Prononcé le 13 décembre 2022 – Roland Lescure 13122022 … – Vie publique.fr

Intervenant(s) :
Mots-clés :
Prononcé le
PATRICK ROGER
Bonjour Roland LESCURE.
ROLAND LESCURE
Bonjour.
PATRICK ROGER
Le report des annonces sur la réforme des retraites, les factures d’énergie pour les entreprises, l’attaque du cimentier LAFARGE, la reconstruction de l’Ukraine et puis l’industrie française, quelques unes des questions que nous allons évoquer. Commençons donc par la présentation de la réforme des retraites qui était prévue ce jeudi. Pourquoi cette annonce de report d’Emmanuel MACRON ? Le Gouvernement n’était pas prêt ?
ROLAND LESCURE
Je dirais qu’on était quasiment prêt, mais ça ne vous a pas échappé, il y a quelques partis politiques qui ont changé de tête ce week-end. Bon, je ne suis pas sûr que Manuel BOMPARD va changer beaucoup d’avis sur la réforme des retraites, mais on peut espérer que…
PATRICK ROGER
Oui. Il suit le dossier depuis longtemps déjà.
ROLAND LESCURE
Voilà. Et je pense que la retraite à soixante ans pour tous, ça reste un fantasme de la France insoumise, et je pense qu’ils ne nous rejoindrons pas là-dessus. Mais il faut reconnaître peut-être, pourquoi pas au niveau du parti écologie mais surtout le parti des Républicains et l’UDI qui ont changé tous les deux de têtes, vont peut-être avoir envie de nous écouter un peu différemment. On verra si Éric CIOTTI fait preuve d’ouverture vis-à-vis des attentes de Versailles.
PATRICK ROGER
Attendez, sérieusement, c’est vraiment parce qu’il y a ces changements qu’il y a cette annonce de report ? Ou c’est parce que les discussions n’ont pas complètement abouti peut-être avec les syndicats ?
ROLAND LESCURE
Les deux.
PATRICK ROGER
Il y a Noël qui arrive, il y a le Mondial, Emmanuel MACRON qui s’envole pour le Qatar. Non, il y a tout ça en fait.
ROLAND LESCURE
Oui. Sans doute que tout ça a pu jouer au fond sur une discussion qui ne correspond qu’à quelques semaines d’écart entre une annonce et une autre. Quand même, il y a eu des élections syndicales au sein de la fonction publique, il y a des débats qui sont ouverts aujourd’hui autour de la définition de la pénibilité dans la fonction publique par exemple. Bon, c’est bien de pouvoir intégrer les résultats de ces élections et d’avoir une dernière discussion autour de ces sujets qui sont des sujets importants. Et on a aujourd’hui, je vais le dire comme nous l’a dit l’ancien Premier ministre Edouard PHILIPPE, une poutre qui travaille encore à droite. Donc voyant Hervé MARSEILLE qui prend la tête de l’UDI ; Hervé MARSEILLE, il dirige, il préside un groupe au Sénat. Je pense que c’est un interlocuteur important pour Olivier DUSSOPT et Elisabeth BORNE sans doute pour avoir une dernière discussion autour des principaux …
PATRICK ROGER
Ce qui veut dire, alors si je vous suis Roland LESCURE, c’est que finalement tout n’est pas bouclé sur cette réforme des retraites, sur l’âge, sur la pénibilité, sur les modalités…
ROLAND LESCURE
Non, mais l’essentiel, les paramètres vous les connaissez, c’est ceux que le candidat Emmanuel MACRON a porté pendant sa campagne et ceux sur lesquels il a été élu, accroissement de l’âge de la retraite avec un objectif à 65, prise en compte des carrières longues, prise en compte de la pénibilité, minimum contributif, ça veut dire quoi, ça veut dire qu’on n’aura pas une retraite pleine en France en dessous de 1100-1200 euros sans doute même un peu plus puisque l’on sera à 85% du SMIC. Aujourd’hui il y a des millions de Françaises et de Français qui touchent 800 euros, donc tout ça c’est une réforme d’ensemble qui nous semble équilibrée, qui vise justement à équilibrer les comptes, tout ça est quand même extrêmement, je pense, convaincant, il nous reste encore quelques semaines pour convaincre les partenaires sociaux qu’il y a des ouvertures à faire.
PATRICK ROGER
Oui Roland LESCURE, il y a peut-être encore quelques pistes aussi à explorer, j’ai vu que François BAYROU disait il faut peut-être penser à autre chose, d’autres solutions, d’autres pistes, des hausses de cotisations par exemple.
ROLAND LESCURE
Si vous entendez des hausses de prélèvements, là je vais vous donner mon avis personnel, je ne pense pas…
PATRICK ROGER
Oui, oui vous êtes ministre.
ROLAND LESCURE
Que ce soit la meilleure manière, c’est pour ça que j’insiste là-dessus, je ne suis pas en charge du dossier, mais je ne pense pas que la meilleure manière d’équilibrer un système quel qu’il soit aujourd’hui en France soit d’augmenter les prélèvements obligatoires. On a déjà le taux de prélèvement obligatoire le plus élevé au monde, donc je pense qu’on doit, vous savez, les Françaises et les Français passent 5 ans de plus que tous les autres Européens à la retraite, 25 ans contre une vingtaine d’années pour les autres pays européens, c’est pas mal 25 ans de retraite. On peut peut-être couper la poire en 2, c’est exactement ce qu’on fait en proposant de passer l’âge de la retraite de 62 à 65 ans de manière à ce qu’on puisse quand même avoir plus de 20 ans à la retraite générale, c’est des belles années, moi je les attends avec un peu d’impatience parfois, tout en assurant qu’on ait un système équilibré et juste. Vraiment j’insiste, la justice de cette réforme, le fait qu’aujourd’hui il y a des femmes qui touchent beaucoup moins que les hommes, il y a des femmes qui sont obligés de se rendre jusqu’à 67 ans pour toucher un minimum de retraite, on a besoin d’un système équilibré, mais surtout d’un système juste.
PATRICK ROGER
Venons-en donc Roland LESCURE aussi à votre dossier puisque vous êtes en charge de l’industrie, des industries qui font face à l’explosion des factures de l’énergie, d’une façon générale l’électricité, il y en a même qui vont jusqu’à suspendre leur production, je pense à William Saurin, Garbit, etc… combien d’usines risquent d’être touchées, est-ce que vous avez déjà fait un inventaire ?
ROLAND LESCURE
Alors aujourd’hui tous les industriels sont touchés par la hausse des coûts de l’énergie et ceux qui sont, ce qu’on appelle électro intensif, énergo intensif, c’est-à-dire qui consomment beaucoup d’énergie, sont énormément touchés, on parle de facture qui font fois 3, fois 5 parfois fois 10. Donc dans l’agroalimentaire vous avez mentionné une des grandes entreprises françaises qui suspend sa production pendant quelques semaines, on n’est pas dans une logique de fermeture, mais on suspend quelques semaines littéralement le temps de passer l’hiver, des verriers, des aluminiers, on réduit leur production. On a aujourd’hui sur nos radars si je puis dire, à peu près 450 entreprises qui sont suivies de près parce qu’elles nous alertent sur le fait que la hausse de la facture énergétique a un impact très significatif sur l’activité. Certaines décident grâce aux aides quand même qu’on a amplifié, simplifié, modernisé, prolongé en 2023, continuent de produire, peut-être de manière un peu réduite, d’autres décident de mettre leur production sous cocon pendant quelques semaines. L’objectif pour nous évidemment il est de s’assurer que l’appareil productif soit préservé, que le maximum de d’entreprises industrielles puissent continuer à produire, c’est pour ça qu’on a mis en place les aides qu’on a mises en place, qui aujourd’hui sont efficaces, je vais vous dire une chose en 3 semaines, 4 semaines au mois de novembre on a déjà livré, aidé les entreprises autant qu’on les avait aidé dans les 6 mois précédents. On avait un système compliqué il s’est simplifiée et moi j’engage vraiment les entreprises parce que pour l’instant on est sur quelques centaines d’entreprises qui sont allées sur impots.gouv.fr, à la fois simuler les aides et les demander. J’engage vraiment les entreprises à aller sur ce site pour demander les aides, elles y ont droit et on va les aider de ce fait à passer l’hiver.
PATRICK ROGER
Est-ce que vous êtes rassuré par des nouvelles sur la production nucléaire ? On dit qu’il y a finalement beaucoup plus de réacteurs qui pourraient être mis en route sur les 56 dans les jours qui viennent, les semaines qui viennent. Qu’elle est la situation ?
ROLAND LESCURE
Aujourd’hui on est à 40. Donc on a ouvert, réouvert 2 réacteurs très récemment, 2 dans les 48 heures qui viennent de s’écouler. Moi ce que j’entends d’EDF, c’est qu’ils vont continuer à ouvrir des réacteurs et donc moi je reste très confiant sur la capacité, je voudrais d’ailleurs saluer les employés d’EDF qui travaillent jour et nuit là-dessus, la capacité d’EDF à livrer des électrons, ce dont on a besoin à l’hiver. Je suis aussi extrêmement impressionné par les efforts que font les Françaises et les Français, en premier lieu les industries, la consommation des industriels elle a baissé et en partie vous l’avez dit parce que les factures sont salées et que du coup ils réduisent leur production. Les Françaises et les Français, tous et toutes réduisent leur consommation d’électricité. Au fond c’est une espèce d’effort national du côté de la production EDF mais aussi du côté de la demande des Françaises et des Français, petits, moyens et grands.
PATRICK ROGER
Donc on risque moins de délestage et des fameuses coupures qui avaient été envisagées au mois de janvier alors ?
ROLAND LESCURE
La meilleure manière d’éviter le pire ? C’est de s’y préparer et c’est exactement ce qu’on a fait. On nous a reproché de communiquer là-dessus. On avait besoin je pense de partager la réalité de la situation qui n’est pas paniquante, on n’est pas face à une catastrophe.
PATRICK ROGER
C’était paniquant il y a 10 jours.
ROLAND LESCURE
Non je ne pense pas.
PATRICK ROGER
Attendez, attendez, les chefs d’entreprise étaient très inquiets, il y a des petits artisans et commerçants qui menacent de fermer, des entreprises qui se mettent en arrêt, enfin bon pardon mais…
ROLAND LESCURE
On parlait potentiellement et on parle toujours de coupures potentielles de deux heures extrêmement ciblées dans lesquelles les gens seraient prévenus 3 jours, puis 24 heures à l’avance. Je le répète, l’objectif il est d’éviter tout ça et en mettant ce sujet, je pense dans l’atmosphère, on a conduit l’ensemble des français et françaises à réaliser que chacun pouvait faire un effort. On a chacun baissé un peu la température dans son foyer, peut être repoussé ses machines etc et ça marche, donc vraiment bravo et on continue si vous plaît pour Noël et surtout au-delà parce que Noël, l’activité économique va baisser, donc il n’y a pas trop d’inquiétude, en janvier on continue à faire des efforts.
PATRICK ROGER
Est-ce qu’il y a un risque de ralentissement de la production industrielle en France ?
ROLAND LESCURE
oui la production industrielle, elle a ralenti, il n’y a pas de rupture aujourd’hui, mais il y a des secteurs industriels qui vont très bien et qui continuent à produire à pleine cadence, l’aéronautique, électronique etc et d’autres qui souffrent, on parlait des verriers tout à l’heure, Duralex a mis son four en cocon pendant quelques mois et fait tout pour redémarrer la production, j’y étais il y a encore une dizaine de jours, on a fait un prêt bonifié de 15 millions d’euros pour aider Duralex à passer l’hiver et il va reprendre en amont.
PATRICK ROGER
Vous pouvez le mesurer déjà en pourcentage ce ralentissement de la production industrielle…
ROLAND LESCURE
Non, on n’a pas de chiffres, on a on avait un chiffre de France Industrie qui moi personnellement me semblait un peu exagéré, qui parlait de 10% de baisse au 4e trimestre. Ce qu’on sait c’est que…
PATRICK ROGER
Vous espérez moins.
ROLAND LESCURE
Je pense qu’on aura moins ? l’économie française est entrée dans cette crise en pleine forme, il y a les chiffres d’emploi qui sont sortis ce matin qui montrent qu’au 3e trimestre on continuait à produire et à créer de l’emploi, c’est essentiel, mais on a un ralentissement au 4e, c’est sûr, il est moins élevé qu’ailleurs dans le monde. L’Allemagne est en récession, l’Italie est entrée en récession, la France elle continue à croître mais de manière ralentie il faut le reconnaître.
PATRICK ROGER
Oui Roland LESCURE, pas les Etats-Unis, est-ce que vous êtes inquiet justement par la ruée vers les Etats-Unis pour les investissements industriels parce qu’il y a des aides publiques et puis un faible coût de l’énergie là-bas qui fait que beaucoup d’Européens et d’Asiatiques se tournent aujourd’hui vers les Etats-Unis ?
ROLAND LESCURE
Je pense que le plan d’aide, on appelle ça l’IRA, ” Inflation reduction act “, annoncé par Joe BIDEN, il a un peu réveillé l’Europe. Nous on était très conscient de ces écarts de compétitivité entre l’Europe et les Etats-Unis, je pense que l’ampleur de ce plan a réveillé nos partenaires européens, donc on souhaite s’aligner et Joe BIDEN l’a dit d’ailleurs au président de la République quand il l’a reçu en visite d’État il y a une dizaine de jours, ce plan il ne visait pas à taper sur l’Europe, il visait plutôt, on va dire l’autre côté du continent la Chine et l’Asie.
PATRICK ROGER
Oui mais nous sommes victimes collatérales l’Europe de cette guerre économique…
ROLAND LESCURE
Non, l’objectif c’est d’éviter ça. Moi j’étais hier avec mon alter ego allemand où on passe en revue l’ensemble des mesures qu’on peut mettre en place à la fois au niveau national pour éviter que ce soit la course à l’échalote entre par exemple la France et l’Allemagne. On travaille en coordination et aussi et surtout pour qu’on ait une réponse européenne coordonnée pour que les industriels européens ne soient pas, vous l’avez dit, les victimes collatérales de la crise et ça on en est extrêmement convaincu.
PATRICK ROGER
Oui d’autant que les prix de l’énergie sont plus bas là-bas. À ce propos alors aussi comment poursuivre et accélérer votre politique de réindustrialisation dans un contexte de crise énergétique et puis avec les menaces qui existent, il y a eu des militants écologistes qui se sont attaqués au cimentier Lafarge dans les Bouches-du-Rhône, vous condamnez, comment vous prenez cet acte ?
ROLAND LESCURE
Je le prends comme ce que c’est, c’est-à-dire du vandalisme de la part de gens…
PATRICK ROGER
Certains parlent de terrorisme.
ROLAND LESCURE
Je préfère le mot de vandales, je pense que c’est du vandalisme de la part de certains qui n’aiment pas l’industrie, ça on a bien remarqué, mais qui au fond se trompent sur la nature même de ce dont on a besoin. La transition écologique c’est de l’industrie qu’elle va venir. J’ai l’habitude de dire l’industrie ses 18% des émissions, 18% du problème, c’est 100% des solutions. Le site en question de Lafarge aux alentours de Marseille, il fait partie des 50 sites qui aujourd’hui émettent le plus de gaz à effet de serre, on est en train littéralement de passer un deal avec ces 50 sites les plus émetteurs, ils se décarbonent et on les accompagne. Si on des carbone ces sites…
PATRICK ROGER
Mais ça ne se fait pas du jour au lendemain.
ROLAND LESCURE
Mais non bien sûr, ça se fait dans une logique de collaboration y compris évidemment avec les populations locales, avec les élus, cette entreprise elle avait déjà installé une cheminée particulière qui limitait les émissions de particules en accord avec les élus, en accord avec les citoyens de la ville. On est dans une logique où on a besoin de tout le monde pour remporter ce combat et certains s’opposent de manière systématique à tout ce qui peut nous amener vers le progrès. C’est par l’industrie qu’on va décarboner la France.
PATRICK ROGER
En tout cas ça ne doit pas donner envie aux industriels ou à certains investisseurs de venir en France dans ces conditions.
ROLAND LESCURE
Exactement.
PATRICK ROGER
Oui mais alors quelle sécurité, qu’est-ce que vous pouvez leur promettre ou leur garantir ?
ROLAND LESCURE
Un : On leur promet qu’on va continuer nous à travailler avec eux pour les attirer, la baisse des impôts de production, la baisse des coûts, la simplification des démarches administratives et deux qu’évidemment des exactions de ce type-là doivent être condamnées, les coupables de ces exactions doivent être poursuivis et montrer que nous ne tremblera pas face finalement à du vandalisme extrêmement déplacé et qui va totalement à l’encontre de ce que ces gens-là prétendent vouloir faire.
PATRICK ROGER
Un dernier mot Roland LESCURE, il y a de la conférence sur l’Ukraine à Paris, des aides et déjà la reconstruction, 500 entreprises demain sont conviées, de quoi sera-t-il précisément… alors c’est aujourd’hui et demain ?
ROLAND LESCURE
Oui aujourd’hui et demain. On sera, moi j’y serai à Bercy cet après-midi, on reçoit à la fois des élus ukrainiens, le Premier ministre, la vice-Première ministre et un certain nombre de ministres, des entreprises françaises, c’est à la demande des Ukrainiens qu’on le fait cet après-midi. Ce matin c’est au Quai d’Orsay pour discuter d’aide d’urgence, cet après-midi c’est pour commencer à discuter de reconstruction et voir, on appelle ça « Build Back Better » les Ukrainiens parlent anglais, comment construire l’Ukraine mieux qu’elle n’était une fois que ce conflit aura atteint son terme.
PATRICK ROGER
Et donc il y a des entreprises françaises qui pourront y participer.
ROLAND LESCURE
Mais bien sûr, bien sûr, la France a aidé l’Ukraine et continue à aider l’Ukraine dans ce conflit. La France continuera à aider l’Ukraine au-delà de ce conflit pour l’aider à se reconstruire.
PATRICK ROGER
Un dernier mot aussi, c’est vrai il y a une pénurie de médicaments actuellement en France dans certains secteurs, on n’arrive pas finalement à retrouver notre souveraineté à ce niveau-là.
ROLAND LESCURE
Alors d’abord on la retrouve au sens où vous parlez du paracétamol, on construit une usine de principe actif du paracétamol qui va livrer de la marchandise, ça prendra encore 2 à 3 ans, construite et fabriquée en France. Cela dit, je ne veux pas affoler les Françaises et Français, aujourd’hui si vous allez dans une pharmacie qui pour des raisons de livraison n’a pas le Doliprane pour les enfants que vous avez, qu’on vous a prescrit, vous allez dans une autre vous en trouverez. On n’est pas dans une pénurie généralisée, on a quelques enjeux de livraison qui sont en train d’être résorbés, on aura du paracétamol à Noël et j’espère qu’on aura aussi plein d’autres choses.
PATRICK ROGER
Merci Roland LESCURE, ministre déléguée en charge de l’Industrie qui était notre invité ce matin de Sud Radio.
ROLAND LESCURE
Merci à vous.

Source : Service d’information du Gouvernement, le 14 décembre 2022
Thématiques :
En renseignant votre adresse électronique, vous acceptez de recevoir nos actualités par courriel. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription ou en nous contactant.
Suivez nous
sur les réseaux sociaux
République
Française
Vie-publique.fr est un site gratuit d’information qui donne des clés pour comprendre les politiques publiques et les grands débats qui animent la société.
Il est édité par la Direction de l’information légale et administrative.
Sauf mention contraire, tous les textes de ce site sont sous licence etalab-2.0

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE