-africain Cogea cherche des sous-traitants pour la construction d’une base logistique au Cameroun
Un financement de 6,7 milliards de FCFA de l’Arabie Saoudite pour la construction de l’hôpital régional de Mbalmayo
Pomme de terre : le Cameroun réhabilite une ferme semencière dans la région de l’Ouest pour doper la production
Impôts : le Cameroun collecte 1 597 milliards de FCFA à fin juillet 2022, soit une hausse de 23% sur un an
La Sosucam lance la dématérialisation des actions détenues par ses propriétaires pour se conformer à la loi
Le Cameroun compte sur la production locale pour réaliser un taux de croissance de 4,6% en 2023
Arab Contractors décroche un contrat de 31 milliards de FCFA pour réhabiliter 72,45 km de route dans le Centre
Contrebande : la douane camerounaise saisit plus de 1 600 téléphones importés à la place des dattes et de la kola
Produits alimentaires, cosmétiques et hygiéniques : Dion Ngute demande à Manaouda d’annuler ses décisions
Arrestation du DG d’Eneo : dans les secrets d’une guerre aux multiples fronts
Fer de Mbalam : le permis d’exploitation attribué à Cameroon Mining Company, une société liée à Bestway Finance
Le Cameroun devrait quadrupler ses émissions de carbone d’ici 2043, du fait des producteurs de ciment et hydrocarbures
« Rejoindre Yango était une évidence, et je suis heureux d’avoir pris cette décision »
La Beac relève de nouveau deux de ses taux directeurs, pour tenter de juguler l’inflation annoncée à 5,2% à fin 2022
Sécurité sociale : Mekulu Mvondo somme les cadres de la CNPS d’immatriculer leurs employés domestiques
Aéroport de Douala : la douane saisit 55 kg de stupéfiants en partance pour les Philippines
Corridor Douala-Bangui : la construction d’une base logistique pour transporteurs annoncée à la frontière avec la RCA
Camwater : le DG sommé de prendre des « mesures urgentes » pour garantir la qualité de l’eau produite à Akomnyada
Emplois, recettes, PIB, transformation locale : ce que le Cameroun attend de l’interdiction des exportations des grumes

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire