Miser sur les énergies renouvelables ne suffit pas, il faut décentraliser et consommer moins d'énergie – La Tribune.fr

Partager :
Pour montrer l’importance de la décentralisation de l’énergie, il suffit de rappeler l’importance des investissements dans les infrastructures énergétiques de distribution (bornes de recharge pour véhicules électriques, hydrogène), de transport et stockage du carbone. Ils devraient passer de 290 milliards de dollars sur les cinq dernières années à environ 880 milliards de dollars en 2030 et les investissements dans le domaine des technologies à faible émission de carbone devrait passer de 530 milliards de dollars en 2033 à 1.700 milliards de dollars en 2030. Par exemple, le coût de l’énergie solaire devrait passer de 50 dollars par MWh en 2019 à moins de 30 dollars en 2040. Ce sera alors de loin l’énergie la moins chère, comparée au gaz naturel (65 dollars/MWh) ou au nucléaire (100 dollars/MWh). L’ARENA prévoit que d’ici 2050, l’énergie solaire, avec une capacité installée de 8.500 GW, et l’énergie éolienne, avec 6.000 GW, représenteraient les trois cinquièmes de la production mondiale d’électricité.
Nous assistons donc à l’émergence d’un modèle de production plus en plus décentralisé avec l’essor du solaire, mais aussi des parcs éoliens, de l’hydrogène, des batteries, des prosommateurs et des véhicules électriques (VE). Le modèle énergétique décentralisé est celui où les régions et les communautés partagent les avantages d’un ensemble de ressources énergétiques distribuées disparates et indépendantes produites localement associées à des systèmes de stockage d’énergie (en général des batteries). L’objectif est d’utiliser ces ressources énergétiques dans un « réseau communautaire » afin de répartir plus uniformément tout surplus de production d’énergie propre ou de fournir une résilience localisée en cas de défaillance du réseau plus important. On raisonne demande et efficacité et non production.
Le système de gestion centralisée de l’énergie est un système dans lequel l’électricité est d’abord générée dans de grandes centrales électriques situées loin des consommateurs, transmise par des lignes de transmission à haute tension et distribuée aux utilisateurs finaux en utilisant les réseaux électriques comme intermédiaire.
Les systèmes énergétiques centralisés basés sur les combustibles fossiles ont été possibles grâce à de grands projets d’investissement avec des investissements et des prêts de l’État. De plus, les infrastructures énergétiques centralisées, vieillissantes et obsolètes ne sont parfois pas entretenues par les gouvernements. La conséquence est un gaspillage d’énergie est considérable.
L’enjeu est donc de faire mieux et consommer moins (Hyperloop , Mercedes EQXX PHEV ,2 roues Electrique, Skyway, Avion planeur hybride, etc.) en complétant ces mégaprojets centralisés à forte intensité de capital avec des projets de production d’énergie à petite échelle décentralisés et intelligents. Les acheteurs peuvent produire de l’énergie et la revendre au réseau ou au micro-réseau local, par exemple à une communauté de consommateurs, à un immeuble ou à un village.
Plus concrètement, les vrais enjeux de la décentralisation de l’énergie peuvent se résumer de la façon suivante :
Il faudra créer des EDF locales qui sont interconnectés et produisent de l’énergie « à la demande » et non en fonction de programmes de production sur le long terme sans aucune flexibilité. Avec la décentralisation de l’énergie, on ne produit que ce que l’on consomme.
Stockage d’énergie
Rappelons qu’il existe plusieurs types de systèmes de stockage : les supercondensateurs, les batteries électrochimiques, le stockage d’énergie magnétique supraconducteur, le stockage d’énergie à air comprimé et le stockage d’énergie à volant d’inertie.
Ces dispositifs ont des caractéristiques différentes, notamment des temps de réponse, des capacités de stockage et des capacités de courant de crête, qui sont appliquées à des fins différentes avec des échelles de temps différentes.
Le moyen le plus connu pour stocker l’électricité est une batterie.
Smart grid
La décentralisation vise à combler le fossé physique entre les producteurs d’électricité et ses consommateurs par le biais de micro-réseaux pour permettre une utilisation plus optimale des énergies renouvelables.
Ces micro-réseaux sont définis comme un réseau de distribution basse tension comprenant divers générateurs distribués (micro-turbines, piles à combustible, photovoltaïques, éoliennes, entre autres), ainsi que des dispositifs de stockage et des charges contrôlables pouvant fonctionner interconnectés ou isolés de la distribution principale.
Le système de gestion de l’énergie optimal peut efficacement optimiser, améliorer l’efficacité, fournir la flexibilité, la contrôlabilité et la viabilité économique du fonctionnement du système électrique.
Certains des sites sont même développés par MYNT en « micro-réseaux ».
En fin de compte, nous verrons l’évolution de la centrale électrique virtuelle (VPP), un réseau régional de DER tous gérés ensemble « virtuellement » via un logiciel basé sur le cloud, mais en capacité agrégée sur le même réseau communautaire.
La blockchain
La blockchain est au cœur de ce qui va se généraliser : l’Internet de l’énergie (IoE) et donc des plateformes de commerce d’énergie et la « sécabilité » de l’infrastructure énergétique. L’énergie basée sur la blockchain peut être échangée via des applications pour smartphone permettant des micropaiements effectués par le consommateur, créant ainsi un accès plus large et plus facile à l’énergie.
La blockchain en tant que technologie va notamment permettre de transférer des informations inchangées et fiables entre les clients. Ces informations peuvent être utilisées pour optimiser les objectifs globaux (minimisation de la consommation d’électricité du réseau, réduction des pertes de transmission, augmentation de la prévisibilité et donc des gains économiques sur les marchés de l’électricité ou en retardant les investissements) et utiliser les systèmes disponibles des communautés « prosumeurs », compte tenu d’une multitude de paramètres qui affectent la production optimisée de l’énergie.
La Blockchain va aussi permettre une économie circulaire avec de nouvelles solutions pour l’e-mobilité électrique, la démocratisation de l’énergie, les plateformes d’échange d’énergie P2P, la réponse à la demande, des compteurs intelligents, une automatisation de l’émission de certificats verts, du commerce du carbone, etc.
Le message est donc clair : il faut concentrer nos efforts sur la décentralisation de l’énergie et complètement réinventer le modèle économique de la production d’énergie en misant massivement sur les innovations digitales.
Partager :
Chaque samedi, votre rendez-vous avec Philippe Mabille qui
revient sur les faits marquants de l’actualité de la semaine.
Dernière étape : confirmez votre inscription dans l’email que vous venez de recevoir.
Pensez à vérifier vos courriers indésirables.
À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.
À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.
Découvrez l’ensemble des newsletters de La Tribune
La rédaction de La Tribune
Un e-mail contenant vos informations de connexion a été envoyé.
À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.
S’inscrire à la newsletter Votre Tribune de la semaine
Sujets les + lus
|
Sujets les + commentés
1
revue T Défense : l'Allemagne minimise ses divergences avec la France
2
revue T Airbus profite de la visite d'Olaf Scholz en Chine pour finaliser une commande géante d'A320 NEO et d'A350
3
revue T Equium invente le chauffage et la climatisation par les ondes sonores
4
Grève du 10 novembre : le trafic devrait être très perturbé dans les métros et RER, selon la RATP
5
revue T L’Europe impose aux banques le paiement instantané à petit prix
1
Emploi: le gouvernement veut créer un titre de séjour « métier en tension » (36)
2
revue T Défense : l'Allemagne minimise ses divergences avec la France (29)
3
Le gouvernement presse EDF d'optimiser ses capacités hydroélectriques et éoliennes (29)
4
La France adopte à son tour les autoroutes sans barrières de péage (25)
5
Le Maire ne veut pas entendre parler d'une indexation des salaires sur l'inflation (24)
Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.
Il n’y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.
Avec
La Tribune.fr,
prenez les bonnes décisions

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire