Journée de grève interprofessionnelle, en direct : suivez la mobilisation avec nos reporters et posez vos questions à nos journalistes – Le Monde

Consulter
le journal
Les fonds de pension britanniques à l’origine d’une nouvelle crise financière
L’écosystème des start-up affirme vouloir renforcer la lutte contre les discriminations
Médias : « La centenaire BBC, qui a prospéré sur le déclin de la presse papier, est aujourd’hui attaquée par le sommet et par la base »
Primes aux universitaires : « Pour bien gagner sa vie, il faut soit opter pour l’administration, soit avoir une activité libérale »
La crise énergétique peut-elle mener à un black-out en France cet hiver ?
« Louisette » ou le dernier tabou de la guerre d’Algérie : le premier film d’animation du « Monde » avec « La Revue dessinée »
« L’art vaut-il plus que la vie ? » : des militants écologistes s’en prennent à un Van Gogh pour donner l’alerte
Cinquante ans du Front national : comment le « point de détail » de Jean-Marie Le Pen s’est transformé en fiasco politique
Xi Jinping : le danger de la toute-puissance
Trains régionaux, cause nationale
« La catastrophe écologique peut être une occasion de réinventer notre démocratie à partir des territoires de vie »
« Défendre le droit de porter le voile n’est pas un combat féministe »
Chute de la fréquentation des salles de cinéma : à qui la faute ?
Le Booker Prize britannique récompense l’écrivain sri-lankais Shehan Karunatilaka
« Mademoiselle Eda-Pierre, en scène », sur France 3 : retour sur la carrière exceptionnelle de la première soprano noire française
L’affaire « Doucet » : mystérieuses disparitions d’œuvres rares dans une bibliothèque parisienne
Bulgari et Kazuyo Sejima, une intense réflexion
Le bout de canapé va-t-il renverser la table basse ?
Les doudounes Jott face au défi vegan
Nancy ouvre un centre thermal qui se passe de chauffage
Services Le Monde
Services partenaires
Service Codes Promo
Suppléments partenaires
Les organisations syndicales appellent les salariés de tous les secteurs à se mobiliser et à manifester mardi pour les salaires et contre les réquisitions dans les raffineries.
Comment expliquer que la mobilisation des salariés de TotalEnergies et Esso-ExxonMobil se soit élargie à d’autres secteurs ? Dans quelle mesure les revendications salariales couvaient-elles ? Comment l’inflation a-t-elle secoué la question des salaires ces derniers mois en France ?
Posez toutes vos questions sur le sujet à Aline Leclerc, journaliste au service Economie du Monde, elle y répondra ici dès 11 h 30. Merci de mentionner le mot « tchat » dans votre question, pour être sûr qu’on ne passe pas à côté !
Bonjour Audrey,
Impossible pour nous de vous donner une date, mais plutôt des tendances. Outre le mouvement social dans les dépôts et raffineries de pétrole et les centrales nucléaires qui devrait se poursuivre au-delà d’aujourd’hui, l’appel à la grève pourrait être notamment reconduit à la SNCF, ainsi que dans les lycées professionnels.
Les cheminots entendent en effet profiter de la fenêtre ouverte jusqu’aux vacances de la Toussaint, vendredi soir, pour négocier des hausses de salaires. Erik Meyer, secrétaire fédéral de SUD-Rail, favorable, comme la CGT, à cette idée, a affirmé ce matin sur Franceinfo que « ce sont les assemblées générales qui vont se réunir ce matin, en début d’après-midi au maximum » pour décider d’un éventuel prolongement de la grève au sein de la SNCF ces prochains jours. A la question de savoir si la grève pourrait s’étendre sur la période des vacances, M. Meyer a répondu : « Tout dépendra des propositions qui seront posées sur la table par la direction », après qu’elle a envoyé hier un courrier qui « acte un calendrier de discussions pour déboucher sur les négociations salariales de décembre », une proposition jugée pour l’instant « insuffisant[e] » par les syndicats.
Dans les lycées professionnels, l’appel à la grève, pour une hausse des salaires mais qui mobilise également contre la réforme de l’enseignement professionnel poussée par Emmanuel Macron, prend une ampleur rarement vue, en rassemblant la quasi-totalité des organisations syndicales du secteur et pourrait aussi se poursuivre au-delà de ce mardi. Le SNETAA-FO entend en tout cas prolonger le mouvement les 19, 20 et 21 octobre.
Quant au mouvement dans le secteur pétrolier, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a précisé ce matin au micro de RTL que la grève prendrait fin « dès qu’une négociation pourra avoir lieu pour corriger une proposition d’accord qui ne correspond pas aux attentes des salariés », plaidant ainsi pour que l’accord trouvé entre TotalEnergies, la CFDT et la CFE-CGC la semaine passée, que la CGT a refusé de signer, soit revu. Or « pour l’instant, il n’y a pas de solution parce qu’il n’y a pas de perspective de rouvrir une négociation », a-t-il ajouté.
« Des niveaux records » d’utilisateurs des plates-formes de covoiturage : entre pénuries de carburants et annonces de grève des transports en commun, les Français s’organisent de plus en plus collectivement pour les trajets du quotidien. Lundi, les grèves ont été reconduites dans trois raffineries sur sept et cinq gros dépôts de TotalEnergies, aggravant les tensions sur l’approvisionnement en carburant.
« Pour beaucoup de Français, l’essence est devenue un produit de luxe », estime Nicolas Michaux, porte-parole de la plateforme de covoiturage Blablacar, auprès de l’Agence France-Presse (AFP). Le réseau Blablacar Daily, qui propose des trajets quotidiens courts, observe une hausse de 30 % des demandes pour être passager depuis les grèves dans les raffineries françaises et les pénuries de carburants qui en découlent. Un phénomène toutefois « visible depuis l’an dernier. Les Français se mettent de plus en plus au covoiturage, mais avec l’inflation et la pénurie de carburant, on a atteint des niveaux records d’utilisateurs », explique M. Michaux.
Même son de cloche du côté de Karos, qui compte 600 000 utilisateurs en France. La plate-forme a constaté un pic d’inscription le week-end du 8 octobre, explique à l’AFP son porte-parole, Tom Attias. Elle a même constaté 44 % de nouveaux utilisateurs lundi 10 octobre au matin, des « personnes qui ne trouvaient plus de carburant » ou d’autres, qui en avaient toujours « et voulaient en faire profiter les autres, par élan de solidarité », explique le porte-parole. L’entreprise a d’ailleurs lancé une campagne de communication par SMS, courriels et notifications, « pour inciter les conducteurs qui ont de la place dans leur véhicule à prendre des passagers », relève-t-il.
Le transilien H est une des lignes les plus perturbées par la grève : plusieurs trains ont été annulés et il est annoncé que seul un train sur trois circulera. Pourtant, d’après les médiateurs SNCF, « c’est plutôt tranquille, il n’y a pas tant de monde que ça ». Hier, le trafic était « plus chamboulé » selon eux.
Anaïs, une comédienne de 27 ans qui se rend à une audition à Enghien-les-Bains (Val-d’Oise), patiente sur un quai de la gare du Nord. Le prochain train arrive dans vingt-cinq minutes. La jeune femme est partie une heure et demie plus tôt que prévu en prévision de retards liés à la grève. Peu d’usagers attendent à ses côtés.
Le ministre de l’intérieur a appelé mardi une « partie du patronat à augmenter les salaires quand c’est possible », reconnaissant qu’il y avait « un problème de salaires » en France, au micro de RTL. Une stratégie d’incitation à la négociation en entreprise, plutôt qu’une hausse des salaires générale, que le gouvernement défend depuis plusieurs mois.
« Un ouvrier, un employé qui travaille, doit être rémunéré au juste salaire », a affirmé Gérald Darmanin, rappelant que « les gens constatent que leurs salaires n’ont pas suivi l’augmentation des prix » et qu’« ils constatent qu’une partie des patrons se rémunère et que cette rémunération est disproportionnée par rapport à ce qu[’ils] touche[nt] ».
Les négociations salariales annuelles dans la fonction publique seront ouvertes au début de l’année 2023, a confirmé mardi le ministre de la fonction publique, Stanislas Guerini, au moment où plusieurs syndicats ont appelé à la grève pour une augmentation du point d’indice.
« La question des salaires, d’un commun accord avec les organisations syndicales, nous avons décidé de l’ouvrir en janvier 2023, mais après les élections professionnelles [de décembre]. C’était la demande des organisations syndicales », a-t-il déclaré sur Public Sénat.
Le ministre a rappelé le dégel du point d’indice, la base de rémunération commune aux 5,7 millions d’agents publics, revalorisé de 3,5 % au début de l’été. Une hausse qui s’ajoute « aux augmentations moyennes de 1,5 % », ce qui « correspond à peu près au niveau d’inflation constaté sur 2022 », a-t-il ajouté. Les syndicats CGT, FO, FSU, Solidaires de la fonction publique, qui ont appelé à la grève mardi, réclament, eux, l’indexation « automatique » du point d’indice sur l’inflation.
« Nous n’avons pas réglé la question de l’attractivité dans la fonction publique (…) et l’attractivité se joue sur la fiche de paie », a par ailleurs reconnu M. Guerini, promettant de « mettre à plat cette question des salaires et des carrières dans l’administration » au début de 2023 tout en tenant compte de la « conjoncture » à ce moment-là.
Venu la veille à Marseille pour hisser le drapeau arménien sur la façade de la mairie en geste de solidarité avec un pays en guerre, le réalisateur Robert Guédiguian était de passage par la gare Saint-Charles mardi matin, où il a témoigné de son soutien aux grévistes :
J’ai la chance que mon train ne soit pas annulé, mais même s’il l’avait été, je n’aurais pas ôté mon soutien à ce mouvement. Il est juste et traduit une lutte qui nous concerne tous. Nous sommes face à un président des riches qui touche à l’âge de la retraite mais ne veut pas rétablir l’impôt sur la fortune, devant des entreprises qui refusent d’augmenter les salaires, alors qu’elles font des bénéfices exceptionnels. Tout le monde devrait se réjouir d’être dans un pays où l’on manifeste, où l’on fait grève, car c’est un gage de démocratie. C’est cette mobilisation qui nous protégera peut-être d’une dérive à la Bolsonaro ou à la Melloni, qui frappent le Brésil ou l’Italie. Vive les manifestations, vive les mouvements de grève !
Partout en France se tiennent des assemblées générales (AG) de cheminots – 254 au total, selon Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots – c’est à elles de décider de la reconduction ou non de la grève. Juridiquement, elle peut l’être.
L’appel pour la journée de mardi 18 octobre a été lancé sur la base d’un préavis datant de novembre 2019, qui portait sur les retraites, était signé CGT, SUD et UNSA et n’a jamais été levé. « Dans la précipitation, les organisations syndicales sont allées chercher ce préavis dormant », explique François Nogué, directeur des ressources humaines (DRH) de la SNCF, qui le déplore.
La SNCF a contesté cette pratique en justice, mais ses démarches n’ont pas abouti. La pratique des préavis dormants est devenue courante « pour détourner la loi sur le service garanti », selon M. Nogué. Celle-ci impose, quinze jours avant un conflit, de déclencher une alarme sociale (une DCI, démarche de concertation immédiate), puis de déposer cinq jours avant le mouvement un préavis, si les discussions n’ont pas abouti. « Dans les faits, nous avons plusieurs préavis dormants. SUD-Rail en dépose un tous les deux mois par précaution. Nous en avons même reçu un de FO qui court jusqu’en 2050. » C’est ce qui a permis à SUD-Rail et à la CGT de lancer rapidement ce mouvement et de laisser ouverte la porte d’une grève reconductible.
La mobilisation d’aujourd’hui à la SNCF doit être équivalente à celle du 6 juillet. C’est ce que prévoyait en tout cas le groupe à la veille de la grève. Il y aurait donc 20 % de grévistes, avec des perturbations fortes en Ile-de-France et dans les TER. Pour M. Nogué, DRH de la SNCF, les discussions sur le pouvoir d’achat n’ont jamais cessé, y compris la semaine dernière, mais les négociations formelles ne peuvent avoir lieu avant les élections professionnelles, à la fin de novembre (du 17 au 24).
Lundi 17 octobre, le DRH a donc écrit aux délégués syndicaux pour leur assurer que les négociations commenceraient très vite après les élections et qu’elles comprendraient bien une clause de revoyure sur le pouvoir d’achat en 2022. Si les 5,8 % de hausses en deux fois déjà prévues ne suffisent pas, compte tenu de l’inflation en fin d’année, des mesures complémentaires pourront être prises et « donner lieu à une application rétroactive sur le dernier trimestre 2022 », écrit-il. Des rencontres bilatérales auront lieu au début de novembre.
Comme d’habitude, les allées de la gare du Nord grouillent de monde. Sur le quai du RER D, les usagers attendent patiemment. Seulement un train sur trois est en circulation sur cette ligne. Thomas, 22 ans, qui se rend à la station Châtelet pour prendre le RER A, compte les minutes. Au quotidien, il n’attend pas plus de cinq minutes son train ; aujourd’hui, c’est douze minutes. « Ce n’est pas un souci, j’arriverai un tout petit peu plus tard au travail », dit-il, imperturbable.
En face, Josée et Patrice, valises à la main, ont pris le RER B depuis l’aéroport Charles-de-Gaulle pour rejoindre la gare Saint-Lazare. Le couple revient de Bali et doit se rendre à la gare de l’Est pour prendre le TGV qui les ramènera à Strasbourg, où ils habitent. « On s’est fait du souci, on regardait TV5Monde en vacances, les journalistes ne parlaient que des grèves. On s’est dit qu’on allait peut-être devoir passer une nuit à Paris », témoignent-ils. Finalement, le couple n’a connu aucune perturbation : le RER B fonctionne quasiment normalement et leur TGV n’est pas annulé.
Erik Meyer, secrétaire fédéral de SUD-Rail, a estimé ce matin sur Franceinfo qu’il s’agissait d’« une journée de mobilisation plutôt réussie » à la SNCF, avec, selon lui, « plus d’un conducteur de train sur deux qui est en grève », « à peu près la même chose en contrôleurs », et « environ 30 % des agents de la production et de la maintenance au niveau national ».
Selon lui, la situation des salariés chez TotalEnergies a été « l’étincelle » du mouvement interprofessionnel de ce mardi, décidé il y a cinq jours, après l’annonce de réquisitions de personnels par le gouvernement. « On a des négociations salariales dans les entreprises qui ne démarrent pas. Dans le même temps, les entreprises ne jouent pas le jeu et le gouvernement décide de procéder à des réquisitions quand on a des salariés qui demandent des réévaluations de salaires », a-t-il regretté.
« Ce n’est pas nous qui décidons de la reconduction de la grève. Ce sont les assemblées générales qui vont se réunir ce matin, en début d’après-midi au maximum », a-t-il ajouté au sujet du possible prolongement de la grève au sein de la SNCF ces prochains jours. A la question de savoir si la grève pourrait s’étendre jusqu’aux vacances de la Toussaint, qui débutent vendredi soir, M. Meyer a répondu : « Tout dépendra des propositions qui seront posées sur la table par la direction », après qu’elle a envoyé hier un courrier qui « acte un calendrier de discussions pour déboucher sur les négociations salariales de décembre », une proposition jugée pour l’instant « insuffisant[e] » par les syndicats.

A Marseille, le réseau de transports publics, la Régie des transports métropolitains (RTM), fonctionne normalement mardi 18 octobre. Tramways, bus et métros assurent leurs services selon la RTM. A la gare Saint-Charles, l’ambiance est calme, les voyageurs semblent avoir anticipé les annulations de trains.
Ici, elles touchent principalement les lignes régionales vers Avignon et la Côte bleue, pour lesquelles un train sur deux est annulé. Entre Marseille et Nice, la SNCF annonce un trafic normal. Les syndicats FSU, SUD-Rail et Force ouvrière appellent à un rassemblement interprofessionnel à 10 h 30 en centre-ville, alors que la CGT manifestera à Martigues, où elle tient son congrès départemental.
Bonjour Arno,
Les sept fédérations (CGT, FO, FSU, CFDT, UNSA, SUD Solidaires, Syndicat national des lycées et collèges) qui appellent à la grève dans les lycées professionnels ce mardi se mobilisent contre la réforme du lycée professionnel voulue par Emmanuel Macron, afin de demander « son retrait ». Notre journaliste Sylvie Lecherbonnier décrypte dans l’article ici-bas cette mobilisation.
Si le lycée professionnel – fort de ses 600 000 élèves – va mal, tous s’accordent à le dire, les mesures envisagées par le président de la République ne conviennent pas aux personnels de ces lycées, éreintés par plusieurs réformes de la voie professionnelle ces quinze dernières années sans qu’aucun bilan n’en ait été tiré.
C’est notamment l’augmentation du nombre de périodes de stage de 50 %, annoncée par Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle, qui est au cœur de l’opposition à la réforme. Selon l’intersyndicale, cette mesure fait courir « le risque de centaines d’heures d’enseignement en moins pour les jeunes qui en ont le plus besoin ».
Autre point de la réforme qui s’attire les foudres des professionnels : l’adaptation de la carte des formations aux réalités économiques, souhaitée par le gouvernement dans le but d’améliorer l’insertion professionnelle des diplômés. Les syndicats d’enseignants refusent que « les ouvertures et fermetures de filières soient décidées uniquement au prisme des besoins locaux et immédiats des entreprises de proximité ». Se pose également la question de l’avenir des enseignants qui verraient leur filière fermée.
« Qu’il y ait des demandes de négociations salariales dans les entreprises, je le comprends, qu’il y ait des grèves préventives, des grèves pour aller mettre la pression dans un contexte déjà compliqué par la guerre en Ukraine, par la situation économique au sens large, je pense qu’il faut être prudent et, encore une fois, le temps du dialogue, ce n’est pas le temps du blocage », a déclaré le ministre de la transition écologique, Christophe Béchu, ce matin sur Europe 1.
Il a affirmé que le gouvernement allait continuer à « réquisitionner à chaque fois que c’est nécessaire », comme il l’a déjà fait à treize reprises, afin d’assurer les livraisons en carburant dans les régions où c’était le plus tendu ces derniers jours. Au sujet de la CGT, il s’est offusqué qu’« un syndicat, minoritaire [chez TotalEnergies], refuse de respecter des accords majoritaires, signés par d’autres organisations syndicales ».
« Comme beaucoup de Français, il y a un jugement sévère sur une forme de détournement d’un droit d’action syndical pour obtenir autre chose », a-t-il fait valoir, arguant que, après avoir obtenu des « hausses salariales qui sont conséquentes », « on n’a aucune raison de rester dans une grève qui se poursuit au-delà de ces accords et de ces négociations ».
Sur le RER E, la perturbation est un peu plus importante que sur les autres lignes. Le trafic est estimé à environ deux trains sur trois. « Il y a énormément de monde », confirme Stéphanie, 57 ans, secrétaire dans une agence d’auxiliaires de vie, sur le quai de la gare de Val-de-Fontenay, à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne). Malgré tout, les trains « semblent être à l’heure », répond-elle gaîment. Les usagers ne sont pas stressés, leurs yeux trahissent un rude réveil, mais sur le quai le calme règne.
Loïc, un jeune homme de 26 ans qui travaille à l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), ne s’est pas réveillé plus tôt que d’habitude. Il commence à 9 h 30, il est à l’heure. « Le trafic est perturbé mais j’ai connu pire », assure-t-il. Lui qui commence son trajet à Villiers-sur-Marne s’est arrêté à Val-de-Fontenay pour prendre un RER sans arrêt jusqu’à la gare d’Haussmann-Saint-Lazare.
Lundi, une réunion à l’Elysée a été organisée autour d’Emmanuel Macron en fin d’après midi, en présence de la première ministre, Elisabeth Borne, et des ministres chargés du sujet – Bruno Le Maire (économie), Clément Beaune (transports), Agnès Pannier-Runacher (transition énergétique) et Christophe Béchu (transition écologique). Le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, était également présent.
L’enjeu : faire un état des lieux des pénuries et, surtout, organiser la riposte. Le président de la République compte mettre « un coup d’accélérateur » dans la résolution de la crise, dit-on à l’Elysée, pour que d’ici deux ou trois jours des améliorations soient visibles.
Emmanuel Macron entendait notamment s’assurer que, après les réquisitions de personnels ordonnées par le gouvernement, l’approvisionnement des stations-service soit correctement effectué. « Je suis aux côtés de tous nos compatriotes qui galèrent et qui en ont assez de cette situation », avait-il assuré plus tôt dans la journée, lors de son passage au Mondial de l’automobile, avant de lancer : « Je veux que ça se règle le plus vite possible. »
Après avoir joué les équilibristes, mettant dos à dos la CGT, accusée de bloquer le pays, et les entreprises, Esso-ExxonMobil et TotalEnergies, pour faire avancer les négociations salariales, l’exécutif hausse la voix pour tenter de sortir de l’impasse. « La décision qui a été prise, c’est de mobiliser un cran au-dessus les préfets en appui des Total, des Esso, pour accélérer l’acheminement du carburant vers les stations-service en lien avec les transporteurs », a expliqué Agnès Pannier-Runacher lundi soir sur RTL, reconnaissant que la situation était toujours tendue.
En fin d’après-midi, 28,1 % des stations-service connaissaient encore des difficultés d’approvisionnement, contre plus de 30 % la veille. « Nous faisons tout notre possible pour que cette situation s’améliore à la veille des vacances de la Toussaint », a assuré la ministre. Décryptage par Claire Gatinois :
Le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a déclaré mardi matin sur le plateau de « Télématin » sur France 2 que de nouvelles réquisitions de personnels auraient « probablement » lieu ce mardi pour assurer le fonctionnement des sites pétroliers de TotalEnergies bloqués par des grèves.
« Il y aura des réquisitions autant que nécessaire » pour répondre aux besoins des Français, « de façon proportionnée », a avancé M. Véran. Il a ajouté au sujet des revendications salariales que « ce n’est pas au gouvernement de s’emparer du dialogue social dans une entreprise privée ».
Philippe Martinez, secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT), était ce matin invité au mirco de RTL. A la question de savoir quand prendrait la fin de la grève dans les raffineries, il a répondu « dès qu’une négociation pourra avoir lieu pour corriger une proposition d’accord qui ne correspond pas aux attentes des salariés », plaidant ainsi pour que l’accord trouvé entre TotalEnergies et la CFDT et la CFE-CGC la semaine passée, que la CGT a refusé de signer, soit revu.
Questionné sur le nombre de grévistes encore mobilisés dans les dépôts et raffineries TotalEnergies, M. Martinez a démenti l’idée que ce ne serait qu’une poignée de salariés qui « bloqueraient le pays », comme l’a notamment suggéré le gouvernement ce week-end. Il a argué : « Je n’ai pas le chiffre exact. Mais c’est plus de 90 dans une seule raffinerie. »
« Pour l’instant il n’y a pas de solution parce qu’il n’y a pas de perspective de rouvrir une négociation. Et je trouve même que, et vous les avez entendus, les ministres, hommes et femmes qui s’occupent de ces dossiers, sont plutôt dans la provocation, l’invective même, plutôt que la volonté de négocier », a-t-il ajouté.
Interrogé sur la possibilité d’une reconduite de la grève à la SNCF, telle qu’envisagé par la CGT et SUD-Rail, il a fait valoir que « ce sont les salariés en grève qui décideront, comme chez Total » de la poursuite du mouvement social ou non.
Il est ensuite revenu sur les revendications de la CGT en cette journée de mobilisation interprofessionnelle, notamment une hausse du smic « à 2 000 euros » et une « échelle mobile des salaires » en conséquence, pour avoir « à tous les niveaux une augmentation ».
A la gare de Val-de-Fontenay, dans la ville de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), le rythme de passage des bus n’est pas remis en cause par la grève. Il est 7 h 45, Pedro Miranda, 15 ans, élève de troisième au collège De Lattre-de-Tassigny au Perreux, attend le 116, assis sur un banc. Lui qui commence les cours à 8 h 30 n’a « pas pris d’avance ce matin, car tout fonctionne normalement ».
Même son de cloche chez un autre usager présent à la station de bus de Val-de-Fontenay. « Il n’y a aucun retard », se réjouit Ala, 26 ans, travailleur dans le BTP. Il s’est réveillé une heure plus tôt, à 5 heures, compte tenu des potentielles grèves. Il n’a finalement pas eu de problème de transports. Habitant Vitry, il a pris le RER C sans encombre, s’est arrêté à la gare d’Austerlitz et a marché jusqu’à la gare de Lyon. Après un cours trajet sur le RER A, il est arrivé à Val-de-Fontenay et attend patiemment le 301, qui est à l’heure.
Live animé par Marie Pouzadoux
Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.
Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois
Ce message s’affichera sur l’autre appareil.
Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.
Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).
Comment ne plus voir ce message ?
En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.
Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?
Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.
Y a-t-il d’autres limites ?
Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.
Vous ignorez qui est l’autre personne ?
Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.
Newsletters du monde
Applications Mobiles
Abonnement
Suivez Le Monde

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire