La politique industrielle n'a pas amené la prospérité à l'Asie – Contrepoints

La réussite des pays d’Asie de l’Est est souvent citée pour étayer les arguments en faveur de la politique industrielle, mais les défenseurs de cette politique ont vendu une histoire simpliste.
Mais déductible à 66% des impôts
Par Lipton Matthews.
La politique industrielle est présentée avec ardeur par les démocrates et les conservateurs comme un outil permettant de rajeunir l’économie américaine. Certains affirment que l’innovation s’essoufflera si les États-Unis n’appliquent pas une politique industrielle aux principaux secteurs. La réussite des pays d’Asie de l’Est est souvent citée pour étayer les arguments en faveur de la politique industrielle, mais les défenseurs de cette politique ont vendu une histoire simpliste.
S’il est parfois noté qu’il existe une corrélation entre les taux de croissance élevés et les investissements en matière de politique industrielle, ce n’est pas le cas. Au cours des années 1980, le Japon était l’enfant modèle de la politique industrielle et beaucoup craignaient que l’absence de politique industrielle ne relègue les États-Unis au rang de pays de seconde zone. Mais ces prédictions apocalyptiques se sont révélées fausses. Au lieu d’éclipser l’Amérique, le Japon est entré dans un long marasme économique.
Au lieu de propulser la croissance économique en Asie de l’Est, la politique industrielle a été coûteuse et s’est soldée par plusieurs échecs. Au Japon, par exemple, les industries qui ont été soutenues par la politique industrielle n’ont pas réussi à devenir compétitives au niveau mondial. L’exploitation du charbon a bénéficié d’un soutien considérable des années 1950 aux années 1960 mais elle a décliné des années 1950 aux années 1970. La production est passée de cinquante-quatre millions de tonnes métriques en 1954 à dix-neuf millions de tonnes métriques en 1978.
Des études de référence sur la politique industrielle au Japon montrent que la distribution des ressources était en grande partie une activité politique qui profitait aux entreprises liées et favorisait une atmosphère de corruption. En outre, de nouvelles recherches continuent de jeter le doute sur l’efficacité de la politique industrielle au Japon. Selon une étude de la National Foundation for American Policy, les politiques industrielles n’ont eu aucun effet sur la productivité des industries les plus dynamiques du Japon entre 1955 et 1990.
Les résultats révèlent qu’une quantité disproportionnée d’efforts gouvernementaux a été consacrée aux industries à croissance lente et en déclin. Richard Beason, dans son étude, expose les défauts de la politique industrielle en soulignant le succès des industries qui ont reçu un soutien limité :
« Les industries que nous associons au Japon pendant la période de forte croissance, les machines électriques (la plupart du secteur « tech »), les machines générales (la plupart des industries de biens d’équipement) et le secteur des équipements de transport (qui comprend les automobiles) étaient généralement vers le bas en termes de soutien gouvernemental entre 1955 et 1990. La politique gouvernementale a agi comme un obstacle pour les secteurs à croissance rapide parce que ces secteurs avaient des taux d’imposition effectifs plus élevés que les secteurs à croissance lente. »
En outre, d’autres recherches sur le sujet ont montré que la politique industrielle n’a pas modifié la structure sectorielle de l’industrie ou les taux de changement de la productivité dans les pays d’Asie de l’Est. Même sans politique industrielle, les pays d’Asie de l’Est connaîtraient une croissance. Comme le Japon, la Corée du Sud est présentée comme une réussite de la politique industrielle, mais les taux de croissance indiquent que ce pays a connu plus de succès au cours des décennies où les politiques gouvernementales étaient sectoriellement neutres.
Dans un bulletin sur le développement économique, Arvind Panagariya affirme que les inconvénients de la politique industrielle sont généralement ignorés par ses partisans :
« Lorsque les critiques revendiquent le succès du ciblage industriel, ils évitent totalement la discussion de la décennie cruciale de 1963-1973. Ils se concentrent plutôt sur la décennie suivante, au cours de laquelle la Corée s’est lancée dans l’industrie lourde et chimique (ICH). Mais le taux de croissance de 1974 à 1982 est en fait tombé à 6,9 %. De plus, vers la fin de cette période, l’économie a été confrontée à une grave instabilité macroéconomique, qui a abouti à l’abandon de l’effort en faveur de l’industrie lourde et chimique et à la restauration d’un régime politique neutre. Cela a permis au pays de retrouver un taux de 8,7 % entre 1983 et 1995. »
Bien qu’un document de 2021 affirme que la productivité du travail des industries et des régions ciblées a augmenté plus rapidement que celle des industries et des régions non ciblées, avec le temps, ces gains se sont érodés en raison d’une mauvaise répartition des ressources. Sans politique industrielle, la productivité des industries ciblées aurait été de 40 % supérieure en 1980. Il s’avère que la création d’un environnement commercial favorable est la meilleure politique industrielle. Si le gouvernement sud-coréen n’avait pas réussi à éliminer les obstacles aux exportations, la Corée du Sud n’aurait pas établi une industrie de la beauté florissante.
Pour Taïwan, les observateurs notent qu’en l’absence de capitaux privés, le financement public a permis de lancer le commerce. Dans les années 1980, cependant, il est devenu évident pour les décideurs que les avantages des politiques industrielles avaient un coût considérable pour l’économie. Les examens des politiques industrielles à Taïwan ont montré qu’elles ont conduit à l’émergence de groupes d’intérêt politiquement liés qui ont souvent résisté à l’innovation et aux nouvelles techniques de gestion.
Pourtant, malgré les données sur les déficiences de la politique industrielle, nombreux sont ceux qui font pression pour une intervention. En fait, les universitaires attribuent le miracle est-asiatique à des niveaux élevés de capital humain et à des réformes du marché. Les politiques industrielles ont évidemment coïncidé avec le succès des pays d’Asie de l’Est mais elles n’ont jamais été la cause de la prospérité.

Sur le web
Et quand bien même…une politique industrielle _autre qu’une favorisation du libre échange_ reste habiller paul pour déshabiller pierre au prétexte que globalement on est GLOBALEMENT plus riche comme ça..
Les champions des politiques industrielles furent même les pays communistes..
Plus de prospérité GLOBALE n’est pas une raison valable pour faire le gentil tyran…
Le libéralisme appliqué à l’économie ne pose pas en valeur supérieur la création de richesse mais la liberté d’en créer.. qui , il me semble n apparait , mais « par chance pourrait on dire, avoir été d’ailleurs une cause profonde du développement économique et de la prospérité globale, une simple conséquence…avec le fait évidemment de pouvoir faire ce qu’on veut de son pognon même « des conneries »..
Et pourtant que d’arciles sur la politique industrielle , et l’interventionnsime politique dans le domaine de l’énergie par exemple..
Mais déductible à 66% des impôts
L’heure est plus que jamais au redressement de notre économie. Mais la guerre en Ukraine ébranle les économies en Europe et les obstacles ne cessent de s’accumuler. Le projet de budget pour 2023 est construit sur une croissance de 1 % mais tous les experts ne partagent pas cet optimisme : la plupart misent plutôt sur un taux de 0,5 %. Il est prévu un déficit s’élevant à 5 % du PIB et une dette se situant à 111,2 % du PIB. Le gouvernement ne pourra ramener le déficit budgétaire en dessous de la barre des 3 % que seulement en 2027. Pour parer à… Poursuivre la lecture
Un article du Risk-Monger
Première partie de cette série ici. Seconde partie de cette série ici. Troisième partie de cette série ici.
 
J’ai l’impression que Bruxelles est un puzzle dont les pièces changent constamment. Le meilleur moyen de commencer un puzzle consiste à aligner les pièces des bords mais il n’y en a aucune. La dimension du problème est inconnue. J’aime bien les puzzles et j’aime essayer de résoudre des problèmes mais la première question est : « Par où commencer ? » Que peut faire l’industrie pour ré… Poursuivre la lecture
Un article du Risk-Monger.
Première partie de cette série ici. Seconde partie de cette série ici.
 
Ceux qui souffrent dans le froid et l’obscurité ne se collent pas à des œuvres d’art. Ceux qui ont faim se moquent bien qu’un gourou ait sanctifié les graines avant de les semer. Les familles qui ont du mal à joindre les deux bouts apprécieraient une nouvelle usine en ville. Les politiciens qui prêchent leur vision de la vertu devant une minorité de militants n’auront pas beaucoup de soutiens.
Après 30 ans à gas… Poursuivre la lecture
Vous avez déjà un compte?
Déjà membre avec nous? Connecter vous maintenant en entrant vos informations de connexion.
Créer un compte dès maintenant pour personaliser votre feed et plus encore!
Vous n’avez pas de compte?
Mais déductible à 66% des impôts

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire