LES PIQUES DE L'AS DE CE MARDI – seneplus.com

L’ambulance du district de santé de Colobane convoie de la drogue
C’est inédit. Une ambulance qui sert à transporter de la drogue. Mais les pandores ont mis à nu le manège des dealers. En effet, les éléments de la brigade territoriale de gendarmerie de Kalifourou (département de Vélingara, Ndlr) ont intercepté hier, vers 05h du matin, une ambulance du district sanitaire de Colobane (Dakar). D’après la division de la communication de la gendarmerie, l’ambulance transportait une importante quantité de chanvre indien contenue dans quatre sacs, d’un poids total de 125 kg. Le conducteur a tout avoué. Il dit avoir pris la drogue à Madina Wandifa dans le département de Bounkiling (région de Sédhiou, ndlr). L’enquête suit son cours.
Les travailleurs de la Sen’eau décrètent une grève de 48h …
Le climat social est tendu à la Sen’eau. Le bras de fer entre la Direction générale et l’intersyndicale des travailleurs est en train de pourrir la situation. Dans un communiqué parvenu à «L’As », l’intersyndicale informe qu’à la suite de l’échec des négociations et des mesures de représailles répétitives et abusives de la Direction Générale, elle va entamer cette semaine la deuxième phase de son plan d’actions de lutte. L’objectif ultime visé par les travailleurs est la satisfaction totale des revendications des travailleurs. A ce propos, l’intersyndicale des travailleurs de la Sen’eau décrète une grève de 48 h à partir d’aujourd’hui dans tout le périmètre affermé. En plus, les travailleurs tiennent une Assemblée générale àla Direction Générale à9h30. Ils prévoient également une marche nationale vendredi prochain à 15h00 à Dakar.
L’appel du Khalife Général des Mourides
Le Khalife Général des Mourides a sacrifié hier, premier jour du mois Safar, à son habituel appel à la communauté mouride pour le Grand Magal, à l’instar de ses prédécesseurs. Un moment solennel que le patriarche de Touba a saisi pour rendre un vibrant hommage au fondateur du Mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, pour tous les sacrifices consentis et peines endurées dans l’unique but d’obtenir de son Seigneur la clémence pour tous les fidèles musulmans. D’après nos confrères de Dakaractu, Serigne Mountakha Mbacké a aussi relevé le caractère hautement spirituel du Magal qui, selon lui, est un moment de grande dévotion. Le guide religieux a invité aussi les populations de Touba et les personnalités qui fréquentent la cité à se suffire de ce que Serigne Touba leur offre. Il précisera avoir tenu ce même propos à l’endroit du Président Macky Sall, en présence du défunt Khalife général Serigne Sidy Mokhtar Mbacké.
Braquage de Mampatim : les accusés condamnés à la prison à vie
La Chambre criminelle du tribunal de grande instance de Kolda a condamné huit accusés à la prison à vie pour un braquage à l’origine de la mort d’un élève, il y a cinq ans et demi, dans la commune de Mampatim. Abdoulaye Ba, Mamadou Boye Ba, Boune Omar Baldé, El Hadj Yoro Diallo, Djiby Diallo et Mouminy Diallo ont tous écopé de la même peine. Un mandat d’arrêt international a été émis à l’encontre de Mamadou Saliou Diallo et d’Ousmane Diao qui ont été jugés par contumace et condamnés également à la prison à vie, rapporte l’Aps. Accusés d’avoir pris part au braquage, ils sont en fuite depuis la survenue des faits à Mampatim, un village situé dans la région de Kolda. Tous les accusés sont convaincus des faits d’association de malfaiteurs, de détention illégale d’armes, de complicité de vol en réunion avec usage de véhicules et d’armes, et de blessures graves causées aux victimes. Un élève de 13 ans de l’école élémentaire de Témento avait été tué par balle lorsque des assaillants s’en sont pris aux passagers d’un bus qui revenaient d’un gamou. Quatre passagers avaient été blessés lors de l’attaque à main armée survenue le 29 janvier 2017, entre Mampatim et Badion.
Évolution de l’enquête sur l’affaire du voleur lynché à mort
La police de Wakhinane-Nimzaat poursuit l’enquête pour retrouver ceux qui avaient lynché à mort un présumé voleur. Selon nos sources, la dépouille de D. D. est actuellement dans une structure sanitaire de la place pour les besoins de l’autopsie. Elles renseignent également que le vigile D. B. est en garde à vue dans les locaux du poste de police de Wakhinane-Nimzaat pour les besoins de l’enquête. D’ailleurs, nos radars signalent que ce dernier, face aux 04 voleurs armés de machettes, avait ameuté le quartier Wakhinane 04. Et les populations étaient sorties en masse pour lui prêter main forte. Il s’en est alors suivi une course-poursuite. Et deux présumés voleurs avaient réussi à prendre la fuite. Mais l’un des malfrats, à savoir D. D., a été très vite maîtrisé par la foule qui lui a fait passer un sale temps. Grièvement blessé, il va succomber à ses blessures au cours de son évacuation à l’hôpital.
Arrestation de dealers
Dans le cadre de sa croisade contre le trafic de stupéfiants, la police de Pikine a procédé à l’interpellation et au défèrement au parquet des sieurs Amadou T. S. et Ibrahima D. pour détention et trafic de chanvre indien portant sur 02 kilogrammes et 04 cornets. Selon nos sources, les mis en cause ont été surpris par les hommes du Commissaire Mame Arona Ba à Dalifort plus précisément dans la chambre de Amadou T. S., électricien de profession. Interpellés sur la provenance de la drogue, Amadou a avoué être le propriétaire du chanvre indien avant de préciser l’avoir acquis auprès d’un vendeur à Diaobé moyennant 50 mille francs. Conduits au poste de Police, Amadou T. S. et son acolyte tailleur Ibrahima D. seront déférés au parquet au terme de leur garde à vue pour détention et trafic de chanvre.
Le Quartier Missirah de Keur Massar Sud sous les eaux
A Keur Massar Sud, plus précisément au quartier Missirah, les populations ne dorment plus du sommeil du juste. Ce, à cause des inondations. Elles déplorent le manque d’assistance de l’État. Ces populations qui sont envahis par les eaux n’ont pas encore vu l’ombre des équipes du ministère de l’Intérieur, dans le cadre du plan Orsec. Arborant des brassards rouges, elles ont exprimé leur désarroi avant d’inviter les autorités à trouver des solutions durables face au spectre des inondations.
Kaolack : Les mareyeurs décrètent une grève de 72 heures
Le poisson sera introuvable au marché de Kaolack à partir de demain. Pour cause, les mareyeurs ont décrété un mot d’ordre de grève de 72h à partir d’aujourd’hui pour fustiger l’état actuel dudit marché. Réunis autour d’un collectif, ils disent avoir fait des démarches pour que le problème soit solutionné. Des correspondances ont été adressées aux autorités, notamment le préfet et le maire, mais il n’y a pas de réponse. Ils dénoncent également l’insécurité, le manque d’eau, l’absence d’une fabrique de glace et l’impraticabilité des routes dans le marché. Les mareyeurs invitent les Kaolackois à se ravitailler aujourd’hui en quantité avant l’entame de la grève. D’après les mareyeurs, la mairie collecte au marché au poisson de Kaolack 10 millions par mois.
Plainte de Bouna Kanté contre le site «MaderPost»
Le Secrétaire Général de la CGIS et responsable politique Benno Bokk Yaakaar (BBY) à Fann Point E Amitié traîne en justice le directeur du site internet MaderPost. Bouna Kanté a décidé de laver son honneur parce qu’on lui a attribué une contribution incendiaire contre le Président Macky Sall. Dans un communiqué reçu à «L’As », le responsable du parti au pouvoir précise que le site web «Maderpost », du journaliste Charles Faye, a publié une contribution à charge contre le Président Macky Sall, intitulée : «Monsieur le Président, maintenant vous avez perdu!». A l’en croire, cette contribution est signée Bouna Kanté alors qu’il n’en est pas l’auteur. M. Kanté a saisi la gendarmerie nationale d’une plainte contre le responsable du site internet «MaderPost» qui a été le premier à publier l’article. Dans le même sens, le responsable apériste invite les autres sites ayant repris l’article à tenir compte de ce communiqué de presse qui tient lieu de démenti à ladite information. Il précise qu’il reste un militant engagé derrière le Président Macky Sall.
Tambacounda : des unités mixtes mises en place pour les urgences
Le Partenariat pour le contrôle et l’élimination du paludisme en Afrique, un projet mis en œuvre par l’organisation non gouvernementale PATH, a mis en place des unités mixtes chargées de parer aux urgences en matière de santé publique, dans la région de Tambaounda, a appris l’Aps, lundi, de son coordonnateur adjoint Moustapha Cissé. «C’est un projet qui contribue (…) à l’amélioration de la résilience du système de santé du Sénégal face aux urgences de santé publique, en particulier celles dues aux épidémies», a-t-il précisé. Les unités mixtes, comme l’indique l’appellation, sont constituées de plusieurs partenaires, dont les programmes de santé du ministère de la Santé et de l’Action sociale. M. Cissé intervenait à un séminaire destiné aux médecins-chefs de district sanitaire et à d’autres professionnels de la santé des régions de Kédougou et Tambacounda. L’organisation non gouvernementale PATH soutient depuis plus de dix ans le Programme national de lutte contre le paludisme au Sénégal, dans plusieurs régions du pays, en vue de l’élimination du paludisme d’ici à 2030, selon Moustapha Cissé. Les régions de Kédougou et Tambacounda «sont des zones rouges ; c’est pourquoi nous comptons accélérer le processus de réduction du paludisme dans cette zone», a-t-il dit. La stratégie prévue par les unités mixtes porte essentiellement sur les modes de transmission des maladies et leur prévention, selon le coordonnateur adjoint du projet.
La ministre Aminata A. Diatta sur les difficultés des cimenteries
La ministre du Commerce, Aminata Assome Diatta, explique les difficultés auxquelles les cimenteries du Sénégal sont confrontées. A l’en croire, c’est l’inflation généralisée des prix de certains produits sur le marché mondial qui est à l’origine de leurs problèmes. Car elles importent des produits dont les prix sont très élevés à l’international. Donc forcément, les coûts de production seront impactés, a-t-elle confié à Dakaractu. Elle estime que la demande des cimenteries pour augmenter les prix est justifiée. Elle révèle qu’une étude montre que les cimenteries méritent de bénéficier d’un coup de pouce. Cependant, Aminata Assome Diatta précise qu’aucun acteur du marché ne peut se lever un beau jour et décider de la hausse des prix de ses produits.
View the discussion thread.










La Une
Politique
Economie
International
Sports
Football
Media
People
Opinions
Societe
Annonces
Diaspora
Femmes
Développement
Santé
Éducation

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire