Le Jardin marocain ajoute de la beauté à la Foire mondiale des roses de Gifu, au Japon – Arabnews fr

https://arab.news/4zqc7
TOKYO: Samedi, la ministre marocaine du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, a inauguré la Roseraie mondiale de Gifu en présence du gouverneur de la préfecture de Gifu, Hajime Furuta, pendant la Semaine de la rose, qui se déroule du 8 octobre au 13 novembre.
Mme Ammor s’est également entretenue avec le ministre japonais du Tourisme à Tokyo, Saito Tetsuo, et ils ont évoqué le renforcement des relations touristiques. Elle a été la première ministre du Tourisme à se rendre au Japon après l’assouplissement des dispositifs frontaliers imposés par la Covid-19.
Au cours de sa visite à Tokyo, Mme Ammor a mené des entretiens constructifs avec le vice-président de l’Association japonaise des agents de voyage (Jata), Atsushi Sakai. Ils ont discuté de mesures concrètes concernant les échanges avec le Maroc et les perspectives d’avenir.
Le Jardin marocain, symbole de l’amitié entre le royaume du Maroc et la préfecture de Gifu, a été inauguré après une importante rénovation. Il présente un authentique jardin créé par dix artisans marocains à l’aide de techniques et de matériaux traditionnels.
Un marché de style marocain se tiendra du 15 au 23 octobre.
 
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.jp
https://arab.news/v7yrc
ABU DHABI: A la veille de son cinquième anniversaire en novembre, le Louvre Abu Dhabi offre aux amoureux de peinture une exposition unique « Impressionnisme : la modernité en mouvements ». Une première dans la région.
«Un cadeau», c’est ainsi que Manuel Rabaté, directeur du Louvre Abu Dhabi, décrit l’arrivée des 150 oeuvres d’art toutes inscrites dans le courant impressionniste. 
De Manet à Degas, en passant par Cézanne, Monet, Renoir, Sisley, Caillebotte, Morisot… des trésors sortis de la collection du musée parisien d’Orsay, partenaire de l’exposition aux cotés de France Museums. Au total plus de 100 peintures sont exposées sous la majestueuse coupole de Jean Nouvel, ainsi que des arts graphiques et des photographies, des extraits des films, des costumes et une installation contemporaine.
Pour arriver à ce résultat, il a fallu « une relation forte avec le Musée d’Orsay », confie Manuel Rabaté, dans un entretien accordé à Arab News en français.
« Femmes au jardin » de Claude Monet, « Le Balcon » d’Edouard Manet, « Les Raboteurs » de Caillebotte, ou encore « Les jeunes filles au piano » de Renoir sont des œuvres reproduites dans tous les livres d’histoire de la peinture occidentale du XIXe siècle. « Les plus belles œuvres impressionnistes qui n’ont jamais voyagé», affirme pour sa part Christophe Leribault, président du musée d’Orsay et du musée de l’Orangerie. « Jamais on n’a prêté autant de chefs-d’œuvre en même temps », confie à Arab News en français l’homme qui détient les clés de l’une des plus importantes collections impressionnistes au monde. Elles dialoguent jusqu’au 5 février 2023 avec celles du musée abu dhabien, dont une récente acquisition: « La Tasse de chocolat » de Pierre-Auguste Renoir, qui est dévoilée pour la première fois aux yeux des visiteurs.
Mais au-delà d’une exposition des chefs-d’œuvre, « il était important ici d’avoir une approche scientifique et pédagogique », ajoute Christophe Leribault. « C’est la mission du Louvre Abu Dhabi ».
Allant du milieu des années 1850 jusqu’à la fin du 19e siècle, le mouvement impressionniste accompagne et met en lumière l’émergence d’un nouveau monde et les bouleversements sociaux-économiques et technologiques dont il est le témoin. « Il était important pour nous avec les commissaires, de montrer comment les artistes ont introduit cette grande modernité dans la peinture et de proposer un regard renouvelé sur les impressionnistes, en montrant aussi quelques œuvres d’artistes qui les ont précédés, comme Courbet, et qui forment une sorte de contrepoint», ajoute Christophe Leribault. 
« Les impressionnistes ont changé drastiquement notre approche à la nature, à la ville. Ils ont vu l’industrialisation et le développement des métropoles, les transformations du marché de l’art », explique Sylvie Patry, conservatrice générale du musée parisien.
Pour Manuel Rabaté, cette émergence de modernité trouve écho dans la région du Golfe, elle aussi, en pleine transformation. De plus, « il y a une sorte de résonance entre une scène artistique locale en plein épanouissement et le cheminement des impressionnistes qui ont voulu changer de méthodologie, de sortir des ateliers, d’expérimenter. C’est intéressant de comprendre comment s’est déroulée l’aventure d’un mouvement aussi important ».
Un big-bang conceptuel
Inauguré il y a cinq ans par le président français Emmanuel Macron, le Louvre Abu Dhabi est né d’un accord inter-gouvernemental signé en 2007 entre la France et les Emirats. Cet accord a été d’ailleurs prolongé de dix ans (jusqu’à 2047), lors de la visite du président français en décembre 2021 aux Emirats.
Imaginé comme une sorte de laboratoire pour la matière muséale, c’est aussi le premier musée universel dans la région. « Nous avons mis en orbite un musée exceptionnel et nous avons inventé une nouvelle manière de raconter le musée universel au cœur du monde arabe, au carrefour de l’Asie et de l’Ouest, nous avons reconnecté l’histoire. C’était très fort et je pense qu’il y a eu une sorte de big-bang conceptuel », affirme Manuel Rabaté. 
Or « raconter ce qu’est l’universel dans la péninsule arabique au XXIe siècle était un vrai défi », selon Hervé Barbaret, directeur général de France Museums. « Et le dialogue entre les Emiratis et les Français a permis de construire cette nouvelle approche ». La difficulté venait du fait que le modèle universel au XXIe siècle n’est pas celui qui a été construit en France à l’époque de la philosophie des lumières au 18e siècle. « Avec, soyons honnêtes, une dimension assez occidentalo-centrée ».  
Pour construire le projet du Louvre Abu Dhabi il a fallu donc « renverser la table et se dire que le dialogue des cultures est un dialogue d’égal a égal. », constate Hervé Barbaret.
Bilan et perspectives
Cette nouvelle façon de raconter l’Histoire partagée de l’humanité à travers l’histoire de l’art se traduit par le partage des œuvres à travers les collaborations avec les établissements étrangers et locaux à l’instar de ceux de la Jordanie, de l’Arabie saoudite, d’Oman ou encore des autres émirats. Et un besoin de construire une collection qui reflète le caractère unique du musée. Le Louvre Abou Dhabi possède aujourd’hui environ mille objets dans sa collection propre.
Bien que l’accord franco-émirati prévoit les prêts des musées français, ils vont décroître aux fur et à mesure des années. Dans huit ans, « le Louvre Abou Dhabi doit être capable de voler de ses propres ailes », affirme Hervé Barbaret.
En cinq ans d’existence, le musée a enregistré 3 millions de visiteurs, malgré les trois années de Covid. Pour Manuel Rabaté, le premier bilan est positif, même s’il est écorné par la pandémie.
« Nous avons réussi à être résilients. On a fermé le musée pendant cent jours seulement et nous avons réussi à maintenir notre exigence de qualité pour les expositions et les galeries permanentes, et dans les programmations pour le public », se félicite le directeur. « Nous avons joué notre rôle dans les stratégies touristiques et éducatives, nous avons participé au côté « vivre ensemble » des communautés. Maintenant nous sommes en train de reconquérir notre jeune public, celui des écoles. Cela nous manquait et c’était très frustrant car nous avons une mission de transmission. »
Recherche sur la matérialité des œuvres
La Covid-19 a mis en pause plusieurs projets du musée, dont celui de l’Académie Louvre Abu Dhabi avec une offre des formations en histoire de l’art a destination du grand public. Maintenant que la pandémie s’estampe, « nous souhaitons labelliser le fait que l’on est un lieu de formation et d’excellence », affirme le directeur. Ainsi, sous les pieds du visiteur, se sont construits un laboratoire de recherche et un centre de documentation. « Nous menons des projets de recherche sur la matérialité des œuvres et sur les histoires inter-connectées », ajoute Manuel Rabaté. « Nous avons signé plusieurs accords avec les universités pour justement s’interfacer avec le système académique ». Enfin, dans le cadre du transfert des compétences, des jeunes Emiraties et Emiratis sont formés aux métiers de musée tels que conservateur, collection manager ou en médiation. 
Situé sur l’île de Saadiyat, le futur quartier culturel de la capitale des Emirats, le Louvre Abou Dhabi est le premier déjà réalisé, des cinq méga projets culturels, actuellement en construction. Ce nouveau paysage culturel représente un nouveau défi : il va rebattre les cartes et obligera à se ré-inventer. « Nous serons entourés par des lieux impressionnants tels que Zayed National Museum, Guggenheim Abou Dhabi, Musée de l’histoire naturelle, et même la maison Abrahamique. On va devoir être original à l’intérieur d’une scène qui se développe. », ajoute Manuel Rabaté. Ainsi, la stratégie doit s’articuler à l’intérieur de cet écosystème culturel et autour d’un accroissement de l’offre. « On va avoir besoin de penser à la programmation et de trouver des synergies avec les autres musées. Le but, c’est de ne pas se cannibaliser, mais bien sûr de grandir ensemble ».
https://arab.news/jt6wn
DUBAÏ: Le prince héritier du Koweït, cheikh Michal al-Ahmad al-Jaber al-Sabah, a incité le peuple de son pays à surveiller les performances des députés et à les «tenir responsables» dans le discours d’ouverture qu’il a prononcé lors de la 17e Assemblée nationale du pays, mardi.
Cheikh Michal ajoute que les membres du Parlement devraient tenir les promesses qu’ils ont faites et il s’est par ailleurs engagé à suivre les travaux qui concernent le plan stratégique.
Le prince héritier a ordonné aux politiciens de respecter les pouvoirs constitutionnels de l’émir, ajoutant que l’opposition affaiblissait le gouvernement.
«Ne vous laissez pas influencer par les voix dissidentes qui veulent briser l’unité nationale», leur a-t-il demandé.
 
En développement…
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
https://arab.news/b8wgq
TOKYO: A l’école de mode Bunka de Tokyo, dans un silence entrecoupé de bruits de ciseaux et de machines à coudre, des étudiants rêvent de Paris et de la renommée mondiale qu’ont connue leurs glorieux aînés aujourd’hui vieillissants ou disparus.
La mort de Kenzo Takada en octobre 2020 puis celle d’Issey Miyake en août marquent la fin d’une époque, après la révolution engendrée dans les années 1970-80 par les créateurs de mode japonais en France et dans le monde.
Cela renforce les attentes envers une nouvelle génération de stylistes comme Takuya Morikawa, un ancien de Bunka âgé de 40 ans et dont les vêtements chics inspirés du streetwear ont fait leurs débuts lors des défilés parisiens il y a deux ans.
Avant de lancer sa marque TAAKK en 2013, il a passé huit ans dans le studio d’Issey Miyake, travaillant notamment sur la célèbre ligne « Pleats Please » et explorant des méthodes artisanales traditionnelles.
M. Morikawa a été affecté par le décès de son mentor. « Nous devons faire de notre mieux pour que la mort de ces créateurs n’ait pas d’impact sur le monde de la mode. Si cela se produit, cela signifie que nous faisons mal notre travail ».
Un autre à avoir repris le flambeau est Nigo (Tomoaki Nagao de son vrai nom), qui s’est fait connaître dans les années 1990 avec sa marque de streetwear A Bathing Ape. Lui aussi diplômé de Bunka, il a été nommé directeur artistique de Kenzo l’année dernière.
Sacai, autre marque de mode japonaise au succès international, a été fondée en 1999 par la styliste Chitose Abe qui a notamment collaboré avec le couturier français Jean Paul Gaultier.
Compétition commerciale 
Kenzo et Issey Miyake sont partis à la conquête du monde depuis Paris, tout comme la pionnière de la haute couture japonaise Hanae Mori, décédée en août à 96 ans. Yohji Yamamoto, aujourd’hui âgé de 79 ans, et Rei Kawakubo, 80 ans, fondatrice de Comme des Garçons, symbolisent encore cette génération dorée.
La mode japonaise d’avant-garde a autrefois « secoué le monde », selon la présidente de Bunka, Sachiko Aihara, qui se rappelle comment ses étudiants s’étaient habillés de noir après le lancement par Yohji Yamamoto de sa première ligne de vêtements monochromes.
Toutefois, « l’époque où un créateur présente une collection que tout le monde porte est révolue ». En cause, la multiplication de l’offre « et non un déclin du talent », estime Mme Aihara, pour qui il est désormais également essentiel d’avoir des connaissances commerciales avant de lancer une marque compétitive.
La créatrice Mariko Nakayama, qui a longtemps travaillé comme styliste dans le milieu de la mode à Tokyo et projette de lancer sa marque en France, se souvient d’avoir eu « la chair de poule » en portant Comme des Garçons pour la première fois.
Elle estime aussi que l’industrie est différente aujourd’hui. « En regardant Virgil Abloh pour Louis Vuitton par exemple, j’ai l’impression que nous sommes entrés dans une ère d’édition », où les créateurs apportent des retouches modernes à des formes et motifs classiques, dit-elle dans sa boutique du quartier chic d’Omotesando à Tokyo.
«Nouvelles valeurs»
Car travailler à Paris, Londres, New York ou Milan est toujours considéré comme la clé du succès pour les créateurs japonais, explique Aya Takeshima, 35 ans, qui a étudié à la Central Saint Martins de Londres.
Le récent défilé de Mme Takeshima à la Fashion Week de Tokyo pour sa marque Ayame présentait des chemisiers transparents et des robes gaufrées, tandis que des mannequins masculins portaient des robes élégantes.
Etudier à l’étranger lui a permis d’avoir des perspectives différentes. « Au Japon, on dirait qu’on inculque d’abord la technique. Les idées et les concepts (…) sont secondaires », alors que c’est l’inverse à Londres, selon elle.
Consciente aussi de la nécessité pour ses étudiants d’une ouverture sur le monde, Bunka compte offrir une bourse d’études à l’étranger dans le cadre des célébrations de son 100e anniversaire l’année prochaine.
Pour Natalia Sato, 21 ans, l’une de ses étudiantes, Issey Miyake et la vieille garde « ont apporté au monde beaucoup de valeurs japonaises et orientales », notamment des techniques inspirées d’un artisanat traditionnel riche et subtil.
« Je suis inquiète que les fondations qu’ils ont construites puissent être détruites avec leur disparition », mais « en même temps, c’est un tournant » qui pourrait offrir de nouvelles opportunités créatives, juge-t-elle. « C’est une chance pour moi de réfléchir à la façon dont nous pouvons créer de nouvelles valeurs ».

source

bilan professionnel Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan pro Poitiers tours

pourquoi faire un bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

contenu d’un bilan de compétences Poitiers tours

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire