" Mettre en place une logistique plus efficace et plus vertueuse " – FAQ Logistique

‘‘Mettre en place une logistique plus efficace et plus vertueuse ’’
Pierre BARRAT, Directeur de Division Supply Chain d’Inetum
Pierre BARRAT, Directeur de Division Supply Chain d’Inetum
Interview réalisée le mardi 11 janvier 2022 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « Face à une Supply Chain sous tension, quelles innovations pour 2022 ?»
La Division Supply Chain du groupe Inetum (ESN de 2.2 Mds € de Chiffre d’affaires en 2021) édite et intègre des solutions métier à destination des ETI, des PME et des grands groupes pour l’organisation, la planification et l’exécution de leurs flux logistiques. Elle réalise un chiffre d’affaires de 7 M€ et compte 70 collaborateurs.
Notre gamme s’articule autour de trois solutions :
Comment MEDIAPOST accroit la visibilité de l’activité de ses sites de réception avec OptiDock

Acteur majeur de la communication de proximité, MEDIAPOST est le leader de la distribution d’imprimés publicitaires en France et compte 53 sites de réception sur le territoire.

Pour optimiser ses process logistiques, cette filiale du groupe La Poste cherchait un moyen de rationaliser la prise des rendez-vous avec les transporteurs chargés de livrer les documents à distribuer et d’harmoniser les pratiques pour l’ensemble de son réseau.


Avec l’essor de la mondialisation, les entreprises sont passées de chaines d’approvisionnement linéaires à de vastes réseaux logistiques sollicitant un large panel d’intervenants. Dans une telle configuration, le moindre grain de sable peut enrayer la chaine. Or, les dernières années ont vu l’émergence de plusieurs défis qui ont accéléré cette complexité. Les Anglo-saxons parlent d’ailleurs de monde VUCA (Volatility, Uncertainty, Complexity and Ambiguity).
Tout d’abord, les entreprises ont dû et doivent toujours faire face à une gestion des pénuries. Celles-ci sont directement liées à l’amplification des menaces sanitaires et géopolitiques. Je pense bien entendu au Brexit, mais plus généralement au repli de nombreux pays dans l’objectif de privilégier les ressources pour leur propre usage.
Dans certains secteurs, les délais et les coûts ont ainsi augmenté de plusieurs dizaines de points. Les entreprises concernées par ces perturbations doivent dès lors se livrer à un véritable jeu d’équilibriste puisqu’elles doivent réussir à préserver leurs parts de marché tout en continuant à être profitables. Elles doivent également mettre en place les solutions permettant d’assurer des prestations en ligne avec les attentes de leurs clients.
Les phénomènes de pénuries devraient à mon sens perdurer, d’autant plus que les productions de certains pays sont directement menacées par le réchauffement climatique.
Cela nous amène au deuxième défi, celui de la nécessité de mettre en place une « Supply Chain verte » (Green Supply Chain). Face aux enjeux climatiques, les entreprises vont naturellement être de plus en plus astreintes à réduire leur empreinte carbone. Mais au-delà des contraintes légales, c’est la pression des consommateurs qui les obligera à prendre le sujet à bras le corps.
Enfin, de nouveaux usages de consommation ne cessent d’émerger. Les besoins des clients évoluent constamment et les entreprises doivent adapter leur organisation pour s’assurer de toujours les satisfaire. Prenons l’exemple des relations entre industriels et distributeurs. Il y a encore quelques années, ces derniers sollicitaient avant tout de leurs fournisseurs la mise en place d’opérations promotionnelles pour référencer leurs produits en rayon.
Avec le développement des flux multicanaux et la montée en puissance des marketplaces, les rotations, les références, les saisonnalités et les types de livraison ont changé. Les attentes des distributeurs vis-à-vis des industriels ont donc naturellement évolué. Ils demandent aujourd’hui à leurs fournisseurs de s’apparenter à des prestataires logistiques en mesure de livrer aussi bien les plates-formes, les points de vente ou les clients finaux.
Par exemple, un client distributeur de produits de quincaillerie me confiait ainsi récemment que la clé de son succès tenait désormais à sa capacité à proposer un service de type « répartiteur pharmaceutique » à ses clients afin de répondre aux exigences de délai de livraison (livraison A pour A ou A pour B).
Comment Desamais s’appuie sur Minos pour organiser sa transformation

En migrant d’un logiciel spécifique à Minos ERP, Desamais a amélioré ses gains de production et s’est ouvert aux marketplaces. Acteur majeur de la distribution d’articles de bricolage, quincaillerie, maison et jardin, Desamais entend profiter de la souplesse de l’outil pour accentuer la transformation de son modèle commercial.


Face à ces nouveaux défis, les sociétés vont devoir trouver les solutions leur permettant de mettre en place une logistique plus efficace et plus vertueuse.
Pour y parvenir, il ne me semble pas y avoir une unique formule miracle, mais plutôt un ensemble de pistes à combiner.
Nous avons à notre niveau un rôle à jouer. À travers nos solutions nous proposons aux industriels et aux distributeurs d’optimiser leurs flux et de réduire leur impact environnemental.
Prenons OptiDock dont l’objectif est de gérer au mieux les flux de véhicules sur les sites industriels et logistiques. Au-delà de l’aspect organisationnel et des économies qui en résultent, le bénéfice de la solution est également écologique.
Je peux vous citer l’exemple d’un de nos clients, industriel dans l’agroalimentaire et fournisseur de la grande distribution.
Avant d’utiliser OptiDock, son centre de production situé au cœur de la campagne charentaise était confronté à des goulets d’étranglement. Les camions en attente de chargement/déchargement se retrouvaient déportés dans le village voisin, ce qui provoquait des nuisances pour les habitants et abimait les routes et ronds-points.
Avec notre solution de tels désagréments sont désormais évités puisque les arrivées et départs des camions sont fluidifiés et les temps d’attente drastiquement réduits.
En termes d’innovation, c’est clairement un avantage d’appartenir à un groupe de l’envergure d’Inetum dont le chiffre d’affaires était de 2,2 milliards d’euros en 2021.
Au-delà de capacités d’investissement dont nombre d’éditeurs ne peuvent disposer, nous pouvons compter sur un écosystème de compétences issues des diverses entités qui composent le groupe. Je pense en particulier à celles d’Inetum Consulting dont les consultants spécialisés en logistique ont une vision extrêmement précise des tendances du marché et la Direction transverse retail qui décrypte l’évolution des modes de consommation.
Ces dernières années, nous avons intégré l’ensemble des nouvelles technologies en rapport avec la logistique 4.0 à nos différentes solutions, en particulier des éléments d’aide à la décision visant à optimiser les approvisionnements et à bénéficier d’une meilleure visibilité sur les flux.
Le développement et la digitalisation des process dans nos solutions entrent aujourd’hui dans une deuxième phase. Notre volonté est d’accroitre le mode collaboratif dans une notion d’entreprise étendue. Cet aspect collaboratif nécessite de disposer d’une vision temps réel de ce qui se passe chez l’ensemble des acteurs de la Supply Chain.
Nous étudions les applications de Block Chain pour sécuriser le sourcing et la qualité des produits.
L’intégration de la blockchain à notre plate-forme ERP Minos UX visera en particulier à contrôler toutes les phases, d’approvisionnement des industriels jusqu’aux consommateurs. Concrètement, à l’aide du FabLab Inetum, nous allons monter un POC au premier semestre pour un de nos clients du secteur agroalimentaire. L’objectif sera de sécuriser et contrôler ses approvisionnements et la qualité de ses produits dans une logique de protection du consommateur.
L’Intelligence Artificielle constituera également un levier majeur de transformation dans nos solutions en particulier sur l’aspect prévisions. Si nous disposons déjà de l’expérience du moteur auto adaptatif de Planipe, l’IA nous permettra d’aller encore plus loin et d’atteindre des niveaux d’exactitude extrêmement précis en intégrant une multitude de nouveaux paramètres (météo, les ruptures, crises, etc.).
Bio Express

Pierre Barrat a intégré Ordirope au début des années 1990 en tant qu’ingénieur commercial. Spécialiste dans le domaine des ERP, il prend la direction commerciale en 2010. L’entreprise a été rachetée en 2015 par le groupe Gfi informatique (devenu Inetum fin 2020). Pierre a pris la direction de la Division Supply chain d’Inetum Software en mars 2020.

Site Internet d’Inetum : https://logiciels-supplychain.inetum.com/fr/
Contactez notre équipe
P. BARRAT | INETUM
‘‘ Mettre en place une logistique plus efficace et plus vertueuse ’’
J. BOUR | DDS LOGISTICS
‘‘Étendre la collaboration à son écosystème de fournisseurs et de clients ’’
V. BATTAGLIA | GEFCO
‘‘ L’innovation constitue pour GEFCO un formidable levier de croissance et de performance ’’
M. ORTIZ GARCIA | RHENUS
‘‘ Proposer à nos clients des solutions performantes adaptées à leurs besoins ’’
R. CAWSTON | GXO LOGISTICS
‘‘ Notre leadership en matière d’innovation, de technologie et d’automatisation constitue un avantage concurrentiel significatif ’’
L. KRAFFMULLER | KUEHNE+NAGEL
‘‘ Le COVID a accéléré la transition vers les entrepôts hybrides BtoB/BtoC ’’
A. DAMETTE | LOGITRADE
‘‘ Baromètre Industrie 4.0 2021 : A quoi ressemblera la Supply Chain de demain ? ’’

Copyright © FAQ Logistique 2002-2022. Tous droits réservés. Mentions légales

source

https://2macp.fr/gestion-de-la-production/

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire