Rencontre avec Stephan Maigné, Camille Raffin-Weinlein et Philippe Loiseau – lepetitjournal.com

Contribuez à votre édition !
Je soutiens !
L’actualité locale et internationale pour les expatriés français et les francophones
Conseillers des Français de Berlin et Hambourg, Stephan Maigné, Camille Raffin-Weinlein et Philippe Loiseau ont été élus en tant que candidats sur la Liste écologiste, sociale et citoyenne, lors des élections de mai 2021. Plus d’un an après le début de leur mandat, ils nous livrent leur ressenti d’expérience et leurs ambitions futures.
 
Nous continuons de travailler en équipe : une équipe qui partage des valeurs et nos méthodes de travail. Nous sommes là pour représenter et soutenir nos communautés, où qu’elles soient dans la circonscription et pour servir l’intérêt général.
 
Quelles sont vos impressions en tant que conseillers des Français de l’étranger, plus d’un an après les élections ?
En 2021, notre liste EELV-PS-FDM a obtenu la majorité absolue des suffrages face à quatre autres listes, permettant donc l’élection de trois conseillers sur cinq : Stephan Maigné, Camille Raffin-Weinlein et Philippe Loiseau.
Stephan Maigné a été élu Président à l’unanimité des conseillers élus au premier Conseil consulaire. À ce titre, il invite les membres aux réunions consulaires, préside les réunions et assure le lien avec le chef de poste consulaire.
Philippe Loiseau, conseiller sortant, est à nouveau membre de l’Assemblée des Français de l’Étranger depuis octobre 2022, le seul parmi les cinq conseillers de la circonscription.
Nous continuons de travailler en équipe : une équipe qui partage des valeurs et nos méthodes de travail. Nous sommes là pour représenter et soutenir nos communautés, où qu’elles soient dans la circonscription et pour servir l’intérêt général. Nos valeurs, elles, ont été visibles pendant la campagne et restent l’inspiration de notre mandat. Elles permettent notre engagement associatif et politique.
 
 
Quels sont les thèmes que les Français d’Allemagne vous ont le plus demandés de relayer auprès des autorités ?
L’éducation est un sujet majeur pour nos compatriotes, et puis, bien entendu, la place de la langue française en Allemagne.
Sur ce point, le manque de places dans les écoles avec du français, en primaire et secondaire, étant évident, à Berlin notamment, nous soutenons la création de nouvelles filières bilingues ou d’écoles, par rapport à la demande qui ne cesse d’augmenter dans les communautés. Nous ne sommes pas décideurs mais devons convaincre nos amis allemands.
Le projet d’ouverture de classes bilingues au Diesterweg-Gymnasium de Berlin-Wedding est un exemple actuel et nous accompagnons l’initiative parentale (Elterninitiative Frankophone Familien im Nordosten Berlins) depuis sa création.
Notre mission consiste également à accompagner et soutenir le réseau d’enseignement français à l’étranger, pour ce qui nous concerne, l’École Voltaire à Berlin et l’École Saint-Exupéry à Hambourg, sans oublier le nouveau LFA, qui est un grand projet éducatif et politique pour les rapports franco-allemands. C’est un établissement public et gratuit, qui s’en plaindrait ?
 
Les tournées consulaires sont nécessaires et importantes mais, ne nous leurrons pas, elles restent en deçà des réels besoins de nos compatriotes.
 
Tous ces sujets ont été abordés lors du Conseil consulaire dédié aux questions d’enseignement que nous avons organisé en octobre avec les acteurs scolaires français et allemands de la circonscription pour aborder les questions qui concernent notamment les parents qui ont des enfants d’âge scolaire.
De même, nous soutenons concrètement les Kitas franco-allemandes de la circonscription, comme nous le faisons en tant que bénévoles associatifs et politiques depuis sept ans. Cela n’avait jamais été fait !
Pour ce qui concerne les démarches administratives, nous faisons le nécessaire pour aider à les simplifier, dans le dialogue avec le poste consulaire. La prise de rendez-vous en ligne reste problématique même si la plateforme du ministère a été rafraichie cet été et améliorée. La crise covid a fortement impacté le service public consulaire et les retards pris ont été pratiquement tous comblés. Merci aux personnels ! Nous avons relayé ces sujets auprès de nos sénatrices des Français établis hors de France, Mmes Vogel et Conway-Mouret, qui ont échangé avec nous en 2022.
 
Les tournées consulaires sont nécessaires et importantes mais, ne nous leurrons pas, elles restent en deçà des réels besoins de nos compatriotes tant à Hambourg, qu’ailleurs comme en Basse-Saxe ou en Saxe. Elles ne peuvent en effet couvrir la demande globale, et beaucoup de compatriotes finissent par renoncer à leurs démarches, du fait aussi de la taille de la circonscription. Elles se font à moyens en personnels constants, ce qui surcharge le travail des personnels consulaires. Or, les consulats sont sous-dotés en moyens. Les logiques administratives peuvent parfois surprendre. De même, lors des dernières élections, quelques tournées « spéciales procurations » en région ont été faites mais toutes les grandes villes de la circonscription n’ont pu être servies et, malheureusement, les consuls honoraires non français ne peuvent établir des procurations… C’est un problème récurrent qui n’a toujours pas été résolu ! Sur les élections de 2022, le dispositif choisi par l’ambassade a été quelque peu amélioré mais l’absence de bureaux de vote en Saxe interpelle.
 
La question de la séparation de couples binationaux reste un problème franco-allemand jamais vraiment traité. Elle doit faire l’objet de toute l’attention des pouvoirs publics.
Ensuite, il y a le thème du rapatriement de personnes victimes d’accidents, grièvement blessées en Allemagne : un grand nombre de décès par suicide est peu connu mais peut mobiliser les élus aux côtés du poste consulaire. Tout comme les violences conjugales  et les violences faites aux femmes pour les couples franco-allemands et les conséquences sur la garde des enfants. Là, nous ne pouvons aider qu’à la marge, en toute discrétion. La question de la séparation de couples binationaux reste un problème franco-allemand jamais vraiment traité. Elle doit faire l’objet de toute l’attention des pouvoirs publics.
Nous continuons le dialogue avec les associations qui ont souffert de la crise Covid. Ce dialogue entrepris avec les différents acteurs de la circonscription est primordial et nous l’avons toujours maintenu, deux déplacements à Hambourg et Leipzig ont marqué la reprise. Viendront ensuite Hanovre et Brême pour rencontrer nos compatriotes.
 
Quels sont vos objectifs pour la deuxième année de votre mandat ?
Maintenir notre engagement ! Le projet de filière scolaire au Diesterweg-Gymnasium de Berlin sera une priorité, la demande des familles étant considérable.
Comme ce fut déjà le cas en octobre, nous aurons d’autres conseils consulaires avec un thème spécifique, afin de discuter et relayer des informations. Nous demanderons encore d’améliorer l’offre publique d’information à caractère social, pour les retraites et les assurances sociales en Allemagne.
Le dernier Conseil a demandé que le Service économique régional de l’ambassade soit saisi pour l’actualisation éventuelle des taux de base utiles pour fixer les aides sociales, même rares en Europe, et qui ont un impact aussi sur les bourses scolaires. Cette demande se justifie par l’augmentation du coût de la vie due à la crise économique et énergétique. Les crédits ministériels 2023 pour les consulats sont annoncés en légère hausse (+1,1 million €) mais cela n’aidera nullement le réseau consulaire en Europe. Nous jugerons sur pièce !
 
Le conseil consulaire de 2022 aura lieu dans les prochains mois, que souhaitez-vous mettre en avant durant ce moment de parole ?
Ce conseil consulaire aura lieu en janvier 2023. Il permettra de faire le bilan du poste consulaire, comme le prévoient les textes qui régissent nos compétences.
Le Conseil dédié aux subventions aux associations (stafe) se tiendra également en janvier.  Sachez que les conseillers seront attentifs à la qualité des dossiers qui seront présentés par les associations et à l’équilibre régional. Il s’agit de crédits publics.
 
Pour recevoir gratuitement notre newsletter du lundi au vendredi, inscrivez-vous !
Pour nous suivre sur FacebookTwitter et Instagram.
 
 
Rencontre avec Henri Zeller, un an après les élections consulaires
3 QUESTIONS A – Philippe Loiseau, président de l’association FdM-ADFE à Berlin
Interview Stéphan Maigné – Liste écologiste, sociale et citoyenne
Laura Dubois
En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.
Merci !
Emma Granier
Rédactrice en chef de l'édition Berlin.
Les plus beaux défilés de lanternes pour le Martinstag à Berlin

Toujours plus d'attaques contre des abris pour réfugiés en Allemagne

Ensemble contre la peine de mort

Le guide du sport individuel à Berlin

Comment se positionnent les Allemands vis-à-vis de la coupe du monde au Qatar ?

Les quartiers de Berlin : que pensent les Berlinois de Mitte ?

À l’IÉSEG, vivez une expérience humaine forte, inspirante et tournée vers le mon…
Sophie Guillon, la dame de Valmont
Le coaching à travers le monde et à l'ère digitale
Coupe du monde 2022 : tout savoir sur ce qui entoure l’événement controversé au …
Les finalistes « Culture / Art de Vivre » des Trophées ASEAN 2022 sont…
Berlin
Au Checkpoint Charlie, c'est bientôt la fin de l’ambiance « Disneyland »
Berlin
Le 9 novembre, une date symbolique et tragique pour l'Allemagne
Actualité
Contre l'extension d'une mine en Allemagne, des militants anti-charbon campent dans les arbres
Berlin
Rencontre avec Saliha Ouammar, un an après les élections consulaires
Berlin
Reportage : une matinée avec les activistes de Letzte Generation à Berlin
Téléchargez notre application mobile !

source

bilan professionnel Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan pro Poitiers tours

pourquoi faire un bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

contenu d’un bilan de compétences Poitiers tours

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire