Marché du travail | La tension monte dans les négociations collectives – La Presse

Consulter lapresse.ca
Liens utiles
PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE
Les travailleurs de Molson, en banlieue sud de Montréal, font partie des salariés en grève au Québec.
L’inflation qui gruge le pouvoir d’achat des consommateurs et la pénurie de main-d’œuvre ont déclenché une « tempête parfaite » dans le marché du travail qui se répercute sur les moyens de pression, les grèves et les lock-out. Les règles du jeu ont changé lorsque vient le temps de négocier une convention collective.
« Je n’ai pas vu une telle ébullition depuis très longtemps », lance Éric Lallier, avocat en droit du travail et associé de Norton Rose Fulbright Canada. « Dans les milieux où les pourparlers sont normalement harmonieux, il y a beaucoup de tension. Il y a des situations où c’est beaucoup plus complexe que ce que l’on anticipait. »
Après les trois premiers mois de l’année, le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale dénombrait 45 grèves et 2 lock-out – Groupe CRH et Rolls-Royce – pour un total de 47 conflits de travail. C’est presque quatre fois plus par rapport à la moyenne des trois dernières années sur une période comparable, selon les données fournies à La Presse.
Ce portrait était influencé par les 19 différentes accréditations du secteur ambulancier, qui étaient en débrayage – tout en poursuivant leurs activités puisqu’il s’agit d’un service essentiel – avant de conclure une entente de principe avec le gouvernement Legault le 7 mai dernier. Mais même en faisant abstraction des ambulanciers, les débrayages enregistrent une hausse marquée par rapport à la même période l’an dernier.
« Il n’y a plus de secteurs qui sont à l’abri, lance MLallier. On voyait des unités d’accréditation de cols blancs et cette menace ne planait pas. Elle existe maintenant. En 2022, il y a une évolution. »
PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE
Éric Lallier, avocat en droit du travail et associé chez Norton Rose Fulbright Canada
Il n’y a jamais eu un aussi gros rapport de force pour les travailleurs dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre.
Éric Lallier, avocat en droit du travail et associé de Norton Rose Fulbright Canada
L’avocat ne voit pas la situation se calmer à court terme. Après la période d’« attentisme » de la pandémie, où les travailleurs ont parfois accepté des reculs ou des gels de salaires pour traverser la crise, ceux-ci s’attendent à un retour du balancier, explique MLallier. Cela s’ajoute aux pressions inflationnistes qui ne montrent aucun signe d’essoufflement. En mars, les prix ont augmenté en moyenne de 6,7 % – un sommet depuis 1991.
Au Conseil du patronat du Québec (CPQ), les membres observent également cette « tempête parfaite » qui « favorise grandement » les travailleurs, souligne le président et chef de la direction de l’organisation, Karl Blackburn.
« Ça se passe bien quand les entreprises ont les moyens de payer, mais dans des entreprises des secteurs de la restauration et du tourisme, par exemple, on n’a pas la capacité de survivre à cette spirale inflationniste, affirme M. Blackburn. Dans certains cas, les hausses salariales sont bien au-delà de l’inflation. »
Dans le contexte actuel, les travailleurs hésitent de moins en moins à se doter de mandats de grève – ce qui ne mène pas automatiquement à un débrayage – pour afficher leurs couleurs. Ces données ne sont pas compilées, mais les intervenants interrogés par La Presse disent l’avoir observé.
Les attentes des travailleurs sont élevées avant même le début des négociations, reconnaît Dominic Lemieux, directeur québécois du Syndicat des Métallos (affilié à la FTQ). À son avis, l’inflation change la donne.
« On le voit de plus en plus, raconte le dirigeant syndical. On va chercher une entente qui fait l’affaire du comité de négociations, mais qui est rejetée. Quand on arrive pour présenter l’entente de principe et que la même journée, l’essence bondit, ça peut faire dérailler une assemblée. »
Le son de cloche est similaire du côté de MLallier. Désormais, une entente de principe n’est plus synonyme de règlement.
« Les parties ne savent plus trop comment se comporter parce qu’elles ne savent pas comment les syndiqués vont réagir. Les habitudes d’il y a un an ou deux sont en train de changer. »
Aux tables de négociations, les contrats de travail tiennent de plus en plus compte de l’inflation. François Longpré, spécialisé dans le droit du travail au cabinet BLG, représente des employeurs. Sans révéler l’identité de ses clients, l’avocat dit avoir signé une première convention collective avec « une protection en cas d’inflation ».
Il y a l’inflation, la pandémie et des conflits de travail médiatisés où les syndiqués ont obtenu de gros résultats. Ça crée un réveil du pouvoir des travailleurs qui s’était en quelque sorte estompé dans les dernières décennies. Ça change le ton et les attentes des gens.
François Longpré, spécialisé dans le droit du travail au cabinet BLG
L’avocat fait allusion à deux conflits qui se sont retrouvés sous les projecteurs l’an dernier : les débrayages dans les abattoirs d’Exceldor (Saint-Anselme) et d’Olymel (Vallée-Jonction). Dans le premier cas, les travailleurs avaient obtenu des hausses salariales de 19,75 % réparties sur six ans. Dans l’autre, l’employeur avait consenti des augmentations de 26,4 %, dont 10 % la première année, échelonnées sur six ans.
MLongpré anticipe « un peu plus de militantisme » syndical tant que l’on n’aura pas tourné la page sur la pandémie, soit pour encore un an.
PHOTO CHRIS RATCLIFFE, ARCHIVES BLOOMBERG
Un employé de Rolls-Royce travaille sur un moteur d’avion.
L’aéronautique n’est généralement pas synonyme de conflit de travail. Pourtant, les 530 syndiqués de Rolls-Royce Canada, qui effectuent de l’entretien de moteurs d’avion, sont en lock-out depuis le 15 mars dernier. Leur convention collective est venue à échéance en mars 2020 et les deux parties n’ont toujours pas trouvé une façon de dénouer l’impasse. Selon la partie syndicale, l’employeur veut mettre fin au régime de retraite à prestations déterminées et propose un gel des salaires pour les années 2020 et 2021.
PHOTO ROCKET LAVOIE, LE QUOTIDIEN
Beneva fait dans l’assurance habitation et auto.
Insatisfaits des négociations avec leur employeur, plusieurs centaines d’employés de bureau chez l’assureur Beneva (SSQ assurances et La Capitale) ont tenu des journées de débrayage en mars dernier. Les trois unités syndicales ont fini par entériner l’entente de principe, le 28 avril dernier. L’augmentation de salaire pour 2022 était d’environ 5,8 % et la dernière année du contrat de travail comprend une clause d’ajustement contre l’inflation.
PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE
Usine d’ArcelorMittal Produits Longs
Les activités du géant sidérurgique ont été perturbées pendant quatre semaines à Contrecœur et à Longueuil en raison d’une grève. Les quelque 800 syndiqués ont obtenu d’importants gains au terme de ce conflit de travail. Les augmentations de salaire atteignent 26 % au cours des six années de la convention collective. « C’était le meilleur contrat de travail en 60 ans et malgré tout, c’est passé à seulement 60 % », souligne Dominic Lemieux, directeur québécois du Syndicat des Métallos, pour illustrer les attentes des employés.
PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE
Sobeys est propriétaire de l’enseigne IGA.
Trois mois. C’est la durée du débrayage des 190 travailleurs du centre de distribution automatisé de Sobeys, propriétaire de l’enseigne IGA. L’impasse a finalement été dénouée le 10 mai dernier. Les négociations n’ont pas été de tout repos. L’entente de principe entre le syndicat et l’employeur avait été rejetée le 11 avril dernier par les employés de l’établissement. Selon l’entreprise, les demandes syndicales représentaient une augmentation de 25 % des salaires.
PHOTO EVGENIA NOVOZHENINA, REUTERS
Siemens négocie avec ses travailleurs de Drummondville.
La multinationale allemande a les moyens de ses ambitions, mais elle est dans une impasse avec ses travailleurs de Drummondville qui fabriquent des boîtiers électriques. Représentés par Unifor, les 200 syndiqués de l’usine viennent de se doter d’un mandat de grève alors que les négociations achoppent avec l’employeur sur les questions pécuniaires. Un potentiel conflit de travail plane sur le site. Siemens et Unifor négocient depuis environ quatre mois.
SFL Gestion de patrimoine Vous aider à garder le cap
Promutuel Assurance Fière d’être là, depuis 170 ans !
Les tribunaux ont accordé mardi au PDG de PyroGenèse l’outil dont il avait besoin pour identifier les auteurs de messages négatifs publiés à propos de l’entreprise montréalaise sur un populaire forum de discussion.
Le rythme annuel d’augmentation de l’indice des prix à la consommation (IPC) a ralenti en août pour le deuxième mois d’affilée, a fait savoir Statistique Canada mardi. Après une hausse de 7,6 % en juillet, la croissance annuelle des prix s’établit à 7 %. D’un mois à l’autre, l’IPC a diminué de 0,3 %, sa plus forte baisse depuis 2020, ce qui semble indiquer que les hausses successives des taux d’intérêt commencent à porter leurs fruits. Le point en quatre questions.
(New York) Un haut cadre de Beyond Meat, une start-up de substituts à la viande, a été suspendu mardi de son poste après avoir été arrêté pour l’agression d’un automobiliste, dont il aurait mordu le nez.
(Edmonton) Aurora Cannabis a vu sa perte nette se creuser à 618,8 millions lors de son plus récent trimestre, alors qu’elle enregistrait une charge de dépréciation de 505,1 millions.
(New York) Les marchés boursiers se sont repliés mardi, soucieux de la flambée des rendements obligataires et d’une probable forte hausse des taux d’intérêt de la banque centrale américaine (Fed) mercredi.
(Ottawa) Rétrospectivement, les gouvernements et les banques centrales auraient dû retirer les mesures de relance plus tôt lorsque les économies se remettaient de la pandémie de COVID-19, ce qui aurait probablement limité l’inflation, a admis mardi un dirigeant de la Banque du Canada.
Près de 15 % des vêtements des collections hiver 2022 et printemps 2023 signés Canada Goose sont produits au Québec. Alors que l’entreprise commencera d’ici deux jours la conception de sa nouvelle collection pour femmes dans ses usines de Montréal et de Boisbriand, près de 300 postes sont toujours vacants. Et pour attirer les employés, on mise sur un bel environnement et sur des primes à la productivité : plus ils sont rapides dans les étapes de fabrication de manteaux, plus généreuse est la paye.
(New York) La Bourse de New York a terminé en baisse mardi, sur un marché inquiet de la remontée mondiale des taux, de la décision de politique monétaire de la banque centrale américaine (Fed) attendue pour mercredi, et de leur impact sur la conjoncture économique.
(Londres) Les cours du pétrole se sont repliés mardi, sous l’effet d’une détérioration du contexte économique générée par un resserrement monétaire et la remontée des taux, à la veille de la décision de la banque centrale américaine (Fed).
(Washington) Le Pentagone a lancé une enquête interne sur des opérations de guerre psychologique après la découverte de faux comptes disséminant sur les réseaux sociaux de la désinformation pro-occidentale, a indiqué mardi son porte-parole, le général Pat Ryder.
(Berlin) Le constructeur ferroviaire Alstom « va très bien », dix-huit mois après avoir racheté son concurrent Bombardier Transport, même si l’inflation, la facture d’électricité et les approvisionnements causent du souci, a indiqué mardi son PDG Henri Poupart-Lafarge.
L’entente intervenue entre Loto-Québec et le syndicat des professionnels prévoit notamment que ces syndiqués ne seront tenus d’être présents au bureau que quatre jours par mois.
(Toronto) Le bien-être financier des travailleurs canadiens a diminué au cours de la dernière année, la détresse augmentant pour ceux qui éprouvent le plus de difficultés financières, selon une nouvelle étude.
(Washington) Le comité de politique monétaire de la banque centrale américaine a commencé mardi une réunion sur deux jours à l’issue de laquelle devrait être annoncée une nouvelle forte hausse de son taux directeur pour lutter contre l’inflation très élevée aux États-Unis.
(New York) Elon Musk devra répondre aux questions des avocats de Twitter pendant deux, voire trois jours, la semaine prochaine, dans le cadre de la bataille juridique autour de son accord de rachat à 44 milliards de dollars du réseau social, auquel il veut renoncer.
(Toronto) Lorsque Addy Bhatia a été mis à pied par Wealthsimple en juin, il a réussi à payer ses comptes en s’appuyant sur des stratégies qui lui ont déjà permis de survivre à quatre mises à pied lors des deux années précédentes.
Nos applications
Contact
Services
Archives
Suivez La Presse
Légal
© La Presse Inc. Tous droits réservés.
Conditions d’utilisation| Politique de confidentialité| Registre de publicité électorale| Code de conduite

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire