Ski : les stations les plus proches de Paris en train – Le Figaro

Rubriques et services du Figaro

Rubriques et services du Figaro
Nos journaux et magazines
Les sites du Groupe Figaro
Laisser sa voiture au parking et rejoindre les pistes de ski françaises en train. Au départ de Paris, c’est possible en enchaînant TGV et bus ou navettes saisonnières. Notre sélection de stations parmi les plus proches de la capitale, des Alpes aux Pyrénées.
Arriver au pied des pistes de ski (quasiment) à la descente du train ? Certains domaines de montagne offrent ce luxe aux voyageurs venus de Paris. Privilégier les transports en commun pour se rendre dans les Alpes ou le Jura, c’est s’épargner la fatigue générée par plusieurs heures de route et les éventuels embouteillages. Les automobilistes doivent désormais s’équiper de pneus neige dans 48 départements de montagne depuis le 1er novembre et jusqu’au 31 mars en application de la loi Montagne II. Raison de plus pour se tourner vers les transports en commun.
À lire aussiPneus neige au ski : «Je vais en vacances en station, suis-je obligé d’avoir des pneus hiver ?»
Les réservations ont démarré tôt pour cet hiver 2021/22. Les billets TGV InOui sont en vente depuis novembre pour les vacances d’hiver. Ouigo, qui assure une liaison saisonnière entre l’aéroport Charles-de-Gaulle et Bourg-Saint-Maurice, en Savoie, se positionne également.
En Savoie, dans le Doubs ou les Hautes-Pyrénées, Le Figaro a sélectionné des domaines skiables facilement accessibles depuis Paris grâce à la combinaison du train et du bus (lignes régulières ou navettes saisonnières), et pour lesquelles l’avion et la voiture sont moins compétitifs en temps de trajet, voire en prix.
À lire aussiExclusif : notre classement 2022 des stations de ski françaises
Depuis Paris, la station des Arcs est la seule à être totalement accessible par voie ferrée. Au menu : un TGV direct jusqu’à Bourg-Saint-Maurice (Savoie), puis un funiculaire, rénové en 2019, qui vous emmène en seulement sept minutes à Arc 1600. Bon à savoir : l’accès au funiculaire est gratuit sur simple présentation de son billet SNCF (sinon c’est l’aller-simple 3 €). De là, des navettes desservent les trois autres sites d’altitude (Arc 1850, Arc 1950 et Arc 2000), ouvrant les 425 km de pistes du domaine de Paradiski.
Au départ de la gare de Lyon à Paris, les TGV inOui mettent au minimum 4h40 pour rallier sans changement Bourg-Saint-Maurice. Traditionnellement, entre cinq et sept allers-retours sont assurés chaque jour, dont un trajet réalisé de nuit dans le sens Paris-Alpes. Les fréquences pour cette saison d’hiver 2021-2022 n’ont pas encore été communiquées par la SNCF. Depuis l’hiver dernier, Ouigo dessert également la vallée de la Tarentaise avec ses petits prix (à partir de 16 € l’aller simple, ou tarif fixe de 5 € pour les enfants de moins de 12 ans) depuis l’aéroport Charles-de-Gaulle et Marne-la-Vallée – Chessy. Le train à bas coûts desservira Lyon Saint-Exupéry, Grenoble, Albertville, Moûtiers Salins Brides-les-Bains et Aime-la-Plagne du 16 décembre au 28 mars. Réservation, horaires et tarifs sur oui.sncf et Ouigo.
À lire aussiL’hôtel Taj-I Mah aux Arcs, l’avis d’expert du Figaro
Grenoble (Isère), l’une des principales portes d’entrée des Alpes, est relié à la capitale en trois heures avec le TGV inOui. De là, il faut une heure en bus pour rejoindre Villard-de-Lans, la plus grande station de ski alpin du massif du Vercors avec ses 120 km de pistes, reliée au village voisin de Corrençon-en-Vercors. Vous avez le choix entre les lignes de bus régulières du réseau Transière (lignes T64 et T65) ou les navettes saisonnières du réseau Transaltitude mis en place par le département de l’Isère. À partir de 9,50 €, ventes courant novembre pour une ouverture de la ligne le 18 décembre.
À lire aussiSki nordique, raquettes à neige… Vercors, notre guide de l’hiver
Toujours au départ de Grenoble, Transaltitude dessert également les deux principaux domaines du massif de l’Oisans : Les Deux-Alpes et son domaine skiable, le plus haut de France ; et L’Alpe d’Huez, la station-reine du département. Compter deux heures de trajet. À partir de 12,50 €; ventes courant novembre sur Transaltitude pour une ouverture de la ligne le 4 décembre, .
Située dans le domaine des Portes du Soleil et juchée à 1800 mètres d’altitude, Avoriaz a été conçue dès ses débuts comme une station de ski sans voiture. Pour se rendre dans le spot avant-gardiste de Haute-Savoie, prenez le TGV jusqu’à Thonon-Les-Bains (4h40 depuis gare de Lyon, plusieurs trains directs en hiver). Les bus de la ligne 91 du réseau de cars régionaux permettent ensuite de rejoindre Avoriaz 1800 (1h30), mais aussi Morzine (45 minutes) et Les Gets (1h10). Comptez 8 € le trajet en bus. Réservations, horaires et tarifs sur SAT Léman et Altibus.
À lire aussiSki : dix stations familiales où réserver cet hiver
Depuis le 12 décembre, il est de nouveau possible de s’endormir à Paris et de se réveiller dans les Hautes-Alpes grâce à la remise en service de l’Intercités de nuit Paris-Briançon. L’occasion d’aller skier à Serre Chevalier et de fêter cet hiver les 80 ans du domaine skiable et de son téléphérique. Malgré un temps de trajet important (12 heures), cette liaison permet d’arriver (quasiment) au pied des pistes au petit matin. À Briançon, le Serre Che Bus dessert les villages de la vallée de Serre Chevalier jusqu’à Monêtier-les-Bains toutes les 20 minutes de 8h à 20h. Horaires et tarifs sur les sites Resalp et Zou!.
Il existe plusieurs alternatives pour se rendre à Briançon de jour. La plus rapide est de prendre le TGV jusqu’à Oulx (4h40), en Italie, puis le bus ligne I jusqu’à la vallée de Serre Chevalier (1h, départ après chaque arrivée de TGV). Autre solution, se rendre jusqu’à Grenoble (3h) et prendre le bus LER 35 (2h) qui s’arrête dans tous les villages de la vallée de «Serre Che’» (seulement deux à trois allers-retours par jour), avant le terminus de Briançon.
À lire aussiMontgenèvre : domaine skiable, bonnes adresses… Notre guide de l’hiver 2021/2022
Au départ de la gare de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), desservie en 3h30 en Intercités depuis Paris-Bercy, des bus vous emmènent vers les deux principales stations de ski d’Auvergne. Pour Le Mont-Dore, compter 1h30 de trajet en car TER jusqu’au centre-ville (environ 7 allers-retours par jour) ; certains de ces bus mènent directement au pied des pistes. Réservations et tarifs sur oui.sncf. Pour Super-Besse, prendre le bus ligne P74 (1h15, 3 € le trajet, deux allers-retours uniquement les samedis des vacances de Noël et des vacances d’hiver).
À lire aussiDestination Clermont-Ferrand, volcanique par nature
Le Lioran, dans le Massif cantalien, est la seule d’Europe à disposer d’une gare ferroviaire au pied des pistes de ski. À la descente du train en gare du Lioran, les skieurs n’ont que quelques mètres à parcourir pour rejoindre le téléski qui les conduit en trois minutes au cœur du domaine, 103 mètres plus haut. En hiver, un billet combiné TER + remontées mécaniques est vendu grâce à un partenariat avec la SNCF et la région Auvergne-Rhône-Alpes. Au départ de Paris-Bercy, compter 3h30 de trajet en Intercités jusqu’à Clermont-Ferrand, puis 1h50 en TER.
À lire aussiAuvergne: sports d’hiver dans le Cantal
Lourdes, accessible en 4h50 en TGV inOui au départ de Paris-Montparnasse, est l’une des principales portes d’entrée des stations de ski des Hautes-Pyrénées. Depuis le 12 décembre, la ville est le terminus d’une nouvelle ligne de train de nuit qui la relie à la capitale en 10 heures en passant par Tarbes. La ligne 965 du réseau Lio dessert toute l’année trois d’entre elles : Barèges (1h), qui constitue avec la Mongie le domaine du Grand Tourmalet, Cauterets (1h) et Gavarnie-Gèdre (1h30). Compter 2 € le trajet en bus. Informations sur le site n-py.com.
À lire aussiAu cœur des Pyrénées, cinq expériences d’hiver dans une nature grandiose et préservée
Située dans le parc régional des Ballons des Vosges, la station de La Bresse est, avec Gérardmer, l’une des plus proches de Paris. Au départ de la gare de l’Est, prenez le TGV jusqu’à Remiremont (2h40) puis un car SNCF, qui part dix minutes après l’arrivée du train. Durée du trajet jusqu’à La Bresse : 50 minutes . À noter que seul un TGV direct relie la capitale à Remiremont (départ à 12h23 tous les jours sauf le samedi, départ supplémentaire à 18h10 les vendredis et dimanches). Réservation et tarifs sur oui.sncf et TER Grand Est.
Tout près de la frontière franco-suisse, la station de Monts Jura (Ain) compte trois domaines de ski alpin (Lélex-Crozet, Mijoux-la Faucille et Menthières) et un de ski nordique (La Vattay-Valserine). Le moyen le plus rapide de s’y rendre est d’emprunter le TGV de la gare de Lyon jusqu’à Bellegarde-sur-Valserine (2h40), puis la ligne 153 du réseau des cars régionaux jusqu’à Lélex et Mijoux (1h). Compter 2 € le trajet en bus.
Le domaine skiable de Métabief s’étend entre 950 et 1430 mètres d’altitude et compte 37 km de pistes. Au départ de la gare de Lyon, prenez le TGV Lyria jusqu’à Frasne (2h44), puis un car TER en direction de Jougne qui s’arrête à Métabief (45 minutes). Celui-ci part une dizaine de minutes après l’arrivée du train. Réservation, horaires et tarifs sur oui.sncf et le site TER Bourgogne-Franche-Comté.
Publié en octobre 2021, cet article a fait l’objet d’une mise à jour
À tout moment, vous pouvez modifier vos choix via le bouton “paramétrer les cookies” en bas de page.
Ski : les stations les plus proches de Paris en train
Partager via :
10 commentaires
10
Le Figaro
Les articles en illimité à partir de 0,99€ sans engagement

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire