Le cardinal Aveline dénonce «le cynisme effrayant» de la Russie en … – Arabnews fr

https://arab.news/67uh8
MARSEILLE: Dans une prière pour la paix dimanche à Marseille, le cardinal Aveline a dénoncé « le cynisme effrayant » du gouvernement russe en Ukraine comme la répression des musulmans Rohingyas en Birmanie ou le drame des migrants en Méditerranée.
Dans son prêche, sur le parvis de la basilique Notre-Dame de la Garde, l’archevêque de Marseille, Jean-Marc Aveline, s’est d’abord étendu sur la guerre en Ukraine et ce conflit déclenché par « l’invasion des armées russes ».
Devant une petite centaine de personnes, dont des représentants des différentes religions et le maire de gauche de Marseille Benoît Payan, le religieux a stigmatisé « le cynisme effrayant » du gouvernement russe qui, « en s’alliant à l’hiver », s’en prend désormais « aux civils ukrainiens en les privant d’électricité, de chauffage, d’eau et de nourriture », « dans le but de punir un peuple ».
Mais Mgr Aveline a également tenu à prier pour le peuple russe « car tous les peuples, quoi qu’en disent leurs dirigeants, souvent trop corrompus pour être clairvoyants, demandent la paix et non la guerre ».
Balayant l’ensemble des conflits en cours à travers le monde, il a évoqué les Ouïghours, « turcophones majoritairement musulmans », réprimés par les autorités chinoises au Xinjiang « pour leur appartenance ethnique »; le peuple libanais, victime du « cynisme d’une classe politique corrompue »; « le conflit sanglant » en Ethiopie; « la guerre civile au Yémen, sur fond de rivalité entre l’Iran et l’Arabie Saoudite ».
Puis il a insisté sur « la répression terrible » en Birmanie, « notamment » envers les musulmans Rohingyas, victimes « d’une vaste campagne de massacres, de viols et d’incendies criminels menés par l’armée ».
Mgr Aveline a aussi tenu à évoquer le drame des migrants tentant de fuir la pauvreté et la violence en traversant la Méditerranée, après avoir échoué « dans l’enfer des prisons libyennes, exploités par des mafias sans scrupule ».
Or ces mafias de passeurs sont « protégées par des conventions avec l’Union européenne qui rendent de plus en plus difficile l’action des ONG » actives dans le secours en mer, a accusé l’archevêque de Marseille, en rendant hommage, sans les citer, à ces associations comme SOS Méditerranée, basée dans la cité phocéenne, qui « s’emploient à secourir ces personnes abandonnées sur des embarcations éphémères en Méditerranée centrale ».
Créé Cardinal fin août au Vatican, Mgr Aveline, particulièrement engagé dans le dialogue inter-religieux, est considéré comme proche de la ligne sociale du pape argentin François.
https://arab.news/j7sp4
PORT LOUIS: Le Royaume-Uni et Maurice ont entamé des discussions sur la souveraineté de l’archipel contesté des Chagos, a annoncé dimanche le Premier ministre mauricien.
Les Chagos sont au cœur d’un litige vieux de plus de cinq décennies. Depuis 1965, l’archipel est administré par Londres, qui a décidé d’y installer une base militaire commune avec les Etats-Unis, sur l’île principale de Diego Garcia.
Maurice a obtenu son indépendance en 1968 mais les Chagos, situées au nord-est de Maurice, sont restées sous administration britannique.
« Les derniers développements sur le dossier des Chagos sont bien encourageants. Les négociations entre Maurice et la Grande-Bretagne ont commencé », a annoncé le Premier ministre mauricien Pravind Jugnauth lors d’une adresse pour le Nouvel An.
Maurice revendique le territoire des Chagos et a multiplié depuis 1975 les procédures judiciaires afin d’obtenir le retour de l’archipel dans son giron.
Une résolution de l’Assemblée générale des Nations unies en mai 2019 demande notamment « à l’Organisation des Nations unies et à toutes ses institutions spécialisées de reconnaître que l’archipel des Chagos fait partie intégrante du territoire mauricien, d’appuyer la décolonisation de Maurice le plus rapidement possible et de s’abstenir d’entraver ce processus en reconnaissant ou en donnant effet à toute mesure prise par ou au nom du +Territoire britannique de l’océan Indien+ ».
Cette résolution faisait suite à une décision dans le même sens de la Cour internationale de Justice rendue quelques mois plus tôt.
Le Royaume-Uni a expulsé environ 2.000 habitants des Chagos vers Maurice et les Seychelles pour faire place à la base militaire américaine. Des Mauriciens originaires des Chagos accusent le Royaume-Uni d' »occupation illégale ».
En 2016, le Royaume-Uni a prolongé jusqu’en 2036 un contrat sur l’utilisation de la base militaire avec les Etats-Unis, qui a notamment joué un rôle stratégique lors de la Guerre froide puis dans les années 2000 lors des conflits en Irak et en Afghanistan.
https://arab.news/byu2y
BAKHMOUT, UKRAINE: Mark Kouptchenenko vit seul dans une grande maison abandonnée à Bakhmout et se rend chaque jour sur les positions de l’armée ukrainienne pour tenter de soulager la détresse de ses frères d’armes soumis au déluge du feu russe.
L’homme, âgé de 26 ans, est aumônier militaire, et son franc-parler détonne avec le discours généralement en vigueur sur « le très haut moral » des soldats engagés sur l’un des points les plus chauds du front de l’est de l’Ukraine.
Le jeune prêtre, qui avant d’entrer dans l’armée a officié dans les prisons puis aux côtés de malades du Covid ou d’enfants en souffrance, a choisi de vivre à l’écart des soldats. « Pour ne pas devenir trop proche », « préserver son image » d’aumônier et accomplir au mieux sa tâche, raconte-t-il à l’AFP.
Tous les jours, il va sur le front. « Je parle avec les hommes, je prie, je transmets la parole de Dieu, j’essaye de répondre aux questions difficiles que peuvent poser des hommes qui vivent dans de telles conditions inhumaines », explique-t-il.
Depuis plus de six mois, les forces russes et les paramilitaires du groupe Wagner tentent, jusqu’ici sans succès, de s’emparer de la ville, au prix de lourdes pertes des deux côtés, et de destructions inimaginables.
Les soldats engagés dans la bataille de Bakhmout sont soumis à une « incroyable fatigue » morale et physique. Et dans cette guerre d’attrition sans fin, certains finissent par se percevoir « comme de la viande, juste bons à être envoyés à la mort », explique M. Kouptchenenko.
Il n’y a pas ou très peu de rotations, « ils sont en permanence au combat », sous une pression énorme, soumis à des ordres que parfois ils ne comprennent plus.
Certains font « des crises de panique, leurs mains tremblent, ils sont incapables de prendre le moindre repos », raconte l’aumônier.
Ceux-là « se sentent abandonnés, ont l’impression que personne n’a besoin d’eux, et qu’ils sont juste interchangeables », poursuit-il.
« Mon rôle en tant qu’aumônier est de leur rappeler pourquoi ils sont là. Ils sont le bouclier humain entre l’ennemi et notre peuple. Sans eux, les Orcs (surnom péjoratif donné aux Russes, en référence aux créatures sanguinaires inventées par l’écrivain britannique J.R.R. Tolkien, ndlr) seraient dans nos maisons pour violer tuer et détruire », assure M. Kouptchenenko dans un débit rapide et ininterrompu.
« Ils donnent leur âme pour nous, pour leur peuple, pour leur famille », ajoute l’aumônier. « Je ne peux pas leur garantir qu’ils reviendront, mais je leur dis que si nous croyons suffisamment en Dieu, Il nous accueillera dans son Royaume ».
https://arab.news/rmre8
BRASILIA: Le nouveau président du Brésil Luiz Inacio Lula da Silva s’est engagé dimanche après son intronisation au Congrès « à reconstruire le pays » et à réconcilier des Brésiliens très divisés, en évoquant le bilan « désastreux » de son prédécesseur Jair Bolsonaro.
« Je vais gouverner pour 215 millions de Brésiliens, et pas seulement ceux qui ont voté pour moi », a lancé devant une marée humaine un Lula visiblement éprouvé, à 77 ans, par une longue journée de cérémonies et la chaleur estivale de Brasilia.
Submergé par l’émotion et s’interrompant à cause de sanglots, le chef historique de la gauche s’est engagé à lutter contre la faim, « le plus grave des crimes » et à « combattre toutes les formes d’inégalités ». « Plus personne ne sera un citoyen de seconde classe », a-t-il promis.
« C’est comme une renaissance », a dit à l’AFP Lurdiana Araújo, coiffée d’une casquette rouge. « Nous avons passé quatre ans à souffrir. Aujourd’hui nous assistons à une renaissance de la démocratie », insiste cette Brésilienne, qui attendu des heures pour assister au discours de Lula devant le palais présidentiel de Planalto.
Peu avant, Lula avait accusé Jair Bolsonaro, son prédécesseur d’extrême droite, qui a snobé les cérémonies, d’avoir « épuisé les ressources de la santé, démantelé l’éducation, la culture, la science et la technologie et détruit la protection de l’environnement ».
Le nouveau président a assuré en outre que le Brésil, grande puissance agricole, n’avait « pas besoin de déboiser » pour soutenir son agriculture. La communauté internationale attend de lui des gestes forts sur l’environnement.
Une minute de silence a été observée au Congrès en hommage à la légende brésilienne du football, Pelé, décédé jeudi, et au pape émérite Benoît XVI, mort samedi.
A la fin de son discours, une partie du Congrès a ovationné le président, vêtu d’un costume et d’une cravate bleus, aux cris de « Lula guerrier du peuple brésilien! ».
Come-back remarquable
Elu de justesse le 30 octobre contre Bolsonaro, le vieux lion de la politique brésilienne a été investi pour un troisième mandat à la tête du grand pays émergent, 12 ans après avoir quitté le pouvoir à l’issue de deux mandats (2003-2010).
Le retour de Lula au Palais du Planalto signe un come-back remarquable pour celui qui a connu la prison il y a seulement quatre ans après avoir été accusé de corruption.
Maria Augusta Alvarez Silva, une enseignante de 51 ans venue de l’Etat de Sergipe (nord-est), a pleuré à chaudes larmes. « Ce discours m’a émue parce qu’il m’a fait revivre toute sa trajectoire, après la prison, les injustices … Tout le monde disait qu’il était fini », explique-t-elle.
Des dizaines de milliers de Brésiliens, vêtus de rouge, la couleur de son Parti des Travailleurs (PT), ont salué dans la liesse Lula le long de son parcours dans la traditionnelle Rolls Royce décapotable, dans laquelle il avait pris place en dépit des craintes liées à la sécurité, avec son vice-président de centre droit Geraldo Alckmin et leurs épouses.
Aucun trouble n’avait été rapporté en fin de journée alors que les cérémonies d’investiture avaient été placées sous haute sécurité, par crainte d’actions de protestation des militants d’extrême droite qui ne reconnaissent toujours pas la victoire de Lula.
Jair Bolsonaro, qui a quitté le Brésil deux jours avant la fin de son mandat pour la Floride, aux Etats-Unis, n’a donc pas remis l’écharpe présidentielle à son successeur comme le veut la tradition démocratique, ce qui ne s’est pas produit depuis 1985 et la fin du régime militaire.
C’est un groupe de citoyens, parmi lesquels le cacique et défenseur emblématique de la forêt amazonienne Raoni Metuktire, qui lui a remis la fameuse écharpe sertie d’or et de diamants au Palais présidentiel du Planalto, joyau architectural d’Oscar Niemeyer.
La journée a allié la pompe, avec des cérémonies officielles auxquelles a assisté une vingtaine de chefs d’Etat — un record — à une fête populaire avec des concerts organisés par Rosangela da Silva, « Janja », l’épouse de Lula.
Le président français Emmanuel Macron a félicité son nouvel homologue brésilien avec deux tweets, en français et en portugais.
« Ordre et Progrès : le Brésil fait honneur à sa devise. Bravo cher Président, cher ami @LulaOficial, pour ton investiture. Nous sommes ensemble! »
Créer le chaos
Reclus et quasi muet depuis sa défaite d’octobre, Bolsonaro, qui perd son immunité présidentielle, a quitté le Brésil vendredi.
Alors que ses fidèles les plus radicaux voulaient empêcher l’accession de Lula au pouvoir et campent toujours devant des casernes du pays, réclamant une intervention militaire, la sécurité avait été largement renforcée à Brasilia.
Des patrouilles ont eu lieu à l’aéroport de la capitale près duquel un engin explosif a été découvert il y a une semaine dans un camion-citerne, posé par un bolsonariste qui voulait « créer le chaos ».

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire