Londres annonce le vol d'un démonstrateur de l'avion de combat de … – Zone Militaire

Zone Militaire

 
par · 18 juillet 2022

Quand, en juillet 2018, le ministre britannique de la Défense, qui était alors Gavin Williamson, dévoila la maquette d’un nouvel avion de combat, appelé « Tempest », beaucoup d’observateurs se montrèrent dubitatifs…. Et certains y virent un coup d’esbrouffe alors que, un an plus tôt, la France et l’Allemagne firent part de leur intention de développer conjointement le « Système de combat aérien du futur » [SCAF].
Quatre an plus tard, le programme SCAF, rejoint depuis par l’Espagne, n’avance plus, faute d’accord entre Dassault Aviation, désigné maître d’oeuvre pour l’avion de combat de nouvelle génération sur lequel doit repose ce « système de systèmes », et Airbus Defence & Space. En revanche, le projet Tempest, est passé à la phase de conception et d’évaluation.
En outre, l’Italie en est devenue partie prenante, de même que le Japon, des accords ayant a été conclus entre Londres et Tokyo pour le développement conjoint du moteur et de la suite électronique Jaguar, lesquels seront communs au Tempest et au F-3, le futur avion de combat nippon dont la mise au point a été confiée à Mitsubishi Heavy Industries. Enfin, la Suède y tient un rôle d’observateur.
Lors du salon aéronautique de Farnborough, le Premier ministre [démissionnaire] britannique, Boris Johnson, a souligné l’importance du programme Tempest pour l’industrie du Royaume-Uni. « Le futur système de combat aérien [ou FCAS] n’est pas seulement un avion. Il suppiose des mutations technologoques et des retombées industrielles en tous genres », a-t-il dit.
Et le ministère britannique de la Défense [MoD] en a profité pour faire le point sur les avancées de ce projet. Ainsi, Rolls-Royce a livré le démonstrateur d’un moteur, appelé Orpheus, « conçu, construit et testé en moins de deux ans pour évaluer les développements technologiques innovants pour le FCAS ». De son côté, BAE Systems a investi dans l’ingéniérie numérique [en particulier dans les « jumeaux numériques » afin d’accélérer le développement et réduire les coûts] ainsi que dans une usine « 4.0 », laquelle fera appel à la robotique et à l’impresson 3D pour produire les éléments du Tempest.
Outre la suite électronique Jaguar, conçue avec Mitsubishi Electric, Leonardo UK, avec sa « maison mère » [Leonardo Italie] et le groupe italien Elettronica travaillent sur des briques technologiques, comme l’ »Integrated Sensing and Non-Kinetic Effects » [ISANKE], soit des capteurs devant permettre à « l’opérateur du Tempest de penser et d’agir avec deux ou trois longueurs d’avance sur son adversaire ». Selon le MoD, « ces travaux complètent la collaboration en cours avec le Japon concernant les capacités des capteurs de 6e génération, un domaine dans lequel l’Italie sera bientôt impliquée ».
Enfin, MBDA UK a dévoilé un concept de système de gestion des armes, reposant sur un algorithme d’intelligence artificielle et d’apprentissage automatique.
Quoi qu’il en soit, le MoD a profité de l’occasion pour annoncer qu’un « nouveau démonstrateur sera dévoilé dans les cinq prochaines années » et qu’il s’agira d’un « avion supersonique piloté » qui permettra de tester « une gamme de nouvelles technologies, y compris des fontionnalités compatibles avec la furtivité ».
« Les travaux s’accélèrent sur cette partie importance du programme FCAS, avec le développement du démonstrateur dans les installations de BAE Systems situées près de Preston, dans le nord de l’Angleterre », a poursuivi le MoD.
Dans le même temps, le Royaume-Uni, l’Italie et le Japon mènent une analyse de concept pour identifier les « domaines d’intérêt communs » et « explorer des partenariats plus larges », a ajouté le MoD, en soulignant que ces trois pays ont le point commun d’exploiter des chasseurs-bombardiers F-35, de facture américaine. Et d’indiquer que d’autres décisions « devraient être prises d’ici la fin de 2022 ».
À noter que Londres envisage toujours la mise en service du Tempest à l’horizon 2035. Quant au SCAF, le Pdg de Dassault Aviation, Éric Trappier, espère, au mieux, un « premier standard » pour 2040….
Tags:

Conformément à l’article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

C’est avec les Anglais qu’on aurait dû faire le SCAF, au moins ça aurait mené a quelque chose.
Surtout qu’on a toujours eu d’excellente coopération avec les anglais. Mais politiquement Macron a refusé un partenariat avec les anglais pour les punir du Brexit. Encore une fois la politique l’a emporté sur la raison.
Pourtant les anglais ont toujours été d’excellents partenaires en aviation. Très compétents, corrects et respectueux des accords.
Il nous reste deux options, la Plan B mais faut pas trainer ou acheter le Tempest.
Les allemands ont clairement montrer que ce soit avec l’EF2000 ou le SCAF (voir meme le Tigre) ce sont des partenaires ingérables.
« Pourtant les anglais ont toujours été d’excellents partenaires en aviation. Très compétents, corrects et respectueux des accords. » Ils ont tout fait pour nous ejecter du futur EF 2000 dans les années 80…
C’est plutot nous qui nous nous sommes mis à l’écart. On était dans un logique totalement opposé aux besoins des 4 autres partenaires de l’EF2000. Les allemands, anglais, Italiens, Espagnols avaient déja des bombardiers (Tornado) et voulaient un pur intercepteur pour compléter leur force.
Nous on avait le Mirage 2000, pas besoin d’un intercepteur pur, on avait absolument plus besoin d’un bombardier, mais vu qu’il nous fallait absolument un avion marine il devait donc etre omnirole pour n’avoir qu’un unique type d’avion sur le pont.
Dans la mesure où on ne veut pas du tout la meme chose que tous les autres ils nous étaient impossible de rester sur ce projet.
Et je dirais que du fait que nous sommes les seuls à avoir un porte avion Catobar on sera de toute façon condamné à bosser seul sur un avion que nous seul avons besoin.
« C’est plutot nous qui nous nous sommes mis à l’écart. » Quad on a constaté comment ça tournait oui, mais initialement on était évidement preneur d’une coopération. E
Partenaires respectueux ? On reparle du montant qu’ils nous ont siphonné pour les porte avions ?
La coopération avec les Anglais a toujours été bonne mais on s’obstine malheureusement avec l »accouplerie franco-allemande alors que l’UE est americano-allemande dans les faits.
La dernière compétition féroce entre le Royaume Uni et la France a cependant été au moment ou il a fallu décider quelle aviation frapperait en premier Tripoli pour libérer la femme Libyenne. Le bouillonnant Sarkozy avait réussi à l’emporter au grand désespoir de la presse britannique.
Ca m’étonnerait que le Tempest corresponde à notre CDC… Nous avons besoin d’un avion qui possède une version navale, et une version biplace porteur de l’arme nuléaire.
Cela doit être intégré très en amont de la conception. Si ce n’est pas fait, et les anglais ont choisi par exemple des F35B pour mettre sur leur porte hélicoptère ou aéronefs, cela posera de gros problèmes.
Autrement dit il n’y a aucune chance que le Tempest corresponde à notre besoin, et sauf à être partenaire du projet, je ne vois pas les anglais faire des versions spéciales françaises rien que pour nos beaux yeux.
Parce que les allemand sont besoin d’un avion naval ?
Quand à leurs armes nucléaires (américaines) elles ne peuvent etre transportés que par le F-35.
Je n’ai pas dit que les allemands étaient mieux, loin très loin de là. Mais même avec les anglais, dont nous sommes les plus proches, nous n’avons pas du tout le même CDC. Les allemands j’en parles même plus.
Pour ces derniers, en plus des deux variantes dont ils n’ont pas besoin, ils veulent en plus des avions de parades ou de spécification à faire peur, mais se foutent radicalement du prix de l’Heure de Vol ou la complexité de la MCO. On l’a déjà vue sur le NH90, et dans une certaine mesure sur les déboire de l’A400M.
Impossible à mon avis de faire un avion avec eux, et ca fait longtemps que je dis que ce projet franco allemand tombera à l’eau naturellement, car nous n’avons pas du tout les même besoins opérationnels.
« Pourtant les anglais ont toujours été d’excellents partenaires en aviation. Très compétents, corrects et respectueux des accords. »
euuhh… non. 😀
Certaines coopérations se sont bien passées, mais la même chose peut être dite pour l’Allemagne, l’Italie ou d’autres encore. Par contre des coups tordus, pour rester polis, il y en a eu deux-trois tout de même… Il y a quelques années j’avais quelques contacts chez Safran, dans les moteurs civils. Ben j’aime autant vous dire que Rolls avait une réputation salée!
On me l’avait décrit de façon assez imagée: avec les anglais, c’est pas juste qu’ils cherchent systématiquement à vous ***, mais avec eux ils faut en plus payer la vaseline. Un autre m’avait dit la même chose de façon un peu moins crue: quand on étudie une collaboration, nous on envoie des ingés et des techniciens. Eux, ils envoient des avocats.
Bref. L’Allemagne n’est pas pire qu’un autre pays, elle cherche toujours à obtenir la plus grosse part du gâteau tech&industriel mais ça fait partie du jeu. Le problème c’est surtout qu’elle a un régime parlementaire qui peut facilement mettre des bâtons dans les roues des programmes en cours. Mais là aussi, ce n’est pas exclusif à la Germanie, l’Italie est dans le même cas par exemple.
Le partenariat avec l’Allemagne n’est pas qu’une question politique, c’était aussi l’occasion de faire fifty-fifty à la fois sur le futur avion de combat et sur le remplaçant du Leclerc et du Leopard 2. L’intérêt est de répartir les dépenses et les bénéfices de contrats d’export. Or si on n’a pas de problème pour vendre des avions, sur les panzers c’est l’Allemagne qui a la position dominante. C’est une décision rationnelle.
Peut-être bien que ces programmes capoteront. Mais franchement, dire que les rosbifs sont « corrects et respectueux des accords »… Elle est pas mal celle là! ^^
On a essayé et ca nous a mené là où on en est maintenant.
Comme pour le drone de combat?
Pas vraiment.
Les Anglais ont des entreprises aéronautiques fortes avec BAE, Roll Royce et autres, et seraient en conflit avec la France sur tout les sujets concernant la répartition des taches et des transferts de techno. Il y aurait forcément un perdant, que ce soit BAE ou Dassault, Safran ou Rolls, Thales ou … Thales
Sauf qu’avec Airbus ce fut tout le contraire.
Mais autre époque, autre géopolitique, etc…
Dassault a bien raison de se battre quand l’Eurofighter patauge dans les intérêts des diverses nations par exemple avec l’AESA Captor-E, le Rafale tire des munitions toujours inaccessibles au chasseur européen.
L’appétit et le lobbying du Complexe Militaro-industriels allemand sur le Bundestag est révélateur d’une époque révolue, les dividendes de la paix.
Que dire du RETEX allemand…
C’est triste ! On le paiera cher.
Je me demande si ces dernières années, ils n’ont pas lancer la conception de leur propre avion dans les bureaux d’étude de Dassault sur « dessin » dans un premier temps et rêvons un peu peut-être ont-ils même été plus loin en développant un prototype fonctionnel et bien caché mais attendant la décision de l’état d’abandonner le SCAF et de faire du franco-français (rêvons encore…) pour tout dévoiler.
C’est marrant ce que vous dites, Le Breton, parce que là, Laurent Lagneau nous parle d’un projet international qui réunit quand même pas mal de partenaires, et on voit que les rôles sont assez distribués dans pas mal de secteurs d’innovation, et la seule envie que ça vous donne, c’est de faire du franco-français.
Il n’y a pas à tortiller, le Français, il sait tout faire, tout seul, mieux que tout le monde.
Je pense qu’on est culturellement inaptes aux partenariats. On est un peuple d’indécrottables individualistes arrogants et casaniers. Donc, on fera les trucs tout seul dans notre coin parce que de toute façon personne ne nous supporte.
Et on en fera de moins en moins, parce qu’il ne faut pas se le cacher, c’est de plus en plus compliqué. Avant, on pliait trois morceaux de tôles, on rivetait tout ça, on y flanquait un réacteur, un poste de radio, un radar, un siège éjectable, quelques tringles, des poulies, des conduites hydrauliques, et voilà, on avait un Mirage. Et roule ma poule. Et ça faisait le taf.
Maintenant, c’est horriblement compliqué. Regardez, avec le Tempest, les mecs se donnent 5 ans pour faire voler un démonstrateur alors qu’ils sont déjà sur l’affaire depuis au moins 2018.
Et pendant ce temps-là, nous on est sur notre petit nuage et on se prend pour les maîtres du monde, comme d’hab.
Je ne pense pas que nous soyons inaptes aux partenariat car nous en avons fait beaucoup, surtout dans le domaine aéro. Concorde, Transat, Alphajet, Jaguar, même dans la recherche avec le Neuron, et dans la production civile de masse d’une certaine manière avec Airbus.
Après je pense que les politiques devraient se borner à définir un CDC, via la DGA, le confier à un industriel et charge à lui de faire appel à des sous traitants qualifiés, avec si besoin un appuis politique pour favoriser les relations. Mais à mon sens cela doit s’arrêter là.
Après 5 ans pour faire voler un démonstrateur, je dirais heureusement ! Ce qu’il faut voir c’est ce qu’il y a dans le démonstrateur… Le démonstrateur Rafale a volé en 1986, soit moins de 5 ans après la sortie de la France du consortium Eurofighter pour divergence.
Mais entre le démonstrateur et un produit industrialisante, il y a loin de la coupe aux lèvres…
Donc c’est plus compliqué, on est bien d’accord?
En 1986, la France met moins de 5 ans pour faire le démonstrateur du Rafale, toute seule comme une grande (c’est ce que vous dites)
En 2022, plus de 5 ans pour faire celui du Tempest (car le chrono tourne en fait depuis 2018, ce qui nous fait presque 10 ans en réalité) et à plusieurs pays.
J’en déduis que les avions d’aujourd’hui sont plus compliqués que ceux des années 80 du siècle dernier.
Donc, a priori plus chers.
Arrivé là, j’observe la réaction de Le Breton: pour lui, faire un truc plus compliqué et plus cher tout seul c’est, je le cite, un « rêve » (rêvons encore » dit-il).
J’en déduis donc qu’on est pas culturellement équipé pour la coopération internationale. On l’a peut-être été dans le passé, je dis pas le contraire. Mais aujourd’hui je pense qu’on a un très sérieux problème de lucidité, en fait.
On est littéralement dans le « rêve ». Le réel, c’est pas trop notre truc, j’ai l’impression.
@ Tschok : Oui les avions sont plus compliqués, peut être à tord, mais surtout on confond avion et environnement de l’avion, qui, à mon humble avis, sont deux choses différentes. Que l’avion soit plus performant avec un Cloud de combat connecté, des « effecteurs déportés » sans aucun doute, mais ce sont des « composants » du combat aérien distinctifs, et chacun doit pouvoir jouer sa partie avec ou sans les autres.
C’est comme dans l’architecture électrique de votre voiture, si le freinage ne fonctionne pas, parce que la clim est déchargée et ne peut plus produire du froid, ou parce que le capteur de vitesse roue est dysfonctionnel, on a un sérieux problème.
Donc nous pouvons tout à fait nous répartir les composants : en l’occurence comme en Allemagne cela a beaucoup tergiversé, Thales et partie avec Microsoft pour le Cloud de combat, qui en soit est la version XXL de la L16 et je vois pas bien comment on pourrait les arrêter.
Dassault est parti sur l’avion auquel voulait se raccrocher les allemands mais je pense qu’ils ont raté le train en étant trop gourmand.
Le drone européen pourrait être un premier « effecteur déporté » si tant est qu’il voit le jour… Car à ce rythme, un Rafale dronisé sera près avant, aura une capacité d’emport supérieur, sera ravitaillable en mode autonome, et plus polyvalent, avant le premier vol de l’Eurodrone… Restera l’endurance.
Après il reste les munitions rôdeuses et là il y a du monde, même si MBDA a bien compris qu’il faut investir dedans pur garder sa place de leader.
Bref c’est compliqué, mais quand même gérable, et le budget Avion ne doit pas tout comprendre, on fait un système de combat dans lequel il y a un ou des avions.
Le Tempest pourra sans doute être aussi un avion connecté au système, et c’est pour cela que l’apport des allemands est finalement très pauvre dans ce type de programme. Ils ont très peu de ressources techniques disponibles en générale, et à fortiori de ressources compétentes en particulier, peu de flexibilité intellectuelle, un gros budget mais difficilement réalisable à cause des blocages politiques du parlement, etc.
Donc finalement la mariée allemande n’est pas si belle. Autrement dit il faut coopérer avec ceux qui ont un intérêt à coopérer avec nous, et ne pas l’imposer idéologiquement avec Pierre ou Paul.
« J’en déduis que les avions d’aujourd’hui sont plus compliqués que ceux des années 80 du siècle dernier. » C’est vrai mais sur le Tempest il y a aussi le fait que le Japon négocie son entrée pleine et entière dans le programme. Donc ils attendent de savoir qui fait quoi.
« Donc, a priori plus chers. » Est ce qu’un Super Rafale basé sur le Rafale serait plus cher que le Rafale? Pas certains.
« Le Breton, parce que là, Laurent Lagneau nous parle d’un projet international qui réunit quand même pas mal de partenaires, et on voit que les rôles sont assez distribués dans pas mal de secteurs d’innovation, et la seule envie que ça vous donne, c’est de faire du franco-français. » La coopération avec Airbus donne très envie d’arrêter le SCAF et de faire le plan B.
L’organisation du Tempest avec des rôles bien définis entre les partenaires et un acteur clé, le RU, fait regreter qu’on ait pas fait pareil avec Allemands et Espagnols.
« Je pense qu’on est culturellement inaptes aux partenariats.  » Non il y a des excités de la souveraineté qui considère que si on fait en coopération, la coopération va mettre en danger le programme car ils ne prennent comme exemple que des programmes type EF 2000, Tigre ou A 400M. Alors que la France a fait des coopérations : Jaguar, Lynx, Transall, Alpha Jet, Horizons tout ça c’est de la coopération et pas simpliste loins de là.
« Maintenant, c’est horriblement compliqué. Regardez, avec le Tempest, les mecs se donnent 5 ans pour faire voler un démonstrateur alors qu’ils sont déjà sur l’affaire depuis au moins 2018. » Ce n’est pas lié au à la technicité mais au budget que sont prêt à mettre chaque année les anglais et au temps pour embarquer le Japon, la Suède et l’Italie dans l’affaire.
« Et pendant ce temps-là, nous on est sur notre petit nuage et on se prend pour les maîtres du monde, comme d’hab. » On cherche à coopérer à fond sur tous les programmes. Dassault est sous traitant d’Airbus sur l’Eurodrone, on a laissé la mâitrise d’ouvre du MGCS aux allemands, on avait pris Airbus sans Dassault sur le MAWS. Je ne vois pas où est le problème.
Il est dans notre réaction: le souverainisme un peu benêt qui rêve d’un monde qui n’existe pas et qui se réjouit de l’échec probable du SCAF sans se rendre compte que ce serait une calamité.
Oui, le SCAF va très probablement se planter et il faudra enclencher le plan B, et, non, ce n’est pas une bonne nouvelle.
Au début, il y avait un accord cadre qui définissait les rôles, mais les Allemands l’ont tout simplement remis en cause, petit à petit, jusqu’au moment où ils ont franchement contesté le leadership de Dassault et le principe du meilleur athlète, qui était un principe fondateur de cet accord initial.
L’industriel allemand a donc détruit progressivement la logique de l’accord politique franco-allemand qui définissait initialement les rôles des uns et des autres.
On n’est donc pas tout à fait dans un schéma à la Gribouille où le désordre s’installe parce que les choses n’ont pas été définies au départ.
Si elles l’ont été, mais cette architecture a été contestée.
« l’échec probable du SCAF sans se rendre compte que ce serait une calamité. » Pour Airbus mais pas pour nous.
« Oui, le SCAF va très probablement se planter et il faudra enclencher le plan B, et, non, ce n’est pas une bonne nouvelle. » Oui et non sortir d’une impasse n’est pas une mauvaise chose. Si ça reste bloqué on ne peut pas attendre encore dix ans.
« On n’est donc pas tout à fait dans un schéma à la Gribouille où le désordre s’installe parce que les choses n’ont pas été définies au départ. » Plus ou moins au départ on avait fait un accord général mais quand on est rentré dans le détail des accords pour chaque phase il y a eu dérapage.
Quoi qu’il en soit Méta défense annonce que Dassault envisage de proposer un plan B permettant de ne pas attendre : un avion inspiré du Rafale et un drone inspiré du Neuron. Est ce pour mettre l apression sur Airbus? A suivre.
les Anglais ont eu cette intelligence de dire : » on y va seul et qui m’aime me suive », et d’autres on suivie » de la à dire que ce sera une réussite je ne sais pas mais en attendant, ils avancent….
Peut etre que MAcron devrait saisir cette chance et demander à Dassault Safran et Thales de commencer à travailler seul et de seulement proposer après à d’autres pays de nous rejoindre comme l’Inde.
Pourquoi chercher à maintenir Dassault au centre du jeux ? Le SCAF peut tout aussi se faire avec Airbus et sans Dassault, en collaboration avec d’autres partenaires européens ! L’équation n’implique pas forcément cet élément comme indispensable, c’est de lui que vient le blocage, eh bien on le contourne, point !
Les Allemands sont venue chercher Dassault, par ce qu’ils attendent des compétences particulières afin de les obtenir et après se débrouiller tous seul ( regardez le programme Ariane comment il a été vérolé par l’allemagne et qui aujourd’hui se délocalise labas sans aucun apport de technicité supplémentaire
Airbus DS seul ne saura pas rapidement faire un avion de chasse. C’est tout le problème. Même refaire une copie de l’EF2000 sous leur seul responsabilité serait déjà en soit une sacré gageur.
Et on ne peut pas attendre que Airbus DS se forme tranquillement. Ils sont déjà en train de siphonner un paquet de budget européen pour cela, c’est gâcher de l’argent publique que de demander à quelqu’un de rattraper son retard à ce niveau quand on a quelqu’un de compétent à côté.
Après il y a une solution, Dassault reprend Airbus DS, supprime les départements en doublons, rapatrie les bons éléments s’il y en a dans son BE / ses Usines, supprime le siège social de Berlin, et démarre enfin le projet. Bref la joue à l’Allemande quoi.
Cela viendra.
La coopération avec les anglais n est ni pire ni meilleure qu avec les allemands. On a eu avec les deux des succès et des échecs. La réalité c est qu il y a 3 pays en Europe avec une ambition industrielle surdimensionnée en comparaison des budgets alloués à la défense. C est la France, l Allemagne et l Angleterre. A partir du moment où vous en avez deux dans un consortium, vous aurez des problèmes.
La solution c est une armée européenne. Là, on aura les moyens de faire vivre plusieurs industriels avec plusieurs type d avions en production. Mais aujourd’hui, on en est très loin.
« Éric Trappier, espère, au mieux, un « premier standard » pour 2040…. » Il espère surtout que l’allemagne jette l’éponge…
« Qu’il parle maintenant ou se taise à jamais »
Et c’est alors que le marié lui-même s’adressa à ses futures femmes :
– Bah nan en fait.
 » Il est liiiiiiiibre le Dass’ « 
Un Allemand ne jette pas une éponge, il la recycle.
Si on veut.
Non il l’envoie en Pologne pour être recyclée, suivant un processus définis par eux, qui se veut le standard international, et pour lequel un droit de licence est perçu, financé par une ligne de crédit de l’Europe. 🙂
Leur projet avance bien même s’il est plutôt très optimiste sur les délais.
Nous dans 5 ans on en sera encore à se chamailler avec les allemands qui mettent des bâtons dans les roues à ce programme parce qu’ils ne supportent pas de ne pas avoir le leadership, alors que c’était l’accord initial. Plus vite on arrêtera notre collaboration avec eux mieux ce sera parce qu’on voit bien qu’ils vont tout faire pour plomber le programme, ils vont avoir le F-35, ils ne sont donc pas pressé, donc le temps joue en leur faveur.
Allez, ayez le courage d’annoncer et de lancer le PLAN B, ça urge. On peut le faire seul, tout comme les sud-coréens, les Japonais et les Turcs se lancent aussi dans un tel programme seuls.
Rassurez vous, Micron leur offrira la maîtrise d’œuvre comme pour tout les reste, ”en même temps” !
Un projet international qui semble bien cadré, contrairement au SCAF (égo allemand contre ego Dassault).
Si l’Italie n’était pas ravagée par la mafia, elle serait peut être le leader européen, car ce pays gère très bien ses projets de haute technicité.
@ Italie « ravagée  » vous exagérez car comme tout les pays France Allemagne Royaume Unie la criminalité n’a pas de frontière laissons tomber ces préjugés car il y a aussi des mafia nigériane turque tchétchène… en plus de la mafia classique et des groupes criminels local. Le fait est que, comme vous le soulignez l’Italie est présente dans de très nombreux projets nationaux et internationaux de haute technicité …
Il ne s’agit pas d’ego Dassault mais de ne pas offrir des brevets français aux Allemands qui ne rêvent que de nous torpiller comme les américains en ont la fâcheuse habitude.
Aucune entreprise sensée et raisonnable ne fait cadeau de ses brevets. Je serais à la place de Dassault, c’est clair et net, gouvernements comme allemands peuvent aller se faire voir. C’est clair, c’est net, c’est niet. Les brevets, c’est pas touche! Ou alors ils payent, le vrai prix! Leur faire des cadeaux pour se trouver poignardé dans le dos comme avec Nexter ou le Tigre?
@Raymond
Vous dites : « Si l’Italie n’était pas ravagée par la mafia, elle serait peut être le leader européen, car ce pays gère très bien ses projets de haute technicité » …
Jamais entendue une relation de cause à effet aussi ridicule..
C’est comme ci un allemand disait que la France n’était pas ravagé par ses racailles de banlieues, elle serait peut être leader européen…
La mafia italienne n’a rien à voir avec les trafiquants de banlieue, elle relève du grand banditisme et de liaisons familiales, et s’empare de l’économie italienne, ce que sont bien incapables de faire les petites frappes de banlieues (heureusement).
Vous confondez délinquance et grand banditisme, et vous ne connaissez pas les liens qui s’établissent dans des familles entières avec ce réseau. Cosa nostra, en Calabre, ’Ndrangheta, en Campanie, Camorra et dans les Pouilles, la Sacra corona unita n’ont rein à voir avec Momo conducteur de gofast !
La mafia italienne, totalement détruite sous Mussolini, doit sa résurrection aux Américains qui l’ont importé ans leurs bagages, avec la « Libération » de l’Italie en 43.
À leur décharge, elle perdure avec la complicité de la classe politique italienne aujourd’hui. Le leitmotiv (populaire) en Italie aujourd’hui : la mafia gouverne Rome…
Alors, qu’elle passe la frontière et s’entende à merveille avec nos mondialistes au pouvoir, c’est dans la logique des choses… Ils se partagent le gâteau.
@Raymond75
je reconnais que j’ai fait un raccourcie facile.
Toutefois cette mafia est surtout présente dans le sud de l’italie .
Or vous devrez savoir que la grande partie de l’industrie italienne et même 99 % de l’aéronautique et des entreprises de hautes technologies se trouvent au nord duquel la mafia avec un grand M est beaucoup moins présente . Cette mafia ne rackette pas ces entreprises et il y a un racket , il n’a pas du tout les mêmes proportions que dans le sud
Et notre mafia d’énarques hauts fonctionnaires gouvernant État et grandes entreprises, vendue à tous les lobby américains ou allemands (Uber, Banque Rotchild, Général Electric, pour l’actuel president) !
Voilà… « Dans le même temps, le Royaume-Uni, l’Italie et le Japon mènent une analyse de concept pour identifier les « domaines d’intérêt communs » et « explorer des partenariats plus larges » »
Les anglais ont appris des erreurs du Typhoon et de ce qu’on fait les américains avec le F-35 ce qui leur donne une longueur d’avance. Ce qui aurait du être la manière de faire pour le NGF franco-allemand est en train d’être appliqué par les anglais. Et cette fois, c’est nous qui allons nous faire couper l’herbe sous le pied.
@Eurafale
En fait, soit les anglais veulent poursuivre avec un avion de supériorité aérienne et ils attendront le NGAD américain, soit ils veulent un F-35++ de 6ème génération, et ils attendront l’offre de LM.
Les études qu’ils peuvent mener ne sont qu’un moyen de rester un client « éclairé » pour opposer des arguments technico-économiques à l’argumentaire marketing (et les tarifs) des fournisseurs américains.
Mais même cela ne durera qu’un temps, et les « associés » dans ce projet multinational mettront leur argent dans un programme US comme ils l’ont fait pour le F-35A et B.
Sachant qu’en plus ils sont pieds et poings liés avec le système de gestion des données de LM, toutes leurs données opérationnelles actuelles seront analysées par les vendeurs de LM pour leur opposer la solution US contre leurs exigences opérationnelles futures.
Leur sujétion aux USA remonte à l’abandon du TSR2 conçu et réalisé en propre, et ce ne sont pas le Panavia Tornado ou l’Eurofighter « en coopération européenne » qui les ont fait progresser pour donner un successeur au Harrier…
A plusieurs, tout est simplement plus lent, pas moins cher… 😉
« Les anglais ont appris des erreurs du Typhoon »
Pourriez-vous préciser en quoi exactement? A moi il me semble au contraire qu’ils répètent le schema classique des programmes de collaboration: ratisser au plus large pour partager les dépenses et les risques autant que possible, avec le classique danger d’avoir des partenaires qui tirent à hue et à dia. L’approche franco-allemande est de désigner officiellement un maître-d’œuvre par programme pour rester aussi cohérent que possible, ce qui est justement une évolution par rapport à l’Eurofighter (entre autres).
Le propos d’Eric Trappier sur un Scaf en 2040 au plus tôt tenait plus de la boutade agacée que de la déclaration officielle, dans le contexte de son intervention à Mérignac , pour une cérémonie à la mémoire des victimes de la Société Nationale des Constructions Aéronautique du Sud Ouest (SNCASO) rappelons le… Son exaspération de voir le projet au point mort s’adressait à l’évidence au politique , et au principal acteur , l’actuel président qui en avait fait son hochet . Et de fait , il y aura des comptes politiques à rendre , davantage en France qu’en Allemagne qui garde comme principe sa dépendance obligée avec l’industrie US pour des raisons , précisément politiques , le Scaf n’étant qu’un levier de pression sur des français naïfs et inconséquents pour corneriser ces rivaux industriels . Pendant ce temps , c’est un pan entier de l’industrie de défense nationale que Macron paralyse . Mais l’homme d’Alstom n’e a cure .
C’était surement une boutade pour alerter du risque mais au train où c’est parti cette boutade pourrait bien être une prémonition
« Le propos d’Eric Trappier sur un Scaf en 2040 au plus tôt tenait plus de la boutade agacée que de la déclaration officielle, dans le contexte de son intervention à Mérignac , pour une cérémonie à la mémoire des victimes de la Société Nationale des Constructions Aéronautique du Sud Ouest (SNCASO) rappelons le… »
C’était pas là ?
#ParisAirForum – Coopérations européennes : et maintenant ?
https://www.youtube.com/watch?v=NHbWBYhnWpI
En 2040 il n’y aura plus d’Europe… Un champ de ruines, au sens propre !
Macron ne paralyse rien, nuche, il a simplement les chiffres.
En 2022, on a consacré un peu plus de 8 Mds € aux programmes d’équipement majeurs et on a déjà du mal à s’en sortir avec les projets en cours.
En 2023, on sera en situation de déficit aggravé avec en plus de l’inflation. Bon, on survivra.
Sauf que les gens sur ce blog, ils parlent de consacrer plusieurs Mds € par an au seul SCAF franco-français comme si on avait ce pognon. L’autre jour, j’écoutais d’une oreille distraite une aimable conversation entre Mat 49 et NRJ, je crois, et il était question d’une somme de 6 Mds € par an, comme s’il s’agissait d’une goutte d’eau.
Nan les gars, Macron si ça vous plait de le penser en fossoyeur de l’industrie française allez-y, mais son problème c’est pas ça. Son problème, c’est que lui il sait qu’il n’a pas le premier centime d’euro à mettre dans ce programme.
Pas le premier. On ne va fonctionner que sur de l’endettement. Donc, l’objectif, c’est de payer le moins possible. Et pour ça, il faut trouver quelqu’un pour partager le prix du repas. Donc, ça veut dire que ce convive va aussi bouffer sa part, faut être lucide. Le mec va pas payer et rien bouffer. Donc, il faut accepter de partager la pizza si on veut partager l’addition.
Mais si vous voulez focaliser vos haines, vos rancoeurs, vos colères, vos frustrations, vos ressentiments et tout le toutim sur Macron, allez-y les mecs, c’est un chef, c’est conçu pour. Amusez-vous, ça au moins c’est gratos.
(sauf qu’à la fin vous serez toujours aussi con, mais c’est un autre problème)
Le président Macron ou un autre… La maladie Française c’est de faire de la politique de comptoir et de systématiquement ce déchainer sur le Président.
Après… @Tschok, je pense aussi que notre pays souffre d’une mauvaise gestion des projets militaire et d’une mauvaise foi des industriels.
https://meta-defense.fr/2021/11/30/quelles-sont-les-forces-et-faiblesses-de-lindustrie-de-defense-francaise/
Bel effort de vulgarisation 😀 (sauf qu’à la fin…)
Il n’a pas le premier sous, car il ne veut pas.
En 5 ans quasi rien n’a été fait pour retrouver des marges de manœuvre. Et pourtant il y avait la possibilité d’en faire du ménage.
Depuis 5 ans il a fait construire je ne sais combien d’éoliennes… Pour cela il a bien trouvé les budgets, et cela nous a mis dans la situation de crise que nous vivons actuellement. Il n’est pas le seul, puisque depuis le gouvernement Jospin, on a essayé de détruire méthodiquement la filière nucléaire avec les beaux résultats que l’on voit aujourd’hui.
Gouverner c’est prévoir, depuis l’époque Mitterrand cette devise est tombée dans les oubliettes des politiques de tout bord.
On a bien bien sortis des dizaines de milliards pour financer un vaccin chimère, des tests anti COVID journaliers, la fermeture des restaurants… Là pas de problème non plus.
Par contre retirer les climatisations / Chauffages à base d’air pulsée (qui favorise la diffusion des virus aériens) dans les bâtiments publique, là absence totale de volonté / vision politique…
Bref, que dire sinon que le budget n’est pas un problème de fond, mais un problème avant tout idéologique. Le gouvernement sort l’argent que s’il est convaincu qu’il faut le faire, même si, au final, cela s’avère inutile ou une fausse bonne idée.
Si demain Poutine s’appuie sur la Chine, pour annoncer un plan crédible d’invasion de la France, en commençant par bombarder l’Elysée, le contrat de développement du prochain avion sera notifié demain matin, avec toutes les garanties budgétaires possibles.
Seulement, le gouvernement ne voit pas de menace à court terme, donc néglige ses armées, les mets à un format minimal pour exister un peu en Opex, ou en coalition, et pas plus, parce que pas convaincu que cela soit vraiment nécessaire.
C’est aussi simple que cela.
Ce qui est simple, c’est que lorsque vous êtes en situation de déficit budgétaire, ce qui est notre cas depuis presque un demi siècle maintenant, tout euro de dépense supplémentaire est nécessairement financé par de l’endettement.
Si vous voulez vos focaliser sur les cinq dernières années de déficit, en reprochant au mec qui était aux manettes de ne pas avoir redressé en 5 ans 45 ans de mauvaise gestion, alors qu’il s’est tapé crise sur crise, je veux bien mais je vous trouve quand même un peu injuste.
Perso, je pense qu’il n’y a pas de miracle: on ne rattrape pas 50 ans de conneries d’un claquement de doigt, surtout quand on doit affronter les grèves d’opposition à la réforme des retraites pendant plusieurs mois, puis embrayer sur la crise des gilets jaunes, puis sur celle du covid, et pour finir la guerre en Ukraine, ce qui lui a quand même fait un quinquennat bien rempli au garçon.
Maintenant, si vous pensez qu’un autre aurait été mieux, chuis ouvert, m’enfin c’est un peu tard, on vient de lui renouveler son mandat, à notre Prèz bien aimé…
« Ce qui est simple, c’est que lorsque vous êtes en situation de déficit budgétaire, ce qui est notre cas depuis presque un demi siècle maintenant, tout euro de dépense supplémentaire est nécessairement financé par de l’endettement. » Non car ce que vous dites suppose qu’on fige tous les postes budgétaires de l’état de manière immuable et qu’aucun ne baisse. Cela ne se passe jamais comme ça, même de manière mineure il y a des hausses et des baisses dans beaucoup de ministères chaque année. Les armées par exemple ont vu leur budget baisser de manière presque continu entre 1991 et 2016. Ce qui a permis de dégager des sommes pour les autres ministères sans nouvelles dettes.
« puis embrayer sur la crise des gilets jaunes » Celle là il est allé la chercher, c’est largement de sa faute. Le reste oui il n’y peut rien.
Alors certes je suis le premier à dire qu’il ne peut pas faire en 5 ans ce qui a été détruit en 40 ou 50 ans.
Mais… Il aurait pu esquisser un début d’amorçage de remonté, que je n’ai pas vue. Et je ne crois pas plus au miracle ou à l’homme providentiel que vous. Je n’oublie pas non plus que Macron a été la cheville ouvrière de François Hollande qui a encore moins fait.
Et durant le premier mandat de Macron il avait une majorité confortable, pour faire passer ce qu’il voulait ce qu’il n’a plus actuellement. Donc j’ai aucun espoir que cela s’améliore.
A aucun moment il n’a été question d’arrêter de dilapider dans le social les impôts et charges, depuis bien longtemps maintenant.
De plus à son bilan :
– Il a fermé Fessenheim alors que la crise que nous vivons était quand même assez prévisible, guerre d’Ukraine ou pas, je dirais que le COVID a juste retardé l’échéance, vue ce qu’il s’est passé juste avant COVID…
– Les déboires d’Alstom sont quand même à mettre à son crédit
– Les constructions d’éolienne à tout va sont juste un non sens économique grave -> regarder juste votre facture d’électricité
– Ils s’est brouillé stupidement avec l’Algérie alors qu’il n’y avait aucune raison de le faire -> je ne sais pas comment nous allons a nouveau diversifier nos approvisionnement en Gaz. Nous devrions plutôt construire un pipeline sous la Méditerranée pour devenir le Hub Gazier de l’Europe du Nord
– Il a été peu visionnaire sur la conduite à tenir face à Poutine dans la guerre actuelle : Sabrer nos entreprises sur place sans contrepartie me semble juste complètement idiot. Les allemands n’ont pas fait cette erreur.
– Il a toujours pas réclamé les milliards que VW a volé à l’état français, cad nous tous en passant, sur les prime écolo escroquée avec leur moteur diesel truquée, sans parler de la concurrence faussée.
Bref c’est quand même pas brillant. Je ne dis rien sur le politique durant le COVID mais :
– était-ce nécessaire d’acheter autant de test et vaccins alors qu’on avait aucun retour vraiment fiable, et surtout à ce prix : J’espère qu’au moins à titre perso ils auront touts une place dorée dans les industrie Pharma.
– Aucune vision politique sur la transformation des bâtiments public lié à cette épisode, alors que dès Mars 2020 on savait que cela allait durer des années.
– Aucune vision politique non plus sur la gestion des personnels soumis à l’obligation vaccinale : le caprice du chef de l’état en l’occurrence était grotesque et contreproductif.
Bref franchement j’attendais vraiment beaucoup mieux de ce président qui passe quand même pour ne pas être idiot, mais force est de constater que sur les grands sujets il est inexistant. Si c’est un bon fonctionnaire du détail, il n’est en rien un homme politique digne de ce nom, avec de la vision, de l’ambition, sachant faire la part des choses.
C’est ce qui ressort de son précédent mandat.
Après tout n’a pas été négatif, il a pu redonner un peu d’air aux armées, déjà entamé sous Hollande d’ailleurs, par exemple. Mais dans la globalité, c’est très pauvre en résultat.
Oups désolé pour l’orthographe, mais c’est parti avant contrôle… Et je suis un pur produit de la méthode globale ! Mais pas fier du tout d’en être ce représentant illustré.
@Tschok
« Si vous voulez vos focaliser sur les cinq dernières années de déficit, en reprochant au mec qui était aux manettes de ne pas avoir redressé en 5 ans 45 ans de mauvaise gestion, alors qu’il s’est tapé crise sur crise, je veux bien mais je vous trouve quand même un peu injuste. ». Pas d’accord. On peut certes pas demander à Macron de régler tous les problèmes de la France depuis 45 ans, en revanche, on peut se demander quelles actions il a fait pendant son premier mandat, à part dépenser l’argent qu’il avait sous la main. Pour ma part, je vois peu de réformes avec Macron à part les 80 km/h et l’augmentation des taxes sur les carburants.
Quant aux crises, il ne faut pas exagérer. Le Covid était en 2020, ça veut dire que Macron avait 3 ans pour agir, et il profitait de circonstances exceptionnelles avec 3 années de croissance (là où un Sarkozy avait eu dès sa deuxième année la pire crise économique depuis 1929). Et la crise des gilets jaunes, c’est bien Macron qui en est le premier responsable.
Pour la réforme des retraites, oui c’était une réforme dure, c’est là qu’on voit si on a un grand président qui croit en ce qu’il fait et qui va jusqu’au bout ou un démagogue méprisable. Et, sauf preuve du contraire, le dossier est enterré.
Enfin, Macron avait un rôle négligeable en Ukraine, soyons sérieux. Il a fait deux annonces pour bomber le torse en disant « cocorico, j’ai obtenu que Poutine et Biden puissent se voir », avant de se faire ridiculiser par les russes qui ont publiquement que Macron racontait n’importe quoi.
Faut pas se voiler la face, la France n’a aucun rôle sur la guerre en Ukraine. Par contre, c’était effectivement l’excuse pratique pour ne pas aller aux débats….

« si vous pensez qu’un autre aurait été mieux, chuis ouvert, « . Sarkozy je pense. Il est parfaitement critiquable sur un paquet d’aspects mais lui aura mené des réformes dures et nécessaires, comme le non-remplacement d’un fonctionnaire sur 2, la réforme des retraites, ou la défiscalisation des heures supplémentaires. La preuve que ces réformes étaient nécessaires ? Ses successeurs ne sont pas revenus dessus (ou l’ont supprimé pour le remettre après), comme on l’a vu avec la réforme des retraites et la RGPP.
Si demain on se retrouve en faillite (et on semble assez bien parti), et qu’on regarde les actions des différents présidents, on verra que c’est bien Sarkozy qui aura été le seul à faire quelque chose. Macron de son côté a beaucoup dépensé, et n’a rien fait de sérieux.
NRJ « Sarkozy je pense. » pourtant il est élogieux sur Macron. Et on ne peut pas dire qu’il ait eu beaucoup de discernement dans ses réformes des armées.
Les armées se souviennent encore de Louvois, des GSBD et de leur système hypercentralisée avec plan quinquenal, à rebourg des organisations qu’on trouve dans le privé depuis 50 ans. Personne n’est vraiment revenu dessus et ça n’en fait pas de bonnes mesures pour autant.
NRJ « Sarkozy je pense. »
@Aramis
« pourtant il est élogieux sur Macron. ». Il est bon politique et il a des affaires judiciaires à régler. On a vu la même chose avec Eric Woerth avant que ce dernier ait un non lieu.

« Et on ne peut pas dire qu’il ait eu beaucoup de discernement dans ses réformes des armées. ». Des réformes mineures, du coup. Vous conviendrez qu’entre des réformes comme la RGPP et les retraites avec des dizaines de milliards d’euros à la clé et les petites réformes dans la Défense, il y a pas comparaison.

« Les armées se souviennent encore de Louvois » Louvois date de 1996. Le gouvernement Sarkozy n’en est pas le créateur. Il en a juste hérité, donc pas la peine de lui mettre tout sur le dos. On peut critiquer des choses mais pas ça.

« des GSBD et de leur système hypercentralisée avec plan quinquenal, à rebourg des organisations qu’on trouve dans le privé depuis 50 ans. » Elles ne marchent pas les GSBD ?

« Personne n’est vraiment revenu dessus et ça n’en fait pas de bonnes mesures pour autant » les oppositions n’ont pas critiqué les réformes mineures dont vous parlez, contrairement à la réforme des retraites par exemple qui fut un véritable tollé. Donc ces oppositions n’avaient pas à revenir dessus, notamment car tout le monde s’en moquait.
La question est Macron a t il prit la mesure de ce qu’il faurait faire pour qu’on sorte la tête de l’eau. L’avion machin ou le char bidule c’est secondaire.
Quand on lit que Macron veut renforcer le modèle d’armée complet ça montre à quel point il est en dehors des réalités, au niveau de la com en tout cas.
Je crois que cette question est justement discutée. Je parle du modèle d’armée complet.
« Je parle du modèle d’armée complet. » Non cela n’apparaît pas dans votre message.Vous ne dites rien de cet élément de language.
@tschok
Dommage que tant de nos compères oublient le bon sens sur lequel se base votre commentaire.
Poru le cas de @Mat49, disons qu’il est conscient du coût d’un SCAF. Il apporte comme solution un programme remplaçant du Rafale moins cher car basé sur… rien (ou du moins rien qu’il ne puisse dévoiler, sans doute car il n’a aucune idée de ce qu’il pourrait dire). Mais en soit, il est quand même conscient des coûts.
Scouf, scaf, scouf….excusez-moi, je toussais !
Bien les britishs.
Entre la rénovation des typhoon et leur projet Tempest qui arrive tranquillement à maturité c’est vraiment bien jouer,pour le moment,de leur part.
l’Italie,le Japon et les Anglais,belle brochette de pays qui ont des savoirs faire dans l’industrie aéronautique.
A comparer avec notre trio à nous c’est pas gagner…
Les Anglais ont l’air d’avoir réussi ce que Dassault voulait faire, chacun fait ce qu’il a faire et ça roule…
Faut dire qu’ils ont choisi de bons partenaires. Nous on a pris les pires, les allemands et espagnols qui ont plombé l’EF2000 et l’A400M.
Le Tempest aboutira surement sur un très bon avion. Le SCAF est un programme mort né que veulent uniquement les politiciens. question de symbole européen
@Albert,
Si vous prenez vos partenaires pour de la merde, vous aurez toujours des problèmes, qui que soient ces partenaires.
Les British, on ne les aimait pas plus que les Boches. Là, on les encensent parce qu’on est jaloux, on est envieux, on a l’impression qu’ils vont plus vite que nous alors on se dit qu’on a parié sur le mauvais cheval.
Mais il y a quelques années, on les méprisait encore plus que les Boches. Le Franchouille est versatile, ses haines aussi.
Dans ses affaires, il faut savoir se départir de cet esprit franchouillard à la fois arrogant, mesquin et impulsif. Il faut savoir prendre une certaine hauteur et rompre avec des façons de penser populacieuses.
Bon, cela dit, il n’empêche que les Boches ont méthodiquement torpillé tous les programmes que nous avions mis en place avec eux. Donc, qu’on le veuille ou non il faudra bien trouver une porte de sortie.
Il faudra le faire, pas par esprit franchouillard con-con, comme on le fait d’habitude, mais par volonté de survie et de vaincre l’adversité. Et volonté de mener jusqu’au succès un programme ambitieux, difficile et moderne.
Pas des motivations qui nous sont habituelles, faut bien se l’avouer.
@albert
Les italiens, de bons partenaires ? La bonne blague. Ca vous dit quelque chose, les frégates Horizon ? Sans compter que les italiens ne vont rien investir dans le Tempest.
Quant aux japonais, ils n’ont aucune compétence dans les avions de chasse. Donc les gars sont juste là pour récupérer les technologies anglaises.
Les Anglais ont retenue la leçon Allemande et ne vont plus se faire avoir. Ils ont eu les déboires de l’Eruofighter, de l’A400M, des blocages a lexport .
Le F-35 a donné la poignée d’élan pour jeter le Japon dans le programme britannique.
https://meta-defense.fr/2022/07/15/les-programmes-fcas-tempest-britanniques-et-f-x-japonais-davion-de-combat-pourraient-bientot-fusionner/
Donc en gros , rien n a changé depuis 1 an. On est toujours sur un projet de démonstrateur avec des partenaires à minima qui subventionnent leurs industries sans volonté d acheter un éventuel tempest.
Bravo aux anglais, et bonnet d’âne pour macrotte ce bon à rien qui nous a fait perdre toute notre avance.
Comme dit plus haut les anglais font exactement ce qu’on aurait dû faire
CEPENDANT, on verra si dans le Tempest les responsabilités seront clairement établies et les lots de travail répartis selon les compétences, contrairement aux années panavia et eurofighter
« Dans le même temps, le Royaume-Uni, l’Italie et le Japon mènent une analyse de concept pour identifier les « domaines d’intérêt communs » et « explorer des partenariats plus larges », a ajouté le MoD, en soulignant que ces trois pays ont le point commun d’exploiter des chasseurs-bombardiers F-35, de facture américaine. Et d’indiquer que d’autres décisions « devraient être prises d’ici la fin de 2022 ».
Le MoD, conscient de l’incontournable puissance de US acte, comme pour la dissuasion nucléaire, que toute solution militaire « Européenne » ne peut se faire sans leur aval. C’est n’est pas le cas de France et de Dassault qui restent adeptes de la souveraineté, franco?-économique pour Dassault et Européenne pour Macron. C’est ma vision également (en tous les cas pour la sauvegarde des  »savoirs » nationaux) mais il faut des moyens!!
C’est, aussi, il me semble, un message à la France qui, dans les  »mailles » de ces  »bailleurs », qui sont déjà acquits aux US, ferait bien de choisir son camp! Dire non à l »Allemagne sur le SCAF ce n’est pas dire non à l’Europe, c’est dire non à Allemagne « hégémonique ».
Si ça roule comme l’Ajax on a le temps de voir venir.
Bouchons d’oreilles et coussins anti-hémoroïdes…
Beaucoup tendent à oublier que les britanniques avaient déjà de l’expérience avec la 5th avant même d’avoir rejoint le programme JSF qui a débouché sur le F35. En l’occurrence ils avaient déjà commencé le développement du Bae Systemes Replica, un avion de 5th Gen abandonné au profit du JSF.
Attention aux anglo-saxons, les rois de la com’.
Bravo les British au moins vous palaabrez moins avec pierre ou paul ou jacques ! et vos ingénieurs sont à fonds ! Je l avez dit il y a plus de 3 ans ! La description de Ce figther bien que ultra ligth laissais entrevoir en ce qui me concerne , une révolution technologique dans un « domaine » Aérodynamique unique ! Bien de moqueries gentilles me sont tombées dessus, mais, le voilà ce superbe Tempest ! Après le magnifique en tout points SU-75 ! Nous voilà le Tempest ! Superbes moments Aéro à venir ! Merci Thank you merci a Tous !
Les anglais ont trouvé des partenaires, y compris extra européens, marre des casques à pointe, dépêchons nous de trouver d’autres partenaires….
@Pierre
Qui ça ? Quel pays serait un meilleur partenaire que les allemands ? Je vous rappelle qu’il faut un pays ayant des industriels compétents dans la construction d’un avion de chasse, des pays avec des gouvernements ayant les moyens fiinanciers suffisants pour supporter le coût du projet, et un pays qui accepte nos revendications sur le cahier des charges de l’avion (avion multirôle polyvalent navalisable).
Et ben , c’ est donc bien ce que je prédisais depuis le début et à quoi nous assistons ; à l’ inverse du NGF-SCAF ou de ce qu’ il en a été de l’ Eurofighter versus Rafale , cette fois-ci le TEMPEST fera la course en tête….
Quel génie ce @Scope !
Un côté Irma et Soleil ?
Non ; le fait qu’ il s’ agissait des Anglais et non des Allemands…..
Et ?
Et c’ est tout ; c’ était là une indication amplement suffisante permettant d’ augurer de la suite….
Bon , soyons honnête , depuis le BREXIT , EUX ne se coltinent plus l’ UE -boulet , et mieux encore ils se sont pas encombrés d’ un Macron….
Ah ?
Ah ben oui , forcément ça aide ! tu ne te rends pas compte à quel point ! 🙂
Bonjour Scope , vous simplifiez un peu vite quand même le feuilleton eurofighter et vous oubliez que le rafale n ‘ai pas passer loin de la correctionnel non plus , quand à nos amis Anglais voudriez vous d’une alliance plus profonde avec les USA ? rien n ‘ est parfait en ce monde .Perso , en tant qu ‘amateur d’avion de chasse je me réjouis de cette génération post 2030 qui semble t il va être prolifique de part le monde , par contre pour le rôle de notre pays pas facile de le dire maintenant , l’ industrie cela ne depend pas que d ‘un président .
@mich
Bonjour mich ! 🙂
« vous simplifiez un peu vite quand même le feuilleton eurofighter et vous oubliez que le rafale n ‘ai pas passer loin de la correctionnel non plus »
Je ne « simplifie » rien du tout ; j’ étais à la fois trop jeune et pour tout dire je trouvais le démonstrateur Rafale A tellement pas beau que je n’ en avais rien à cirer .
Si vous préférez , contrairement au Mirage 2000 qui venait d’ entrer en service ou au Super-Mirage 4000 qui poursuivait des essais et que je trouvais génial , le Rafale A , franchement bof et re-bof !
Je n’ ai commencé à changer de positionnement qu’ avec le prototype C01 , le tout noir propulsé par des SNECMA M88 et qui précédait le tout gris M01 ; nous étions alors en 1991-1992 .
Par conséquent tout ceci a fait que j’ ai pris le train Rafale assez en retard ; je n’ ai guère suivi ses péripéties d’ ordre politique .
« quand à nos amis Anglais voudriez vous d’une alliance plus profonde avec les USA ? »
Si les USA n’ étaient pas aussi salauds et amoureux de leur nombril , OUI .
« rien n ‘ est parfait en ce monde . »
Effectivement ; surtout si on rajoute du bordel au bordel .
« Perso , en tant qu ‘amateur d’avion de chasse je me réjouis de cette génération post 2030 qui semble t il va être prolifique de part le monde , »
Pour ma part , il se peut que je me reconvertisse dans autre chose ; désolé si je trouve la plupart de ces engins d’ une grande laideur .
« par contre pour le rôle de notre pays pas facile de le dire maintenant , l’ industrie cela ne depend pas que d ‘un président . »
Non ; cela étant à cause de son égo de barjot , ce con nous fait perdre beaucoup de temps et probablement de pognon .
Bonsoir @Scope , moi aussi j ‘étais encore jeune mais je suivais déjà pas mal cette actualité et avant les années 2000 le programme rafale a vraiment eu « chaud aux fesses » ,lui qui devait remplacé le jaguar normalement vers 1996 .Par contre j ‘ai été plus enthousiasme que vous des 86 pour le rafale car il y a avait une franche rupture avec nos deltas « classiques », quand au 4000 ,oui on aurait eu un magnifique oiseau de proie (quoique un petit doute sur la motorisation française d ‘un tel engin )mais il fallait faire sauter le M2000 et plus développé la flotte de mirage F1 pour gagner un peu de sous ( que l’ on a quand même du faire durer par la force des choses ,sans compter les versions d ‘attaque au sol du 2000 peut être pas le plus apte à ces missions ) .Bref , on a un peu perdu le fil à cette époque mais on ne va pas réécrire l’ histoire .Quand à la génération qui vient c ‘est vraiment le coté développement qui m’ intéresse et l’ énergie que l’ on semble y mettre (pas forcement pour le meilleur des mondes non plus ). Pour ce qui est de l’ esthétique c ‘est autre chose , en ce qui me concerne par exemple je suis dépité que mon si beau SU27 soit remplacé par un SU57 que je trouve plus que pâle ,mais bon des gouts et des couleurs comme on dit . On en reparlera surement puisque finalement vous n ‘êtes pas parti bien loin , à bientôt .
Moi ce qui le désole, c’est que l’on a tout en France pour réussir (bon a part la thune je l’admets….)
Un super Rafale ,un Leclerc en 140 mm ,les technos sont là,bon le super Rafale faudra pousser un peu plus mais rien d’impossible.
Le temps perdu ne se rattrape pas où difficilement.
C’est vraiment pénible d’avoir un Président couard et omnubiler par la sacro sainte Europe.
C’est désespérant.
Mon Cher @Titeuf je vous encourage à lire cet article et plus particulièrement ce passage intitulé « Une mauvaise perception politique des couts » et « Un pilotage chaotique des programmes »
https://meta-defense.fr/2021/11/30/quelles-sont-les-forces-et-faiblesses-de-lindustrie-de-defense-francaise/
Je ne suis pas économiste, donc je n’ai pas d’argument contre ce plaidoyer mais il me semble plein de bon sens et d’un logique implacable. La seule explication du coup serait qu’on veut le beurre et l’argent du beurre si ce n’est pas la fermière en bonus.
Si un économiste sur ce forum pouvait nous éclairer.
L’article a l’air excellent, mains n’étant pas abonner je n’ai pu le lire jusqu’au bout…
Rageant….
Mais merci quand même
En fait, c’est assez simple :
– le budget militaire depuis Mitterrand est une variable d’ajustement
– l’obsession pour le couple « franco-allemand » et la coopération européenne
– un abandon progressif de la vision gaulliste de souveraineté
– une adhésion irraisonné et déraisonnable pour le théorie de « Fin de l’Histoire » de Fukuyama
Le « problème allemand » est quand même à l’origine des déboires avec l’Eurofighter qui ont -heureusement- fait préférer le programme Rafale, des problèmes de Nexter, des problèmes actuels du SCAF et du Tigre, sans compter le NH90, le plus souvent lié au fait que la France a besoin d’une composante « Marine » et de dissuasion quand l’Allemagne peut faire l’impasse (pour la dissuasion, elle a les bases et l’équipement américain sur son sol, elle ne les a pas « en propre »). Nos politiciens n’ont jamais réalisé que ces points, pourtant fondamentaux, nos rapprochent bien plus du Royaume-Uni que de l’Allemagne…
Quant à Macron, il est passé par le programme Young Leader de la French American Foundation, considérée comme du soft power sous influence de la CIA.
Ok.
Ceci explique cela.
@Titeuf @AirtTatto @Un_passant
Merci de toutes ces précisions et réactions qui se sont concentrées sur le fond plus que la forme et navré de n’ avoir pas réagi plus tôt ; mais il y avait un de ces mondes sur la route….
Quel embouteillage de cons….
Piu , si vous saviez ! 🙂
Comme boulet, ils ont tout de même un catégorie poids lourd avec BoJo (le clown). Mais à défaut d’une tête irréprochable lui au moins fout ses couilles sur la table quand il le faut, sa visite en Ukraine avait confirmé. Macron n’a hélas ni l’un ni l’autre et est une bille industriellement parlant, comme tout profil purement financier d’ailleurs: Alstom vendu, coquille en partie vidée par GE rachetée récemment bien trop cher… Nokia ayant fait pareil avec Alcatel-Lucent d’ailleurs. Pas encore président, il avait démontré des carences profondes confirmées depuis.
@lym
Ne m’ en parlez pas ! vous prêcheriez un convaincu ! 😉
Perso , je crains que le perruqué ne soit « payé » pour tout ça .
On voit bien que vous n’habitez pas au RU. Mais qu’importe que les bébés anglais n’aient pas de lait, du moment que… que quoi, d’ailleurs ? Que le ministère de la Défense diffuse des petites images sur Internet ?
On débouche le champagne tout de suite ou on attend de le voir voler ?
Non, parce que c’est dur à reboucher …
Vu comment s’est terminée la « collaboration » avec les anglais pour le PA, je préfère qu’ils « collaborent » dorénavant avec les japonais et les italiens.
@Fifres et tambourins
Alors là , ce serait sympa de rester moins sibyllin-évasif et de préciser le fond de votre pensée…. 😉
@Bruno
Et comme je vous comprends ! 🙂
Je n’ai pas le sentiment que vous ayez fait la moindre prédiction à ce sujet.
Je parle de prédiction structurée, pas de plaintes ou de jérémiades omnidirectionnelles qui sont, et là c’est vrai, votre spécialité.
D’ailleurs, de quelle prédiction parlez-vous au juste, pour vous en flatter? Quel présent est-il en train de se réaliser et que vous auriez prédit dans le passé?
Le fait que, d’ici 5 ans, les Britanniques espèrent faire voler un démonstrateur, alors qu’ils sont sur le coup depuis 2018?
Wow! Big deal! Il vous en faut bien peu pour être ravi de vous-même, Scope.
Mouarf!
@tschok
Eh oui , mais sauf que vu ce qu’ ils valent , de votre « sentiment » du moment , on s’ en branle complet voyez-vous ; de plus , vous savez très-bien qu’ il y a eu moult resets avec effacements de commentaires , alors….
Mais pour vous éviter de mourir trop con ce qui en soi n’ est déjà pas garanti , en substance il était exprimé ceci : « parti comme c’ est parti , le NGF va se faire coiffer au poteau par le TEMPEST sur lequel je miserais davantage . »
Vous faisiez quoi ces derniers temps , vous hiberniez ?
Et en plus , jaloux ??
Bou , pas beau ça !
« on s’ en branle complet » Il y a, je trouve, une psychologie particulièrement obscène chez les gens qui utilisent « on » pour dire « je ».
C’est une question d’ego et parfois de modestie, pour toi zozo c’est ‘JE’, t’inquiètes pas on n’a pas besoin d’analyse dans ton cas.
Tu peux pas comprendre ^^
« Il y a, je trouve, une psychologie particulièrement obscène chez les gens qui utilisent « on » pour dire « je ». »
Ah ouais….
Ben tu vois c’ est con parce qu’ on s’ en branle complet…
Par contre question « obscénité » , tu es sûr d’ être si bien placé pour les bons ou mauvais points ?
C’ est-à-dire que tu n’ es même pas élémentairement lucide sur toi-même , quoi….
C’ est égal ; comme je te l’ ai dit : c’ est parfait ! 🙂
Non, moi c’est Ich.
« Par contre question « obscénité » , tu es sûr d’ être si bien placé pour les bons ou mauvais points ? »
Oui.
@Sorensen
Ben moi je te dis que NON .
Vous ferez avec. Exactement comme avant.
Oh non , n’ y comptez pas ; je ne ferai pas « avec » .
Dans vos rêves….
Mais vous verrez bien .
Mais, Scopinou, avant de crier victoire, il faut attendre que la course soit terminée, il me semble.
Vous vous targuez prématurément d’un succès qui n’est pas encore acquis, loin de là.
Et puis, je vous ferais observer que « le NGF va se faire coiffer au poteau par le TEMPEST » n’est pas une prédiction très précise. Ca veut dire quoi, concrètement?
Le premier vol du démonstrateur, ou celui du prototype, la première admission au service, l’atteinte de l’IOC, etc?
Un pari, c’est un truc précis. Là, vous donnez dans le vague, volontairement. Perso, je ne fais plus de pari avec vous, vous êtes un mauvais perdant et un faux jeton.
D’ailleurs votre duplicité se retrouve même dans le vocabulaire que vous employez pour décrire votre pari: « sur lequel je miserais davantage ».
D’une part vous employez un conditionnel, ce qui n’est pas la marque d’une volonté fermement établie, mais surtout, vous affirmez que vous misez davantage sur l’un que sur l’autre, ce qui veut quand même dire que vous misez sur les deux, ensemble.
Donc, c’est un pari de fourbe. Ca vaut pas tripettes. Gardez vos pseudos prédictions ridicules, avec de la chance elles impressionneront peut-être les plus illuminés de vos aficionados.
@tschok
« Mais, Scopinou, avant de crier victoire, il faut attendre que la course soit terminée, il me semble. »
Ah bon , parce que j’ ai donc crié « victoire » ?
« Vous vous targuez prématurément d’un succès qui n’est pas encore acquis, loin de là. »
« Un pari, c’est un truc précis. Là, vous donnez dans le vague, volontairement. Perso, je ne fais plus de pari avec vous, vous êtes un mauvais perdant et un faux jeton. »
Je ne suis pas spécialiste , je ne suis pas parieur ou même joueur .
Alors pensez ce que vous voudrez , ça m’ est égal .
Je ne me « targue » de rien , je le redoute .
« D’ailleurs votre duplicité se retrouve même dans le vocabulaire que vous employez pour décrire votre pari: « sur lequel je miserais davantage ». »
C’ est vous qui parlez de « duplicité » ; c’ est amusant , ça .
« D’une part vous employez un conditionnel, ce qui n’est pas la marque d’une volonté fermement établie, »
Oui , ça vous avez bon .
« mais surtout, vous affirmez que vous misez davantage sur l’un que sur l’autre, ce qui veut quand même dire que vous misez sur les deux, ensemble. »
Ce qui est interdit par le législateur tschoky .
« Donc, c’est un pari de fourbe. Ca vaut pas tripettes. »
C’ est ton problème ça ; si tu veux juger , juge donc ; de toute façon tu ne sais rien faire d’ autre .
« Gardez vos pseudos prédictions ridicules, avec de la chance elles impressionneront peut-être les plus illuminés de vos aficionados. »
Ben non , quand bien même seriez-vous préposé au tracé des pointillés , je ne vais pas faire ça .
Attention quand même aux limites de la technologie « affordable ». Un avion supra giga méga high tech coûte plus qu’un bras. En cas de conflit haute intensité, la probabilité de pertes au combat est très élevées avec comme conséquence le risque de devoir engager des appareils plus anciens. C’est aujourd’hui le cas en Ukraine avec l’absence remarquée de Su57 dans le ciel. Donc achtung au tout technologique.
Vous ne comprenez pas ce que vous dénoncez.
Peut-être que si la Russie disposerait de plus de SU-57 (en fait il n’est pas en service, faut le préciser) ben ils seraient un peu plus présent et pourrait pénétrer dans le territoire ukrainien contrairement aux vieux avions.
Ce qu’on voit en Ukraine c’est qu’à défaut d’avoir des avions capables de déjouer une défense aérienne, les vieux avions russes sont extrêmement vulnérables au point qu’ils n’entrent presque pas en territoire ukrainien. Devant effectuer une reconnaissance indépendante à proximité du sol, devant larguer des bombes lisses en piquet pour être précis, ou tirant des roquettes de la même façon, ben ils s’exposent à tous les systèmes anti-aérien de courte et très courte portée. Ces systèmes sont aujourd’hui l’essentiel des moyens ukrainiens et ils sont suffisants et les russes sont dépendants de leurs missiles de croisière voir leurs missiles anti-aérien reconvertis en sol-sol.
Pensez vous qu’on assisterait à la même chose avec une aviation occidentale ? Clairement non, les points de défense de la ligne de front seraient désignés par laser pour un aéronef qui larguer ait une bombe sur ce qu’il faut. Les russes ne peuvent pas le faire, ils en sont à dépendre de l’artillerie et d’une masse de projectiles pour arriver au même résultat.
Ce conflit montre à quel point la précision des tirs devient essentiel, qu’il faut de l’armement qui surpasse celui d’en face sinon vous finissez dans une guerre de positions qui ne bouge pas ou très peu et ou vous vous afforcez à faire comme dans le passé, des duels d’artillerie qui fait du dégât mais ne permet pas de prendre véritablement l’ascendant.
On prend souvent en modèle les conflits du moment, mais en Ukraine nous assistons à un conflit du passé entre deux belligérants qui utilisent les mêmes moyens, donc avec un équilibre qui fait qu’on voit que la Russie, même en ayant plus d’équipements, ben ne peut pas prendre une position véritablement dominante.
Si partout dans le monde on cherche à posséder des avions très modernes, c’est que partout on comprend que celui qui contrôle le ciel et peut effectuer des frappes en profondeur, en discrétion avec précision, il a un avantage considérable sur celui qui se dit que la quantité à l’ancienne est ce qu’il faut.
Aucun pays ne suit cette logique, aucun pays ne produit ou cherche à produire des avions qui ne sont pas capables à tenir leur niveau.
Aujourd’hui c’est bien le drone armé qui remplace l’avion sacrifiable low cost et l’avenir sera de plus en plus tourné entre des avions de supériorité (en tout) qui seront accompagnés de drones de différents niveaux, du gros au petit drone suicide ou leurre.
Les pertes élevées d’aéronefs anciens sont justement lié par ce qu’ils sont en bien plus grand danger et exposer à bien plus de systèmes anti-aérien. Ce n’est pas parce que les russes perdent 20 sukhoi en Ukraine que cela veut dire que nous perdrions 20 Rafale. Ne comparez pas l’incomparable, jamais on utiliserait le Rafale comme ils utilisent leurs appareils.
Donc forcément, la méthode russe qu’ils appliquent engendre énormément de pertes, en tout. Mais cette méthode n’est pas universelle et s’ils perdent 500 chars ça ne veut pas dire qu’une armée occidentale subirait la même attrition.
Le problème russe, c’est qu’ils sont dans un vieux système militaire avec de vieux équipements et de vieilles tactiques qui poussent à être au contact rapproché à tous les niveaux avec unz artillerie et une aviation qui manque de précision. En occident la technique c’est la supériorité aérienne, c’est le renseignement, c’est la frappe de précision, c’est pour cela que nous avons des avions modernes et très évolués. On cherche la neutralisation préalable des radars et autres systèmes anti-aérien par nos renseignements et la guerre électronique. On se met hors de portée des systèmes anti-aérien à courte et très courte portée. Puis on fait précéder l’offensive terrestre de raids aériens et les troupes au sol, si elles butent sur un obstacle, désignation pour un aéronef, pas besoin de 1000 obus d’artillerie sur 1 semaine. La dynamique est tout autre , les pertes sont tout autre mais ça permet d’avoir une supériorité sur l’adversaire.
Certaines personnes diront que tout cela ne fonctionne qu’avec un environnement sans gros moyens anti-aérien, mais comme dit plus haut, si nous n’avons pas cet environnement, on va se le créer. Des systèmes comme le S-400 il n’y en a pas des centaines, les radars sont recherchés, les missiles de croisière feront l’affaire accompagné de la guerre électronique. Pour l’instant cette tactique n’a jamais été remise en question, a toujours fonctionné et c’est bien du côté de ceux qui se vantent d’avoir la meilleure défense sol-air du monde qu’on a des doutes sur son efficacité quand on voit encore l’Ukraine capable de faire voler des vieux avions, quand on voit que les munitions des Homard passent, quand des drones ne sont pas détectés etc…
C’est bien la preuve de certaines limites et la preuve que le couple avions très perfectionnés plus drones en tout genre permet de rendre beaucoup moins efficace les vieux systèmes sol-air.
@tow:
J’ai juste une remarque sur votre dernier paragraphe: « quand on voit que les munitions des Homard passent »
Des homards? Soit vous avez un correcteur orthographique un tantinet blagueur, soit…
Rhooo, mayrd alors!! Les russes avaient donc raison pour le croiseur perdu-mais-c’est-pas-ceux-d’en-face? Tout s’explique! Il n’y a pas eu de missile ukrainien, juste une perfide tempête qui a rendu berserk des cohortes de homards metallophages!
Crénom! On ne se méfiera jamais assez de ces sales bêtes! La prochaine fois que je croise un crustacé dressant la pince droite en marchant au pas de l’oie, je prendrai bien soin de prévenir Prince Vladimir pour qu’il vienne nous libérer! Oui-da!
😀
Blague à part, je partage votre point de vue, bonne analyse.
Cela dit balancer des homards au sein des troupes russes, amoindriraient peut être leur ardeur au Combats et leur volonté de bombarder ceux d’en face qui leur jette des homards… 🙂
Après il faut voir le prix du homard vs. le prix des roquettes ou des obus de 155, et le pondérer avec les résultats obtenus par ces munitions de guerre.
« Pour l’instant cette tactique n’a jamais été remise en question, a toujours fonctionné »
Elle n’a jamais été utilisé contre un « gros ».
Donc, dans l’absolu, elle n’a pas davantage fait ses preuves…
Ils en ont si peu…
Le premier avion de série a été livré fin 2019. Suite à son crash, les Forces aérospatiales russes ont pris livraison de leur premier Su-57 en décembre 2020.
En mai 2022, quatre autres avions ont été livrés et la production a progressé plus lentement que prévu.
Curieux de voir cette coopération avec les Japonais et l ‘ intégration avec les matériels US actuels ou en développements , avec en ligne de mire la chasse Chinoise , et nous , qui veut être notre ami ?
Notre ami et notre portefeuille aussi.
Question d’un non-sachant.
Quand plusieurs pays s’associent pour faire un avion (ou autre) et qu’il n’y a pas de transfert de technologie entre ces pays: en cas de conflit,on va faire réparer son avion dans le pays qui détient la technologie?.
Il me semble que les Allemands avaient sorti cet argument à propos du Scaf.
Construire et réparer sont 2 problèmes différents. Vous pouvez changer un module de turbine, une carte électronique ( détectée en panne par son auto test) sans avoir accès aux données de fabrication. Après ces déposes il peut être possible de changer roulement ou composant électronique tout en restant loin de la conception
C’est tout le problème des partages d’usine. Si vous ne possédez par la chaîne complète d’assemblage, vous êtes dépendant des « partenaires ».
Le Covid a montré les limites de la participation des « partenaires ». Pour simplifier, quand vous êtes dans la merde, vous vous retrouvez tout seul en slip. Et ne pouvez compter que sur vous-même.
Alors, une association, pourquoi pas (et encore, on peut en dire beaucoup), mais à la seule condition de tout produire localement.
Ce message est hélas totalement inaudible, car ici (comme chez nos politiciens), ils n’ont que le mot fric à la bouche, comme si un investissement militaire avait vocation à être rentable.
La République fédérale voit le programme SCAF comme le dernier marchepied pour renouer avec l’aéronautique prestigieuse des régimes passés. C’est pour cette raison que le projet franco-allemand doit produire un saut technologique important au bénéfice de l’industrie aérienne allemande. Ils ne lâcheront pas et le tropisme franco-européen de M. Macron devrait les y aider.
Si le projet SCAF aboutit, quid des autorisations d’exportation du Bundestag dans le futur ?
En même temps, les programmes européens ou internationaux comme le F-35, rien qu’en réunions et en rédaction des spécifications, vous triplez le coût et doublez les délais sans le moindre bénéfice technologique.
Quand on dit que dix mille (il me semble que c’est cet ordre de grandeur) personnes travaillent sur le F-35, il ne faut imaginer que ce sont dix mille ingénieurs et chercheurs. Il y a toute une part de conseillers, de consultants, de commerciaux, de responsables des relations avec les politiciens etc.
Les programmes européens (hors civil, et pour cause, là ce sont des standards internationaux) se passent rarement bien entre français et allemands parce que systématiquement nous n’avons pas les mêmes besoins, pas les mêmes attentes. L’une des différences les plus évidentes, ce sont nos besoin en matière de « navale » et opex, sans compter la dissuasion. Trois aspects que nous avons en commun avec les britanniques quand les allemands ne sont pas concernés… mais on nous rabat les oreilles avec le « couple franco allemand ».
Il faut croire les britanniques, eux ont compris. Ils ne travaillent plus qu’avec des personnes qui partagent l’essentiel de leur vision au lieu de s’obstiner à ménager la chèvre et le chou…
C’est bizarre comme tout le monde ricane (à juste titre) quand, par exemple, les Russes ou les Chinois font des promesses aéronautiques mirobolantes, mais, quand ce sont les Anglais : bravo, quelle maîtrise, quel génie stratégique et industriel ! Vous ne voulez pas attendre un peu de voir s’il y a ne serait-ce qu’un petit biscuit derrière l’annonce avant d’en tirer des conclusions géopolitiques intergalactiques pour le millénaire à venir ?
Attention à ne pas faire des raccourci extrêmes en louant le pragmatisme britannique qui arriverait à trouver des partenaires compétents, dociles, peu exigeant au contraire des français avec le partenaire allemand vorace, sournois et vicieux.
Oui, les politiques français ont été naïfs avec les allemands en pensant que Airbus DS allait être le partenaire mineur de Dassault. Mais Dassault a fini par voir le double jeu allemand et Trappier à décidé d’arrêter. Il fallait mieux arrêter une collaboration dont on sent que cela va tourner en eau de boudin, bref on ne vas pas répéter 1000 fois ce que l’on a déjà dit à propos du SCAF.
Pour revenir au Tempest, les anglais n’en sont qu’au début et il semble qu’ils aient trouvé le bon équilibre avec leur partenaire italien et japonais.
Du moins, c’est ce que l’on veut nous faire croire car contrairement avec le scaf, ils n’ont pas encore fait le partage précis des briques technologiques sur les quels le travail doit être repartie.
Ils n’en sont qu’au début et toute les annonces de préparation d’un démonstrateur dans les 5 ans ne sont que des paris sur l’avenir ! Cela reste des effets d’annonces’! Peut être que je me plante à cause de mon chauvinisme et que les négociations sont très avancées avec les 3 parties et que les japonais ont accepté les conditions anglaises sur le Tempest mais pour le moment, on est dans les déclarations de principe. Souvenez vous en 2018, lors du lancement du Scaf, tout le monde semblait enthousiaste.. Et puis, Dassault a fini par découvrir le pot aux roses et envoyer ballader les exigences farfelues de Airbus DS et cela a permis d’ éviter un autre Navantia bis…
Les anglois sont aussi sournois pour défendre leurs intérêts mais les japonais ont aussi leur propre conception de la « collaboration  » avec leur orgueil légendaire et les deux parties risquent de connaître de sacrés surprises et la plupart ne seront pas de bonnes surprises.
Chauvin mais lucide apparemment. ^^
Les anglais sont les rois du marketing, pour être poli, et ceux qui croient leurs promesses n’auront qu’à s’en prendre à eux-mêmes.
Le départ de l’escroc Bojo ne changera rien à cet état de fait.
Et pendant ce temps là…………!!!
Tempest : un chef de file incontesté et incontestable, qui noue des alliances qui apporteront de-facto un marché captif plus vaste. Une alliance subtile entre le commercial et l’industriel.
SCAF-NGF : un chef de fil (français) contesté dès les première minutes, et que l’on continue méthodiquement à contester pour lui faire perdre volontairement du temps et ses nerfs (la stratégie de l’usure) afin d’en sucer la substantifique moelle.
Un allié principal (l’Allemagne) qui est un adversaire résolu, qui au final finira par dire que l’avion de ne correspond pas à ses besoins, vu que…les avions américains disponibles sur étagères, correspondront parfaitement à ses besoins. Un second-allié espagnol qui nous lâchera dans la foulée car se sentant lui aussi isolé (alors qu’il pourrait faire de grandes choses avec nous, mais il ne le voit pas). Et au final un SCAF-NGF qui devra conquérir lui-même ses marchés (comme actuellement le Rafale).
Les anglais ayant gardé un mauvais souvenir de la coopération avec les Allemands dans EuroFighter , ont bien pris soin de ne pas repartir avec eux. Ils ont eu la grande intelligence de nous laisser nous démerder avec ce beau bébé. C’était quoi la logique demandée pour ce projet ? Ah oui, « best athlet ». En anglais, çà veut dire « le meilleur athlète ». Mais en français çà veut dire « le plus mauvais athlète ».
C’est un peu comme « notre mère à tous », Ursula VDL : allemande de son Etat-civil. Est-ce que quelqu’un lui a dit que la Grande-Bretagne avait quitté l’Union Européenne ? Et que depuis cette date, la 1ère langue d’Europe en terme de démographie était l’Allemand….précisément sa langue maternelle, et la 2e langue est le Français. Il faudrait que quelqu’un le lui dise, parce que depuis qu’elle est en poste, je ne l’ai entendu s’exprimer qu’exclusivement en Anglais, jamais en Allemand.
Best Athlet , Best Athlet , Best Athlet.
Les seules bonnes choses dans l’affaire :
– aucun des partenaires du Tempest (Suède, Italie, Japon) n’est actuellement client de Dassault , donc pas de perte de marché captif
– lorsque la mort du SCAF-NGF aura été prononcée, Dassault sera capable d’avancer très très vite. Mais tant que cela n’est pas fait…..l’Allemagne nous tient à la gorge. C’est précisément sa stratégie.
Et puis le SCAF, ce n’est pas que le NGF.
A quand la mort de l’EuroDrone. Les Français ont-il fini par accepter le moteur (itar-free) américain…euh je veux dire italien ?
Il vaut mieux une fin horrible qu’une horreur sans fin.
Aaahh…
Commentaires réjouis des trolesques : C’est mort pour Dassault, il est seul contre tous, sa liquidation judiciaire est proche, le Tempest sera son champ du cygne, blablabla…
Beaucoup de communication chez les British ils doivent avoir le même service marketing que le notre, un certain Mac je sais…
A titre d’info ils ont 2 PA même pas nucléaire capables de recevoir 36/48 F35, pour le moment ils servent de barges flottantes les QE & PW
https://www.opex360.com/2022/05/02/le-royaume-uni-negocie-lachat-de-26-chasseurs-bombardiers-f-35b-supplementaires/
Le budget R&D de cette merveille passera en frais de maintenance dès qu’ils auront réceptionnés la totalité des F35, ils en ont une vingtaine, 48 dans quelques années, peut-être 138 vers 2030/33 s’ils trouvent des ressources financières…
C’est valable pour les autres acheteurs de la dinde, vu le souhait des états à vouloir subitement moderniser les flottes EF on doit se poser des questions dans les états-majors européens…
J’attend le cri de désespoir des anti-Dassault quand celui-ci annoncera officiellement la fin du Scaf germanique et que les prototypes aboutis décolleront de Istres dans la foulée, bah oui, vous imaginez que Trappier, Thalès & consorts n’ont pas avancer sur le Neurone et ses variantes depuis 2016 ?
Alors je pense que personne ne va dire sérieusement que Dassault va couler d’autant plus que ses revenus proviennent très faiblement de l’aviation militaire… Donc couper cette branche ne ferait en rien disparaître le groupe.
Je n’irais peut être pas jusqu’à dire que Dassault fait des avions comme des paquets cadeaux, cad pour vendre ce qu’il y a à l’intérieur, ou les conséquences de leur emploi, mais c’est quand même un peu l’idée.
A en lire certains ici, les anglais sembleraient avoir terminé cet avion.
Pourtant on ne parle que d’une plateforme (pas le prototype de l’avion) servant à tester certains systèmes.
En gros c’est la même chose que l’annonce du choix du Rafale comme plateforme d’essai au NGF, à quand le premier vol du Rafale?
Mais oui on est en « retard » comme on l’était avec le Rafale.
Mais oui si on avait choisi les britanniques, ils n’auraient rien négocié, rien n’exigé, Dassault et ses partenaires auraient tout fait, tout juste Londres aurait développé un petit composant. Non mais c’est sûre, les anglais auraient été à nos pieds contrairement aux allemands…(et la marmotte…)
Grande Bretagne Japon Italie et Sweden pour un avion quand le prototype japonais est visible depuis longtemps et permet de gagner du temps… Tempest risque de s »imposer en Europe quand il ya une tentation pour l’Allemagne de rejoondre ce projet
C’est sûr que lorsque l’armée de l’air d’un pays est équipé de F-35, ça motive pour se sortir les doigts pour développer un autre zinc rapidement. 😉
Mais comme disent les rosbifs : « wait and see » !
On en reparlera dans cinq ans…….ou pas………
Chaque information à ce niveau me fait bien rire…
Tous ces arrogants petits personnages qui moquaient le Tempest il y a peu, comme projet fantaisiste, qui « jalousait la France », que personne ne développerait un autre appareil aux côtés du F-35 parce que les vilains Ricains le leur interdiraient, et que seule la France était capable de faire un tel projet, et que si les Anglais étaient sérieux, ils le faisaient pour que la France, ô généreuse bénéfactrice, leur offre l’honneur de participer au SCAF français !
Bref, beaucoup ici parlent du point de vue franco-français de situations qui n’incluent pas la France, et pensent que même dans ces cas, la France est sensée être au centre du projet pour ces autres pays.
Quelques années plus tard, ces mêmes personnes critiquent les politiques, parlent de collaboration avec les Anglais, ou les Suédois… Mais sérieusement… Quelque soit le pays de la collaboration, le problème est que la France ne veut pas collaborer parce que la France a les compétences.
Et cela se comprend. Mais au moins, admettez le que vous ne voulez pas collaborer ! Ne rejetez pas la faute de tout sur les autres ! Dans l’Europe de la défense idéale de beaucoup ici, tout est français, les pays achètent en France, tout est produit en France, et toutes les nations obéissent aux ordres français. Et cela tout en croyant que tous les pays font cela avec les Américains maintenant.
Prenez juste 5 minutes pour vous mettre à la place d’autres nations pour comprendre leurs choix. Et évitez ces certitudes basées sur rien…
Quand la Corée du Sud achète 20 F-35 en plus, les certitudes de certains sont:
– la Corée est en train de voir son industrie détruite par les USA
– les KF-21 ont été généreusement acceptés par les USA sous condition d’achats du F-35.
– et le KF-21 est conçu par LM
Et cela étant des certitudes…
Sauf que la Corée du Sud a besoin d’appareils immédiatement pour remplacer les vieux F-4 et F-5, et que contrairement à la France, elle n’a pas le luxe de mettre en pause les livraisons vu son voisin.
Que la Corée du Sud n’a jamais été aussi indépendante industriellement, et que sa puissance d’exportation commence à menacer des industriels européens et américains.
Et le KF-21 n’est absolument pas conçu par LM, ils y ont participé au début. Mais depuis, c’est un projet très très coréen, avec quelques collaborations avec des groupes étrangers, mais les composants critiques sont principalement coréens, excepté le moteur américain.
Et un certain nombre de missiles seront étrangers (Meteor, et Taurus) en bonne partie donc européens.
Bizarre que depuis des années l’europe ne s’est pas lancé dans la construction d’un bombardier stratégique supersonique à long rayun d’action style « lancer »
Une idée de l’autonomie, et surtout de la charge utile impressionnante , altitude sup à 18000m etc
https://fr.wikipedia.org/wiki/Rockwell_B-1_Lancer
Avec les moyens de maintenant on peut intervenir partout dans le monde et larguer des tonnes de missiles longues portées sans ravitaillement en vol ou seulement en zone sécurisé vu son autonomie
https://fr.wikipedia.org/wiki/Rockwell_B-1_Lancer
Furtivité, pas spécialement recherché, un groose furtivité active par contre, style celle que possède le rafale , peut le faire, rusticité doit être le but recherché

Silver Series est un recueil de photographies éditées en noir et blanc et classées en six chapitres (WaterGames, SeaScapes, Merchant, Navy, Sailing, AeroNaval)

2007-2019 (C) Zone Militaire
Powered by WordPress. Theme by Alx.

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE