COP27 : Éviter la catastrophe climatique grâce à la collaboration du secteur privé – Forbes France – Forbes France

Le message de la COP27 en Égypte est fort et clair. Pour changer de cap, éviter une catastrophe climatique et assurer une transition juste, les gouvernements, les institutions financières et les entreprises doivent renforcer la collaboration à tous les niveaux.
 
Les domaines de collaboration et le rôle de la technologie ont été discutés en détail lors de la Bloomberg Green à la COP27, un événement permettant aux organisations de se rencontrer en dehors des salles de négociation et de se plonger dans des stratégies pragmatiques pour une action climatique intersectorielle.
 
Impliquer le secteur privé
Est-il encore possible de maintenir le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius ? Telle était la question clé posée par John Micklethwait, rédacteur en chef de Bloomberg, à John Kerry, envoyé présidentiel spécial pour le climat du département d’État américain. « Je crois que oui », a répondu M. Kerry, « mais la seule façon d’y parvenir est d’amener massivement le secteur privé à la table des négociations ».
L’une des façons d’amener le secteur privé à s’engager est de recourir aux crédits carbone qui permettent aux entreprises d’émettre des gaz à effet de serre jusqu’à une certaine limite. Grâce à un système d’échange de crédits, les entreprises privées sont doublement incitées à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Premièrement, elles doivent dépenser de l’argent pour obtenir des crédits supplémentaires si leurs émissions dépassent le plafond fixé. Ensuite, elles peuvent gagner de l’argent en réduisant leurs émissions et en vendant leurs quotas excédentaires.
Ce sujet a occupé le devant de la scène lors de la COP27. Alors que la compensation carbone implique des projets qui ne sont pas liés aux produits d’une entreprise, comme la plantation d’arbres, la compensation carbone intégrée implique des projets qui sont liés à la production. La compensation carbone intégrée peut en fait contribuer à la réduction des émissions de niveau 3, car elle permet aux entreprises d’assumer la responsabilité directe des émissions de leur propre chaîne d’approvisionnement.
L’autre moyen d’impliquer le secteur privé est de l’aider à se conformer à la réglementation en rendant compte des émissions. M. Kerry a fait l’éloge des entreprises qui prennent l’initiative de réduire les émissions de portée 3, les plus difficiles à atteindre. « Les personnes qui prennent cette initiative sont de bons citoyens. Il n’y a pas d’obligation d’atteindre l’objectif « zéro émission » d’ici à 2050. Il y a un mouvement pour y parvenir, et les chefs d’entreprise l’ont adopté parce que les critères ESG sont l’un des principaux sujets dans les salles de conseil des entreprises du monde entier », a-t-il déclaré.
La conformité aide également les entreprises à aborder le sujet de l’écoblanchiment (greenwashing), qui a été soulevé à maintes reprises lors de l’événement. Selon M. Kerry, l’écoblanchiment peut être évité si les entreprises utilisent la technologie pour suivre et contrôler leurs émissions. Le suivi et la surveillance des données fournissent aux entreprises des points de preuve de leurs progrès. « Si nous voulons atteindre l’objectif climatique 1,5 degré Celsius, nous devons utiliser l’argent des investissements pour réduire les émissions, nous avons besoin de mécanismes de réduction des risques pour garantir un accord bancable, puis nous pouvons commencer à déployer l’argent pour le changement. Chaque élément de ce processus est mesurable », a déclaré M. Kerry.
 
Déployer les données
Le suivi et la mesure nécessitent une technologie. Comme la grande majorité des transactions commerciales dans le monde touchent un système SAP, il n’y a pas de meilleure entreprise pour aider les autres dans leur démarche de développement durable axée sur les données. Sebastian Steinhaeuser, directeur de la stratégie chez SAP, était présent pour expliquer comment les logiciels permettent aux entreprises et aux gouvernements de capturer et de surveiller les données pour démontrer leur conformité et les utiliser pour prendre de meilleures décisions.
« Les données sur le climat posent trois grands défis », a déclaré M. Steinhaeuser. Le premier est de les enregistrer avec précision. Actuellement, de nombreuses données sont collectées manuellement sur des feuilles de calcul. L’automatisation et la normalisation de la collecte des données la rendent plus fiable. Le fait d’avoir les données dans le système facilite leur partage tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Le deuxième grand défi est d’ordre réglementaire.
« Beaucoup d’entreprises sont super nerveuses à propos de la conformité réglementaire », a déclaré M. Steinhaeuser. « Un suivi et des rapports automatisés et standardisés permettent de résoudre ce problème. Et le dernier défi est d’agir plus rapidement. »
Sebastian Steinhaeuser a exhorté chaque entreprise à développer une stratégie avec des ambitions et des objectifs clairs pour guider leur plan d’action climatique. « Le fait que la plupart des entreprises utilisent déjà SAP facilite le partage des données tout au long de la chaîne de valeur », a-t-il ajouté.
Le réseau commercial Ariba de SAP permet aux entreprises de partager des données sur les achats et la logistique. Les données sur le carbone n’en sont encore qu’à leurs débuts. « La plupart des entreprises disposent peut-être déjà de données sur leurs émissions de carbone, mais elles n’ont pas de données complètes sur l’empreinte des produits », a déclaré M. Steinhaeuser, citant l’industrie automobile en exemple. « Les automobiles sont composées de milliers de pièces, ce qui nécessite une chaîne d’approvisionnement massive. Nous développons des moyens normalisés pour que les fournisseurs puissent partager leurs données, aidant ainsi l’ensemble de l’industrie à suivre et à retracer leurs émissions. »
 
Changer le marché
Lorsque John Mickelthwaite lui a demandé si la politique allait perturber le chemin vers « zéro émission » aux Etats-Unis, John Kerry a répondu qu’il croit que le marché est en train de changer. « Ford Motor Company et General Motors dépensent des milliards de dollars pour rééquiper leurs usines et leur plan d’affaires pour avoir 50% de véhicules électriques d’ici 2030 et 100% d’ici 2035 », a-t-il déclaré. « Les marchés de capitaux sont plus puissants que la politique, mais le principe de précaution de la gouvernance est nécessaire pour créer un plan d’action légitime. Nous disposons aujourd’hui des technologies nécessaires pour mesurer et gérer cette transition. »
General Motors (GM), une entreprise capable d’apporter un second souffle, selon Kerry, était un autre co-sponsor de la Bloomberg Green à la COP27. Au cours de leur session, l’équipe de GM a discuté des partenariats avec les investisseurs et des relations avec les gouvernements qui sont nécessaires pour apporter des changements pour un avenir meilleur.
« Nous avons pris nos engagements et nous les avons respectés », a déclaré Shilpan Amin, vice-président principal de GM International. « Nous avons investi 750 millions de dollars et travaillons avec le secteur public pour étendre l’infrastructure de recharge dans de nombreux territoires. Nous sommes à l’origine de la coalition visant à développer les fournisseurs et les fabricants. La technologie est là, l’environnement réglementaire est là, et l’infrastructure pour le changement est là. »
En conclusion, M. Shilpan a déclaré que nous devons investir dans l’avenir dès maintenant et ne pas attendre qu’il soit à nos portes. La réalisation de l’objectif climatique 1,5 degré Celsius est possible avec des stratégies claires, une réglementation, des partenariats intersectoriels et l’utilisation de données pour maintenir toutes les parties sur la bonne voie.
 
Article traduit de Forbes US – Auteur : Judith Magyar
<<< À lire également : COP27 : Pourquoi les start-up européennes du secteur alimentaire sont à l&#8217;honneur >>>
Vous avez aimé cet article ? Likez Forbes sur Facebook
Recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité business et entrepreneuriat.
Abonnez-vous au magazine papier
et découvrez chaque trimestre :
Vous serez aussi intéressé par :
360BusinessMedia est éditeur de Forbes.fr et OniriQ.fr

source

About the author

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Add comment

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE
jaJapanese