Russie : 13 morts dans le crash d'un avion à Ieisk – Le Point

Boutique le Point
Evenements
Jeux concours
Partenaires
Au moins 13 personnes sont mortes dans le crash d’un avion militaire sur un immeuble d’habitation dans le sud de la Russie, selon Moscou.
Temps de lecture : 4 min
Des frappes russes, à l’aide notamment de drones kamikazes, ont fait lundi au moins huit morts en Ukraine, dont quatre à Kiev, tandis que trois personnes ont péri en Russie quand un avion militaire russe s’est écrasé sur un quartier d’habitation, non loin de la frontière ukrainienne. Au total, sur l’ensemble de la journée, « l’ennemi a effectué 9 frappes de missiles, 39 frappes aériennes, (a tiré) jusqu’à 30 obus avec des lance-roquettes multiples », a résumé dans la soirée l’état-major de l’armée ukrainienne.
Outre la capitale, les environs de Kharkiv et de Soumy (nord-est), de Donetsk (est), de Dnipropetrovsk (centre-est) ou de Kherson et de Mykolaïv (sud) ont été touchés, une semaine après des bombardements massifs sur l’Ukraine, a-t-il poursuivi. Des infrastructures cruciales dans trois régions, dont celle de Kiev, ont été atteintes, laissant « des centaines de localités » sans électricité, a précisé le Premier ministre ukrainien, Denys Chmygal, faisant état de « cinq frappes de drones » de fabrication présumée iranienne sur la seule capitale.
L’armée russe, qui va envoyer jusqu’à 9 000 soldats et quelque 170 chars en Biélorussie, un allié de Moscou, s’est pour sa part félicitée d’avoir atteint toutes ses cibles, avec « des armes de haute précision ». Dans le même temps, dans le sud-ouest de la Russie, au moins 13 personnes ont été tuées à la suite de la chute d’un avion militaire russe qui a provoqué un gigantesque incendie dans un immeuble à Ieïsk, une cité proche de l’Ukraine, ont annoncé les autorités.
La Russie « agit sournoisement, tue des civils, frappe des habitations, des infrastructures », s’est emporté le président ukrainien Volodymyr Zelensky. « Il y a déjà quatre morts après l’attaque contre un immeuble d’habitation à Kiev, dont une jeune famille qui attendait un enfant […]. La terreur doit perdre et elle perdra », a-t-il ajouté. La jeune femme tuée était enceinte de six mois, a souligné le maire de la capitale, Vitali Klitschko.

À LIRE AUSSIL’Ukraine plus déterminée que jamais à reconquérir le Donbass
Selon les services de secours ukrainiens, toujours à Kiev, un drone kamikaze a également touché un bâtiment administratif. Une série d’explosions a été entendue au petit matin dans la ville. Un journaliste de l’Agence France-Presse a vu l’un des drones kamikazes frapper un immeuble, après que deux policiers ont tenté de l’abattre avec leurs armes de service.
« Nous sommes ici depuis peut-être une demi-heure et quatre drones sont tombés », a expliqué l’un d’eux, Iaroslav, encore nerveux après avoir tiré. Sacha, un homme de 22 ans qui habite tout près de là, a raconté avoir été réveillé par la première explosion vers 6 h 30. « J’ai peur », a-t-il confié, restant à couvert sous un porche.
Après ces attaques aux drones kamikazes, l’Ukraine a demandé à l’Union européenne davantage de sanctions contre l’Iran. La Russie étant accusée d’utiliser des engins de fabrication iranienne pour ses bombardements. Il faut « imposer des sanctions à l’Iran pour avoir fourni des drones à la Russie », a affirmé sur Twitter le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba.
Washington a menacé, de son côté, de sanctionner les entreprises ou les États collaborant au programme de drones de l’Iran. « Toute personne exerçant des activités avec l’Iran en lien avec le développement de drones ou missiles balistiques, ou [impliquée dans] la circulation d’armes de l’Iran vers la Russie devrait faire preuve de vigilance », a déclaré Vedant Patel, porte-parole du département d’État. « Les États-Unis n’hésiteront pas à avoir recours à des sanctions ou à prendre des mesures à l’encontre des principaux responsables. »

À LIRE AUSSILa guerre des drones a commencé
Mardi, la Russie, qui a essuyé de nombreux revers militaires récemment, avait poursuivi ses tirs, de moindre ampleur, frappant notamment très loin du front les installations énergétiques de l’Ouest ukrainien. Les tirs avaient été effectués en représailles à l’explosion qui a en partie détruit le pont russe de Crimée, de grande importance stratégique. Vendredi, le président russe Vladimir Poutine s’est montré satisfait de ces frappes massives, et a jugé que de nouveaux bombardements d’ampleur sur les villes d’Ukraine n’étaient pas nécessaires « pour l’instant ».

À LIRE AUSSIComment l’Ukraine a bluffé l’armée russe
Le chef du cabinet de la présidence ukrainienne, Andriï Iermak, a appelé à un soutien immédiat à la défense antiaérienne ukrainienne réclamant « plus d’armes pour défendre le ciel et détruire l’ennemi ». Après les explosions, un feu s’est déclaré dans un immeuble non habité et « plusieurs immeubles résidentiels ont été endommagés », a ajouté le maire de Kiev. « Ceux qui donnent l’ordre d’attaquer les infrastructures critiques […] et qui organisent une mobilisation générale pour recouvrir la ligne de front de cadavres ne peuvent pas s’asseoir à la même table que les dirigeants du G20. La Russie doit être exclue », a exhorté sur Twitter un conseiller de la présidence, Mykhaïlo Podoliak.
À LIRE AUSSI Philippe Labro – Ukraine : « La voix des soldats, un document inouï »
Par ailleurs, cent huit femmes, en grande partie des militaires, ont été libérées de captivité à la faveur d’un nouvel échange de prisonniers avec la Russie, a annoncé lundi un conseiller de la présidence ukrainienne. « Un nouvel échange à grande échelle de prisonniers de guerre a eu lieu aujourd’hui. Un échange particulièrement émouvant et vraiment spécial : nous avons libéré 108 femmes de captivité », a indiqué Andriï Iermak sur Telegram.
Consultez notre dossier : Guerre en Ukraine
Newsletter international
Chaque mardi, recevez le meilleur de l’actualité internationale, et recevez en avant-première les exclusivités du Point.

Newsletter international

Vous pouvez consulter notre Politique de protection des données personnelles.
La rédaction vous conseille
Signaler un contenu abusif
Merci de renseigner la raison de votre alerte.
Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire
Code erroné
Un avis, un commentaire ?
Ce service est réservé aux abonnés
Voir les conditions d’utilisation
Vous devez renseigner un pseudo avant de pouvoir commenter un article.

@Café Noir du Sud le 17/10/2022 à 21h01 :

Tirer en toute connaissance de cause sur des civils EST un crime de guerre. Un crime de guerre ne se mesure pas au nombre de victimes. Vous semblez donc regretter « qu’il n’y en ai pas eu suffisamment » ?
Cité par cafe noir del sur est un fait établi, pas de langue de bois, un vilain gros dégât collatéral suite à une erreur des renseignements, c’était censé être un centre de commandement. Les US n’ont pas nié ni ne se sont excusés d’ailleurs. Le site est devenu un mémorial pour les Irakiens avec commémorations régulières, jusqu’à … la suivante. Pas de quoi développer la ligue de l’amitié américano-Irakienne … Et en 91 le massacre de dizaines de milliers de conscrits irakiens dans les tranchées du front à coup de vagues de B52 «  à la fin ils n’éteignaient même plus leurs feux de navigation et nous à 30 km de là on se recroquevillait sous les ondes de choc et les tremblements de la terre et on priait, on priait pour eux ». Et le MH 17 c’est un peu comme l’airbus Iranien abattu par l’USS Vincennes. Un peu plus compliqué quand même, un peu de paranoïa, ils ont cru qu’il était le cache sexe de chasseurs bombardiers volants collés à lui tout cela en pleine bataille navale avec l’Iran avec une attaque en cours, plus contexte : un an auparavant deux missiles exocets tirés par un avion Irakien civil avec un astucieux tuning, le Falcon bricolé avaient presque coulé une frégate US ! Plus tout un tas d’erreurs et de fatalités notamment les pilotes qui n’ont pas compris que les avertissements à la radio sur la fréquence d’urgence s’adressaient à eux et sont restés silencieux. Pas de coupable non plus, mais Reagan a exprimé publiquement des « regrets » les US ont versé des dédommagements conséquents. Certes cela a fait une belle jambe aux victimes. On attend toujours les excuses russes (MH 17 et aussi 747 Corean airlines coté Mandchourie). Sur le point il y a un bon article sur le palmarès des états fanas de la gachette : cherchez (Russie, États-Unis, Israël, Iran : ces États qui ont abattu des avions civils). Moralité ? À part « Ach, der krieg, grosse unglück » je vois pas.
@cafe noir du Sud,
la lecture de la bio de Robert Fisk, grand soutien d’Assad et de Poutine est un éclairage intéressant sur l’orientation de vos très nombreux commentaires.
L’info en continu
En kiosque
Les Iraniennes, les héroïnes de la liberté
Consultez les articles de la rubrique International, suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses de l’actualité.
Elizabeth II, la dernière reine
Lettre des capitales
Lettre d’Asie

Expérience Le Point
La boutique
Abonnements
Applications mobiles
Nos partenaires
Nous sommes OJD
Les forums du Point

FAQ
Politique de protection des données à caractère personnel
Gérer mes cookies
Crédit d’impôt
Cours de langues
Bons d’achat
Comparateur PER
Portail de la transparence
Tutoriel vidéo
Publicité
Nous contacter
Plan du site
Mentions légales
CGU
CGV
Conditions générales d’un compte client
Charte de modération
Archives

* Champs obligatoires
Avec un compte LePoint.fr :

Créez un compte afin d’accéder à la version numérique du magazine et à l’intégralité des contenus du Point inclus dans votre offre.

Pour ce faire, renseignez
votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.
Vous avez un compte Facebook ?
Connectez-vous plus rapidement
Vous avez un compte Facebook ?
Créez votre compte plus rapidement
Veuillez saisir l’adresse mail qui a servi à créer votre compte LePoint.fr
Cet article a été ajouté dans vos favoris.
Pour soutenir Le Point acceptez la publicité personnalisée.
Déja abonné ? Je m’identifie

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire