« Le nouveau tir de missile par la Corée du Nord n'est pas un message pour le Japon, mais pour les Etats-Unis » – Le Monde

Consulter
le journal
Les rumeurs sur la chute de Credit Suisse affolent les marchés
De Netflix à Apple ou Amazon, une vague de nouveaux entrants dans la publicité
« La crise, d’abord sanitaire, puis industrielle, est devenue financière »
Entreprises : « L’augmentation des délais de paiement procède d’un comportement délibéré »
Les images de l’ouragan Ian qui a ravagé la Floride
Explosion des gazoducs Nord Stream : Moscou juge les accusations de sabotage « stupides et absurdes »
Les images des kilomètres de bouchons à la frontière entre la Russie et la Géorgie
Cinquante ans du Front national : comment le « point de détail » de Jean-Marie Le Pen s’est transformé en fiasco politique
Eric Dupond-Moretti maintenu à son poste malgré son renvoi devant la CJR : la « République exemplaire » en danger
« Xi Jinping ressortira du XXᵉ Congrès du Parti communiste chinois encore plus puissant. Trop sans doute »
« La torpille Sandrine Rousseau fait d’autant plus mal qu’elle percute un parti brutalement ramené à ce qu’il est : une coquille fragile »
Entreprises : « L’augmentation des délais de paiement procède d’un comportement délibéré »
« Un beau matin », « La Combattante », « L’Origine du mal », « Tori et Lokita »… Les sorties cinéma
« Illusions perdues » sur France Culture : avec Cédric Aussir, « La Comédie humaine » se donne à entendre comme jamais
« Isaac Asimov, l’étrange testament du père des robots », sur Arte.tv : l’imagination au service de thématiques futuristes très actuelles
Atteint d’une maladie neurologique, le pianiste virtuose Daniel Barenboim renonce à ses engagements à venir
Invité surprise de la Paris Fashion Week, Kanye West crée la polémique
Jennifer Prezioso, tendre bouchère
A la fashion week de Paris, des maisons hantées par leurs créateurs historiques
Comment s’habiller sans détruire le climat et la biodiversité ?
Services Le Monde
Services partenaires
Service Codes Promo
Suppléments partenaires
Pour Antoine Bondaz, de la Fondation pour la recherche stratégique, le test d’un missile à longue distance est moins significatif que le développement d’armes de courte portée.
Propos recueillis par
Temps de Lecture 5 min.
Le ciel du Japon était resté calme pendant plus de cinq ans. Et puis, le 4 octobre, un missile tiré par la Corée du Nord, croisant très haut et très vite – à 970 kilomètres d’altitude et 20 800 km/h – est passé au-dessus de l’archipel, dans la région de Tohoku, à la pointe nord de l’île de Honshu. Il s’est ensuite abîmé dans l’océan Pacifique, hors des eaux nippones, selon le secrétaire général du gouvernement japonais, Hirokazu Matsuno, sans faire ni victime ni dégât.
Deux précédents avaient eu lieu en août 2017. Pour Antoine Bondaz, chargé de recherche et directeur du « Programme Corée sur la sécurité et la diplomatie » à la Fondation pour la recherche stratégique, la banalisation de ces essais, la distraction causée par la guerre en Ukraine et la désunion au Conseil de sécurité offrent un « boulevard » au développement militaire de Pyongyang.
Antoine Bondaz : Il faut la relativiser. C’est le huitième essai du Hwasong-12, un missile de portée intermédiaire, qui vient de démontrer une portée de 4 600 kilomètres. C’est une arme balistique assez classique, et ce n’est pas la première fois que ce type de projectile survole le Japon. Il y a eu deux cas en août et en septembre 2017. Et depuis 1998 c’est la septième fois qu’un missile nord-coréen survole le Japon.
En revanche, ce tir illustre trois dynamiques. La première, c’est la banalisation des essais balistiques. Environ 170 ont été conduits depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong-un, en 2012. De 1994 à 2011, Kim Jong-il n’en avait effectué que treize. La deuxième, c’est un effet de distraction causé par la guerre en Ukraine, qui occupe légitimement la plupart des chancelleries du monde entier.
La troisième, la plus importante et qui marque une rupture, est la désunion de la communauté internationale au Conseil de sécurité de l’ONU, pour la première fois depuis 2006 et les premières sanctions contre le programme nucléaire de Pyongyang. Il y a eu, en mai, un projet de résolution, sur lequel la Russie et la Chine ont mis leur veto. Or, depuis 2006, à chaque essai nucléaire ou essai balistique majeur, il y avait une résolution généralement associée à des sanctions. Ces trois dynamiques ouvrent un boulevard pour la Corée du Nord.
Beaucoup ont parlé, à la hâte, de provocation envers le Japon. Mais quand la Corée du Nord teste un missile de longue portée à sa capacité maximale, elle est bien obligée d’aller vers le Pacifique. Les Nord-Coréens « font attention », ils survolent à des centaines de kilomètres d’altitude, bien au-dessus de la Station spatiale internationale, à l’endroit le moins problématique, le détroit de Tsugaru, où se trouvent peu d’habitants. En comparaison, quand la Chine survole Taïwan, elle le fait au-dessus de Taipei, de manière délibérée. Si les Nord-Coréens voulaient provoquer le Japon, ils le feraient au-dessus de Tokyo. Bien sûr, du point de vue japonais, ça reste un problème.
Par contre, c’est un message aux Etats-Unis. Une portée de 4 600 kilomètres ne permet pas d’atteindre le continent américain, mais c’est assez pour l’île de Guam, extrêmement importante pour Washington, où les Etats-Unis ont une base qui représente leur système de défense avancée dans la région.
On a tendance, et c’est une erreur, à réagir davantage aux missiles à longue portée qu’aux missiles à courte portée – jusqu’à 800 kilomètres –, alors que ces derniers ont fait l’objet d’une cinquantaine d’essais ces quatre dernières années.
Ces armes ont démontré leur capacité de pénétration des défenses adverses. Pour faire très simple, un missile balistique, ça monte très haut ; là, ils vont lancer un missile à 50 ou 60 kilomètres d’altitude, puis casser sa trajectoire pour le faire redescendre, ce qui est très difficile à repérer pour les radars. Et ces armes ont surtout atteint une précision de quelques dizaines de mètres. Auparavant, la Corée du Nord n’avait pas cette capacité : soit elle « faisait tapis », soit elle ne faisait rien. Aujourd’hui, elle peut graduer sa réponse. Cela permet par exemple de toucher, avec des frappes limitées, des usines importantes en Corée du Sud – on pense aux trois grandes usines de semi-conducteurs de Samsung.
Cela change la façon dont la Corée du Sud doit répondre. Elle veut à la fois conserver la dissuasion que représente l’arme nucléaire de son allié américain, et développer une dissuasion par des armes conventionnelles. Séoul a présenté il y a deux jours un nouveau missile balistique, le Hyunmoo-5, qui pourrait avoir une charge de 7 à 8 tonnes. C’est énorme : d’habitude, un missile balistique emporte une tonne ou une tonne et demie sur ce type de portée.
Cela fait partie de ce que la Corée du Sud appelle le « KMPR », pour « Korean Massive Punishment and Retaliation » [« représailles et punition coréennes massives »]. Le message est explicite : il consiste à pallier l’asymétrie entre le Nord et le Sud, en disant « nous n’avons pas d’arme nucléaire, mais nous le compensons par des capacités conventionnelles extrêmement importantes », capables de détruire des cibles enterrées, très protégées.
Il s’agit de savoir si la Corée du Nord a des armes nucléaires suffisamment miniaturisées et fiables pour équiper des missiles qui soient également opérationnels et fiables. Il y a de fortes probabilités qu’elle puisse déjà frapper la Corée du Sud ou le Japon. La question se pose pour les Etats-Unis. On considère qu’il n’est pas impossible qu’elle puisse déjà le faire ; en tout cas, dire qu’elle ne le peut pas, c’est prendre des risques. Par ailleurs, il n’y a pas forcément besoin d’un missile : imaginez un mini-sous-marin avec une arme qui explose à l’entrée du fleuve Han, devant Séoul, ou à côté de l’aéroport.
La loi de 2022 annule celle de 2013, en installant davantage d’ambiguïté quant aux scénarios d’utilisation. Elle dit que la Corée du Nord n’utilisera pas d’arme nucléaire contre une puissance qui n’en dispose pas, sauf en cas de « collusion » avec une puissance nucléaire. Ce cas, c’est celui de la Corée du Sud. C’est parce qu’elle a de nouvelles capacités que la Corée du Nord peut faire évoluer sa doctrine, de manière à disposer d’un éventail d’options plus large dans la gestion d’une escalade militaire, avec un niveau de dissuasion encore plus important.
Elles restent un objectif inscrit dans les résolutions du Conseil de sécurité, dans un horizon lointain. Mais aujourd’hui, on n’a plus aucune négociation. Ce qui s’est passé, historiquement, c’est qu’avant de reprendre les négociations, la Corée du Nord démontrait ses capacités. On est peut-être – c’est trop tôt pour le dire – dans une séquence où elle va multiplier les essais, y compris nucléaires, avant de potentiellement reprendre les pourparlers. Qui ne porteront pas sur la dénucléarisation en tant que telle : la Corée du Nord va essayer d’obtenir des levées de sanctions contre un gel partiel de son programme.
Julien Lemaignen
Contribuer
Dans la même rubrique
Édition du jour
Daté du mercredi 5 octobre
Nos guides d’achat
Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.
Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois
Ce message s’affichera sur l’autre appareil.
Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.
Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).
Comment ne plus voir ce message ?
En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.
Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?
Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.
Y a-t-il d’autres limites ?
Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.
Vous ignorez qui est l’autre personne ?
Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.
Newsletters du monde
Applications Mobiles
Abonnement
Suivez Le Monde

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire