Texte intégral du rapport au 20e Congrès national du Parti communiste chinois – Quotidien du Peuple

Dernière mise à jour à 09h10 le 26/10
Le 20e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) a approuvé le 22 octobre le rapport présenté par Xi Jinping au nom du 19e Comité central du PCC.
Veuillez trouver le texte intégral. 
 
PORTER HAUT LEVÉ LE GRAND DRAPEAU
DU SOCIALISME À LA CHINOISE ET LUTTER ENSEMBLE POUR L’ÉDIFICATION INTÉGRALE D’UN PAYS SOCIALISTE MODERNE
 
— Rapport au XXe Congrès du Parti communiste chinois
(16 octobre 2022)
 
Xi Jinping
 
Camarades,
Au nom du XIXe Comité central, j’ai l’honneur de présenter maintenant le rapport d’activité au XXe Congrès du Parti communiste chinois (PCC).
Le XXe Congrès du Parti communiste chinois est un congrès extrêmement important qui a lieu au moment critique où notre parti et notre peuple multiethnique s’engagent dans la nouvelle marche de l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne et s’acheminent vers la réalisation de l’objectif du deuxième centenaire.
Le présent congrès a pour thème : porter haut levé le grand drapeau du socialisme à la chinoise, appliquer intégralement la pensée sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, faire rayonner le noble esprit fondateur du Parti, faire preuve de confiance en soi et d’une volonté d’autoperfectionnement, savoir innover tout en maintenant les principes fondamentaux, poursuivre énergiquement et résolument notre marche en avant, et conjuguer nos efforts pour faire de la Chine un pays socialiste moderne dans tous les domaines et faire progresser tous azimuts le grand renouveau de la nation chinoise.
Le Parti communiste chinois a déjà derrière lui cent années de lutte. Il est entièrement dévoué à la cause grandiose de la nation chinoise et à la noble cause de la paix et du développement de l’humanité. De lourdes responsabilités pèsent sur lui et de glorieuses missions lui incombent. Tous les membres du Parti sont tenus de rester fidèles à l’engagement initial, de garder constamment à l’esprit leur mission, de rester modestes et prudents, de faire preuve de frugalité et de lutter d’arrache-pied, d’avoir le courage de lutter tout en excellant à le faire, de renforcer leur confiance dans notre histoire et de faire preuve d’une plus grande initiative tout au long de l’histoire, afin d’écrire de magnifiques chapitres du socialisme à la chinoise de la nouvelle ère.
I. NOTRE ACTIVITÉ DURANT LES CINQ DERNIÈRES ANNÉES
ET LES GRANDES TRANSFORMATIONS RÉALISÉES
AU COURS DES DIX ANNÉES DE LA NOUVELLE ÈRE
Les cinq années qui se sont écoulées depuis le XIXe Congrès ont été extraordinaires. Le Comité central du Parti, tenant compte des transformations majeures inédites dans le monde depuis un siècle et de la planification stratégique du grand renouveau de la nation chinoise, a convoqué sept plénums pour adopter une résolution et des décisions au sujet d’une série de questions importantes, dont les modifications constitutionnelles, l’approfondissement de la réforme des organes du Parti et de l’État, le maintien et l’amélioration du régime socialiste à la chinoise, la modernisation du système et de la capacité de gouvernance de l’État, l’élaboration du XIVe Plan quinquennal et des objectifs pour 2035, ainsi que la récapitulation des réalisations majeures des cent années de lutte du Parti et son bilan historique. Il a adopté des dispositions stratégiques pour le développement de la cause du Parti et de l’État, uni et guidé l’ensemble du Parti, de l’armée et du peuple chinois multiethnique pour faire face à la conjoncture internationale difficile et complexe ainsi qu’aux grands risques et défis qui se sont succédé, et fait progresser continuellement le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère dans un esprit dynamique et entreprenant.
Ces cinq dernières années, nous avons renforcé la direction du Parti sur tous les plans ainsi que la direction centralisée et unifiée du Comité central du Parti, travaillé de toutes nos forces à parachever l’édification intégrale de la société de moyenne aisance, appliqué de façon intégrale, précise et globale la nouvelle vision de développement, favorisé énergiquement le développement de qualité, pris l’initiative de créer un nouveau modèle de développement et promu la réforme de manière stable et rapide. Nous avons fait progresser à pas assurés la démocratie populaire intégrale, promu sur toute la ligne la gouvernance de l’État en vertu de la loi, développé activement la culture socialiste avancée, mis l’accent sur la garantie et l’amélioration du bien-être de la population, concentré nos efforts sur la bataille décisive contre la pauvreté et poursuivi énergiquement l’édification de la civilisation écologique. Nous avons préservé fermement la sécurité nationale, prévenu et éliminé les risques majeurs, maintenu la stabilité générale de la société, promu vigoureusement la modernisation de la défense nationale et des forces armées, pratiqué tous azimuts la diplomatie de grand pays à la chinoise, et poursuivi sur toute la ligne la grande et nouvelle œuvre d’édification du Parti. Nous avons solennellement célébré le centenaire de la fondation du Parti communiste chinois et le 70e anniversaire de la République populaire de Chine ; élaboré la troisième résolution historique ; lancé, au sein du Parti, une campagne pour l’étude et l’enseignement de l’histoire du PCC ; fondé le Palais des expositions de l’histoire du PCC ; et appelé tous les membres du Parti à étudier le noble esprit fondateur du Parti tout en le mettant en pratique, à devenir, au cours de notre nouvelle marche en avant, plus fermes et plus actifs dans la poursuite de leur engagement initial et de leur noble mission, et à poursuivre la quête d’un avenir radieux. Face à l’apparition inopinée du COVID-19, nous avons, en accordant toujours la priorité au peuple et à la vie humaine, poursuivi notre travail pour prévenir à la fois l’importation de cas et le rebond de l’épidémie à l’intérieur du pays, maintenu la politique dynamique « zéro COVID », et mené une guerre populaire et globale contre l’épidémie, de sorte que la vie et la santé de notre population ont été protégées au maximum et que la coordination entre la lutte contre l’épidémie et le développement économique et social a obtenu des résultats positifs importants. Concernant les bouleversements à Hong Kong, nous avons exercé efficacement le pouvoir de gouvernance globale sur cette région administrative spéciale en vertu de la Constitution et de la Loi fondamentale, élaboré et appliqué la Loi sur la sauvegarde de la sécurité nationale dans la région administrative spéciale de Hong Kong, et concrétisé le principe d’« administration de Hong Kong par les patriotes », de sorte que la situation à Hong Kong a connu un retournement majeur et que l’ordre y a été rétabli. Nous avons promu en profondeur la construction de la région de la Grande Baie Guangdong-Hong Kong-Macao, et soutenu les efforts de Hong Kong et de Macao pour développer leur économie, améliorer leur bien-être social et maintenir leur stabilité. S’agissant de Taiwan, nous avons mené, sans aucune hésitation, des luttes importantes contre les activités sécessionnistes des partisans de l’« indépendance de Taiwan » et contre les graves provocations des forces étrangères qui se sont immiscées dans les affaires de Taiwan, illustrant notre ferme détermination et notre forte capacité à nous opposer à l’« indépendance de Taiwan » et à défendre la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale. Nous avons ainsi pris l’initiative stratégique de réaliser la réunification totale de la patrie et consolidé le soutien de la communauté internationale au principe d’une seule Chine. Face aux changements brusques de la situation internationale, et surtout aux chantages, au blocus, à la politique d’endiguement et aux pressions extrêmes imposés par l’extérieur, nous avons toujours accordé la priorité aux intérêts nationaux et à la politique intérieure. Maintenant une grande fermeté dans nos stratégies, faisant rayonner notre esprit de lutte et manifestant un rejet résolu de la loi du plus fort, nous avons réussi à défendre la dignité et les intérêts vitaux de l’État en affrontant l’adversité, et gardé fermement l’initiative du développement et de la sécurité de notre pays. Ces cinq dernières années, notre parti a, en unissant autour de lui le peuple chinois et en le guidant, résolu de nombreux problèmes épineux légués par le passé et accompli diverses missions d’importance majeure relatives aux intérêts à long terme, de sorte que la cause du Parti et de l’État a remporté de grands succès qui ont eu un retentissement mondial.
Camarades,
Dix ans se sont écoulés depuis le XVIIIe Congrès. Cette dernière décennie, nous avons connu trois événements qui revêtent à la fois une importance primordiale pour le présent et une immense portée historique à long terme pour la cause du Parti et du peuple chinois : le premier, c’est le centenaire de la fondation du Parti communiste chinois ; le deuxième, c’est l’entrée dans la nouvelle ère du socialisme à la chinoise ; le troisième, c’est l’accomplissement de la tâche historique qui consiste à éradiquer la pauvreté et à réaliser l’objectif du premier centenaire, soit le parachèvement de l’édification intégrale de la société de moyenne aisance. Il s’agit là d’une victoire historique ! Cette victoire, nous la devons au Parti communiste chinois et au peuple chinois qui ont conjugué leurs efforts dans des luttes opiniâtres. Cette victoire, nous l’inscrirons dans les annales de l’histoire du développement de la nation chinoise. Cette victoire, elle exercera une influence profonde sur le monde entier.
Il y a dix ans, nous faisions face à la situation suivante : la réforme, l’ouverture et la modernisation socialiste enregistraient de grands progrès, et la grande et nouvelle œuvre d’édification du Parti obtenait de bons résultats, ce qui a jeté les bases solides, fourni les conditions favorables et offert les garanties importantes nous permettant de poursuivre notre marche en avant. Cependant, des contradictions et des problèmes aigus accumulés depuis longtemps ou survenus pour la première fois à l’époque réclamaient une prompte solution. Force est de constater qu’à l’intérieur du Parti, certains communistes avaient encore une compréhension plutôt nébuleuse du maintien de la direction du Parti et ne l’appliquaient qu’avec mollesse : la direction du Parti était affaiblie, vidée de son contenu et diluée. Certains membres et cadres n’avaient pas de convictions politiques fermes ; certaines autorités locales et administrations voyaient se développer en leur sein, malgré les interdictions, le formalisme, la bureaucratie, l’hédonisme et le goût du luxe ; une mentalité de privilégiés et ses manifestations sévissaient de manière alarmante ; et certains cas de corruption étaient extrêmement choquants. Les contradictions institutionnelles et structurelles de l’économie s’étaient aggravées ; le développement était déséquilibré, non durable, et manquait de coordination ; le modèle de développement que nous connaissions n’était plus soutenable ; des problèmes liés aux systèmes et mécanismes existants se posaient, et la « barrière des intérêts intouchables » était devenue de plus en plus visible. Certaines personnes faisaient peu confiance au régime politique socialiste à la chinoise, et un grand laxisme existait dans l’observation et l’application des lois. Des courants d’idées erronées tels que le culte de l’argent, la recherche du plaisir, l’individualisme extrême et le nihilisme historique étaient récurrents ; et la pagaille régnait sur l’Internet. La manière de penser des Chinois et l’opinion publique s’en étaient ressenties. De nombreuses faiblesses existaient en matière de garantie du bien-être de la population. La raréfaction des ressources naturelles était devenue préoccupante, et la pollution de l’environnement était un problème saillant. Le système destiné à préserver la sécurité nationale était imparfait, notre capacité à faire face aux grands risques restait insuffisante, et des lacunes et défaillances existaient dans la modernisation de la défense nationale et des forces armées. Les systèmes et mécanismes permettant à Hong Kong et à Macao de mettre en œuvre le principe d’« un pays, deux systèmes » n’étaient pas complets. De plus, la sécurité nationale était gravement menacée. À l’époque, beaucoup de gens aussi bien au sein du Parti que dans la société s’étaient énormément inquiétés de l’avenir du Parti et de l’État. Face à ces contradictions et problèmes sérieux qui risquaient de porter atteinte à l’exercice du pouvoir à long terme du Parti, à la sécurité et à la stabilité durables du pays, ainsi qu’au bonheur du peuple chinois, le Comité central du Parti a suivi de près la situation, l’a analysée minutieusement et, faisant preuve d’un esprit d’initiative, a rapidement pris des décisions fermes et surmonté toutes les difficultés. Il a uni et guidé l’ensemble du Parti, de l’armée et du peuple chinois multiethnique, qui ont retroussé leurs manches pour aller de l’avant contre vents et marées, pour s’engager, sans aucune hésitation, dans une grande lutte aux nombreuses caractéristiques historiques nouvelles.
Ces dix dernières années, nous avons, en maintenant le marxisme-léninisme, la pensée de Mao Zedong, la théorie de Deng Xiaoping, la pensée importante de la « Triple Représentation » et le concept de développement scientifique, appliqué intégralement la pensée sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, mis en œuvre la ligne et la stratégie fondamentales du Parti, pris une série de mesures stratégiques, promu des pratiques réformatrices, réalisé des percées décisives et obtenu des résultats emblématiques. Nous avons surmonté des épreuves et relevé des défis d’ordre politique, économique, idéologique et environnemental. La cause du Parti et de l’État a ainsi connu des succès et transformations historiques, ce qui nous a permis de nous engager dans la nouvelle marche vers l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne.
— Nous avons élaboré la pensée sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, affirmé la stratégie fondamentale de maintenir et développer le socialisme à la chinoise, avancé une série de conceptions, pensées et stratégies nouvelles sur la gouvernance de l’État, et fait un nouveau grand pas en avant dans l’actualisation et la sinisation du marxisme. Nous nous sommes servis continuellement de cette nouvelle pensée théorique comme d’une arme spirituelle pour guider notre pratique et faire progresser notre travail, fournissant ainsi un appui fondamental pour le développement de la cause du Parti et de l’État dans la nouvelle ère.
— Nous avons renforcé la direction du Parti sur toute la ligne, et affirmé que la direction du PCC est la marque essentielle du socialisme à la chinoise et le plus grand atout du régime socialiste à la chinoise, que le PCC est la force politique dirigeante suprême, et que le maintien de la direction centralisée et unifiée du Comité central du Parti est le principe politique prééminent à respecter. Nous avons amélioré méthodiquement le système de direction du Parti. Les membres du Parti ont renforcé les « quatre consciences », agi consciencieusement et en parfait accord avec le Comité central tant dans l’action que sur les plans idéologique et politique, élevé sans cesse leur jugement, leur perspicacité et leur capacité d’action politiques, et se sont attachés à préserver l’autorité et la direction centralisée et unifiée du Comité central du PCC et à faire jouer au Parti son rôle central dans la planification générale et la coordination des actions de toutes les parties. Notre parti marxiste, avec ses plus de 96 millions de membres, se trouve ainsi aujourd’hui plus uni et plus solidaire.
— Nous avons élaboré des dispositions stratégiques pertinentes et complètes pour le développement de la cause du Parti et de l’État dans la nouvelle ère, et affirmé notre détermination à réaliser le rêve chinois du grand renouveau national par la modernisation chinoise, ainsi qu’à mener de front la grande lutte, la grande œuvre, la grande cause et le grand rêve. Nous avons mieux défini les dispositions d’ensemble dites « Plan global en cinq axes » et les dispositions stratégiques des « Quatre Intégralités », établi le principe général dit « aller de l’avant à pas assurés », coordonné le développement et la sécurité, souligné que la principale contradiction dans la société chinoise est celle entre les besoins croissants de la population à une vie meilleure et le développement déséquilibré et insuffisant de la Chine, et veillé à faire progresser notre travail dans tous les domaines en nous concentrant sur la résolution de cette contradiction principale. Tous nos efforts ont contribué continuellement à l’enrichissement et au développement d’une nouvelle forme de civilisation humaine.
— Grâce à nos efforts continuels, nous avons réalisé la prospérité moyenne dont la nation chinoise rêvait depuis des siècles, et nous nous trouvons maintenant à un nouveau point de départ historique pour le développement du pays. En poursuivant l’assistance ciblée aux démunis, nous avons mis toutes nos élites à contribution, et remporté la victoire de la bataille décisive contre la pauvreté qui est la plus grande de l’histoire de l’humanité : 832 districts pauvres et près de 100 millions de ruraux démunis sont sortis de la pauvreté, tandis que plus de 9,6 millions de personnes pauvres ont été relogées dans des régions plus prospères. Cette victoire historique a permis d’éradiquer la pauvreté absolue en Chine et d’apporter une contribution majeure à la réduction de la pauvreté dans le monde.
— Nous avons formulé et appliqué une nouvelle vision de développement, cherché à promouvoir un développement de qualité, favorisé l’établissement d’un nouveau modèle de développement, mis en œuvre la réforme structurelle du côté de l’offre, et élaboré une série de grandes stratégies de développement régional d’intérêt général. Notre puissance économique a, de ce fait, connu une croissance historique : le PIB chinois est passé de 54 000 milliards de yuans à 114 000 milliards de yuans, et représente 18,5 % de l’économie mondiale, soit une hausse de 7,2 points de pourcentage, ce qui a permis à la Chine de préserver solidement sa deuxième place au monde ; et le PIB par habitant est passé de 39 800 yuans à 81 000 yuans. Nous occupons la première place mondiale quant au volume global de la production de céréales ; la sécurité alimentaire et énergétique de plus de 1,4 milliard de personnes est effectivement garantie. Le taux d’urbanisation a augmenté de 11,6 points de pourcentage pour se chiffrer à 64,7 %. La valeur ajoutée réalisée par notre industrie manufacturière et le volume des réserves de devises que nous possédons se sont classés tous les deux à la première place du monde. Nous avons construit les plus grands réseaux de trains à grande vitesse et d’autoroutes à l’échelle mondiale et enregistré de grands succès dans la construction de ports et d’aéroports ainsi que dans la construction d’infrastructures dans les domaines hydraulique, énergétique et informatique. Nous avons accéléré nos progrès en matière d’indépendance et de compétences scientifiques. Nos investissements en R-D dans toute la société sont passés de 1 000 milliards à 2 800 milliards de yuans, ce qui a permis à la Chine de maintenir la deuxième position mondiale dans ce domaine, et nous sommes classés à la première place mondiale en ce qui a trait au nombre de chercheurs. Nous avons renforcé continuellement la recherche fondamentale et l’innovation originale, réalisé des percées dans certaines technologies clés et technologies de base, consolidé les industries émergentes d’importance stratégique, et obtenu d’importants résultats dans les domaines tels que le vol spatial habité, l’exploration lunaire et martienne, l’exploration des fonds marins et du sous-sol, le supercalculateur, la navigation par satellite, l’information quantique, la technologie électronucléaire, les nouvelles technologies énergétiques, l’avion gros porteur et la biomédecine. La Chine a ainsi rejoint les rangs des pays les plus innovants.
— Nous avons procédé à l’approfondissement intégral de la réforme en faisant preuve d’un remarquable courage politique, et déclenché la bataille décisive de la réforme. Renforçant la conception du plus haut niveau sur la réforme, nous avons osé « entrer dans une zone d’eaux profondes », nous attaquer aux problèmes les plus épineux, « traverser les bas-fonds dangereux », et faire face aux nouvelles contradictions et aux nouveaux défis rencontrés. Nous avons réussi à nous débarrasser des idées inadéquates et des obstacles liés aux intérêts retranchés, de manière à éliminer avec fermeté les vices des institutions et des mécanismes dans tous les domaines. Des cadres réglementaires ont été instaurés dans chaque sphère d’activité, des changements sans précédent, des refontes systématiques et des restructurations générales ont eu lieu dans de nombreux secteurs, et un nouveau cycle de réformes des organes du Parti et de l’État a été accompli. Le système socialiste à la chinoise est devenu plus mature et plus solide, et le niveau de modernisation du système et de la capacité de gouvernance de l’État a sensiblement progressé.
— Nous avons déployé une stratégie d’ouverture plus active, créé un réseau de zones de libre-échange répondant à des critères élevés et tourné vers le monde entier, accéléré la construction des zones pilotes de libre-échange et du port de libre-échange de Hainan, et fait de l’initiative « Ceinture et Route » un bien commun et une plateforme de coopération internationale appréciés mondialement. La Chine est devenue le principal partenaire commercial de plus de 140 pays et territoires, ce qui lui a permis d’occuper la première place mondiale en ce qui concerne le volume du commerce de marchandises et d’être parmi les premiers pays sur le plan des investissements étrangers et des investissements à l’étranger. Nous avons ainsi poursuivi l’ouverture à une plus grande échelle et de manière plus ample et approfondie.
— Nous avons poursuivi fermement la voie du développement politique socialiste à la chinoise. Dans le cadre du développement général de la démocratie populaire intégrale, nous avons promu sur tous les plans la démocratie socialiste en renforçant les mécanismes, normes et procédures s’y rapportant, et élargi les champs d’application de la démocratie consultative socialiste. Le statut du peuple en tant que maître du pays a été conforté, la démocratie aux échelons de base a été pratiquée avec plus de dynamisme, le front uni patriotique a été consolidé et développé, la solidarité interethnique et le progrès commun des ethnies ont connu de nouvelles avancées, les principes fondamentaux du Parti en matière d’affaires religieuses ont été appliqués tous azimuts, et les droits de l’homme ont été mieux garantis. L’édification d’un État de droit socialiste a été menée en profondeur, la structure de la gouvernance de l’État en vertu de la loi a été mise en place dans son ensemble, la construction de l’ordre légal socialiste à la chinoise a été accélérée, la réforme du système judiciaire a enregistré des progrès notables, et l’équité et la justice sociales ont été garanties de manière plus solide. L’édification d’une Chine fondée sur les lois a ainsi connu de nouveaux succès.
— Nous avons établi et maintenu le système fondamental consistant à prendre le marxisme pour idéologie directrice. Les théories innovantes du Parti dans la nouvelle ère ont été profondément ancrées dans le cœur de notre peuple, les valeurs essentielles socialistes se sont répandues à grande échelle, la magnifique culture traditionnelle chinoise a connu une transformation créative et un développement innovant, la culture chinoise au sens large n’a cessé de prospérer, l’environnement Internet s’est sans cesse amélioré, et des changements globaux et fondamentaux ont eu lieu dans le domaine idéologique en Chine. Nous avons célébré solennellement le 90e anniversaire de la création de l’Armée populaire de Libération, le 40e anniversaire du lancement de la politique de réforme et d’ouverture sur l’extérieur, le 70e anniversaire de la victoire de la guerre de Résistance du peuple chinois contre l’agression japonaise et de la Guerre mondiale antifasciste, ainsi que le 70e anniversaire de l’arrivée en Corée de l’Armée des volontaires du peuple chinois pour résister à l’agression américaine et aider la Corée. Nous avons organisé avec succès les Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de Beijing. La jeunesse est devenue plus dynamique, et l’ensemble de notre parti et de notre peuple multiethnique a accru sa confiance dans notre culture et se trouve dans un état d’esprit plus entreprenant.
— Nous avons suivi inébranlablement le concept de développement centré sur le peuple. Nous avons poursuivi nos efforts afin que les enfants grandissent sainement, que tout le monde ait accès à l’éducation, que tout travail soit rémunéré, que chacun soit couvert par l’assurance maladie et l’assurance vieillesse, que chaque habitant dispose d’un logement décent et que les démunis puissent recevoir une aide, ce qui a permis d’améliorer la vie de notre peuple à tout point de vue. L’espérance de vie moyenne a atteint 78,2 ans. Le revenu disponible par habitant est passé de 16 500 yuans à 35 100 yuans. Plus de 13 millions de nouveaux emplois ont été créés en moyenne par an dans les zones urbaines du pays. La Chine a établi les plus grands systèmes du monde en matière de protection sociale et dans les domaines éducatif, médical et sanitaire : le taux de scolarité a réalisé un bond historique, 1,04 milliard de personnes sont couvertes par l’assurance vieillesse de base, et le taux de couverture de l’assurance maladie de base s’est stabilisé à 95 %. Nous avons réajusté à temps notre politique de natalité. Les conditions de logement des habitants se sont considérablement améliorées grâce à la rénovation de plus de 42 millions d’habitations rudimentaires en ville et de plus de 24 millions de maisons vétustes dans les campagnes. On compte maintenant 1,03 milliard d’usagers de l’Internet. Le sentiment de satisfaction, de bonheur et de sécurité du peuple est mieux assuré, plus grand et plus durable, et de nouveaux progrès ont été remportés dans la promotion de la prospérité commune de la population.
— Nous avons persévéré dans l’idée selon laquelle la nature est la source de toutes les richesses. Nous avons poursuivi la protection intégrale et l’aménagement systématique de l’environnement comprenant les montagnes, les rivières, les forêts, les champs, les lacs, les steppes et les déserts de sable en renforçant la protection des écosystèmes dans tous les domaines, dans tout le pays et à tous les maillons de la production. Nous avons peaufiné le système de civilisation écologique, mené en profondeur la lutte décisive contre la pollution, et fait des progrès substantiels en matière de développement vert, circulaire et bas carbone. La protection de l’environnement de notre pays a connu un changement historique, décisif et global, ce qui nous a permis d’avoir un ciel plus bleu, des montagnes plus vertes et des eaux plus limpides.
— Nous avons appliqué le concept global de sécurité nationale et perfectionné sans cesse le système de direction, les lois, les stratégies et les politiques sur la sécurité nationale. Nous avons préservé avec une volonté inébranlable la souveraineté, la sécurité et les intérêts en matière de développement de l’État, sans céder d’un pouce sur les questions de principe, renforçant ainsi la sécurité nationale sur tous les plans. Le système de gouvernance sociale dit « concertation, synergie et partage » a été optimisé, les forces séparatistes nationalistes, les extrémistes religieux et les terroristes ont été effectivement endigués, les campagnes spéciales contre les bandes mafieuses ont donné de premiers résultats, la réponse aux grandes calamités naturelles a été très énergique, et la construction d’une Chine sûre a atteint un niveau plus élevé.
— Nous avons fixé l’objectif du Parti visant à la montée en puissance de l’armée dans la nouvelle ère, appliqué la pensée du Parti sur le renforcement de l’armée dans la nouvelle ère, suivi la stratégie militaire de la nouvelle ère et maintenu la direction absolue du Parti dans l’armée populaire. Nous avons organisé la conférence de Gutian sur le travail politique au sein de l’armée et mené des campagnes de formation politique dans un esprit de rectification. En nous concentrant sur le critère unique qu’est la capacité de combat, nous avons réorienté résolument la priorité de l’armée vers les préparatifs de guerre et de combat, renforcé de manière coordonnée nos actions militaires dans tous les domaines et sur tous les fronts, et mené des entraînements militaires simulant des guerres réelles. Conduisant en profondeur et avec détermination la réforme de la défense nationale et de l’armée, nous avons reconstitué les institutions de direction et de commandement de l’armée populaire, ainsi que le système de forces militaires modernes et le système de politiques militaires, accéléré la modernisation de la défense nationale et de l’armée, et atteint avec succès notre objectif de démobiliser 300 000 militaires en service actif. L’armée populaire a vu son système, son organisation, sa structure et sa physionomie se renouveler, et son niveau de modernisation ainsi que sa capacité de combat en situation réelle se renforcer considérablement. La voie à la chinoise de renforcement de l’armée s’est élargie chaque jour davantage.
— Nous avons fait progresser de manière intégrale et précise la mise en pratique du principe d’« un pays, deux systèmes », poursuivi les principes dits « un pays, deux systèmes », « administration de Hong Kong par les Hongkongais », « administration de Macao par les Macanais » et le principe consistant à leur accorder un haut degré d’autonomie. Nous avons fait en sorte que l’ordre soit rétabli à Hong Kong et que la région entre dans une nouvelle phase de prospérité. Hong Kong et Macao ont continué à connaître une dynamique positive qui leur a permis d’avoir un développement soutenu et stable. Nous avons avancé une stratégie générale pour résoudre la question de Taiwan dans la nouvelle ère, favorisé les échanges et la coopération entre les deux rives du détroit de Taiwan, marqué résolument notre opposition aux actes sécessionnistes visant à l’« indépendance de Taiwan » et aux ingérences des forces extérieures, et pris l’initiative tout en jouant un rôle décisif dans les relations interriveraines.
— Nous avons fait progresser sur tous les plans la diplomatie de grand pays à la chinoise et œuvré à la construction d’une communauté de destin pour l’humanité. Nous avons préservé fermement l’équité et la justice internationales, et préconisé un véritable multilatéralisme tout en le mettant nous-même en pratique. Nous nous sommes opposés sans équivoque à l’hégémonisme et à la politique du plus fort sous toutes leurs formes, et nous avons lutté inébranlablement contre tous les actes d’unilatéralisme, de protectionnisme et d’intimidation. Nous avons perfectionné les dispositions d’ensemble de la diplomatie, construit activement un réseau de partenariats couvrant le monde entier et œuvré à la construction d’un nouveau type de relations internationales. Nous avons assumé notre rôle de grand pays responsable, participé activement à la réforme et à l’édification du système de gouvernance mondiale, et mené sur tous les fronts la coopération internationale en matière de lutte contre le COVID-19, ce qui nous a valu de grands éloges de la part de la communauté internationale et permis à la Chine de jouir d’une influence accrue, de susciter une adhésion croissante autour de ses initiatives et de jouer un rôle chaque jour plus actif sur la scène internationale.
— Nous avons approfondi l’application intégrale d’une discipline rigoureuse dans les rangs du Parti en gardant toujours à l’esprit le dicton selon lequel « pour faire du bon acier, il faut être bon forgeron ». En commençant par l’élaboration et l’application des « huit recommandations » du Comité central, nous avons formulé et concrétisé les exigences globales de l’édification du Parti dans la nouvelle ère, mené les différentes activités de l’édification du Parti dans le cadre de son édification politique, et associé continuellement l’édification idéologique du Parti à sa gestion institutionnelle. Tout en étant plus stricts concernant la vie politique interne du Parti, nous avons mené constamment des formations intensives en son sein, proposé et poursuivi la ligne organisationnelle du Parti de la nouvelle ère, mis l’accent sur les critères politiques pour la sélection et la nomination des cadres, renforcé les inspections politiques, mis en place une réglementation relativement complète au sein du Parti, et veillé à ce que tous les membres du Parti raffermissent leurs idéaux et convictions, mettent en place une organisation plus rigoureuse, et respectent strictement la discipline et les règlements du Parti. Nous avons poursuivi nos efforts pour améliorer le style de travail et faire régner une discipline rigoureuse, corrigé les « quatre vices » avec une ténacité d’acier, contrecarré la mentalité de privilégiés et ses manifestations, et lutté avec détermination contre les comportements malsains et la corruption portant directement atteinte aux intérêts de la population, ce qui nous a permis d’éliminer des tendances malsaines persistantes que nous n’avions pas su éradiquer auparavant, et de corriger des maux graves et invétérés. Nous avons mené une lutte sans précédent contre la corruption, guéri les maux et rétabli l’ordre en assumant nos missions et nos responsabilités de « nous mettre à dos une minorité pour ne pas décevoir la majorité ». Nous avons œuvré à éradiquer la corruption selon la formule « ne pas oser, ne pas pouvoir, ne pas songer », et adopté une approche multidimensionnelle pour réprimer aussi bien les « tigres » que les « mouches » et les « renards ». La lutte contre la corruption a ainsi enregistré une victoire décisive et a été consolidée sur toute la ligne, et les dangers graves et latents au sein du Parti, de l’État et de l’armée ont été éliminés, ce qui a assuré que le pouvoir confié par le peuple et le Parti soit toujours utilisé pour le bonheur du peuple. Au travers d’efforts inlassables, le Parti a trouvé l’autorévolution comme deuxième solution pour rompre le cycle de l’histoire où l’on passe perpétuellement de l’ordre au chaos, et de l’ascension au déclin. L’aptitude du Parti à se purifier, se perfectionner, se rénover et s’améliorer a augmenté manifestement ; la tendance au relâchement et au laxisme dans le contrôle et l’administration du Parti a été renversée ; et un environnement politique propre et intègre s’est instauré et développé au sein du Parti. Tout cela nous donne l’assurance que la nature, la couleur et la vertu du Parti demeureront inchangées.
Tout en reconnaissant pleinement les réalisations remarquables obtenues dans la cause du Parti et de l’État, nous devons être conscients que notre travail présente des lacunes et que nous devons faire face à de multiples difficultés et problèmes qui peuvent se résumer ainsi : le développement déséquilibré et insuffisant reste un problème aigu, la promotion d’un développement de qualité est confrontée à de nombreux obstacles et goulots d’étranglement, notre capacité à innover sur les plans scientifiques et technologiques n’est pas assez forte ; un grand nombre de problèmes majeurs restent à régler pour prévenir les risques financiers et assurer la sureté et la fiabilité en matière de céréales, d’énergies ainsi que de chaînes industrielles et d’approvisionnement ; la réforme des secteurs prioritaires est confrontée à des problèmes sérieux ; de nombreux défis existent dans le domaine idéologique ; l’écart de développement entre les villes et les campagnes comme entre les différentes régions, et la répartition inégale des revenus restent relativement importants ; les masses populaires sont confrontées à bon nombre de difficultés en ce qui concerne notamment l’emploi, l’éducation, les soins médicaux, la garde d’enfants en bas âge, les services aux personnes âgées et le logement ; la tâche de la protection des écosystèmes et de l’environnement s’annonce ardue ; certains membres du Parti et cadres manquent de sens des responsabilités, d’aptitude au combat et d’esprit d’action, et des phénomènes liés au formalisme et à la bureaucratie demeurent évidents ; la tâche de détruire le terreau de la corruption reste difficile, etc. Nous avons déjà pris une série de mesures pour régler ces problèmes et nous devrons redoubler nos efforts en ce sens.
Camarades,
Les grands succès obtenus dans la nouvelle ère ont été possibles grâce à l’esprit d’opiniâtreté, à la diligence et à la persévérance du Parti et du peuple. Ici, je tiens à exprimer, au nom du Comité central du PCC, mes remerciements les plus sincères à tous les membres du PCC, à toutes nos communautés ethniques, à tous les partis et groupements démocratiques, à toutes les organisations populaires, aux patriotes de tous horizons, à nos concitoyens des régions administratives spéciales de Hong Kong et de Macao, à nos compatriotes de Taiwan, ainsi qu’aux Chinois résidant à l’étranger, sans oublier nos amis partout dans le monde qui s’intéressent et apportent leur soutien à la modernisation de la Chine.
Les grandes transformations réalisées au cours des dix années de la nouvelle ère constituent un jalon dans l’histoire du Parti, de la Chine nouvelle, de la réforme et de l’ouverture sur l’extérieur, du développement du socialisme ainsi que du développement de la nation chinoise. Après cent années de lutte, le PCC est devenu plus déterminé et plus vigoureux dans ses combats révolutionnaires, et ses capacités en matière de direction politique, d’orientation idéologique, de mobilisation populaire et d’influence sociale se sont nettement renforcées. Le Parti a toujours maintenu ses liens de chair et de sang avec les masses populaires, s’est tenu à la pointe de notre temps tout au long du processus historique marqué par une conjoncture internationale en profonde mutation, est demeuré le soutien spirituel du peuple chinois durant la lutte contre les divers risques et épreuves venant tant de l’intérieur que de l’extérieur, et est resté à jamais le ferme noyau dirigeant dans le processus historique du maintien et du développement du socialisme à la chinoise. Le peuple chinois a fait preuve d’une énergie plus puissante pour aller de l’avant, d’un esprit de lutte plus vif, d’une confiance plus forte dans la victoire, ainsi que d’une conscience historique plus aiguë et d’un esprit d’initiative historique plus grand. Le PCC et le peuple chinois sont pleinement confiants dans l’accomplissement d’un grand bond, passant d’une nation qui s’est relevée, à une nation riche, puis à une nation puissante. La réforme et l’ouverture ainsi que la modernisation socialiste ont gagné en profondeur et permis d’écrire un nouveau chapitre marqué par le double miracle d’un développement économique rapide et d’une stabilité sociale durable. Notre pays est ainsi doté d’une base matérielle plus solide et de meilleures garanties institutionnelles pour son développement, et la réalisation du grand renouveau de la nation chinoise est entrée dans un processus historique irréversible. Le socialisme scientifique est reparti de l’avant avec une nouvelle vitalité débordante dans la Chine du XXIe siècle. La modernisation chinoise a fourni de nouvelles options de modernisation à l’humanité. Le PCC et le peuple chinois ont fait un plus grand et meilleur usage de leur sagesse et de leur force pour offrir des solutions chinoises aux problèmes communs à toute l’humanité, et pour faire de nouvelles et plus grandes contributions à la noble cause de la paix et du développement de l’humanité.
II. OUVRIR DE NOUVEAUX HORIZONS POUR LA SINISATION
ET L’ACTUALISATION DU MARXISME
Le marxisme est la pensée directrice fondamentale qui est à la base de la pérennité et du développement de notre parti et de notre pays. Quelle est la raison du succès du Parti communiste chinois ? Pourquoi la bonne voie à suivre est celle du socialisme à la chinoise ? La pratique nous a montré que c’est foncièrement grâce au marxisme ; c’est le marxisme sinisé et actualisé qui est au cœur de cette réussite. Le fait d’avoir comme boussole la théorie marxiste scientifique constitue la clé qui permet au Parti de raffermir sa foi et ses convictions, et de prendre des initiatives tout au long de l’histoire.
La sinisation et l’actualisation du marxisme sont un processus permettant de rechercher la vérité, de dévoiler celle-ci et d’agir en conséquence. Depuis le XVIIIe Congrès du Parti, vu les changements de la conjoncture tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays et les nouvelles exigences de la pratique, nous ressentons l’urgente nécessité d’apporter des réponses, en combinant la théorie et la pratique, à une série de grandes questions de notre époque qui touchent au développement de la cause du Parti et de l’État ainsi qu’à la gouvernance de l’État par le Parti. Ayant le courage de se lancer dans la recherche et l’innovation théoriques, notre parti a adopté une toute nouvelle vision pour approfondir ses connaissances sur les lois régissant l’exercice du pouvoir par un parti communiste ainsi que les lois de l’édification socialiste et de l’évolution de la société humaine. D’importants résultats ont été obtenus sur le plan de l’innovation théorique, et ceux-ci sont reflétés de manière condensée dans la pensée sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère. « Les quatorze principes » formulés lors du XIXe Congrès du Parti, ainsi que « les dix points » et « les nouvelles victoires obtenues dans treize domaines » qui ont été explicités lors du 6e plénum du XIXe Comité central du Parti, font une synthèse de ce qu’est la pensée sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère qui doit être mise en pratique sur une longue durée, de même qu’étoffée et développée continuellement.
Les communistes chinois ont tous profondément compris que ce n’est qu’en combinant les principes fondamentaux du marxisme avec les réalités concrètes de la Chine et le meilleur de sa culture traditionnelle, ainsi qu’en appliquant le matérialisme dialectique et le matérialisme historique qu’ils pourront répondre adéquatement aux grandes questions qui se posent dans notre époque et au cours de notre pratique, et assurer la vitalité permanente et le dynamisme exceptionnel du marxisme.
Pour préserver et développer le marxisme, nous devons absolument l’adapter à la réalité chinoise. Si nous prenons pour guide le marxisme, c’est pour résoudre les questions propres à la Chine en recourant à la conception du monde et à la méthodologie marxistes, au lieu d’apprendre par cœur ou de répéter machinalement des conclusions et phrases toutes faites ou de faire du marxisme un dogme figé. Il faut que nous persistions à libérer notre pensée, à faire preuve d’objectivité, à avancer avec notre époque et à rechercher la vérité et l’efficacité. Partant toujours de la réalité, nous devons nous attacher à résoudre les problèmes réels rencontrés au cours de la réforme, de l’ouverture et de la modernisation socialiste qui se posent à nous dans la nouvelle ère, nous efforcer de répondre aux questions de la Chine, du monde, du peuple et de l’époque, apporter des solutions justes qui sont adaptées à la réalité chinoise et aux exigences de l’époque, avoir une compréhension scientifique des choses conforme aux lois objectives, et aboutir à des résultats théoriques qui évoluent avec le temps, tout cela, afin de mieux guider la pratique de la Chine.
Pour préserver et développer le marxisme, nous devons absolument l’associer au meilleur de la culture traditionnelle chinoise. Ce n’est qu’en étant enraciné dans le sol fertile de l’histoire et de la culture d’un pays ou d’une nation que l’arbre de la vérité du marxisme sera plus verdoyant et profondément ancré dans la terre. La magnifique culture traditionnelle chinoise, qui remonte très loin dans l’histoire et se distingue par l’étendue de sa richesse et la profondeur de sa finesse, est la cristallisation de la sagesse de la civilisation chinoise. Les formules telles que « l’esprit public règne sur Terre », « le peuple représente le fondement d’un pays », « gouverner avec vertu », « créer le nouveau en rejetant ce qui est dépassé », « nommer les cadres au mérite », « l’harmonie entre l’homme et la nature », « la recherche incessante de l’autoperfectionnement », « cultiver la vertu pour être capable de grandes choses », « tenir ses engagements et maintenir une bonne entente avec tous les autres pays » et « garder de bonnes relations de voisinage » reflètent la conception de l’univers, du monde, de la société et de la morale que les Chinois ont petit à petit élaborée sur une longue période à partir de leur travail et de leur vie quotidienne. Celle-ci s’accorde parfaitement avec les valeurs socialistes scientifiques. Nous devons renforcer notre confiance dans notre histoire et notre culture, chercher à mettre les anciens préceptes au service du présent et à faire émerger le nouveau de l’ancien, combiner l’essence de la pensée marxiste avec le meilleur de la culture traditionnelle chinoise, de même qu’avec les valeurs communes intrinsèques des masses populaires, doter continuellement les théories scientifiques de caractéristiques chinoises très marquées, ainsi que consolider les bases historiques et populaires de la sinisation et de l’actualisation du marxisme, afin que ce dernier s’enracine profondément en Chine.
L’innovation théorique est sans limites, tout comme la pratique. Il incombe à tous les communistes chinois d’aujourd’hui d’assumer leur grande responsabilité historique, c’est-à-dire d’écrire sans cesse de nouveaux chapitres dans la sinisation et l’actualisation du marxisme. Pour promouvoir l’innovation théorique basée sur la pratique, nous devons d’abord avoir une bonne compréhension de la conception du monde et de la méthodologie de la pensée sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, adhérer aux positions, points de vue et méthodes de cette dernière et les mettre en valeur de manière satisfaisante.
— Il faut sauvegarder la primauté du peuple. La centralité du peuple est une caractéristique inhérente au marxisme ; la théorie du Parti est une théorie issue du peuple, dans l’intérêt du peuple et au profit du peuple. La pratique novatrice du peuple est la source dans laquelle le Parti puise constamment pour élaborer ses théories novatrices. Toute théorie coupée du peuple est terne et atone ; toute théorie incapable d’œuvrer au bonheur de la population est sans vitalité. Nous devons adopter la position du peuple, répondre à ses aspirations, respecter la créativité populaire, et puiser dans la sagesse des masses populaires, afin de formuler des théories qui sont bien accueillies, approuvées et assimilées par le peuple, et de faire de celles-ci une arme idéologique puissante servant à guider le peuple dans sa connaissance et sa transformation du monde.
— Il faut avoir confiance en soi et compter sur ses propres forces. Après avoir vécu de profondes souffrances durant l’époque moderne, la nation chinoise et le peuple chinois se dirigent vers un avenir radieux : le grand renouveau national. Pour cela, nous n’avons jamais eu de manuel pratique, ni même de réponses toutes prêtes. Le succès de la voie frayée par le PCC durant cent années de lutte est le résultat de l’exploration indépendante et autonome du peuple sous la direction du Parti. C’est à travers la pratique que les communistes chinois, s’appuyant sur leurs propres forces, ont écrit un chapitre marxiste propre à la Chine. Un point essentiel doit être souligné : pour résoudre les problèmes de la Chine, il faut partir de la situation concrète du pays, et il appartient au peuple chinois, et à lui seul, d’y apporter les solutions adéquates. Nous devons raffermir notre foi dans le marxisme et nos convictions dans le socialisme à la chinoise, renforcer la confiance que nous avons dans notre voie, notre théorie, notre régime et notre culture, et faire de nouvelles contributions au développement du marxisme en faisant preuve d’un esprit créateur et d’un plus grand sens des responsabilités face à l’histoire. Pour y parvenir, nous ne devons pas agir sans tenir compte de l’évolution des circonstances, tomber dans le repli sur soi ou l’immobilisme, ni copier les modèles des autres pays ou imiter aveuglément ce qui vient de l’étranger sans être en mesure de l’assimiler.
— Il faut savoir innover tout en maintenant les principes fondamentaux. Étant donné que nous poursuivons une grande entreprise inédite, nous devons être conscients que seul le maintien de la bonne voie nous empêchera de perdre nos repères, voire de commettre des erreurs fatales, et que seul un esprit novateur nous permettra de comprendre et d’orienter notre époque. Nous devons adopter une attitude rationnelle vis-à-vis de nos théories scientifiques et rechercher la vérité dans le vrai sens du terme ; maintenir sans faillir les principes fondamentaux du marxisme, la direction générale du Parti et le socialisme à la chinoise ; être en phase avec notre époque, nous ajuster au développement de la pratique ; accueillir toute nouveauté avec enthousiasme ; enrichir sans arrêt notre bagage de connaissances ; avoir le courage de dire ce que nos prédécesseurs n’ont jamais osé dire et de faire ce qu’ils n’ont jamais osé faire ; et enfin, fournir des références théoriques nouvelles aux pratiques nouvelles.
— Il faut se concentrer sur les problèmes à résoudre. Les problèmes sont le reflet d’une époque ; la théorie a pour but fondamental de répondre aux problèmes et de servir de guide pour les résoudre. La complexité des problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui augmente sensiblement, ce qui rend encore plus difficile leur résolution et nous oblige, de nouveau, à faire des innovations théoriques. Nous devons redoubler de vigilance à l’égard de problèmes en tout genre : il s’agit de nous concentrer sur les nouveaux problèmes rencontrés dans la pratique ; les problèmes profonds existants sur le plan de la réforme, du développement et du maintien de la stabilité ; les problèmes épineux qui préoccupent les masses populaires et qui réclament d’urgence une solution ; les problèmes d’importance majeure inhérents à l’évolution de la situation internationale ; ainsi que les problèmes sérieux qui apparaissent au cours de l’édification du Parti. Nous nous efforçons d’élaborer sans cesse de nouvelles conceptions, idées et méthodes pour résoudre réellement ces problèmes.
— Il faut adopter une approche systémique. Toutes les choses du monde sont interconnectées et interdépendantes. Ce n’est qu’en observant les choses d’un point de vue selon lequel elles sont toutes liées, appartiennent à un système global et évoluent sans cesse que nous arriverons à bien saisir les lois objectives de leur développement. La Chine est un grand pays en voie de développement qui se trouve encore au stade primaire du socialisme et connaît actuellement une transformation sociale large et profonde. Par conséquent, la poursuite de la réforme et du développement ainsi que le réajustement des rapports d’intérêts pourraient avoir de grandes répercussions. Nous devons nous baser sur les expériences du passé pour mieux appréhender la réalité actuelle, et voir au-delà des apparences pour saisir l’essentiel ; comprendre la relation entre le tout et la partie, le court terme et le long terme, l’ensemble et le détail, la contradiction principale et les contradictions secondaires, ainsi que le général et le particulier ; nous améliorer sur le plan de la pensée de la gouvernance en vertu de la loi ainsi que sur les plans de la pensée stratégique, historique, dialectique, systémique et novatrice ; savoir envisager toutes les éventualités, même le pire ; enfin, proposer des concepts et des approches scientifiques permettant de réfléchir à des stratégies proactives, de planifier en tenant compte de la situation globale et de faire avancer de manière synergique les diverses causes du Parti et de l’État.
— Il faut avoir à cœur le monde entier. Le Parti communiste chinois est un parti qui œuvre au bonheur du peuple chinois et au renouveau de la nation chinoise, de même qu’aux progrès de l’humanité et à l’harmonie dans le monde. Nous devons élargir notre vision du monde ; observer minutieusement les tendances du progrès et du développement de l’humanité ; répondre activement aux attentes des peuples de tous les pays ; apporter notre contribution à la résolution des problèmes communs auxquels est confrontée l’humanité ; et chercher à assimiler la totalité des acquis positifs de la civilisation humaine avec une grande ouverture d’esprit, telle la mer qui accueille tous les fleuves en son sein. Tout cela doit servir à construire un monde meilleur.
III. MISSIONS ET TÂCHES DU PARTI COMMUNISTE CHINOIS
DANS LA NOUVELLE MARCHE DE LA NOUVELLE ÈRE
À partir de maintenant, le Parti communiste chinois a pour tâche centrale d’unir et de conduire le peuple chinois multiethnique pour réaliser l’objectif du deuxième centenaire, soit de faire de la Chine un grand pays socialiste moderne dans tous les domaines, et pour promouvoir de manière exhaustive le grand renouveau de la nation grâce à la modernisation chinoise.
Sur la base de longues recherches et pratiques entamées depuis la fondation de la Chine nouvelle, notamment à partir de l’application de la politique de réforme et d’ouverture, et au moyen des percées innovantes réalisées sur le plan théorique et pratique depuis le XVIIIe Congrès du Parti, nous avons réussi à promouvoir et à développer la modernisation chinoise.
La modernisation que nous poursuivons est une modernisation socialiste dirigée par le Parti communiste chinois. Elle partage non seulement des points communs avec la modernisation des autres pays, mais possède aussi, et surtout, des caractéristiques chinoises basées sur les réalités concrètes du pays.
— La modernisation chinoise se caractérise par la grande taille de sa population. Faire en sorte qu’une population de plus de 1,4 milliard de Chinois, soit plus que le total des populations des pays développés mis ensemble, accède à une société plus moderne constitue une tâche d’une difficulté et d’une complexité sans précédent, et implique inévitablement des voies de développement et des moyens d’y parvenir qui ont leurs propres caractéristiques. Nous devons constamment réfléchir aux problèmes, prendre des décisions et mener nos actions en partant des réalités de la Chine, sans viser des objectifs inatteignables ni suivre les sentiers battus. Nous devons également faire preuve de patience quant au processus historique et avancer progressivement d’un pas ferme et régulier.
— La modernisation chinoise se caractérise par la prospérité commune du peuple tout entier. Réaliser la prospérité commune est l’exigence essentielle du socialisme à la chinoise et aussi un long processus historique. Nous devons continuer à considérer la réalisation de l’aspiration du peuple à une vie meilleure comme le point de départ et le but ultime de la modernisation, travailler à défendre et promouvoir l’équité et la justice sociales, et nous efforcer de réaliser la prospérité commune de toute la population, tout en évitant résolument que se crée une polarisation sociale.
— La modernisation chinoise se caractérise par l’équilibre entre la civilisation matérielle et spirituelle. Assurer une grande richesse matérielle et spirituelle constitue une exigence fondamentale de la modernisation socialiste. Le socialisme n’est pas synonyme de pénurie de biens matériels ni de pauvreté d’esprit. Nous devons sans cesse consolider les bases matérielles de la modernisation et renforcer les conditions matérielles nécessaires à ce que la population mène une vie heureuse. En même temps, nous devons développer énergiquement une culture socialiste à caractère avancé, renforcer l’éducation relative aux idéaux et aux convictions, perpétuer la civilisation chinoise, et promouvoir l’abondance matérielle globale et l’épanouissement général de l’individu.
— La modernisation chinoise se caractérise par une coexistence harmonieuse entre l’homme et la nature. L’homme et la nature forment une communauté de vie. Exploiter sans limites la nature, voire la détruire, finira immanquablement par se retourner contre nous. Nous devons poursuivre un développement durable, suivre fidèlement le principe de « priorités à l’économie, à la protection et à la régénération des écosystèmes », protéger la nature et les écosystèmes comme s’il s’agissait de la prunelle de nos yeux, persévérer dans une voie de développement permettant de favoriser à la fois la production, le bien-être de la population et la préservation de l’environnement, et enfin, faire en sorte que la nation chinoise progresse de manière constante.
— La modernisation chinoise se caractérise par la poursuite de la voie du développement pacifique. Nous ne suivons pas l’ancienne route empruntée par certains pays pour réaliser leur modernisation à travers la guerre, la colonisation et le pillage ; cette route, qui servait les intérêts de certains tout en nuisant aux autres, était celle des crimes sanglants et abominables dont ont profondément souffert et souffrent encore les peuples des pays en voie de développement. Nous avons choisi d’être du bon côté de l’histoire, c’est-à-dire du côté du progrès de la civilisation humaine. Nous devons arborer l’étendard de la paix, du développement, de la coopération et du principe gagnant-gagnant, et veiller à ce que la sauvegarde de la paix et du développement dans le monde permette d’assurer le développement de la Chine, et que le développement de la Chine profite, à son tour, à la sauvegarde de la paix et du développement dans le monde.
Les exigences essentielles à la modernisation chinoise sont les suivantes : maintenir la direction du Parti communiste chinois, poursuivre le socialisme à la chinoise, assurer un développement de qualité, développer la démocratie populaire intégrale, enrichir le monde spirituel de la population, réaliser la prospérité commune du peuple tout entier, favoriser la coexistence harmonieuse entre l’homme et la nature, promouvoir la construction d’une communauté de destin pour l’humanité et créer une nouvelle forme de civilisation humaine.
Dans le cadre de l’édification intégrale d’un grand pays socialiste moderne, nos dispositions stratégiques globales prévoient deux étapes : réaliser pour l’essentiel la modernisation socialiste de 2020 à 2035, et faire de la Chine un grand pays socialiste moderne, beau, prospère, puissant, démocratique, harmonieux et hautement civilisé de 2035 au milieu du siècle.
Les objectifs généraux de développement de notre pays d’ici 2035 sont les suivants : augmenter fortement la puissance économique, scientifique et technologique de la Chine ainsi que sa puissance globale, et faire en sorte que le PIB par habitant franchisse de nouveaux paliers pour atteindre le niveau des pays moyennement développés ; élever le niveau d’indépendance et réaliser de plus grands progrès en matière de sciences et technologies, de manière à ce que la Chine se hisse au premier rang des pays innovants ; mettre en place un système économique moderne, créer un nouveau modèle de développement, et réaliser pour l’essentiel l’industrialisation de type nouveau, l’informatisation, l’urbanisation et la modernisation agricole de la Chine ; moderniser le système et la capacité de gouvernance de la Chine, perfectionner le système de démocratie populaire intégrale, et édifier dans l’ensemble un État, un gouvernement et une société qui respectent la loi ; poursuivre l’objectif d’une « Chine saine », veiller à ce que le pays soit puissant dans les domaines de l’éducation, des sciences et technologies, de la formation des compétences, de la culture et des sports, et renforcer considérablement la puissance culturelle du pays ; s’assurer que la population mène une vie plus heureuse, que le revenu disponible par habitant atteigne de nouveaux sommets, que la proportion des personnes à revenu moyen s’accroisse sensiblement, que l’homogénéisation des services publics fondamentaux soit réalisée, que les habitants ruraux bénéficient dans l’ensemble de conditions de vie modernes, que la stabilité sociale soit assurée à long terme, et que des progrès substantiels et notables soient réalisés dans la promotion de l’épanouissement de l’individu et de l’enrichissement commun de la population ; promouvoir largement un mode de production et de vie écologique, faire régulièrement diminuer les émissions de carbone après qu’elles aient atteint leur pic, améliorer fondamentalement les écosystèmes, et faire en sorte que l’objectif d’une belle Chine se réalise ; et enfin, renforcer le système de sécurité nationale et la capacité à sauvegarder la sûreté de l’État, et réaliser dans l’ensemble la modernisation de la défense nationale et de l’armée.
Une fois cette modernisation réalisée pour l’essentiel, nous poursuivrons nos efforts pour que la Chine devienne, au milieu du siècle, un grand pays socialiste moderne au premier rang du monde en termes de puissance globale et de rayonnement international.
Les cinq prochaines années constitueront une période cruciale pour assurer le bon démarrage de l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne. Les tâches et objectifs principaux à accomplir sont les suivants : le développement économique centré sur la qualité devra réaliser de nouvelles percées, nos capacités en matière d’indépendance et de progrès scientifiques et technologiques devront sensiblement augmenter, et la mise en place d’un nouveau modèle de développement et d’un système économique moderne devra considérablement progresser ; la réforme et l’ouverture devront franchir de nouveaux pas, la modernisation du système et de la capacité de gouvernance de l’État devra être poursuivie en profondeur, le système d’économie de marché socialiste devra être perfectionné, et un nouveau système d’économie ouverte de niveau plus élevé devra prendre forme ; le niveau des systèmes, des normes et des procédures de la démocratie populaire intégrale devra s’élever, et l’ordre légal socialiste à la chinoise devra être amélioré ; la population devra jouir d’une vie spirituelle et culturelle toujours plus riche, la cohésion de la nation chinoise et le rayonnement de sa culture devront être renforcés ; la progression du revenu des habitants devra être synchronisée avec la croissance économique, et l’augmentation de la rémunération, avec l’amélioration de la productivité du travail, les services publics de base devront être uniformisés à un niveau plus élevé, et le système de protection sociale à multiples niveaux devra mieux fonctionner ; l’habitat urbain et rural devra connaître une amélioration manifeste, et la construction d’une belle Chine devra donner des résultats remarquables ; la sûreté de l’État devra être consolidée, l’objectif du centenaire de l’Armée populaire de Libération devra être réalisé comme prévu, et l’édification d’une Chine sûre devra avancer à pas assurés ; enfin, la position et l’influence de la Chine sur le plan international devront être renforcées, et la Chine devra jouer un rôle encore plus important dans la gouvernance mondiale.
L’édification intégrale d’un pays socialiste moderne est une œuvre aussi glorieuse que difficile. Bien que l’avenir s’annonce radieux, la tâche est lourde, et il nous reste un long chemin à parcourir. Aujourd’hui, le monde connaît des changements majeurs inédits depuis un siècle qui s’accélèrent, un nouveau cycle de révolution scientifique et technologique ainsi que de transformation industrielle est en train de se déployer, et on assiste à un ajustement important des rapports de force sur la scène internationale, ce qui offre de nouvelles opportunités stratégiques à la Chine en matière de développement. En même temps, la pandémie du siècle va laisser des séquelles profondes, les courants opposés à la mondialisation commencent à gagner du terrain, l’unilatéralisme et le protectionnisme montent en puissance, la reprise de l’économie mondiale s’essouffle, les conflits et bouleversements régionaux deviennent fréquents, et les problèmes planétaires s’aggravent. Finalement, le monde est entré dans une nouvelle période de turbulences et de transformations. Il ne nous est pas possible d’éviter ni de contourner les nombreuses contradictions profondes auxquelles sont confrontés la réforme, le développement et le maintien de la stabilité de notre pays ; l’édification du Parti, notamment sur les plans de la lutte contre la corruption et de la promotion de la probité au sein du Parti, connaît de nombreux problèmes tenaces et récurrents ; les tentatives d’endiguement venues de l’extérieur risquent de s’aggraver à tout moment. La Chine se trouve à une période de son développement où les opportunités stratégiques coexistent avec les dangers et les défis, et les facteurs d’incertitude s’accroissent ; les « cygnes noirs » et « rhinocéros gris » risquent d’apparaître d’un moment à l’autre. Nous devons redoubler de vigilance contre tous les risques même en temps de paix, penser à toutes les éventualités en envisageant le pire, prendre toutes les précautions nécessaires, et nous préparer à affronter les rudes épreuves qui se succéderont telles des tempêtes, voire des ouragans. Dans notre marche en avant, nous devons nous tenir aux principes importants qui sont les suivants :
— Maintenir et renforcer la direction du Parti sur tous les plans. Nous devons préserver résolument l’autorité et la direction centralisée et unifiée du Comité central du Parti, et assurer la réalisation de la direction du Parti dans tous les domaines, sur tous les plans et à tous les maillons de la cause du Parti et de l’État. Nous devons faire en sorte que le Parti reste éternellement le pilier le plus solide sur lequel le peuple entier peut s’appuyer contre vents et marées ; qu’il maintienne le cap de la modernisation socialiste ; qu’il possède une force de cohésion politique puissante dans notre lutte solidaire, fasse preuve de confiance dans notre développement, et rassemble d’immenses forces qui, unies comme un seul homme, pourront vaincre toutes les difficultés.
— Persévérer dans la voie du socialisme à la chinoise. Nous devons axer nos efforts sur le développement économique, observer les quatre principes fondamentaux, poursuivre la réforme et l’ouverture, préserver notre indépendance et compter sur nos propres forces. Restant fermes dans notre voie et faisant preuve d’une volonté de fer, nous refusons de reprendre l’ancienne voie du repli sur soi et de l’immobilisme, comme nous rejetons la voie erronée qui conduirait à l’abandon de notre drapeau. Nous devons nous appuyer sur nos propres forces pour promouvoir le développement du pays et de la nation, et prendre fermement en main le destin du développement et du progrès de la Chine.
— Rester fidèle au concept de développement centré sur le peuple. Nous devons préserver les intérêts fondamentaux du peuple, accroître le bien-être de la population, et veiller à ce que notre développement soit pour le peuple, qu’il s’appuie sur sa participation et bénéficie à tous, de sorte que les fruits de la modernisation profitent davantage et de manière plus équitable à l’ensemble de la population.
— Approfondir la réforme et l’ouverture. Nous devons poursuivre en profondeur la réforme et l’innovation, élargir résolument notre ouverture sur l’extérieur, nous attacher à éliminer les obstacles institutionnels inhérents, faire ressortir les avantages du système socialiste à la chinoise, accroître continuellement la force motrice et le dynamisme de la modernisation socialiste, et tirer parti de tous les avantages de notre système afin de rendre plus efficace la gouvernance de l’État.
— Faire rayonner un esprit de lutte. Nous devons encourager l’ensemble de notre parti et de notre peuple multiethnique à manifester une force de volonté, un courage et une fermeté inégalés. « Ne craignant ni Dieu ni diable », nous devons continuer à aller de l’avant malgré les pressions et les difficultés, coordonner le développement et la sécurité, déployer de grands efforts pour surmonter, dans notre marche en avant, les difficultés et les défis de toutes sortes, et ouvrir de nouveaux horizons à notre développement grâce à notre lutte opiniâtre.
Camarades,
Aujourd’hui, plus proches que jamais de l’objectif du grand renouveau national, et plus que jamais confiants et capables de l’atteindre, nous devons être prêts à y consacrer des efforts plus acharnés et ardus. Tous les membres du Parti doivent, en faisant preuve d’une confiance inébranlable et d’un esprit d’initiative, reconnaître le changement, s’adapter au changement et oser faire des changements, ainsi que prévenir et éliminer de manière active les risques, afin de remporter de nouveaux succès dans l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne.
IV. ACCÉLÉRER LA MISE EN PLACE D’UN NOUVEAU MODÈLE DE DÉVELOPPEMENT ET PROMOUVOIR UN DÉVELOPPEMENT DE QUALITÉ
Le développement de qualité est une tâche prioritaire de l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne ; le développement s’impose à notre parti comme la tâche primordiale dans son exercice du pouvoir en vue d’assurer le renouveau de la nation. Sans une base matérielle et technique solide, il est impossible de réaliser l’édification intégrale d’un grand pays socialiste moderne. Il est impératif d’appliquer de manière intégrale, précise et globale la nouvelle vision de développement, de poursuivre la réforme de l’économie de marché socialiste, de maintenir une ouverture de haut niveau, et d’accélérer la mise en place d’un nouveau modèle de développement reposant sur le rôle primordial du circuit économique national et l’interaction dynamique entre les circuits économiques national et international.
Nous devons accorder la priorité à la promotion d’un développement de qualité, combiner de façon plus cohérente l’application de la stratégie d’accroissement de la demande intérieure avec l’approfondissement de la réforme structurelle du côté de l’offre, renforcer les forces endogènes et la fiabilité du circuit économique national tout en cherchant à améliorer la qualité et le niveau du circuit économique international. Nous devons également accélérer l’édification d’un système économique moderne et déployer des efforts pour améliorer la productivité globale des facteurs, renforcer la résilience et la sécurité des chaînes industrielles et d’approvisionnement, et promouvoir l’intégration des zones urbaines et rurales ainsi que le développement coordonné interrégional, afin de réaliser à la fois des progrès qualitatifs et une croissance quantitative raisonnable sur le plan économique.
1) Instituer un système d’économie de marché socialiste de haut niveau. Il faut maintenir et perfectionner les systèmes économiques fondamentaux du socialisme, consolider et développer sans relâche l’économie publique, encourager, soutenir et orienter avec détermination le développement de l’économie non publique, mettre pleinement en valeur le rôle déterminant du marché dans l’allocation des ressources et faire en sorte que le gouvernement puisse mieux exercer ses fonctions. Il est nécessaire d’approfondir la réforme sur les actifs de l’État et les entreprises publiques, d’accélérer l’optimisation de l’organisation de l’économie publique ainsi que son réajustement structurel, de veiller à ce que les actifs de l’État et les entreprises publiques gagnent en puissance, en dimension et en performance, et d’élever la compétitivité de base des entreprises. Il importe d’améliorer l’environnement de développement des entreprises privées, et de protéger en vertu de la loi les droits de propriété des entreprises privées ainsi que les droits et intérêts des entrepreneurs, afin de stimuler le développement de l’économie privée. Nous perfectionnerons le système d’entreprise moderne à la chinoise, mettrons à l’honneur l’esprit entrepreneurial et accélérerons la création d’entreprises de niveau mondial. Un soutien sera également accordé au développement des PME et des microentreprises. Il est essentiel d’approfondir la réforme visant à promouvoir la décentralisation et la simplification administratives, tout en conciliant supervision et laissez-faire et en améliorant la prestation de services. Nous travaillerons à créer un marché national unifié, à approfondir la réforme en vue de soumettre aux règles du marché les facteurs de production et à édifier un système de marché répondant à des critères élevés. Nous perfectionnerons les systèmes fondamentaux de l’économie de marché en ce qui concerne la protection des droits de propriété, l’accès au marché, la concurrence loyale et le crédit social, tout en optimisant l’environnement des affaires. Il convient d’améliorer le système de gouvernance macroéconomique, de mettre en valeur le rôle d’orientation stratégique du plan de développement national, d’assurer une meilleure coordination entre les politiques budgétaire et monétaire, de veiller à accroître la demande intérieure, et de renforcer le rôle fondamental de la consommation dans le développement de l’économie, ainsi que le rôle clé de l’investissement dans l’optimisation de la structure de l’offre. Il est important d’améliorer le système budgétaire moderne, d’optimiser la structure de notre fiscalité et de perfectionner le système des transferts de paiements. Nous approfondirons la réforme du système financier, mettrons en place un système moderne pour la banque centrale, renforcerons et améliorerons la supervision financière moderne, consoliderons le système de stabilisation financière, et veillerons à ce que toutes les activités financières soient soumises à un contrôle conformément à la loi et que le seuil des risques financiers systémiques ne soit pas dépassé. Il est nécessaire de parfaire les fonctions du marché des capitaux et d’augmenter la part du financement direct. Nous renforcerons la lutte contre les monopoles et la concurrence déloyale, éliminerons les barrières du protectionnisme local et les monopoles d’ordre administratif, réglementerons et orienterons en vertu de la loi le développement sain des capitaux.
2) Mettre en place un système industriel moderne. Il faut continuer à axer le développement économique sur l’économie réelle, promouvoir une industrialisation de type nouveau, accélérer l’édification d’une « Chine numérique » et faire plus rapidement de notre pays une puissance dans les domaines de l’industrie manufacturière, des produits de qualité, de l’astronautique, des transports et de l’Internet. Il est nécessaire de mettre en œuvre le projet visant à reconstruire les bases industrielles et le projet visant à réaliser des avancées dans le domaine des gros équipements techniques, d’encourager le développement d’entreprises spécialisées, expertes, uniques et novatrices, et de promouvoir le développement haut de gamme, intelligent et vert de l’industrie manufacturière. Il importe de consolider la position avancée des industries concurrentielles, d’accélérer nos efforts pour combler nos lacunes dans les domaines liés au développement sûr et d’augmenter la capacité à assurer l’approvisionnement en ressources stratégiques. Nous encouragerons les industries émergentes d’importance stratégique à fusionner ou à se regrouper, et créerons un ensemble de nouveaux moteurs de la croissance tels que l’informatique de nouvelle génération, l’intelligence artificielle, la biotechnologie, les énergies nouvelles, les matériaux nouveaux, les équipements haut de gamme, ainsi que les industries vertes et respectueuses de l’environnement. Nous travaillerons à mettre en place, dans le secteur des services, un nouveau système efficace et de bonne qualité, et à promouvoir une meilleure association du secteur des services modernes avec l’industrie manufacturière de pointe et l’agriculture moderne. Il est important d’accélérer le développement de l’Internet des objets, d’établir un système de distribution efficace et fluide et de réduire les coûts logistiques. Nous accélérerons le développement de l’économie numérique, encouragerons son intégration plus poussée à l’économie réelle, et créerons des groupes industriels numériques compétitifs sur le plan international. Nous optimiserons également l’aménagement, la structure, les fonctions et l’intégration des systèmes en matière d’infrastructures, et bâtirons un système d’infrastructures modernes.
3) Promouvoir sur tous les plans le redressement rural. C’est toujours dans les campagnes que les tâches les plus ardues et complexes de l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne doivent être effectuées. Nous continuerons à développer en priorité l’agriculture et les régions rurales, poursuivrons le développement intégré des villes et des campagnes, et assurerons une grande mobilité des facteurs de production entre les zones urbaines et rurales. Il est nécessaire d’accélérer la transformation de notre pays en une puissance agricole, et de promouvoir le redressement rural en matière d’industries, de compétences, de culture, d’écologie et d’organisation. Nous consoliderons sur tous les plans la base de la sécurité alimentaire, veillerons à ce que les comités du Parti et les pouvoirs publics assument respectivement leurs responsabilités dans ce domaine, préserverons au moins 1,8 milliard de mu [120 millions d’hectares] de terres cultivées dans tout le pays, transformerons progressivement tous les champs de base permanents en champs répondant à des critères élevés, mènerons en profondeur l’action en faveur du développement du secteur des semences, renforcerons le soutien des sciences, technologies et équipements à l’agriculture, et perfectionnerons le mécanisme de garantie de revenus pour les cultivateurs de céréales et le système de compensation pour les principales régions productrices de céréales, de sorte que la Chine puisse assurer au peuple son « bol de riz quotidien ». Il convient de se doter d’une conception globale de l’alimentation, de développer l’agriculture en environnement contrôlé et de créer un système d’approvisionnement alimentaire multivoie. Il est nécessaire de développer des industries disposant d’atouts locaux dans les campagnes et d’accroître les revenus des agriculteurs par divers moyens. Tout en consolidant et en multipliant les résultats de la bataille décisive contre la pauvreté, nous renforcerons les forces endogènes de développement des régions sorties de la pauvreté et de leurs habitants. Nous coordonnerons l’aménagement des infrastructures et des services publics dans les zones rurales, et créerons un milieu rural beau et harmonieux où il fait bon vivre et travailler. Il est important de consolider et d’améliorer le système fondamental d’exploitation rurale, de développer l’économie collective rurale de type nouveau, d’encourager l’émergence d’exploitants agricoles de type nouveau, de promouvoir les prestations de services pour l’agriculture et de développer les exploitations agricoles à grande échelle. Il est nécessaire d’approfondir la réforme du système agraire rural et de permettre aux agriculteurs de jouir pleinement de leurs droits de propriété. Nous travaillerons à garantir aux anciens paysans titulaires d’un hukou urbain leurs droits légitimes relatifs aux terres, tout en encourageant la cession payante de ces droits selon les principes légaux et par libre consentement. Nous améliorerons également le système de soutien et de protection dans le domaine agricole, et perfectionnerons le système de service financier rural.
4) Promouvoir le développement interrégional coordonné. Il faut poursuivre en profondeur la stratégie de développement interrégional coordonné, les grandes stratégies de développement régional, la stratégie de développement des régions à fonctions spécifiques et la stratégie de nouvelle urbanisation, et optimiser la répartition des forces productives majeures, de manière à promouvoir une configuration régionale de l’économie et un système d’aménagement du territoire national reposant sur la complémentarité des atouts et un développement de qualité. Nous veillerons à créer une nouvelle configuration de développement dans le cadre de la mise en valeur de l’Ouest, à réaliser de nouvelles percées dans le redressement global du Nord-Est, à promouvoir le décollage accéléré du Centre et à encourager l’Est à se moderniser plus rapidement. Il est nécessaire de soutenir le développement rapide des anciennes bases révolutionnaires et des régions peuplées d’ethnies minoritaires, et de renforcer l’édification des régions frontalières en vue de favoriser leur développement, d’enrichir leurs habitants et d’y assurer la stabilité et la sécurité. Nous poursuivrons le développement coordonné de la zone Beijing-Tianjin-Hebei, le développement de la ceinture économique du Changjiang et le développement intégré du delta du Changjiang, et ferons avancer la protection écologique et le développement de qualité du bassin du fleuve Huanghe. Il est important de développer la nouvelle zone de Xiong’an selon les normes les plus rigoureuses et les plus hautes exigences de qualité, et de faire avancer la construction de la zone économique Chengdu-Chongqing. Il convient d’améliorer le système des régions à fonctions spécifiques et d’optimiser l’aménagement du territoire national. Nous poursuivrons la nouvelle urbanisation centrée sur l’être humain et accélérerons la citadinisation des travailleurs migrants. Il importe de promouvoir le développement coordonné des villes de taille grande, moyenne et petite axé sur les conurbations et les mégapoles, et de poursuivre l’urbanisation en nous servant des chefs-lieux de district comme vecteurs principaux. En restant fidèles au principe « la ville du peuple, par le peuple et pour le peuple », nous améliorerons la planification, la construction et l’administration des villes, accélérerons la transformation du mode de développement des mégapoles, mettrons en œuvre un plan de rénovation urbaine et renforcerons la construction d’infrastructures urbaines, afin de rendre nos villes plus agréables à vivre, plus résilientes et plus intelligentes. Nous développerons l’économie maritime, protégerons le milieu marin et accélérerons la transformation de la Chine en une puissance maritime.
5) Poursuivre une ouverture de haut niveau. Nous devons nous appuyer sur les atouts de notre immense marché, attirer les ressources internationales au moyen du circuit économique intérieur, amplifier les avantages résultant des interactions entre le marché intérieur et extérieur comme entre les ressources nationales et étrangères, tout en améliorant la qualité et le niveau de l’investissement, du commerce et de la coopération. Notre système sera de plus en plus ouvert en matière de réglementation, de politiques restrictives, de gestion et de normes. Il convient de stimuler l’optimisation et la montée en gamme du commerce des marchandises, de rénover le système de promotion du commerce des services et de développer le commerce numérique, afin de transformer plus rapidement la Chine en une puissance commerciale. Nous réduirons de manière rationnelle la liste négative d’accès au marché pour les investisseurs étrangers et protégerons leurs droits et intérêts en vertu de la loi, de manière à créer un environnement des affaires de premier ordre qui soit conforme à la législation, aux règles du marché et aux normes internationales. Il est important de promouvoir le développement de qualité de la mise en œuvre de l’initiative « Ceinture et Route ». Nous optimiserons les dispositions d’ouverture régionale, consoliderons le rôle de pionnier des régions côtières de l’Est de la Chine en matière d’ouverture, et augmenterons le niveau d’ouverture du Centre, de l’Ouest et du Nord-Est du pays. Il convient d’accélérer la construction du nouveau système de communications terre-mer de l’Ouest. Il est important d’accélérer la construction du port de libre-échange de Hainan, de mettre en œuvre une stratégie de mise à niveau des zones pilotes de libre-échange, et d’élargir notre réseau de zones de libre-échange de haut niveau tournées vers le monde entier. L’internationalisation du yuan sera poursuivie méthodiquement. Nous participerons largement à la division internationale du travail et à la coopération mondiale sur le plan industriel, et défendrons la diversité et la stabilité de la configuration économique et des relations économiques et commerciales à l’échelle mondiale.
V. APPLIQUER LA STRATÉGIE DE RENOUVEAU NATIONAL PAR LES SCIENCES ET L’ÉDUCATION ET RENFORCER LE RÔLE DE SOUTIEN JOUÉ PAR LES PERSONNES COMPÉTENTES DANS LA MODERNISATION
L’éducation, les sciences et technologies ainsi que les compétences constituent des éléments fondamentaux et stratégiques indispensables à l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne. Nous devons, en continuant à considérer les sciences et technologies comme premières forces productives, les compétences comme première ressource et l’innovation comme première force motrice, conduire en profondeur la stratégie de renouveau national par les sciences et l’éducation, la stratégie de redressement du pays par l’émergence de talents et la stratégie de développement par l’innovation, explorer des pistes et domaines nouveaux en matière de développement, et créer sans cesse de nouveaux moteurs et avantages de développement.
Tout en continuant à développer en priorité l’éducation, à favoriser l’autonomie et le progrès des sciences et technologies et à encourager les compétences à bien jouer leur rôle moteur et pionnier, nous devons transformer plus rapidement la Chine en une grande puissance dans les domaines de l’éducation, des ressources humaines et des sciences et technologies, former des personnes compétentes pour notre parti et notre pays, améliorer la qualité générale de la formation autonome des talents, et nous efforcer de former des innovateurs hors du commun, tout en attirant et utilisant les compétences venues des quatre coins du monde.
1) Promouvoir une éducation répondant aux attentes du peuple. L’éducation est un pilier indispensable de l’État et du Parti. La question fondamentale de l’éducation est de savoir quels types de personnes nous devons former, comment nous devons les former et pour qui nous les formons. La formation de l’homme est avant tout une formation morale. Il faut appliquer intégralement la politique éducative du Parti, et remplir la tâche fondamentale qui consiste à cultiver le sens moral, et à former des bâtisseurs et des successeurs du socialisme dotés de bonnes qualités morales et intellectuelles, d’aptitudes physiques, d’un sens de l’esthétique et de bonnes capacités de travail manuel. Il faut, en insistant sur le développement d’une éducation centrée sur le peuple, accélérer la mise en place d’un système éducatif de haute qualité, promouvoir une éducation permettant d’assurer le développement des élèves sur tous les plans, et favoriser l’égalité des chances en matière d’éducation. Il est nécessaire d’accélérer le développement équilibré et de qualité de l’enseignement obligatoire tout en réduisant l’écart entre les villes et les campagnes, d’optimiser la répartition des ressources éducatives entre les différentes régions, de renforcer le développement de l’éducation préscolaire et de l’éducation spéciale accessibles à tous, de diversifier les programmes de formation du deuxième cycle du secondaire, et de perfectionner le système d’aide aux élèves de tous les niveaux scolaires. Il importe de coordonner l’innovation synergique dans l’éducation professionnelle, l’enseignement supérieur et la formation continue, de poursuivre l’interpénétration de l’enseignement professionnel et de l’enseignement général, la jonction entre l’éducation et le monde du travail et l’alliance entre les sciences et l’éducation, ainsi que de redéfinir clairement et de rehausser considérablement le statut de l’éducation professionnelle. Il est impératif de renforcer le développement des disciplines de base, des disciplines émergentes et des disciplines croisées, et d’accélérer l’édification d’universités et de disciplines concurrentielles de premier rang mondial qui possèdent des caractéristiques chinoises. Il convient d’orienter et de réglementer le développement de l’enseignement privé. De grands efforts devront être déployés pour diffuser à grande échelle la langue et l’écriture chinoises standard. Il faut approfondir la réforme générale du secteur éducatif, améliorer la rédaction et la gestion de l’édition des manuels, perfectionner le système de gestion des écoles et le mécanisme d’évaluation de l’enseignement, et parfaire le mécanisme d’éducation école-famille-société. Il est nécessaire de renforcer l’éthique et le style de travail des enseignants, de former un corps enseignant hautement compétent, et d’encourager le respect à l’égard des enseignants et de l’éducation au sein de la société. Il faut promouvoir la numérisation de l’éducation, et bâtir une société et un pays dans lesquels l’éducation est valorisée et l’apprentissage tout au long de la vie est une chance accordée à tous.
2) Parachever le système d’innovation scientifique et technologique. L’innovation doit occuper une position centrale dans notre entreprise de modernisation. Cela exige de mener à bien ce qui suit : perfectionner le fonctionnement du mécanisme de direction unifiée du Comité central du Parti sur le travail scientifique et technologique ; parfaire le nouveau mécanisme permettant de mobiliser toutes les ressources nécessaires à la recherche ; accroître les forces scientifiques et technologiques d’intérêt stratégique du pays ; optimiser la répartition des ressources de l’innovation ; définir avec plus de précision les fonctions et améliorer la répartition des instituts de recherche nationaux, des universités de haut niveau dans le domaine de la recherche et des entreprises technoscientifiques leaders ; mettre en place un système de laboratoires nationaux ; faire avancer de concert les projets de centres d’innovation scientifique et technologique au niveau régional et international ; accroître les capacités de base en matière de sciences et technologies, donner de grandes orientations stratégiques dans les domaines scientifique et technologique. Tout cela doit servir à augmenter l’efficacité globale du système d’innovation national. Il faut approfondir la réforme des systèmes scientifique et technologique et du système d’évaluation des résultats technoscientifiques, augmenter les investissements diversifiés en sciences et technologies, et renforcer la garantie légale des droits de propriété intellectuelle, afin de mettre en place un système fondamental de soutien à l’innovation dans tous les domaines. Il convient de créer une culture de l’innovation, de faire rayonner l’esprit incarné par les scientifiques, de préserver un bon style d’étude et de créer une atmosphère favorisant l’innovation. Il est nécessaire d’amplifier la coopération et les échanges internationaux, et de renforcer la construction d’un environnement propice à la recherche scientifique et répondant aux normes internationales, afin de créer un climat ouvert à l’innovation et caractérisé par une forte compétitivité internationale.
3) Accélérer l’application de la stratégie de développement par l’innovation. Il faut se concentrer sur les sciences et technologies d’avant-garde dans le monde, l’édification économique, les besoins majeurs de l’État et la santé du peuple, et élever plus rapidement le niveau d’autonomie et de progrès des sciences et technologies. En réponse aux besoins stratégiques de l’État, nous allons regrouper les diverses forces utiles à la réalisation des avancées pionnières et originales en sciences et technologies, afin de remporter à tout prix la bataille décisive visant à réaliser des percées dans les technologies clés et les technologies de base. Nous accélérerons la mise en œuvre d’une série de mégaprojets scientifiques et technologiques nationaux à caractère prospectif et présentant un intérêt général et stratégique, et renforcerons notre capacité d’innovation autonome. Il est important d’intensifier la recherche fondamentale, de mettre l’accent sur les créations originales et d’encourager la prise d’initiative dans les domaines des sciences et technologies. Il est nécessaire d’améliorer l’efficience des investissements en la matière, d’approfondir la réforme du mécanisme de distribution et d’utilisation des fonds des finances publiques consacrés aux sciences et technologies, et de stimuler le dynamisme dans le domaine de l’innovation. Il nous faut favoriser l’intégration plus poussée entre la production, l’enseignement et la recherche, en faisant jouer aux entreprises un rôle leader, viser des objectifs précis, et renforcer la conversion et l’industrialisation des acquis scientifiques et technologiques. Il faut renforcer le rôle primordial des entreprises dans l’innovation scientifique et technologique, mettre en valeur le rôle de meneur et de point d’appui que jouent les entreprises clés à vocation technologique, créer un environnement favorable au développement des PME et des microentreprises scientifiques et technologiques, et promouvoir une association profonde entre les chaînes d’innovation, les chaînes industrielles, les chaînes de financement et des personnes compétentes.
4) Mener en profondeur la stratégie de redressement national par l’émergence de talents. La formation d’un grand nombre de personnes hautement qualifiées à la fois intègres et compétentes répond au plan de développement à long terme de l’État et de la nation. C’est grâce aux personnes de talent que nous accomplirons de grands exploits et que nous ouvrirons de brillantes perspectives pour notre cause. Il faut maintenir le principe selon lequel la gestion des compétences est du ressort du Parti, respecter le travail, le savoir, les talents et la créativité, appliquer une politique plus active, plus ouverte et plus pertinente en faveur des talents, et favoriser leur attachement au Parti, leur patriotisme, leur professionnalisme et leur abnégation ainsi que leur dévouement au peuple. Il est nécessaire de perfectionner les dispositions stratégiques en matière de compétences et de mener à bien la formation simultanée des diverses catégories de talents, afin de constituer un vaste contingent bien structuré de personnes hautement qualifiées. Nous allons transformer plus rapidement la Chine en un centre de compétences et un pôle d’innovation importants au niveau mondial, optimiser la répartition géographique des talents, favoriser la coordination interrégionale de ces derniers, et tout faire pour créer des avantages comparatifs dans la concurrence internationale en la matière. Il faut former rapidement une force nationale de talents dans les domaines stratégiques, et déployer des efforts pour qu’émergent davantage de grands experts, de scientifiques dans les domaines stratégiques, de chefs de file et d’équipes novatrices de premier ordre en matière de sciences et de technologies, de jeunes scientifiques et technologues, d’ingénieurs hors du commun, de grands maîtres-artisans et de personnes possédant de grandes aptitudes professionnelles. Il convient de renforcer les échanges internationaux de talents et de mettre pleinement en valeur les talents de toutes catégories. Il faut approfondir la réforme des systèmes et mécanismes en faveur du développement des talents, être attentionné à l’égard de ces derniers, les former soigneusement, savoir les attirer de manière appropriée, et mettre leur savoir-faire à profit. Nous avons grand besoin de talents de divers secteurs et ferons tout notre possible pour les encourager à se joindre à la cause du Parti et du peuple.
VI. DÉVELOPPER LA DÉMOCRATIE POPULAIRE INTÉGRALE
ET PRÉSERVER LA SOUVERAINETÉ POPULAIRE
La Chine est un pays socialiste de dictature démocratique populaire, dirigé par la classe ouvrière et fondé sur l’alliance des ouvriers et des paysans. Tous les pouvoirs de l’État appartiennent au peuple. La démocratie populaire est l’âme du socialisme et le pilier de l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne. La démocratie populaire intégrale est la nature propre de la démocratie socialiste ; c’est la démocratie la plus large, la plus réelle et la plus efficace. Il nous faut poursuivre résolument la voie du développement politique socialiste à la chinoise, intégrer à un ensemble organique la direction du Parti, la souveraineté populaire et la gouvernance de l’État en vertu de la loi, maintenir le statut souverain du peuple, traduire pleinement sa volonté, garantir ses droits, protéger ses intérêts et stimuler sa créativité.
Nous devons perfectionner le système de souveraineté populaire, élargir la participation ordonnée du peuple aux affaires politiques, et lui garantir ses droits de participation selon la loi aux élections, aux consultations, à la prise de décisions, à la gestion et au contrôle démocratiques, tout en mettant en valeur son sens de l’initiative, sa motivation et sa créativité, afin de consolider et de développer une configuration politique caractérisée par le dynamisme, la stabilité et l’unité.
1) Renforcer la garantie institutionnelle de la souveraineté populaire. Nous devons maintenir et parfaire notre système politique fondamental ainsi que nos systèmes politiques de base et nos systèmes politiques importants, et multiplier les canaux et les formes démocratiques permettant de garantir le droit du peuple à gérer, en vertu de la loi et par divers moyens, les affaires de l’État ainsi que les activités économiques, culturelles et sociales. Il faut soutenir et garantir l’exercice du pouvoir de l’État par le peuple au moyen des assemblées populaires, et veiller à ce que les assemblées populaires à tous les échelons soient élues démocratiquement, assument leurs responsabilités devant le peuple et se soumettent à son contrôle. Il faut également soutenir et garantir l’exercice, par les assemblées populaires et leurs comités permanents, de leurs attributions en matière de législation, de supervision, de prise de décisions, de nomination et de destitution des responsables conformément à la loi ; parfaire le système de contrôle exercé par les assemblées populaires sur les organismes administratifs, les organes chargés de la supervision, les tribunaux et les parquets ; et défendre l’unité, le respect et l’autorité du droit national. Il faut améliorer la capacité de travail des députés des assemblées populaires et les encourager à resserrer leurs liens avec les masses populaires. Il est important de perfectionner les mécanismes de travail qui reçoivent l’opinion du public et rassemblent la sagesse du peuple, et de bien mettre en place le système des bureaux locaux chargés de recueillir les avis de la population sur les questions relatives à la législation. Il convient d’approfondir la réforme et l’édification des organisations et groupements de masse tels que les syndicats, la Ligue de la jeunesse communiste et la Fédération des femmes pour qu’ils jouent de manière efficace leur rôle de courroie de transmission. Nous suivrons résolument une voie de promotion des droits de l’homme adaptée à la Chine, participerons activement à la gouvernance mondiale en matière de droits de l’homme et ferons progresser le développement global de cette cause.
2) Promouvoir in extenso la démocratie consultative. La démocratie consultative est une forme essentielle d’exercice de la démocratie populaire intégrale. Nous devons perfectionner le système de démocratie consultative, encourager la coordination des consultations au sein des partis politiques, des assemblées populaires, des organes gouvernementaux, des organisations de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), des groupements populaires et des organisations sociales ainsi qu’aux échelons de base, parfaire toutes les plateformes de consultation institutionnalisées, et travailler à étendre les champs et à multiplier les niveaux de la démocratie consultative en suivant la voie de l’institutionnalisation. Il faut maintenir et perfectionner le système de coopération multipartite et de consultation politique sous la direction du PCC, combiner de manière cohérente la direction du Parti, le front uni et la démocratie consultative, continuer à promouvoir en parallèle la démocratie et l’unité des points de vue ainsi que l’interaction entre les avis et propositions d’un côté et la recherche d’un consensus de l’autre, faire jouer à la CCPPC son rôle d’organe consultatif spécial, veiller à ce qu’elle fonctionne mieux grâce à l’amélioration de son système, de ses normes et de ses procédures, élever la qualité du travail en matière d’interactions consultatives approfondies, de moyens d’expression libre des opinions et de recherche d’un large consensus, et perfectionner les systèmes et mécanismes de supervision démocratique par la CCPPC et les systèmes permettant à chaque membre de la CCPPC de communiquer avec des personnes issues du même milieu social que lui.
3) Promouvoir énergiquement la démocratie aux échelons de base. La démocratie aux échelons de base est un élément important de la démocratie populaire intégrale. Nous devons perfectionner le mécanisme d’autogestion populaire aux échelons de base sous la direction des organisations de base du Parti, renforcer l’édification des organisations de base, améliorer le système institutionnel et de travail de la démocratie directe aux échelons de base, et améliorer l’efficacité de l’autogestion, de l’autoservice, de l’autoéducation et de l’autosurveillance des habitants dans les quartiers d’habitation en ville comme à la campagne. Il faut renforcer la transparence dans les administrations, multiplier les canaux de participation ordonnée de personnes issues de milieux divers à la gouvernance à la base, et permettre aux masses populaires de gérer selon la loi les affaires publiques et les œuvres d’intérêt public à leurs échelons. Nous devons nous appuyer de tout cœur sur la classe ouvrière, perfectionner le système de gestion démocratique des entreprises et des établissements d’intérêt public par le biais de l’assemblée des travailleurs et protéger leurs droits et intérêts légitimes.
4) Consolider et développer un plus large front uni patriotique. Obtenir l’adhésion du peuple revêt une importance politique fondamentale. Le front uni est un atout majeur permettant de faire converger les volontés du peuple et les forces des divers milieux. Nous devons améliorer le cadre de travail en faveur d’un front uni plus large, promouvoir une grande union et une grande alliance, et encourager tous les fils et toutes les filles de la nation chinoise à penser et à agir de concert pour réaliser le rêve chinois du grand renouveau national. Il nous faut mettre en valeur les avantages de notre système socialiste de partis politiques en restant fidèles aux principes suivants : « coexistence à long terme, surveillance mutuelle, collaboration à cœur ouvert et communauté de destin pour le meilleur et le pire », renforcer notre solidarité et notre coopération avec les partis et groupements démocratiques et les personnalités sans-parti, et soutenir les efforts des partis et groupements démocratiques visant à renforcer leur autoédification et à mieux exercer leurs fonctions. Nous devons, en mettant l’accent principal sur le renforcement du sentiment d’appartenance à la nation chinoise, persévérer dans la juste voie du règlement des questions ethniques adaptée à la situation chinoise, maintenir et parfaire le système d’autonomie des régions peuplées de minorités ethniques, renforcer et améliorer le travail du Parti concernant les affaires ethniques, et faire avancer la cause de l’union et du progrès de toutes les ethnies. Nous veillerons à ce que les religions s’adaptent mieux aux conditions concrètes de la Chine et à la société socialiste. Il nous incombe de renforcer le travail politico-idéologique auprès des intellectuels non communistes et de mener à bien notre travail à l’égard des personnalités issues des nouvelles couches sociales tout en les encourageant à participer à notre lutte commune. Il faut promouvoir et généraliser les rapports sincères et désintéressés entre les pouvoirs publics et les acteurs économiques, et assurer un développement sain de l’économie non publique et de tous ses acteurs. Il faut renforcer et améliorer le travail relatif aux Chinois résidant à l’étranger afin de former une force puissante permettant de réaliser conjointement le renouveau national.
VII. CONTINUER À PROMOUVOIR LA GOUVERNANCE INTÉGRALE
DE L’ÉTAT EN VERTU DE LA LOI ET FAIRE PROGRESSER
L’ÉDIFICATION D’UNE CHINE FONDÉE SUR LES LOIS
La promotion intégrale de la gouvernance de l’État en vertu de la loi est une révolution profonde dans l’administration de l’État. Elle est étroitement liée à l’exercice du pouvoir du Parti en vue du renouveau national, au bonheur du peuple, et à la stabilité durable du Parti et de l’État. Il est indispensable de valoriser davantage le rôle du droit en tant que garantie pour affermir les fondements, gérer les anticipations et favoriser le développement à long terme, afin de promouvoir dans le respect de la loi l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne.
Nous devons suivre fermement la voie de la légalité socialiste à la chinoise en vue de mettre en œuvre un ordre légal socialiste à la chinoise et d’édifier un État de droit socialiste. En axant nos efforts sur la garantie et la promotion de l’équité et de la justice sociales, nous devons mener de front la gouvernance de l’État, l’exercice du pouvoir et l’administration dans le respect de la loi, et placer l’appareil d’État, l’Administration et la société sous l’autorité des lois. Il importe d’élaborer une législation scientifique, d’assurer l’application rigoureuse de la loi, de garantir l’équité judiciaire, et de faire respecter la loi par tous. Nous ferons en sorte que toutes les activités de l’État soient menées conformément à la loi.
1) Perfectionner le système juridique socialiste à la chinoise centré sur la Constitution. Pour gouverner le pays et exercer le pouvoir en vertu de la loi, il faut d’abord se conformer à la Constitution. Il ne faut toucher ni au rôle directeur du Parti, ni à la dictature démocratique populaire ni au système d’assemblée populaire inscrits dans les dispositions de la Constitution. Il importe de veiller à l’application de la Constitution et au contrôle de sa mise en œuvre, et de perfectionner le système institutionnel permettant d’assurer l’application intégrale de la Constitution, de faire mieux jouer à la Constitution son rôle majeur dans la gouvernance du pays et de préserver son autorité. Il est nécessaire de renforcer le travail législatif dans les secteurs clés, émergents et en rapport avec l’étranger, tout en promouvant de façon coordonnée la législation sur les affaires intérieures et celle sur les affaires ayant un lien avec l’étranger, afin d’instaurer un cadre législatif favorisant le développement et garantissant une bonne gouvernance. Il faut faire en sorte que les lois soient élaborées dans un esprit scientifique, dans le respect des procédures démocratiques et légales, ainsi que coordonner l’élaboration, la révision, l’abolition, l’interprétation et la compilation des lois, de sorte qu’elles soient cohérentes, générales, compatibles entre elles et promulguées en temps opportun. Il convient également de perfectionner le système d’enregistrement et d’examen. Tout en veillant à toujours suivre une procédure scientifique, démocratique et légale dans nos prises de décisions, nous appliquerons dans tous les domaines le système procédural relatif aux décisions d’importance majeure.
2) Promouvoir effectivement l’administration en vertu de la loi. Édifier un gouvernement respectueux de la loi constitue une tâche prioritaire et l’aspect principal de la promotion intégrale de la gouvernance de l’État en vertu de la loi. Tout en insistant sur la reconversion des attributions des pouvoirs publics, nous optimiserons leur système d’attributions et de responsabilités ainsi que leurs structures organisationnelles, continuerons à réglementer les organes, les fonctions, les pouvoirs, les procédures et les responsabilités des administrations, et augmenterons l’efficacité de ces dernières ainsi que leur crédibilité auprès des masses. Il est nécessaire de mener en profondeur la réforme des établissements d’intérêt public. Pour approfondir la réforme du système d’exécution de la loi par les administrations, nous devons veiller à ce qu’elle soit appliquée de façon stricte, réglementaire, équitable et appropriée, et la faire appliquer avec plus de rigueur dans les domaines prioritaires qui touchent aux intérêts vitaux de la population, tout en perfectionnant les procédures d’application de la loi et les critères encadrant le pouvoir de discrétion des administrations. De plus, il faut renforcer les mécanismes et les capacités de supervision de l’application de la loi par les administrations, sans oublier d’appliquer strictement le système de responsabilité et le système de recours en responsabilité de l’application de la loi par les administrations. Il est important d’améliorer les systèmes et mécanismes d’exécution intégrée de la loi aux échelons de base.
3) Veiller à l’équité judiciaire. Exercer le pouvoir judiciaire sans causer de préjudices est la dernière ligne de défense permettant de maintenir l’équité et la justice sociales. Nous approfondirons la réforme globale du système judiciaire et les réformes d’accompagnement, mettrons en œuvre intégralement et avec précision le système de responsabilité dans le domaine judiciaire, et instaurerons au plus vite un régime judiciaire socialiste qui est impartial, efficace et qui fait autorité, pour que la population puisse ressentir l’équité et la justice dans chaque affaire judiciaire. Nous réglementerons le fonctionnement du pouvoir judiciaire en perfectionnant les systèmes et mécanismes permettant aux organismes de sécurité publique, aux parquets, aux tribunaux et aux organes d’administration judiciaire d’exercer leurs fonctions respectives et de travailler ensemble tout en se contrôlant mutuellement. Il importe de renforcer la surveillance et les contrôles sur l’exercice du pouvoir judiciaire afin de promouvoir l’équité judiciaire. Il convient de renforcer le contrôle juridique par les parquets et de parachever le système leur permettant d’ester en justice au nom de l’intérêt général.
4) Accélérer l’édification d’une société respectueuse de la loi. Une société régie par la loi constitue le fondement d’un État de droit. Il faut mettre à l’honneur l’esprit de droit socialiste, transmettre le meilleur de la culture juridique traditionnelle chinoise, et amener le peuple entier à devenir le partisan le plus fidèle et le plus respectueux de la légalité socialiste ainsi que son défenseur indéfectible. Nous mettrons sur pied un système moderne de services juridiques publics couvrant les zones urbaines et rurales, et mènerons en profondeur la campagne de sensibilisation au droit, afin de renforcer le sens du droit chez les citoyens. Il est important de mettre en œuvre une gouvernance en vertu de la loi à de multiples niveaux et dans de multiples domaines, et de mieux insérer la gouvernance sociale dans le cadre de la légalité. Les cadres dirigeants doivent jouer un rôle exemplaire pour encourager toute la société à étudier, respecter et utiliser la loi.
VIII. RENFORCER LA CONFIANCE DANS NOTRE CULTURE, PROMOUVOIR LE DÉVELOPPEMENT CULTUREL ET ASSURER LE NOUVEAU RAYONNEMENT DE LA CULTURE SOCIALISTE
Pour réaliser l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne, nous devons poursuivre la voie du développement de la culture socialiste à la chinoise, renforcer la confiance dans notre culture, et faire de la Chine une puissance culturelle socialiste en portant haut levé l’étendard du socialisme à la chinoise, en fédérant les esprits, en formant de nouvelles générations de citoyens, en donnant un nouveau souffle à la culture et en faisant briller notre image. Nous devons créer une culture socialiste nationale, scientifique et populaire qui soit orientée vers la modernisation, le monde et l’avenir, stimuler la créativité culturelle de toute la nation et raffermir la force spirituelle pour réaliser le grand renouveau de la nation chinoise.
Nous devons maintenir le système fondamental consistant à prendre le marxisme pour idéologie directrice, continuer à servir le peuple et le socialisme, suivre le principe dit « Que cent fleurs s’épanouissent, que cent écoles rivalisent », et poursuivre une transformation créative et un développement innovant. En nous guidant sur les valeurs essentielles socialistes, nous développerons une culture socialiste avancée, ferons rayonner la culture révolutionnaire, perpétuerons les fleurons de la culture traditionnelle chinoise, et satisferons les besoins croissants de la population sur les plans culturel et spirituel, afin de consolider le fondement idéologique commun de notre parti et de notre peuple multiethnique engagés dans une même lutte, et d’accroître continûment notre puissance culturelle et le rayonnement de notre culture.
1) Promouvoir une idéologie socialiste dotée d’une puissante force de cohésion et d’orientation. Le travail idéologique façonne le caractère de la nation et constitue le pilier de l’esprit national. Nous devons prendre fermement en main la direction du travail idéologique, appliquer sur toute la ligne le système de responsabilité dans ce domaine, et renforcer l’idéologie et l’opinion publique dominantes qui encouragent à avancer vaillamment dans la nouvelle ère. Nous perfectionnerons le mode de travail permettant d’armer le Parti entier, d’éduquer le peuple et de guider notre pratique au moyen des innovations théoriques du Parti. Nous appliquerons en profondeur le projet de recherche et d’édification en matière de théorie marxiste, accélérerons l’établissement des systèmes de disciplines, de recherches et de terminologies propres à la Chine dans les domaines de la philosophie et des sciences sociales et nous efforcerons de former un grand nombre de professionnels dans ces domaines. Nous renforcerons le système de diffusion tous médias et chercherons à orienter l’opinion publique dominante en recourant à de nouveaux moyens. Nous perfectionnerons le système de gestion intégrée des sites Internet de manière à créer un cyberespace sain et propre.
2) Inculquer les valeurs essentielles socialistes. Les valeurs essentielles socialistes sont une force puissante capable de faire converger la volonté et la force de la population. De grands efforts devront être déployés pour faire rayonner la généalogie spirituelle enracinée dans le noble esprit fondateur du Parti, profiter des « ressources rouges », mener en profondeur la campagne de sensibilisation aux valeurs essentielles socialistes, renforcer l’étude du patriotisme, du collectivisme et du socialisme, et former une nouvelle génération capable de remplir la grande mission du renouveau national. Il importe de promouvoir la pérennisation et l’institutionnalisation de l’enseignement sur les idéaux et les convictions, et de mener des campagnes de vulgarisation des connaissances sur l’histoire du Parti communiste chinois, de la Chine nouvelle, de la politique de réforme et d’ouverture ainsi que du développement du socialisme, afin d’inciter le peuple à éprouver un plus grand attachement au Parti et à la patrie grâce à une meilleure connaissance de leur histoire, ainsi qu’à renforcer son adhésion à l’idéal commun du socialisme à la chinoise. Nous devons forger l’esprit de la nation et éduquer le peuple au moyen des valeurs essentielles socialistes, parachever le système relatif au travail politico-idéologique, et favoriser l’intégration de l’enseignement en la matière dans les universités et les écoles primaires et secondaires. Il faut gouverner le pays en vertu de la loi et selon les valeurs morales, et faire en sorte que les valeurs essentielles socialistes soient intégrées dans l’édification du droit, le développement social et la vie quotidienne.
3) Élever le niveau de civilité de toute la société. Dans le cadre du développement du projet d’éducation morale des citoyens, nous ferons rayonner les vertus traditionnelles chinoises, renforcerons l’esprit familial, l’éducation familiale et la culture familiale, améliorerons l’éducation idéologique et morale chez les mineurs, promouvrons l’intérêt général, la moralité publique et l’intégrité, et élèverons le niveau de moralité et de civisme du peuple. Nous ferons progresser de manière coordonnée les activités visant à former, matérialiser et valoriser la civilisation spirituelle, favoriserons le développement intégré des valeurs spirituelles dans les zones urbaines et rurales, et inculquerons à toute la société l’esprit du travail, de l’effort, du dévouement, de l’innovation, de la frugalité et de l’économie, afin de créer une nouvelle physionomie et de nouvelles mœurs en phase avec notre époque. Il faut renforcer la capacité de vulgarisation scientifique au niveau national et mener en profondeur la campagne de lecture pour tous. Des efforts seront faits pour perfectionner l’organisation des services et du travail bénévoles. Nous promouvrons la culture de l’honnêteté et améliorerons les mécanismes permanents du crédit social. Il convient de valoriser l’exemple et la source d’inspiration créés par l’attribution des récompenses et des titres honorifiques du Parti et de l’État, et d’éveiller en chacun le désir d’imiter les personnes modèles, à vénérer les héros et à devenir des pionniers.
4) Promouvoir l’essor de la culture et de l’industrie culturelle. En plaçant le peuple au centre de la création littéraire et artistique, nous favoriserons l’apparition d’œuvres de qualité susceptibles d’augmenter la force spirituelle du peuple, ferons émerger un grand nombre d’écrivains et d’artistes très respectés pour leur haute moralité et leurs compétences professionnelles, et créerons un vaste contingent de talents de la culture, de la littérature et de l’art. Il faut, en continuant à assurer l’efficience économique tout en priorisant l’efficience sociale, approfondir la réforme du système culturel et perfectionner les mesures économiques en matière culturelle. Nous devons mettre en œuvre la stratégie de numérisation de la culture au niveau national, améliorer le système moderne de services culturels publics, et innover dans l’exécution des projets culturels bénéficiant à tous. Nous améliorerons l’industrie et le marché culturels modernes, et appliquerons la stratégie d’entraînement par des projets culturels de grande envergure. Nous accroîtrons nos efforts pour renforcer la sauvegarde du patrimoine matériel et culturel, prendrons mieux en compte la protection et la transmission du patrimoine historique et culturel dans le développement urbain et rural, et mènerons à bien la construction et la mise en valeur des parcs culturels nationaux. Il convient de développer le tourisme à l’aide de la culture et de faire rayonner la culture par l’essor du tourisme, de manière à favoriser l’approfondissement de leur intégration. Nous déploierons de grands efforts pour encourager la pratique d’activités sportives parmi la population, renforcerons notre travail en faveur de la pratique du sport chez les jeunes et stimulerons le développement des sports de masse et de compétition, afin de faire plus rapidement de la Chine un grand pays du sport.
5) Renforcer la diffusion et l’influence de la civilisation chinoise. Nous devons, dans le respect des valeurs de la culture chinoise, dégager et présenter l’identité spirituelle et la quintessence culturelle de la civilisation chinoise. Il faut accélérer la construction de notre terminologie et de notre discours narratif, afin de raconter la Chine telle qu’elle est, de rendre sa voix plus audible et de refléter sa vraie image ; celle d’une Chine dans laquelle on peut avoir confiance, à laquelle on peut s’attacher et qui attire le respect. Nous renforcerons nos capacités de communication internationale et augmenterons sur toute la ligne son efficacité, afin que notre droit à la parole corresponde à notre puissance globale et à la place que notre pays occupe sur la scène internationale. Il importe de favoriser les échanges et l’inspiration mutuelle entre les civilisations, et de faire en sorte que notre culture s’ouvre davantage au monde extérieur.
IX. AMÉLIORER LE BIEN-ÊTRE ET LA QUALITÉ DE VIE DU PEUPLE
L’État, c’est le peuple ; et le peuple, c’est l’État. Si le PCC, en s’appuyant sur le peuple, a pris le pouvoir et continue de gouverner, c’est parce qu’il a eu et conserve toujours son soutien. Le principe fondamental de la gouvernance est de procurer des avantages au peuple. L’édification du Parti dans l’intérêt public et l’exercice du pouvoir au bénéfice du peuple ont pour but fondamental d’œuvrer au bonheur du peuple. Il faut, tout en se développant, garantir et améliorer le bien-être de la population, et encourager une lutte commune pour créer une belle vie et satisfaire sans cesse les aspirations du peuple à une vie meilleure.
Nous devons matérialiser, préserver et satisfaire les intérêts fondamentaux de la grande majorité de la population ; nous saisir des questions qui touchent aux intérêts directs et immédiats de la population et qui sont au centre de ses préoccupations ; et nous efforcer de résoudre les problèmes épineux qui préoccupent les masses populaires et qui réclament d’urgence une solution. Pour ce faire, nous devons donner le meilleur de nous-mêmes dans tout ce que nous entreprenons, nous rendre parmi les masses et aux échelons de base, et prendre davantage de mesures qui sont bénéfiques au bien-être du peuple et appréciées par lui. Il importe de perfectionner le système de services publics de base, d’améliorer la qualité des services publics ainsi que leur répartition et accessibilité, afin de promouvoir effectivement la prospérité commune.
1) Améliorer le système de distribution. Le système de distribution joue un rôle de base pour promouvoir la prospérité commune. Nous devons continuer à accorder la priorité à la répartition des revenus selon le travail fourni tout en maintenant la coexistence de multiples modes de distribution, et établir un système institutionnel coordonnant la distribution primaire, la redistribution et la tierce distribution. Il convient de chercher à augmenter la part des revenus des habitants dans la répartition du revenu national et la part des rémunérations du travail dans la distribution primaire. Il importe de continuer à appliquer le principe selon lequel ceux qui travaillent plus gagnent plus, d’encourager la population à travailler durement pour s’enrichir, de promouvoir l’égalité des chances, d’augmenter les revenus des personnes à bas revenu et de faire en sorte que la population à revenu moyen s’accroisse. Il est nécessaire d’optimiser les politiques et le système de rémunération en fonction des facteurs de production, de chercher à multiplier les canaux destinés à augmenter les revenus issus de ces facteurs pour les personnes à faible revenu et à revenu moyen, et de diversifier les moyens favorisant la hausse des revenus relatifs à la propriété des ménages urbains et ruraux. Il faut intensifier la régulation à travers la fiscalité, la sécurité sociale et les transferts de paiements. Il convient de parachever le système de l’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP), et de réglementer l’ordre de distribution des revenus et les mécanismes d’accumulation des richesses, en veillant à protéger les revenus légitimes, à réajuster les revenus trop élevés et à supprimer les gains illicites. Il faut également orienter et soutenir les entreprises, les organisations sociales et les individus qui ont à la fois la volonté et la capacité de participer aux œuvres d’intérêt public et de bienfaisance.
2) Appliquer la stratégie de priorité à l’emploi. L’emploi touche au bien-être fondamental de la population. Il faut renforcer les politiques de priorité à l’emploi, perfectionner les mécanismes favorisant l’emploi et promouvoir le plein emploi axé sur la qualité. Nous devons améliorer le système de services publics en matière d’emploi, optimiser le système de soutien à l’embauche des personnes prioritaires et renforcer l’assistance en matière d’emploi aux populations démunies pour garantir leurs moyens d’existence. Il importe de coordonner les politiques d’emploi en milieux urbain et rural, de mettre fin aux systèmes et politiques qui entravent la mobilité de la main-d’œuvre et des personnes compétentes, de supprimer les restrictions injustifiées compromettant l’équité en matière d’emploi et d’en finir avec les discriminations dans ce domaine, afin que chacun puisse réaliser son épanouissement personnel grâce à ses efforts. Nous améliorerons le système de formation professionnelle permanente et veillerons à ce que les problèmes structurels en matière d’emploi soient résolus. Il convient de perfectionner le système de garantie visant à stimuler l’emploi par l’entrepreneuriat, ainsi que de soutenir et réglementer le développement de nouvelles formes d’emploi. Il faut perfectionner les lois et règlements sur le travail, améliorer les mécanismes de concertation et de coordination en matière de relations de travail, et optimiser le système de protection des droits et intérêts des travailleurs, tout en renforçant la protection des droits et intérêts des travailleurs flexibles et de ceux qui sont engagés dans de nouvelles formes d’activités.
3) Parachever le système de protection sociale. Le système de protection sociale constitue un filet de sécurité dans la vie quotidienne de la population et un stabilisateur de la société. Il faut optimiser notre système de protection sociale à multiples niveaux pour qu’il couvre l’ensemble de la population, coordonne les zones urbaines et rurales, et qu’il soit fiable, unifié, équitable, réglementé et durable. Il faut également améliorer la gestion centralisée au niveau national de l’assurance vieillesse de base et développer un système d’assurance vieillesse multiniveaux et multipiliers. Un report progressif de l’âge légal de la retraite sera mis en œuvre. Il faut élargir la couverture des diverses assurances sociales, parachever le mécanisme de financement de l’assurance vieillesse de base et de l’assurance maladie de base ainsi que le mécanisme de réajustement des pensions et des remboursements afférents, et promouvoir la gestion unifiée au niveau provincial de l’assurance maladie de base, de l’assurance chômage et de l’assurance contre les accidents du travail. Il importe de promouvoir une bonne coordination des systèmes de protection médicale à multiples niveaux, de parachever le système d’assurance contre les maladies graves et le système d’assistance médicale, de mieux appliquer le règlement direct des frais médicaux générés en dehors de la région de domiciliation, d’établir un système d’assurance pour les soins de longue durée et de développer activement l’assurance médicale commerciale. Nous devons accélérer l’amélioration de la plateforme nationale unifiée des services publics d’assurance sociale, renforcer le système permettant de valoriser et revaloriser le fonds de sécurité sociale et d’assurer un contrôle sur sa sécurité, et optimiser le système d’assistance sociale hiérarchisée et catégorisée. Nous poursuivrons la politique fondamentale de l’égalité homme-femme, et protégerons les droits et intérêts légitimes des femmes et des enfants. Nous améliorerons le système de protection sociale et de services en faveur des personnes handicapées, et promouvrons le développement intégral de leur cause. Conformément au principe dit « le logement, c’est pour habiter, pas pour spéculer », nous accélérerons la mise en place d’un système de logement caractérisé par la diversification de l’offre, la multiplication des garanties et une importance égale accordée à l’achat et à la location.
4) Poursuivre l’action « Chine saine ». La bonne santé du peuple est le signe essentiel de la prospérité de la nation et de la puissance de l’État. Il faut que la protection de la santé des personnes occupe une position stratégique privilégiée et que les politiques visant à l’amélioration de la santé du peuple soient perfectionnées. Il importe de mettre à niveau la stratégie de développement démographique, d’établir un système de politiques de soutien en matière de natalité et de réduire les coûts liés à la maternité, à l’éducation et aux soins prodigués par la famille. Nous appliquerons une stratégie nationale de réponse active au vieillissement de la population, promouvrons les œuvres de bienfaisance et les secteurs industriels de services aux personnes âgées, améliorerons les services aux personnes âgées isolées et ferons en sorte que toutes les personnes âgées puissent accéder aux services de base qui leur sont destinés. Nous approfondirons la réforme du système médical, pharmaceutique et sanitaire, tout en promouvant le développement et la gestion coordonnés des soins médicaux, de l’assurance maladie et des services pharmaceutiques. Nous favoriserons l’expansion des ressources médicales de haute qualité et leur répartition équilibrée entre les régions. En adhérant au principe dit « la prévention d’abord », nous renforcerons les soins intégrés pour les maladies chroniques graves, et améliorerons la capacité de prévention et de traitement des maladies aux échelons de base ainsi que les services locaux dans la gestion de la santé. Nous devons mener en profondeur une réforme des hôpitaux publics pour qu’ils soient plus orientés vers l’intérêt public et réglementer le développement des hôpitaux privés. Il faut renforcer le personnel médical et sanitaire, notamment dans les zones rurales et au niveau des quartiers d’habitation. Il est nécessaire d’accorder plus d’attention à la santé psychologique et à l’hygiène mentale, et de promouvoir la transmission et le développement innovant de la médecine et de la pharmacologie traditionnelles chinoises. Il faut renouveler le mécanisme visant à coordonner et combiner les soins médicaux avec la prévention et le contrôle, améliorer le système de santé publique, augmenter la capacité de dépistage précoce des épidémies graves, renforcer le système de prévention, de contrôle et de traitement des épidémies graves ainsi que la capacité d’intervention d’urgence, afin de freiner efficacement la propagation des maladies contagieuses graves. Nous poursuivrons en profondeur l’action « Chine saine » et la campagne patriotique en faveur de l’hygiène, tout en préconisant un mode de vie à la fois sain et civilisé.
X. PROMOUVOIR LE DÉVELOPPEMENT VERT ET LA COEXISTENCE HARMONIEUSE ENTRE L’HOMME ET LA NATURE
La nature offre aux êtres humains les conditions indispensables à leur existence et à leur développement. Il faut la respecter, s’y adapter et la protéger comme il se doit. C’est aussi une exigence inhérente à l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne. La nature est la source de toutes nos richesses : il faut graver dans notre esprit cette idée, agir en conséquence, et planifier le développement en prenant en compte la coexistence harmonieuse entre l’homme et la nature.
Nous devons faire progresser la construction d’une belle Chine. Pour y parvenir, nous procéderons à une protection intégrale et à un aménagement systématique de l’environnement comprenant les montagnes, les rivières, les forêts, les champs, les lacs, les steppes et les déserts de sable, coordonnerons les actions menées dans les domaines tels que la restructuration industrielle, le traitement de la pollution, la protection des écosystèmes et la lutte contre le changement climatique, ferons progresser de manière synergique la réduction des émissions de carbone, la diminution de la pollution, l’extension des espaces verts et le maintien de la croissance, et promouvrons un développement vert, sobre en carbone, économe en ressources et hautement performant qui accorde la priorité à la protection de l’environnement.
1) Accélérer la transition écologique du mode de développement. Promouvoir un développement économique et social à la fois écologique et bas carbone constitue le maillon clé permettant d’assurer un développement de qualité. Il faut accélérer la restructuration et la mise à niveau des industries, des filières énergétiques, des transports et des communications. En adoptant une stratégie d’économie tous azimuts, nous favoriserons l’utilisation économe et efficace de toutes les ressources, et instaurerons au plus vite un système de recyclage des déchets. Il faut parachever les mesures incitatives en matière budgétaire, fiscale, financière, d’investissement et de prix ainsi que les critères qui sont favorables au développement vert ; développer les industries vertes et bas carbone ; améliorer le système de répartition selon les règles du marché des ressources et des facteurs de l’environnement ; accélérer la R-D, la généralisation et la mise en application des technologies avancées permettant d’économiser l’énergie et de réduire les émissions de CO2 ; et encourager la consommation verte, de manière à ce qu’émergent un mode de vie et un mode de production verts et bas carbone.
2) Approfondir la lutte contre la pollution. Nous devons poursuivre en profondeur la campagne « ciel bleu, eaux limpides, terre propre » par l’adoption de mesures ciblées, scientifiques et respectueuses de la loi. Il faut procéder à un contrôle synergique des polluants et éliminer l’essentiel de la pollution atmosphérique grave. Il importe de coordonner les efforts en faveur de l’aménagement des ressources en eau ainsi que des milieux et écosystèmes aquatiques, de promouvoir la protection et l’aménagement des écosystèmes des fleuves, rivières, lacs et réservoirs importants, et de chercher à éliminer les eaux putrides des villes. Il est nécessaire de renforcer la prévention et le contrôle à la source de la pollution des sols, et de mettre en place une gestion des nouvelles matières polluantes. Il faut mettre à niveau les infrastructures environnementales et renforcer l’aménagement de l’habitat urbain et rural. Toutes les émissions de polluants seront soumises à un système de permis, et le système moderne d’aménagement de l’environnement sera optimisé. Il convient de prévenir et de contrôler strictement les risques environnementaux. Les tournées d’inspection organisées par les autorités centrales sur la protection de l’environnement seront poursuivies en profondeur.
3) Assurer la préservation de la diversité, de la stabilité et de la durabilité des écosystèmes. Nous accélérerons la mise en œuvre de grands projets de protection et de restauration des écosystèmes importants en mettant l’accent sur les réserves naturelles, les zones clés à fonction écologique de niveau national et le respect de la ligne rouge ; promouvrons la construction d’un réseau de réserves naturelles centré sur les parcs nationaux ; lancerons de grands projets de préservation de la biodiversité ; entreprendrons, en suivant des méthodes scientifiques, l’action de reboisement du territoire à grande échelle ; approfondirons la réforme du régime de propriété forestière collective ; mettrons en œuvre le système de repos et de remise en état des steppes, forêts, rivières, lacs et zones humides ; mènerons à bien le moratoire décennal sur la pêche dans le Changjiang ; et optimiserons le système de jachère et de rotation des cultures. Un mécanisme de valorisation des produits écologiques sera introduit, et le système de compensation pour la protection des écosystèmes devra être complété. Nous renforcerons la gestion de la biosécurité tout en prévenant et contrôlant les invasions d’espèces exotiques.
4) Poursuivre activement et prudemment nos actions en matière d’atteinte du pic des émissions de CO2 et de neutralité carbone. Il s’agit là d’une réforme systémique sur les plans économique et social qui est à la fois vaste et profonde. Nous devons, en nous appuyant sur les ressources énergétiques dont est doté notre pays et en suivant le principe selon lequel « on ne doit détruire l’ancien que lorsque le nouveau est prêt à le remplacer », poursuivre de façon méthodique et graduelle le plan d’action pour l’atteinte du pic des émissions de CO2. Nous améliorerons le contrôle de l’intensité et du volume global de la consommation d’énergie, tout en nous concentrant sur le contrôle de la consommation des énergies fossiles, afin de parvenir progressivement à la mise en place d’un système de « double contrôle » (intensité + volume global) des émissions de carbone. Nous promouvrons une utilisation propre, efficace et sobre en carbone dans le domaine énergétique, ainsi qu’une transition propre et bas carbone dans les domaines de l’industrie, du bâtiment et du transport. Nous mènerons en profondeur la révolution énergétique, renforcerons l’utilisation propre et efficace du charbon, intensifierons la prospection et l’exploitation du pétrole et du gaz naturel tout en accroissant leur volume de production et leurs réserves, accélérerons la planification et l’élaboration d’un nouveau système énergétique, coordonnerons les projets hydroélectriques et la protection de l’environnement, développerons de manière plus active, sûre et structurée l’électricité nucléaire, redoublerons d’efforts pour améliorer le système de production, d’approvisionnement, de stockage et de vente d’énergie, et ferons tout pour assurer la sécurité énergétique. Nous parachèverons le système de recensement et de calcul des émissions de carbone, et développerons le marché d’échange de quotas d’émission de carbone. Nous améliorerons la capacité à séquestrer le carbone des écosystèmes. De plus, nous prendrons une part active à la gouvernance mondiale en matière de changements climatiques.
XI. PROMOUVOIR LA MODERNISATION DU SYSTÈME DE SÉCURITÉ NATIONALE ET DE LA CAPACITÉ EN LA MATIÈRE, ET SAUVEGARDER
LA SÉCURITÉ NATIONALE ET LA STABILITÉ SOCIALE
La sécurité nationale constitue le fondement du renouveau de la nation, et la stabilité sociale, la condition préalable à la prospérité du pays. Il nous faut appliquer résolument le concept global de sécurité nationale et intégrer la préservation de la sécurité nationale dans tout le processus et tous les aspects du travail du Parti et de l’État pour assurer la sécurité nationale et la stabilité sociale.
En prenant pour objectif fondamental la sécurité de la population, pour fondement la sécurité politique, pour base la sécurité économique, pour garantie la sécurité dans les domaines militaire, scientifique, technologique, culturel et social, et pour appui la promotion de la sécurité internationale, nous devons planifier de manière coordonnée la sécurité extérieure et la sécurité intérieure, la sécurité du territoire et la sécurité des citoyens, la sécurité conventionnelle et la sécurité non conventionnelle, ainsi que la sécurité nationale et la sécurité commune. Nous devons procéder à une planification d’ensemble de la sauvegarde et du remodelage de la sécurité nationale, consolider les fondements aux échelons de base sur lesquels s’appuient la sécurité nationale et la stabilité sociale, perfectionner le mécanisme favorisant notre participation à la gouvernance mondiale en matière de sécurité, afin de faire de la Chine un pays encore plus sûr, et de garantir notre nouveau modèle de développement par une nouvelle architecture de sécurité.
1) Optimiser le système de sécurité nationale. Nous devons rester fidèles à la direction centralisée et unifiée du Comité central du Parti sur la sécurité nationale, tout en améliorant le système de direction hautement efficace et faisant autorité dans ce domaine. Nous renforcerons le mécanisme de coordination du travail sur la sécurité nationale, perfectionnerons les lois, les stratégies et les politiques en la matière, compléterons le système de surveillance et d’alerte des risques et le système national d’intervention d’urgence, optimiserons le système de garantie de la sécurité dans les domaines prioritaires ainsi que le système de commandement et de coordination des grands projets spécifiques, et renforcerons la construction du système de garantie de la sécurité dans les domaines de l’économie, des grands projets d’infrastructures, de la finance, de l’Internet, des données, de la biologie, des ressources, du nucléaire, de l’espace et de la mer. Nous améliorerons également les mécanismes de lutte contre les sanctions, les ingérences et les « juridictions à bras long ». Nous bâtirons, en rendant plus optimale la répartition de nos forces, un système de protection de la sécurité nationale multidimensionnel et hautement efficace qui permette une action synergique sur le plan national.
2) Renforcer notre capacité à défendre la sécurité nationale. Il nous faut préserver fermement la sécurité du pouvoir de l’État et de ses systèmes ainsi que son idéologie ; renforcer notre capacité de défense de la sécurité dans les domaines prioritaires ; assurer la sécurité alimentaire et énergétique ainsi que la sécurité des chaînes industrielles et d’approvisionnement d’importance majeure ; améliorer notre capacité à garantir la sécurité de nos citoyens et personnes morales à l’étranger, afin d’y protéger leurs droits et intérêts légitimes ; sauvegarder nos droits et intérêts maritimes ; et défendre fermement notre souveraineté, notre sécurité et nos intérêts en matière de développement. Nous renforcerons notre capacité de prévention et de résorption des risques majeurs, veillerons à prévenir les risques sécuritaires systémiques, et sévirons contre les tentatives d’infiltration, de sabotage, de subversion et de sécession des forces hostiles. Nous devons renforcer sur tous les plans l’éducation sur la sécurité nationale, améliorer la capacité des cadres dirigeants à tous les niveaux à coordonner le développement et la sécurité, renforcer la sensibilisation des citoyens à la sécurité nationale, élever leur niveau de formation en la matière et cimenter la ligne de défense formée par le peuple.
3) Mettre à niveau la gouvernance en matière de sécurité publique. En donnant la priorité à la sécurité et en axant nos efforts sur la prévention, nous créerons un cadre global de sécurité et d’intervention d’urgence, perfectionnerons le système de sécurité publique, et ferons évoluer le modèle de gouvernance en matière de sécurité publique vers la prévention. Il convient de poursuivre une action spéciale pour prévenir les risques liés à la sécurité dans la production et de renforcer le contrôle de la sécurité dans les secteurs et domaines prioritaires. Nous augmenterons nos capacités à prévenir les calamités naturelles, à limiter leurs conséquences et à venir en aide aux sinistrés, ainsi qu’à assurer la gestion et l’approvisionnement en cas d’incidents publics inopinés graves, et renforcerons les forces nationales d’intervention d’urgence au niveau régional. Nous resserrerons le contrôle sur la sécurité des produits alimentaires et pharmaceutiques et optimiserons le système de contrôle, d’alerte et de prévention en matière de biosécurité. Nous renforcerons également la protection des données personnelles.
4) Perfectionner le système de gouvernance sociale. Il nous faut optimiser le système de gouvernance sociale dit « concertation, synergie et partage » et améliorer l’efficacité de la gouvernance sociale. En maintenant et développant une version Ère nouvelle de l’« Expérience de Fengqiao » aux échelons de base de la société, nous veillerons à perfectionner le mécanisme assurant une gestion adéquate des contradictions au sein du peuple dans la nouvelle situation que nous connaissons ; à renforcer et améliorer la gestion des doléances écrites et orales du peuple ; à fluidifier et réglementer les voies d’expression des revendications des masses populaires, de conciliation de leurs intérêts et de garantie de leurs droits et intérêts ; à parfaire la plateforme de gouvernance aux échelons de base qui est caractérisée par une gestion en mode de maillage, soutenue par l’informatique, et qui offre des services personnalisés ; à optimiser le système de gestion dans les quartiers d’habitation urbains et ruraux ; à apporter, dès leur émergence, une solution aux différends et divergences aux échelons de base. Nous améliorerons la capacité de gouvernance sociale au niveau des municipalités tout en accélérant la modernisation dans ce domaine. Il faut renforcer la prévention et le contrôle complets en matière d’ordre public, poursuivre la lutte permanente contre les bandes mafieuses et sévir en vertu de la loi contre toutes les activités criminelles et délictueuses qui suscitent un vif mécontentement de la population. Nous favoriserons la prévention et la gouvernance par les masses, et créerons une atmosphère sociale où chacun a le courage de s’élever contre l’injustice, afin d’édifier une communauté de gouvernance sociale bénéficiant à tous et au sein de laquelle chaque citoyen remplit ses devoirs et assume ses responsabilités.
 
 
XII. RÉALISER L’OBJECTIF DU CENTENAIRE DE L’ARMÉE POPULAIRE
DE LIBÉRATION, ET OUVRIR DE NOUVELLES PERSPECTIVES
POUR LA MODERNISATION DE LA DÉFENSE NATIONALE ET DE L’ARMÉE
Réaliser comme prévu l’objectif du centenaire de l’Armée populaire de Libération et faire rapidement de l’armée populaire une armée de premier rang mondial constituent une exigence stratégique de l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne. Nous devons appliquer la pensée du Parti sur le renforcement de l’armée dans la nouvelle ère, suivre la stratégie militaire de la nouvelle ère, et maintenir la direction absolue du Parti sur l’armée populaire. Il nous incombe de poursuivre l’édification de l’armée sur le plan politique et le renforcement de l’armée grâce à la réforme, aux sciences et technologies, ainsi qu’à l’amélioration de la qualité de ses effectifs, tout en assurant son administration en vertu de la loi. Il faut continuer à mener en parallèle les combats, les préparatifs de combat et l’édification de l’armée ; poursuivre le développement intégré de la mécanisation de nos forces militaires, de leur informatisation et de leurs techniques en matière d’intelligence artificielle ; accélérer la modernisation de l’armée sur les plans de la théorie militaire, de l’organisation, du personnel et de l’armement ; améliorer sa capacité stratégique à défendre la souveraineté, la sécurité et les intérêts nationaux en matière de développement ; et s’assurer que les missions et tâches de l’armée populaire dans la nouvelle ère soient effectivement accomplies.
Nous devons renforcer sur tous les plans l’édification du Parti au sein de l’armée populaire et nous assurer que le Parti « commande aux fusils » pour toujours. Il faut, de ce fait, optimiser les mécanismes permettant d’appliquer le système de la pleine responsabilité du président de la Commission militaire centrale. Il faut également équiper notre armée de théories innovantes du Parti et organiser une campagne d’éducation et de mise en pratique dite « étudions la pensée sur le renforcement de l’armée et accomplissons des exploits pour cette cause ». Nous devons renforcer l’étude sur l’histoire de l’armée, faire prospérer la culture du renforcement de l’armée et intensifier la formation sur l’esprit de combat. Nous veillerons à consolider l’organisation du Parti au sein de l’armée populaire, à institutionnaliser et organiser sur une base régulière les campagnes d’instruction politique, et à poursuivre sans relâche nos efforts pour améliorer notre style de travail et faire régner une discipline rigoureuse, tout en continuant notre lutte contre la corruption.
Nous devons intensifier intégralement les entraînements militaires et la préparation au combat, et renforcer la capacité de l’armée populaire à gagner les batailles. Il nous faut étudier et maîtriser les caractéristiques et les lois de la guerre basée sur l’informatisation et les techniques de l’intelligence artificielle, faire des innovations en matière d’orientations stratégiques, et développer des stratégies et tactiques de guerre populaire. Il faut bâtir un système de forte dissuasion stratégique, augmenter le poids des forces combatives de sphère et de nature nouvelles, accélérer le développement des forces de combat automatisées et intelligentes, et planifier intégralement l’édification et la mise en service des réseaux informatiques. Nous perfectionnerons le système de commandement des opérations interarmées, renforcerons les systèmes de détection, d’alerte, de frappe conjointe, de soutien au champ de bataille et de logistique globale, et améliorerons nos capacités dans ces domaines. Nous mènerons en profondeur des exercices militaires simulant des guerres réelles et renforcerons les entraînements interarmées, les entraînements de combats simulés et les entraînements basés sur les sciences et technologies. Nous devons valoriser de manière constante et diversifiée les forces armées, faire en sorte qu’elles livrent les batailles de façon résolue et flexible, créer une situation favorable à la sécurité, contenir et contrôler les crises et conflits, et gagner les guerres locales.
Nous devons renforcer sur tous les fronts l’administration de l’armée, multiplier et consolider les résultats de la réforme de la défense nationale et de l’armée, parfaire la composition et l’organisation des forces armées, et optimiser le système institutionnel de politiques militaires. Il faut renforcer la planification globale des combats, de l’édification de l’armée et des préparatifs de combat dans le cadre des missions importantes en matière de défense nationale et de forces militaires, accélérer le développement de la logistique moderne, mettre en œuvre les grands projets sur les sciences et technologies de la défense nationale et sur les armements et équipements militaires, et accélérer l’usage des sciences et technologies dans les combats. Nous devons approfondir la réforme des écoles militaires, mettre à niveau le système de formation de militaires de type nouveau et innover dans la gestion des ressources humaines militaires. Il faut renforcer l’édification du mécanisme d’administration de l’armée en vertu de la loi et la planification stratégique dans ce domaine, et perfectionner le système à la chinoise d’administration militaire en vertu de la loi. De plus, il faut améliorer la gestion stratégique et accroître l’efficience du système militaire et la rentabilité des ressources de la défense nationale.
Nous devons consolider et améliorer le système intégré de stratégies nationales et la capacité en la matière. Il faut renforcer la synergie des dispositions stratégiques et la coordination du système institutionnel des domaines militaires et civils ainsi que le partage de leurs ressources. Il faut parfaire le système et la répartition des industries relevant des sciences et technologies de la défense nationale, et œuvrer au renforcement des capacités dans ces industries. Il faut accroître la sensibilisation de la population à la défense nationale, renforcer la mobilisation pour la défense nationale et les forces de réserve, ainsi que faire avancer la défense frontalière, maritime et aérienne moderne. Il faut accroître le nombre de distinctions honorifiques octroyées aux militaires et à leurs familles ainsi que la protection de leurs droits et intérêts, offrir de bons services aux militaires démobilisés et bien assurer leur protection, ainsi que consolider et favoriser l’unité entre l’armée et le gouvernement, de même qu’entre l’armée et le peuple.
L’armée populaire est une armée héroïque sur laquelle le Parti et le peuple pourront toujours compter ; elle a confiance en sa capacité à défendre la souveraineté, l’unité et l’intégrité territoriale du pays, à offrir une garantie stratégique à la réalisation du grand renouveau de la nation chinoise et à apporter une contribution encore plus importante à la paix et au développement dans le monde.
XIII. MAINTENIR ET AMÉLIORER LE PRINCIPE D’« UN PAYS, DEUX SYSTÈMES » ET PROMOUVOIR LA RÉUNIFICATION DE LA PATRIE
Le principe d’« un pays, deux systèmes » est une innovation magistrale du socialisme à la chinoise et constitue la meilleure disposition institutionnelle pour assurer la prospérité et la stabilité à long terme de Hong Kong et de Macao depuis leur rétrocession. Il est donc impératif de maintenir durablement ce principe.
Nous devons appliquer résolument, intégralement et correctement les principes dits « un pays, deux systèmes », « administration de Hong Kong par les Hongkongais », « administration de Macao par les Macanais », ainsi que le principe consistant à leur accorder un haut degré d’autonomie ; continuer d’administrer Hong Kong et Macao dans le respect de la légalité ; et préserver l’ordre constitutionnel déterminé par la Constitution et les lois fondamentales dans ces deux régions administratives spéciales (RAS). Nous devons maintenir et perfectionner notre système institutionnel fondé sur le principe d’« un pays, deux systèmes », et continuer d’exercer le pouvoir de gouvernance globale de l’autorité centrale à l’égard des RAS, de faire appliquer les principes dits « administration de Hong Kong par les patriotes » et « administration de Macao par les patriotes », et de concrétiser le système juridique sur la sauvegarde de la sécurité nationale dans les RAS ainsi que les mécanismes d’application en la matière. Il faut coordonner le renforcement du pouvoir de gouvernance globale de l’autorité centrale et la garantie du haut degré d’autonomie des RAS, défendre le rôle central des chefs exécutifs, appuyer les gouvernements des RAS et leur chef exécutif dans l’exercice de leur pouvoir légal et dans l’amélioration de leur capacité d’administration et de gouvernance sur tous les plans, perfectionner les systèmes législatif et judiciaire des RAS, maintenir sur le long terme le système capitaliste et le mode de vie de ces deux régions, et promouvoir la prospérité et la stabilité durables de Hong Kong et de Macao.
Nous continuerons à soutenir les efforts de Hong Kong et de Macao pour développer leur économie, améliorer leur bien-être social et régler les contradictions et problèmes profonds qui sont inhérents à leur développement économique et social. Nous travaillerons à valoriser les atouts et les caractéristiques de Hong Kong et de Macao, à consolider et à élever leur position dans les domaines de la finance internationale, du commerce, des transports maritimes et aériens, de l’innovation, des sciences et technologies, de la culture, du tourisme, etc., et à promouvoir des échanges plus ouverts et des coopérations plus étroites de Hong Kong et Macao avec les pays et territoires du monde entier. Il nous incombe de faire progresser la construction de la région de la Grande Baie Guangdong-Hong Kong-Macao, de soutenir une meilleure intégration de Hong Kong et de Macao aux plans nationaux de développement et de les encourager à jouer un plus grand rôle dans la réalisation du grand renouveau de la nation chinoise.
Nous veillerons également à développer des forces attachées à Hong Kong, à Macao et à la patrie, et à renforcer l’esprit patriotique parmi nos concitoyens de ces deux régions, afin de former un front uni plus large réunissant les soutiens en Chine et à l’étranger du principe d’« un pays, deux systèmes ». Nous continuerons de réprimer résolument les forces qui cherchent à déstabiliser Hong Kong et Macao pour déstabiliser la Chine, ainsi que de prévenir et de contrecarrer l’immixtion des forces étrangères dans les affaires de ces deux régions.
Résoudre la question de Taiwan et réaliser la réunification complète de la patrie constituent une tâche historique immuable du Parti. Cette entreprise correspond à l’aspiration commune de tous les Chinois et s’avère indispensable pour réaliser le grand renouveau de la nation chinoise. Nous devons poursuivre l’application de la stratégie générale du Parti visant à résoudre la question de Taiwan dans la nouvelle ère, demeurer un acteur décisif dans les relations entre les deux rives du détroit de Taiwan et garder l’initiative sur ce dossier pour faire avancer résolument la grande cause de la réunification de la patrie.
Le principe dit « réunification pacifique ; un pays, deux systèmes » constitue le meilleur moyen de réaliser la réunification des deux rives du Détroit, et représente l’intérêt de nos compatriotes des deux rives et de la nation chinoise tout entière. Nous restons attachés au principe d’une seule Chine et au « Consensus de 1992 ». Sur cette base, nous sommes disposés à procéder, avec les partis et groupements politiques et les personnalités de tous les milieux et de toutes les couches sociales de Taiwan, à de larges consultations approfondies sur les relations inter-détroit et la réunification de la patrie, pour promouvoir le développement pacifique des relations entre les deux rives du Détroit et la réunification pacifique du pays. Nous devons continuer à unir nos compatriotes de Taiwan, soutenir fermement les forces patriotiques de l’île de Taiwan favorables à la réunification, suivre ensemble le courant de l’histoire, défendre la juste cause de la nation, nous opposer fermement à l’« indépendance » et travailler pour la réunification de la patrie. Notre grande patrie sera toujours la clé de voûte de toutes les forces patriotiques favorables à la réunification.
Nous formons, avec nos compatriotes de l’autre rive, une seule et même famille liée par le sang. Nous continuerons, en éprouvant toujours du respect pour nos compatriotes de Taiwan, en leur témoignant notre sollicitude et en œuvrant à leur bonheur, de promouvoir les échanges et la coopération économiques et culturels entre les deux rives du Détroit, de mener en profondeur le développement intégré des deux rives dans tous les domaines, d’améliorer les systèmes et politiques visant à accroître le bien-être de nos compatriotes de Taiwan, et d’inviter la population des deux rives du Détroit à faire rayonner ensemble la culture chinoise. Tout cela nous permettra de former ensemble une communauté de cœur.
Taiwan appartient à la Chine, et c’est une question que seuls les Chinois peuvent trancher. Nous continuerons à manifester la plus grande sincérité et à faire tout notre possible en vue de réaliser la réunification pacifique. Cependant, nous ne pouvons garantir que nous n’aurons jamais recours à la force et nous gardons toutes les options ouvertes. Nous ne ciblons en aucun cas nos compatriotes de Taiwan, mais les ingérences des forces extérieures et les activités sécessionnistes d’une infime minorité d’éléments visant à l’« indépendance de Taiwan ». Le courant de l’histoire progresse sans arrêt vers la réunification du pays et le renouveau national. La réunification complète de la patrie devra être réalisée, et se réalisera certainement.
XIV. PROMOUVOIR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT DANS LE MONDE, AINSI QUE LA CONSTRUCTION D’UNE COMMUNAUTÉ
DE DESTIN POUR L’HUMANITÉ
Aujourd’hui, le monde, l’époque et l’histoire connaissent des changements sans précédent. D’un côté, le courant de l’histoire marqué par la paix, le développement, la coopération et le principe gagnant-gagnant est irrésistible. Cette aspiration commune de tous et cette grande tendance annoncent l’avenir radieux de l’humanité. De l’autre, la recherche d’une domination hégémonique, la volonté d’imposer la politique du plus fort et les tentatives d’intimidation au moyen de l’abus de puissance, de brutalités exercées sur les pays faibles, de l’accaparement de richesses, du pillage et du jeu à somme nulle ont de graves et profonds impacts ; les déficits en matière de paix, de développement, de sécurité et de gouvernance continuent de se creuser ; et la société humaine est confrontée à des défis inédits. Le monde se trouve de nouveau à un carrefour de l’histoire et son avenir dépend du choix de tous les peuples.
La Chine poursuit depuis toujours une politique extérieure ayant pour but la préservation de la paix mondiale et la promotion du développement commun, et s’engage dans la construction d’une communauté de destin pour l’humanité.
En poursuivant résolument sa politique extérieure d’indépendance et de paix, la Chine déterminera toujours sa position et ses politiques en faisant, dans le cours des événements, la distinction entre ce qui est juste et ce qui est erroné, et continuera à défendre les normes fondamentales régissant les relations internationales ainsi que l’équité et la justice internationales. Elle respectera la souveraineté et l’intégrité territoriale de tous les États, ainsi que les voies de développement et les systèmes sociaux choisis en toute indépendance par leurs peuples ; promouvra l’égalité entre les pays, quelles que soient leur taille, leur puissance et leur richesse ; s’opposera fermement à l’hégémonisme et à la politique du plus fort sous toutes leurs formes ; et rejettera la mentalité de guerre froide, les ingérences dans les affaires intérieures d’autres pays et le « deux poids, deux mesures ». La Chine appliquera la politique de défense nationale à caractère défensif, et son développement permettra aux forces en faveur de la paix dans le monde de gagner du terrain. Elle ne prétendra jamais à l’hégémonie ni à l’expansion, quel que soit son niveau de développement.
La Chine développera des liens d’amitié et de coopération avec les autres pays sur la base des Cinq principes de la coexistence pacifique, et continuera d’œuvrer à l’établissement d’un nouveau type de relations internationales, à l’approfondissement de partenariats d’égal à égal, ouverts et coopératifs dans le monde, et à la recherche d’une plus grande convergence d’intérêts avec les autres pays. Elle promouvra des relations entre grands pays caractérisées par la coexistence pacifique, une stabilité générale et un développement équilibré, en encourageant la coordination et l’interaction constructive entre eux. Sur la base de l’amitié, la sincérité, la réciprocité et l’inclusion et du principe diplomatique de bon voisinage et de partenariat avec ses voisins, la Chine cherchera à approfondir la confiance mutuelle et les relations amicales avec les pays voisins, de même qu’à faire mieux converger ses intérêts avec les leurs. Attachée à une juste conception de l’équilibre entre l’équité et l’intérêt propre ainsi qu’au principe de « sincérité, pragmatisme, amitié et franchise », elle renforcera la solidarité et la coopération avec les autres pays en voie de développement (PVD) et défendra les intérêts communs qu’elle partage avec eux. Le PCC entend intensifier, sur la base des principes d’indépendance, d’égalité totale, de respect mutuel et de non-ingérence dans les affaires intérieures d’autrui, les échanges et la coopération avec les partis et organisations politiques étrangers, et encourager les assemblées populaires, les conférences consultatives politiques, l’armée, les autorités locales et les organisations non gouvernementales à multiplier leurs échanges avec l’extérieur.
En appliquant sa politique fondamentale d’ouverture sur l’extérieur et en poursuivant une stratégie d’ouverture mutuellement bénéfique, la Chine offrira sans cesse de nouvelles opportunités au monde par son nouveau développement et œuvrera à la construction d’une économie mondiale ouverte, de manière à apporter plus de bénéfices aux autres peuples. Elle continuera de promouvoir la mondialisation économique qui est la bonne direction à suivre ; de favoriser la libéralisation et la facilitation du commerce et de l’investissement ; d’encourager la coopération bilatérale, régionale et multilatérale ; de favoriser une meilleure coordination internationale en matière de politiques macroéconomiques ; de créer avec les autres pays un environnement international favorable au développement ; et de former de nouvelles forces motrices du développement mondial. Elle s’opposera au protectionnisme, à la « construction de murs et de barrières », au « découplage » et à la « rupture des chaînes industrielles et d’approvisionnement », ainsi qu’aux sanctions unilatérales et à l’exercice des pressions extrêmes. La Chine est disposée à investir davantage de ressources pour promouvoir la coopération en matière de développement global, s’engage à réduire l’écart Nord-Sud, et à accorder un soutien et une aide solides aux PVD pour accélérer leur développement.
La Chine prendra une part active au développement et à la réforme du système de gouvernance mondiale, appliquera la conception de gouvernance mondiale dite « concertation, synergie et partage », défendra un véritable multilatéralisme, favorisera la démocratisation des relations internationales et fera évoluer la gouvernance mondiale dans un sens plus juste et plus raisonnable. Elle défendra fermement le système international centré sur les Nations Unies, l’ordre international fondé sur le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales basées sur les buts et principes de la Charte des Nations Unies. Elle s’opposera à l’unilatéralisme sous toutes ses formes, à la création de blocs prenant pour cible des pays particuliers, et à la formation de clans cherchant à isoler d’autres pays. Elle travaillera à faire mieux jouer leur rôle aux mécanismes multilatéraux comme l’OMC et l’APEC, à accroître l’influence des mécanismes de coopération comme les BRICS et l’OCS, et à renforcer la représentation et le droit à la parole des marchés émergents et des PVD dans les affaires internationales. Elle participera activement à l’élaboration des règles sécuritaires globales, renforcera la coopération sécuritaire internationale, et prendra une part active aux opérations onusiennes de maintien de la paix, afin de jouer un rôle plus constructif dans la préservation de la paix mondiale et de la stabilité régionale.
La construction d’une communauté de destin pour l’humanité est le chemin qui offre une perspective d’avenir à tous les peuples du monde. « Les choses du monde se développent sans rivalité, et les quatre saisons alternent sans contradiction. » Ce n’est que lorsque les pays du monde empruntent la bonne voie, coexistent pacifiquement et coopèrent de manière mutuellement bénéfique que l’on peut jouir d’une prospérité durable et assurer la sécurité dans le monde. La Chine a avancé l’initiative pour le Développement mondial et l’initiative pour la Sécurité mondiale, et elle est prête à travailler avec la communauté internationale pour les mettre en œuvre. Attachée au dialogue et à la consultation, elle travaillera à construire un monde où la paix est durable ; attachée à la co-édification et au partage, elle travaillera à construire un monde où la sécurité est universelle ; attachée à la coopération gagnant-gagnant, elle travaillera à construire un monde où la prospérité est commune ; attachée aux échanges et à l’inspiration mutuelle, elle travaillera à construire un monde ouvert et inclusif ; enfin, attachée au développement vert et bas carbone, elle travaillera à construire un monde propre et beau.
Nous invitons sincèrement tous les pays du monde à faire rayonner les valeurs communes à toute l’humanité que sont la paix, le développement, l’équité, la justice, la démocratie et la liberté ; à favoriser la compréhension mutuelle et le rapprochement des peuples ; à respecter la diversité des civilisations en dissipant les malentendus grâce aux échanges entre civilisations, en prévenant les conflits grâce à l’apprentissage mutuel et en rejetant l’idée de supériorité d’une civilisation sur les autres grâce à la coexistence de toutes. Tout cela doit nous permettre de surmonter ensemble des défis planétaires de toutes sortes.
Nous vivons dans une époque pleine de défis, mais aussi pleine d’espoir. Le peuple chinois souhaite travailler main dans la main avec tous les peuples du monde pour ouvrir un avenir plus radieux à l’humanité.
XV. FAIRE RÉGNER FERMEMENT UNE DISCIPLINE RIGOUREUSE DANS LES RANGS DU PARTI, ET MENER EN PROFONDEUR LA GRANDE ET NOUVELLE ŒUVRE D’ÉDIFICATION DU PARTI DANS LA NOUVELLE ÈRE
La clé pour œuvrer à l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne et promouvoir dans tous les domaines le grand renouveau de la nation chinoise réside dans le Parti. Afin de garder pour toujours le soutien entier du peuple et de consolider son statut de parti au pouvoir à long terme, notre parti, le plus grand parti marxiste au pouvoir dans le monde, doit faire preuve d’une lucidité et d’une détermination nécessaires à la résolution des problèmes complexes réservés à de grands partis. Depuis le XVIIIe Congrès, nous avons réglé de nombreux problèmes sérieux au sein du Parti en recourant à l’application intégrale d’une discipline rigoureuse. Cependant, le Parti devra aussi continuer à trouver des solutions aux problèmes survenant dans les domaines de l’exercice du pouvoir, de l’application de la politique de réforme et d’ouverture, et du fonctionnement de l’économie de marché, sans parler des défis liés au contexte international, car ceux-ci ne disparaîtront pas du jour au lendemain. Les dangers, à savoir le relâchement moral, l’incompétence, la coupure d’avec les masses, ainsi que la corruption constitueront toujours une menace. L’ensemble du Parti doit garder à l’esprit que faire régner une discipline rigoureuse dans ses rangs et faire avancer son autorévolution s’imposent de façon permanente, et qu’il ne faut jamais céder à la lassitude ni manquer de vigilance. Il importe de veiller sans relâche à l’application intégrale d’une discipline rigoureuse dans le Parti, d’approfondir la grande et nouvelle œuvre d’édification du Parti dans la nouvelle ère, et de guider la révolution sociale par l’autorévolution du Parti.
Nous devons répondre aux exigences globales de l’édification du Parti dans la nouvelle ère, améliorer le système d’application intégrale d’une discipline rigoureuse dans les rangs du Parti et développer sur tous les plans l’aptitude du Parti à se purifier, se perfectionner, se rénover et s’améliorer, de sorte que notre parti ne dévie jamais de son engagement initial, garde toujours à l’esprit sa mission, et reste éternellement la force directrice inébranlable du développement du socialisme à la chinoise.
1) Maintenir et renforcer la direction centralisée et unifiée du Comité central du Parti. La direction du Parti est totale, systématique et globale, et c’est de la même manière que nous devons l’appliquer. Nous perfectionnerons le système institutionnel de direction du Parti visant à planifier et à coordonner toutes les activités afin qu’elles s’inscrivent dans un plan d’ensemble, et améliorerons le mécanisme d’application des grandes décisions et dispositions du Comité central, pour que tout le Parti s’aligne strictement sur les positions, orientations, principes et voies politiques du Comité central et que le Parti préserve sa cohésion et son unité. Nous optimiserons les institutions de prise de décisions, de discussion et de coordination du Comité central, afin de renforcer sa direction centralisée et unifiée dans les activités majeures. Nous améliorerons l’édification politique du Parti, ferons régner avec rigueur sa discipline et ses règles de conduite politiques, ferons assumer les responsabilités d’acteur principal aux comités (groupes dirigeants) du Parti à tous les échelons et aiderons les organisations du Parti à tous les niveaux et les cadres communistes à améliorer leur jugement, leur perspicacité et leur capacité d’action politiques. En exerçant le pouvoir conformément à la loi et dans un esprit scientifique et démocratique, nous mettrons en œuvre le centralisme démocratique, renouvellerons et perfectionnerons notre mode de direction, et élèverons notre aptitude à maintenir l’orientation politique juste, à tenir compte de la situation globale, à adopter des politiques pertinentes et à faire progresser les réformes, tout en mobilisant l’initiative de tous les milieux. Nous renforcerons la politisation au sein du Parti, adapterons la vie politique du Parti à l’époque, la conformerons aux principes du Parti et la rendrons plus combative. Il convient également de continuer à se servir de la critique et de l’autocritique comme moyen d’assainir l’environnement politique au sein du Parti.
2) Forger sans cesse notre esprit au moyen de la pensée sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère. La tâche essentielle de l’édification idéologique du Parti consiste à armer tous les membres du Parti de ses théories innovantes. Il convient d’intensifier, sur le plan général, l’édification idéologique du Parti ; de renforcer l’unité du Parti sur les plans de la pensée, de la volonté et de l’action en recourant à la pensée sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère ; de mettre en œuvre des plans favorisant l’étude et l’enseignement des théories innovantes du Parti ; et de promouvoir la transformation du PCC en un parti marxiste en formation continue. Nous renforcerons l’éducation en matière d’idéaux et de convictions, inciterons tous les membres de notre parti à garder constamment à l’esprit l’objectif fondamental du Parti et à bien régler la question de l’« interrupteur central » que sont les conceptions du monde, de la vie et des valeurs, pour qu’ils deviennent des partisans convaincus et des militants dévoués de l’idéal noble du communisme et de l’idéal commun du socialisme à la chinoise. En liant l’étude, la réflexion et la pratique, et en associant le savoir, les convictions et l’action, nous ferons de la pensée sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère une force puissante permettant de raffermir notre idéal, de forger notre esprit communiste, de guider notre pratique et de faire avancer notre action. Nous continuerons à combiner l’étude théorique avec les activités visant à mener de manière régulière et permanente l’étude et l’enseignement de l’histoire du Parti, de sorte que les membres du Parti et les cadres puissent comprendre la vérité historique, renforcer leur confiance en celle-ci, exalter la vertu, mener des actions concrètes, transmettre les gènes révolutionnaires et préserver leur principe de consanguinité spirituelle. De plus, des campagnes thématiques seront poursuivies de manière approfondie au sein du Parti, en particulier parmi les cadres dirigeants à l’échelon du chef de district et aux échelons supérieurs.
3) Améliorer le système institutionnel et réglementaire d’autorévolution du Parti. Conformément à l’exigence d’une gestion institutionnelle et réglementaire du Parti, nous devons améliorer le système de réglementation en son sein, en prenant pour base ses statuts et pour clé le centralisme démocratique, et renforcer en même temps l’autorité de ses règlements internes et leur application effective, afin de créer un mécanisme qui nous permette de découvrir nos problèmes, de rectifier les déviations, de corriger nos erreurs et de revenir sans cesse à la vérité. Nous veillerons à ce que notre système de contrôle placé sous la direction unifiée du Parti soit hautement efficace, fasse autorité et couvre tous les aspects, et améliorerons le mécanisme de limitation et de supervision des pouvoirs dans lequel la supervision interne du Parti prime et les différentes sortes de supervisions se coordonnent, afin que le pouvoir fonctionne en toute transparence. Nous exercerons une surveillance politique permanente plus concrète et plus ciblée, de manière à renforcer l’efficacité de la surveillance du « principal responsable » et des équipes dirigeantes. Il importe de renforcer les inspections politiques et de déployer plus d’efforts pour corriger les problèmes découverts au cours de ces tournées, afin de concrétiser les résultats. Dans le cadre de l’application intégrale d’une discipline rigoureuse dans les rangs du Parti, nous clarifierons la responsabilité politique de ceux en charge du respect de la discipline interne du Parti, et ces derniers seront sanctionnés en cas de manquement à leur devoir.
4) Former une équipe de cadres de qualité capables d’assumer la tâche importante du renouveau national. Afin de promouvoir l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne, il est indispensable de former une équipe de cadres dotés d’une haute conscience politique, aptes à répondre aux exigences de la nouvelle ère et capables de diriger la modernisation. Fidèles au principe selon lequel il revient au Parti de gérer les cadres, nous devons tenir compte de leurs compétences professionnelles tout en accordant la priorité à leurs qualités morales, les nommer selon leurs mérites et quelle que soit leur origine, et appliquer réellement les critères de sélection des bons cadres de la nouvelle ère. Nous définirons la ligne directrice qui nous servira de boussole pour la sélection et la nomination des cadres, sélectionnerons les cadres qualifiés et faisant preuve de professionnalisme qui sont à la fois fidèles et honnêtes et qui ont le courage d’assumer leurs responsabilités, et renforcerons les équipes dirigeantes à tous les échelons. Nous évaluerons de manière approfondie et effective les cadres sur le plan politique, en plaçant le critère politique au-dessus de tous les autres, pour nous assurer de leur intégrité et de leurs convictions politiques. Nous encouragerons les cadres à s’aguerrir par la pratique et la formation professionnelle, et leur ferons subir des épreuves dans les grandes luttes, afin qu’ils acquièrent des compétences leur permettant de contribuer à promouvoir un développement de qualité, de servir le peuple ainsi que de prévenir et d’éliminer les risques. Les cadres sont tenus de renforcer leur esprit de lutte, d’améliorer leur aptitude à mener des luttes et d’augmenter leur capacité à prévenir les risques, à relever les défis et à résister aux pressions. Ils doivent donner l’exemple en assumant avec courage les tâches qui leur incombent, se distinguer par leurs qualités hors du commun, se porter volontaires au moment critique, et ne pas hésiter à faire des sacrifices dans les situations difficiles et dangereuses. Nous améliorerons le système d’évaluation des cadres, les aiderons à se faire une idée juste de leurs performances politiques, les enverrons en mission aussi bien aux échelons supérieurs qu’aux échelons inférieurs, et leur offrir plus de possibilités d’entrer dans l’équipe des cadres et d’en sortir, de sorte que les personnes compétentes soient promues, que les personnes incompétentes soient rétrogradées, que les cadres qualifiés soient récompensés, et les cadres non qualifiés soient destitués. Il est essentiel d’assurer la relève, question d’importance fondamentale pour notre cause, et d’améliorer le mécanisme permanent de formation et de sélection des jeunes cadres compétents. Nous les enverrons aux échelons de base et dans les régions démunies pour qu’ils puissent s’aguerrir à travers cette expérience, et cela deviendra un moyen important de les former. Nous porterons également une attention particulière à la formation et à la sélection des femmes parmi les cadres, et ferons jouer aux cadres féminins leur rôle majeur. Nous attacherons une importance particulière à la formation et la mise en valeur des cadres issus des minorités ethniques, et coordonnerons le travail sur les cadres non communistes. Nous mènerons à bien le travail relatif aux cadres retraités. Nous renforcerons et améliorerons le travail à l’égard des fonctionnaires, en optimisant la répartition des effectifs dans les organes administratifs. Nous renforcerons, en associant la rigueur et l’indulgence, la gestion tous azimuts et le contrôle permanent des cadres. Il importe de distinguer, d’un côté, les imprudences et les transgressions involontaires commises par les cadres, et de l’autre, la recherche illégale d’intérêts personnels et les infractions commises de manière délibérée au mépris des règles du Parti par ceux-ci, de manière à les inciter à avoir le courage d’assumer leurs responsabilités et à faire preuve d’une plus grande initiative dans leur travail. De plus, nous prendrons soin des cadres aux échelons de base, en particulier de ceux travaillant dans les régions où les conditions de vie sont très difficiles.
5) Renforcer les fonctions politiques et organisationnelles des organisations du Parti. La puissance et l’avantage du Parti résident dans son organisation rigoureuse. Les organisations du Parti à tous les échelons doivent assumer les responsabilités qui leur sont conférées par les statuts du Parti, mettre en application la ligne, les principes et les politiques du Parti ainsi que les décisions et les dispositions adoptées par le Comité central, de même qu’organiser et rallier à elles les masses populaires de tous les secteurs. Persévérant dans la ligne directrice claire qui consiste à accorder aux échelons de base une grande importance, nous renforcerons l’édification du Parti dans les campagnes pour favoriser le redressement rural ainsi que dans les quartiers d’habitation urbains. Nous veillerons à ce que l’édification du Parti joue un rôle de guide dans la gouvernance à la base, et continuerons à assainir les organisations de base du Parti qui sont faibles et désorganisées, de sorte que les organisations du Parti à ce niveau servent de bastion favorisant une direction efficace du Parti. Il faut améliorer tous azimuts la qualité de l’édification du Parti dans les organes de l’État et promouvoir le travail en la matière dans les établissements d’intérêt public. Il convient de faire en sorte que les entreprises publiques et les entreprises financières, dans le cadre de l’amélioration de leur gestion, renforcent la direction du Parti en leur sein ; d’accentuer l’édification du Parti dans les entreprises à propriété mixte et dans les entreprises non publiques ; de réorganiser la gestion de l’édification du Parti dans les associations professionnelles, associations académiques et chambres de commerce ; et de renforcer l’édification du Parti dans les nouvelles organisations économiques et sociales ainsi que parmi les travailleurs engagés dans de nouvelles formes d’activités. Il importe de recruter de nouveaux membres du Parti chez les jeunes, les ouvriers de l’industrie, les paysans et les intellectuels, ainsi que de renforcer l’éducation et d’améliorer la gestion des membres communistes, en particulier des membres mobiles du Parti. Nous assurerons l’application effective du système démocratique au sein du Parti, garantirons les droits des membres du Parti, les inciterons à jouer leur rôle d’avant-garde et de modèle, et sanctionnerons de manière rigoureuse, mais adéquate, les communistes qui ne sont pas dignes de ce nom, afin de préserver la pureté et le caractère progressiste des membres du Parti.
6) Faire preuve d’une plus grande rigueur dans l’amélioration du style de travail et l’application de la discipline au sein du Parti. Le style de travail d’un parti au pouvoir constitue la condition sine qua non de sa survie. Nous devons faire rayonner les traditions glorieuses et le bon style de travail du Parti, en encourageant les cadres communistes, et surtout les cadres dirigeants, à être les premiers à mener des enquêtes et des recherches approfondies et à lancer des actions concrètes, et à prendre des mesures efficaces et obtenir des résultats substantiels sans chercher honneur et gloire. Nous appliquerons sans relâche l’esprit des « huit recommandations » du Comité central du Parti, en accordant une attention particulière à la « minorité décisive » parmi les cadres dirigeants, pour que les dirigeants de haut niveau donnent l’exemple à ceux d’un niveau hiérarchique inférieur. Nous mènerons sans arrêt une lutte approfondie contre les « quatre vices », en particulier le formalisme et la bureaucratie, et éliminerons résolument la mentalité de privilégiés et ses manifestations. En tenant compte des particularités régionales, sectorielles et des différentes étapes, nous concentrerons nos efforts sur les problèmes généraux et récurrents, et promouvrons continuellement l’amélioration de notre style de travail. Il convient de renforcer intégralement l’édification du Parti sur le plan de la discipline, de sorte que les cadres dirigeants, particulièrement les hauts cadres dirigeants, soient exigeants envers eux-mêmes, assument avec rigueur leurs responsabilités et exercent un contrôle strict sur ce qui est de leur ressort. Les infractions à la discipline du Parti seront sanctionnées sans merci chaque fois qu’elles seront détectées. Nous instruirons simultanément les membres du Parti sur l’esprit communiste, le style de travail et la discipline du Parti, pour qu’ils « renforcent leur énergie essentielle et retrouvent leur essence vitale » sur le plan idéologique, forgent leur esprit communiste, renforcent leur capacité à résister à la corruption, et se nourrissent de l’idéal de justice que préconise la maxime « ne se laisser corrompre ni par la richesse ni par les honneurs ; ne pas changer de conduite dans la pauvreté et l’abaissement ; ne se laisser ébranler ni par la menace ni par la violence ».
7) Remporter la victoire totale de la bataille décisive et prolongée contre la corruption. La corruption est le cancer le plus grave qui soit, celui qui porte atteinte à la survie et à la combativité du Parti. La lutte anticorruption est l’autorévolution la plus radicale de notre parti. Tant que le terrain et les conditions favorables à la corruption existeront, le combat contre la corruption ne devra pas s’arrêter, même une seconde, et la trompette guerrière devra continuer à résonner. Nous poursuivrons notre combat contre la corruption selon la formule « ne pas oser, ne pas pouvoir, ne pas songer », et des efforts synergiques devront être déployés simultanément dans les trois aspects de la formule susmentionnée. Nous adopterons la tolérance zéro à l’égard de la corruption et de ses auteurs, en jugulant de manière plus ferme les nouveaux cas et en réduisant de manière plus efficace le nombre de cas non résolus. Il est nécessaire de sanctionner sévèrement les cas de corruption où sont imbriqués le pouvoir politique et le pouvoir de l’argent ; de prévenir attentivement les cas où les cadres dirigeants se transforment en porte-parole ou lobbys des groupes d’intérêts et des cliques influentes ; et de résoudre la question de la connivence entre les hommes politiques et le milieu des affaires qui porte atteinte au climat politique et au développement économique, en s’assurant que chaque coupable soit puni sans la moindre indulgence. Nous approfondirons la lutte anticorruption dans les secteurs où le pouvoir est réuni, les investissements sont importants et les ressources sont abondantes ; punirons résolument les « mouches » (les petits fonctionnaires corrompus qui se trouvent parmi les masses populaires) ; et sanctionnerons fermement la famille (conjoint, enfants et leur conjoint) et l’entourage proche des cadres dirigeants qui exercent un trafic d’influence. Nous continuerons à sévir autant contre la corruption active que la corruption passive, et punirons les nouvelles formes de corruption et la corruption cachée. Il convient d’approfondir la coopération internationale en la matière, en créant un mécanisme intégré permettant d’empêcher la fuite des éléments corrompus, de réclamer l’extradition des coupables réfugiés à l’étranger et de récupérer leurs biens mal acquis. En veillant à remédier tant aux symptômes qu’à la cause du mal, nous promouvrons l’élaboration de la législation nationale anticorruption, renforcerons, dans la nouvelle ère, l’édification d’une culture de l’intégrité, et sensibiliserons les membres du Parti et ses cadres au respect de la discipline, de sorte que personne ne cherche à pratiquer la corruption et que chacun fasse preuve d’honnêteté dans sa conduite et dans son travail. Ainsi nous pourrons combiner étroitement l’éducation, la réglementation du pouvoir et la sanction sévère tout en renforçant leur coordination, et obtenir plus de résultats institutionnels ainsi qu’une meilleure efficacité dans ce domaine.
Camarades,
Face aux attentes du peuple et aux exigences de l’époque, nous devons absolument agir avec une détermination inébranlable et œuvrer sans relâche pour être dignes de notre temps et de la confiance du peuple. Le Parti tout entier doit garder présent à l’esprit que le maintien de la direction du Parti sur tous les plans s’impose pour poursuivre et développer le socialisme à la chinoise ; que le socialisme à la chinoise est la voie unique pour la réalisation du grand renouveau de la nation ; que les luttes solidaires sont le seul moyen permettant au peuple chinois d’accomplir des exploits historiques ; que la mise en œuvre de la nouvelle vision de développement est le seul chemin conduisant au développement et à la montée en puissance de notre pays dans la nouvelle ère ; et qu’une discipline rigoureuse appliquée au sein du Parti est l’exigence absolue lui permettant de préserver à jamais son énergie et sa vitalité et de réussir à passer au travers de nouvelles épreuves. Tirés de notre pratique sur le long terme, ces enseignements revêtent, telles des lois objectives, une importance primordiale pour notre travail. Nous devons leur accorder une importance particulière, les ancrer à tout jamais dans nos esprits et les mettre en pratique avec une grande ténacité, afin d’orienter et d’assurer la progression du socialisme à la chinoise qui, tel un grand navire fendant les vagues et ayant le vent en poupe, voyagera sans tanguer vers de nouveaux horizons.
L’union fait la force et l’union mène à la victoire. L’édification intégrale d’un pays socialiste moderne a besoin de toute la force créatrice du peuple chinois. Les membres du Parti doivent, en restant fidèles à l’objectif fondamental de servir le peuple avec dévouement, avoir à cœur les intérêts des masses populaires, suivre la ligne de masse, respecter l’esprit d’initiative du peuple, veiller à tout faire dans son intérêt et à s’appuyer entièrement sur lui, se souvenir qu’ils viennent des masses et qu’ils doivent retourner parmi elles, maintenir les liens de chair et de sang avec elles, se soumettre à la critique et au contrôle du peuple, avoir le cœur qui bat à l’unisson avec celui-ci, et partager avec lui le même souffle et le même destin. Il faut cimenter la grande unité de notre peuple multiethnique et renforcer l’union avec tous nos compatriotes résidant en Chine comme à l’étranger, afin que se forment une volonté et une force collectives en faveur de la réalisation du rêve chinois.
La force de la jeunesse fait la force d’un pays. Les jeunes Chinois d’aujourd’hui sont nés à une bonne époque, laquelle leur offre une scène immense où ils peuvent donner le meilleur d’eux-mêmes et leur ouvre la perspective magnifique de la réalisation de leurs rêves. Le Parti entier doit, en considérant le travail relatif à la jeunesse comme une tâche d’intérêt stratégique, armer les jeunes de ses théories scientifiques et veiller à ce que sa mission et son engagement initial résonnent en eux. Nous devons leur servir de compagnons de route et de confidents et les guider dans leur marche en avant. De leur côté, les jeunes doivent suivre fermement la direction du Parti, oser rêver en gardant les pieds sur terre, avoir de l’ambition et tout faire pour réussir, s’attacher à devenir des jeunes animés de grands idéaux, qui font preuve d’un grand sens des responsabilités, d’une incroyable endurance et d’une ferme détermination dans la lutte de la nouvelle ère, de manière à ce qu’ils s’épanouissent à travers leurs efforts vigoureux pour faire de la Chine un pays socialiste moderne dans tous les domaines.
Camarades,
Le Parti a réalisé de grandes œuvres grâce à la grande lutte qu’il a menée pendant cent ans, et il est assurément capable d’en réaliser de nouvelles à travers les nouvelles grandes luttes qu’il engagera. Le Parti, l’armée et le peuple chinois multiethnique doivent, en s’unissant étroitement autour du Comité central du Parti et en gardant présent à l’esprit que les discours creux compromettent l’État et que seule l’action concrète contribue à sa prospérité, raffermir leur volonté, agir à l’unisson, s’investir dans leur travail, aller vaillamment de l’avant, et lutter ensemble pour promouvoir l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne et le grand renouveau de la nation chinoise ! 

source

bilan professionnel Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan pro Poitiers tours

pourquoi faire un bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

contenu d’un bilan de compétences Poitiers tours

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire