Le lubrifiant, un atout inattendu pour réduire sa consommation énergétique – BFM Business

Pouvez-vous présenter Klüber Lubrication ?
Ludovic Perrot : Klüber Lubrication a été créée en 1929. L’entreprise développe et fabrique des lubrifiants, graisses, vernis et pâtes hautes performances pour l’industrie. Depuis 1966, elle fait partie du groupe Freudenberg. Quant à la filiale française, fondée en 1962, elle est la troisième du groupe, dont le siège est basé à Munich. Klüber Lubrication France apporte aux industriels français l’expertise en tribologie de Klüber Lubrication, et assure la commercialisation, la formation et le suivi des produits et services.
Notre équipe, fortement orientée client, dispose d’une grande expertise grâce aux formations régulières et au partage d’innovations au niveau du groupe. Nos produits et services sont hautement techniques, innovants, et utilisent les possibilités offertes par la digitalisation. Depuis plusieurs années, nos efforts se concentrent sur les aspects environnementaux de notre activité, à travers les gains énergétiques apportés par nos lubrifiants chez nos clients, et la réduction de la consommation de ces lubrifiants.
Cette année, notre filiale française fête donc ses 60 ans. Cette année est très importante pour nous, car il y a un an, une enquête menée auprès de nos clients révélait leur satisfaction sur notre expertise et la qualité de notre service. Nous sommes désormais capables d’aller plus loin ensemble, avec une orientation commune vers le développement durable. Cet anniversaire, c’est aussi l’occasion pour nous de remercier nos collaborateurs et nos clients pour leur confiance.
Qu’est-ce que l’éco-organisme Cyclevia, dont vous faites partie ?
L.P. : Jusqu’en 2020, les entreprises françaises du secteur des lubrifiants payaient la Taxe générale sur les activités polluantes. Lorsqu’elle a été supprimée, les acteurs du lubrifiant ont créé l’éco-organisme Cyclevia. Il améliore la collecte des lubrifiants usagés, promeut leur régénération et contribue au financement de la filière pour générer le moins de déchets possible et les réutiliser.
En quoi le lubrifiant permet-il de réduire la consommation d’énergie ?
L.P. : Lorsqu’on souhaite générer un mouvement de deux pièces en contact, il faut fournir un effort pour bouger une pièce par rapport à l’autre. L’utilisation d’un lubrifiant crée un film entre ces deux pièces pour diminuer cet effort. C’est de manière très simplifiée ce qui se passe dans un engrenage, un roulement, une chaîne de transmission… Notre vocation est de réduire cette génération d’effort, et donc cette consommation d’énergie. C’est possible grâce aux caractéristiques techniques de nos lubrifiants. Il ne s’agit pas d’huiles minérales issues de la pétrochimie, mais d’huiles de base très raffinées, dans lesquelles nous ajoutons des additifs. Nous parlons de lubrifiants synthétiques.
Ce mélange fournit à nos lubrifiants une résistance à des environnements difficiles tels que par exemple, des températures basses ou élevées, ou des environnements d’air salin. Il garantit donc une durabilité dans le temps. Puisque la consommation de lubrifiant baisse, alors nous générons moins de déchets. De plus, chaque lubrifiant est adapté à chaque application. Ainsi, la machine fournit moins d’effort, réduit sa consommation d’énergie, et peut donc être utilisée plus longtemps.
M.H. : Beaucoup de personnes sous-estiment l’apport positif des lubrifiants pour relever les défis du développement durable. Elles se contentent d’utiliser des lubrifiants basiques. Or, des lubrifiants spécifiques, choisis avec un spécialiste, leur permettraient d’atteindre des objectifs à la fois économiques, techniques et de développement durable. Par exemple, en moyenne, nos clients réduisent de 4 % la consommation énergétique de leur machine. C’est ainsi 52 000 tonnes de CO2 non rejetées en 2021. Même si ce type de lubrifiant peut coûter plus cher à l’achat, il ne faut pas s’y attarder. Il permet d’économiser davantage d’argent après seulement quelques mois.
Que signifie la notation EcoVadis médaille d’or que vous avez obtenue ?
Markus Hermann : EcoVadis évalue les entreprises en matière de développement durable. Elle observe l’aspect environnemental, le respect des droits de l’homme, vérifie si la gestion de l’entreprise est bien éthique, et enfin si les achats effectués sont durables. Les entreprises doivent remplir un questionnaire et fournir des documents avant d’être évaluées par EcoVadis. Cette plateforme française recherche aussi des informations sur l’entreprise sur internet. Le résultat est ensuite exprimé en points.
L’année dernière, 90 000 entreprises ont été évaluées par EcoVadis. Parmi elles, Klüber Lubrication a obtenu la notation EcoVadis Gold. Cette médaille d’or nous place dans les 6 % des meilleures entreprises. Cette reconnaissance externe concrétise nos efforts en matière de développement durable. Elle prouve aussi à nos collaborateurs que notre engagement est le bon, et elle envoie un signal important à nos clients. En effet, beaucoup de nos clients sont demandeurs de ce type de notation lorsqu’ils auditent leur supply chain.
Comment proposez-vous les produits les plus durables possible ?
M.H. : Un spécialiste fait toujours l’inventaire des lubrifiants utilisés sur les sites des clients. Notre programme Energy Efficiency repose d’ailleurs sur une méthode certifiée, avec laquelle nous démontrons les effets positifs de nos lubrifiants. Elle nous permet de chasser les doutes ou les appréhensions de nos clients avec de simples mesures. D’abord, nous effectuons des mesures avec le lubrifiant utilisé, puis nous effectuons des mesures dans les mêmes conditions avec notre lubrifiant.
Après ces deux tests, le client ne peut que constater le résultat : une réduction de la consommation d’énergie (et donc du CO2), avec une réduction de la consommation de lubrifiant. Par exemple, au lieu d’utiliser 5 000 litres d’huile minérale par an, nous proposons à nos clients de passer à des lubrifiants synthétiques, et de n’utiliser plus que 1 000 litres par an. Ainsi, ils prennent bien sûr soin de l’environnement en réduisant leurs déchets, mais ils prennent aussi soin de leurs collaborateurs. La manipulation de 5 000 litres de lubrifiant peut s’avérer contraignante dans les usines. Réduire ce volume a donc également un effet bénéfique pour le personnel.
En quoi donnez-vous l’exemple en matière de développement durable ?
M.H. : Il y a 26 ans, Klüber Lubrication était déjà le premier site de Munich avec un système de management environnemental certifié. Comme le montre notre rapport RSE publié chaque année, nous avons conservé cette volonté, et en 2011, nous avons développé de nouveaux produits en prenant en compte les aspects du développement durable tout au long du cycle de vie du produit. Cette méthodologie est désormais appliquée à tous les produits de notre portefeuille, et constamment améliorée. Tout comme nous, nos clients souhaitent en effet utiliser les produits les moins nocifs possible pour l’environnement.
L.P. : C’est pourquoi nous sommes vigilants à nos propres choix de fournisseurs de matières premières. Ils doivent s’inscrire dans cette démarche, en utilisant le moins de solvant possible par exemple. Par ailleurs, nous avons également développé une gamme d’hydro-lubrifiants, pour laquelle l’eau est utilisée comme produit de base au lieu d’huile minérale raffinée. Avec un lubrifiant bien choisi, les effets sont positifs pour l’entreprise, mais aussi pour l’environnement.
Outre notre travail sur nos produits, le développement durable et la nature sont constamment au cœur de nos préoccupations. Pour preuve, notre action de team building de 2019. Nous avons choisi de replanter des arbres dans le terrain inexploité derrière l’entreprise à Valence. Cette opération s’est multipliée dans d’autres pays à l’échelle du groupe. De plus, nous sensibilisons nos équipes à leur consommation liée au moyen de transport, et nous évitons d’imprimer des documents autant que possible. Notre travail en faveur du développement durable s’inscrit donc dans une démarche globale, et nos réunions commencent toujours par ce thème.
M.H. : Par ailleurs, 2022 est aussi la première année où Klüber Lubrication atteint la neutralité carbone pour ses sites de production et de vente. En 2019, nous avions défini un objectif de réduction de nos émissions de CO2 jusqu’à 75 % d’ici 2025. En trois ans, nous avons déjà réussi à les réduire de 49 %. Pour atteindre notre objectif final, nous nous apprêtons à financer des projets de développement durable afin que notre activité économique soit neutre au niveau climatique.
Avez-vous un mot de la fin ?
L.P. : Aujourd’hui, les entreprises se concentrent sur leur cœur de métier. Elles ont besoin que les fournisseurs leur apportent une expertise plus large. Au-delà du développement, de la fabrication et de la livraison du lubrifiant, notre rôle est donc de former les équipes de nos clients aux bons usages. Ils doivent comprendre quel lubrifiant utiliser pour telle application. Ils doivent aussi savoir quand l’appliquer, ou quand relubrifier.
Notre programme de TPM (Total Productive Maintenance) peut alors les aider. Il leur permet d’analyser en toute autonomie les huiles, les graisses… Des capteurs peuvent aussi leur permettre de récupérer des données pour connaître l’état de l’huile et déterminer quand une analyse ou un changement d’huile sera nécessaire. Nos clients apprécient cet accompagnement, en termes de connaissance, de compétences, de formation et d’activités connexes. Ils évitent par exemple de produire des déchets supplémentaires alors que l’huile est encore utilisable.
En conclusion, le choix d’un lubrifiant haute performance, avec le conseil et service adéquat du fournisseur est une source d’économie d’énergie, ce qui contribue à l’atteinte des objectifs de développement durable et de rentabilité.
Ce contenu a été réalisé avec SCRIBEO. La rédaction de BFMBUSINESS n’a pas participé à la réalisation de ce contenu.
EN DIRECT – "On est très loin d'un accord": les négociations se poursuivent chez Total

© Copyright 2006-2021 BFMTV.com. Tous droits réservés. Site édité par NextInteractive

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire