Rétrospective (2/2). Près de trente décès sur les routes, le terroriste … – Vosges Matin

Pour soutenir votre journalisme local, abonnez-vous !
Pourquoi voyez-vous ce message ?
Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies, vous pouvez à tout moment modifier votre choix, ici.
Le contenu de ce site est le fruit du travail de journalistes qui vous apportent chaque jour une information locale de qualité, fiable, complète, et des services en ligne innovants. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement.
Déjà abonné ?
Epinal – La Plaine
mer. 28/12/2022
Si vous voyez ce champ, ne le remplissez pas
Vosges Matin, en tant que responsable de traitement, recueille dans ce formulaire des informations qui sont enregistrées dans un fichier informatisé par son Service Relations Clients, la finalité étant d’assurer la création et la gestion de votre compte, ainsi que des abonnements et autres services souscrits. Si vous y avez consenti, ces données peuvent également être utilisées pour l’envoi de newsletters et/ou d’offres promotionnelles par Vosges Matin, les sociétés qui lui sont affiliées et/ou ses partenaires commerciaux. Vous pouvez exercer en permanence vos droits d’accès, rectification, effacement, limitation, opposition, retirer votre consentement et/ou pour toute question relative au traitement de vos données à caractère personnel en contactant lerabonnement@estrepublicain.fr ou consulter les liens suivants : Protection des données, CGU du site et Contact. Le Délégué à la Protection des Données personnelles (dpo@ebra.fr) est en copie de toute demande relative à vos informations personnelles.
L’édition du soir en numérique dès 21h30 Le journal en numérique dès 5h Accédez à tous les contenus en illimité
Epinal – La Plaine
mer. 28/12/2022
Retrouvez tous nos contenus et notre journal en numérique
Téléchargez gratuitement l’app
L’année 2022 a été marquée par une triste hausse dans le département des Vosges, celle du nombre de décès sur les routes. Elle a également vu les juges se pencher sur des affaires telles que celle de l’homme arrêté en janvier 2020 à Épinal car à l’époque soupçonné de préparer un acte terroriste. Les chiffres du Covid-19, eux, ont oscillé entre des taux d’incidence bas, puis élevés, allant même jusqu’à devenir le plus haut de France. Vosges Matin vous propose un retour détaillé sur cette riche année 2022 en deux épisodes, dont voici le dernier.
Photos Jérôme HUMBRECHT et DR
L’année 2022 a été particulièrement accidentée sur les routes des Vosges , avec 26 personnes décédées au 27 décembre. Le bilan 2021 avec ses 23 morts a été tristement dépassé dès le mois de novembre 2022. Parmi les plus touchés, la tranche d’âge 18/24 ans, avec neuf décès. La vitesse reste en tête des facteurs de mortalité sur les routes, pour 29 % des cas, suivie de l’alcool au volant (19 %) et le refus de priorité (9 %).
24 % des accidents corporels survenus dans les Vosges en 2022 concernent les deux-roues. Ici lors d’un accident à Belmont-sur-Vair en septembre dernier.   Photo d’archives VM /Jérôme HUMBRECHT
24 % des accidents corporels survenus cette année concernent les deux-roues – 38 sur 113 – dont cinq morts. Selon les premières enquêtes, les accidents mortels ayant impliqué des deux-roues concernent des erreurs de pilotage.
En termes de prévention, l’escadron départemental de sécurité routière (EDSR) a mis en place de nombreux contrôles d’alcoolémie et de vitesse tout au long de l’année sur les zones jugées à risque. La Fédération française des motards en colère des Vosges (FFMC 88), en collaboration avec la préfecture, a également lancé une opération proposant des gilets airbag en mars.
La Fédération française des motards en colère des Vosges (FFMC 88), en collaboration avec la préfecture, a lancé une opération proposant des gilets airbag.   Photo d’archives VM /Adrian GUIGUE
Pour la suite, la rédaction d’ un plan général d’orientation sur les cinq prochaines années est en cours.
La majorité des accidents mortels vosgiens a eu lieu sur des routes départementales et dans la moitié des cas, ils étaient liés à un déplacement professionnel. Pour finir, dans deux tiers des cas, les accidents se situaient à moins de 15 km du domicile.
Covid-19 : plusieurs rebonds épidémiques en 2022 dans les Vosges
Si la situation sociale semble avoir repris son cours, l’ombre du Covid-19 plane toujours sur les Vosges. Plus de 250 nouveaux cas sont encore dénombrés chaque jour. Le 19 décembre dernier, 132 patients étaient en réanimation dans le département , pour une tension des capacités hospitalières à 28 %. Cette fin d’année est donc l’occasion de faire le point sur les moments importants de l’année concernant cette pandémie dans les Vosges.
Même si les discussions ne tournent plus autour de lui, le Covid-19 fait encore partie du quotidien des Vosgiens.
Rappelez-vous. Le 1er janvier 2017 à Nancy, Jenny Joyce de Mass avait étranglé ses deux filles âgées respectivement de 19 mois et 3 ans et demi. Pour ces faits, cette mère de famille avait été condamnée une première fois à trente ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de Meurthe-et-Moselle le 14 octobre 2020. Deux ans plus tard, le mercredi 30 mars 2022, la cour d’assises des Vosges a confirmé en appel la première décision, c’est-à-dire trente ans de réclusion, avec une peine de sûreté de vingt ans.
Les trois frères Lahouazi, Najib, Ali et Samir, accompagnés de Sofiane Chater et Vadim Janvier, ont été jugés pour des faits de séquestrations, actes de barbarie et viol ayant eu lieu en septembre 2018 à Épinal, sur fond de trafic de drogue. Le 8 avril 2022, les cinq comparses ont été condamnés à des peines allant de 8 à 25 ans de prison.
Khalil Ed Dahri avait été interpellé à Épinal en janvier 2020.   Photo d’archives VM /Philippe BRIQUELEUR
Khalil Ed Dahri, interpellé à Épinal en janvier 2020 pour préparation individuelle à la commission d’un acte de terrorisme, a été jugé par le tribunal correctionnel de Paris jeudi 22 septembre 2022. Il a écopé d’une peine de dix ans de prison ferme dont les deux tiers incompressibles. Pour rappel, la perquisition à son domicile avait permis de retrouver du matériel pour préparer des engins explosifs.
C’est une affaire qui dure maintenant depuis sept ans. En 2015, le petit Timéo, 4 ans, était décédé à l’hôpital d’enfants du CHRU de Nancy après deux arrêts cardiaques. Ce tout jeune garçon, qui résidait à Saint-Dié avec ses parents, avait subi un lourd surdosage de colchicine. Lors du procès du 26 novembre 2022 à Nancy, le Parquet avait demandé 50 000 € d’amende contre le CHRU nancéien et un an de prison avec sursis pour les deux médecins ainsi que l’infirmière , tous trois mis en cause. Le délibéré est prorogé au 10 mars.
Élodie Gaire et Julien Thuret, les parents de Timéo, 4 ans, décédé au CHRU de Nancy en mai 2015.   Photo d’archives VM /Jérôme HUMBRECHT
18 ans de réclusion criminelle. C’est la peine qui a été choisie par les jurés lors du procès de ce septuagénaire ayant violé et prostitué sa fille cadette de ses 13 ans à ses 16 ans. Déjà condamné à 16 ans de prison pour avoir violé sa fille aînée handicapée, cet habitant de Moyenmoutier de 79 ans n’aura pas pu bénéficier de la confusion de ces deux peines.
De juillet à décembre, vos trois articles préférés sur notre site internet…
Découvrez les trois articles qui ont le plus attiré votre attention entre janvier et juin 2022 sur notre site.
Souvenez-vous. Axel Laurent, jeune Marnais de 15 ans, souhaitait intégrer une famille d’accueil les week-ends , dès la rentrée de septembre, pour rejoindre la section sport du lycée de La Haie-Griselle à Gérardmer. Son rêve ? Devenir pisteur secouriste. Désormais, nous pouvons le dire, Axel a trouvé une famille pour l’accueillir un week-end sur deux , tandis qu’il rentre l’autre week-end chez lui, dans la Marne.
Pour les Vosges, cet incendie fut le départ d’une semaine cauchemardesque impliquant près de 79 départs de feux dans le département. Entre Mortagne et Brouvelieures, dans le secteur de Bruyères, près de 20 hectares ont été détruits. Nos colonnes faisaient état du pire incendie des vingt dernières années. Mais la semaine n’était pas encore terminée…
Un malheur n’arrivant jamais seul, quelques jours à peine après les incendies de Mortagne, c’est au tour du Ménil de s’embraser le 13 août 2022. Au total, 70 hectares de forêt sont partis en fumée. Près de 700 sapeurs-pompiers ont été mobilisés pendant 24 heures pour éteindre ce feu. Le massif des Vosges n’a décidément pas été épargné, puisqu’à quelques kilomètres de là, un autre feu de forêt s’était déclenché un peu plus tôt dans la journée à Basse-sur-le-Rupt , causé par un jet de mégot.
Un Spinalien accusé de cybercriminalité par le FBI   ? Vu comme ça, cela semble être le résumé d’un mauvais feuilleton. Mais le 31 mai 2022, Sébastien Raoult, ex-étudiant originaire d’Épinal, est arrêté au Maroc.
Le Spinalien Sébastien Raoult est accusé de piratage informatique et incarcéré au Maroc depuis mai 2022.  Photo d’archives DR
La raison : une notice rouge émise par Interpol, qui fait suite à une demande du FBI qui le soupçonne d’être membre d’ un groupe de cybercriminels appelé Shinyhunters. Aux États-Unis, Sébastien Raoult risque 116 ans de prison , pour avoir volé et revendu des données d’entreprises.
Paul Raoult, le père de Sébastien, se bat pour que son fils soit rapatrié en France. Photo d’archives VM /Philippe BRIQUELEUR
Pour le moment, ce Spinalien de 21 ans est détenu dans une prison du Maroc. Son père, Paul, se bat chaque jour pour que son fils soit rapatrié en France , afin d’éviter toute extradition outre-Atlantique où il risque très gros. Sébastien continue de clamer son innocence , en attendant un futur procès, aux États-Unis ou en France, où les faits présumés auraient été commis. Le sort de Sébastien Raoult en dépendra.

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire