Retraites: Élisabeth Borne prépare ses troupes à la réforme, les … – Le Figaro

Rubriques et services du Figaro
Le Figaro
Rubriques et services du Figaro
Nos journaux et magazines
Les sites du Groupe Figaro
La première ministre veut présenter ses pistes à la mi-décembre, avant un vif débat attendu au Parlement.
L’ultra-sensible réforme des retraites se rapproche. Parole d’Élisabeth Borne. Devant ses troupes, la première ministre a réaffirmé mardi sa volonté de mener ce chantier cet hiver, selon un calendrier précisé: les contours de la réforme arrêtés d’ici à la mi-décembre, le projet de loi présenté et débattu au Parlement en début d’année 2023. «La majorité relative ne nous conduit pas à être empêchés de mener les réformes nécessaires pour le pays», a déclaré la chef du gouvernement aux députés du camp présidentiel, réunis à l’Assemblée nationale. Elle a tenu à insister: «Si on n’agit pas, ce système s’enfonce dans les déficits et remet en cause le système.» L’objectif reste une entrée en vigueur à l’été prochain.
Pour l’heure, le gouvernement maintient les horizons fixés par Emmanuel Macron. Soit un report de l’âge légal de quatre mois par an – renvoyé à 63 ans en 2025, 64 ans en 2028 et 65 ans en 2031. Telle est la «feuille de route», a rappelé mardi le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, dans son compte rendu du Conseil des ministres. «Ce qui ne veut pas dire que la concertation ne sera pas utile, nécessaire, et qu’elle ne peut pas faire changer les choses», a-t-il souligné.
À lire aussiLe Sénat vote sa réforme des retraites à 64 ans
L’exécutif s’en remet toujours aux négociations en cours avec les partenaires sociaux. Après avoir abordé avec eux les consensuels sujets de la pénibilité, de l’emploi des seniors et de la justice sociale, le gouvernement doit ouvrir jeudi un troisième cycle de discussions.
Au centre des débats: l’équilibre du système et son financement. C’est-à-dire les explosives questions de l’âge de départ et de l’allongement de la durée de cotisation. «La concertation se poursuit», insiste le cabinet du ministre du Travail, Olivier Dussopt, en assurant qu’aucun arbitrage n’a été arrêté à ce jour. Le chef de l’État, qui défend une réforme nécessaire pour «préserver notre modèle social», s’est déjà dit prêt à revoir sa promesse électorale. Le 26 octobre dernier, sur France 2, il s’est dit «ouvert» à un report de l’âge de départ à 64 ans, et non 65 ans, «en contrepartie» d’un allongement de la durée de cotisation. Tout en affirmant souhaiter réformer plusieurs régimes spéciaux – EDF, RATP et Banque de France seraient concernés.
À VOIR AUSSI – Réforme des retraites: selon Franck Riester, le gouvernement souhaite «trouver la majorité» pour éviter de recourir au 49-3
Le débat s’annonce vif au Parlement, y compris dans la majorité. Les philippistes d’Horizons tiennent au report de l’âge légal jusqu’à 65 ans. Quant aux élus de l’aile gauche de Renaissance (ex-LREM) et aux centristes du Mouvement démocrate (MoDem), ils entendent intégrer un fort «volet social» au texte. Plusieurs d’entre eux se disent satisfaits des récentes annonces sur la retraite minimum – «autour de 85 % du smic» pour une carrière complète, soit plus que les 1100 euros initialement promis – et du fléchage des économies réalisées. «La réforme des retraites finance les retraites et pas autre chose», a rappelé mardi Élisabeth Borne. Sans toutefois lever l’ensemble des points de vigilance dans son camp.
Carrières longues, pénibilité… «Il faudra corriger les inégalités», prévient Sacha Houlié, figure de la gauche macroniste. Soucieux d’une «réforme juste», le député a demandé à Olivier Dussopt, ministre du Travail, de «clarifier précisément à combien s’élèvent les besoins et combien rapporteraient les mesures». Une manière de délimiter les contours de la réforme.
À lire aussiÂge de départ en retraite: pourquoi la fausse concession de Macron pourrait envenimer le débat
Quant à la méthode législative, elle n’est pas encore tranchée au sommet de l’État. Projet de loi ad hoc ou texte rectificatif au budget de la Sécurité sociale? En cas de blocage, cette deuxième option ferait économiser au gouvernement son unique «joker» du 49-3, qu’il peut à l’inverse utiliser à l’envi sur les projets de loi budgétaires.
Mais l’usage de cet outil constitutionnel ne sera pas utile, parient plusieurs cadres du camp présidentiel, certains d’un soutien des Républicains (LR) sur cette réforme. Il ne leur a pas échappé que deux des trois candidats à la présidence du parti, le député Éric Ciotti et le sénateur Bruno Retailleau, se sont récemment dits prêts à voter en faveur d’un report de l’âge légal. Plusieurs macronistes y ont vu un feu vert encourageant, au milieu des vives contestations des syndicats, de la gauche et du Rassemblement national (RN).
oeildelynx
le
Mac Kinsey continue son lobbying, c’est une de ses anciennes consultantes Marguerite Cazeneuve qui pilote la futur réforme de la retraite… aux profits des financiers ! ? comme black Rock financeur de Mac Kinsey et qui propose des produits de retraite ? ” Marguerite Cazeneuve, formée au cabinet McKinsey, évolue dans un entourage gagné au macronisme entre son père Jean-René Cazeneuve député LREM, son frère Pierre Cazeneuve, membre du cabinet Macron ou encore son mari Aurélien Rousseau à la direction de l’ARS de la région Île-de-France pendant la crise sanitaire.” Les médias restent très silencieux sur ces conflits d’intérêts potentiels, ces lobbying !
Oskar Lafontaine
le
Pour son projet de réforme des retraite, je sens déjà comme une odeur de ” retraite de Russie”. E je pense même à la Berezina.
CodeX85
le
Et les cocus seront encore une fois les salariés du privé dont les caisses financent les privilèges d’une partie de la fonction publique.
ENTRETIEN – David Lisnard est maire LR de Cannes et président de l’Association des maires de France. Il a fait de la lutte contre la délinquance un élément important de sa gestion municipale.
L’ancien président de région avait invoqué un motif familial pour expliquer sa démission du Conseil régional du Grand Est. Il rejoint le cabinet de conseil et promoteur immobilier Réalités.
Selon un sondage Ifop, publié par le Journal du dimanche ce samedi 24 décembre, ces 70% de Français souhaitent néanmoins que cette solution négociée s’accompagne d’une aide militaire à Kiev.
À tout moment, vous pouvez modifier vos choix via le bouton “paramétrer les cookies” en bas de page.
Retraites: Élisabeth Borne prépare ses troupes à la réforme, les négociations se poursuivent
Partager via :
9 commentaires
9
Le Figaro
Les articles en illimité à partir de 0,99€ sans engagement

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE