Nouvelles promesses d'aide occidentales à l'Ukraine à la veille d … – Arabnews fr

https://arab.news/8fevc
KIEV: Les Etats-Unis et trois Etats européens ont promis jeudi de nouvelles livraisons substantielles de blindés, de missiles et d’artillerie à Kiev, à la veille d’une réunion cruciale des principaux pays aidant militairement l’Ukraine à se défendre face à l’invasion russe.
Avec pour objectif affiché de coordonner la poursuite de cette assistance, seront notamment présents vendredi sur la base aérienne de Ramstein, en Allemagne, les ministres de la Défense des principales nations occidentales la fournissant, au premier rang desquels l’Américain Lloyd Austin.
“Nous nous préparons à Ramstein demain. Nous attendons des décisions fortes. Nous attendons un soutien militaire puissant de la part des Etats-Unis”, a déclaré M. Zelensky dans son discours du soir.
Avant même cette rencontre du “groupe de contact”, les Etats-Unis ont annoncé jeudi une nouvelle tranche d’aide militaire à l’Ukraine de 2,5 milliards de dollars.
Cette aide supplémentaire prévoit l’envoi de 59 blindés Bradley, qui s’ajouteront aux 50 véhicules blindés légers de ce type promis le 6 janvier, et 90 blindés de transport de troupes Stryker “qui doteront l’Ukraine de deux brigades blindées”, selon le Pentagone.
L’armée américaine va également livrer à l’Ukraine 53 véhicules blindés antimines (MRAP) et 350 véhicules de transport M998, le fameux Humvee.
Mais cette nouvelle tranche ne comprend aucun char lourd, comme les Abrams, que les Etats-Unis ne sont pas encore prêts à fournir à Kiev, justifiant ce refus par des questions de maintenance et de formation.
Cette nouvelle tranche porte à 26,7 milliards de dollars l’aide militaire totale des Etats-Unis à l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe le 24 février.
«Il faut des chars»
Le Royaume-Uni s’est engagé quant à lui à envoyer à l’Ukraine 600 missiles supplémentaires Brimstone, le Danemark ses 19 canons Caesar de fabrication française, et la Suède des canons automoteurs Archer.
Des systèmes qui ont tous une portée de plusieurs dizaines de kilomètres mais inférieure à celle réclamée par les Ukrainiens.
Londres avait déjà promis 14 chars lourds Challenger 2 à Kiev, et la Pologne se dit prête à lui livrer 14 chars Leopard 2 de fabrication allemande, un total encore loin des centaines de ces véhicules dont l’Ukraine dit avoir besoin.
“Il faut des chars allemands, des chars finlandais, des chars danois, des chars français, cela veut dire que l’Europe occidentale elle-même doit maintenant allouer des chars plus modernes à l’Ukraine, afin qu’elle puisse simplement se défendre”, a quant à lui plaidé jeudi le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki.
“Nous lançons un appel à tous les Etats partenaires qui ont déjà fourni ou envisagent de fournir une aide militaire, les exhortant à considérablement renforcer leur contribution”, ont pour leur part écrit dans un communiqué les ministres ukrainiens de la Défense et des Affaires étrangères, Oleksiï Reznikov et Dmytro Kouleba.
Ils ont en particulier montré du doigt douze pays, comme l’Allemagne et la Turquie, leur demandant des chars de fabrication allemande Leopard dont l’envoi est incertain du fait des tergiversations en Allemagne.
Cet appel a été soutenu par le président du Conseil européen Charles Michel, pour lequel “des chars doivent être livrés” aux Ukrainiens car “les prochaines semaines pourraient être décisives” sur le front.
«Nous entendons votre message»
“Nous entendons votre message. Vous avez besoin de plus de systèmes de défense antiaérienne et d’artillerie, de plus de munitions”, a souligné Charles Michel sur Twitter, après une rencontre à Kiev avec le président Volodymyr Zelensky.
S’exprimant par visio-conférence en marge du Forum économique de Davos en Suisse, M. Zelensky a de son côté brocardé, dans une allusion claire aux Allemands, ceux qui disent “+je livrerai des chars si quelqu’un d’autre le fait+”.
L’Allemagne fait aussi l’objet d’une pression croissante de la part de plusieurs de ses voisins européens pour qu’elle autorise des livraisons de Leopard.
Berlin a laissé jeudi soir la porte ouverte à la possibilité de permettre aux alliés de fournir à l’Ukraine des chars lourds de fabrication allemande, déclarant que cela “se clarifierait dans les prochaines heures ou demain matin”.
Les alliés de l’Ukraine vont se réunir vendredi sur la base aérienne américaine de Ramstein, en Allemagne, afin de décider d’une aide militaire supplémentaire à Kiev.
Le ministre de la Défense, qui a pris ses fonctions jeudi, a toutefois souligné que la décision serait prise en coordination avec les alliés occidentaux, en particulier les Etats-Unis.
“Contre des milliers de chars de la Russie (…), le courage de notre armée et la motivation du peuple ukrainien ne suffisent pas”, a martelé M. Zelensky.
Peu après, l’un de ses conseillers, Mykhaïlo Podoliak, a appelé les Occidentaux à cesser de “trembler devant Poutine” et à livrer les blindés dont l’Ukraine dit avoir besoin.
Les chars occidentaux ne sont cependant “pas une solution miracle” contre la Russie, a mis en garde jeudi le commandant des forces alliées en Europe (SACEUR), le général américain Christopher Cavoli, selon lequel “un équilibre entre tous les systèmes (d’armement) est nécessaire”.
Les autorités ukrainiennes disent à cet égard également avoir besoin de systèmes de missiles d’une portée de plus de 100 km pour pouvoir frapper la chaîne logistique russe, en particulier les dépôts de munitions.
Mais les Occidentaux craignent, malgré les assurances ukrainiennes, que Kiev ne provoque une escalade en usant de ces armes pour frapper en profondeur le territoire russe et les bases aériennes et navales de Crimée, une péninsule annexée en 2014 par la Russie.
Les Russes redoublent d’efforts
Le Kremlin a d’ailleurs adressé jeudi un avertissement clair: la livraison d’armes de plus longue portée “signifierait que le conflit atteindrait un nouveau palier”.
Sur le terrain des combats, les forces russes, appuyées par le groupe paramilitaire privé Wagner, redoublent d’efforts pour prendre Bakhmout, une localité de la région de Donetsk (est) qui fait l’objet d’une bataille sanglante depuis des mois.
Ces 15 derniers jours, les combattants russes ont un peu avancé, s’emparant d’une grande partie de la cité voisine de Soledar.
Et jeudi, ils ont lancé une “offensive locale” dans le sud, près de la ville d’Orekhiv, selon un responsable de l’administration d’occupation russe Vladimir Rogov.
Dans ce contexte, Volodymyr Zelensky a rappelé “l’importance de démilitariser la centrale (nucléaire de Zaporijjia, dans le sud de l’Ukraine) et d’en retirer tous les représentants de la Russie sans exception”, à l’occasion d’une rencontre avec le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Raphael Grossi, en “visite de travail” en Ukraine.
https://arab.news/pg95j
KIEV: Deux sites énergétiques essentiels de la région d’Odessa (sud) ont été endommagés dans une nouvelle salve massive de missiles russes contre l’Ukraine jeudi matin, ont annoncé les autorités locales.
“Deux sites d’infrastructures énergétiques cruciaux de la région d’Odessa ont été endommagés”, a déclaré le chef de l’administration militaire du district d’Odessa dans un communiqué. La frappe n’a pas fait de blessés, a-t-il précisé appelant les habitants de la ville à rester dans les abris.
Par ailleurs, dans la capitale Kiev, on dénombrait un mort et deux blessés après une nuit de raids russes. Au matin, une explosion a retenti à Kiev  au moment d’une attaque massive de missiles russes sur l’Ukraine pendant laquelle “plus de 15” projectiles tirés sur la capitale ont été abattus, ont annoncé les autorités.
“Une explosion à Kiev ! Restez dans les abris”, a déclaré sur Telegram le maire de la capitale ukrainienne, Vitali Klitschko. De son côté, l’administration militaire de Kiev a fait état sur le même réseau social de “plus de 15 missiles de croisière” russes ayant visé cette ville, tout en ajoutant que la totalité d’entre eux avaient été abattus.
L’Ukraine a été visée par “plus de trente missiles russes”, a indiqué le porte-parole de l’armée de l’air ukrainienne à la télévision.
“Six Tu-95 ont décollé de la région (russe) de Mourmansk et lancé des missiles. Nous attendons plus de 30 missiles” au total, a indiqué Iouri Ignat alors que des médias ont déjà rapporté des explosions dans plusieurs régions et des gouverneurs ont fait état du fonctionnement de la défense antiaérienne.
L’Ukraine a annoncé jeudi matin avoir abattu un ensemble de 24 drones kamikaze lancés par la Russie au cours de la nuit.
“Selon les données préliminaires, l’ennemi a utilisé 24 drones Shahed” de fabrication iranienne, a indiqué l’armée de l’air ukrainienne sur Telegram. “Tous les 24 ont été détruits” par les forces ukrainiennes, a-t-elle ajouté.
Coupures d’électricité
Des coupures d’électricité “d’urgence” ont par ailleurs été déclenchées jeudi matin à Kiev et dans trois régions sur fond d’attaques de missiles russes sur l’Ukraine, a annoncé la compagnie d’électricité privée DTEK.
“C’est une mesure de prévention qui permettra d’éviter des dommages importants aux infrastructures électriques si les missiles de l’ennemi atteignent leur but”, a précisé le groupe sur Telegram. Outre la capitale, les coupures sont en vigueur dans sa région ainsi que celles d’Odessa (sud) et de Dnipropetrovsk (centre-est), selon DTEK.
https://arab.news/2h8a3
TEHERAN: Un ministre iranien a appelé le pouvoir à promouvoir une plus grande ouverture dans l’espace social, notamment pour les femmes, dans le contexte de la contestation déclenchée par la mort de Mahsa Amini, ont rapporté jeudi des médias iraniens.
A la sortie d’une réunion du gouvernement mercredi, le ministre du Tourisme et du Patrimoine, Ezzatollah Zarghami, a fait allusion au fait que de plus en plus de femmes étaient vues tête nue en public depuis le début du mouvement de contestation, alors que la loi impose le port d’un voile depuis la Révolution islamique de 1979.
“Je conseille à un homme qui se comporte sévèrement” envers une femme ne portant pas de voile “de fermer les yeux si la regarder l’excite”, a déclaré le ministre, cité par l’agence de presse Isna et plusieurs quotidiens.
“L’étroitesse d’esprit existe malheureusement dans le pays mais on ne peut plus être dur envers le peuple”, a-t-il lancé. “Pour développer le tourisme et améliorer la vie sociale, il faut ouvrir l’espace, comprendre la population et ne pas être strict avec elle”, selon lui.
M. Zarghami avait été vivement critiqué par les ultraconservateurs en octobre pour avoir dénoncé une organisation étatique chargée du superviser le voile musulman.
“Aujourd’hui, nos jeunes filles et étudiantes marchent dans la rue sans foulard. Qu’est-il arrivé?”, avait également déclaré en novembre le ministre, cité par des médias.
Le 10 janvier, l’Autorité judiciaire avait déclaré vouloir faire appliquer de nouveau une loi prévoyant de sévères sanctions, comme l’exil, pour les personnes ne respectant pas l’obligation du port du voile.
L’Iran est secoué par des manifestations depuis la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, après son arrestation à Téhéran par la police des moeurs qui lui reprochait d’avoir enfreint le code vestimentaire strict imposant notamment aux femmes le port du voile en public.
Les autorités iraniennes qualifient généralement les protestations d'”émeutes” encouragées par des pays et organisations hostiles à l’Iran.
https://arab.news/p4k33
VARSOVIE: Les représentants de la Russie n’ont pas été invités aux célébrations du 78e anniversaire de la libération par l’Armée Rouge du camp de la mort nazi d’Auschwitz-Birkenau, à la suite de l’agression russe contre l’Ukraine, a annoncé mercredi le musée du site.
“Compte tenu de l’agression contre une Ukraine libre et indépendante, les représentants de la Fédération de Russie n’ont pas été invités à participer à la célébration de l’anniversaire de la libération d’Auschwitz de cette année” qui doit se dérouler ce vendredi, a indiqué à l’AFP Piotr Sawicki, porte-parole du musée.
Jusqu’à présent, la Russie a toujours participé aux cérémonies qui se tiennent chaque année le 27 janvier, son représentant prenant la parole lors de la cérémonie principale.
Selon le directeur du musée, Piotr Cywiński, il était évident qu’il ne pouvait “signer aucune lettre à l’ambassadeur russe sur le ton d’une invitation”, dans le contexte du conflit.
“J’espère que cela va changer à l’avenir, mais nous avons un long chemin à parcourir. (…) La Russie aura besoin d’un temps extrêmement long et d’une très profonde introspection après ce conflit pour revenir dans les salons du monde civilisé”, a-t-il déclaré, cité par l’agence PAP.
Le jour de l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février, le musée a qualifié l’attaque russe d'”acte de barbarie”.
“Cet acte de barbarie sera jugé par l’histoire, et ses auteurs – il faut l’espérer – par la Cour internationale de justice”, avait indiqué le musée sur Twitter.
Construit en Pologne occupée, Auschwitz-Birkenau est le symbole du génocide perpétré par l’Allemagne nazie à l’encontre de six millions de Juifs européens, dont un million sont morts dans le camp entre 1940 et 1945, avec plus de 100.000 non-Juifs.
Ce camp où quelque 80.000 Polonais non-juifs, 25.000 Roms et 20.000 soldats soviétiques ont également trouvé la mort, a été libéré par l’Armée Rouge le 27 janvier janvier 1945.

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE