"J'avais l'impression d'entrer dans un cercueil": les craintes des personnels navigants après le crash du Rio-Paris – Yahoo Actualités

« Ce drame nous a marqué au fer rouge. » Comme beaucoup de ses collègues, Sophia* a appris la disparition de l’AF447 en rentrant de vol, le 1er juin 2009. En voyant les messages et alertes s’afficher sur son téléphone portable, l’hôtesse de l’air s’est immédiatement imaginé le pire. « Un avion qui se volatilise des écrans radars en pleine nuit, au-dessus de l’Atlantique… Je n’avais aucun espoir », se souvient-elle encore émue.
Peu de temps après, ses craintes deviennent une triste réalité. L’Airbus A330 d’Air France s’est abîmé en mer quelques heures seulement après son décollage de Rio de Janeiro, avec 216 passagers et 12 membres d’équipage à son bord. Les jours suivants, les premiers débris de l’appareil et des corps sont retrouvés, mais il faudra attendre deux longues années avant de localiser l’épave, à 3900 mètres au fond de l’océan.
« Dans les couloirs de la cité PN (personnel navigant) à Roissy, tout le monde pleurait, je n’avais jamais vu ça », raconte Catherine*, hôtesse de l’air depuis 1982.
« On avait déjà connu des catastrophes avec le crash du Concorde par exemple, mais là… Il y avait quelque chose de différent. Le Paris-Rio sur l’A330, c’est un vol qu’on a tous fait, on aurait tous pu être à la place de l’équipage qui a péri », ajoute-t-elle.
Les yeux rougis par les larmes, l’esprit occupé par le drame, hôtesses et stewards remettent malgré tout leur uniforme, accrochent leurs insignes bleu marine et rouge, et repartent en vol, aux quatre coins du monde.
« En retournant dans l’avion, juste après l’accident, j’ai eu l’impression de monter dans un cercueil », retrace Isabelle Méline.
Chaque heure passée en cabine est un supplice pour cette hôtesse de l’air désormais à la retraite. « J’étais extrêmement stressée, j’avais du mal à respirer. Avant chaque départ, j’écrivais un mot avec mes dernières volontés que je laissais sur ma table de nuit pour que ma famille le trouve si jamais je ne revenais pas ». À la fin de l’été 2009, après une énième crise d’angoisse, Isabelle Méline consulte finalement le psychologue de l’entreprise qui lui diagnostique un stress post-traumatique et l’arrête pendant deux mois.
L’hôtesse de l’air recommence ensuite à voler mais accompagnée d’un « référent », un PNC (personnel navigant commercial) formé pour apporter un soutien psychologique. « À chaque vol, il était avec moi, je pouvais me confier sur mes angoisses, il m’aidait à gérer mon stress », raconte-t-elle. Cet accompagnement a duré deux mois puis Isabelle a repris son activité « comme avant », avec une condition toutefois.
« Je n’ai plus jamais accepté de destination qui supposait de traverser l’Atlantique. »
Sophia, elle, n’a plus jamais fait de Paris-Rio. « Je ne connaissais pas l’équipage qui est mort, mais je me suis senti tellement concernée par ce drame que je n’ai plus eu le cœur de retourner au Brésil », une destination pourtant très prisée des navigants pour ses fêtes, ses plages et le soleil. Pour Emma*, c’est l’Airbus 330 qu’il a fallu rayer de ses compétences.
« Mon premier vol après le crash était un Buenos Aires (en Argentine), et à la première turbulence, je me suis effondrée en larmes. Je me suis dit: ‘Je ne vais pas y arriver' », raconte cette mère de trois enfants.
Elle s’est donc inscrite à un stage anti-stress organisé par la compagnie, ouvert aux navigants comme aux passagers. Dans la session d’Emma, ils étaient trois, se souvient-elle, tous navigants et anxieux depuis le crash. « Il y a une partie théorie, des échanges avec des psychologues et surtout, une séance avec des pilotes dans un simulateur de vol. C’est ça qui m’a permis de reprendre confiance », détaille l’hôtesse qui a rejoint la compagnie en 2007.
D’autres ont renoncé aux tours de repos organisés sur chaque long-courrier, trop angoissés à l’idée de se retrouver coincés dans l’exigu « poste-repos ». Cette petite pièce, interdite aux passagers, est présente dans tous les avions, soit au niveau de la soute soit au-dessus de la cabine. Elle est composée de couchettes individuelles séparées par des rideaux, parfois superposées les unes au-dessus des autres.
« Après le crash, je n’y suis jamais retournée, j’avais l’impression d’être dans un tombeau », explique Isabelle Méline, partie à la retraite en 2019.
« En fait, entre 2009 et 2019, ça a été dix années d’angoisse. Arrêter de voler a été une libération », confie-t-elle, des trémolos dans la voix.
À des degrés différents, le crash du Rio-Paris semble avoir touché l’ensemble des navigants. Un traumatisme général que Gérard Feldzer, ancien pilote d’Air France et consultant en aéronautique, attribue au côté mystérieux de l’accident, survenu en pleine nuit, pendant que certains dormaient, alors que l’Airbus A330 traversait un orage au-dessus de l’Altlantique.
« On imagine que les hôtesses et stewards du Rio-Paris sont restés dans l’inconnue totale. Ils sentaient que ça bougeait mais ils ne savaient pas pourquoi. Et ils étaient totalement impuissants, ils n’auraient rien pu faire pour sauver la situation », analyse-t-il.
Et d’ajouter: « L’autre grand coupable dans l’instauration de cette peur, c’est la justice. » Après une longue succession d’expertises, les juges d’instruction ont prononcé un non-lieu général, considérant que le crash résultait d’erreurs humaines commises par les pilotes. Scandalisées par cette décision, les familles des victimes ont interjeté appel et ce sont finalement les manquements fautifs de la compagnie aérienne et de l’avionneur qui ont été retenus.
À partir de ce lundi, Air France et Airbus – qui contestent toute faute pénale – vont donc être jugés pour homicides involontaires treize ans après les faits. Or, « plus on attend dans l’incertitude de savoir ce qui s’est passé, plus on est fragilisé. Laisser le doute, c’est laisser la peur s’installer et se propager », estime Gérard Feldzer.
*Les prénoms ont été modifiés
Article original publié sur BFMTV.com
Avant de prendre le départ de la 30ème édition de la Diagonale des fous, course mythique de l’ultra-trail qui se déroule sur l’île de la Réunion, Dorian Louvet, ancien candidat de Koh-Lanta, a accepté de se confier à RMC Sport.
Tony Brown, célèbre arbitre de NBA, est mort à l'âge de 55 ans, a annoncé la NBA ce vendredi 21 octobre. Ému, LeBron James a rendu un vibrant hommage au défunt.
Mercredi 19 octobre 2022, Anna Faris a fait de nombreuses révélations dans le podcast Unqualified. L'actrice a assuré que le réalisateur Ivan Reitman avait eu un comportement inapproprié avec elle sur le tournage de My Super Ex-Girlfriend, en 2006.
Si Ellen Pompeo sera quasiment aux abonnés absents dans la saison 19 de Grey’s Anatomy, d’anciens visages qui ont quitté la série vont faire leur grand retour. Après Jackson Avery (Jesse Williams), découvrez le chirurgien qui revient à l’écran.
Kim Kardashian fête ses 42 ans, ce 21 octobre 2022. Native de la Balance, avec laquelle de ses soeurs s'entend-elle…
Mardi 18 octobre 2022, Paul Flores a été déclaré coupable du meurtre de Kristin Smart. La jeune étudiante américaine de 19 ans avait disparu en 1996 après une fête sur le campus de son université.
Lors des séquences qui impliquaient des effets numériques, afin de ne pas regarder dans le vide, l'interprète du petit sorcier a utilisé une photo de… Cameron Diaz.
Au sommaire des ultrabrèves du 21 octobre 2022 : un lynx du Canada entièrement noir a été observé et filmé pour la première fois, l'estimation la plus précise de la matière noire et de l'énergie enfin obtenue et pourquoi les empreintes génétiques ne protègent plus notre vie privée.
Cardi B contre-attaque! Lors de son procès sur la couverture de son album «Gangsta Bitch Music Vol.1», où un homme affirme avoir été «dévasté» que son tatouage dorsal soit utilisé sans son consentement pour cette image, la rappeuse a assuré être harcelée par le plaignant.
Une voiture volante futuriste avec deux personnes à son bord a volé dans le ciel de Dubaï lors du GITEX 2022.
Elsa Esnoult s'apprête à faire son grand retour sur la scène musicale. Ce samedi 24 septembre 2022, elle était l'invitée de TPMP People pour parler de la sortie de son sixième album. L'équipe n'a pas manqué d'essayer d'en savoir plus sur sa vie amoureuse, et en particulier sur sa relation avec Anthony Colette.
Le président du Conseil européen confirme cet « accord pour travailler à des mesures afin de contenir les prix de l’énergie pour les ménages et les entreprises ».
Cesser de travailler quand on est quadra fait parfois rêver. Mais pour ça, il faut pas mal d’argent. Le site américain “CNBC” a interrogé des Américains qui y sont parvenus.
En Inde, le parti du Congrès vient d’élire Mallikarjun Kharge à sa tête. Une petite révolution puisque depuis 22 ans le parti était géré par la dynastie des Gandhi-Nehru. Plus de 9 000 membres étaient appelés à choisir leur chef, alors que le Congrès est en perte de vitesse à l'approche d’importantes élections. Avec notre correspondant à Bangalore, Côme Bastin C’est le nouveau visage du plus vieux des partis politiques indiens. Mallikarjun Kharge a la lourde tâche de rassembler le Congrès à l’ap
Rendus iconiques et célèbres par Hubble, les « piliers de la création » se dévoilent en profondeur sur cette nouvelle image prise par le télescope spatial James-Webb. Que voit-on exactement dans ces structures nichées au cœur de la grande nébuleuse de l’Aigle ?
Les parachutistes Dan May et Lee Rhodes ont réalisé une première au Royaume-Uni dans le ciel du Lancashire. Le samedi 15 octobre, May s'est accroché à Rhodes alors qu'il volait dans le ciel à une vitesse de 233 km par heure.
Cette série sur les débuts du hip-hop français suit la naissance de NTM dans les années 1980. Entretien avec Anthony Bajon et Melvin Boomer, qui interprètent Kool Shen et JoeyStarr.
Le corps du jeune joueur australien de rugby à XIII, Liam Hampson, a été retrouvé sans vie dans une discothèque de Barcelone.
Au 240e jour de la guerre en Ukraine, Kiev a accusé Moscou d'avoir miné un barrage hydro-électrique près de Kherson, en vue de provoquer une "catastrophe" dans cette région qu'elle a commencé à évacuer face à l'avancée des troupes ukrainiennes. Des bombardements ukrainiens ont fait quatre morts à Kherson, selon Moscou.
Guerre en Ukraine : 11 000 Tchèques ont acheté un char d'assaut via un appel de fonds pour lutter contre l'armée de Vladimir Poutine

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire