Le bilan de la frappe sur Makiïvka grimpe à 89 morts, selon Moscou – RTS.ch

Retrouvez-nous sur :
– Le bilan de la frappe ukrainienne le soir du Nouvel An sur un bâtiment où étaient regroupés des soldats russes à Makiïvka, dans l’est de l’Ukraine, a grimpé à 89 morts, a annoncé mardi soir le ministère russe de la Défense.
– Pour le général Jérôme Pellistrandi, rédacteur en chef de la “Revue Défense Nationale”, cette frappe prouve tant l’amateurisme du commandement russe que l’efficacité des Ukrainiens.
– Une nouvelle attaque aérienne a visé Kiev lundi à l’aube, après une journée du Nouvel An marquée par des dizaines de frappes russes qui ont fait au moins quatre morts.
– L’Ukraine et l’Union Européenne tiendront un sommet à Kiev le 3 février pour discuter du soutien financier et militaire européen, a annoncé lundi soir le bureau de Volodymyr Zelensky.
Suivi assuré par RTSinfo
23h20
Le bilan de la frappe sur Makiïvka grimpe à 89 morts
17h30
Analyse: le conflit actuellement dans une impasse
16h40
Vladimir Poutine ordonne la projection de "films documentaires" sur l'offensive russe en Ukraine
15h00
Un sommet Ukraine-UE prévu le 3 février
14h50
A Makiïvka, le bilan de conscrits russes tués pourrait être revu à la hausse
11h45
Deuil et colère après la mort de dizaines de soldats russes
10h30
La Russie s'enlise et doit s'adapter
MARDI 3 JANVIER
Jérôme Pellistrandi: "La frappe ukrainienne prouve l’amateurisme du commandement russe"
17h45
L'armée ukrainienne reconnaît avoir frappé
16h15
Au moins 63 militaires russes tués dans une frappe ukrainienne
LUNDI 2 JANVIER
Retour sur les événements de dimanche et lundi
Le bilan de la frappe ukrainienne le soir du Nouvel An sur un bâtiment où étaient regroupés des soldats russes à Makiïvka, dans l’est de l’Ukraine, a grimpé à 89 morts, a annoncé mardi soir le ministère russe de la Défense.
“La cause principale (…) est l’allumage et l’utilisation massive par le personnel de téléphones portables à portée des armes ennemies, contrairement à l’interdiction”, a expliqué le général Sergueï Sevrioukov dans un communiqué vidéo diffusé par le ministère russe de la Défense.
La guerre en Ukraine semble être entrée dans une impasse en ce début 2023, alors que peu de mouvements sont observés sur le front depuis des semaines. De part et d’autre, on défend ses positions en attendant une probable offensive.
Depuis la contre-offensive ukrainienne qui a conduit à la libération de Kherson en novembre, peu de mouvements ont été observés sur la ligne de front d’un millier de kilomètres. Les deux parties campent sur leurs positions, se concentrant sur la bataille à Bakhmout, une ville qui ne représente aujourd’hui plus réellement d’enjeu stratégique.
“Aujourd’hui, les Ukrainiens ont clairement un ascendant opérationnel et moral. Ils sont optimistes sur leur futur et ont réussi à faire monter en compétences leurs brigades territoriales grâce à la formation de leurs officiers, avec l’aide notamment du Royaume-Uni et de la France”, estime Cédric Mas, qui se refuse cependant à toute prospective.
Dépendance à l’aide internationale
“L’ascendant psychologique peut se perdre et tout peut basculer très vite dans un sens comme dans l’autre”, souligne-t-il. Les Ukrainiens en particulier dépendent beaucoup de l’aide qu’ils recevront de leurs alliés et de quand celle-ci arrivera.
Côté russe, le succès des opérations futures passe par la recherche d’approvisionnements alternatifs pour les armes et pour la logistique. Du point de vue des ressources humaines, une faiblesse connue des forces armées russes, de nouvelles mesures pourraient – selon les autorités ukrainiennes – empêcher les hommes de moins de 55 ans de quitter le territoire à partir du 5 janvier.
Si cela pourrait aider à renflouer les effectifs, il n’est pas certain que cela résolve les problèmes d’encadrement et de formation exposés au grand jour depuis le début de l’opération spéciale en Ukraine, comme le Kremlin s’obstine à appeler cette guerre.
>> Lire en détail toute l’analyse: En Ukraine, Moscou piétine sans montrer de signes de fléchissement
Le président russe Vladimir Poutine a ordonné mardi à son gouvernement d’organiser d’ici février la projection au cinéma de “films documentaires” sur l’offensive des forces de Moscou en Ukraine.
“Au ministère de la Culture de soumettre des propositions pour assurer la projection de films documentaires nationaux dans les réseaux de cinémas sur des sujets liés à l’opération militaire spéciale, la lutte contre la propagation de l’idéologie néo-nazie et néo-fasciste”, peut-on lire dans un message publié sur le site du Kremlin.
Cette décision intervient après plusieurs revers subis par l’armée russe en Ukraine, qui a dû ces derniers mois abandonner la région de Kharkiv dans le nord-est et la ville de Kherson, dans le sud.
Un sommet entre l’Ukraine et l’Union européenne se déroulera à Kiev le 3 février pour discuter du soutien financier et militaire européen, a annoncé le bureau du président Volodymyr Zelensky.
L’UE a confirmé la date mais pas le lieu de cette réunion. “Je ne peux pas à ce stade confirmer le lieu”, a à cet égard déclaré mardi Barend Leyts, le porte-parole du président du Conseil européen Charles Michel.
Il a précisé que participeraient à ce sommet Volodymyr Zelensky, Charles Michel et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et non les 27 chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres.
Nouveau programme d’aide financière
Selon un communiqué de la présidence ukrainienne, Volodymyr Zelensky a parlé des détails du sommet avec Ursula von der Leyen au cours de sa première conversation téléphonique de l’année lundi. “Les deux parties ont discuté des résultats attendus du prochain sommet Ukraine-UE qui doit se dérouler le 3 février à Kiev et ont convenu d’intensifier les travaux préparatoires”, a souligné le bureau de Volodymyr Zelensky.
Les deux dirigeants ont ensemble évoqué la livraison d’armes “appropriées” et le lancement du nouveau programme d’aide financière à l’Ukraine, d’un montant de 18 milliards d’euros, adopté en décembre par le Parlement européen.
Dimanche, des médias russes et ukrainiens avaient commencé à faire état de la frappe ukrainienne à Makiïvka en affirmant que le bâtiment touché accueillait des conscrits russes, donc des soldats non professionnels.
Une source au sein des autorités séparatistes locales a indiqué à l’agence de presse publique russe TASS que ce bombardement avait été rendu possible par une “utilisation importante par les militaires qui venaient d’arriver de leurs téléphones portables”, ce qui aurait permis leur géolocalisation par l’armée ukrainienne.
Dires d’Igor Strelkov
Selon l’ancien commandant séparatiste Igor Strelkov, très au fait de la situation sur le terrain, le bâtiment qui abritait les conscrits russes a été entièrement détruit par la frappe car des munitions y étaient stockées.
“La quasi-totalité du matériel militaire, qui se trouvait à proximité du bâtiment sans le moindre signe de camouflage, a également été détruite”, a-t-il écrit sur Telegram, estimant le nombre de victimes à “plusieurs centaines”.
Selon la chaîne Telegram “Rybar”, l’une des principales sources prorusses sur la guerre en Ukraine, le bâtiment abritait 600 personnes.
>> Voir le sujet du 12h45 de la RTS:

La Russie a reconnu la mort de 63 de ses soldats, tués dans une frappe en Ukraine. [RTS]

La Russie a reconnu la mort de 63 de ses soldats, tués dans une frappe en Ukraine. / 12h45 / 1 min. / aujourd’hui à 12:45


Des rassemblements se sont tenus mardi en Russie pour rendre hommage aux militaires russes tués par une frappe dans l’est de l’Ukraine, un choc qui a déclenché une vague de critiques contre l’armée.
Environ 200 personnes ont participé à un rassemblement autorisé à Samara (centre), d’où étaient originaires certains des soldats tués. Des habitants ont déposé des roses ou des couronnes de fleurs devant une flamme éternelle sur l’une des principales places de la ville, avant de s’incliner respectueusement ou de faire le signe de croix.
Un prêtre orthodoxe a récité une prière, puis des soldats ont effectué un salut en tirant en l’air. Selon des médias locaux, des rassemblements avaient lieu dans d’autres villes de la région, notamment Togliatti et Syzran.
Dans son discours de Nouvel An, le président russe Vladimir Poutine a affirmé que “la justesse morale et historique” était du côté de la Russie. Pour le chercheur associé à l’Institut Jacques Delors Cyrille Bret, spécialiste de la Russie, le discours et les actes de Moscou ne montrent manifestement “aucun infléchissement”.
L’enlisement russe n’était pas du tout dans les plans du Kremlin, qui doit désormais s’adpater. “Cela fait longtemps que les autorités russes ont compris qu’elles ne pourraient emporter aucun succès à court terme et que cette opération militaire était promise à durer plusieurs mois, voire plusieurs années”, a-t-il réagi mardi dans l’émission Tout un monde de la RTS.
Les autorités russes, qui ont placé leur crédibilité personnelle dans cette guerre, sont “condamnées au succès”, selon Cyrille Bret. “Il en va du maintien de l’autorité de Vladimir Poutine”, ajoute-t-il.
>> Ecouter son interview complète dans l’émission Tout un monde:

Une résidente ukrainienne quitte la ville de Zaporizhzhya après une attaque de missiles russes le dimanche 1 janvier 2023. [Andriy Andriyenko/AP Photo - Keystone]Andriy Andriyenko/AP Photo – Keystone

Un enlisement russe en Ukraine / Tout un monde / 10 min. / aujourd’hui à 08:14


Lundi en fin de journée, l’armée ukrainienne a revendiqué la frappe qui a tué, selon le bilan de Moscou, 63 soldats russes à Makiïvka, dans l’est de l’Ukraine. Cette frappe pourrait être l’un des temps forts de cette guerre, d’autant plus qu’elle souligne l’amateurisme des Russes, a expliqué mardi dans La Matinale de la RTS le général Jérôme Pellistrandi, rédacteur en chef de la “Revue Défense Nationale”.
“C’est un fait de guerre important, d’autant plus que les Russes l’ont médiatisé. Ils vont visiblement l’utiliser comme un argument pour justifier la poursuite de la guerre contre l’Ukraine”. Et d’ajouter: “C’est particulièrement humiliant. Les autorités russes ne peuvent pas cacher ces pertes à leur propre opinion. Elles prouvent aussi l’amateurisme du commandement russe ainsi que l’efficacité des Ukrainiens”.
>> Ecouter son interview complète dans La Matinale:

Une vue des destructions après les bombardements qui ont touché le district de Makiïvka dans la zone de Donetsk contrôlée par les séparatistes pro-russes en Ukraine, le 22 mars 2022  (image d'archives) [Leon Klein / - Anadolu Agency]Leon Klein / – Anadolu Agency

L’armée russe a enregistré sa plus lourde perte en une seule attaque: interview de Jérôme Pellistrandi / La Matinale / 1 min. / aujourd’hui à 06:16


L’armée ukrainienne a reconnu lundi avoir mené la frappe qui a tué 63 soldats russes à Makiïvka dans l’est de l’Ukraine, selon le bilan de Moscou. Elle affirme avoir frappé jusqu’à 10 véhicules.
“Le 31 décembre, jusqu’à 10 unités d’équipements militaires ennemis de divers types ont été détruites ou endommagées” à Makiïvka, dans la région de Donetsk, a indiqué l’état-major ukrainien sur Facebook, indiquant que le bilan des pertes humaines russes était en cours d’évaluation.
>> Les explications de La Matinale:

Un soldat russe durant un entraînement au combat au Centre d'entraînement de l'École supérieure de commandement interarmées de Moscou. [Yuri Kochetkov - EPA/Keystone]Yuri Kochetkov – EPA/Keystone

Moscou avoue pour la première fois avoir perdu des dizaines de soldats: les explications de Stéphane Siohan / La Matinale / 1 min. / aujourd’hui à 06:22


La Russie a reconnu lundi la mort d’une soixantaine de soldats en Ukraine, tués dans une frappe en territoire séparatiste dans l’est du pays, les plus lourdes pertes en une seule attaque admises par Moscou depuis le début de l’invasion.
L’armée n’a qu’à de très rares reprises donné un bilan de son offensive ou communiqué sur ses pertes. Selon le ministère russe de la Défense, 63 militaires ont été tués dans l’explosion de “quatre missiles” tirés par des systèmes HIMARS, une arme fournie par les Etats-Unis aux forces ukrainiennes.
Selon le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, qui n’a pas précisé la date de la frappe, ces missiles ont frappé “un centre de déploiement provisoire” de l’armée russe à Makiïvka, ville sous occupation russe située à l’est du bastion séparatiste de Donetsk. Le ministère a encore assuré avoir abattu deux des six missiles tirés sur cette cible à Makiïvka.
Un bilan beaucoup plus élevé selon les Ukrainiens
Dimanche, des médias russes et ukrainiens avaient commencé à faire état de cette frappe, affirmant qu’elle avait eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche, au moment du passage à la nouvelle année, et qu’un bâtiment où se trouvaient des réservistes récemment mobilisés en Russie avait été touché.
Sans revendiquer la frappe, l’armée ukrainienne a évoqué un bilan bien plus lourd, qui pourrait aller selon elle jusqu’à 400 soldats tués.
>> Retrouvez le détail des événements de dimanche et lundi: Les frappes russes du Nouvel An ont fait quatre morts et 50 blessés

source

bilan professionnel Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan pro Poitiers tours

pourquoi faire un bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

bilan de compétences Poitiers tours

contenu d’un bilan de compétences Poitiers tours

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE