Présentation de la saison NHL 2022-2023 – HockeyArchives

La saison NHL 2022-2023 a démarré le 7 octobre 2022. Les 32 équipes de la ligue vont se battre pour prétendre à la Coupe Stanley ou – à l’inverse – pour repêcher le probable choix numéro 1 du prochain repêchage Connor Bedard, qui joue en WHL chez les Regina Pats. Est-ce que Colorado va réussir à faire le back-to-back ? John Tortorella va-t-il réussir du côté de Philadelphie ? Montréal peut-il faire encore pire ? Voici quelques éléments de réponse classés par division.
 
Division Pacifique
 
Anaheim Ducks
Saison 2021-2022 : 31-37-14
Classement général : 23e

Du côté du Honda Center, l’année 2022-2023 s’annonce sous le signe de la construction. Les Anaheim Ducks amorcent celle-ci sans leur capitaine historique Ryan Getzlaf (parti à la retraite), plus long règne avec le « C » de la franchise californienne. Leur GM, Pat Verbeek, arrivé en février 2022, peut montrer ses compétences sur une saison complète après avoir débuté sur le banc en tant qu’assistant à Tampa Bay et à Détroit. Pour cela, il peut s’appuyer sur des joueurs prometteurs. Notamment Trevor Zegras, véritable machine à highlights  – et présent sur la couverture de NHL 23, espérons que ça ne lui porte pas malchance – et deuxième dans la course au Trophée Calder. Dans l’ombre de Getzlaf la saison passée, le voilà propriétaire des clés de l’équipe. Reste à voir s’il pourra amener son jeu à maturation en échangeant – peut-être – sa flamboyance contre des qualités offensives.
Troy Terry en attaque et Jamie Drysdale en défense sont aussi des armes redoutables, même si ce dernier doit hausser son jeu pour prouver qu’il peut prétendre au Top 4 de l’équipe.
Le rookie Mason McTavish est attendu. En OHL, chez les Hamilton Bulldogs, il a réalisé 14 buts, 26 passes en 24 matchs en saison régulière. En playoffs, il a amassé 16 buts et 13 aides en 19 matchs et atteint la Coupe Memorial. Surtout, il a brillé au Mondial junior cet été en tant que capitaine et MVP du tournoi.
Acquis lors de la période des agents libres, Frank Vatrano et Ryan Strome sont également des joueurs à potentiel offensif. En défense, Hampus Lindholm et Josh Manson sont partis. Verbeek a alors acquis une solution de rechange à court ou moyen terme en la personne de John Klingberg (7M$ sur un an) qui peut faire le travail avec Cam Fowler. Dans les cages, Anaheim a son point fort en John Gibson. Même s’il semble que l’année passée, le gardien n°1 d’Anaheim avait des envies d’ailleurs… On le comprend, car cela fait 4 saisons que les Ducks rêvent de revenir en playoffs. Pas forcément attendu dans cette conversation, Anaheim pourrait s’en approcher d’ici fin avril. Toutefois, être patient semble être la qualité première que devraient avoir les supporters de cette franchise qui célèbre sa 30e saison cette année.
 
Capitals WashingtonCalgary Flames
Saison 2021-2022 : 50-21-11
Classement général : 6e

Tout feu, tout flammes ! L’intersaison de Calgary a été agitée. Johnny Gaudreau, et ses 115 points la saison passée, avait des envies d’ailleurs et le voilà parti à Columbus. Il en était de même pour Matthew Tkachuk qui a pris la route de la Floride, mais en échange Calgary a quand même réussi à obtenir Jonathan Huberdeau, qui pourra seconder efficacement Elias Lindholm, alors au centre et prendre un rôle de leader laissé vacant par le départ de Johnny « Hockey ». Le coach des Flames, Darryl Sutter, semblait déjà conquis : « Jonathan Huberdeau est probablement le meilleur passeur que cette équipe a eu. »
Pourtant, il semble difficile de répliquer la production offensive optimale à Calgary cette année. Oui, Andrew Mangiapane, Mickael Backlund et Blake Coleman peuvent faire le travail, mais Dillon Dube et Tyler Toffoli doivent prouver qu’ils ont ce qu’il faut pour continuer dans la durée. Heureusement que Nazem Kadri, nouvellement champion de la Coupe Stanley est arrivé. De gros points sur la deuxième ligne d’attaque lui semblent promis. À lui de saisir cette chance même s’il est toujours difficile de réitérer une saison de folie, sans compter qu’il a joué de manière compétitive jusqu’au mois de juin… En somme, le staff s’est démené pour compenser les départs de ses deux vedettes à 100 points.
En défense, MacKenzie Weegar est arrivé dans la transaction ayant envoyé Tkachuk sous le soleil de la Floride. Un défenseur solide qui pourra se fondre sur la ligne bleue avec Noah Hanifin ou Rasmus Andersson. Avec la blessure de Christ Tanev, l’arrivée de Weegar est une nouvelle fois bienvenue. Et n’oublions pas le Suédois Oliver Kylington, solide l’an dernier. Finaliste du Trophée Vézina la saison passée, Jacob Markström est un portier de choix pour l’équipe de Calgary. Performant (37 victoires, 2.22 de moyenne de buts encaissés), il ne serait probablement pas contre l’émergence de Dan Vladar, car le portier n°1 de Calgary a quand même joué 75 matchs au total la saison passée.
Les leaders ne manquent pas dans le vestiaire de Calgary. Et les égos vont être testés suite à la saison morte rocambolesque vécue par cette équipe. Mais sur la glace, il n’y a potentiellement pas d’inquiétudes à avoir. Et qui sait ? Peut-être que Calgary pourrait aller plus loin que l’année passée ?
 
Edmonton Oilers
Saison 2021-2022 : 49-27-6
Classement général : 11e

Les Edmonton Oilers ont enfin réussi à atteindre une finale de conférence. Ils n’avaient pas réussi à aller aussi loin depuis leur campagne de finaliste en 2005-2006. Tombée face au champion (l’Avalanche du Colorado), l’équipe de la ville de l’Alberta conserve l’espoir de gagner la Coupe Stanley. Du moins si la profondeur de l’effectif arriver à contribuer à la réussite de l’équipe.
À l’attaque, si McDavid est voué à faire du McDavid, il n’est pas le seul à marquer dans cette équipe. Draisaitl est à sa place, mais la profondeur qu’offre Zach Hyman (27 buts la saison passée) et Evander Kane (35 buts) est non-négligeable. D’autant que ce dernier a re-signé pour un contrat de 4 ans. Les buts ne pourront pas venir que d’eux seuls, néanmoins, et c’est là que se situe la fragilité des Oilers : dans les autres lignes d’attaque. Les rumeurs autour d’un départ de Jesse Püljüjärvi cet été n’ont rien arrangé. Il surviendra sans doute, si le grand espoir Dylan Holloway s’impose.
En défense, Darnell Nurse et Cody Ceci sont des joueurs solides, mais la réussite doit venir de plus haut et notamment d’Evan Bouchard et de Brett Kulak. On sent que le départ de certains cadres de la zone a fait du mal. L’on peut penser à Adam Larsson, Duncan Keith – parti à la retraite – ou encore Oscar Klefbom, blessé.
Dans les cages, Jack Campbell hérite du rôle de gardien partant et, avec ses 5 M$ par an, il doit montrer qu’il peut tenir la cadence des Oilers… et leur éviter de prendre des buts qui pourraient coûter cher en fin de saison. Pas facile à prédire sachant qu’au début de la saison passée, ses performances étaient dignes d’un prétendant au Trophée Vezina (un pourcentage d’arrêts à 93,7% sur ses 23 premiers matchs), mais elles se sont effritées. Sur ces 26 derniers matchs, son pourcentage a baissé à 89,3% et il n’a pas tenu la distance en playoffs. Stuart Skinner aura une potentielle chance de se montrer après quelques apparitions prometteuses l’an dernier.
 
Los Angeles Kings
Saison 2021-2022 : 44-27-11
Classement général : 14e

La saison passée des Los Angeles Kings a surpris plusieurs observateurs, car arriver en séries éliminatoires était loin d’être dans les plans de l’équipe de Todd McLlellan. Mais ils l’ont fait. Coup de chance ou réalité ? En tout cas, la performance ne sera pas facile à réitérer et la bataille à l’Ouest risque d’être serrée jusque dans les dernières parties.
Le capitaine Anze Kopitar a de quoi mener la charge à l’avant. Ses 19 buts et surtout ses 67 points ont bien servi Adrian Kempe (35 buts, 19 assists) et le reste du groupe. L’arrivée de Kevin Fiala qui a coûté cher à l’équipe (7,88 M$) pourrait générer de nouveau du scoring même si l’on peut être dubitatif quant au prix mis sur la table pour le garçon une journée après son arrivée du Minnesota Wild. L’on espère aussi que la machine Quinton Byfield se mette en marche. Le reste de l’attaque est orphelin de son capitaine Dustin Brown, et espère la progression des jeunes, comme Arthur Kaliyev.
Il faudra espérer que l’équipe soit en santé, car la défense des Kings peut mener à sa réussite… ou à sa perte. Déjà, Drew Doughty est de retour après une opération qui l’a éloigné des patinoires l’année passée. Ensuite, Mikey Anderson, Alex Edler, mais également Sean Durzi ont montré que l’on pouvait compter sur eux. À 37 ans, Jonathan Quick a encore quelques saisons pour montrer qu’il reste un gardien appartenant à l’élite, alors que Cal Petersen se montre de plus en plus performant. Jusqu’à prendre son poste de numéro 1 ? Le mélange de jeunesse et des vétérans des deux Coupes Stanley pourrait permettre d’obtenir des résultats satisfaisants du côté de LA. Et amener encore plus de stabilité et de performances dans une équipe qui en a manqué ses cinq dernières années.
 
San José Sharks
Saison 2021-2022 : 32-37-13
Classement général : 22e

Le changement c’est maintenant. Cette phrase, associée à un candidat politique dans l’Hexagone, est tout à fait applicable pour l’équipe des San Jose Sharks. Le 5 juillet, Mike Grier est devenu nouveau General Manager de l’équipe suite au départ pour raisons de santé de Doug Wilson ; puis, fin juillet, David Quinn a pris la succession de Bob Boughner sur le banc. Et pour ces nouveaux arrivants, la saison pourrait être très longue.
L’attaque des Sharks est propulsée par le Suisse Timo Meier. Meilleur joueur de l’équipe la saison passée (35 buts, 41 assists), le Suisse devra répéter cette performance cette année voir insuffler une dynamique à l’effectif. Car si l’on se fie aux statistiques de l’année passée, San José avait la troisième pire attaque de la ligue (2.57 buts par match). Le contrat de Timo Meier arrive à échéance cette année et ses 6 M$ dans le plafond salarial de l’équipe vont devoir être représentatifs de ce qu’il peut produire sur la glace s’il veut prétendre à une meilleure reconnaissance tarifaire. L’ailier suisse sait ce qu’il lui reste à faire. Même observation pour Tomas Hertl. Celui qui mettait des tirs entre les jambes – et qui a marqué devant son public à Prague début octobre – est le meilleur centre de l’équipe (30 buts, 34 assists). Plus vieux que son collègue sur la première ligne, le capitaine Logan Couture (23 but, 33 assists) a 33 ans mais a amélioré sa production la saison passée.
À la défense, Erik Karlsson devra – comme ses collègues en avant – augmenter son niveau de jeu, car sans Brent Burns parti à Carolina, le secteur risque de manquer de tranchant offensif. Car ce ne sont pas Marc-Édouard Vlasic (14 points, 3 buts, 11 assists), Mario Ferraro (2 buts, 12 assists) et Jaycob Megna (2 buts, 6 passes) qui vont pouvoir nourrir les espoirs de l’équipe de Californie du Sud. Le starter dans les cages est James Reimer, gardien de niveau correct mais sans plus. Kaapo Kähkönen le secondera et pourrait prendre sa place si Reimer était échangé. Car dans sa dernière année de contrat, Reimer pourrait peut-être rapporter quelques futurs choix potentiels pour les prochains repêchages. L’avenir est peut-être ce qu’il y a de plus brillant, – même si l’on a du mal à y croire avec une situation salariale complexe – dans cette équipe et la chose à laquelle les supporters des Sharks peuvent se raccrocher.
 
seattle krakenSeattle Kraken
Saison 2021-2022 : 27-49-6
Classement général : 30e

La première saison du Seattle Kraken ne restera pas dans les mémoires. Et il semble maintenant impossible pour une équipe d’expansion de réaliser la même performance que Vegas lors de sa première saison. Jared McCann (27 buts, 23 assists), Yanni Gourde (21 buts, 27 assists), et Jordan Eberle (21 buts et 23 assists) menaient le classement statistique en matière de points du Kraken. Mais l’alchimie entre les joueurs ne fut pas vraiment visible. Ron Francis a donc décidé d’amener Oliver Bjorkstrand (depuis Columbus) et Andre Burakovsky, vainqueur la saison passée avec Colorado pour proposer une nouvelle dynamique et offrir à son attaque deux buteurs purs. L’on attend également Shane Wright, le numéro 4 du repêchage cette année qui devrait disputer quelques matchs, mais pour son développement, on ne pourrait que lui conseiller d’être patient. Le centre Matty Beniers pourrait-il, lui, aller chercher le Trophée Calder ? Sa fin de saison flamboyante en NHL le place en posture de favori, en tout cas.
Adam Larsson n’est pas le défenseur d’élite que Seattle a mis au front l’année passée, mais Vince Dunn a été capable de s’améliorer tout au long de la saison même s’il lui faudra plus de régularité pour performer. Mais cette défense pourra probablement profiter de l’arrivée de Justin Schultz avec un contrat de 2 ans.
L’Allemand Philip Grubauer a réalisé la pire saison de sa carrière l’année passée (lui qui sortait de l’effectif de Colorado) et un sursaut est attendu. Avec la blessure de Chris Drieger, le Kraken peut avoir l’aide de Martin Jones, venu depuis San José. La perspective des playoffs ne semble pas réalisable cette année. Le but de cette campagne 2022-2023 est bien de faire mieux que la saison passée. Et avec l’effectif légèrement renforcé de Seattle, les chances de réussite concernant cette donnée paraissent bien augmentées.
 
Vancouver Canucks
Saison 2021-2022 : 40-30-12
Classement général : 18e

La saison 2021-2022 a permis de faire le ménage à Vancouver. Le début de saison a été catastrophique (8 victoires, 15 défaites, 2 défaites en prolongation) et a amené au départ du GM Jim Benning, du coach Travis Green et de son assistant Nolan Baumgartner. Jim Rutherford a pris la suite du front-office et Bruce Boudreau est venu sur le banc. Le coach a réussi à renverser la vapeur et a réalisé une saison de 32 victoires, 15 défaites, et 10 défaites en prolongations. Pas mal.
En attaque,  J.T Miller a réalisé son record de points (32 buts, 67 assists, 99 points), mais Elias Pettersson a déçu. On attend plus que 32 buts et 36 assists pour ce joueur qui a émerveillé la Colombie-Britannique durant sa saison recrue. Bo Horvat avec ses 31 buts a réalisé son record personnel même si – comme pour Brock Boeser – on attend qu’il « explose » sur la durée.
La défense n’a pas été extrêmement remodelée. Quinn Hughes reste le joueur sur lequel la défense peut se construire. Mais le déclin du vétéran Oliver Ekman-Larsson semble inévitable. Luke Schenn, Tyler Myers et Travis Dermott complètent cette défense fragile qui risque de donner du travail à son gardien Thatcher Demko. Ancien pensionnaire de Boston College, le joueur de 26 ans se place comme l’un des meilleurs gardiens de la grande ligue (64 matchs joués, 91,5% d’arrêts). Et avec la défense dont il bénéficie, cette performance vaut peut-être bien plus que ce qu’elle est réellement. Avec tout ça, pas évident d’atteindre les séries éliminatoires, mais qui sait ce qu’une saison complète avec Bruce Boudreau peut donner ?
 
Vegas Golden Knights
Saison 2021-2022 : 45-31-8
Classement général : 17e

Les Vegas Golden Knights ont raté les playoffs la saison passée pour la première fois depuis leur arrivée dans la ligue. Difficile d’accepter ce destin pour une équipe ayant du potentiel, mais qui doit malheureusement faire avec les difficultés du plafond salarial. Il faut dire que les blessures ont ravagé les joueurs majeurs de la franchise sur cette saison 2021-2022… et le début de celle-ci n’est guère meilleur sur ce plan.
Jack Eichel est très attendu pour une première saison complète à Vegas. Ses 10 M$ de dollars sur le plafond salarial pèsent lourd et il faut qu’il arrive à s’améliorer pour justifier une telle rémunération. Cela l’arrangerait bien s’il pouvait compter sur le capitaine Mark Stone, qui se remet d’une blessure. Le départ de Max Pacioretty pour Carolina confère une nouvelle tâche au Québécois Jonathan Marchessault, qui a réalisé sa meilleure saison depuis celle qui l’a amené dans la franchise (30 buts, 36 assists). On espère que Reilly Smith et William Karlsson vont rebondir suite à leur dernière campagne, compliqué par des blessures. L’arrivée de Phil Kessel, inoxydable ironman de la NHL, compense parfaitement le départ de Pacioretty.
La défense n’est a priori pas le souci de l’équipe de Vegas. Alex Pietrangelo, Alec Martinez et Shea Theodore sont attendus cette saison, tout comme Bryan McNabb dont on guette un sursaut. Mais attention aux blessures qui pourraient fragiliser la ligne bleue. On vous conseille également de surveiller la progression de Zach Whitecloud. Logan Thomson est dans les cages pour prendre le poste de gardien n°1, après une blessure de Robin Lehner qui l’éloignera toute la saison – un gros coup dur pour une équipe qui a parié sur le Suédois au détriment de Marc-André Fleury l’an dernier… Laurent Brossoit sera le numéro deux et le tandem devra surperformer pour ne pas faire couler l’équipe, d’autant qu’aucun des deux joueurs n’a joué plus de 25 matchs sur une saison. L’arrivée d’un starter valable pourrait peut-être améliorer les choses. Mais l’investissement sur les joueurs-cadres de l’équipe pourrait tout de même payer.
 
Division Centrale
 
Arizona Coyotes
Saison 2021-2022 : 25-50-7
Classement général : 31e

coyotes kachinaL’année passée n’était pas brillante pour les Arizona Coyotes. Et cette année, difficile de dire que la tendance va s’inverser. Pour commencer, l’infrastructure dans laquelle les Coyotes vont évoluer prête à sourire. C’est dans la Mullett Arena de l’université d’Arizona State que l’équipe d’André Tourigny va évoluer. En cause, des querelles financières sans issue qui amènent la franchise de Phoenix à jouer devant 5 000 spectateurs au maximum. Charmant. Outre leur patinoire, les Coyotes ont un effectif qui ne devrait pas permettre d’attirer les foules. L’année passée, elle avoisinait les 2,51 buts par match, la moyenne la plus basse de la NHL. Un résultat obtenu grandement grâce à Nick Schmaltz, Clayton Keller et Lawson Crouse. Pour ce qui est du reste de l’effectif, il va falloir se ressaisir, d’autant que Phil Kessel a fait ses valises et s’est envolé pour Vegas.
À la ligne bleue, les blessures de Jakob Chychrun n’ont pas servi l’arrière de l’équipe, à part Shayne Gostisbehere qui a récolté 51 points. Une performance qui rappelle ses années à Philadelphie, notamment sa campagne 2017-2018 où il avait marqué 65 points. L’identité rugueuse et dure-au-mal instituée par Bill Armstrong et Tourigny pourrait-elle « sauver » cette équipe qui bénéficie de l’ajout de Troy Stecher, Patrik Nemeth et de Josh Brown ?
Devant le filet, Karel Vejmelka a le poste de numéro 1. Les 89,8% d’arrêts du Tchèque ne font pas rêver, mais avec l’effectif devant lui, l’on peut toujours se dire que cela aurait pu être (bien) pire, même s’il est facile de se cacher derrière ce lieu commun. La saison s’annonce compliquée et l’on se demande s’il ne faudrait pas déjà penser à la draft de 2023 pour espérer tirer quelque chose de grandiloquent de la part des Coyotes cette année.
 
Chicago Blackhawks
Saison 2021-2022 : 28-42-12
Classement général : 27e

Attention, chantier en cours. Dans une année 2021-2022 qui a vu les scandales éclabousser les fastes années de Blackhawks, la saison qui se profile pourrait prendre des allures de tournant majeur. Kyle Davidson, arrivé en urgence l’année passée pour prendre la suite de Stan Bowman, est le GM d’une équipe qui a un coach principal novice en NHL, Luke Richardson. Et cette saison, il ne faut pas vraiment espérer quoi que ce soit chez les Hawks. Alex Debrincat et Kirby Dach sont dorénavant loin (Ottawa et Montréal). Ils vont probablement tâcher de se concentrer sur le développement de leurs prospects et vont être en concurrence avec les Arizona Coyotes pour gagner la « loterie » de la draft 2023. Triste.
Il n’y a pas besoin d’avoir des lunettes grossissantes pour voir que l’ère de Patrick Kane et Jonathan Toews est sur le point de se clore. Si les deux continuent à produire, ils permettent, également avec Seth Jones en défense au navire Hawks de ne pas couler. Même si les rumeurs insistantes envoient Kane ailleurs pour sa dernière année de contrat chez les Blackhawks.
Vous l’aurez compris, la situation générale est compliquée. Dans les cages de Chicago, Petr Mrazek n’est pas attendu comme le messie, et Alex Stalock, sa doublure, n’a pas été au niveau en AHL la saison passée, alors qu’il se remettait d’une myocardite survenue suite à des complications du COVID-19 en 2020-2021. Alors, qu’espérer ? Un dernier tour de glace de Jonathan Toews et de Kane avec des éclairs de génie comme à la belle époque des années 2010 ou un enfoncement dans les profondeurs du classement en espérant chercher un talent générationnel ? La question mérite d’être posée.
 
Colorado Avalanche
Saison 2021-2022 : 56-19-7
Classement général : 2e (champion de la Coupe Stanley)

Gagner encore. Tels sont les mots qui collent à l’envie des Champions de la Coupe Stanley en titre. Et ce n’est pas la perte de Nazem Kadri, Darcy Kuemper et Andre Burakovsky qui va les faire changer d’avis. Même s’il est difficile de répéter l’exploit, même si Tampa et Pittsburgh par le passé ont démontré la possibilité de le réaliser. À l’avant, Colorado a de quoi enchaîner les buts et les assistances. Nathan MacKinnon, mais aussi Artturi Lekhonen et Valeri Nichuskhin ont démontré leurs aptitudes la saison passée. Et même si Kadri est parti, la profondeur de l’effectif ne doit pas alerter l’équipe. Seule ombre au tableau, la blessure de Gabriel Landeskog qui l’écartera des patinoires cette saison.
À la ligne bleue, que dire à part qu’il s’agit probablement de la meilleure de la ligue ? Cale Makar, MVP des playoffs la saison passée peut continuer sa formidable lancée et profiter de son association avec Devon Toews. La deuxième paire formée de Bowen Byram et Erik Johnson est aussi à surveiller. Sans oublier Samuel Girard.
Aux cages, le Russo-Bulgare Aleksandar Georgiev a pris la place de Kuemper. Un rôle de numéro 1 difficile à assumer, mais qui a le « privilège » de pouvoir bénéficier de 5 joueurs devant lui capable de lui assurer des soirées sereines. Il sera associé à Pavel Francouz dont la réussite en playoffs a été certaine (6 victoires en  titularisations). Répéter la conquête de la Coupe Stanley sera difficile, mais pas impossible. Et si l’effectif reste en santé, Colorado a toutes les cartes pour bien performer.
 
Dallas Stars
Saison 2021-2022 : 46-30-6
Classement général : 15e

Nouveau coach sur le banc de Dallas, Peter DeBoer aura sûrement à cœur de faire aussi bien qu’en 2012 et 2016 où il a amené durant sa première année sa nouvelle équipe en finale de la Coupe Stanley. La Conférence Ouest et les possibilités qu’elle offre en dehors des Top Teams pourrait bien permettre à Dallas d’aller en playoffs.
En attaque, la première ligne devrait amasser les points. Roope Hintz, Jason Robertson et Joe Pavleski ont atteint les 70 pts et plus durant la campagne passée. Toutefois, pour le reste, des interrogations se posent. Tyler Seguin, Jamie Benn et Denis Guryanov sont un cran en dessous de la production de leurs congénères à la ligne 1. Pour Seguin, sa productivité et sa condition vont être questionnées s’il ne passe pas la barre des 50 points.
Heureusement que la défense composée de Miro Heiskanen, Ryan Suter et Esa Lindell permet d’augmenter la production offensive de l’équipe et de limiter la casse. Même si le départ de Klingberg ne laisse pas présager beaucoup d’espoirs sur la ligne bleue. Thomas Harley est le prospect à surveiller de l’équipe des Stars mais attention à bien garder les portes de l’infirmerie de l’équipe fermée. Côté gardien, Jake Oettinger est la star de cette équipe. En playoffs, il a arrêté 95,4% des tirs adverses. Et confirmer cette solide performance lui permettrait de soigner sa réputation dans la NHL, lui qui a souvent avoisiné les 91% d’arrêts. Aller en playoffs peut être un objectif réalisable, mais passer le premier tour pourrait s’avérer un vrai défi.
 
Minnesota Wild
Saison 2021-2022 : 53-22-7
Classement général : 5e

Wild MinnesotaAussi appelé l’État du hockey, le Minnesota a toutes les raisons de se réjouir en amorçant cette saison qui arrive. La marge de manœuvre limitée en matière de plafond salarial a au moins permis au Wild de garder un alignement semblable à l’an passé même s’il est amputé de Kevin Fiala, parti à Los Angeles. Pour combler ce vide, Marco Rossi ou encore Tyson Jost doivent accrocher leurs ceintures.
Et avec la menace durant l’été concernant Kirill Kaprizov, risquant de ne pas rentrer aux États-Unis en raison d’un soupçon sur son exemption de service militaire alors que l’Ukraine et la Russie sont en conflit, la direction du Wild a dû transpirer. Car sans Kaprizov et Fiala et leurs 193 points combinés, difficile de faire confiance uniquement à Mats Zuccarello, Ryan Hartman et Joel Eriksson Ek. Bien que leurs performances la saison passée furent solides. Heureusement, Kaprizov a bien pu revenir aux États-Unis. Ouf.
Le Wild peut compter sur sa défense et son capitaine Jared Spurgeon, éclaboussant de réussite l’année passée avec Jacob Middleton. De plus, la présence de Jonas Brodin et Matt Dumba rassure, et les deux talents combinés peuvent apaiser le gardien, Marc-André Fleury. Le Québécois âgé de bientôt 38 ans – et secondé par Filip Gustavsson – à l’occasion de disputer une saison complète avec le Wild, lui qui venait de l’équipe de Chicago. Et avant de rentrer au Temple de la Renommée, on ne serait pas contre de nouvelles performances de haut niveau de sa part. Le Wild compte sur lui et les fans aussi. Mais la division centrale – et les champions en titre particulièrement – pourrait mettre en péril les chances de réussite de l’équipe du directeur général Bill Guerin.
 
Nashville Predators
Saison 2021-2022 : 45-30-7
Classement général : 16e

Comment se remettre d’une élimination au premier tour des playoffs sans la moindre victoire ? En faisant le ménage. Et pour ça, David Poile a utilisé les grands moyens. Il a envoyé Luke Kunin à San José et Philippe Myers et Grant Mismash ont pris la direction de Tampa Bay.
À l’avant, Filip Forsberg est là pour rester et il est signé pour 8 ans avec 8,5 M$. Il tient l’équipe d’une main de fer et a notamment permis à Matt Duchene (86 pts) et Granlund (64 pts) de bien performer. Toutefois la production offensive doit venir de plus haut pour espérer franchir un pas de plus en playoffs. La venue de Nino Niederreiter n’y est sûrement pas pour rien.
En défense, Roman Josi est bien établi. Et l’association avec Ryan McDonagh, acquis dans la transaction Myers-Mismash ne peut que lui bénéficier. Josi a gagné le Trophée Norris en 2019-2020 et a fini second dans les votes la saison passée. Et s’il agrémentait son armoire d’un nouveau trophée ? Matthias Ekholm et Dante Fabbro garnissent la défense. Derrière eux, Juuse Saros, qui a pris les rênes du spot de gardien numéro 1 en 2019-2020, pourrait permettre à son équipe d’aller loin en playoffs. N’oublions pas qu’il n’a pas disputé celles de la saison dernière à cause d’une vilaine blessure. Et Kevin Lankinen, son backup, devra mieux performer qu’à Chicago.
 
Saint-Louis Blues
Saison 2021-2022 : 49-22-11
Classement général : 9e

L’équipe de Saint-Louis croit encore à la Coupe Stanley. Et à raison. La difficulté avec laquelle Colorado a réussi à les battre fait encore dire que les Blues en ont encore sous le capot.
L’attaque n’a pas beaucoup évolué. On attend cette saison (encore !) beaucoup de Vladimir Tarasenko qui ressort de la meilleure saison de sa carrière (34 buts, 48 assists). Son contrat expire cette année et en cas de nouvelle forte performance, les Blues vont devoir passer à la caisse, et ça fera très mal tout comme pour Ryan O’Reilly. Pour le reste, Robert Thomas a signé le contrat le plus lucratif de l’histoire de la franchise avec 65 M$ sur 8 ans, Pavel Buchnevich, Brayden Schenn, Ivan Barbashev et Brandon Saad complètent l’attaque de la ville du Missouri qui s’avère fiable et complète. Et même si David Perron est parti, l’on peut être rassuré quant au potentiel de l’équipe.
Également, la défense de Saint-Louis ne se voit pas renouvelée. Et c’est tant mieux. Torey Krug, ancien des Bruins tout comme Justin Faulk, Colton Parayko et Nick Leddy (avec un tout nouveau contrat à 4 M$) se retrouveront. Cette défense sent bon l’expérience, mais un véritable joueur d’élite ne serait pas de refus. Car épauler Jordan Binnington sera important. Ce dernier est le gardien n°1 de l’équipe, mais il se doit de répondre présent à ce rôle et ce, sur la durée. Ville Husso s’est envolé pour Détroit et Thomas Greiss a pris cette place de n°2. Mais on voit difficilement l’Allemand capable de « voler » des matchs pour Saint-Louis.
 
Winnipeg Jets
Saison 2021-2022 : 39-32-11
Classement général :
19e
Winnipeg Jets New LogoDepuis 2016-2017 que les Winnipeg Jets n’avaient pas atteint les playoffs. L’année passée, ils ont de nouveau réalisé ce « contre-exploit ». Il faut dire que la sérénité n’était pas maximale. Paul Maurice a démissionné en milieu de saison et c’est Rick Bowness qui a pris la suite. Ce dernier avait eu le même rôle avec l’équipe dite « originale » durant la saison 1988-1989.
Kyle Connor est le moteur de l’attaque de l’équipe du Manitoba. 47 buts, 46 aides et 93 points sont les stats du meilleur marqueur de la hranchise. Mark Schleife et Pierre-Luc Dubois (dont le contrat d’un an est de 6 M$) sont aussi attendus pour performer. Dans le même temps, Nikolaj Ehlers fait figure de bon ailier dont on espère une plus grande production pour continuer à dynamiser l’attaque des Jets. L’optimisme est aussi de mise pour Cole Perfetti qui devrait continuer à se développer. Même si dans les grandes lignes, la profondeur de l’effectif pourrait faire défaut.
En défense, Josh Morrissey a amélioré ses stats l’année passée (12 buts, 25 passes) et Neal Pionk à ses côtés sera observé. Nate Schmidt est toujours capable de produire et Dylan Demelo complète le top 4. La défense n’est pas d’une solidité exceptionnelle. Heureusement qu’elle peut être « sauvée » par leur gardien numéro 1 Connor Hellebuyck. Gardien faisant partie du Top 10 de la ligue, Hellebuyck compte 91,0% d’arrêts en 66 matchs disputés. Et Winnipeg lui doit beaucoup. Il sera secondé par le Tchèque David Rittich, qui – espérons pour lui – ne devra pas pallier une blessure de son collègue. Au prix de rendre la saison des Jets très longue.
 
Division Métropolitaine
 
Carolina Hurricanes
Saison 2021-2022 : 54-20-8
Classement général : 3e

Carolina HurricanesÀ la fin de la saison 2021-2022, la déception était de mise dans la ville de Raleigh. Les Hurricanes ont une équipe compétitive et beaucoup d’observateurs la voyaient aller au bout. Mais les New York Rangers en ont décidé autrement au deuxième tour des playoffs. Bye-bye Carolina et bonjour les questionnements chez les Hurricanes. Où sont en effet passées les productions offensives du duo Aho-Svechnikov, eux qui alignaient les points en saison régulière ? Et puis, pourquoi cet échec ? L’époque où les Hurricanes étaient l’équipe « qui pouvait créer la surprise » est finie. Maintenant, il faut gagner. Et Rod Brind’Amour le sait, lui qui a fait partie de l’aventure victorieuse en 2006. Durant l’inter-saison, les Canes ont obtenu Max Pacioretty et Brent Burns. Deux joueurs aux qualités certaines capables de scorer et d’apporter du caractère. Vincent Trocheck, Tony DeAngelo et Nino Niederreter sont, eux, partis.
Pour une majorité d’observateurs, les Carolina Hurricanes manquent d’une star. Celle qui fait se lever les foules, vendre des maillots, fédère une équipe. Sebastian Aho, même s’il est caractérisable comme un joueur de franchise, n’est pas celui-là. En défense, Jaccob Slavin pourrait remplir cette fonction, mais le problème réside dans le fait qu’il est largement sous-estimé. Alors pourquoi pas Andrei Svechnikov ? Cela fait 5 ans que certains attendent son éclosion. Dorénavant âgé de 22 ans, et s’il prenait les rênes du projet « Hurricanes Champions » ? De plus, la dernière année du contrat de Jordan Staal, actuel capitaine, pourrait offrir une solide opportunité à l’un des membres clés de l’équipe de glaner le C sur son maillot.
La solidité de la défense de Carolina explique pourquoi celle-ci était la meilleure du championnat. L’ajout de Brent Burns à l’alignement conjugué à Slavin soutenu par Brett Pesce et Brady Skjei peut intimider leurs adversaires. Le gardien danois Frederik Andersen a aussi son rôle à jouer dans l’efficacité de l’équipe et sans sa blessure survenue juste avant le début des séries éliminatoires la saison passée, que ce serait-il passé ? Antti Raanta a fait de son mieux en son absence, mais a-t-il les possibilités de continuer à être efficace sur la durée ?
 
Columbus Blue Jackets
Saison 2021-2022 : 37-38-7
Classement général : 21e

C’est l’acquisition dont le monde du hockey se souviendra durant la saison morte 2021-2022. Johnny Gaudreau, l’agent libre numéro 1 de cette saison, est passé des Calgary Flames aux Columbus Blue Jackets et y a signé un contrat de 68,7 M$. Mais si Calgary a de grandes espérances pour la saison qui arrive avec les playoffs en ligne de mire, pour Columbus, ça a l’air plus compliqué.
En attaque, les Blue Jackets ont réussi à mettre la main sur Gaudreau qui était convoité par beaucoup. Mais un joueur ne fait pas l’équipe. Et si l’équipe est la 14e force du plateau en termes de buts inscrits l’année passée (3,15 buts par match), pas un seul de ses joueurs n’a réussi à aligner plus de 30 buts sur la saison. Fort heureusement, Columbus a pu compter sur sa profondeur offensive. 4 joueurs ont atteint les 20 buts ou plus et 8 ont inscrit, au moins, 10 buts.
La contribution à l’attaque est également venue des défenseurs Zach Werenski (11 buts, 37 assists) et Adam Boqvist (11 buts et autant d’assists). Mais si marquer des buts est intéressant, ne pas en prendre à autant – voir plus – d’importance. 28e défense de la ligue en moyenne de buts alloués, Columbus s’est attaché les services de Erik Gudbranson pour renforcer sa ligne bleue. Le gardien letton Elvis Merzlikins est attendu à son poste. Avec un contrat de 5.4 M$ annuels, on attend des performances à la hauteur de ce qu’il gagne du côté de l’Ohio. Car l’une des clés de la réussite de Columbus demeure bien en son gardien. Et avec une défense faiblarde, il pourrait bien être celui qui a une véritable incidence sur les chances de playoffs d’une équipe qui pourrait aller les chercher.
 
New Jersey Devils
Saison 2021-2022 : 26-46-9
Classement général : 28e

130px Logo Devils New Jersey.svgLa jeunesse est le point fort des New Jersey Devils. Encore heureux, car ces dernières années, les Devils ont eu le privilège de repêcher haut lors des dernières drafts. Nico Hischier en 2016 en numéro 1, de même pour Jack Hughes en 2019. Les deux sont le socle d’une équipe qui fait patienter leurs fans depuis plus de 10 ans (ils n’ont pas atteint les playoffs depuis 2012). Autour des deux centres, le Suédois Jesper Bratt a mené l’équipe en termes de points et de buts (26 buts, 73 points). Le Biélorusse Yegor Sharangovich a aussi bénéficié de la présence de Hughes à ses côtés. Pour amener plus de profondeur devant, les Devils ont réussi à faire venir Ondrej Palat et Erik Haula.
À la ligne bleue, on attend mieux de Dougie Hamilton (9 buts, 21 assists). Après sa campagne décevante, il a une bonne raison de se remettre à niveau pour justifier son salaire de 9 M$. Damon Severson est le joueur qui pourrait lui permettre d’aller dans le droit chemin. John Marino et Brendan Smith sont arrivés dans l’effectif pour – comme dans la partie offensive de l’équipe – amener plus de profondeur.
Les gardiens ne sont pas le point fort des Devils. MacKenzie Blackwood et Jonathan Bernier, avant sa blessure, ont essayé de redresser la barque, mais sans succès. Le Tchèque Vitek Vanecek est venu rejoindre l’effectif après un passage chez les Capitals. Et en attendant que la blessure de Jonathan Bernier se résorbe, la barre semble bien difficile à redresser pour l’effectif rouge et blanc. Pour les playoffs, on repassera.
 
New York Islanders
Saison 2021-2022 : 37-35-10
Classement général : 20e

Les New York Islanders démarrent la campagne 2022-2023 avec un nouveau coach en la personne de Lane Lambert qui remplace Barry Trotz. Une situation qui arrive alors que les Islanders n’ont pas atteint les playoffs pour la première fois depuis 2018. Pour préparer la nouvelle saison, Lou Lamoriello n’a pas réalisé grand-chose sur le marché des agents libres, si ce n’est l’arrivée d’Alexander Romanov en défense.
Devant, les New York Islanders peuvent compter sur Matthew Barzal, leur joueur star qui a été le leader, avec Brock Nelson, en nombre de points (59 pts chacun). Le capitaine Anders Lee a également eu un rôle important, lui qui revenait d’une blessure au genou en mars 2021. Plus loin dans la profondeur de l’effectif, Jean-Gabriel Pageau doit rebondir après une saison de 18 buts et 21 assists en 77 matchs. Car 5 M$ de dollars, ça se doit d’être bien être rentabilisé pour une équipe. Et pour l’instant, ce n’est pas forcément le cas. La situation est similaire pour Kyle Palmieri, qui a un contrat identique, et des stats en 15 buts et 18 assists en 69 parties. En résumé, un sursaut général est attendu de la part des joueurs de la deuxième équipe de la Grosse Pomme.
Heureusement en défense, les Islanders sont solides. Ryan Pulock et Adam Pelech sont une paire défensive d’élite et Noah Dobson semble avoir muri en tant que joueur sur lequel il faudra compter (51 points en 80 parties). Et la venue d’Alexander Romanov après un échange avec les Canadiens de Montréal devrait encore plus l’aider. Dans les cages, le duo d’Ilya Sorokin et de Semyon Varlamov est fiable. Les deux Russes sont capables de faire le job (92,5 % d’arrêts pour Sorokin, 91,1% pour Varlamov la saison passée). Sorokin, finaliste de la course au Trophée Vézina, est l’espoir qui pourrait potentiellement permettre à son équipe de monter dans la hiérarchie d’une division métropolitaine extrêmement relevée. Atteindre les séries éliminatoires est un objectif réalisable. De plus, dans l’année où Matthew Barzal deviendra agent libre avec restrictions (RFA), les fans à la UBS Arena en attendront beaucoup. Attention à ne pas toutefois succomber à la pression.
 
New York Rangers
Saison 2021-2022 : 52-24-6
Classement général : 8e

Un groupe solide de joueurs d’élite, mais un collectif qui a du mal à hausser le niveau. Cela n’a pas empêché les New York Rangers d’arriver jusqu’en finale de conférence, où les Blueshirts sont tombés face aux Tampa Bay Lightning. Mais depuis la off-season, de nouveaux contrats ont été signés. Et ceux qui s’occupent du plafond salarial risquent d’avoir de solides maux de tête dans les mois qui suivent. En effet, six joueurs (Zibanejad, Kris Kreider, Artemi Panarin, Igor Shestyorkin, Jacob Trouba et Adam Fox prennent 60% du salary cap de l’équipe de New York. Et en 2023, Alexis Lafrenière, K’Andre Miller et Filip Chytil deviennent agents libres avec restrictions. La prochaine intersaison des Rangers l’année prochaine va être animée.
Devant la zone neutre, Chris Kreider a inscrit 52 buts en 81 matchs la saison passée, troisième buteur de toute la ligue. Sa production a été facilitée par Mika Zibanejad, qui a changé d’approche en proposant des solutions de tir. Vincent Trocheck est venu compenser le départ de Dylan Strome et la connexion avec Artemi Panarin pourrait faire des dégâts. Mais on attend la percée de Kaapo Kaako et d’Alexis Lafrenière, et plus de réussite pour Filip Chytil.
Adam Fox est le Ministre de la défense des Rangers. Défenseur incontesté, mais aussi controversé pour les circonstances de son arrivée chez les Rangers, il solidifie une défense qualitative avec Jacob Trouba, K’Andre Miller et Ryan Lindgren. Aux cages, Igor Shesterkin est le point qui posera le moins de soucis à l’épique. Vainqueur du Trophée Vézina, son pourcentage d’arrêts la saison passée était de 93,5% en saison régulière et de 92,9% en playoffs. Jaroslav Halak remplace Aleksandar Georgiev comme numéro 2 et Louis Domingue, signé durant la saison morte, a le poste de troisième gardien. Utile si Halak a des petits moments de faiblesse.
 
Philadelphia Flyers
Saison 2021-2022 : 25-46-11
Classement général : 29e

Avec John Tortorella sur leur banc, les Flyers ont tout intérêt à être performants. En tout cas, plus que l’année passée. Deuxième pire attaque de la ligue (2,56 buts par match) et 3,59 encaissés (27e au classement général), les Philadelphia Flyers chercheront à s’améliorer. Travis Konecky a été le meilleur marqueur (52 pts, dont 16 buts et 36 assists) et avec Cam Atkinson, les deux menaient la charge dans cette équipe dont l’infirmerie est pleine au début de la campagne 2022.
En tant que centre numéro 2, Kevin Hayes doit hausser son jeu, mais il ne pourra pas prétendre à réaliser des miracles tant qu’il n’aura pas d’ailier d’élite. La défense des Flyers est aussi fragile. Le statut incontestable de défenseur numéro 1 d’Ivan Provorov pourrait bien vaciller. La potentielle association avec Travis Sanheim (à condition qu’il continue sur sa lancée) ou Tony DeAngelo pourrait lui être bénéfique. Même si un retour en santé de Ryan Ellis rendrait les choses bien plus simples dans la ville de Philadelphie.
Le gardien Carter Hart a enfin réussi à augmenter son niveau de jeu par rapport à une campagne 2020-2021 compliquée. Martin Jones n’étant pas à la hauteur des espérances, celui-ci n’a pas été resigné. Autre malheur, Ivan Fedotov n’a jamais pu rejoindre les États-Unis, car il a été accusé de mentir sur son service militaire en Russie. Le Suédois Felix Sandström prend le rôle de back-up, mais il ne devrait pas avoir beaucoup de temps de glace. Il faudra qu’il se tienne prêt s’il arrive quelque chose à son coéquipier. Il ne faudra pas (sur le papier) se faire grande illusion sur la réussite des Flyers, destinés à être l’une des pires équipes à l’Ouest. Cette saison risque d’être fort longue et il faudra bien plus que repêcher haut l’année prochaine pour espérer un avenir serein.
 
Pittsburgh Penguins
Saison 2021-2022 : 46-25-11
Classement général : 12e

L’équipe des Penguins a eu peur de perdre Evgeni Malkin durant la saison morte. Fort heureusement, le Russe a signé un contrat de 4 ans supplémentaire (6,1 M$) une journée après la période d’ouverture du marché. On ne quitte pas une équipe encore capable de quelques exploits en playoffs comme ça. Pour preuve, sur les 12 joueurs en avant, 10 sont de retour avec les Pens. Évidemment, Crosby, malgré une nouvelle blessure, a pu cimenter encore plus sa place dans l’histoire du hockey. À 35 ans, celui que l’on surnommait « Sid The Kid » n’en est plus un, mais ça ne l’empêche pas de batailler au nombre de points avec Ovechkin. Avec ses 40 buts, Jake Guentzel a mené l’équipe dans cette statistique. Bryan Rust a également montré sa possibilité de contribution avec 24 buts et 34 assists en 60 matchs.
Les plus grands changements de Pittsburgh sont arrivés à la ligne bleue. Défenseur de choix, Kris Letang pourrait continuer l’association avec Bryan Dumoulin. L’arrivée de Jeff Petry pourrait soulager également Letang dans sa tâche en défense. Ty Smith et Jan Ruuta ont également été obtenus pour avoir de la profondeur en défense.
Tristan Jarry a réalisé de belles statistiques comme gardien durant la saison, mais son absence sur blessure a empêché les Penguins de capitaliser sur sa présence. Avec un gardien en forme, de belles performances de la part de ses cadres et une réussite en défense, Pittsburgh pourrait passer plusieurs tours de playoffs, même si la chance d’aller chercher la Coupe Stanley se réduit d’année en année. Alors, autant profiter de cette fenêtre de tir… avant de prendre la direction d’une éventuelle reconstruction.
 
Washington Capitals
Saison 2021-2022 : 44-26-12
Classement général : 13e

Washington Capitals logoL’heure tourne sur la capitale américaine. Et même si Washington dispose toujours de son Ovechkin chéri, les Caps n’ont probablement plus beaucoup de temps pour aller chercher de nouvau le Graal du hockey sur glace nord-américain. Même si Evgeni Kuznetsov est un passeur de génie (24 buts, 54 assists, 78 pts). Tom Wilson n’est pas encore remis de l’opération de son genou et Nicklas Bäckström ne devrait pas revenir de sitôt. Mais pour colmater cela, on a fait venir Dylan Strome et Connor Brown, qui – pour le premier – va devoir produire de l’attaque sans bénéficier d’un Alex DeBricnat ou d’un Patrick Kane. Un petit peu plus de productivité de la part de Connor McMichael ne serait pas de refus également pour la profondeur de l’effectif.
John Carlson a pu compter l’année passée à la ligne bleue sur Martin Fehervary après deux saisons en AHL chez les Hershey Bears. Sur la paire suivante, Dimitry Orlov et Nick Jensen apparaissent également fiables et enfin, la défense est aussi consolidée avec Nick Jensen et Trevor Van Riemsdyk.
Il y a eu quand même du ménage de fait chez les Capitals. Dans les cages. Ilya Samsonov et Vitek Vanecek sont partis, car le manque de performances n’a probablement pas été du goût du front-office. À la place, Brian MacLellan a fait venir Darcy Kuemper, vainqueur de la Coupe Stanley ainsi que Charlie Lindgren pour le poste de numéro 2. Quand l’effectif sera revenu en santé, l’on pourra juger si les Caps pourront obtenir une nouvelle Coupe Stanley. En attendant, Alexander Ovechkin peut toujours nous divertir en allant cherchant le record de buts d’abord de Gordie Howe puis de Wayne Gretzky.
 
Division Atlantique
 
Boston Bruins
Saison 2021-2022 : 51-26-5
Classement général : 10e

Éliminés au premier tour des playoffs la saison passée par les Carolina Hurricanes, les Boston Bruins et leur directeur général Don Sweeney ont congédié Bruce Cassidy, entraîneur depuis la saison 2016-2017. Une décision en forme de couperet pour le Canado-Américain qui quelques jours plus tard trouvait du travail chez les Vegas Golden Knights. Jim Montgomery le remplace et son effectif reste stable. La dernière saison du capitaine Patrice Bergeron se profile, David Pastrnak est attendu dans l’année où il devient agent libre, et le retour de David Krejčí, exilé pendant 1 an en République Tchèque au HC Olomouc, donne un espoir en attaque aux fans de l’équipe noire et or.
Les absences de Brad Marchand, Charlie McAvoy et Matt Grzelcyk ne sont pas pour leur faire plaisir pour le début de saison et elles pourraient peser fort dans la balance durant les deux/trois premiers mois de la saison régulière. L’arrivée de Hampus Lindholm en provenance d’Anaheim peut apporter un petit répit à la ligne bleue bostonienne même si la division Atlantique fait partie des plus relevées de la ligue. Et il ne faut pas enterrer trop vite Brandon Carlo et Derek Forbort. Le duo de Jeremy Swayman et de Linus Ullmark peut être considéré comme un tandem efficace. Après le départ à la retraite de Tukka Rask, les deux joueurs ont montré leurs qualités. Et cette saison, les gardiens de Boston devraient se partager le filet, une nouvelle fois de manière équitable.
L’ultime saison de Bergeron devrait signer la fin d’une ère à Boston et si les playoffs s’avèrent possibles, il faudra faire attention aux querelles internes. L’année passée, David Pastrnak est passé proche, selon plusieurs médias, d’un départ suite à des relations compliquées avec Don Sweeney. Ce dernier n’a pas manqué d’annoncer que si les résultats n’allaient pas dans le bon sens, il serait prêt à quitter le conseil d’administration de l’équipe. Voilà qui annoncerait l’arrivée d’un processus de reconstruction, qui depuis quelques saisons se rapproche de plus en plus. Jusqu’à devenir inéluctable ?
 
Buffalo Sabres
Saison 2021-2022 : 32-39-11
Classement général : 24e

Pour la première depuis plusieurs saisons, on peut sentir des effluves de stabilité et d’optimisme à Buffalo. Il aura fallu attendre très longtemps, mais les nuages sont en train de se dissiper. Rasmus Dahlin et Tage Thompson sont des talents à suivre dans l’équipe bleue, blanche et jaune.
Jeff Skinner a produit son meilleur hockey depuis sa première saison chez les Sabres et ce même avec le départ de Jack Eichel et de Sam Reinhart. Tage Thompson s’est imposé comme le centre numéro 1 de l’équipe et Victor Olofsson a atteint la marque des 20 buts malgré une blessure au poignet. L’équilibre entre les diverses lignes offensives est aussi rendu possible avec l’addition de Peyton Krebs et Alex Tuch. Kyle Okposo peut également encore montrer qu’il a encore de l’essence dans son moteur.
L’atout de Buffalo reste quand même sa défense avec Rasmus Dahlin secondé par Owen Power. Grand candidat au Trophée Calder cette saison, Power se sait attendu par le monde de la NHL. La ligne bleue de Buffalo est jeune. Avant l’ajout d’Ilya Lyubushkin (28 ans), la moyenne d’âge de la défense des Sabres était de 23 ans.
Comme depuis plusieurs années, la valse des gardiens continue à Buffalo. Et cette année, le job principal reviendra à Eric Comrie. Passé par la glace de New Jersey, Detroit et de Winnipeg, on attend de lui qu’il soit excellent dans la mesure du possible. Peut-être pourra-t-il bénéficier des conseils de Craig Anderson, qui à 41 ans, est le portier le plus âgé de la ligue. La saison de Buffalo dépendra probablement de leurs performances match après match, le secteur des gardiens étant un poste en souffrance dans l’équipe.
Cette saison le coach Don Granato et le GM Kevyn Adams ne s’attendent probablement pas à atteindre les playoffs, mais comptent bien profiter de cet élan de stabilité tant quémandé par des fans, en manque de séries éliminatoires depuis 2010-2011.
 
Detroit Red Wings
Saison 2021-2022 : 32-40-10
Classement général : 25e

detroitSix ans que les Detroit Red Wings n’ont pas mis le pied en playoffs. Une triste série en cours pour une équipe qui, pendant 25 ans d’affilée y a participé jusqu’à la saison 2016. De plus, Jeff Blashill a été remercié par Steve Yzerman et c’est Derek Lalonde qui se retrouve en charge du job de head coach. Un joueur bien connu de Yzerman. Lalonde était assistant coach à Tampa Bay. Cette saison, les playoffs ne semblent qu’un mirage. Car le mot d’ordre pour la campagne 2022-2023 est « amélioration ». Detroit n’a produit que 2,77 buts par match, ce qui la classe au 25e rang de la ligue, et était la deuxième pire défense avec 3n78 buts encaissés en moyenne.
Comme premier signe d’amélioration, Yzerman a dépensé beaucoup durant la période des agents libres. Durant l’été, ils sont plusieurs à avoir renforcé les rangs de l’équipe. Et ajouter du muscle et du gabarit coûte cher. Heureusement que Detroit avait de la place. En date du 13 juillet, Stevie Y. a obtenu Andrew Copp (5 ans 5.625 M$), David Perron (2 ans, 4.75 M$), Dominik Kubalik (2 ans, 2.5 M$, mais également à la ligne bleue Olli Maatta (2 ans, 2.25 M$), Ben Chiarot (4.75 M$) viennent garnir l’effectif.
En attaque, Dylan Larkin, Lucas Raymond et Tyler Bertuzzi ont fait le job. Mention spéciale au deuxième, qui venait d’effectuer sa transition de Frölunda en SHL et qui a quand même planté 23 buts et 34 assists. L’arrivée d’Andrew Copp peut enfin permettre d’avoir un centre numéro 2 solide, d’autant qu’il sera accompagné par David Perron. Filip Zadina devra muscler son jeu pour prétendre aux aspirations qu’on lui conférait lors de son repêchage 2018.
La défense peut être résumée par un homme. Moritz Seider, vainqueur du Trophée Calder. Son jeu physique et ses qualités offensives comme défensives ont permis à l’Allemagne de dominer les statistiques parmi les recrues en NHL en 2021-2022. Pour l’accompagner, Detroit a sorti la carte bleue et espère que Ben Chiarot et Olli Määttä pourront apporter un soutien non négligeable à la ligne bleue, après les performances décevantes de Filip Hronek et Gustav Lindström. Il faudra aussi garder un œil sur le jeune Simon Edvinsson qui a du potentiel.
Pour les gardiens, Alex Nedeljkovic avait le rôle de numéro 1, bien aidé par sa saison rookie avec Carolina. Il a réalisé des performances intéressantes même si ce rôle semblait trop important pour lui. À la place, Detroit a dépensé une nouvelle fois durant la free-agency et obtenu Ville Husso en provenance de Saint-Louis. Ce mélange d’expérience et de bonnes performances pourrait aider Detroit à performer sur la saison, tout en ayant l’assurance de pouvoir jongler entre les deux portiers. Si les playoffs semblent hors de portée, les Red Wings peuvent quand même prétendre à hausser leur niveau de jeu. Il faut dire qu’avec 74 points glanés l’année passée, ne pas faire mieux serait une fatalité.
 
Florida Panthers
Saison 2021-2022 : 58-18-6
Classement général : 1er

La saison régulière 2021-2022 des Florida Panthers a été excellente. Jonathan Huberdeau a dépassé la barre des 100 points (115), une première pour l’équipe floridienne, a gagné le Trophée du Président, et obtenu une première victoire en playoffs depuis la saison 1996. Mais une élimination au deuxième tour des playoffs par Tampa Bay a entaché leur réussite. Conséquence : Andrew Brunette a été viré et Paul Maurice a pris la suite. Durant l’inter-saison, Jonathan Huberdeau et MacKenzie Weegar ont été échangés contre Matthew Tkachuk.
Cette saison, l’objectif est toujours d’aller au bout. À l’attaque, il n’y a pas de quoi trembler. La Floride est la seule équipe depuis la saison 1995-1996 à avoir eu une moyenne de plus de 4 buts par match. Et cette saison, excepté Huberdeau, tous les cadres devraient répondre à l’appel. Aleksander Barkov, candidat finaliste du Trophée Selke, Sam Reinhart, Sam Bennett, Carter Verhaeghe ont brillé l’année passée. Et on ne voit pas ce qui pourrait leur empêcher de continuer sur leur lancée.
Aaron Ekblad a également produit même si son travail est naturellement de stopper les attaquants. Pour ce faire, Florida bénéficie de trois autres solides défenseurs que sont Gustav Forsling, Brandon Mantour et Radko Gudas. Arrivé depuis Détroit, Marc Staal aura potentiellement aussi son mot à dire dans l’effectif. Le gardien Sergei Bobrovsky – cher à notre confrère Jay Onrait de TSN – a réussi une très belle saison l’année passée en n’octroyant que sept défaites en temps réglementaire et en obtenant 39 victoires. Spencer Knight sera son second, et peut croire en ses chances d’incarner le poste de numéro 1 de l’équipe d’ici quelques années. Aller en Coupe Stanley est une nécessité pour les Panthers. Et l’on imagine le duel âpre que pourrait se livrer cette équipe si elle venait à y croiser le chemin des Calgary Flames.
 
Canadiens de Montréal
Saison 2021-2022 : 22-49-11
Classement général : 32e

montrealLa jeunesse au pouvoir. Avec son tout nouveau choix numéro 1 Juraj Slafkovsky, son plus jeune capitaine Nick Suzuki et ses jeunes étoiles Kirby Dach – obtenu dans un échange contre Chicago – et Cole Caufield, les Canadiens de Montréal semblent parés pour le futur. Mais le problème, c’est qu’il faut attendre. Et dans une ville qui tourne autour du Tricolore, la tâche s’annonce difficile. Cela ne pourra pas être pire que l’année passée où les Canadiens ont fini bons derniers. Et même si la bataille « pour la dernière place » sera serrée, les Canadiens peuvent très bien repasser devant.
Les projecteurs vont évidemment être braqués sur le Slovaque Juraj Slafkovsky. Projeté aux côtés de Nick Suzuki et Cole Caufield, il faudra voir s’il pourra supporter la pression que propose une ville comme Montréal ou si l’envoyer au Rocket de Laval en AHL est nécessaire. En défense, Mike Matheson pose ses bagages au Centre Bell. Une arrivée bienvenue.
Il pourra être associé avec Joel Edmundson, seul membre de la défense encore « survivant » de l’odyssée en finale de la Coupe Stanley en 2021. L’expérience des deux joueurs est importante, car le reste des paires reste frêle. Kaiden Guhle et Arber Xhekaj peuvent malgré tout prendre la relève en cas de blessures. C’est d’ailleurs le cas depuis le début de la saison. Au filet, l’ère de Carey Price semble décidément bien terminée. Il a d’ailleurs fait un coucou aux partisans du Canadien… comme un dernier tour de glace. La rotation Jake Allen – Samuel Montembeault va prendre la relève, qu’ils avaient déjà commencé à prendre la saison passée. Cayden Primeau pourrait aussi avoir son mot à dire au poste si une blessure était répertoriée.
 
Ottawa Senators
Saison 2021-2022 : 33-42-7
Classement général : 26e

ottawa senatorsL’arrivée d’Alex DeBrincat pour le 7e choix de la Draft de cette année a été l’un des moments forts de la saison morte pour l’équipe de la capitale canadienne. Et après 5 ans de non-présence en playoffs, il semble que la reconstruction arrive à son terme. Outre l’arrivée de DeBrincat, Claude Giroux (65 points) s’est aussi amené à Ottawa. Ajoutez à cela Brady Tkachuk, Josh Norris, Drake Batherson et Tim Stutzle et vous avez une attaque de folie.
On espère que Thomas Chabot disputera une saison complète, lui qui a eu une blessure en mars l’empêchant de disputer 33 parties. Pour l’aider dans sa réussite, Pierre Dorion peut compter sur Artem Zub, Travis Hamonic et l’arrivée en NHL du jeune talent américain Jake Sanderson. Mais en dehors de ce top-4, la production se gâte. Les gardiens Anton Forsberg – Cam Talbot vont se partager le rôle de protecteur des cages d’Ottawa, mais devront compter sur un solide travail de la défense pour avoir un espace de respiration afin de jouer sereinement.
Au mieux, les Senators d’Ottawa et leur casting de jeunes stars explosent et atteignent les playoffs, bien aidé par l’expérience de Claude Giroux et de DeBrincat. Au pire, l’expérience est un échec, la défense faiblit, Sanderson ne réussit pas son entrée dans la ligue et aucun des deux portiers n’est capable de sauver l’équipe. On penche pour la première.
 
Tampa Bay Lightning
Saison 2021-2022 : 51-23-8
Classement général : 7e

tampabayOn a espéré le Three-peat longtemps à Tampa Bay. Cette possibilité a été effacée par Colorado. Mais rien n’est perdu pour autant. D’ailleurs, le Lightining semble reparti pour un tour. Et ce, même avec la perte de Ondrej Palat et de Ryan McDonaugh échangé à Nashville.
Car Tampa Bay peut compter sur un collectif solide. En avant, Nikita Kucherov, évidemment est l’un des meilleurs joueurs de la NHL, Steven Stamkos rentre dans la même catégorie. Anthony Cirelli retourne avec l’équipe pour 8 ans et un cap hit de 6,25 M$ l’année prochaine. L’émergence de Ross Colton dans l’effectif pourrait aussi donner quelque chose d’intéressant.
Côté défense, c’est également solide. Victor Hedman fait partie – avec Cale Makar de l’Avalanche – des deux défenseurs les plus forts de la ligue. Ses 20 points et 65 assists la saison passée le prouvent. Mikhail Sergachev a signé un contrat de 8.5 M$ sur 8 ans durant l’intersaison, raison de plus de croire que la défense de Tampa restera encore une référence longtemps.
Ajoutez à la défense le gardien d’élite qu’est Andrei Vasilevskiy et vous avez une équipe qui peut prétendre encore à la Coupe Stanley. D’autant que le Russe n’a pas été finaliste pour le Trophée Vézina. Une information qui devrait encore plus motiver ce joueur habitué aux grands honneurs. Brian Elliott est son second.
 
Toronto Maple Leafs
Saison 2021-2022 : 54-21-7
Classement général : 4e

Maple Leafs TorontoChaque année, c’est la même chose. Les Toronto Maple Leafs abordent une saison NHL pleine d’espoir avec un effectif garni à l’avant et en défense… mais échouent à passer un tour de playoffs. Mais même si les Maple Leafs deviennent une blague année après année avec cette contre-performance, on ne peut s’empêcher de rêver à enfin gagner une Coupe Stanley qui leur manque depuis 1967.
Avoir l’un des tout meilleurs joueurs de la ligue en attaque, les espoirs sont de mise. Demandez aux Maple Leafs. Les 60 buts et 46 assists d’Auston Matthews lui ont permis d’obtenir le Trophée Hart, puis le Trophée Maurice Richard ainsi que le Trophée Ted Lindsay. Autre joueur d’impact pour les feuilles d’érables : Mitch Marner. L’ailier droit a réalisé sa meilleure performance en carrière en inscrivant 35 buts. Son total de points a été de 97. John Tavares et William Nylander ont également suivi la tendance et amélioré leurs stats. Les Maple Leafs ont soigné leur profondeur d’effectif en ajoutant Adam Gaudette, Nicolas Aube-Kubel et Cale Jarnkrok.
Morgan Reilly reste le défenseur numéro 1 de l’équipe, dont la stabilité dans ce secteur promet de belles choses. T.J Brodie, Jake Muzzin, mais également Mark Giordano, ajouté à la trade deadline vont évoluer ensemble pendant une saison entière et l’on se doute que cela fonctionnera. Pour autant, il reste des points d’interrogation. Surtout un. Celui du poste de gardien. Jack Campbell s’est éclipsé à Toronto et c’est un tout nouveau duo de gardiens qui débarque à la Scotiabank Arena. Pour prendre ce rôle, Matt Murray aura du travail. Il est capable de bonnes performances, mais son historique en matière de blessures pourrait poser des problèmes si quelque chose devait lui arriver. Venu de Washington, Ilya Samsonov n’a pas réussi à confirmer sa place chez les Caps alors qu’il avait l’opportunité de prendre les rênes dans les cages après l’ère de Braden Holtby. Avoir une attaque et une défense comme en ont les Leafs ferait rêver bien plus d’une franchise, mais ces questionnements quant au rôle des gardiens de l’équipe bleue et blanche fait quand même douter de sa capacité à aller loin en playoffs.
Passionné par tout ce qui va vite, y compris sur une patinoire. Rédacteur pour le site Hockey Archives et contributeur pour le magazine Slapshot. Twitter : @Thomaswoloch
On sait qu’Alexander Ovechkin est à la chasse aux buts de Wayne Gretzky dont le record s’élève à 894. Et alors qu’il est à une centaine de buts de la légende, le Russe a réussi…
Il y a à peine un mois, nous avions consacré un large article sur la légende Börje Salming, dont la vie a basculé à cause de la redoutable maladie de Charcot. C’est aujourd’hui un jeudi…
Le défenseur des Colorado Avalanche Cale Makar n’en finit plus d’étonner. Lors du match du lundi 21 novembre contre les Dallas Stars (victoire 3-2 pour l’équipe du Colorado), le Canadien a marqué le premier but…
© 2022 – Hockeyarchives. Partagez sans limite nos articles ! Citez nous, parlez de nous ! 🙂
Notre logo a été conçu et réalisé par le talentueux Sébastien Jarry // LE DESIGN SPORTING CLUB //
© 2022 – Hockeyarchives. Partagez sans limite nos articles ! Citez nous, parlez de nous ! 🙂
Notre logo a été conçu et réalisé par le talentueux Sébastien Jarry // LE DESIGN SPORTING CLUB //
Connectez vous ici




Please enter your username or email address to reset your password.

source

bilan professionnel Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan pro Poitiers tours

pourquoi faire un bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

contenu d’un bilan de compétences Poitiers tours

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire