Pôle emploi : des journées de remobilisation pour un retour à l'emploi en six mois – Boursorama

Erreur d'authentification
Votre compte a été clôturé.
Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l’adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n’avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.
8 caractères minimum
1 majuscule
1 minuscule
1 chiffre
1 caractère spécial
Différent de votre pseudo
Les deux mots de passe sont identiques
Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre
Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

( AFP / PHILIPPE LOPEZ )

( AFP / PHILIPPE LOPEZ )

( AFP / PHILIPPE LOPEZ )
Jean-Michel Prévost, directeur adjoint de l’agence Pôle emploi Daviel à Paris XIIIe, accueille quinze demandeurs d’emploi de très longue durée qui entament « un parcours de remobilisation ». « On est là pour vous aider, l’économie est prospère, il faut saisir les occasions », a-t-il assuré.
Les profils sont très différents. Ladchumy, Sri-Lankaise de 59 ans, a aidé pendant sept ans des personnes âgées mais « souffre du dos et recherche un emploi plus facile ». Camille, 41 ans, ex-ingénieur du son, est « passionné par la cuisine mais ne veut pas travailler H24 ». Kam, Chinoise de 60 ans, « ne parle pas bien français » et a été « licenciée après 20 ans » dans un restaurant du quartier. Eric, 56 ans, a « perdu sa carte d’agent de sécurité pendant le Covid-19 » et est intéressé par la restauration collective…
Des situations avec néanmoins un point commun : être au chômage depuis au moins deux ans et peu connu de Pôle emploi , comme Eric qui « n’a pas vu un conseiller depuis deux ans » et « a baissé les bras » car « c’est difficile » à son âge.
Cette demi-journée est la première étape d’un parcours visant à les ramener en six mois vers l’emploi. « L’important aujourd’hui, c’est de nouer un contact « , résume Jean-Michel Prévost.
La première séquence vise à faire réfléchir les demandeurs, répartis à cinq par table, sur leurs compétences ou les attentes des employeurs.
A la première table, le conseiller Philippe Morteau-Moulis, lui-même « quatre ans au chômage », rappelle « l’importance d’avoir un profil à jour sur pole-emploi.fr avec des compétences identifiées  » afin « qu’on sache ce que vous recherchez » et d’être « visible » des recruteurs.
« Quand on a perdu confiance, on oublie qu’on a des compétences à valoriser. Les entreprises regardent aussi les savoir-être », comme le travail en équipe, la curiosité… Il leur fait ainsi comparer deux CV fictifs pour un même poste, dont l’un révèle des compétences intéressantes par un engagement associatif.
Les demandeurs remplissent ensuite des questionnaires papier ou tablette sur « l’organisation de leur recherche d’emploi » et leur « capacité numérique ». L’occasion de repérer ceux pour qui le français ou internet « sont de vrais freins » et de leur parler d’ateliers pour y remédier.
Pour les convaincre que « le Covid-19 a changé la donne sur plein de métiers », Jean-Michel Prévost a fait venir le responsable du recrutement restauration à l’hôpital voisin de la Pitié-Salpêtrière.
Christophe Stéfano explique « avoir des difficultés à recruter des magasiniers, des agents de restauration et des cuisiniers » pour préparer 5.400 plateaux-repas par jour.
Hormis les cuisiniers, il ne recherche « pas vraiment de profil » : « des gens prêts à travailler en équipe, dans une grosse structure, à participer aux tâches communes ». Il propose « des immersions d’une à deux semaines » pour découvrir les métiers.
Nasser, 44 ans, manifeste son intérêt, attiré par « la proximité » et « la journée sans coupure ». Mais c’est Pôle emploi, qui proposera les candidats d’ici un mois, le temps de les remettre en selle.
Lors de l’entretien individuel qui suit, le conseiller Ahmed Radouane s’aperçoit ainsi que Nasser n’a « ni CV, ni carte de visite sur pole-emploi.fr ». « Comment voulez-vous recevoir des offres ? », le sermonne-t-il en l’inscrivant à des « prestations » pour rédiger un CV et préparer un entretien.
A l’issue de l’après-midi, les demandeurs repartent avec un rendez-vous dans deux semaines avec leur conseiller qui établira avec eux un programme d’actions.
Cette remobilisation des chômeurs de longue durée s’inscrit dans le plan de « réduction des tensions de recrutement » annoncé par Jean Castex fin septembre.
C’est la quinzième session depuis février à Daviel. Sa directrice Isabelle Kugeler s’est donné « toute l’année » pour faire venir les 3.000 demandeurs (sur 18.900 suivis par l’agence) de plus de deux ans, dont 46% ont plus de 55 ans et 36% un niveau infrabac.
« C’est maintenant qu’il faut agir car les tensions de recrutement sont telles que les employeurs sont prêts à ouvrir leurs portes à ce public qui ne bénéficie pas de la reprise », explique-t-elle.
S’il est trop tôt pour tirer un bilan, les conseillers y croient. « Parfois, la solution est là et il y a juste besoin d’un déclic », constate Ahmed Radouane.
En septembre dernier, le gouvernement a dévoilé un plan qui vise à former davantage de salariés et demandeurs d’emploi et passe par le déblocage d’1,4 milliard d’euros, dont 900 millions en 2021. Jean Castex a notamment évoqué le « problème extrêmement sérieux » des tensions sur le marché du travail. De son côté, Elisabeth Borne a alors pointé « la situation paradoxale » consistant à avoir des entreprises « qui ne parviennent pas à recruter » et « des chômeurs qui ne parviennent pas à retrouver un emploi ».
Le « cœur » de ces mesures, selon le Premier ministre, est « l’investissement dans les compétences » qui vise à former salariés et demandeurs d’emploi, notamment de longue durée (plus d’un inscrit sur deux à Pôle emploi). Pour les accompagner plus spécifiquement, le gouvernement table donc sur des actions de « remobilisation » et une aide à l’embauche. Ainsi, 240 millions d’euros sont prévus pour étendre les aides à l’embauche de 8.000 euros dans le cadre des contrats de professionnalisation, pendant toute l’année 2022. Elisabeth Borne a affirmé que l' »objectif est d’augmenter d’un tiers le nombre de ces contrats signés avec des demandeurs d’emploi de longue durée ».
Pôle emploi s’est également engagé à recontacter tous les demandeurs d’emploi de longue durée et les orienter vers les nouvelles mesures du plan. Pour les demandeurs d’emploi de très longue durée (inscrits depuis plus de deux ans), l’opérateur propose un « parcours de remobilisation » plus intensif .
Le gouvernement table également sur la réforme de l’assurance chômage pour « encourager le travail, le retour à l’emploi et ce, sur des contrats moins précaires », a souligné Jean Castex. L’exécutif mise aussi sur un renforcement de l' »attractivité des métiers » qui passe par des négociations de branche, pour certaines déjà engagées. Le gouvernement entend aussi favoriser les reconversions professionnelles grâce au dispositif des « transitions collectives », pour que des salariés dont l’emploi est menacé se tournent vers des métiers qui recrutent.
Ce dispositif, lancé début 2021, et qui « a tardé à décoller » selon le Premier ministre, doit être plus accessible aux PME. Il pourra aussi être utilisé dans le cadre d’une rupture conventionnelle collective (RCC).
Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

source
https://https://www.a2forces.fr/bilan-de-competenc…

bilan de compétences Poitiers tours

bilan professionnel Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan pro Poitiers tours

pourquoi faire un bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

contenu d’un bilan de compétences Poitiers tours

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire