"J'enseigne en SEGPA et je suis frustrée des annonces d'Emmanuel Macron" – Le HuffPost

Enseignante
TÉMOIGNAGE – « J’ai le sentiment d’être la cliente d’un opérateur téléphonique qui, fidèle depuis 20 ans au même fournisseur, ne pourra pas bénéficier de leur nouvelle offre car elle n’est disponible que pour la nouvelle clientèle » ironise cette enseignante.
ENSEIGNEMENT – Le président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, s’est adressé aux enseignants de France dans un courrier envoyé par courriel, le 15 septembre 2022. Je suis enseignante en SEGPA, j’exerce en région parisienne depuis 18 ans et j’ai éprouvé le besoin de répondre à cette lettre.
Monsieur le Président,
J’ai bien reçu votre lettre hier. Je vous en remercie car j’attendais impatiemment de vos nouvelles. Pourtant à sa lecture, je me suis sentie triste, frustrée et puis en colère.
Alors, j’ai marché pour prendre le temps de la réflexion et finalement toujours, triste, frustrée et en colère, j’ai décidé de vous répondre en commençant par les mesures que vous envisagez afin de revaloriser mes conditions salariales.
Vous m’annoncez à la fois une moyenne de 10 % d’augmentation pour la rentrée 2023 et une augmentation de 500 € pour les enseignants débutants (aujourd’hui ils démarrent leur carrière à 1 500 € nets). Au-delà de me maintenir dans un intolérable état d’ignorance sur ce qui sera concrètement réalisé ou non à la prochaine rentrée, car pour l’instant je ne connais toujours le montant de mon éventuelle augmentation salariale, je comprends qu’après 18 ans de carrière et un salaire net de 2 260 €, un débutant gagnera quasiment le même salaire que moi… En effet, si je compte bien : avec une augmentation moyenne de 10 % et en considérant que les enseignants débutants seront, pour leur part, augmentés de 30 %, je ne devrais donc pas percevoir beaucoup plus qu’aujourd’hui. Et cela, alors qu’on nous annonce une inflation record (que l’on subit déjà et non pas dans un an) de 8 %.
J’ai fait mes comptes et le bilan de mes projets, et cette perspective me rend triste, frustrée et en colère ! J’ai le sentiment d’être la cliente d’un opérateur téléphonique qui, fidèle depuis 20 ans au même fournisseur, ne pourra pas bénéficier de leur nouvelle offre car elle n’est disponible que pour la nouvelle clientèle. Normal, puisqu’elle est là pour les attirer. Moi, je ne fais que partie de la clientèle qui les fait vivre depuis 20 ans. À la différence près, c’est que je peux quitter mon opérateur téléphonique pour un autre… (Et en plus, je crois qu’ils n’utilisent plus ce genre de pratique commerciale car trop de colère et de frustration chez les usagers !) D’aucuns diront de quitter l’enseignement ! Mais j’aime enseigner… Tout comme j’aime téléphoner.
Votre deuxième mesure annonce la possibilité de m’octroyer une augmentation jusqu’à 20 %, si j’accepte un pacte me permettant de prendre en charge d’autres missions. Ces 20 % comprennent-ils l’augmentation générale et inconditionnelle susmentionnée ou viennent-ils s’y ajouter ? Dans la première hypothèse, comment parvenez-vous à une telle estimation puisque les enseignants débutants seront déjà augmentés de 30 % et que pour l’heure, je ne sais toujours de combien je le serai ?
Et, sur ce point, ce n’est pas la seule chose qui m’inquiète. Je réalise 24 heures de cours par semaine… 24 heures face à mes élèves. Ce ne sont pas 24 heures de bureau… 24 heures où il est possible de faire des pauses, de s’échapper un instant dans ses réflexions… Ce sont 24 heures consacrées à seize élèves qui requièrent chaque once d’énergie, de concentration et d’implication que je suis capable de leur offrir. Ces 24 heures de service continu, vous l’imaginez bien, sont éreintantes. Ce qui doit certainement expliquer que la majorité des parents qui passent dans nos classes, nous gratifient régulièrement d’un : « Mais comment faites-vous ? Moi je ne pourrai pas ! »
24 heures auxquelles il faut ajouter 1 h 30 de travail d’équipe par semaine pour mettre en place une pédagogie qui nous permettent de dépasser les difficultés de nos élèves… 1 h 30, officiellement, car bien sûr cela ne suffit pas… Alors pour finir, chaque temps de pause du midi devient une réunion. À ces heures, vont se cumuler les temps de préparation et de correction. Pour ma part, ils sont variables et vont de 15 à 20 heures par semaine ; ce qui représente un total de 43 à 48 heures de travail par semaine. Et comme cela ne suffit toujours pas pour construire des projets ou réfléchir à une pédagogie innovante, qui me semblent essentiels pour rendre ma pratique attractive et constructive, il me reste les week-ends et les congés scolaires.
Forte de ce constat, je me demande quand, oui quand, je pourrai « m’engager dans des missions supplémentaires, par exemple du remplacement, du suivi individualisé, de l’accompagnement à l’orientation ou à l’insertion professionnelle ou des tâches de coordination » ?
Je suis une enseignante impliquée et je suis même fière de pouvoir vous dire, Monsieur Le Président, que je suis, après 18 ans de pratique, d’investissement et de formation, une bonne enseignante… Mais je peux difficilement en faire plus que je n’en fais déjà.
Dans ces conditions, dois-je tirer la conclusion qu’après tout ce temps et un gel de mon salaire que j’ai subi presque toute ma carrière, il se pourrait que je sois, enfin, augmentée dans une fourchette entre 1 et 10 % ? Alors qu’en 20 ans, on constate une inflation de 35 % (sans compter ce qui est envisagé sur l’année 2022).
Comprenez, alors, Monsieur le président, avec tout le respect que je vous dois et que je dois à l’institution que vous représentez, que votre lettre m’ait rendue encore plus triste, frustrée et en colère que je ne le suis la plupart du temps quand je pense à mon métier.
Vous m’avez annoncé d’autres intentions et d’autres projets en lien avec ma formation, les inégalités et le décrochage scolaire, la nécessité de transformer l’école et si vous me le permettez, je prendrai le temps de vous répondre dans mon prochain courrier.
J’espère, Monsieur le Président, à travers cette lettre, n’avoir jamais manqué de considération face à la tâche qui vous incombe et au travail qu’elle implique… Cette même considération que chacun de vos enseignants attendent de leur institution lorsqu’ils sont en classe et portent le poids de l’éducation de nos enfants.
Dans l’attente de vous lire.
Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.
Les augmentations et les interrogations qu’elles suscitent sont en appui sur les informations relevées dans le mail reçu sur nos boîtes mail le 15 septembre/22 ;
L’inflation de 35 % est un calcul effectué sur la base des chiffres relevés sur le site France Inflation ;
Quant aux heures de travail que je fournis : un professeur des écoles en SEGPA effectue 21 heures par semaine. J’ai un état de service de 24 heures car j’ai accepté 3 heures supplémentaires. J’ai aussi 1 h 30 de service que je dois pour participer à des synthèses hebdomadaires. Ensuite, chaque temps de préparation est propre à chacun. À titre d’exemple, hier j’ai travaillé, en plus de mes cours, 5 heures et aujourd’hui 2 heures. Demain j’ai prévu entre 4 et 5 heures… Cette semaine, j’arriverai vite à 20 heures ;
L’inflation annoncée pour l’année 2022 est variable d’une source à l’autre, mais semble majoritairement estimée à 8 %.
À voir également sur Le HuffPost :

plus :
Inscrivez-vous aux newsletters du HuffPost et recevez par email les infos les plus importantes et une sélection de nos meilleurs articles

En vous inscrivant à ce service, vous acceptez que votre adresse mail soit utilisée par le Huffington Post, responsable de traitement, pour la gestion de votre inscription à la newsletter.
Conformément à la loi du 06/01/1978 modifiée et au Règlement européen n°2016/679/UE du 27/04/2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de modification, de portabilité, de suppression et d’opposition au traitement des informations vous concernant, que vous pouvez exercer auprès de dpo@groupelemonde.fr. Pour toute information complémentaire ou réclamation: CNIL

source

https://www.a2forces.fr/bilan-d-orientation-articl…

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire