Pénurie de carburant EN DIRECT : FO rejoint la CGT dans la grève chez TotalEnergies… – 20 Minutes

Économie Pénurie de carburant EN DIRECT : FO rejoint la CGT dans la grève chez TotalEnergies…
Live Suivez avec nous en direct les événements de cette journée décisive dans la pénurie d’essence en France

Si vous êtes à sec et que vous habitez dans le Val-de-Marne, pas la peine de vous présenter dans une station-service avec un jerrican pour le remplir. C’est interdit. Le préfet vient de prendre un arrêté en ce sens et a décidé d’instaurer des « files dédiées pour les véhicules de secours et sécurité » dans certaines stations.
Face aux difficultés d’approvisionnement actuelles, @Prefet94 a pris les mesures suivantes ⤵️

❌ interdiction de vente et d’achat de carburant dans tout récipient type jerrican
✔️ des files dédiées aux véhicules de secours et de sécurité dans plusieurs stations essence du 94 pic.twitter.com/hY5NogmEnH
L‘accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement
En cliquant sur « J‘ACCEPTE », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires
Et pour mieux rémunérer 20 Minutes, n’hésitez pas à accepter tous les cookies, même pour un jour uniquement, via notre bouton « J‘accepte pour aujourd‘hui » dans le bandeau ci-dessous.
Plus d’informations sur la page Politique de gestion des cookies.

La CFE-CGC, le syndicat des cadres, n’est pas a toujours une adepte des piquets de grève. Elle a toujours préféré la négociation. Ce qu’elle fera à nouveau dans le cadre de celles qui auront lieu chez TotalEnergies. Mais les représentants syndicaux du groupe affirment comprendre le mécontentement des salariés. « Nous alertons depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, la Direction de TotalEnergies de la dégradation du climat social général au sein de l’entreprise : réorganisations à répétition, modération salariale, dialogue social dégradé… », liste l’organisation syndicale dans un communiqué. Avant d’ajouter : « Aujourd’hui, la coupe semble pleine et la direction récolte, quelque part, ce qu’elle a elle-même semé », souligne la CFE-CGC, rappelant les bénéfices records du groupe en 2021 de 18 milliards de dollars. Des montants « vertigineux » qui « font naître une immense attente des salariés » alors que « de nombreux salariés de la Compagnie, notamment dans les stations-service et certaines filiales en France, sont rémunérés au niveau du smic »
A l’issue de la réunion d’échanges en début d’après-midi, Thierry Defresne, le secrétaire CGT du comité européen de TotalEnergies, a indiqué que la direction avait fait un pas envers les grévistes en indiquant qu’elle était prête à négocier avec eux sur la question des hausses de salaires. Elle a par contre demandé la reprise des livraisons de carburants a indiqué le délégué syndical.
Le patron des sénateurs socialistes a plaidé pour « une revalorisation durable des salaires » et interpellé Élisabeth Borne.

Dégradation de la situation sociale : « La crise des carburants est le premier étage d’une crise sociale généralisée, sur le pas de tir », alerte @PatrickKanner #PS « Aucune prime ne remplacera une revalorisation durable des salaires » #QAG pic.twitter.com/KqwU0ItpsY
L‘accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement
En cliquant sur « J‘ACCEPTE », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires
Et pour mieux rémunérer 20 Minutes, n’hésitez pas à accepter tous les cookies, même pour un jour uniquement, via notre bouton « J‘accepte pour aujourd‘hui » dans le bandeau ci-dessous.
Plus d’informations sur la page Politique de gestion des cookies.

A l’issue de la réunion entre la direction de TotalEnergies, le secrétaire du comité européen du groupe, Thierry Defresne, a indiqué que la CGT n’appellerait pas à lever la grève. Une réunion intersyndicale doit avoir lieu en fin d’après-midi « pour décider d’une position commune ». Mais d’ores et déjà, le délégué syndical s’est dit « inquiet » la direction ayant indiqué qu’elle trouvait la hausse de salaires de 10 % « trop élevée ».
Selon Mathilde Ceilles, notre journaliste sur place, pas l’ombre d’une réquisition pour l’heure sur le site des Bouches-du-Rhône.
La raffinerie d’Esso a Fos sur mer est en grève. Mais ici, contrairement à sa jumelle en Normandie, pas l’ombre d’une réquisition pour l’heure. Une réunion est en cours depuis une heure entre la direction locale et la CGT. pic.twitter.com/PZrCmQCtJQ
L‘accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement
En cliquant sur « J‘ACCEPTE », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires
Et pour mieux rémunérer 20 Minutes, n’hésitez pas à accepter tous les cookies, même pour un jour uniquement, via notre bouton « J‘accepte pour aujourd‘hui » dans le bandeau ci-dessous.
Plus d’informations sur la page Politique de gestion des cookies.

Le syndicat Force ouvrière a annoncé mercredi qu’il rejoignait le mouvement de grève pour les salaires initié par la CGT chez TotalEnergies. « Les syndicats FO de Donges, Feyzin, Normandie, La Mède, Grandpuits/Gargenville, Flandres ont tous rejoint la grève légitime engagée depuis le 27 septembre 2022 », a indiqué FO dans un communiqué. Le syndicat déplore notamment la décision du gouvernement de procéder à des réquisitions de grévistes au cas où le mouvement se poursuivrait, et la communication du groupe qui « lâche ses salariés à la vindicte populaire en les faisant passer pour des nantis ».
La présidente du groupe LFI-Nupes à l’Assemblée nationale, Mathilde Panot, s’est déplacée à la mi-journée à la raffinerie de Notre-Dame-de-Gravenchon, en Seine-Maritime. « S’il y a une responsabilité à la situation que nous vivons actuellement, c’est celle de ce gouvernement. Leur lutte est une lutte d’intérêt général », a-t-elle clamé devant les salariés en grève.
A l’instar de Jean-Luc Mélenchon, elle a vivement critiqué les réquisitions décidées par le gouvernement.

Total explose son record de bénéfices, son patron s’augmente de 52% et ils proposent de baisser de 7 points la paye des salariés.

Au lieu de taxer les superprofits, Macron s’attaque au droit de grève.#SoutienRaffineurs : plus ils seront forts, plus vite le conflit s’arrêtera. pic.twitter.com/OA73XR8BOe
L‘accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement
En cliquant sur « J‘ACCEPTE », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires
Et pour mieux rémunérer 20 Minutes, n’hésitez pas à accepter tous les cookies, même pour un jour uniquement, via notre bouton « J‘accepte pour aujourd‘hui » dans le bandeau ci-dessous.
Plus d’informations sur la page Politique de gestion des cookies.

Dans les raffineries touchées par les grèves, les salariés s’attendent à recevoir un coup de fil leur indiquant qu’ils sont réquisitionnés, notamment au dépôt Esso-ExxonMobil de Port-Jérôme-sur-Seine. Ce mercredi, Reynald Prévost, coordinateur syndical FO, a indiqué au micro de BFM que son syndicat allait « réagir par voie juridique », rappelant que « le droit de grève c’est un droit constitutionnel, on va réagir par voie juridique ».

Fabien Roussel, a déploré l’annonce faites par le gouvernement de réquisitionner le personnel dans les raffineries bloquées, « de l’huile sur le feu » pour le patron du parti communiste français, interrogé par France Info.

Grève dans les raffineries : Fabien Roussel demande au gouvernement de « convoquer une conférence générale des salaires »https://t.co/lk5ScJ9jal pic.twitter.com/ZBZ1IlHHV3
L‘accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement
En cliquant sur « J‘ACCEPTE », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires
Et pour mieux rémunérer 20 Minutes, n’hésitez pas à accepter tous les cookies, même pour un jour uniquement, via notre bouton « J‘accepte pour aujourd‘hui » dans le bandeau ci-dessous.
Plus d’informations sur la page Politique de gestion des cookies.
Il préfère la voie du dialogue et demande au gouvernement de « convoquer une conférence générale des salaires » où toutes les branches professionnelles pourraient échanger sur la prise en compte de l’inflation dans les rémunérations.
Selon nos confrères de France 3, les salariés de la raffinerie qui alimente une grande partie de l’ouest de l’Hexagone, ont voté à 80 % la grève ce mercredi matin. «La grève est reconduite à une large majorité», a indiqué David Arnould, délégué syndical CGT, assurant que «plus aucune goutte ne sort de la raffinerie depuis ce (mercredi) matin».

#raffinerie #Donges #greves @F3PaysdelaLoire
Les salariés de Donges entrent dans le mouvement initié dans les autres raffineries françaises. Une grève votée à 80% ce matin 5 h. Donges,second site français alimente tout l’ouest de la France. pic.twitter.com/1PPG3R887b
L‘accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement
En cliquant sur « J‘ACCEPTE », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires
Et pour mieux rémunérer 20 Minutes, n’hésitez pas à accepter tous les cookies, même pour un jour uniquement, via notre bouton « J‘accepte pour aujourd‘hui » dans le bandeau ci-dessous.
Plus d’informations sur la page Politique de gestion des cookies.
Les annonces du gouvernement sur les réquisitions ont fait office «d’électrochoc» auprès des grévistes, selon David Arnould. «Nous sommes choqués que le gouvernement choisisse de réquisitionner les grévistes plutôt que les profits de Total», a-t-il expliqué.

TotalEnergies a annoncé mercredi qu’il allait recevoir individuellement les syndicats représentatifs du groupe pétrolier, y compris la CGT à l’origine de la grève qui a commencé le 27 septembre et provoqué des pénuries de carburants dans un tiers des stations-service françaises.
Thierry Defresne, secrétaire CGT du comité européen TotalEnergies Europe, a déclaré depuis le siège du groupe à La Défense qu’il acceptait ce premier rendez-vous. Initialement, TotalEnergies avait proposé de réunir mercredi les quatre syndicats collectivement, sauf la CGT à moins qu’elle ne lève la grève qui touche les quatre raffineries du groupe, mais deux d’entre eux avaient refusé sans la participation de la CGT. 
Entre deux retweets de Booba, notre journaliste Lina Fourneau a mené l’enquête : 

Des ouvriers de la centrale nucléaire de Gravelines ont voté aujourd’hui pour lancer un mouvement reconductible à partir de jeudi 13 octobre, là aussi pour une hausse des salaires.  Cette grève pourrait retarder la remise en route de deux des six unités de la centrale qui doivent subir des travaux de maintenance.
Ne nous remerciez pas, ce n’est que notre boulot de vous informer les loulous :

Une cellule interministérielle de crise a lieu ce matin depuis 11h15 à Beauvau, a appris franceinfo auprès du ministère de la Transition énergétique. 
Et c’est à retrouver ici, par la géniale Delphine Bancaud : 

Odopass, application de suivi automobile constate, depuis hier fin de journée, une augmentation de 34% des téléchargements de son application.
En effet, la start-up rennaise qui sécurise et simplifie les ventes de véhicules d’occasion entre particuliers, propose, via son application, une fonctionnalité de comparateur dans les stations-services disponibles.
L’occasion idéale de partager mon propre papier sur le sujet, parce qu’après tout, autant se faire du clic : 

On est jamais mieux servi que par nos voisins, et de nombreux automobilistes traversent la frontière pour faire le plein d’essence en Belgique, pays préservé de la grève. Notre article à lire ici :

« La réquisition débutera ce jour », assure le ministère de la Transition énergétique, des personnels « indispensables au fonctionnement » du dépôt de la raffinerie Esso-ExxonMobil de Gravenchon-Port-Jérôme.
Reste à voir le visage que prendra cette réquisition. Avant l’aube, une cinquantaine de salariés grévistes de la raffinerie ont voté à main levée la poursuite de la grève, au pied de l’usine, où des palettes brûlent et sans présence policière alentour. En 2010, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, l’épilogue avait été brutal.
C’est parti pour suivre cette journée de bras de fer entre le gouvernement et les grévistes des raffineries. 
Annonces Légales
Services
Codes promo
20 Minutes
Jeux
Réseaux sociaux
Newsletters
Applications mobiles

Choix de consentement © Copyright 20 Minutes – La fréquentation de 20 Minutes est certifiée par l’ACPM

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire