La reine enterrée, les affaires reprennent à toute vitesse pour Liz Truss – Arabnews fr

https://arab.news/yyz4d
LONDRES: Les débuts à Downing Street n’auront pas été ceux qu’espérait Liz Truss, nommée deux jours avant le décès d’Elizabeth II. La souveraine désormais inhumée, les affaires reprennent à toute allure, entre marathon diplomatique et crise du coût de la vie.
Le 8 septembre, Liz Truss est en poste depuis 48 heures quand, juste après une intervention très attendue au Parlement sur les factures d’énergie, elle s’éclipse des bancs de Westminster. Quelques heures plus tard, elle est informée: la reine est morte.
Pendant douze jours, les commémorations et l’émotion stoppent net toute vie politique. Les grèves sont suspendues, l’opposition se met en sourdine, le gouvernement se concentre sur l’organisation gigantesque des funérailles alors que la crise économique et sociale qui secoue le pays requiert, de l’aveu même de la Première ministre, une action « immédiate ».
Après ce faux départ, Liz Truss veut agir vite. Elle a réuni la semaine dernière son gouvernement pour préparer sa deuxième rentrée et, quelques heures seulement après les funérailles de la monarque, elle s’est envolée lundi pour New York et l’Assemblée générale des Nations unies.
Biden et l’Irlande du Nord
Pour son premier voyage à l’étranger dans ses nouvelles fonctions, la Première ministre doit notamment rencontrer mercredi le président américain Joe Biden.
Elle évoquera avec lui l’Ukraine, la crise énergétique mais aussi la situation en Irlande du Nord, en pleine impasse politique en raison des dispositions post-Brexit dans la province britannique.
Face au blocage, Liz Truss a introduit quand elle était encore cheffe de la diplomatie une loi pour modifier unilatéralement ces arrangements négociés avec l’Union européenne. Mais au
risque de se mettre à dos Bruxelles, Dublin et Washington pour qui toute modification du texte fragiliserait la paix sur l’île.
Le président américain, qui a des racines irlandaises, a souvent critiqué la gestion de la question sous Boris Johnson et son administration surveille de près les premiers pas de Liz Truss, alors que la presse spécule sur une nouvelle escalade.
Outre Joe Biden, Liz Truss doit échanger avec la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et avec Emmanuel Macron, après avoir refusé cet été de dire si la France était un pays « ami » ou « ennemi » du Royaume-Uni.
Impôts et bonus
C’est surtout sur l’économie que les Britanniques attendent Liz Truss, d’autant plus après un été de quasi vacance du pouvoir lors duquel Boris Johnson, démissionnaire, a laissé à sa successeure les dossiers brûlants.
La Première ministre a déjà promis un gel des factures d’énergie pour les ménages et l’inflation est repassée sous les 10% (9,9% sur un an en août), mais le Royaume-Uni connaît toujours sa pire crise depuis des décennies.
Mercredi, le gouvernement doit annoncer un plan d’aides aux entreprises. Jeudi, un vaste programme pour le NHS, le système gratuit de santé publique au bord de la rupture. Et vendredi, une première vague des baisses d’impôts massives promises par Liz Truss pour séduire l’électorat conservateur.
Fervente libérale sur le plan économique et fière héritière de Margaret Thatcher, elle veut frapper fort en termes de dérégulation, souhaitant selon la presse abolir les limites aux bonus des banquiers ou encore assouplir les lois anti-obésité encadrant les ventes de sucreries.
Au grand dam de l’opposition, elle a exclu de prolonger un impôt exceptionnel pour les compagnies énergétiques, accusé d’entraver les investissements au détriment de la sécurité énergétique.
Un argument qui a du mal à passer chez les travaillistes -qui tiennent dès ce week-end leur congrès annuel- et parmi des Britanniques qui croulent sous les factures, deuil national ou pas.
La mort d’Elizabeth II a éclipsé des Unes des journaux tout le reste, la crise comme la mort de Chris Kaba, un homme noir tué par un policier début septembre, relançant le débat – inaudible vu le contexte- sur le racisme dans la police londonienne.
Mais la trêve est finie: les grèves qui se multiplient depuis plusieurs mois déjà devraient reprendre de plus belle.
Les conducteurs de train ont déjà confirmé qu’ils comptaient reprendre leur débrayage – suspendu après la mort d’Elizabeth II – dès octobre, tandis que d’autres mouvements sociaux sont prévus dans les transports, la santé ou encore l’éducation.
https://arab.news/mgwux
LONDRES: Un accord de libre-échange (ALE) en cours d’élaboration entre le Royaume-Uni et le Conseil de coopération du Golfe permettra d’accroître considérablement leurs liens financiers au moment où l’économie mondiale est en pleine mutation, a indiqué le lord-maire de la ville de Londres à Arab News avant sa tournée dans la région.
Vincent Keaveny, qui commencera sa tournée à Riyad ce week-end, a déclaré que les investissements saoudiens en Grande-Bretagne dépassaient déjà les 65 milliards de livres sterling (1 livre sterling = 1,14 euro) par an et que les échanges commerciaux du Royaume-Uni avec le Golfe dépassaient les 33 milliards.
« Le CCG est notre quatrième partenaire commercial. Cela montre l’importance et l’ampleur des flux d’investissement qui vont dans les deux sens, et je pense qu’ils augmenteront considérablement au fil des ans », a-t-il ajouté.
« L’Arabie saoudite a de grands projets de transformation pour sa propre économie, et les services financiers et professionnels du Royaume-Uni ont beaucoup à offrir pour contribuer à leur mise en œuvre et à leur soutien ».
Le lord-maire de Londres, l’un des plus anciens officiers municipaux constamment réélus, exerce la fonction de maire de la ville de Londres et dirige la société City of London, dont l’objectif est de représenter, soutenir et promouvoir les entreprises situées au cœur financier de la capitale britannique.
L’ALE entre le Royaume-Uni et le CCG, annoncé en juin, constitue une priorité pour la nouvelle Première ministre britannique, Liz Truss. Il devrait générer 33,5 milliards de livres sterling en termes de nouveaux échanges.
Truss, qui a reçu en décembre dernier les ministres des Affaires étrangères du CCG et qui était alors elle-même ministre des AE, a souligné que « le resserrement des liens économiques et sécuritaires avec les partenaires du Golfe » était une priorité.
 
« Un ALE représente une véritable volonté de faire évoluer les relations entre le Royaume-Uni et les pays de la région, et nous soutenons les ambitions de la Première ministre qui souhaite que cet accord soit conclu le plus rapidement possible », a déclaré Keaveny.
« Je pense que Liz Truss y parviendra. C’est une personne que la City connaît très bien. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec elle sur l’agenda du commerce international lorsqu’elle était secrétaire d’État au commerce international et elle a effectivement accordé une grande importance au commerce lorsqu’elle était secrétaire d’État aux Affaires étrangères », a-t-il ajouté.
Chris Doyle, directeur du Council for Arab-British Understanding, a indiqué à Arab News que l’ALE serait une priorité pour Truss.
Par ailleurs, Keaveny a déclaré qu’il ne serait pas surpris que des accords au niveau national soient exigés entre les différentes parties pour concrétiser le projet, tout en soulignant qu’il fallait attendre de voir les détails.
« Je pense que les accords de libre-échange permettent de définir le contexte. Il se peut que certains des ALE qui seront conclus au cours des deux prochaines années ne soient pas aussi complets que nous l’aurions souhaité dans la ville », a-t-il poursuivi.
« Je ne peux qu’encourager les négociateurs impliqués dans cet ALE à le finaliser le plus rapidement possible, même si je suis conscient qu’il est difficile de négocier avec un organisme tel que le CCG, qui comprend un groupe de pays aux intérêts divergents ».
Lorsqu’on lui a demandé si une alliance réglementaire accrue était à l’ordre du jour, Keaveny a dit qu’il n’était « pas assez proche de la négociation pour savoir s’il en résulterait une harmonisation réglementaire », mais a insisté sur le fait qu’une meilleure harmonisation serait positive, notamment en ce qui concerne les services financiers.
« Toute mesure qui rendrait la fourniture de services financiers plus fluide, que ce soit par l’harmonisation réglementaire ou par la libéralisation des flux de données, serait la bienvenue », a-t-il affirmé. « Mais je ne suis sincèrement pas assez proche des négociations pour savoir si un tel résultat est réaliste ».
Keaveny pense que les liens qui unissent le Golfe et le Royaume-Uni sont « forts et historiques » et il envisage « des besoins et des possibilités d’investissement importants ».
L’Arabie saoudite associe son plan « Vision 2030 » – qui vise à réduire sa dépendance aux hydrocarbures, à diversifier son économie et à développer les services publics – à sa résolution de parvenir à zéro émission nette d’ici 2060.
« Tout cela doit être soutenu, et l’expertise et l’approche du Royaume-Uni, quant à l’objectif zéro émission et au financement de la transition, montrent que la ville de Londres ainsi que le pays sont les leaders d’opinion dans ce domaine », a expliqué Keaveny.  
« Nous serons donc en mesure de contribuer massivement aux projets de l’Arabie saoudite sur ce plan. C’est une grande victoire qui entraînera de nombreux avantages et qui permettra d’accroître de manière significative les actifs financiers et les infrastructures britanniques, qu’il s’agisse de structures électriques ou d’autres services publics ».
La tournée de Keaveny tombe à un moment de fracture dans le monde, alors que le conflit entre la Russie et l’Ukraine en est à son neuvième mois et que l’on craint de plus en plus un hiver de mécontentement pour une Europe devenue dépendante du gaz russe.
Pourtant, il ne pense pas que ce soit un sujet de discussion majeur pour les parties concernées. « Il est clair que la guerre en Ukraine a des répercussions économiques mondiales. Si la question est soulevée, je pense que ce sera pour évoquer les effets de la guerre sur les pressions inflationnistes dans le monde et sur nos ambitions de réduction des émissions », a-t-il précisé.
De plus, il s’est réjoui de la décision d’accueillir la conférence des Nations Unies sur le changement climatique de cette année et de l’année prochaine au Moyen-Orient, respectivement en Égypte et aux Émirats arabes unis.
« Le fait que le la Conférence des Parties se déroule en Afrique cette année et à Dubaï l’année prochaine est très intéressant. Cela permettra en effet de mener des discussions différentes de celles de Glasgow et de mettre en place les mesures nécessaires pour financer la transition dans les économies en développement », a-t-il poursuivi.
 «Personnellement, je trouve que les banques multilatérales de développement qui définissent les institutions financières dans ce processus sont des acteurs essentiels, à condition que les bonnes conditions soient réunies, et je pense que Mark Carney (ancien gouverneur de la Banque d’Angleterre) et John Kerry (envoyé spécial du président américain pour le climat) partagent mon avis.»
 
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
https://arab.news/wbs4w
MOSCOU : La Russie se retrouve samedi isolée et sous pression au lendemain de l’annexion officielle de quatre territoires ukrainiens qui a suscité une pluie de condamnations internationales et le rejet de Kiev, déterminé à reconquérir son territoire.
L’Union européenne (UE), les Etats-Unis, et d’autres pays tels que la Turquie ont rejeté l’annexion de ces nouveaux territoires et Kiev a annoncé saisir la Cour internationale de justice (CIJ).
« Après les tentatives d’annexion de Poutine, l’Ukraine a officiellement informé la Cour internationale de justice que cette étape est une violation flagrante » de l’ordonnance rendue par la CIJ le 16 mars demandant à la Russie de suspendre immédiatement ses opérations militaires en Ukraine, a tweeté le ministre des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba.
« Nous exhortons la Cour à se saisir du dossier le plus vite possible », a-t-il ajouté.
Le président russe Vladimir Poutine a, lui, clos vendredi soir la journée de cérémonie d’annexion devant plusieurs milliers de personnes réunies pour un concert festif sur la Place Rouge à Moscou. « La victoire sera à nous », a-t-il lancé, alors qu’au même moment son armée éprouve des difficultés en Ukraine.
Peu avant au Kremlin, M. Poutine a signé les documents d’annexion, aux côtés des dirigeants des régions séparatistes d’Ukraine de Donetsk et Lougansk (est), et de celles occupées par les troupes russes de Zaporijjia et de Kherson (sud).
Dans son discours, il a appelé Kiev à cesser « toutes les hostilités et à revenir à la table des négociations », malgré les récents revers infligés à l’armée russe par les forces ukrainiennes, auxquels s’ajoute depuis vendredi l’encerclement partiel de la ville stratégique de Lyman (est) par les Ukrainiens.
Les soldats russes à Lyman, un important nœud ferroviaire, combattent « à bout de force » et la situation y est « difficile », a reconnu vendredi un haut responsable séparatiste prorusse, Denis Pouchiline.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui s’est félicité des « résultats significatifs » de la contre-offensive de ses troupes, a rejeté toute négociation avec Moscou tant que Vladimir Poutine sera président, tout en annonçant qu’il allait « signer la candidature de l’Ukraine en vue d’une adhésion accélérée à l’Otan ».
A Washington, le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a assuré que son pays et le Canada étaient favorables à cette adhésion.
« Nous soutenons fermement l’entrée dans l’Otan de pays qui souhaitent y adhérer et qui peuvent y apporter leurs capacités », a-t-il déclaré à l’issue d’une entrevue avec la ministre canadienne des Affaires étrangères Mélanie Joly. Mais, a-t-il ajouté, « il existe un processus pour cela et les pays continueront à suivre ce processus ».
Le président américain Joe Biden a lui juré d' »appuyer les efforts de l’Ukraine pour regagner le contrôle de son territoire » et affirmé que les Etats-Unis et leurs alliés ne se laisseraient pas « intimider » par le président Poutine.
https://arab.news/nqkcr
N’DJAMENA: Onze personnes ont été tuées vendredi dans des affrontements entre éleveurs et cultivateurs dans le centre du Tchad, pays en proie à des conflits meurtriers entre communautés nomades et sédentaires, a déclaré à l’AFP le gouverneur local.
Les violences entre communautés sont fréquentes dans le centre et le sud du Tchad, où nombre d’habitants sont armés. Ils opposent principalement des éleveurs nomades arabes aux cultivateurs autochtones sédentaires qui accusent les premiers notamment de saccager leurs champs en faisant paître leurs animaux.
« Les cultivateurs ont tendu un guet-apens » aux éleveurs alors que ces derniers traversaient des « couloirs de transhumance », a détaillé le gouverneur de la province du Guéra, Sougour Mahamat Galma. « Les éleveurs armés à dos de chevaux ont affronté les cultivateurs et les combats ont fait neuf morts », dans la sous-préfecture de Kouka Margne, une localité située dans le centre du pays, a-t-il ajouté.
Le bilan est ensuite passé à 11 morts lorsque « deux éleveurs arrivés en renfort avec des chevaux ont été kidnappés avant d’être tués par les cultivateurs », a indiqué la même source.
Une dizaine de véhicules des forces de l’ordre ont été déployés sur le terrain et ont essuyé des tirs: ils « encerclent en ce moment les éleveurs et les troupeaux », a précisé le gouverneur local qui a fait appel à l’armée, craignant « que la violence ne reprenne ».
Le 10 août, 13 personnes avaient été tuées dans des affrontements entre agriculteurs et éleveurs dans l’est du pays. Le conflit était parti du vol d’une houe d’un cultivateur par un enfant.

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire