La journée post-FED, c'est comme digérer une fondue : c'est lourd – investir.ch – investir.ch

Les pages du site internet Investir.ch contiennent des informations sur des fonds de placement et autres placements collectifs de capitaux autorisés à la distribution publique en Suisse.
Le site propose différents contenus qui s’adressent soit à des investisseurs qualifiés, soit à des investisseurs non qualifiés, la notion d’investisseur qualifié devant s’entendre au sens de l’art. 10 al. 3 LPCC. Il est de la responsabilité de chaque personne consultant le site de s’identifier dans la catégorie qui lui correspond.
Par ailleurs, certains produits publiés par Investir.ch pouvant faire l’objet de restrictions de vente applicables à certains pays ou individus. Il incombe à chaque investisseur de prendre connaissance des conditions relatives aux produits de l’émetteur au regard de sa situation personnelle.
Le site internet Investir.ch a un but exclusivement informatif. Les présentes informations ne constituent nullement une sollicitation, une offre (passée ou actuelle) à souscrire ou à acheter les fonds qui y sont mentionnés, un conseil en placement voire une recommandation concernant des décisions d’investissement ou autres.
Investir.ch veille avec toute la diligence requise à ce que les informations soient correctes au moment de leur publication. Cependant et puisque les informations proviennent de sources externes, Investir.ch ne peut fournir explicitement ou implicitement aucune assurance ou garantie (y compris responsabilité envers les tiers) quant à l’exactitude, à la fiabilité ou à l’exhaustivité des informations publiées.
Les informations diffusées sur le site internet Investir.ch peuvent changer à tout moment et sans préavis. Par conséquent, il ne faut pas déduire d’informations publiées une fois sur le site internet Investir.ch que leurs conditions n’auraient jamais été modifiées depuis la publication ou depuis la date de notification à l’autorité de contrôle, ni les considérer comme des informations toujours actuelles depuis leur publication. De plus, la performance passée des fonds d‘investissements ne saurait constituer une garantie de leur évolution future.
Le site internet Investir.ch peut contenir des «déclarations prospectives». Bien que ces déclarations prospectives reflètent l’opinion et les attentes futures des différents promoteurs de fonds ou d’autres personnes, un certain nombre de facteurs peuvent faire en sorte que les évolutions et les résultats réels diffèrent sensiblement de ces attentes. Investir.ch n’est pas obligé (et décline expressément une telle obligation) de modifier les déclarations prospectives des différents promoteurs de fonds, pour cause de nouvelles informations.
Le site internet Investir.ch propose des liens vers des sites de tiers. Ces liens échappent totalement au contrôle de Investir.ch. Par conséquent, Investir.ch n’assume aucune responsabilité quant à l’exactitude, à l’exhaustivité ou à la légalité des contenus de tels sites internet, ni au titre des offres et prestations (de service) qu’ils contiennent.
Les présentes déclarations de non-responsabilité et conditions d’utilisation constituent la seule base juridique pour l’utilisation du site internet Investir.ch et remplacent, si nécessaire, tous les contrats, accords et déclarations précédents relatifs à l’utilisation de ce site.
Google Analytics
Ce site internet utilise Google Analytics, un service d’analyse de données de la société Google, Inc. («Google»). Google Analytics utilise des «cookies». Un cookie est un petit fichier qu‘un site Internet dépose sur un ordinateur ou un autre appareil, permettant ainsi d’enregistrer des informations vous concernant en vue d’une utilisation ultérieure. Les informations recueillies seront utilisées par Google pour évaluer le degré d’utilisation du site Internet dans le but de créer différents rapports d’activité le concernant. L’utilisateur peut refuser les cookies mais, ce faisant, limite les fonctionnalités de site. L’utilisateur peut empêcher les informations utilisées par Google en installant le « browser » dont le lien est : https://tools.google.com/dlpage/gaoptout?hl=fr .
Il y a deux types de journées qui ne servent à rien dans le monde de la finance : les jours où les Américains ne sont pas là et les jours après un chiffre hyper attendu et qui était un peu décevant, parce que l’on passe la séance à faire sans arrêt des théories basées sur le conditionnel qui partent du principe que si ma mère en avait, ça serait mon père et que si Powell n’avait pas fait ça ou dit ça, la journée d’hier aurait été bien différente. Du coup, on a passé du temps à se demander si on ne devrait pas se concentrer sur les chiffres de l’emploi. Chiffres qui pourraient éventuellement montrer que la surchauffe se calme. Surtout qu’Apple et Amazon sont en mode serrage de ceintures.

Télécharger le podcast
On sait que la FED se concentrent principalement sur les chiffres de l’emploi et se concentreront principalement sur les chiffres de l’emploi pour décider de jeter l’éponge et de commencer à pivoter. En même temps à force d’attendre qu’ils pivotent, le jour où ça y va vraiment, c’est plus un pivot qu’on va avoir, mais un ventilateur. Donc comme on sait que la FED va surveiller l’emploi, aujourd’hui c’est pas la journée d’hier qui était importante, mais celle d’aujourd’hui. Cet après-midi les chiffres des créations d’emploi vont sortir et je vous parie ma chemise que si ça sort «en-dessous » des attentes, on va avoir droit à une série de commentaires du styles :
« Oui, si EN PLUS l’emploi ralentit, ça veut dire que ce que fait la FED fonctionne. Il faudrait donc qu’elle songe à se détendre. C’est d’ailleurs pas faute de l’avoir dit depuis des mois : faut se détendre »
Et ensuite le commentaire se terminerait par :
« Si moi j’étais le patron de la FED, je ferai…. »
Oui, mais bon, t’es pas patron de la FED, alors tu la fermes et t’appelle CNBC pour savoir s’ils ont un créneau dans « Squawk Box » pour voir si tu peux distiller ta science.
Bref, aujourd’hui il y aura les chiffres de l’emploi – autrement dit : les Non Farm Payrolls. Et si jamais il se passe quelque chose de différent que les attentes – ce qui arrive tout de même à peu huit fois sur dix, puisque les analystes sont généralement corrects dans leurs prévisions une fois sur dix et que l’autre cas où c’est juste, c’est que c’était une erreur dans les chiffres de la publication.
Autrement, pour le reste, hier on a exprimé toute la misère du monde et on a passé notre temps à se plaindre comme quoi Powell avait gâché la fête et qu’il avait douché les ambitions de « Johnny le petit taureau » qui pensait avoir un rallye à mettre sous le sapin. Sauf qu’entre deux dépressions et entre deux tartines de Xanax, jambon, Zoloft et purée d’Oxycodone, on a EN PLUS APPRIS que les sapins de Noël allaient augmenter. Alors autant vous dire qu’entre Powell qui fait exprès de nous embêter et le fait que l’on doive récupérer le sapin de l’année dernière et le repeindre en vert, la journée n’aura pas été simple.

En plus la Banque d’Angleterre a monté les taux de 0.75%, fait s’effondrer la Livre, ce qui devient une habitude et qui va poser de plus en plus de problèmes dans le secteur de l’immobilier à Verbier. Je vais d’ailleurs proposer une cagnotte Leetchi très prochainement pour les soutenir. Et en plus de tout ça, la Banque Centrale de Charles et Camilla a prévenu que l’année prochaine serait une année de récession – toute l’année. Alors ça, je dois dire que je suis fan ! Les gars ils ont rien vu venir depuis que Margaret Tatcher a quitté les Malouines et là, tout d’un coup, ils savent exactement ce qui va se passer économiquement pour les 14 prochains mois. Marty McFly, sors de ce corps !!!
Par contre le plus fou, c’est les gens qui sont surpris. Il y a une semaine on te pose une inflation à 12% en Angleterre, le pays vient de se faire défoncer par un plan politique foireux décidé par une Dame en Fer Blanc qui s’est complètement vautrée et qui a failli nous plonger dans un Lehman Brothers DEUX, le retour de la vengeance de la crise des subprimes. Ensuite on l’a remplacée par un milliardaire qui est censé bien comprendre la souffrance des classes inférieures depuis le pont de son yacht de 58 mètres amarré dans le port de Londres. Et après tout ça, sans compter que la Reine vient de mourir que l’on est encore en deuil et que le Roi est en psychothérapie parce qu’il a trop peur du job de Roi parce que c’est trop dur, on arrive encore à jouer les vierges étonnées…
« QUOI, COMMENT ? Il VA Y AVOIR DE LA RÉCESSION en Angleterre, mais comment je vais trouver le temps de partir à la chasse au renard en buvant le thé sur mon cheval ? »
Tout ça pour vous dire que la journée d’hier était longue, déprimante et qu’on aurait presque mieux fait de déclarer que le 3 novembre c’était un jour férié mondial afin de s’éviter tant de souffrances inutiles. En attendant, l’Europe terminait en baisse, les yeux fixés sur les USA en espérant qu’ils n’allaient pas leur faire le sketch habituel qui s’intitule :
« C’est bon Bob, les Européens sont partis à la maison, tu peux passer les ordres à l’achat »
Mais Bob n’a pas passé les ordres et les Ricains ont fini la journée au fond du trou. Le Dow Jones a perdu 0.46%, le S&P500 terminait en baisse de 1.06% – mais encore loin des supports qui pourraient éventuellement nous faire paniquer. Et le Nasdaq plongeait de 1.73%. Comptablement, c’était la 4ème séance de baisse ou la 4ème séance de merde, c’est une question de vocabulaire.
Ce matin c’est la fête au village à Hong Kong. L’indice reprend plus de 7%, la Chine monte de 2% alors qu’il semblerait que les intervenants commencent à se dire qu’à un moment donné, ça va quand même arrêter de baisser ! À moins que ça soit les algos qui couvrent les shorts parce qu’ils ont peur qu’à la fin ils aient emprunté la totalité du marché pour aller short. En tous les cas, le Japon se dissocie du mouvement et baisse de 2% parce qu’on ne sait jamais ce qui peut se passer avec les chiffres de l’emploi. À moins qu’eux aussi ont voyagé dans la De Lorean et ils savent que ça va sortir 100’000 au-dessus des attentes et que tout le monde va parler d’une nouvelle « jumbo-hausse-des-taux » en décembre. La réponse en live et en début d’après-midi. Je dirai 13h30 à cause de l’heure d’hiver.
Pour le reste, le pétrole est à 89$, l’or est à 1640$ et le Bitcoin est à 20’360$. Je ne vais même pas gâcher de l’encre pour vous dire qu’il ne se passe rien. J’en arrive presque à comprendre que depuis quelques semaines, tout le monde s’en fout de la finance. On a presque atteint le niveau de désintérêt de la période post-2008 où les banquiers n’osaient même plus dire qu’ils étaient banquiers et que l’on récupérait des salopettes de mécanicien pour mettre par-dessus les costards pour ne pas que l’on sache que l’on venait du tertiaire et qu’on avait vendu des produits subprimes à nos clients.
Dans les news du jour, on notera que la plupart des grosses pointures sont de sorties à Wall Street. Les plus courageux sont venus nous dire ce qu’il allait se passer AVANT le meeting de la FED, et en ce moment nous avons les suiveurs qui viennent AUSSI nous dire ce qui va se passer. Je vais donc essayer d’être court, factuel et rationnel et de ne pas y ajouter des commentaires persos. Oui. Moi aussi je veux partir en week-end.

Il donc eu le Hedge Fund Elliott Management qui pense que l’Hyper-Inflation nous guette et que nous sommes à l’aube de la pire crise financière depuis que les Américains ont botté le cul des Allemands en Normandie. C’est une bonne nouvelle, parce que comme cette année a été facile, on est bien reposé pour ce genre de news. Il y aussi eu Jeffrey Gundlach, l’empereur de l’obligataire qui a estimé que les chances de récession étaient de 80% – il n’a pas précisé la définition de récession qu’il utilisait pour se projeter. Non, parce que si c’est la méthode de calcul de Biden, ça devrait plutôt tendre vers zéro. Et puis le milliardaire investisseur, Sam Zell, estime que la FED fait enfin ce qu’il fallait faire, même si l’on n’évitera pas une récession puisque c’est le prix à payer après avoir rendu tout gratuit.

Au chapitre des résultats, on notera que Block a sorti de bons chiffres et explosait à la hausse. Que PayPal était pas mal également, que Coinbase a foiré son trimestre et s’attend à une année 2023 bien pourrie parce qu’ils ne pourront plus prendre 2% de commissions sur les trades – depuis que le Bitcoin est cliniquement mort sur le chart, c’est moins facile. Et puis, pour terminer on notera que Door Dash explosait à la hausse après des excellents chiffres et des excellentes prévisions. Apparemment, même après la pandémie, les gens se font encore livrer de la bouffe froide dans des assiettes en carton par un livreur qui transpire dans le même K-Way depuis ce matin et le pire, c’est qu’ils aiment ça et qu’ils sont de plus en plus nombreux. Comme disait l’autre : « I’m fucking to old for this shit ».
Dans la série “les millardaires font joujou », on notera que Musk devrait annoncer le licenciement de la moitié des employés de Twitter pas plus tard que ce matin et pendant ce temps, Bezos et Jay-Z (Jay-Z qui n’est pas une marque de bombe anti-insectes contrairement à ce que je pensais), se préparent à racheter les Washington Commanders – équipe de foot américain de Washington qui s’appelaient auparavant les « Washington Redskins », mais c’était pas politiquement correct, on a changé le nom.
Aujourd’hui, côté chiffres, il y aura les chiffres de l’emploi US. On attend donc 200’000 nouveaux jobs, plus un taux de chômage à 3.6%. Il y aura aussi plein de chiffres en Europe, type PMI et Lagarde qui va parler, mais pour être franc, même si Lagarde a dit hier qu’elle ne pouvait pas tout le temp sucer la roue de la FED, on devrait vraiment se concentrer sur les NFP’s.
Les futures sont légèrement en hausse et il me reste à vous souhaiter une très belle journée et surtout un bon week-end. Parce que c’est important le week-end. Moi je vais hiberner et je vous revois le 21 mars. Ou lundi.
Bon week-end
Thomas Veillet
Investir.ch
“Experience is a hard teacher because she gives the test first, the lesson afterwards.” ―Vernon Sanders Law
Chroniqueur
Il n’y a aucun article dans cette catégorie.
Serrez vos ceintures, ce n’est pas fini. Que faut-il attendre du resserrement des conditions financières ? #fed… https://t.co/pqWKBc3lfA
Les messages de la #Fed pointent tous sur l’ #inflation. Les investisseurs peuvent-ils prendre un positionnement… https://t.co/zk4xHes72E
Perspectives de la consommation US : les ménages américains peuvent-ils supporter un durcissement des conditions fi… https://t.co/lahPcs8Xcu

2022 © Parallax Advisors Sàrl

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire