Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto – lfm.ch

Publié
le
De
Personne n’a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 2, 6, 11, 19, 27 et 31. Le numéro chance était le 6, le rePLAY le 3 et le Joker le 401930.
Lors du prochain tirage mercredi prochain, 34,3 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.
https://jeux.loro.ch/games/swissloto/
Cet article a été publié automatiquement. Source : ats
Genève s’impose difficilement dans le derby lémanique
La conseillère d’Etat Nuria Gorrite renonce à son tour
Un nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto
Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto
Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto
Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *






Publié
le
De
Les autorités ainsi que les opérateurs du futur écoquartier du Rolliet aux Cherpines à Plan-Les-Ouates (GE) ont présenté lundi le concept inédit qui sous-tend la réalisation des 1000 logements prévus. Parmi les mesures visant à se déplacer autrement: un service de conciergerie pour la mobilité.
Une convention en ce sens a été signée lundi par le Conseil d’Etat, la commune de Plan-Les-Ouates et les opérateurs. Ce document, qui a nécessité de longues discussions, concrétise des mesures de service en lien avec la mobilité et avec la construction de surfaces d’activités contribuant à la vie de quartier.
« L’objectif est de créer la ville des courtes distances, soit un morceau de ville dans la ville », a relevé Antonio Hodgers, chef du Département du territoire (DT). La centrale de mobilité instituée pour l’occasion mettra notamment à disposition des vélos, organisera le co-voiturage et gérera les réservations des véhicules pour les particuliers.
Sous l’impulsion de la commune « très volontariste en la matière », le taux de places de parking a été réduit à 0,6 pour 100 m2 de logement, soit nettement en-dessous du seuil réglementaire cantonal. L’ensemble des places de stationnement sera géré de manière centralisée et mutualisée par une coopérative de quartier.
Le nouveau quartier prévoit aussi des espaces de télétravail. En cas de renoncement à la voiture, les habitants toucheront un chèque de 500 francs. « Les déplacements seront limités, car les habitants auront tout sous la main », a ajouté Serge Dal Busco, chef du Département des infrastructures (DI).
La convention prévoit aussi que 40% des rez-de-chaussée du Rolliet, soit 5500 m2, soient réservés à des activités pour animer la vie quartier. Il y aura des ateliers d’artistes, une bibliothèque d’objets, des crèches, une maison de quartier, des ateliers de réparation de vélo ou encore des magasins proposant des produits du terroir. Ces espaces seront gérés par la coopérative de quartier.
Ce type de partenariat privé public qui prévoit en amont des mesures pour la mobilité et pour la vie de quartier va devenir la norme, a relevé M.Hodgers qui veut éviter « les échecs du passé ». Il a notamment évoqué l’écoquartier des Vergers à Meyrin, pour lequel la location des arcades n’a pas été prévue en amont.
Les maîtres d’ouvrage mettront 15 millions de francs pour réaliser ces mesures. Cet investissement est intégré dans les différents plans financiers. Le premier coup de pioche est attendu à la fin du premier semestre 2023 pour une livraison des premiers logements en 2026.
L’écoquartier du Rolliet constitue la première partie du grand projet de développement des Cherpines qui prévoit 3700 logements pour 2500 emplois. Ce nouveau quartier sera desservi par la ligne de tram 15 qui doit être prolongée jusqu’à Saint-Julien-en-Genevois (F), ainsi que par une ligne de bus.
Cet article a été publié automatiquement. Source : ats
Publié
le
De
Le Français d’origine Benoît Carcenat, chef du restaurant Valrose à Rougemont (VD), a été sacré lundi « Cuisinier de l’année 2023 » par le GaultMillau Suisse. Le guide gastronomique lui décerne 18 points sur 20.
Le nom du lauréat a été dévoilé à l’occasion du vernissage de l’édition 2023 du célèbre guide, qui recense 870 restaurants du pays. Benoît Carcenat tient l’établissement Valrose avec sa femme Sabine depuis 2021.
Le jury salue « le jeune chef qui a su rapidement trouver ses marques aux côtés d’une équipe extrêmement motivée », indique Ringier Axel Springer Suisse, éditeur du GaultMillau Suisse, dans un communiqué.
« Je suis évidemment ravi et très content. C’est fabuleux. Mais au-delà de ma satisfaction personnelle, je suis ravi pour mes équipes dont je suis très fier », a confié à Keystone-ATS le chef cuisinier.
« Je n’avais jamais travaillé en montagne. Et en fait, on se rend compte que c’est un paradis pour les cuisiniers, parce que dès qu’on va en montagne, on fait 20 mètres et on a des plantes, des fruits, des racines. C’est un jardin à ciel ouvert », explique-t-il.
Avant de rejoindre Rougemont, ce Français d’origine a évolué aux côtés de grands noms de la gastronomie tels que Joël Robuchon, Thierry Marx et Christian Parra. Il a aussi travaillé près de dix ans au restaurant de l’Hôtel de Ville de Crissier, avec Benoît Violier comme mentor, avant de s’installer dans le Pays d’Enhaut et d’y créer sa « Table du Valrose ».
Benoît Carcenat est souvent appelé « Benoît II » dans le milieu, rappelle le guide gastronomique. Un compliment de taille. « En effet, son passage à Crissier l’a profondément marqué. Mais n’allez pas chercher à Rougemont un « Crissier II »: Benoît Carcenat y a développé sa propre signature. A la tête d’une brigade hyper soudée, il garantit à ses hôtes un repas mémorable », affirme le GaultMillau Suisse.
Sa cuisine? Elle est « essentiellement centrée sur le produit, le plus local possible » et se combine avec « des touches un peu plus exotiques » inspirées de ses voyages autour du monde. « C’est une cuisine qu’on espère lisible, sensible, d’émotions. Avec un peu d’audace aussi et puis un grain de folie », raconte-t-il.
S’agissant de l’édition 2023 du guide, un seul changement est à signaler au « Club des 19 points », qui passe de sept à six chefs après la retraite de Bernard Ravet à Vufflens-le-Château (VD). Il s’agit de Franck Giovannini à Crissier (VD), Philippe Chevrier à Satigny (GE), Andreas Caminada à Fürstenau (GR), Tanja Grandits à Bâle, Peter Knogl à Bâle aussi, et Heiko Nieder à Zurich.
Le guide salue aussi la relève. Il honore notamment quatre « Promus de l’année »: Philippe Deslarzes à Aubonne (VD) avec 16 points, Marco Campanella à Ascona (TI) avec 18 points, Dominik Hartmann à Rickenbach (SZ) avec 17 points, et Silvia Manser à Gais (AR) avec 17 points également.
Les « Découvertes de l’année » sont Gilles Varone à Savièse (VS) et Michael Schuler à Thalwil (ZH). Le titre de « Sommelier de l’année » est attribué à Peter Zimmermann à Zermatt (VS). Othmane Khoris à Gstaad (BE) est, lui, le « Pâtissier de l’année ».
Le guide GaultMillau 2023 recense 870 restaurants, dont 89 nouvelles découvertes. Pour cette édition, 93 chefs obtiennent un point de plus, 45 un de moins.
Cet article a été publié automatiquement. Source : ats
Publié
le
De
S’opposant à une détérioration de leurs conditions de travail, les maçons de Suisse romande ont entamé, lundi, la première de leurs deux journées de protestation et de grève. A Genève, environ 2000 travailleurs, selon les syndicats, sont descendus dans la rue.
Cette mobilisation du secteur de la construction a pour toile de fond le renouvellement de la convention nationale de travail (CN) qui arrive à échéance en fin d’année. Malgré six rondes de négociations, les partenaires sociaux n’ont toujours pas réussi à s’entendre. Un échec déboucherait sur un vide conventionnel.
Les maçons dénoncent la volonté des patrons de vouloir flexibiliser à outrance les horaires de travail, avec des journées à rallonges durant l’été et un désoeuvrement marqué lors des mois d’hiver. « Ce serait le retour de l’époque des saisonniers, 50 ans en arrière », a déploré José Sebastiao, secrétaire syndical chez Unia.
Les grévistes se sont arrêtés près d’une heure au milieu du pont du Mont-Blanc, où les discours des différents orateurs se sont tenus. « Ce pont, que vous avez construit, comme le reste de ce pays, est le symbole de toutes vos luttes solidaires », a lancé Thierry Horner, du syndicat SIT, entouré de manifestants déterminés.
Le syndicaliste a dénoncé l’intention de la Société suisse des entrepreneurs (SSE) de vouloir introduire le salaire au mérite, en plus d’une flexibilisation accrue du travail. « C’est une façon de diviser les travailleurs ». Il a relevé aussi que sur les chantiers, les décès se multipliaient, avec un mort toutes les deux semaines.
« Vous avez travaillé sans relâche après la pandémie de Covid, sous la canicule, au détriment de votre santé », a souligné M.Horner. « Aujourd’hui, vous êtes debout, fiers et en grève pour répondre à l’arrogance et au mépris de la SSE ». Cette convention, on va se battre pour l’avoir, a, pour sa part, promis José Sebastiao.
Le représentant d’Unia a rappelé que le mouvement de grève des maçons touchait toute la Suisse romande. Lundi, la protestation est décentralisée. Mardi, elle se concentrera à Lausanne, avec un grand défilé. « Demain, nous ferons trembler les ponts vaudois », a averti M.Sebastiao.
Cet article a été publié automatiquement. Source : ats
Publié
le
De
La filiale suisse du géant de l’ameublement Ikea a bouclé son exercice décalé 2021/22 (clos fin août) sur un chiffre d’affaires de 1,16 milliard de francs.
En recul de 5% par rapport au précédent, il reste le deuxième de l’histoire de l’entreprise, qui soufflera en 2023 sa cinquantième bougie.
La part des ventes en ligne est restée stable à 23,3%, précise Ikea Suisse lundi dans un communiqué. Avec une croissance de 33%, le segment B2B (entreprises) a été particulièrement florissant, plus de 10’000 petites et moyennes entreprises ayant opté pour l’offre Ikea Business, particulièrement dans l’air du temps, marqué par l’essor de modèles de travail hybrides.
La demande pour les services est également restée soutenue, une vente sur trois étant assortie d’une prestation comme planification, montage, installation, récupération en magasin (click & collect).
Le géant de l’ameublement a également lancé en Suisse un format de distribution destiné à se rapprocher de la clientèle habitant dans les centres-villes. Baptisé « Plan an order point », ce concept « correspond au changement des besoins », explique Jessica Anderen, directrice générale (CEO) d’Ikea Suisse, citée dans le communiqué.
« Les achats en ligne augmentent certes aussi pour les meubles, mais en même temps, l’expérience d’achat et surtout le conseil sont plus demandés que jamais », fait valoir la responsable, selon qui « de plus en plus de personnes recherchent une aide professionnelle pour l’aménagement de leur logement ».
Déjà présent dans une trentaine de grandes villes, dont New York, Londres et Stockholm, le nouveau format été inauguré fin septembre à Coire, et ce lundi à Zurich. Sur une surface réduite – 300 m2 dans le cas de Zurich – le public a la possibilité de procéder sur rendez-vous à une modélisation de son projet et de passer commande dans la foulée.
Les activités de vente d’articles de seconde main, lancées en 2018, ont vu leurs volumes croître de plus de 20% au cours de l’exercice écoulé.
Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp
Publié
le
De
L’Helvétie mouillera à Genève cet hiver. Remorqué depuis Lausanne jusqu’au bout du lac, le bateau Belle Epoque, hors-service depuis 2002, sera amarré au Jardin Anglais.
Ce déménagement permet de libérer une place d’amarrage au chantier naval de la CGN pendant la période annuelle de maintenance de la flotte. « L’occasion aussi pour le public genevois d’admirer ce majestueux bateau », écrit lundi la Compagnie générale de navigation sur le Léman (CGN) dans un communiqué.
Inauguré en 1926, l’Helvétie est l’un des fleurons de la flotte de la CGN. Il n’a toutefois plus navigué depuis 2002, lorsque son système propulsif a été déclaré hors d’usage. Entre 2012 et 2015, le bateau a été amarré au Quai d’Ouchy comme annexe au Musée olympique pendant ses travaux.
Le navire va maintenant faire l’objet d’une étude d’avant-projet financée par l’Association des amis des bateaux à vapeur du Léman (ABVL). Celle-ci sera consacrée « aux options envisageables pour sa future propulsion et restauration complète, avant d’engager la recherche de fonds pour le lancement des travaux », précise la CGN.
Cet article a été publié automatiquement. Source : ats
Derniers titres
L’info en continu
Les autorités ainsi que les opérateurs du futur écoquartier du Rolliet aux Cherpines à Plan-Les-Ouates (GE) ont présenté lundi le…
Le Français d’origine Benoît Carcenat, chef du restaurant Valrose à Rougemont (VD), a été sacré…
S’opposant à une détérioration de leurs conditions de travail, les maçons de Suisse romande ont…
Votre Horoscope
Vos émotions se bousculent et vous remettez en question certains choix? Pas de panique, vous faites bonne route.
Voir tous les signes
L’obscurité inquiète les commerçants lausannois
SuperMamans: une récolte de fonds pour bichonner les familles vaudoises et d’ailleurs
Gagnez votre coffret de vins de l’Union Vinicole de Cully !
Une hotline pour la pénurie d’énergie
L’envolée des faillites se poursuit en octobre
Collision entre deux voitures à Forel: une blessée grave
Le LHC renoue avec le succès devant ses fans
La FIFA exhorte les sélections à « se concentrer sur le football »
Radio LFM – Avenue de la Gare 4 – CH-1003 Lausanne
Standard : 021 341 11 11 – Antenne : 0842 00 10 33 – WhatsApp : 079 842 10 33 – Contactez-nous: sav@lfm.ch

© Copyright 2021 – Media One Group

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire