Top 5 des tendances en communication digitale pour 2023 – J'ai un pote dans la com

L’année touche à sa fin, et il est déjà temps de mettre le cap sur 2023. Depuis la crise sanitaire de 2020, le monde de la communication digitale est en ébullition et 2022 n’a pas dérogé à la règle. Les manières de communiquer évoluent très vite et les entreprises doivent plus que jamais s’adapter rapidement pour pouvoir tirer leur épingle du jeu.
Dans cette ère du digital où tout s’accélère, 2022 a confirmé l’efficacité des vidéos courtes, que cela soit sur Instagram, Facebook ou TikTok. Ce dernier est d’ailleurs l’acteur qui a été le plus en vue cette année, bousculant la hiérarchie du marché des réseaux sociaux. Après avoir passé le cap du milliard d’utilisateurs en fin d’année 2021, l’application chinoise continue de s’imposer comme LE réseau social incontournable pour les entreprises en quête de notoriété et d’engagement. 2022 a également vu la tendance des NFT s’essouffler après une année 2021 de tous les records, alors que le Web3 lui semble avoir le vent en poupe… La réalité virtuelle et le metaverse sont eux aussi à la croisée des chemins, à un moment où l’univers virtuel développé et vanté par Mark Zuckerberg peine à convaincre les foules.
Alors, 2023 sera-t-elle une année d’évolution ou de révolution du monde du marketing digital ? On tente de répondre à cette question avec ce top 5 des tendances pour l’année prochaine.
 
TikTok, c’est la plateforme sociale du moment. Plébiscitée par les adolescents au départ, elle a vu sa popularité exploser en 2021, au point de devenir une application incontournable pour toutes les entreprises et les marques qui cherchent à créer de l’engagement en ligne.
Il faut dire que les chiffres parlent d’eux-mêmes : on estime que TikTok devrait atteindre le chiffre impressionnant d’1,8 milliards d’utilisateurs d’ici à la fin de l’année 2022. Autant dire que pour les marques qui vont investir dessus ou continuer de le faire en 2023, c’est un petit eldorado.
Pour les entreprises qui désirent plus spécifiquement faire du direct to consumer et proposer leurs produits directement à leurs clients sans intermédiaire, la plateforme chinoise est même un allié de taille. En permettant de placer des liens pour acheter directement les articles qui apparaissent dans les courtes vidéos, TikTok offre une véritable plateforme d’e-commerce 2.0. À l’image de la fonction Shopping d’Instagram, elle permet d’acheter en quelques clics le bijou, le vêtement ou l’accessoire entrevu dans la vidéo directement sur la boutique de la marque. Diaboliquement efficace !
C’est dans cette logique d’évolution vers le commerce en ligne que TikTok a décidé récemment de déployer sa propre infrastructure logistique, pour maîtriser sa supply chaine de A à Z. Il faut dire que le jeu en vaut la chandelle : on estime que les achats sur internet devraient rapporter 1 200 milliards de dollars d’ici à 2025… En France, les grandes marques du retail ne s’y sont pas trompées et ont toutes investi la plateforme : Casino, Carrefour, Décathlon, Brico Dépôt, DCM Jennyfer, Micromania, Sephora… Outre le D2C, TikTok permet de communiquer de façon ludique et engageante directement auprès de sa cible, tout en entretenant une image jeune et positive de sa marque. Avec tout ça, il y a fort à parier qu’en 2023 TikTok va finir de conquérir le cœur des entreprises et des utilisateurs qui ont résisté à ses sirènes jusqu’ici !
 
Le succès de TikTok n’a pas tardé à inspirer les autres plateformes sociales, qui se sont à leur tour lancées dans ce segment des très courtes vidéos, destinées à être vues, partagées, modifiées, et ce presque à l’infini. Instagram est le premier à s’infiltrer dans la brèche avec les Reels, qui apparaissent en août 2020 : des vidéos courtes en mode portrait, d’une durée qui va jusqu’à 90 secondes, créées par les utilisateurs qui peuvent les habiller de filtres ou d’effets sonores. YouTube suit et sort en juillet 2021 son nouveau format, Shorts. Le principe ? Des vidéos de 15 à 60 secondes en mode portrait, générées par l’utilisateur. Ça vous rappelle quelque chose ?
Qu’il s’agisse d’un TikTok, d’un Shorts ou d’un Reels, la vidéo courte sera sans nul doute le format star de 2023. Il faut dire que ses avantages sont nombreux : les vidéos se créent vite, se partagent plus rapidement encore et sont surtout très addictives. Instagram l’a bien compris et fait tout pour valoriser ce format : depuis juillet 2022, chaque vidéo postée sur le réseau social devient obligatoirement un Reels.
Caroline Soler, Responsable Communication chez iSCOD, témoigne : « Quand on veut être impactant, il est important de parler le même langage que son audience et de le faire via ses médias et formats de prédilection. Nous en faisons l’expérience au quotidien chez iSCOD en nous adressant avec un jeune public d’alternants. Ils ne pardonnent rien, et voient directement quand on ne maîtrise pas leurs codes… Il faut donc toujours rester à l’affût des nouvelles tendances et se renouveler pour être pertinent ! Aujourd’hui les Reels ont la part belle dans notre stratégie, mais nous sommes conscients que nous devrons réinventer notre communication demain ! »
À une époque où tout va très vite et où on consomme l’information principalement depuis son smartphone, son format portrait et sa longueur réduite permettent de créer un contenu aussi dynamique qu’attractif. De plus, leur forte croissance encourage les plateformes à les mettre en avant le plus possible, ce qui est un atout de plus pour ce format qui sera définitivement incontournable en 2023.
 
Oubliez le cold calling et les appels auxquels les prospects ne décrochent jamais. En 2023, la prospection est digitale et porte un nom : le social selling ! Il s’agit, comme son nom l’indique, d’une stratégie qui vise à vendre de façon « sociale », en mettant les réseaux sociaux au service de la prospection commerciale d’une entreprise. Le but est d’influer sur le pré-achat en interagissant avec ses prospects sur les plateformes sociales afin de maximiser ses chances de les convertir en clients.
Cette pratique du social selling présente de nombreux avantages vis-à-vis d’une prospection classique. Elle permet tout d’abord de construire une image de marque forte, en communiquant sur ses valeurs, ses engagements. Grâce à cette approche plus humaine, une relation de confiance naît entre la marque et sa communauté, et les freins d’une prospection plus classique et intrusive disparaissent.
Les médias sociaux offrent également un autre bénéfice de taille pour la prospection : la possibilité de converser directement avec sa communauté et sa clientèle, et donc de percevoir de précieux insights sur ses attentes, ses questions, ses freins, etc. En créant du contenu divertissant, informatif ou vendeur, l’entreprise qui utilise le social selling crée une véritable proximité avec son audience et peut espérer la convertir en de très bons résultats en termes de ventes. Il ne s’agit plus simplement de vendre un produit, mais de raconter toute l’histoire qu’il y a derrière.
« Que ce soit en B2C ou en B2B, les entreprises doivent sans cesse renouveler leurs techniques de vente pour rester performantes. C’est d’autant plus vrai quand on est dans un milieu tel que la formation, où l’on commercialise un produit bien plus complexe à appréhender qu’un FCG (Fast Consuming Good). Le social selling peut ainsi se révéler être un outil puissant pour renseigner au mieux nos audiences et établir une relation de confiance et de proximité, mutuellement bénéfique », complète David Izoard, Directeur des Relations Entreprises chez iSCOD.
Pour aller encore plus loin, les marques peuvent également co-créer du contenu avec des influenceurs, soigneusement sélectionnés pour leur pertinence vis-à-vis des valeurs de la marque et de l’audience visée. Une manière d’humaniser encore plus la marque, en l’incarnant à travers un ambassadeur qui est perçu comme un relais de confiance auprès de sa communauté.
Ajoutez à cela le développement de fonctionnalités de ventes directes sur chacune des plateformes phares qui viennent faciliter la conversion, et vous aurez compris que le social selling est la stratégie indispensable en 2023 pour toute entreprise qui cherche à gagner en notoriété, améliorer ses ventes ou renforcer son image de marque.
 
Le SXO, quèsaco ? Acronyme de Search eXperience Optimization, le SXO consiste à intégrer les enjeux de l’UX (User eXperience) à la stratégie SEO (Search Engine Optimization). Pour être plus clair, cela consiste à davantage prendre en compte l’expérience utilisateur dans les démarches d’optimisation de référencement du site pour les moteurs de recherche.
Les pratiques de SEO ont fortement évolué ces dernières années, s’adaptant constamment aux changements d’algorithmes des moteurs de recherche, Google en tête. Si au départ il suffisait de matraquer le mot-clé cible pour monter dans les résultats de recherche, c’est aujourd’hui l’intérêt de l’internaute qui est pris en compte par l’IA, et ce de plus en plus finement. Le développement du SXO s’inscrit dans cette tendance, en cherchant à faciliter la vie de l’utilisateur le plus possible afin d’améliorer le taux de conversion.
Le but est donc de rendre la visite de son site internet le plus agréable possible pour l’utilisateur, et cela passe d’abord par différentes optimisations techniques : diminuer le temps de chargement des pages pour réduire toute frustration ; mettre en place un site responsive pour qu’il soit facilement accessible et lisible depuis n’importe quel terminal ; proposer un site https sécurisé pour rassurer et mettre en confiance, etc. En résumé : la navigation sur le site doit être pensée pour être rassurante, fluide et intuitive.
Au-delà des considérations techniques, la qualité de l’information fournie est également prise en compte : hors de question de perdre un prospect parce qu’il ne trouve pas l’information ou le produit qu’il recherche ! Google, qui reste le leader incontesté sur ce marché des moteurs de recherche, est bien conscient de l’importance de l’UX et en a fait l’un des critères de référencement majeur, qui prend de plus en plus d’importance au fil du temps. Si un site se charge rapidement, qu’il est responsive, sécurisé et bien structuré, alors il aura toutes ses chances de figurer en haut des résultats de recherche. En résumé, un bon site en 2023 est un site construit avec un SXO performant !
 
Le metaverse de Mark Zuckerberg a beau peiner à décoller vraiment, il a au moins un avantage : démocratiser l’utilisation de la réalité virtuelle en montrant les possibilités quasi infinies qu’offre ce nouveau monde virtuel.
La réalité virtuelle existe depuis quelques années maintenant, mais ce qui nous intéresse est son application au domaine du marketing, et plus particulièrement à celui du marketing expérientiel. Centré sur l’expérience client, ce dernier permet à l’utilisateur de vivre une expérience unique, et ce même avant l’acte d’achat. L’objectif est simple : marquer les esprits, afin de renforcer la notoriété de l’entreprise qui propose l’expérience, ou encore de favoriser le passage à l’achat.
Et pour cela, la réalité virtuelle ou la réalité augmentée sont deux outils très puissants, qui offrent la possibilité de proposer une immersion totale aux clients. Imaginez : vous voulez changer de paire de lunettes, mais vous n’avez pas le temps de passer chez l’opticien ? Grâce à la réalité augmentée, vous pouvez essayer toutes les paires de chez vous, juste en vous regardant dans l’appareil photo de votre smartphone ou la webcam de votre ordinateur. Résultat, le futur acheteur se projette facilement et est plus enclin à acheter le produit.
La réalité virtuelle permet d’aller encore plus loin dans l’immersion. L’utilisation d’un casque dédié offre une multitude de possibilités : visiter une maison avant de l’acheter, découvrir l’intérieur d’un véhicule, se balader dans une ville virtuelle dédiée à une marque, vivre un saut en parachute comme si vous y étiez… Bref, vivre littéralement une expérience conçue sur-mesure, de ses propres yeux !

La réalité virtuelle n’en est qu’au début de son développement, mais son avenir s’annonce radieux : on estime que le chiffre d’affaires du marché de la réalité virtuelle devrait atteindre 6,71 milliards de dollars d’ici la fin de 2022 et 12,9 milliards de dollars d’ici à 2024.
Le monde du marketing et de la communication digitale est sans cesse en mouvement, et les tendances se suivent à un rythme effréné. Pour ne pas être perdu face à tout cela, le mieux est encore de suivre une formation dans une école spécialisée dans le digital. C’est le cas de l’école iSCOD, qui propose un catalogue de plus de 30 parcours diplômants de niveaux reconnus par l’État allant du niveau Bac+2 à Bac+5, tous accessibles en format 100 % digital learning et 100% en alternance. Bachelor ou Mastère Marketing & Communication, Mastère Management de Projet Digital ou encore MBA Entreprenariat à l’Ere du Digital : vous avez l’embarras du choix pour être incollable sur les dernières tendances en communication digitale !
 
Pour en savoir plus sur l’école iSCOD et ses formations, rendez-vous sur sa page dédiée !

Page école iSCOD

Chaque semaine, le meilleur de la communication et du digital directement dans votre inbox…


Chaque semaine, le meilleur de la communication et du digital directement dans votre inbox…



 

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire