Réconciliation Syrie-Turquie: Assad rompt le silence et exige un … – Arabnews fr

https://arab.news/2f549
DJEDDAH: Le président syrien Bachar al-Assad a rompu vendredi son silence sur la réconciliation entre son pays et la Turquie, en exigeant qu’Ankara retire ses troupes de Syrie et mette un terme à son soutien aux groupes qui s’opposent à son régime.
Damas et Ankara sont en désaccord depuis plus d’une décennie suite au soutien turque à l’opposition politique et armée syrienne contre Assad, et le déploiement de troupes turques dans de grandes parties du nord syrien depuis le début de la guerre en Syrie il y a plus de 12 ans.
La négociation d’une éventuelle réconciliation syro-turque est intervenue suite à l’initiative de la Russie qui a accueilli le mois dernier des pourparlers entre les ministres de la Défense, avec comme objectif de parvenir à une prochaine réunion entre les ministres des Affaires étrangères des deux pays, avant d’aboutir sur une éventuelle rencontre entre Bachar al-Assad et Recep Tayyip Erdogan.
L’envoyé présidentiel russe Alexander Lavrentiev, en visite à Damas, a rencontré Assad qui a déclaré que tous pourparlers avec la Turquie doivent être basés sur les objectifs de «mettre fin à l’occupation du territoire syrien et au soutien turc au terrorisme ». Selon le président syrien, Les réunions entre les deux pays « doivent être coordonnées à l’avance entre la Syrie et la Russie afin d’aboutir à des résultats tangibles » espérés par Damas.
Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu et son homologue syrien Faisal Mekdad devraient se rencontrer début février pour les pourparlers au plus haut niveau entre les deux capitales depuis le début de la guerre syrienne en 2011.
Cette tentative de réconciliation est observée de près par l’Iran, principal allié de la Syrie. Le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amirabdollahian qui se rend à Damas samedi pour des entretiens avec Mekdad a déclaré que son pays est « satisfait du dialogue qui se déroule entre la Syrie et la Turquie ».
 
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
https://arab.news/2r5ru
LONDRES : Les Amis d’Al-Aqsa, une organisation pro-palestinienne au Royaume-Uni, a lancé une campagne pour persuader la chaîne Prêt à Manger de repenser son projet d’ouvrir des dizaines de magasins en Israël, ont annoncé vendredi les organisateurs.
La société basée à Londres a conclu un accord non contraignant de 10 ans avec la chaîne de mode israélienne Fox-Wizel et le groupe de restaurants Yarzin Sella afin d’ouvrir et d’exploiter 40 franchises en Israël au cours de la prochaine décennie.
La FOA a déclaré que Prêt devait officiellement finaliser l’accord d’ici mars et a donc exhorté ses partisans à agir rapidement afin de persuader l’entreprise de ne pas poursuivre ses plans en envoyant un courriel à son PDG.
« En réponse à la campagne de Prêt à Manger visant à ouvrir plus de 40 succursales en Israël au cours des 10 prochaines années, la FOA a lancé une campagne #PretAParatheid » a déclaré l’organisation non gouvernementale, défendant l’égalité et la justice en Palestine et s’opposant à l’occupation illégale d’Israël et du régime d’apartheid.
« Cela a conduit les plateformes de réseaux sociaux de Prêt à être bombardées de messages de protestations. Des centaines de personnes ont envoyé un courriel au PDG Pano Christou au cours des dernières 48 heures » a-t-il ajouté.
« L’annonce de Prêt est un signe clair de soutien au régime d’apartheid d’Israël et aux violations continues du droit international. »
« Sur son site web, Prêt prétend servir de la nourriture fraîche et du café tout en ‘’essayant de faire ce qui est juste’’. Pourtant, ‘’ouvrir des succursales dans un  État d’apartheid, c’est mal faire’’ » Ces propos sont présents dans la lettre de campagne #PretAParatheid adressée à Pano Christou.
L’organisation a déclaré que Prêt ne devait pas faire affaire avec un état qui viole les droits humains des palestiniens depuis 75 ans.
« En ouvrant des magasins en Israël, Prêt serait complice des violations israéliennes des droits de l’homme » a déclaré Shamiul Joarder, responsable des affaires publiques à la FOA.
« Prêt affirme que l’éthique est l’une de ses valeurs fondamentales. Or, soutenir un état qui viole constamment le droit international et cible et tue des enfants n’est pas éthique.
« Sur chaque sandwich, Prêt a un autocollant demandant des commentaires. Des centaines de personnes leur ont maintenant écrit des commentaires leur demandant de ne pas soutenir Israël. Où est leur réponse ? »
La FOA a déclaré avoir contacté Prêt pour obtenir des commentaires mais n’a pas encore reçu de réponse.
Ceci est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
https://arab.news/ww8g2
RAMALLAH : Deux combattants palestiniens du mouvement Jihad islamique ont été tués samedi matin dans un accrochage avec des soldats israéliens menant un raid en Cisjordanie occupée, selon des sources concordantes.
Les deux jeunes hommes ont été tués à Jaba, petite ville au sud de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, ont indiqué le ministère de la Santé palestinien et le Jihad islamique.
La branche armée du Jihad islamique a déploré dans un communiqué le décès de « ses martyrs héroïques », tués en tentant de s’interposer face aux « forces d’occupation alors qu’elles menaient une lâche opération d’assasinat ».
L’armée israélienne a indiqué de son côté avoir mené une opération « antiterroriste » près de Jaba pendant laquelle « des suspects ont ouvert le feu à balles réelles contre des soldats [israéliens] à partir d’un véhicule en marche ».
« Les soldats ont riposté à balles réelles » et ont touché deux personnes, ajoute le texte.
A Jaba, un photographe de l’AFP a vu une Toyota blanche au pare-brise criblés de balles au niveau du conducteur. La voiture était encastrée dans un mur de parpaings par l’avant et totalement éventrée à l’arrière.
Selon le ministère palestinien et le Jihad islamique, les deux morts sont Ezzedine Basem Hamamra et Amjad Adnane Khaliliya, tous deux âgés d’une vingtaine d’années.
Un troisième Palestinien, Yazen Samer Jaabari, âgé de 19 ans, touché par des tirs israéliens il y a quelques jours, est décédé de ses blessures, selon la même source.
Selon l’agence officielle palestinienne Wafa, il avait été blessé lors d’une opération de l’armée israélienne le 2 janvier dans le village de Kfar Dan, près de Jénine, au cours de laquelle deux Palestiniens avaient été tués.
Ces nouveaux décès portent à douze le nombre de Palestiniens tués depuis le début de l’année dans des violences avec des forces ou des civils israéliens en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.
Depuis une vague d’attaques anti-israéliennes en mars et avril 2022, l’armée a multiplié les opérations dans les secteurs de Jénine et Naplouse, bastion des factions palestiniennes armées.
L’année 2022 a été la plus meurtrière en Cisjordanie depuis la fin de la Seconde Intifada, le soulèvement palestinien de 2000 à 2005, selon l’ONU.
Selon un décompte de l’AFP, le conflit israélo-palestinien a fait au moins 201 morts palestiniens (dont 150 en Cisjordanie) et a coûté la vie à au moins 26 Israéliens en 2022.
https://arab.news/6j5p3
CASABLANCA: Le Maroc confirme une fois encore ses efforts colossaux pour assurer une plus grande sûreté et sécurité aux Marocains et aux touristes. La stabilité politique et la sécurité du pays ne sont pas que de simples slogans, mais sont palpables sur le terrain. Dans son bilan 2022, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a fait état d’une baisse importante du taux de criminalité qui a régressé de 30,22%. Un total de 820 274 d’affaires répressives a été enregistré tout au long de l’année écoulée, permettant de repérer et de déférer 875 879 individus devant les différents parquets du Royaume.  
Les chiffres de la criminalité violente n’ont pas dépassé, pour leur part, le seuil de 6,59%. Concernant le taux de résolution des affaires traitées, il a enregistré un record en atteignant 94,34%, une performance exceptionnelle pour la sixième année consécutive. Ce taux s’est établi à 85,34% pour les crimes violents.  
Ces réalisations tirent en grande partie leur explication dans la mise en place d’une nouvelle stratégie ambitieuse de la DGSN couvrant la période 2022-2026. Une feuille de route axée principalement sur le développement des mécanismes d’enquête pénale, la consécration du rôle primordial de la police scientifique et technique dans les enquêtes réalisées, la coordination fructueuse entre les services de la DGSN et de la Direction générale de surveillance du territoire (DGST), en plus de l’amplification de la dénonciation immédiate des crimes par les victimes et les témoins. Cela tout en renforçant le respect des droits de l’homme, notamment lors de l’application des mesures de garde à vue et de placement sous surveillance. 
Ces réalisations tirent en grande partie leur explication dans la mise en place d’une nouvelle stratégie ambitieuse de la DGSN couvrant la période 2022-2026. 
Saisie de 98 543 tonnes de hachisch 
S’agissant des affaires liées aux drogues et aux psychotropes, les opérations sécuritaires menées par les équipes d’Abdellatif Hammouchi, patron de la DGSN et de la DGST, ont progressé de 8%, grâce à l’intensification et à la coordination des interventions de terrain menées conjointement par la police judiciaire et les services de la DGST. Ces opérations ont ainsi permis le traitement de 92 713 affaires, l’interpellation de 120 725 individus, dont 241 étrangers. Il a été procédé à la saisie de 98 543 tonnes de hachisch, en baisse de près de 49%, et de plus de 190 kg de cocaïne, en régression de 87%, ainsi que de 2 821 kg d’héroïne. De leur côté, les quantités de psychotropes saisies (ecstasy, Captagon, et comprimés psychotropes) ont enregistré une hausse de 85% avec un total de près de 2,67 millions de comprimés psychotropes. 
Migration clandestine: démantèlement de 92 réseaux criminels 
Concernant la lutte contre les réseaux spécialisés dans la migration clandestine transfrontalière, les efforts de la Sûreté nationale ont été couronnés par l’arrestation de 32 733 personnes, dont 28 146 étrangers de différentes nationalités; le démantèlement de 92 réseaux criminels et l’interpellation de 566 organisateurs et intermédiaires, soit une augmentation de plus de 36% comparé à 2021, en plus de l’interpellation de 415 organisateurs de l’immigration illégale. Il a été aussi procédé à la saisie de 832 faux documents de voyage ou pièces d’identité, de 193 embarcations, de 156 moteurs marins et de 61 véhicules utilisés dans l’organisation des opérations de migration.  
Rappelons que le Maroc a renouvelé l’année dernière son accord de partenariat avec l’Espagne et l’Union européenne dans le cadre notamment de la lutte contre la migration clandestine. Le Royaume est considéré comme un partenaire privilégié et fiable dans cette lutte. Et les chiffres sont là pour le confirmer. 

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire