L'Assemblée générale adopte des résolutions sur l'aide humanitaire et déclare 2023 « Année internationale du dialogue comme garantie de paix » | UN Press – United Nations

À la suite d’un débat sur les points à l’ordre du jour, l’Assemblée générale a adopté, aujourd’hui, sans vote ses quatre résolutions annuelles sur l’aide humanitaire, de plus en plus cruciale du fait des catastrophes environnementales et des conflits qui essaiment à travers le monde.  Par une autre résolution, elle a déclaré 2023 « Année internationale du dialogue comme garantie de paix ».
Par cette résolution adoptée sans vote, l’Assemblée se dit convaincue que le dialogue permet à la communauté internationale de conjuguer les efforts qu’elle déploie pour renforcer les traditions favorisant la coexistence pacifique des peuples du monde dans un climat de confiance.  Elle précise que « l’Année internationale sera un moyen de mobiliser les efforts de la communauté internationale en faveur de la paix et de la confiance entre les nations, notamment sur la base du dialogue politique, des négociations, de la compréhension mutuelle et de la coopération, afin de faire régner durablement la paix, la solidarité et l’harmonie ».  En présentant ce texte, la délégation du Turkménistan a expliqué qu’il reflète les grands principes de la Charte des Nations Unies visant à régler les différends par des moyens pacifiques et à préserver les générations futures du fléau de la guerre.
L’Assemblée générale a ensuite adopté quatre textes relatifs à l’assistance humanitaire, dans un contexte où 339 millions de personnes ont besoin d’assistance humanitaire à travers le monde, ce qui représente « un record », a indiqué le Président de l’Assemblée générale, M. Csaba Kőrösi.  Aux termes de la première résolution intitulée « Renforcement de la coordination de l’aide humanitaire d’urgence fournie par les organismes des Nations Unies », l’Assemblée demande aux organismes onusiens compétents et aux autres intervenants humanitaires concernés de poursuivre l’action engagée pour améliorer les interventions humanitaires en cas de catastrophe naturelle ou de catastrophe d’origine humaine ou de situation d’urgence complexe.  Cette résolution omnibus, dont le dispositif compte 84 paragraphes, condamne l’utilisation de la famine comme méthode de guerre ainsi que l’augmentation alarmante des menaces et des attaques délibérées contre le personnel humanitaire et médical, le personnel des Nations Unies et le personnel associé.  En présentant ce texte, la Suède a noté que « nos efforts collectifs reste les mêmes depuis 1991 quand la première version du texte avait été soumise aux États Membres ».
Pour sa part, le Pakistan, au nom du Groupe des 77 et la Chine, a présenté le texte sur la coopération internationale en matière d’aide humanitaire à la suite de catastrophes naturelles.  D’après la résolution, les changements climatiques, entre autres facteurs, concourent à la détérioration de l’environnement et à l’augmentation de l’intensité et de la fréquence des phénomènes météorologiques extrêmes, ce qui accroît le risque de catastrophe et de déplacement.  L’Assemblée encourage à cet égard les États Membres, ainsi que les organisations internationales, régionales et sous-régionales compétentes agissant dans le cadre de leur mandat, à soutenir l’adaptation aux effets négatifs des changements climatiques, à renforcer la réduction des risques de catastrophe et à rendre les dispositifs d’alerte rapide multirisque bien plus disponibles et accessibles.  Par ce texte, l’Assemblée réaffirme la décision qu’elle a prise d’organiser, en 2023, l’examen à mi-parcours de la mise en œuvre du Cadre de Sendai.
Aux termes du texte relatif à la sûreté et à la sécurité du personnel humanitaire et protection du personnel des Nations Unies, présenté par la Tchéquie au nom de l’Union européenne, l’Assemblée demande à tous les États de tout mettre en œuvre pour faire effectivement appliquer dans leur intégralité les principes et règles pertinents du droit international, y compris du droit international humanitaire, du droit international des droits humains et, s’il y a lieu, du droit international des réfugiés, qui concernent la sûreté et la sécurité du personnel humanitaire et du personnel des Nations Unies.  Le délégué tchèque a déploré les campagnes de désinformation qui sapent l’action des humanitaires sur le terrain, notant que ce texte annuel en parle pour la première fois, tout en préservant les éléments des textes passés.
Enfin, par la résolution sur l’assistance au peuple palestinien, l’Assemblée demande aux donateurs qui n’ont pas encore donné suite à leurs promesses d’aide financière par des décaissements de bien vouloir transférer les fonds annoncés aussitôt que possible.  Elle encourage tous les donateurs à accroître l’aide qu’ils apportent directement à l’Autorité palestinienne, de façon à lui donner les moyens d’édifier un État palestinien viable et prospère.  Elle demande en outre à la communauté internationale des donateurs de fournir rapidement l’aide promise au peuple palestinien pour répondre à ses besoins pressants.  L’Observateur permanent de l’État de Palestine a affirmé qu’il n’y a pas de réponse humanitaire efficace sans une réponse politique fondée sur le droit et sans respect du droit sur le terrain.
Globalement, selon les estimations de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, 200 millions de personnes pourraient avoir besoin d’aide humanitaire internationale chaque année, d’ici à 2050, en raison de catastrophes liées au climat et de leur impact socioéconomique.  C’est pourquoi il faut aussi intensifier les transferts monétaires numériques, car ce sont des moyens efficaces et dignes de fournir une assistance, a estimé le Royaume-Uni.  Selon l’Inde qui intervenait également au nom de la Suède, face à des besoins humanitaires évalués à 51,5 milliards de dollars pour 2023, dont une aide vitale pour 230 millions de personnes parmi les plus vulnérables, les États Membres doivent augmenter leur contribution au système d’aide humanitaire des Nations Unies, y compris le Plan de réponse humanitaire global pour la COVID-19, les fonds de financement commun pour les pays et le Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF).  En plus de ce soutien, la Chine a appelé les donateurs à répondre aux crises humanitaires dans le monde sans discrimination.
L’Ukraine a estimé que l’une des principales raisons de la croissance rapide des besoins humanitaires dans le monde est l’agression généralisée de la Russie contre l’Ukraine qui a exacerbé l’insécurité alimentaire.  Par ailleurs, la délégation a accusé le Bélarus d’avoir tenté d’empêcher le débat sur le point à l’ordre du jour relatif à la catastrophe de Tchernobyl.
La prochaine réunion de l’Assemblée générale aura lieu mercredi 7 décembre, à partir de 10 heures.
RENFORCEMENT DE LA COORDINATION DE L’AIDE HUMANITAIRE ET DES SECOURS EN CAS DE CATASTROPHE FOURNIS PAR LES ORGANISMES DES NATIONS UNIES, Y COMPRIS L’ASSISTANCE ÉCONOMIQUE SPÉCIALE
Rapports du Secrétaire général (A/77/362, A/77/72, A/77/318, A/77/361, A/77/93, A/77/537)
Allocution du Président de l’Assemblée générale
Le Président de l’Assemblée générale, M. CSABA KŐRÖSI, a relevé que 339 millions de personnes ont besoin d’assistance humanitaire à travers le monde, ce qui représente « un record ».  De même, le nombre de personnes déplacées atteint 103 millions, soit plus de 1% de la population mondiale.  Derrière ces statistiques, il y a des êtres humains, a rappelé le Président.  Et, alors que les ressources sont insuffisantes par rapport aux besoins, des millions de gens n’auront pas les outils nécessaires pour survivre dans les jours à venir.  Il a appelé les États Membres à investir dans le Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF).  Investir dans le CERF c’est investir dans les gens, a-t-il insisté, avant d’expliquer que le Fonds permet de financer les opérations humanitaires sous-financées lorsqu’aucune ressource n’est disponible.  Le Président a appuyé les solutions humanitaires locales, en saluant en particulier le travail des humanitaires locaux qui restent en première ligne quand l’aide humanitaire internationale s’estompe.  Par vos décisions aujourd’hui, vous pourrez transformer demain, a-t-il lancé à l’endroit des États Membres.
Projets de résolution (A/77/L.34, A/77/L.35)
M. JAKUB KULHÁNEK (République tchèque), s’exprimant au nom de l’Union européenne, a rappelé qu’il y a 36 ans, la catastrophe de Tchernobyl a eu des conséquences néfastes pour le peuple ukrainien, poussant 350 000 personnes à quitter leur domicile.  En ce temps-là, l’Europe avait fourni près d’un milliard d’euros pour assurer la sécurité de la centrale nucléaire de Tchernobyl.  Selon le délégué, il faut réfléchir à de nouveaux accords internationaux contraignants pour prévenir les attaques sur des sites nucléaires civils.  Aujourd’hui, a-t-il indiqué, la sécurité et la sûreté nucléaires en Ukraine et en Europe se trouvent de nouveau en danger du fait des attaques de la Fédération de Russie.  Le délégué a condamné l’agression russe, tout en se disant préoccupé par les attaques contre les sites nucléaires ukrainiens, y compris la saisie de la centrale de Zaporijia.  Il a appelé la Russie à remettre la gestion de la centrale aux autorités ukrainiennes.
Déclarations
Mme NOOR QAMAR SULAIMAN (Brunéi Darussalam), au nom de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), a indiqué que le Plan d’action stratégique commun de l’Organisation des Nations Unies et de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est en matière de gestion des catastrophes fait partie intégrante des efforts de l’ASEAN pour être plus résistante aux catastrophes dans l’une des régions les plus exposées au monde.  De nombreux défis interconnectés, dont l’impact de la pandémie de COVID-19 et les changements climatiques, ont contraint l’ASEAN à renforcer ses pratiques en matière de réduction et gestion des risques, a-t-elle noté, citant en ce sens la Vision 2025 de l’ASEAN sur la gestion des catastrophes. 
L’accord de l’ASEAN sur la gestion des catastrophes et les interventions d’urgence et le Centre de coordination de l’aide humanitaire de l’ASEAN pour la gestion des catastrophes ont joué un rôle essentiel dans la mise en œuvre d’une approche globale de l’ASEAN en matière de gestion des catastrophes et de fourniture de l’aide humanitaire, a fait remarquer la représentante.  Elle a également mentionné la réunion, en juin 2022, de la première plateforme de l’ASEAN sur la résilience aux catastrophes, qui a permis d’échanger des points de vue sur les défis liés à cet aspect et de promouvoir une synergie et une coordination à l’échelle de l’ASEAN afin de mieux répondre aux risques de catastrophe émergents. 
De plus, la représentante a cité une « étape cruciale », celle de l’adoption de la déclaration de Bandar Seri Begawan sur l’initiative stratégique et holistique visant à relier les réponses de l’ASEAN aux urgences et aux catastrophes (ASEAN SHIELD).  Elle s’est également félicitée de la signature du protocole d’accord avec la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) sur le renforcement de la résilience communautaire en Asie du Sud-Est en mai 2022.  Enfin, elle a dit attendre avec impatience la prochaine réunion de haut niveau de l’Assemblée générale sur l’examen à mi-parcours de la mise en œuvre du Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophes (2015-2030) en mai 2023, et faire confiance à l’Australie et à l’Indonésie pour les négociations sur une déclaration politique.
Mme BARBARA DÄTWYLER SCHEUER (Suisse) a relevé que le système de réponse humanitaire est submergé et estimé que la seule solution consiste à s’attaquer aux causes profondes des crises – conflits, déplacements forcés, changements climatiques et épidémies.  Une approche globale combinant l’aide humanitaire, la coopération au développement et la politique de paix est nécessaire, a-t-elle précisé.  
Notant que les acteurs locaux sont les premiers à réagir en cas de catastrophe, la représentante a fait savoir que la Suisse, Coprésidente du Groupe de travail sur les fonds de financement commun pour les pays, veut contribuer à une meilleure accessibilité des financements pour les ONG partenaires locales et nationales, à des activités de renforcement des capacités et à une approche cohésive et stratégique de la localisation parmi tous les fonds de financement commun pour les pays.  En outre, le droit international humanitaire doit être respecté par toutes les parties et en toutes circonstances, y compris l’obligation d’autoriser et de faciliter l’accès humanitaire, a-t-elle souligné.  
La déléguée a ensuite mis en avant la redevabilité envers les populations affectées, faisant observer que l’aide fournie ne correspond pas toujours aux besoins.  Le troisième point soulevé par Mme Dätwyler Scheuer concerne l’action anticipative, autrement dit la nécessité d’agir avant qu’une catastrophe ne survienne, puisque l’occurrence et l’impact de certains chocs, comme les événements climatiques extrêmes, peuvent être aujourd’hui prédits avec davantage de confiance. 
M. HUSSAIN AZHAAN MOHAMED HUSSAIN (Maldives) a indiqué que les changements climatiques sont l’une des principales causes des crises humanitaires croissantes à travers le monde, y compris dans les petits États insulaires en développement (PEID), comme les Maldives.  À l’échelle mondiale, d’ici à 2050, environ un milliard de personnes devraient être exposées à des aléas climatiques spécifiques aux côtes, a-t-il relevé.  Et, aux Maldives où la majeure partie du territoire est à moins d’un mètre au-dessus du niveau de la mer, même une élévation minime de ce niveau aura des effets dévastateurs, a-t-il prévenu.  Il a expliqué que les îles basses de son pays sont déjà exposées et de plus en plus vulnérables à un certain nombre de risques exacerbés par les changements climatiques.  Face à la menace mondiale des catastrophes liées au climat, il a prôné des mesures urgentes et efficaces pour y faire face.  De même, soulignant que ces catastrophes mettent en évidence la nécessité de soutenir les pays en développement, en particulier les PEID tels que le sien, il a salué la création d’un Fonds des pertes et dommages pour les pays vulnérables lors de la COP27 à Charm el-Cheikh.
Concernant la situation humanitaire en Palestine, le délégué a noté que les crises humanitaires urgentes sont dues aux colonies illégales, aux menaces d’annexion et aux démolitions de logements palestiniens.  La seule solution viable est la création d’un État de Palestine indépendant et souverain basé sur les frontières d’avant 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale, a-t-il conclu sur ce point. 
M. ABDULRAHMAN ABDULAZIZ F. A. AL-THANI (Qatar) a déclaré que son pays continuera de fournir une aide humanitaire qui a un impact positif pour des millions de personnes dans le monde.  Le Qatar a ainsi contribué 12 millions de dollars d’aide humanitaire pour la Corne de l’Afrique et 20 millions de dollars pour l’achat de céréales en provenance d’Ukraine.  Son pays, a poursuivi le représentant, appuie depuis plusieurs années OCHA et les agences onusiennes.  Saluant le rôle du Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF), il a rappelé la signature de l’accord de coopération 2022-2023 avec le CERF doté de deux millions de dollars.  Outre l’aide qu’il apporte également au peuple palestinien, via notamment l’approvisionnement de Gaza en hydrocarbure, le Qatar a conclu un accord de partenariat pluriannuel avec l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) et augmenté sa contribution à l’Office. 
Mme ZAHRA ERSHADI (République islamique d’Iran) a dit que la situation humanitaire en Afghanistan, en Syrie, en Palestine et au Yémen a entraîné directement et indirectement d’énormes souffrances.  La nature de l’aide fournie par les Nations Unies doit être purement humanitaire, a-t-elle insisté.  Préoccupée par le « détournement » de certaines activités humanitaires, elle a demandé des enquêtes approfondies et indépendantes.  Par ailleurs, l’Iran considère les mesures coercitives unilatérales comme l’un des principaux obstacles aux efforts internationaux visant à fournir une aide humanitaire et comme l’une des principales sources de crises humanitaires dans le monde.  La représentante a dénoncé les États qui les utilisent comme levier politique dans leurs relations bilatérales, avant de souligner que son pays a souffert du poids des sanctions sur ses capacités à faire face aux catastrophes.  Par ailleurs, Mme Ershadi a demandé que les pays qui accueillent des réfugiés et des citoyens afghans, en particulier ses voisins, aient un accès sans entrave aux biens humanitaires ainsi qu’aux vaccins.  Après avoir souligné que l’Asie occidentale souffre de divers défis environnementaux -changements climatiques, désertification, tempêtes de sable et de poussière, pénurie d’eau et perte de biodiversité–, elle a informé que l’Iran convoquera une conférence internationale sur la lutte contre les tempêtes de sable et de poussière en 2023, en coopération avec des agences des Nations Unies.  Conformément au Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe, la représentante a demandé que soient prises des mesures concrètes sous les auspices de l’ONU pour renforcer la coopération régionale en exploitant les outils nécessaires pour faire face à de telles tempêtes. 
M. AMBRAZEVICH (Bélarus) a rappelé l’importance de la coopération humanitaire, qui a été particulièrement présente pendant la pandémie de COVID-19.  Le représentant a assuré que le Bélarus faisait tout en son pouvoir pour aider les pays confrontés à des crises humanitaires: 76 missions humanitaires ont eu lieu dans 32 pays dans le cadre de mécanismes bilatéraux au cours des 20 dernières années.  Revenant sur la catastrophe de Tchernobyl, le représentant a souligné que ses conséquences ont été comparables à celles de la Seconde Guerre mondiale pour le Bélarus, notamment sur le plan humanitaire.  Il a fallu renforcer le potentiel national pour protéger l’environnement.  Nous n’avons pas fait cela tous seuls, a-t-il fait valoir, citant la solidarité internationale qui a rapproché les gouvernements, « le meilleur exemple de la diplomatie populaire qui met en avant les avantages notables d’une coopération dépolitisée ».  Par ailleurs, le pays est passé du statut de bénéficiaire de l’assistance humanitaire à celui de partenaire.  Aujourd’hui, le Bélarus a une expérience unique au monde dans les domaines de la médecine, de l’écologie, de la reforestation, s’est félicité le représentant.  Après la tragédie, il a été décidé d’adopter une politique d’atome pacifique, avec la construction d’une station nucléaire au Bélarus.  Par ailleurs, il a déploré les sanctions des pays occidentaux imposées à son pays, depuis 2020, qui réduisent les possibilités d’aide technique internationale pour les territoires ayant souffert de la catastrophe de Tchernobyl.  « Nous sommes convaincus que la coopération internationale à cet égard doit continuer dans cet esprit de partenariat et ne pas devenir un lieu d’exacerbation des confrontations. »
Mme KAROLINA KRUPA (Pologne) a informé que 77% des Polonais ont déjà participé à diverses formes d’assistance à l’Ukraine et aux Ukrainiens ayant trouvé refuge en terre polonaise.  La Pologne agit sur trois fronts: en accueillant la plus grande communauté de réfugiés ukrainiens; en tant que plaque tournante pour le transfert de l’aide humanitaire internationale vers l’Ukraine; en livrant de l’aide humanitaire.  Cela ne l’empêche pas de remplir ses engagements humanitaires en Syrie ou au Yémen.  Selon les estimations préliminaires de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) pour 2022, la Pologne dépensera 8,36 milliards d’euros, soit 1,5% de son PIB, en aide humanitaire, avec un coût moyen par habitant de 5 225 euros.  Rappelant que près de 15 millions d’Ukrainiens ont dû fuir leur foyer après l’agression russe, la déléguée a craint que ce chiffre n’augmente avec les attaques délibérées de la Russie contre les infrastructures énergétiques ukrainiennes.  La Pologne condamne « l’utilisation de l’hiver comme arme de guerre » contre les civils en Ukraine.  Par ailleurs, la Pologne a décidé de verser un million de dollars au Programme alimentaire mondial (PAM) pour soutenir la sécurité alimentaire en Afrique, et montrer sa solidarité avec les pays africains souffrant de la crise alimentaire causée par l’agression russe.  Le pays a pris des mesures pour assurer le transport sans heurts des produits agricoles ukrainiens sur son territoire, facilité au maximum les contrôles effectués par les services d’inspection polonais, et investi dans l’infrastructure ferroviaire, afin notamment d’intégrer l’Ukraine au réseau de transport de l’Union européenne.  Depuis le 24 février, a précisé la déléguée, près d’un million de tonnes de céréales ukrainiennes sont entrées en Pologne, et le volume des exportations de céréales ukrainiennes via quatre grands ports polonais a au moins quadruplé.
M. OLOF SKOOG, de l’Union européenne, a souligné trois points: le respect du droit humanitaire international, primordial pour protéger les personnes touchées par les conflits armés; la crise alimentaire, sans précédent dans l’histoire moderne; et la nécessité d’élargir la base des donateurs, pour répondre aux besoins croissants.  Concernant le respect du droit humanitaire international, le représentant a plaidé pour que les acteurs humanitaires et médicaux ne deviennent jamais des cibles et que les auteurs d’attaques à leur encontre rendent des comptes.  Il a dénoncé une « montée inquiétante de la manipulation de l’information », y compris la désinformation, susceptible de saper la confiance dans les organisations humanitaires et de mettre leur personnel en grand danger.  Pour garantir que l’espace humanitaire reste ouvert, l’Union européenne appelle à progresser dans la prévention de tout impact négatif potentiel des sanctions et des mesures antiterroristes sur les activités exclusivement humanitaires, y compris le travail médical.
Si les conflits restent le principal facteur de l’augmentation de la faim dans le monde, a noté M. Skoog, l’impact des phénomènes météorologiques extrêmes, exacerbés par les changements climatiques, va croissant.  Il est urgent d’agir pour éviter la famine, a-t-il dit.  « Il n’y a pas de temps à perdre. »  L’Union européenne a augmenté son aide alimentaire humanitaire de 64% depuis 2020, mais « nous avons besoin que d’autres s’engagent également », a plaidé M. Skoog.  La base des donateurs demeure extrêmement étroite et « sollicitée à l’excès ».  Les 10 plus grands donateurs humanitaires représentent plus de 80% de l’ensemble du financement humanitaire, une situation « non viable », a-t-il insisté, soulignant que l’aide aux personnes les plus vulnérables dans le monde était une responsabilité partagée.
M. ANTONIO MANUEL REVILLA LAGDAMEO (Philippines) a rappelé que son pays se situe dans la zone d’urgence du Pacifique, faisant face aux ouragans, typhons et tremblements de terre.  Saluant l’importance des résolutions humanitaires adoptées à l’ONU, il a indiqué que son pays met la priorité sur les mesures anticipatives précoces pour réduire les impacts des crises.  Nous ne pouvons pas changer notre situation géographique mais nous pouvons atténuer les effets négatifs des catastrophes naturelles et changements climatiques, a-t-il expliqué.  Il a estimé en outre que les technologies de l’information et des communications (TIC) ont un rôle crucial à jouer dans la réduction des risques et dans la fourniture d’assistance humanitaire.  Appelant les États à combler la fracture technologique grâce au transfert de technologies, il a par ailleurs expliqué que l’un des objectifs de la toute nouvelle agence spatiale des Philippines est d’améliorer le suivi des dangers, en utilisant au mieux le potentiel de la technologie d’observation terrestre.
Par ailleurs, le délégué a indiqué que son pays continue de renforcer les systèmes d’action et de réaction précoce, et qu’il accorde une attention scrupuleuse aux migrants dans les situations de vulnérabilités et de crises.  Nous appelons les États à s’assurer que l’octroi d’assistance humanitaire aux migrants ne soit pas considéré comme hors la loi, a-t-il insisté.  Selon le délégué, les gouvernements ont un rôle prépondérant à jouer dans l’action humanitaire.  Il a aussi rappelé l’importance du maintien d’une relation robuste avec l’ONU et les organisations comme le CICR.
M. AHMED MOHAMED EZZAT AHMED ELSHANDAWILY (Égypte) a affirmé l’importance que l’Égypte accorde aux différents moyens de faire face aux urgences humanitaires, soulignant que des mesures rapides doivent être prises pour éviter une augmentation des besoins humanitaires.  Le représentant a recommandé d’appliquer les engagements pris pour protéger les populations civiles, trouver des solutions politiques, et renforcer la capacité des pays afin d’améliorer la résilience.  L’Égypte, qui accueille le centre de l’Union africaine pour la reconstruction après les conflits, souhaite renforcer la coopération bilatérale afin de renforcer les capacités. 
M. MOHAMMED ABDULAZIZ H. ALATEEK (Arabie saoudite) a indiqué que son pays organisera, en février 2023, un forum humanitaire international pour examiner les différents moyens de fournir un appui aux ripostes humanitaires.  Il a appelé à l’adoption d’un plan stratégique pour le travail humanitaire qui soit fondé sur un travail professionnel et des données scientifiques.  Il a mis l’accent sur la nécessité de pouvoir garantir la sécurité et la protection des femmes et des enfants, dans toutes les crises humanitaires et notamment au Yémen et en Somalie.  Il faut également une meilleure coopération internationale pour faire face aux conséquences humanitaires des catastrophes naturelles, a plaidé le délégué, avant de signaler que son pays est le principal donateur pour faire face à la crise humanitaire au Yémen avec une contribution totale de 18 milliards de dollars versés en six ans.  Il a aussi mentionné les 5,2 milliards de dollars consacrés par son pays à l’assistance au peuple palestinien et son soutien particulier accordé au Pakistan pour l’aider à se relever des dernières terribles inondations. 
M. GENG SHUANG (Chine) a souhaité que le travail humanitaire respecte les principes d’humanité et les normes régissant les relations internationales, ainsi que la Charte des Nations Unies et la résolution 46/182 de l’Assemblée générale.  Il a insisté sur le respect des principes d’humanité, de neutralité, d’impartialité et d’indépendance, avant de souligner aussi la nécessité de se conformer au droit international humanitaire et de respecter les principes de souveraineté des pays bénéficiaires, de non-ingérence dans les affaires intérieures de ces pays et de non-politisation de l’aide.
La protection des groupes vulnérables tels que les femmes, les enfants, les réfugiés et les personnes déplacées doit être renforcée, a plaidé le représentant, qui a aussi réclamé que soient levées les mesures coercitives unilatérales, et ce, dès que possible pour éviter d’aggraver la situation humanitaire déjà critique.  Il a également appelé les donateurs à répondre aux crises humanitaires dans le monde de la même manière, pour alléger en particulier les besoins dans les pays touchés par des catastrophes humanitaires pendant une longue période.  Il a appelé à ne pas oublier les populations des pays africains, tout en invitant la communauté internationale à combiner l’aide à court terme avec le développement à long terme.  Le délégué a ensuite appelé à accroître le niveau de l’aide et à renforcer les capacités de prévention et d’atténuation des catastrophes des pays en développement.  De même, les pays développés doivent s’acquitter consciencieusement de leurs responsabilités historiques et de leurs obligations internationales en matière de lutte contre les changements climatiques, en particulier en tenant leur promesse de fournir 100 milliards de dollars par an dès que possible, a exhorté le représentant.
M. MATTHEW CHAN (Singapour) a estimé que l’ONU doit rester souple et s’adapter rapidement aux défis nouveaux et émergents en matière de gestion des risques et des catastrophes, tels que les changements climatiques.  En 2020, a-t-il rappelé, l’ASEAN a connu 530 catastrophes naturelles.  Or, en 2021, ce chiffre a presque triplé et a fait plus de 1 000 morts et 16 000 blessés, a-t-il alerté, préoccupé par la fréquence accrue du phénomène.   
Mais il n’est pas trop tard pour prendre des mesures décisives, a estimé le délégué, encourageant à investir davantage dans le renforcement de la résilience et l’alerte précoce.  En effet, non seulement il vaut mieux prévenir que guérir, mais c’est aussi beaucoup moins cher, a-t-il expliqué, reconnaissant que cela nécessite un changement de paradigme des gouvernements.  Il a rappelé que l’élévation du niveau de la mer constitue une menace existentielle pour Singapour, 30% de l’île se situant à moins de 5 mètres au-dessus.  Nous avons donc commencé à élaborer un modèle d’inondation des côtes et de l’intérieur des terres pour évaluer les risques d’inondation, a-t-il indiqué, mentionnant aussi la création d’un fonds de protection des côtes contre les inondations pour financer la construction d’infrastructures de drainage, entre autres.  Le délégué a en outre affirmé que Singapour est prête à partager son expérience dans ce domaine, par l’intermédiaire du Programme de coopération de Singapour, qui comprend un ensemble de mesures dédiées au climat ayant permis de former plus de 137 000 fonctionnaires de plus de 180 pays et territoires.  
Les gouvernements doivent reconnaître que les organisations non gouvernementales (ONG) et les entreprises ont un rôle clef à jouer, a-t-il par ailleurs fait valoir, appelant à faire davantage pour inciter le secteur privé à améliorer la durabilité et à mieux protéger ses investissements des effets néfastes des catastrophes naturelles.  Enfin, il a appelé à exploiter la technologie pour mieux prévoir les catastrophes, se réjouissant que Singapour ait rejoint l’Initiative sur les systèmes d’alerte précoce aux risques climatiques. 
M. MOHD ABDULRAHMAN MOHAMED JALIL SULTAN ALOLAMA (Émirats arabes unis) a insisté sur que le fait que l’aide humanitaire doit être distribuée sans aucune discrimination religieuse ou ethnique.  Rappelant que son pays accueillera la COP28 en 2023, le délégué a soutenu les aides à l’adaptation et à l’atténuation des effets des changements climatiques afin de protéger l’humanité et de prévenir des crises humanitaires futures.  Il a invité les agences onusiennes à intensifier leurs efforts et à inclure les femmes, les enfants, les personnes âgées et les plus vulnérables dans le processus.  Il a enfin réitéré les responsabilités communes pour mettre fin aux conflits qui exacerbent les crises humanitaires.
Mme FIONA WEBSTER (Australie), évoquant les graves défis humanitaires actuels, a jugé qu’une aide accrue n’était pas la solution.  Selon elle, il faut trouver des solutions politiques et engager la responsabilité des belligérants qui violent le droit humanitaire international.  Il faut investir dans la réduction des risques de catastrophe et assurer l’égalité des genres, l’inclusion du handicap et la localisation des efforts.  L’Australie, a rappelé la déléguée, a accueilli en septembre dernier la Conférence ministérielle de la région Asie-Pacifique sur la réduction des risques de catastrophe.  Elle œuvre, avec l’Indonésie, à l’élaboration de la déclaration politique de l’examen à mi-parcours de la mise en œuvre du Cadre de Sendai qui présente une occasion de renforcer la cohérence entre l’action humanitaire et la réduction des risques de catastrophe et de ralentir la croissance des besoins humanitaires.
M. VIGERSKY (États-Unis) s’est inquiété de l’augmentation continuelle des besoins humanitaires et des conséquences des conflits qui s’ajoutent à celles des catastrophes naturelles.  Il a indiqué que son pays était le plus grand bailleur de fonds humanitaire avec 17 milliards de dollars accordés au cours du dernier exercice budgétaire.  En outre, les États-Unis ont déjà consacré 1,1 milliard de dollar en aide humanitaire aux réfugiés et populations en difficulté en Ukraine, et dans les pays voisins, depuis le début du conflit en février 2022.  En mai, les États-Unis ont présenté une feuille de route pour la sécurité alimentaire mondiale et ont doublé leur engagement pour la Corne de l’Afrique, a ajouté le représentant, avant de rappeler que les conflits sont responsables de 80% des besoins d’assistance humanitaire.  C’est pourquoi, il a souligné l’importance des négociations diplomatiques pour mettre fin aux conflits, après avoir fustigé les conséquences humanitaires de l’agression russe en Ukraine.  Il a également dénoncé les campagnes de désinformation de certains belligérants qui viennent mettre en péril les activités humanitaires et la sécurité des personnels.   
M. DMITRY S. CHUMAKOV (Fédération de Russie) s’est félicité du consensus sur les résolutions humanitaires, cette année, malgré les divergences de points de vue.  Soulignant que la Russie contribue à plusieurs fonds de l’ONU, il a fait observer que ces financements ont souffert des sanctions contre son pays.  Par exemple, la Russie ne peut plus fournir de fonds ni de camions au Programme alimentaire mondial (PAM), s’est plaint le représentant, en demandant que l’on reconnaisse les dommages humanitaires des sanctions.  Il a exprimé son désaccord avec ceux qui accusent la Russie d’avoir provoqué une crise énergétique et alimentaire mondiale.  « Les raisons de la crise alimentaire sont les fractures dans la chaîne d’approvisionnement mondiale et les mesures de protectionnisme éhontées de certains pays », a-t-il asséné.  Quant à l’Initiative céréalière de la mer Noire, il a jugé « déséquilibrée » l’approche appliquée, et appelé ceux qui défendent un gel des exportations céréalières russes à changer leur fusil d’épaule.  Quant aux infrastructures nucléaires, le représentant a assuré qu’il s’agissait d’une priorité incontournable pour la Russie, évoquant l’absence de dommages à la centrale de Tchernobyl lorsqu’elle était sous le contrôle des militaires russes.  Il a encore déploré que l’ONU ait choisi une approche à géométrie variable.
M. ODD INGE KVALHEIM (Norvège) a déclaré que la guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine a provoqué une crise humanitaire en Ukraine avec des implications mondiales.  L’ampleur de ces crises nous oblige à nous mobiliser et à renforcer l’action humanitaire, a-t-il dit.  Il a insisté sur l’importance de la protection des civils, annonçant à cet effet l’organisation par la Norvège, en juin 2023, d’une conférence sur la protection des enfants pendant les conflits armés.  Il a jugé vital de faire respecter le droit à l’éducation, même dans les situations d’urgence.  Nous appelons tous les États à approuver et à mettre en œuvre la Déclaration sur la sécurité dans les écoles, a-t-il lancé.  Le délégué a ensuite affirmé que le développement de solutions innovantes sera essentiel pour combler l’écart croissant entre les besoins et les ressources humanitaires.  Cela permettra également d’améliorer les réponses humanitaires et, en fin de compte, d’assurer une meilleure protection aux personnes touchées par le conflit.  En termes d’efficacité, il a appelé à renforcer l’action humanitaire locale et assurer une meilleure redevabilité envers les populations affectées.  La Norvège continuera ainsi à faire pression pour des réformes centrées sur les besoins des personnes touchées par les conflits et les crises.  Nous devons assurer une collaboration plus étroite entre les efforts humanitaires, l’aide au développement à long terme et la consolidation de la paix, a ajouté le représentant.  « La complémentarité doit remplacer la compétition. »  En outre, l’adaptation et la prévention en matière de changements climatiques doivent être plus étroitement liées à l’action humanitaire. 
Mme THANCHITT (Thaïlande) a indiqué que son pays, bien que petit, avait déployé des efforts considérables pour étendre l’aide humanitaire au niveau mondial.  Nous avons été un soutien modeste mais constant du Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF) depuis sa création, a-t-elle affirmé.  Par ailleurs, la Thaïlande a également fourni, ces dernières années, une aide bilatérale aux pays luttant contre la pandémie de COVID-19, aux pays touchés par des catastrophes naturelles et aux pays confrontés à d’autres défis humanitaires dans la région et au-delà.
En outre, la représentante a incité à promouvoir la couverture sanitaire universelle et assurer le continuum et la fourniture de services de santé et des fonctions de santé publique essentiels dans les situations d’urgence.  Au vu de la pandémie de COVID-19, il est évident que les services de santé sont des composantes essentielles des efforts de secours humanitaire, a-t-elle estimé.  Elle a ensuite dit être préoccupée par l’augmentation notable d’informations faisant état d’attaques contre les travailleurs humanitaires et de la santé, appelant à leur fournir la protection et le soutien nécessaires, notamment en ce qui concerne leur santé, y compris la santé mentale et les besoins psychosociaux.  Enfin, notant que le monde devrait faire face à 560 catastrophes par an, d’ici à 2030, la déléguée a exhorté à renforcer la mise en œuvre du Cadre de Sendai afin de renforcer les capacités des pays et des acteurs concernés à se préparer et à répondre aux risques naturels, notamment en intensifiant l’alerte précoce et l’action rapide par le biais de l’initiative « Alerte précoce pour tous » du Secrétaire général.
Mme SHIRLEY ONG (Canada) a relevé que de graves défis humanitaires étaient apparus du fait de l’invasion « illégale et injustifiable » de l’Ukraine par la Russie.  Elle a déploré les attaques contre des civils et des infrastructures civiles qui ont précipité les déplacements forcés d’un nombre sans précédent de personnes en Europe, contribuant à l’insécurité alimentaire mondiale.
La déléguée a réclamé un financement humanitaire « prévisible, souple et de qualité », alors que le déficit demeure important malgré les efforts déployés pour mobiliser des ressources supplémentaires.  Elle a jugé impératif que la communauté internationale renforce sa réponse humanitaire.  Avec la crise en Ukraine, a-t-elle déclaré, la solidarité et la coordination doivent devenir la norme, et non l’exception, pour soutenir les personnes dans le besoin.  C’est pourquoi le Canada, comme 82 autres États Membres, a souscrit à la Déclaration politique sur le renforcement de la protection des civils contre l’emploi d’armes explosives en zones peuplées, adoptée le 18 novembre 2022 à Dublin, en Irlande.  La déléguée a appelé à un changement de paradigme pour une approche plus prospective de l’aide humanitaire, mariant l’action anticipée et d’autres questions connexes, telles que le financement des risques climatiques et la réduction des risques de catastrophe.
Mme ANDREEA MOCANU (Roumanie) a indiqué que son gouvernement a consolidé son appui pour l’Ukraine durant l’hiver, en octroyant 300 000 euros au Haut-Commissariat pour les réfugiés.  Le pays compte accueillir 16 000 réfugiés supplémentaires et a offert 10 millions d’euros à la République de Moldova qui abrite quelque 100 000 réfugiés ukrainiens.  La Roumanie a aussi permis le transit de 8,5 millions de tonnes de céréales ukrainiennes pour les pays dans le besoin.  La représentante a ensuite souligné l’importance de respecter et de promouvoir le droit humanitaire international, dénonçant la destruction des infrastructures civiles en Ukraine.
Mme CAROLYN SCHWALGER (Nouvelle-Zélande) a salué les acteurs humanitaires qui travaillent dans des contextes à haut risque et sous une énorme pression pour fournir davantage d’assistance mais sans hausse du financement suffisante, soulignant que leur sécurité et le libre acheminement de l’aide humanitaire sont essentiels.  À propos de la crise alimentaire, la représentante a estimé qu’elle ne fera qu’empirer sans solution politique et a salué toutes les parties impliquées dans l’Initiative céréalière de la mer Noire.  
Consciente de la menace des changements climatiques, la représentante a dit attendre avec intérêt l’examen à mi-parcours du Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe.  À ce sujet, elle s’est félicitée de l’inclusion de la thématique climatique dans les résolutions humanitaires, appelant à faire preuve de mesure sur la manière de s’attaquer aux causes des changements climatiques et sur la manière de s’y adapter et de réagir aux effets négatifs.  L’anticipation et la préparation aux situations d’urgence sont fondamentales pour réduire les conséquences des catastrophes, a-t-elle souligné.
M. JAMES KARIUKI (Royaume-Uni) a souligné qu’en 2023, 339 millions de personnes auront besoin d’aide humanitaire, soit une augmentation de 25% par rapport à 2022.  Ce ne sont pas que des chiffres, ils représentent des vies individuelles, a—t-il commenté.  Pour relever l’ampleur des défis mondiaux, le représentant a suggéré d’adopter une vision commune en ayant une volonté politique collective pour la concrétiser.  Il a expliqué que la stratégie de développement international du Royaume-Uni, lancée en mai 2022, est un engagement envers les plus vulnérables du monde.  Pour arriver à assurer une réponse internationale plus efficace aux crises humanitaires, le délégué a recommandé de veiller à ce que les réponses humanitaires soient responsables, fondées sur des données et rentables.  Il faut aussi intensifier les transferts monétaires numériques, car ce sont des moyens efficaces et dignes de fournir une assistance, a-t-il ajouté.  Le représentant a dit vouloir utiliser sa position au Conseil de sécurité pour permettre un accès sans entrave à ceux qui en ont besoin, dont les 4,1 millions de personnes se trouvant dans le nord-ouest de la Syrie cet hiver.  Il a promis d’utiliser tous les outils à disposition pour faire jouer la responsabilité de ceux qui violent les principes humanitaires et la Charte des Nations Unies en Ukraine.  Sur la base d’un plaidoyer soutenu lors des COP26 et 27 sur le climat, le délégué a dit que le Royaume-Uni continuera à faire pression pour une augmentation de l’accès au financement climatique dans les pays vulnérables ayant les besoins humanitaires les plus élevés.
Par ailleurs, au sujet de la catastrophe de Tchernobyl, le délégué a déclaré que la Russie avait directement endommagé et perturbé le site de Tchernobyl, ce qui avait eu pour conséquence de saper les efforts de réparation.  Ce pays a également créé de nouveaux risques nucléaires en ciblant et en saisissant une centrale nucléaire civile, celle de Zaporijia, a dénoncé le représentant du Royaume-Uni.
Mme CEREN HANDE ÖZGÜR (Türkiye) a fait remarquer que la Türkiye est considérée comme le pays le plus généreux par rapport à son revenu brut et le deuxième plus grand donateur en ce qui concerne l’aide publique au développement humanitaire.  Elle a appelé à veiller à ce que l’aide humanitaire arrive aux personnes dans le besoin par les voies les plus directes, avant d’encourager à ne pas politiser ces efforts et en se prononçant en faveur du renouvellement du mandat pour le mécanisme d’assistance humanitaire pour la République arabe syrienne.  Par ailleurs, la représentante a appelé à tenir compte des risques émergents, y compris la crise alimentaire mondiale actuelle.  L’ONU joue un rôle fondamental pour coordonner la réponse afin d’atténuer ses effets, a-t-elle estimé, citant l’Initiative céréalière de la mer Noire qui vise à mettre un terme à la pression sur les prix alimentaires.
En outre, la déléguée a exhorté à traiter de façon humaine les réfugiés et les migrants, en cessant toutes pratiques qui menacent leurs vies tel que le refoulement.  Jugeant ensuite inquiétante l’augmentation des déplacements forcés, elle a appelé à mettre en œuvre une bonne coopération internationale pour la gérer.  Elle a souligné que la proximité ne doit pas entraîner à elle seule la responsabilité lorsqu’il s’agit de subir les conséquences des situations d’urgence.  La déléguée a ensuite précisé être le plus grand pays qui accueille les réfugiés et appelé à une plus grande solidarité internationale et davantage d’équité dans le partage des responsabilités.  Elle a également demandé un vif appui en faveur de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), y compris en termes de fonds, avant de préciser soutenir le renouvellement de son mandat la semaine prochaine. 
M. OMAR HILALE (Maroc) a appelé à investir davantage dans la prévention, en particulier dans l’approche anticipative ainsi que dans la mise en œuvre du Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe, recommandant des systèmes d’alerte précoce multirisques.  Il a plaidé pour un financement rapide et flexible de la préparation et de la réponse rapide et pour davantage de partenariats verts et d’actions pilotes dans le domaine de l’adaptation de l’agriculture aux changements climatiques.  Selon le délégué, la situation alarmante d’insécurité alimentaire et de risque de famine nécessite, aujourd’hui plus que jamais, une réponse globale et coordonnée à travers une action humanitaire en synergie avec les efforts de développement et de consolidation de la paix.  Pour le représentant, il est de notre devoir de travailler ensemble, au sein d’un système diversifié et varié de partenaires humanitaires, y compris les États Membres, l’ONU, ses fonds et programmes, les institutions financières internationales, les organisations humanitaires internationales et régionales ainsi que la société civile, pour combler le déficit de financement et soulager les souffrances des populations les plus vulnérables. 
Le Maroc ayant l’action humanitaire comme pilier de sa politique étrangère, a-t-il poursuivi, il s’est toujours engagé à soutenir l’action humanitaire de l’ONU à travers, notamment, une assistance financière au Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF) et d’autres contributions opportunes aux fonds communs des pays, conformément aux circonstances et priorités nationales.  Il a précisé qu’en 2022, le Maroc a apporté une assistance financière de 1,5 million de dollars à de nombreux pays frères, dont le Yémen, les Tonga et le Pakistan, pour les aider à atténuer l’impact des crises humanitaires.  Il s’est aussi félicité de la mise en place d’une opération humanitaire au profit d’une vingtaine de pays africains frères, ainsi qu’à la Commission de l’Union africaine à Addis-Abeba: 228 tonnes de produits de lutte contre la pandémie de COVID-19 ont été ainsi livrées.  Enfin, il a indiqué que les Forces armées royales du Maroc ont établi 19 hôpitaux de campagne et fourni des millions de services médicaux au profit des populations locales et des réfugiés dans 14 pays, sur 4 continents. 
Mme CARMEN NISHIHARA (Chili) a appelé la communauté internationale à soutenir les besoins humanitaires du peuple palestinien qui ne cessent d’augmenter, après s’être dite profondément préoccupée par l’augmentation de la violence et du conflit ainsi que par les pertes matérielles, qui doivent aussi prendre fin.  Elle a réitéré l’importance de l’assistance sur le terrain et appelé à soutenir l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA).  Toute attaque ciblant les civils doit être condamnée par la communauté internationale, a-t-elle ensuite recommandé.  Aux parties en conflit, la représentante a demandé de se garder de faire des victimes civiles et d’éviter la violence à l’égard des enfants et des femmes en particulier.  La déléguée a plaidé pour une reprise du dialogue entre les parties et a insisté sur la solution des deux États, arguant que les Palestiniens ont le droit à se constituer en un État libre et indépendant. 
M. RAVINDRA RAGUTTAHALLI (Inde), intervenant également au nom de la Suède, a fait part d’un engagement commun à renforcer le système des Nations Unies pour répondre aux défis humanitaires complexes.  Face à des besoins humanitaires évalués à 51,5 milliards de dollars pour 2023, dont une aide vitale à 230 millions de personnes parmi les plus vulnérables, il a appelé les États Membres à augmenter leur contribution au système d’aide humanitaire des Nations Unies, y compris le Plan de réponse humanitaire global pour la COVID-19, les fonds de financement commun pour les pays et le Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF). 
Poursuivant, le représentant a vanté l’appel indien à promouvoir la résilience des infrastructures par le truchement de la coalition pour la résilience des infrastructures aux catastrophes, dont la charte a été adoptée par de nombreux pays.  Il a également rappelé le lancement, l’an dernier, de l’initiative stratégique de cette coalition pour les petits États insulaires en développement, « Infrastructure pour les États insulaires résilients (IRIS) ».  Il a ensuite indiqué que la Suède a consacré 900 millions de dollars à l’aide humanitaire en 2022, et que ce pays coorganisera, dans le cadre de sa présidence de l’UE, le Forum humanitaire européen avec la Commission européenne en mars 2023.  Il a expliqué que la Suède et l’Inde restent particulièrement préoccupées par la détérioration de la sécurité alimentaire mondiale, exacerbée par la guerre en Ukraine, et que ces deux pays soutiennent pleinement l’Initiative céréalière de la mer Noire et saluent sa prolongation de 120 jours.  La Suède a versé quelque 50 millions de dollars pour permettre la livraison de blé d’Ukraine au Yémen, en Somalie et au Soudan, à des fins humanitaires, tandis que l’Inde a exporté plus de 1,8 million de tonnes de blé pour aider les pays à faible revenu à lutter contre la hausse des prix et la pénurie de denrées alimentaires, notamment l’Afghanistan, le Myanmar, le Soudan et le Yémen. 
M. FAHAD MOHAMMAD F M F ALAJMI (Koweït) s’est dit convaincu de l’importance d’accorder une grande priorité à l’action humanitaire.  La recrudescence des conflits et des catastrophes, et leurs graves répercussions sur le plan économique, ont alourdi le fardeau de l’ONU et de tous les partenaires concernés dans les efforts visant à relever les défis humanitaires.  Le représentant a réaffirmé la nécessité de renforcer et de coordonner l’aide humanitaire et les secours dans les zones sinistrées afin d’épargner des vies.  Il s’est également inquiété de la situation humanitaire dans les territoires palestiniens occupés et de la poursuite du blocus « injuste » de la bande de Gaza.
M. ABUZIED SHAMSELDIN AHMED MOHAMED (Soudan) a mis l’accent sur le rôle du Bureau de la coordination des affaires humanitaires, et appelé en parallèle à renforcer les partenariats des organisations internationales avec les acteurs régionaux et locaux, afin d’offrir des services adéquats et d’équilibrer les besoins humanitaires de chacun.  Il a jugé primordial de réparer les infrastructures détruites par les conflits comme les hôpitaux et les écoles.  Selon le délégué, le travail en matière de consolidation de la paix est essentiel.  Il a appelé à ce que l’aide humanitaire passe par des projets intégrant de manière proactive les familles de victimes.  « Ces personnes devraient être autonomisées de manière qu’elles ne dépendent pas uniquement de l’aide humanitaire. »  Évoquant enfin les dommages graves dus aux inondations de cette année au Soudan, qui ont conduit au déplacement de milliers de familles soudanaises, le délégué a dit que la crise humanitaire s’était révélée plus profonde que prévu, que l’appui des Nations Unies était nécessaire, mais que cette aide ne devait pas être conditionnée à des considérations politiques.
M. YANN HWANG (France) a constaté que les travailleurs humanitaires, y compris les personnels locaux, sont de plus en plus victimes d’attaques.  Il a indiqué que les auteurs et complices d’attaques contre les travailleurs humanitaires doivent être poursuivis et punis, et a appelé à garantir un accès humanitaire rapide, sûr et sans entraves, partout où les populations ont besoin de recevoir une assistance.  Il a indiqué que la France est pleinement mobilisée pour répondre aux crises humanitaires en Ukraine, mais aussi en Afrique, au Proche et au Moyen-Orient notamment.  Pour relever les défis humanitaires, le représentant a appelé à un multilatéralisme efficace et a invité les États à rejoindre l’Appel à l’action humanitaire, lancé conjointement par la France et l’Allemagne en 2019.  
Mme NATALIIA MUDRENKO (Ukraine) a estimé que l’une des principales raisons de la croissance rapide des besoins humanitaires dans le monde est l’agression généralisée de la Russie contre l’Ukraine, qui a exacerbé l’insécurité alimentaire.  « Cette guerre a provoqué la plus grande catastrophe humaine en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale », a-t-elle appuyé, expliquant que 14,5 millions d’Ukrainiens avaient été déracinés, soit un tiers de la population.  En outre, sur les 16 000 bombes, missiles, roquettes, drones lancés par la Russie, 97% ont visé des infrastructures civiles et des zones résidentielles, a-t-elle indiqué.  Elle a également estimé que les attaques ciblées systématiques contre les infrastructures civiles constituent non seulement un crime de guerre mais aussi « un acte de génocide ».  Alertant sur le besoin désespéré d’aide humanitaire de millions d’Ukrainiens, la représentante a signalé le problème de la forte contamination de vastes zones de l’Ukraine par des mines et des restes d’explosifs de guerre.  Le nettoyage de ces territoires pourrait prendre des années, voire des décennies, a-t-elle averti.  Nous demandons instamment à la communauté humanitaire mondiale de continuer à renforcer ses services d’assistance et de protection en Ukraine, a-t-elle lancé, estimant crucial de continuer à étendre ces efforts aux zones libérées où la situation est la plus grave.
Malgré les horreurs de la guerre, l’Ukraine est l’un des garants de la sécurité mondiale, a affirmé la représentante.  Au 2 décembre 2022, 12,4 millions de tonnes de céréales et d’autres produits ont ainsi été liés à l’Initiative céréalière de la mer Noire.  L’Ukraine a proposé d’étendre cette initiative à d’autres ports, y compris ceux de la région de Mykolaïv.  Elle a également lancé l’initiative « Grain from Ukraine » pour soutenir les plus vulnérables.  La représentante a informé que son pays enverra 60 navires en Éthiopie, au Soudan, au Soudan du Sud, en Somalie, au Congo, au Kenya et au Yémen.  Par ailleurs, la représentante a accusé la délégation du Bélarus d’avoir délibérément tenté d’empêcher le débat sur le point à l’ordre du jour relatif à la catastrophe de Tchernobyl.  Elle a estimé qu’en s’emparant de la centrale nucléaire de Tchernobyl en février 2022, la Russie a ouvert une nouvelle page tragique de l’histoire de Tchernobyl et exposé le monde à une nouvelle catastrophe nucléaire.  S’agissant de la centrale nucléaire de Zaporijia, temporairement occupée, la représentante a noté que, pour la première fois dans l’histoire de l’industrie nucléaire ukrainienne, toutes les unités de production de la centrale ont été arrêtées.  Saluant la présence de l’AIEA sur le site qui constitue une « étape importante », elle a cependant rappelé que la seule façon de garantir la sûreté et la sécurité nucléaires de la centrale de Zaporijia reste la démilitarisation complète et le retrait des troupes russes.
Mme MOSAMMAT SHAHANARA MONICA (Bangladesh), rappelant que son pays accueille 1,2 millions de réfugiés Rohingya et fournit une éducation aux plus jeunes, a prévenu que la crise multidimensionnelle en cours rendait l’accueil plus compliqué.  Le Bangladesh ne peut à lui seul assumer ce fardeau sans une aide financière internationale conséquente.  Par ailleurs, la déléguée a loué les efforts internationaux visant à juguler les effets des changements climatiques et les résolutions consacrées à la résilience et à l’adaptation.  Dans ces domaines, un appui financier durable, souple, pluriannuel et une bonne coordination sont essentiels.  La communauté internationale doit mener des activités centrées sur la résilience pour réduire la dépendance des pays vis-à-vis de l’aide humanitaire et permettre leur transition sans heurt vers le développement durable.  Les politiques de réduction des risques doivent tenir compte du rôle essentiel que jouent les femmes comme premières intervenantes dans les crises humanitaires, a ajouté la déléguée. 
M. MAJED S. F. BAMYA (État de Palestine) a rappelé que la crise des réfugiés palestiniens était la plus longue de l’histoire des Nations Unies.  Selon lui, il n’y a pas de réponse humanitaire efficace sans une réponse politique fondée sur le droit et sans le respect du droit sur le terrain.  Lorsque l’humanité est confrontée à une maladie, elle cherche un remède, a-t-il poursuivi au sujet des changements climatiques, dressant un parallèle avec « la volonté de mettre fin au colonialisme et à l’occupation étrangère ». 
Le coût humain de l’occupation israélienne est ressenti dans chaque famille, chaque foyer palestinien, a enchaîné l’Observateur, qui a chiffré le coût économique de l’occupation à 58 milliards de dollars, citant la CNUCED sur la perte de PIB en Cisjordanie en raison des restrictions israéliennes entre 2000 et 2020.  Cette estimation n’inclut pas le coût des dommages et de la destruction de biens palestiniens dans le cadre des opérations militaires israéliennes et d’autres mesures, ni les pertes dues au contrôle total par Israël de 60% de la Cisjordanie interdite aux Palestiniens, y compris la vallée du Jourdain, « notre réservoir d’eau et notre panier alimentaire ».  La CNUCED estime également à 16,7 milliards de dollars le coût économique cumulé du blocus prolongé de la bande de Gaza et des opérations militaires, ce qui signifie que le coût de l’occupation, depuis 1948, pourrait être estimé à plusieurs centaines de milliards de dollars, soit beaucoup plus que toute l’aide humanitaire fournie au peuple palestinien depuis 1948, a calculé l’Observateur.  D’un autre côté, la contribution des colonies illégales à l’économie d’Israël est estimée à 30 milliards de dollars par an.  « Vous voulez mettre fin à l’occupation? », a-t-il demandé. « Faites en sorte que nous arrêtions d’en supporter le coût, alors qu’Israël en récolte les bénéfices! »
M. PETER DAVIDSON MC GUIRE, Observateur de l’Ordre ouverain de Malte, a noté que les huit dernières années sont en passe d’être les plus chaudes jamais enregistrées, et que les vagues de chaleur extrême, la sécheresse et les inondations dévastatrices ont affecté des millions de personnes et coûté très cher.  « Dans un rapport annuel publié par la société mondiale de réassurance ‘Swiss Re’, on estime que les pertes économiques mondiales dues aux catastrophes naturelles dépasseront 260 milliards de dollars en 2021 » a-t-il cité, avant d’appeler les États à se mobiliser pour tenir les promesses de financement faites aux pays à risque à la COP27 et à confronter les dimensions socioéconomiques de la fracture Nord-Sud.  L’Observateur s’est particulièrement inquiété des risques qui pèsent sur la centrale Zaporijia, 36 ans après la catastrophe de Tchernobyl, en regrettant que l’humanité ne semble pas en mesure de retenir les leçons de son histoire.  Tout en reconnaissant qu’il n’y a pas de solutions faciles aux problèmes du monde, l’Observateur a dit l’urgence de concilier nos propres différences politiques et de rechercher une action commune face aux dangers clairs et actuels qui transcendent les domaines politiques et culturels.  « L’ONU est, après tout, notre dernier meilleur espoir, non seulement pour coordonner les secours humanitaires et les secours en cas de catastrophe, mais aussi pour dynamiser en chacun de nous, la volonté et le pouvoir de briser nos différences et de répondre aux besoins des malades, des pauvres et les marginalisés au centre de nos efforts » a-t-il conclu. 
Mme LIANA GHUKASYAN, Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, a déclaré que la crise climatique n’est pas une question parmi d’autres en matière humanitaire, mais la question puisque les menaces posées par les changements climatiques sont en hausse partout.  Elles entraînent une hausse des besoins humanitaires, davantage de pertes de vies et de moyens de subsistance et font reculer les progrès durement gagnés en matière de développement, ce qui exige une réponse mondiale sans précédent.  Les conséquences humanitaires des changements climatiques augmenteront partout si nous n’agissons pas maintenant, a-t-elle souligné.
La représentante a indiqué que, selon les estimations de la Fédération, 200 millions de personnes pourraient avoir besoin d’aide humanitaire internationale chaque année, d’ici à 2050, en raison de catastrophes liées au climat et de leur impact socioéconomique.  Et, faute d’action à la mesure de la menace, le coût supplémentaire pour le système humanitaire s’élèvera à 29 milliards de dollars.  Elle a exhorté les États Membres à augmenter le financement pour l’adaptation locale, en veillant à ce qu’il atteigne les communautés les plus pauvres, ainsi que le montant du financement climatique pour les acteurs locaux.  Actuellement, le niveau local bénéficie de seulement 10% du financement pour l’adaptation et les 30 pays qui reçoivent le plus de financement ne figurent pas parmi les 30 pays les plus vulnérables.  En outre, l’investissement est toujours dirigé davantage vers les organisations internationales plutôt que vers les acteurs locaux qui sont en première ligne dans la lutte contre les changements climatiques.
Mme LAETITIA MARIE ISABELLE COURTOIS, du Comité international de la Croix-Rouge, a relevé que l’urbanisation de la guerre est une réalité pour les populations et les organisations humanitaires.  Le mois dernier, a-t-elle rappelé, plus de 80 États ont adopté une déclaration politique historique visant à améliorer la protection des civils contre l’utilisation d’armes explosives dans les zones peuplées.  Elle a souligné qu’il s’agissait d’une étape majeure, les États reconnaissant la gravité du problème pour la première fois dans un instrument de ce type et s’engageant à prendre des mesures concrètes pour y remédier.  Si ce changement d’état d’esprit et de perspective est crucial, elle a cependant estimé qu’il ne s’agit que du début d’un long processus, exhortant à travailler ensemble pour élargir le soutien à la déclaration et pour la mettre en œuvre de manière efficace.
Évoquant ensuite le sujet des menaces numériques, l’intervenante a constaté que plusieurs cyberopérations ont affecté les infrastructures civiles critiques des États, telles que les centrales nucléaires, les réseaux électriques et les systèmes d’eau, ainsi que les organisations humanitaires.  La perturbation ou la destruction de systèmes spatiaux desservant des infrastructures critiques pourrait également avoir des conséquences de grande ampleur pour la population civile, y compris les organisations humanitaires, a-t-elle mis en garde.  En outre, elle a estimé que les questions essentielles relatives à la protection de la vie civile nécessitent des discussions plus approfondies et des positions claires de la part des États, les appelant notamment à prendre des mesures pour que les organisations humanitaires soient protégées en ligne, comme elles le sont hors ligne, et que les civils soient protégés contre les informations nuisibles telles que les discours de haine. 
Enfin, elle a rappelé que le DIH exige que le CICR ait un accès régulier aux prisonniers pour vérifier les conditions de leur détention et rétablir les contacts entre ces personnes et leur famille.  Les États doivent également veiller à ce que les morts soient traités avec dignité et correctement identifiés, a-t-elle rappelé, appelant tous les États à redoubler d’efforts politiques pour faire respecter ces dispositions, au regard de la résurgence des conflits armés internationaux.
Explications de vote après adoption
Après l’adoption du texte relatif au « renforcement de la coordination de l’aide humanitaire d’urgence fournie par les organismes des Nations Unies », l’Arabie saoudite, s’exprimant également au nom du Bahreïn, du Koweït, d’Oman et du Qatar, a relevé que, pour ces pays, les références aux « soins de santé sexuelle et procréative » dans le libellé doivent être abordées en tenant compte de leur législation et dans le respect de leurs valeurs religieuses et sociales. 
La représentante de la Fédération de Russie a indiqué que sa délégation a rejoint le consensus sur la résolution relative à la protection du personnel humanitaire, avant de faire un commentaire sur la Cour internationale de Justice (CIJ), une institution qui, selon elle, « s’est dégradée ».  Elle a dénoncé « les falsifications scandaleuses » et « l’approche politisée » de la Cour depuis 20 ans.  La représentante a ajouté que sa délégation se dissocie du paragraphe 32 du préambule et de l’article 8 du dispositif de la résolution A/77/L.35 qui engage tous les États à envisager de devenir parties au Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI).
Tout en appuyant le consensus sur les projets de résolution qui doivent contribuer à améliorer le travail humanitaire des Nations Unies, le représentant de l’Algérie a souhaité que les soins de santé sexuels et reproductifs soient appréhendés dans le respect des législations nationales et des réalités culturelles et religieuses des pays.  En outre, il a souhaité rappeler que le Pacte mondial sur les migrations est un texte juridiquement non contraignant.
Le représentant de la Türkiye a exprimé ses réserves quant aux liens de causalité entre les changements climatiques et les déplacements des populations, comme cela est mentionné dans plusieurs textes adoptés par l’Assemblée générale.
Le représentant des Philippines s’est dissocié de tous les paragraphes mentionnant la Cour pénale internationale (CPI), puisque son pays s’est retiré du Statut de Rome.  Les Philippines entendent donc assurer la protection des personnels humanitaires sur son sol en s’appuyant sur la réglementation nationale.
Pour sa part, la Hongrie a réagi à la résolution sur la coopération internationale en matière d’aide humanitaire à la suite de catastrophes naturelles, en rappelant que le pays n’entend pas assurer la mise en œuvre du Pacte mondial sur les migrations qu’il n’a pas endossé.
L’Observatrice du Saint-Siège a salué des résolutions qui visent à renforcer les capacités du système des Nations Unies et des organisations internationales à apporter de l’aide aux populations nécessiteuses.  Elle a salué des textes qui s’attaquent aux causes des déplacements internes, cherchent des solutions durables et améliorent l’aide aux personnes déplacées.  L’Observatrice a recommandé qu’à l’avenir toutes les annonces concernant ces processus fassent l’objet d’une communication officielle de l’ONU afin d’assurer la transparence et l’inclusion.  Le Saint-Siège s’est félicité de l’appel à prévenir la famine et à faire face à l’insécurité alimentaire et la malnutrition et à leurs causes.  Pour le Saint-Siège, a insisté l’Observatrice, les termes « santé sexuelle et reproductive » et « services de santé sexuelle et reproductive » sont une approche holistique de la santé.  Le Saint-Siège ne considère pas l’avortement, l’accès à l’avortement ou l’accès aux produits abortifs comme une dimension de ces termes.  En ce qui concerne le « genre » et ses dérivés, le Saint-Siège comprend que le terme est fondé sur l’identité et la différence sexuelles biologiques, masculine ou féminine.
Droits de réponse
Le représentant de la République arabe syrienne a estimé que les propos des États-Unis selon lesquels le Gouvernement syrien empêche que l’aide humanitaire arrive dans le pays sont « intéressants », étant donné que le Gouvernement syrien n’épargne aucun effort pour garantir l’arrivée des convois alimentaires.  En protégeant ces convois, nous avons essuyé des pertes humaines, a ajouté le représentant.  Par ailleurs, il a reproché aux mesures coercitives unilatérales illégales imposées à son pays de creuser les souffrances du peuple syrien, en entravant l’arrivée du matériel médical, de l’électricité, de l’eau et du carburant.  Ce n’est que quand les États-Unis retireront leurs forces, arrêteront d’appuyer les forces séparatistes et lèveront ces mesures coercitives que ce pays pourra parler d’une véritable assistance humanitaire, a-t-il martelé. 
La représentante de la Fédération de Russie a réfuté les accusations de l’Ukraine et des pays occidentaux relatives à la centrale de Tchernobyl.  Il n’y a aucun fait mais seulement des « spéculations sans fondement », a estimé la délégation, précisant que les missions de l’AIEA qui ont eu lieu au printemps ont confirmé un fonctionnement normal.  Les Forces russes ont protégé cette centrale du 24 février au 31 mars, a-t-elle par ailleurs indiqué, expliquant qu’aucune pression n’a été exercée sur les personnes gérant cette centrale.  Les complications survenues sont uniquement du fait de l’Ukraine, a accusé la représentante, et les menaces principales qui pèsent sur la sécurité de la centrale de Zaporijia sont les tirs des Forces armées ukrainiennes qui se poursuivent.  Accusant les États occidentaux de continuer à fermer les yeux sur les actions de Kiev au sujet des centrales, qui mettent en danger la sécurité du continent européen dans son ensemble, elle a considéré que « ce genre d’actions créent pour Kiev l’idée illusoire que ces actes ne seront pas punis ». 
 La représentante du Bélarus a averti que la coopération internationale au sujet de Tchernobyl ne doit pas se transformer en « plateforme de politisation ou de confrontation ».  Le Bélarus reste attaché à cette coopération, qui doit s’appuyer sur le dialogue et le partenariat, et se dit satisfait que la situation autour de la centrale revienne à la normale.
CULTURE DE PAIX
Projet de résolution (A/77/L.10)
Explications de position après adoption
Faisant référence au préambule de la résolution, la représentante des États-Unis a estimé que rien ne montre que la politique de neutralité joue un rôle important dans les relations pacifiques ni ne contribue au renforcement de la paix et de la sécurité internationales.  « L’autodéfense collective est un droit reconnu par la Charte des Nations Unies », a—t-elle ajouté.  Les alliances s’appuyant sur les valeurs démocratiques et la transparence peuvent également être efficaces pour éviter l’agression et renforcer la sécurité.  Les États-Unis sont prêts à des discussions sur les liens entre la neutralité et la sécurité, a assuré la représentante.  Elle a estimé que la résolution aurait été plus forte et plus efficace si elle avait fait référence à des objectifs tangibles étayés par des données. 
Par ailleurs, la représentante a rappelé que toute décision sur les années internationales doit être annoncée un an avant la date, et cette année internationale du dialogue comme garantie de paix devrait avoir lieu en 2024 et non en 2023.  Selon elle, les États Membres devraient avoir plus de temps pour réfléchir aux engagements que ce genre d’année prévoit.  Elle a néanmoins dit apprécier les efforts du Turkménistan pour promouvoir le maintien de la paix.
Le représentant du Royaume-Uni a invité à se rappeler de ce que dit la Charte des Nations Unies au sujet des principes d’intégrité territoriale et de souveraineté.  « Nous ne pouvons pas mettre en œuvre cette résolution à moins que la Fédération de Russie ne cesse sa guerre illégale en Ukraine », a-t-il dit.
Le représentant de l’Ukraine a déclaré que sa délégation s’était jointe au consensus, ayant toujours considéré que le dialogue était important dans les efforts de paix.  Au lieu de répondre aux aspirations pacifiques de l’Ukraine, la Russie s’est lancée dans une escalade guerrière ces dernières années, sourde à toute tentative de diplomatie, a-t-il dénoncé.  Les missiles russes continuent de viser maisons, écoles, hôpitaux et infrastructures essentielles ukrainiens.  Des millions de personnes sont plongées dans le noir et laissées sans chauffage cet hiver.  « Ces actions sont délibérées », a accusé le représentant.  Il s’est dit « atterré » que la Russie et son complice, le Bélarus, soient coauteurs de la résolution.  « Une pomme pourrie peut gangréner tout un panier » a-t-il averti.  L’Ukraine demeure sans illusion quant à l’impact de cette résolution sur l’attitude de la Russie, à moins que cette dernière ne se retire de l’Ukraine et ne réponde des crimes commis par ses troupes.
 

Les agences humanitaires indiquent que les besoins au Pakistan restent critiques même si les eaux ont reculé.  Les besoins sont en effet exacerbés par l’arrivée de l’hiver.

Imprimer LinkedIn

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire