Transformation du chanvre : CIDS France vise le national – Aqui!

CIDS France à Marmande (Lot-et-Garonne) est spécialisée dans la transformation du chanvre en huiles sublinguales, e-liquides, thé, boissons et fleurs de chanvre.  Afin de se positionner comme un acteur majeur de la filière au niveau national, l’entreprise va investir dans une ligne d’extraction de chanvre, d’outils d’automatisation de la production et dans divers équipement permettant le développement de nouveaux produits. Ces investissements devraient permettre le recrutement de 25 personnes.
La gare de Saint-Jean-de-Luz – Ciboure va elle aussi avoir son pôle d’échanges multimodal. C’est le souhait du Syndicat des mobilités Pays Basque – Adour (SMPBA). Le projet, qui comprend l’aménagement d’espaces d’intermodalité à proximité de la gare, la réalisation d’une Halle des Mobilités (dont la gare routière), la mise en accessibilité urbaine et ferroviaire de la gare ou encore la réalisation d’une passerelle cyclable, devrait s’échelonner jusqu’en 2027. Une convention de partenariat financier a été conclue en ce sens entre la SMPBA et la Région, en charge des fonds européens FEDER. Un bémol : le programme d’opérations 2023-2027 étant encore en négociation avec la Commission européenne, le pourcentage de la subvention est à confirmer.
Spécialisée dans la fabrication de fromages, la société Fro’Marsac, filiale du groupe Savencia (ex-Bongrain), collecte auprès de 120 producteurs néo-aquitains. Elle a parmi ses recettes phare, celles du Saint-Morêt ou du Tartare. Sur les 3 ans à venir, le groupe envisage un important programme d’investissement afin de moderniser ses installations, de relocaliser à Marsac-sur-l’Isle une partie de la production de fromage frais, et de diversifier sa gamme. Le tout avec en perspectives aussi, l’amélioration de la compétitivité, la sécurisation des environnements et de meilleures conditions de travail pour les salariés. Résultat attendus : une empreinte énergétique du site en baisse de 5 % et la création de 10 emplois.
Le Département des Deux-Sèvres aménage des itinéraires afin d’encourager et de développer les pratiques touristiques cyclables. Actuellement le tracé de la V93 relie Parthenay à Ruffec en Charente en passant par Melle. Une liaison va être créée entre Parthenay et le département de la Vendée pour permettre une circulation confortable des cyclistes. Pour cela, une passerelle va être construite pour franchir la RN149, mais aussi une vélo route depuis Mauléon vers la Vendée notamment. Les travaux ont débuté et s’achèveront en 2026.
A Marmande, Dasyl Prevot est spécialisée dans la création et fabrication d’étiquettes principalement pour les secteurs de l’agroalimentaire, pharmaceutique, industriel, horticole et vinicole. La société souhaite aujourd’hui développer une gamme d’étiquettes destinée aux personnes non-voyantes et mal-voyantes qui apposerait directement le triangle en relief représentant les produits dangereux sur l’étiquette et non plus de façon manuelle. Elle va pour ce faire, tester différents paramètres afin de  développer une technique d’impression et ainsi se positionner sur de nouveaux marchés. Dasyl Prevot sera la seule imprimerie sur le grand sud-ouest à disposer de cette technique d’impression.
Afin d’équiper des salles du Centre de formation des personnels de santé et d’adapter des salles de la formation d’aide-soignante sur le site de Morcenx, le Centre hospitalier de Mont-de-Marsan s’est vu accordé une subvention lors de la dernière commission plénière du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine (191 531 euros). Objectif de ce projet : permettre un déploiement optimal de la formation dans les différentes salles, mais aussi un accueil des promotions complètes, afin de favoriser l’implication, la collaboration et le soutien entre apprenants, et les projets inter-filières.
A Macaye, la société Onetik, créée en 1983, fabrique sous sa marque propre des fromages à pâte pressée non cuite au lait de vache, de brebis, de chèvre et de mélanges de lait dont l’AOP Ossau Iraty. La fromagerie, qui travaille avec plus de 200 producteurs, a été la première à proposer du bleu de brebis : le « Bleu des Basques ». Toujours à la recherche d’amélioration de la qualité gustative de ses produits, l’entreprise souhaite désormais développer une offre de produits fromagers à affinage long. La fromagerie vient d’obtenir une aide régionale de 423 000 € pour l’adaptation de l’équipement agroalimentaire à la réalisation de ce projet qui pourrait permettre la création de 20 emplois.
La réserve naturelle du Bocage des Antonins valorise le patrimoine naturel bocager de grande qualité et permet d’allier agriculture extensive et préservation d’espaces naturels patrimoniaux. Ne disposant pas de bureaux, ni de locaux, une Maison de la Réserve va être créée. Ce projet consiste en la réhabilitation d’un ancien bâtiment de stabulation agricole, situé aux abords du site. Cette réhabilitation conservera les éléments présents du bâtiment comme les charpentes et utilisera des matériaux biosourcés locaux notamment.
Développer une alternative à la castration à vif des porcelets (pratique interdite depuis une loi du 1er janvier 2022), voilà un des programmes d’innovation de la société périgourdine BioAZ, sensible au bien-être des animaux et experte en biotechnologie. Cette innovation de rupture vise à changer les pratiques d’élevage et les rendre plus durables et plus respectueuses de l’animal, de l’homme et de son environnement. Au-delà de la castration à vif, parfois remplacée par l’emploi massif d’antibiotiques et d’antiparasitaires, à terme nocif chez l’animal voire chez l’homme, ce projet d’innovation permettrait aussi, par des solutions d’immunothérapies, de proposer des alternatives à la castration chirurgicale des animaux de compagnie.
Basée à Monteton,  Prunisol a mis au point un procédé pour transformer la prune d’Ente en réalisant notamment des opérations de séchage, de calibrage ou encore de stockage à destination des pruniculteurs. Pour accroître son activité et moderniser son outil de transformation, régulièrement saturé, l’entreprise va s’équiper d’une nouvelle enclayeuse, de fours permettant un process de pasteurisation et d’une ligne de calibrage notamment. Ce développement va permettre de créer 5 emplois.
La Région Nouvelle-Aquitaine a lancé en 2022,  un nouvel appel à projets « Innover contre l’Illettrisme ». Celui-ci vise à expérimenter de nouvelles voies pour favoriser l’accès à la formation aux savoirs de base des personnes les plus fragiles, en situation d’illettrisme.  Après 2 premières éditions, en 2019 et 2020 d’un appel à projets baptisé « Illettrisme et Illectronisme », 40 projets ont été retenus cette année à travers la région. Pour exemple, à Mourenx, le Centre social Lo Solan en Béarn, propose un parrainage des personnes en situation d’illettrisme par la constitution d’un groupe de bénévoles formé et coordonné par un référent Illettrisme… Objectif pour ce seul projet : 50 personnes accompagnées.
A Fumel (47), l’entreprise MA.2I est spécialisée dans la conception et la fabrication de machines spéciales et la maintenance d’équipements industriels pour les secteurs de l’agroalimentaire, du bois mais aussi de la santé. Afin de poursuivre son développement, l’entreprise va créer ses produits propres notamment pour le secteur agroalimentaire qui est en forte demande d’automatisation. Pour cela, elle va développer un robot de manutention des chariots de cuisson. Ce projet d’innovation va permettre la création de 4 emplois.
320 800 euros : c’est la hauteur à laquelle la Région va accompagner l’organisme de formation continue No School, situé à Mérignac, qui souhaite acquérir des équipements.
Spécialisé dans les métiers de l’immobilier, de l’assurance, de la banque et des ressources humaines, l’organisme fait partie des partenaires historiques de la Région Nouvelle-Aquitaine pour l’apprentissage
Le Conservatoire du littoral est propriétaire de la réserve naturelle des Marais d’Orx, située dans le sud des Landes. Elle est composée de quatre marais : marais central, marais-barrage, marais Burret et marais nord. Ce denier, un ouvrage essentiel au fonctionnement hydraulique doit être réhabilité et permettra une circulation plus performante des populations aquatiques. Pour ce faire, les pompes vont être remplacées, plus économes en énergie, mais aussi réduisant le taux de mortalité de l’anguille de 100 % à 3 %.
A Pressac dans la Vienne, Cyclair propose du désherbage mécanique en ne faisant appel à aucun intrant de synthèse. La société développe, industrialise et commercialise cet éco-système robotique, autonome et intelligent. Elle veut aujourd’hui développer un éco-système robotisé composé de rovers, drones et stations de recharge en énergie tant dans la navigation et la détection des plantes adventices que dans le choix des parcelles à traiter, en optimisant le parcours d’interventions dans de grandes surfaces agricoles.
La société OTECH à Puyoo dans les Pyrénées-Atlantiques est le leader européen dans le domaine de l’irrigation, plus particulièrement dans la conception, fabrication et commercialisation de matériel d’irrigation par aspersion. Elle propose également des outils de télégestion pour une irrigation sur mesure ainsi que des produits spécifiques pour une gestion précise des apports d’eau. La société souhaite aujourd’hui développer 2 nouveaux produits connectés avec application qui permettront de commander la quasi-totalité des paramètres de la machine des agriculteurs.
Les trois entreprises accueillies par la technopole métropolitaine, Bordeaux Technoports, sont connues. MolluScan-Eye développe une solution de biosurveillance 24/7/365 qui évalue l’impact des activités humaines et industrielles sur le milieu aquatique, à distance, au travers du bien-être de groupes de mollusques bivalves (huîtres, moules, pétoncles…). De son côté, Netcarbon mesure, améliore et valorise le stockage carbone sur les zones agricoles, urbaines et forestières, en combinant données satellites et intelligence artificielle. Enfin, GECCO collecte les déchets de la restauration pour une unité de transformation biologique des huiles alimentaires et produire du biocarburant.
Grâce à l’appel à projets « EC’EAU », qui favorise l’émergence de projets de réutilisation des eaux non-conventionnelles, deux initiatives ont pu être mises en lumière. A Meymac, les eaux usées vont être réutilisées pour l’arrosage des infrastructures sportives et des espaces verts communaux. A Brive, où les épisodes de sécheresse sont de plus en plus marqués, les eaux usées devraient être réutilisées sous une approche multi-usage dont la création d’un projet d’insertion sociale.
En Charente, l’entreprise Compagnie européenne de Papeterie est spécialisée dans la fabrication et l’impression d’enveloppes et de pochettes. Depuis 5 ans, l’entreprise doit faire face à la chute du marché et a choisi de recentrer ses activités de production et de vente ainsi qu’une recherche de diversification de ses produits. Un projet d’innovation, d’un montant de 576 224 € autour des emballages zéro plastiques, éco-responsables et 100% recyclables et de la fabrication de cintres 100 % papiers recyclés grâce à la réutilisation et la transformation des déchets papiers. La CEPAP sera le seul acteur français à développer une gamme de produits en protection et emballage 100 % respectueuse de l’environnement.
Aperçu de la protection des renseignements personnels
Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience pendant que vous naviguez sur le site. Parmi ces cookies, les cookies qui sont classés comme nécessaires sont stockés sur votre navigateur car ils sont essentiels pour le fonctionnement des fonctionnalités de base du site. Nous utilisons également des cookies tiers qui nous aident à analyser et à comprendre comment vous utilisez ce site Web. Ces cookies seront stockés dans votre navigateur uniquement avec votre consentement. Vous avez également la possibilité de vous désinscrire de ces cookies. Mais le retrait de certains de ces cookies peut avoir un effet sur votre expérience de navigation.

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire