TF1: sa filiale Newen Studio s'offre la société suédoise de production Anagram – Boursorama

Erreur d'authentification
Votre compte a été clôturé.
Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l’adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n’avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.
8 caractères minimum
1 majuscule
1 minuscule
1 chiffre
1 caractère spécial
Différent de votre pseudo
Les deux mots de passe sont identiques
Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre
Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

(AOF) – Le titre TF1 recule de 0,34% à 5,81 euros à la Bourse de Paris. Sa filiale Newen Studio, principal acteur européen de la production et de la distribution audiovisuelle, a annoncé l’acquisition d’Anagram. Fondée en 2002, cette société de production de fictions suédoise compte parmi les plus importantes de Scandinavie. L’opération, au montant non communiqué, permet à Newen Studios, présent dans onze pays, de renforcer sa présence en Europe du Nord.
Newen collabore déjà avec Anagram, en production comme en distribution. La filiale danoise de Newen Studios, Nimbus, a déjà coproduit la série Between Us avec Anagram Norvège. Ammo, l’une des dernières productions d’Anagram, bientôt diffusée sur TV2 Norvège, fait également partie du catalogue de Newen Connect au prochain Mipcom.
 » Nous sommes ravis d’accueillir Anagram, dirigé par Mats Alders et son équipe. C’est une association parfaite pour nous, puisque Anagram et Newen Studios ont déjà tissé des liens forts à travers des coopérations à succès. Anagram va grandement compléter et renforcer notre présence en Scandinavie, une région essentielle pour les fictions et les créations en Europe « , a déclaré Romain Bessi, Directeur général de Newen Studios.
AOF – EN SAVOIR PLUS
Points-clés
– Premier groupe télévisuel français avec 29,9 % de part d’audience chez les 25-49 ans ;
– Cinq chaînes en clair – TF1, TMC, LCI, TFX, TF SERIES FILMS- 4 chaînes thématiques payantes – TV Breizh, Histoire, Ushuaïa et SérieClub – et une plateforme digitale de replay, MYTF1 ;
– Chiffre d’affaires de 2,4 Mds€, réalisé à 89 % en France et réparti en trois secteurs : la publicité sur les chaînes (76 % des revenus), les activités studios et divertissements (17 %) avec Newen et la division « Digital Unify », regroupant les activités menées sous les marques Aufeminin, Doctissimo, Gamned! Marmiton, MylittleParis, Studio71 et Digital Factory ;
– Modèle d’affaires fondé sur 4 forces : capital humain, intellectuel (savoir faire éditorial, commercial et producteur de contenus), financier (fonds propres et trésorerie solides) et physique ;
– Capital verrouillé par Bouygues (43,7 %) et par les salariés (9,1 %) et par l’impossibilité législative d’une OPA, Gilles Pélisson étant président du conseil d’administration de 11 membres ;
– Bilan non endetté avec des capitaux propres de 1,8 Md€ et un excédent net de 275 M€.
Enjeux
– Stratégie en 3 points : renforcement du cœur de métier, croissance dans le streaming, la production via les synergies internes, développement de la Tech Media ;
– Stratégie d’innovation déclinée en amont avec la production de contenus, en aval avec le digital en s’appuyant sur le FabLab TF1 : expansion de la Tech Media dans l’OTT, l’AdTech, l’open innovation et le cloud / soutien aux start-up (+ de 30), avec programme d’accélération (de la création à la distribution) via le fonds One Inno, le Media Lab et 3 hubs d’innovation / focus sur l’authentification de la base de données (23 millions d’utilisateurs) pour une offre ciblée, y compris sur certains foyers, via la précision et la granularité ;
– Stratégie environnementale : pour 2030 : recul de 30 %, vs 2019, des émissions de CO2 via l’coproduction, la sobriété numérique, la mobilité douce et la décarbonation des achats / pour 2025 : recul de 35 % de la consommation électrique de la tour TF1 ;
– Première régie publicitaire en France, avec une expertise pluri-média remarquable et capacité à maintenir sa part de marché.
Défis
– Secteur très réglementé avec limites aux redéploiements et à la croissance externe, incertitudes liées à la montée en puissance de la vidéo à la demande, de la TV connectée et de la montée en puissance des plateformes de streaming ;
– Incertitudes sur la décision finale de l’Autorité de la concurrence au rapprochement des activités télévisuelles avec celles de M6, attendu pour 2023 : synergies attendues de 250 à 350 $M;
– Après le rachat de la participation de France Télévisions dans la plateforme audiovisuelle d’abonnements Salto, détenue avec M6, réussite du projet de streaming ;
– Vigilance sur les coûts dans un contexte de ralentissement de l’économie européenne ;
– Après une hausse de 5 % des revenus et de 17 % du bénéfice net au 30 juin, objectif 2022 : pôle Média : renforcement des audiences avec la Coupe du monde de football fin 2022 / cession des activités Publishers d’ici la fin de l’année / Newen Studios : livraisons importantes au 2ème semestre et nouvelles commandes de la part des plateformes;
– Issue du conflit avec Canal Plus (qui a cessé la diffusion des chaînes du groupe TF1).
Les acteurs français bien positionnés dans la production audiovisuelle
Parmi les acteurs indépendants, le Français Banijay est le leader mondial avec un chiffre d’affaires attendu de 3 milliards d’euros en 2022 sur un marché qui représente 100 milliards de revenus. Mediawan (soutenu par le fonds KKR), dont le chiffre d’affaires s’élève à 1 milliard d’euros, est l’autre principal intervenant français du secteur. Le marché est encore très fragmenté car selon l’Observatoire européen de l’audiovisuel, les vingt premiers groupes de production étaient à l’origine de seulement 38% des titres créés en 2020. Toutefois les experts estiment que le secteur est entré dans une phase de consolidation. Ainsi la cotation en bourse de Banijay vise à lui permettre de mieux participer à ce mouvement.
Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 07/10/2022 à 16:13:00.
Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.
BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).
Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.
Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.
Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.
Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement
Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire