Le conflit, votre prochain outil pour mieux collaborer – LesAffaires.com

| Se connecter
Bourse: les gagnants et les perdants du jour
Mis à jour il y a 31 minutes  |  Refinitiv
CPG ou obligations? Dans quoi devrait-on investir?
13:45  |  Morningstar
Où s’en va le dollar?
07:30  |  Pierre Cléroux
Twitter chute à Wall Street
21/10/2022  |  AFP
Embauche: Aukazi veut répondre aux besoins urgents et temporaires
07:54  |  Catherine Charron
Le salon de la transformation numérique
Publié le 15/08/2022 à 07:30
Publié le 15/08/2022 à 07:30
Ne frissonnez plus à l’idée des conflits en milieu de travail! grâce à ces conseils de La Chicanerie. (Photo: 123RF)
RHéveil-matin est une rubrique quotidienne où l’on présente aux gestionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur journée. En sirotant votre breuvage préféré, découvrez des astuces inédites pour rendre vos 9@5 productifs et stimulants.


RHÉVEIL-MATIN. Le ton s’envenime dans les échanges électroniques entre collègues, selon des données récentes de l’Institut de recherche Gartner. Cela fait craindre une détérioration des milieux de travail aux experts consultés par WorkLife. Et si la solution à cette préoccupation n’était pas justement de tirer profit de ces conflits?
Forte de sa quinzaine d’années d’étude et d’accompagnement sur le terrain, c’est le pari que fait l’équipe du laboratoire d’innovation social Percolab Coop, avec La Chicanerie. Lancés il y a un peu plus d’un an, ces ateliers gratuits invitent les citoyens à muscler leurs aptitudes à gérer «sainement» la discorde, afin de bonifier leur collaboration.
En milieu de travail, «ça signifie de normaliser les conflits, d’accueillir la discorde, de valider les émotions présentes, de les démêler et d’identifier le besoin sous-jacent. À partir de là on crée une relation de confiance et d’ouverture, explique Stéphanie Bossée, co-gestionnaire du Percolab. Au lieu de le voir comme quelque chose de mauvais ou comme un signe de problème, ça devient un levier pour mieux collaborer».
Dans les entreprises où les disputes sont tabous, on remarque un plus fort taux de roulement et davantage de griefs, tout comme des échanges où le ton monte plus facilement et où émane davantage de frustration chez les salariés, énumère Stéphanie Bossée. 
Celle qui cumule près de 20 ans dans le domaine de la gestion des ressources humaines constate d’ailleurs que de nombreuses entreprises comptent la collaboration parmi leurs valeurs, mais que rares sont celles qui jouissent de marche à suivre pour s’assurer qu’elle se passe bien.
Pour amadouer les désaccords inévitables en milieu de travail, aussi petits soient-ils, tous les employés doivent disposer d’un vocabulaire et d’outils communs assimilés avant que ne survienne un réel conflit, conseille Stéphanie Bossé. Et c’est ce que permet d’apprendre la Chicanerie.
 
«Dans une organisation plus traditionnelle, quand il y a une situation conflictuelle, la norme c’est d’aller voir mon supérieur pour [qu’il la règle], explique la cofondatrice du Percolab, Samantha Slade. Collectivement, on [doit partager] la responsabilité de notre qualité relationnelle dans des situations communicationnelles plus difficiles qui arriveront inévitablement dans une équipe.»
Ainsi, gestionnaires et leaders ne campent plus le rôle de la personne qui doit trouver la solution aux différends, mais devient plutôt un mentor, illustre l’autrice du livre Le leadership horizontal: instaurer une organisation non hiérarchique, une pratique à la fois. Ce sera toutefois sa responsabilité de s’assurer que la saine gestion des conflits fasse bel et bien partie de la culture de l’entreprise.
Cette approche collective permettrait même de mettre en lumière les tensions qui existent au sein d’équipes qui semblent pourtant harmonieuses. «Des organisations sortent des statistiques selon lesquelles tout va bien, mais on apprend par la suite qu’il y avait une culture du blâme tellement bien implantée que les gens avaient peur de parler de ce qu’ils vivaient réellement et les plaintes étaient écartées», souligne Stéphanie Bossé.
En créant un espace de «sécurité psychologique», où les travailleurs pourront nommer leur malaise ou leur désaccord «avec franchise et bienveillance», ces organisations pourront se démarquer, et tirer leur épingle du jeu. «Celles qui seront capables de s’adapter et faire ce travail seront outillées pour l’avenir», assure Samantha Slade.
 
Pour ne plus rater ce rendez-vous, recevez votre RHéveil-matin dans votre boîte de courriels!


 


 
À suivre dans cette section
Le Tribunal administratif du travail avait donné raison aux syndicats lors de la négociation des primes.
Les Canadiens âgés de 12 ans et plus pourront désormais recevoir en rappel un nouveau vaccin bivalent approuvé.
REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a légèrement progressé.
Voici les titres d’entreprises qui ont le plus marqué l’indice S&P/TSX aujourd’hui.
Que faire avec les titres de Twitter, TFI International et Shopify? Voici quelques recommandations d’analystes.


Mot de passe ou pseudonyme oublié

Se connecter

Inscription
Votre meilleur allié pour faire grandir votre entreprise, votre carrière et votre portefeuille. Économisez 75% sur le prix en kiosque !
L’intelligence financière. Économisez 19% sur le prix en kiosque.
Groupe Context Inc.
Un site de Groupe Contex Inc.
355 rue Sainte-Catherine Ouest suite 501
Montréal, QC H3B 1A5
(514) 392-2009

Tous droits réservés. Groupe Contex Inc. © 2022




Pseudonyme ou mot de passe incorrect
Compte non confirmé. Regardez vos courriels.
Vous devez lier vos comptes lesaffaires.com et Linkedin avant d’utiliser cette fonctionnalité
Vous devez être connecté pour accéder à cette fonctionnalité.
pour vous connecter ou ici pour vous inscrire.

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire