La transformation digitale dans les entreprises de fabrication industrielle, est-elle toujours facile ? – Maroc Hebdo

En continu
L’Algérie écarte Taïeb Baccouche, SG de l’UMA, du 31e…
La transformation digitale dans les entreprises de fabricati…
Un journaliste saoudien annonce le retour de Hamdallah en é…
Mazars et GI2 s’allient pour accompagner les entreprises m…
Le prix de la bonbonne de gaz n’augmentera pas, assure la mi…

Les entreprises de fabrication industrielle ont tendance, traditionnellement, à réagir d’une manière très lente par rapport aux changements et aux évolutions technologiques. Cette résistance technologique concerne essentiellement le domaine scientifique à grande évolution comme l’intelligence artificielle, la robotique, l’automatisme, les drones, la nanotechnologie et d’autres domaines.

Cependant, avec l’apparition de l’industrie 4.0, ces entreprises commencent à réagir positivement par rapport à ce changement, en prenant en compte sa grande valeur ajoutée et son impact positif sur la production.

De ce fait, l’industrie 4.0 représente la vision de l’usine interconnectée où tous les équipements sont en ligne, intelligents et capables de prendre leurs propres décisions, d’une certaine manière.

Tous ces éléments ainsi que l’évolution des objets connectés et leurs plateformes, l’adaptation rapide des NTIC dans les nouvelles stratégies des entreprises en termes de rapidité, de performance et de sécurité poussent ces entreprises à adhérer à cette nouvelle transformation et de migrer du monde physique vers le monde digital.

Aujourd’hui, la production s’est convertie d’une production de masse vers une production personnalisée; il n’est plus question de fabriquer un produit de bonne qualité et au bon prix (un bon rapport qualité/prix), mais il s’agit plutôt de définir comment fabriquer un produire avec un degré de finition et de précision extrêmement élevées.

Actuellement, on a commencé à parler des usines intelligentes pour augmenter la rentabilité, qui est un facteur stratégique pour les usines. Tous les services, que ce soit la vente, la chaîne logistique, le service commercial ou autres, sont liés à la capacité de la chaîne de production. Ce qui nous amène à réfléchir quant à la façon idéale de réduire le temps de production et augmenter la productivité. Concrètement, cela consiste à prendre en considération la gestion de la file d’attente et sa supervision, le pesage automatisé et le chargement automatisé ainsi que d’autres éléments.

En plus, l’objectif de ce processus est de générer des KPI (key performance indicators, indicateurs clés de performance) et des tableaux de bord pour présenter les synthèses et les mesures à améliorer. Ce travail ne pourra pas être fait avec l’absence d’une approche de collecte et d’exploitation des données de la production. Ceci aidera à augmenter la qualité de service, assurer un meilleur contrôle des flux, réduire et optimiser les files d’attente en évitant les erreurs, sécuriser et suivre de près les entrées-sorties.

Les entreprises (quel que soit leur domaine d’activité) disposent des ressources matérielles et personnelles presque similaires, pourtant elles n’évoluent pas de la même façon. La manière de voir un projet digital est sans doute le point de différence. Il y a des entreprises qui parlent de la stratégie digitale dans la stratégie de l’entreprise et d’autres qui parlent du déploiement d’un projet digital. Le premier cas, c’est lorsque l’on parle du projet digital comme étant un état d’esprit, des attitudes et comportements que l’on doit adopter pour s’aligner avec le marché actuel. L’autre cas considère qu’un projet digital représente des technologies et outils qu’il faut implémenter et mettre en place.

Un projet digital exige, entre autres, un ensemble d’éléments, à savoir l’identité digitale, des droits digitaux, la communication digitale, l’intelligence émotionnelle digitale et la sécurité digitale et, bien évidemment, d’autres éléments.

Afin de mettre en place un projet de digitalisation -comme tout projet-, il faut d’abord commencer par l’étude et l’analyse de l’existant (après avoir développé l’état d’esprit digital) par rapport à: la recherche et développement, la production, la logistique, le marketing, les achats, l’approvisionnement et tous les services de l’entreprise car la digitalisation influence tout ce qui est en relation avec l’opérationnel et la chaîne logistique.

Ensuite, il faut passer au matériel et puis l’amélioration du processus de production avant de passer à la gestion et l’amélioration de l’expérience utilisateur.

La digitalisation révolutionne la façon dont les sociétés de fabrication gèrent la conception et le design des produits à travers le cloud.

Le temps d’arrêt et la fiabilité sont des facteurs très critiques lorsqu’il s’agit de l’opérationnel des équipements et des machines. Avec les Big Data analytics, le temps d’accès et la facilité aux données d’exploitation permet de s’adapter rapidement avec l’état de la machine dans toute entreprise. La qualité et le rendement sont deux paramètres liés directement aux processus de fabrication en ce qui concerne la manière d’utilisation, de contrôle et de fabrication de la matière première et comment ces éléments s’assemblent. L’implémentation des stratégies intelligentes d’optimisation des ressources et de la chaîne logistique aident à améliorer considérablement la rentabilité de ces ressources comme la consommation de l’énergie, la sécurité des employés et l’efficacité des ressources des employés. L’excellence du service est également un paramètre important de la stratégie que les entreprises utilisent pour mettre en place la transformation digitale dans l’espace de fabrication. Avec l’arrivée des IoT (Internet of Things, Internet de Objets) le paradigme de la prestation de service après-vente a changé. Parmi les avantages des IoT les plus répandus dans les industries, comme celles des équipements industriels, de la génération d’électricité ou des fournisseurs HVAC (Heating, ventilation, and air conditioning, chauffage, ventilation et climatisation), on trouve le service de notification, l’état d’utilisation des actifs, la maintenance préventive et prédictive, assistance de dépannage, la fabrication basée sur la consommation, les pièces de rechange et d’autres éléments.

Au Maroc, le nombre d’utilisateur d’Internet a augmenté de 1,2% entre 2021 et janvier 2022, actuellement plus de 31,59 millions de personnes utilisent Internet. Selon Ookla, la vitesse de connexion Internet a aussi connu une augmentation de 5,9% par rapport à la même période. Sur les réseaux sociaux, en janvier 2022, le Maroc a marqué la présence de 23,80 millions d’utilisateurs, ce qui fait une augmentation de 8,1% en une année.

Ces chiffres indicatifs montrent que l’utilisation d’Internet et les réseaux sociaux au Maroc connait une croissance considérable, ce qui représente un paramètre primordial à prendre en considération par les entreprises, que ce soit dans les processus internes de l’entreprise dans la transformation digitale ou bien dans leurs existantes externes sur les réseaux sociaux et Internet en générale. Les entreprises sont donc dans l’obligation d’accélérer la transformation digitale pour face à la concurrence, pour fidéliser les clients, pour augmenter la productivité et pour bénéficier de tous les avantages de la digitalisation (Utilisation d’Internet pour résoudre les problèmes, faciliter la communication, automatiser les processus et d’autre avantages). 

Pour réussir un projet de transformation digitale, il est nécessaire de réunir un ensemble de points clés: Assurer l’adhésion du maximum des collaborateurs avec qui échanger et c’est eux qui vont œuvrer par la suite pour la réussite du projet; Aborder une approche standard normalisée pour l’analyse de l’existant et pour la réalisation des rapports, des méthodes comme ITIL (Information Technology Infrastructure Library, Bibliothèque pour l’infrastructure des technologies de l’information), AGILE ou autres peuvent être utilisées pour avoir des documents alignés aux standard; Faire une ouverture sur toutes les parties prenantes qui affecteront par la suite le processus de transformation. 

Selon des études, 30% des échecs des projets sont dus à l’identification et à la gestion des parties prenantes; Renforcer la communication pour échanger de la bonne manière avec les parties prenantes, pour cela vous pouvez utiliser des approches de communication standards pour respecter les normes d’échange et de communication… Expliquer la valeur ajoutée de votre projet de transformation digitale, se focaliser surtout sur l’importance de ce projet en donnant des exemples ou des ressemblances. Ce n’est pas toujours positif, dans des cas vous serez obligé de réexpliquer pour convaincre à plusieurs reprises pour éliminer la résistance à ce genre de projet; Ne pas toujours démarrer avec une idée innovante, nouvelle et créative. Vous pouvez démarrer avec des idées existantes et vous inspirer des réalisations et projets réussis; par la suite vous développez votre propre modèle.

La réussite de la transformation digitale n’est pas toujours facile dans ce genre d’entreprises car elle nécessite la réunion de plusieurs facteurs et paramètres, en plus des compétences techniques, des qualifications communicationnelles et de grandes capacités managériales. 

Par Dr Mohamed Rachdi, Enseignant chercheur à l’Institut supérieur d’ingénierie et des affaires (ISGA)-Casablanca

Toute l’actualité du Maroc dans votre boite de réception
© Maroc Hebdo. Tous les droits sont réservés

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire