L'ambassade saoudienne en Turquie évacue les citoyens blessés dans l'accident de bus de Rize – Arabnews fr

https://arab.news/6trra
RIYAD: L’ambassade d’Arabie saoudite en Turquie, en coordination avec le ministère de la Santé, a évacué mercredi des citoyens blessés dans un accident de la route à Rize, dans le nord de la Turquie.
Les blessés ont été évacués à bord deux vols médicalisés, afin qu’ils puissent achever leur traitement dans le Royaume.
L’évacuation a eu lieu à la suite de directives émises par le roi Salmane et le prince héritier Mohammed ben Salmane.
L’ambassade a exprimé ses remerciements pour l’attention et les soins accordés par les dirigeants du Royaume aux citoyens saoudiens du monde entier, et a souhaité aux blessés un bon rétablissement. 
Dimanche, l’ambassade a déclaré dans un communiqué que 18 citoyens avaient été blessés dans un accident de bus, dont six ont dû rester à l’hôpital pour se faire soigner.
Un bus transportant des touristes, dont 23 Saoudiens, s’est renversé après avoir heurté une barrière en béton au bord de la route, dans une zone agricole du village d’Asmali Yarmak, dans la région orientale de la mer Noire.
 
Ce texte est la traduction d’un texte paru sur Arabnews.com
 
https://arab.news/4x8xj
BEYROUTH : Les services de sécurité libanais ont saisi plus d’un million de comprimés de Captagon cachés dans une cargaison de raisins dans le port de Beyrouth, a-t-il été annoncé samedi.
Le ministre de l’Intérieur Bassam Mawlawi a déclaré que la cargaison illicite se dirigeait vers le Koweït via le Soudan, et que des enquêtes sont en cours pour « poursuivre les dealers ».
Les autorités libanaises insistent sur le fait qu’elles ont intensifié leurs efforts pour lutter contre le commerce illégal de Captagon après que les États du Golfe, menés par l’Arabie saoudite, ont mis en garde contre une augmentation du nombre de tentatives de contrebande de ce stimulant.
En 2021, le Royaume a suspendu les importations de fruits et légumes en provenance du Liban après avoir saisi plus de 5 millions de pilules de Captagon cachées dans une cargaison de grenades à destination du pays. Les autorités ont déclaré qu’au cours des six dernières années, on a tenté de faire passer jusqu’à 600 millions de pilules de stupéfiants du Liban vers l’Arabie saoudite.
Pendant ce temps, le calme est revenu dans les rues libanaises après qu’au moins cinq clients armés de pistolets à plomb ou d’armes-jouets ont pris d’assaut les banques à travers le pays à court d’argent vendredi, exigeant l’accès à leurs économies.
L’Association des banques du Liban a déclaré qu’elle fermait toutes ses succursales pendant trois jours pour protester contre ces attaques et protéger le personnel bancaire.
Toutefois, on craint que le chaos ne s’étende si les manifestants descendent dans la rue après la fermeture des banques la semaine prochaine.
Un observateur politique, qui a refusé d’être nommé, a déclaré : « Les déposants prennent d’assaut les banques, les gens portent des armes, les bagarres individuelles se transforment en affrontements armés, tandis que les familles et les clans se tirent dessus dans les zones rurales, même dans les villages affiliés au Hezbollah. »
Les services de sécurité sont quasiment impuissants à agir car leurs membres « souffrent de l’effondrement économique comme tout le monde », a ajouté l’observateur.
Dans une atmosphère déjà fébrile, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a condamné une récente modification du mandat de la force de maintien de la paix de l’ONU déployée le long de la frontière avec Israël.
Le 31 août, le Conseil de sécurité des Nations unies a prolongé le mandat de la force de maintien de la paix de la FINUL pour une période d’un an, mais avec une modification mineure de la formulation.
S’exprimant lors d’une commémoration religieuse dans la Bekaa, Nasrallah a mis en garde Israël contre l’extraction de gaz du champ offshore de Karish, dans le cadre des pourparlers sur la frontière maritime entre le Liban et Israël. Israël a annoncé qu’il commencerait les travaux sur le site le mois prochain.
« Nous ne pouvons pas permettre l’extraction de pétrole et de gaz du champ contesté de Karish avant que le Liban n’obtienne satisfaction légitime. C’est tranché. Si une quelconque extraction a lieu, des problèmes s’ensuivront. Notre objectif est que le Liban soit en mesure d’extraire du pétrole et du gaz », a-t-il déclaré.
« Cette question n’est pas liée à d’autres problèmes avec Israël. Aucune menace de l’ennemi ne nous affecte. L’État libanais est concerné par les négociations, nous ne faisons qu’observer. Nous gardons un œil sur Karish et nos missiles sont dirigés dans sa direction. »
Dans un discours télévisé, Nasrallah a contesté une partie de la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies visant à prolonger le mandat de la FINUL, qui stipule que la force de maintien de la paix « est autorisée à mener ses opérations de manière indépendante », qualifiant la résolution de « violation de la souveraineté libanaise » et fustigeant le gouvernement libanais pour l’avoir laissée passer.
Le leader du Hezbollah a qualifié les responsables libanais impliqués dans les discussions sur le mandat de « soit ignorants, soit complices, car cette résolution pourrait donner lieu à de grands dangers dans la zone située au sud du fleuve Litani ».
Sur le plan intérieur, Nasrallah a espéré qu’un gouvernement soit bientôt formé, ajoutant : « Si nous n’avons qu’un gouvernement intérimaire et que nous nous retrouvons avec un vide présidentiel, le chaos prévaudra. »
Il a soutenu les appels à un consensus, mais déclaré : « Il est nécessaire d’avoir un président avec la plus grande base politique, parlementaire et populaire possible afin qu’il puisse remplir son rôle légal et constitutionnel. »
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
 
https://arab.news/z8dpw
RIYAD : Le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a envoyé un message de félicitations au prince William de Grande-Bretagne à l’occasion de son accession au titre de prince de Galles, a rapporté samedi l’agence de presse saoudienne.
Le prince héritier a adressé ses félicitations et ses meilleurs vœux à l’héritier du trône britannique, lui souhaitant bonne santé et bonheur, ainsi que progrès et prospérité au Royaume-Uni, a ajouté SPA.
William a reçu le titre de prince de Galles, précédemment porté par son père pendant plus de 50 ans, à la suite du décès de sa grand-mère, la reine Elizabeth II, la semaine dernière.
Son épouse, la duchesse de Cambridge et de Cornouailles, Catherine, a également été nommée princesse de Galles, titre détenu en dernier lieu par la mère de William, Diana.
Le prince William s’est dit « honoré » d’être le nouveau prince de Galles, a déclaré le palais de Kensington dans un communiqué.
« Le Prince a fait valoir sa profonde affection et celle de la Princesse pour le Pays de Galles, leur première demeure familiale ayant été à Anglesey, y compris durant les premiers mois de la vie du Prince George », a précisé le communiqué.
 
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
https://arab.news/b997v
TÉHÉRAN: Les forces de sécurité iraniennes ont dispersé samedi à coup de gaz lacrymogènes une manifestation dans le nord-ouest du pays après la mort d’une jeune femme arrêtée à Téhéran par la police des mœurs, ont rapporté des médias locaux. 
Mahsa Amini, 22 ans, a été arrêtée mardi par l’unité de police chargée de faire respecter le code vestimentaire strict de la République islamique pour les femmes, dont le port obligatoire du foulard en public. La télévision d’Etat a annoncé vendredi sa mort après trois jours dans le coma. 
Elle a été inhumée samedi dans sa ville natale de Saghez, dans la province du Kurdistan, selon l’agence de presse Fars. 
Après ses funérailles, des personnes « ont scandé des slogans en exigeant des enquêtes détaillées sur cette affaire », selon la même source. Les « manifestants se sont ensuite rassemblés devant le bureau du gouverneur » en scandant « d’autres slogans » avant d’être « dispersés par les forces de sécurité qui ont tiré des gaz lacrymogènes ». 
La télévision d’Etat a diffusé vendredi des extraits d’une vidéo montrant une salle, visiblement au commissariat, où l’on peut voir de nombreuses femmes. L’une d’elle, présentée comme Mahsa Amini, se lève pour discuter avec une « instructrice » au sujet de sa tenue vestimentaire, puis elle s’effondre. Dans un autre extrait, le service d’urgence transporte le corps de la femme vers une ambulance. 
La police de Téhéran a confirmé vendredi le décès, affirmant « qu’il n’y avait pas eu de contact physique » entre les agents de police et la jeune femme. 
La présidence iranienne avait indiqué de son côté que le président Ebrahim Raïssi avait chargé le ministre de l’Intérieur d’enquêter sur cette affaire. 
Le chef du bureau du médecin légiste de Téhéran a déclaré samedi à la télévision d’Etat que des enquêtes sur la cause du décès de la jeune femme étaient en cours mais qu’elles prendraient trois semaines. 
La mort de Mahsa Amini survient alors que la controverse enfle sur la conduite la police des moeurs qui patrouille dans les lieux publics pour vérifier l’application de la loi sur le foulard et d’autres règles islamiques. 
Depuis la Révolution islamique de 1979, la loi impose à toutes les femmes le port d’un voile recouvrant la tête et le cou tout en dissimulant les cheveux. 
Cependant, ces deux dernières décennies, de plus en plus de femmes à Téhéran et dans d’autres grandes villes laissent des mèches de cheveux, voire plus, dépasser de leur voile. 

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire