Guerre en ukraine : les risques de pénuries s'accentuent – Veille > Supply & Logistique – Decision-achats.fr – Decision-achats

Créer votre compte gratuitement et accéder à tous les contenus de Décision Achats !
En version numérique
Ne rien manquer de vos actualités préférées
En version numérique
Ne rien manquer de vos actualités préférées
En version numérique
Ne rien manquer de vos actualités préférées
En version numérique
Ne rien manquer de vos actualités préférées
En version numérique
Ne rien manquer de vos actualités préférées
Vous avez déjà un compte
Vous n’avez pas encore de compte
Prenez 1 minute pour vous inscrire et boostez votre activité en rejoignant la communauté Decision-achats.fr !
Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles
 
Partagez cet article par email
 
Votre message a bien été envoyé!
Pub
Supply & LogistiqueVeille

Le conflit qui oppose l’Ukraine et la Russie a un impact important sur la supply chain dans toute l’Europe. L’agence Kyu, qui avait déjà évoqué la situation géopolitique dans son baromètre des risques supply publié en février dernier, revient sur les points spécifiques qui de la guerre qui sévit à l’Est.
Le premier domaine particulièrement impacté par cette guerre est l’énergie. En effet, l’Europe est dépendante du gaz Russe qui représente 40% de ses approvisionnements. La hausse actuelle des cours, voire la diminution potentielle des volumes fournis par la Russie, pourrait aboutir à l’arrêt de l’activité de nombre d’entreprises. Celle-ci pourrait être causée par leur incapacité à reporter les surcoûts ou par un manque de ressources énergétiques disponibles.
Lire aussi : Gestion des risques : la supply en tête de file
Selon les experts Kyu : « Certaines entreprises seront sans nul doute sévèrement touchées et devront mettre fin à leur activité si les Etats ne viennent pas à leur secours. » Le prix du baril fait l’objet de spéculations intenses et dépasse les 100$, entraînant des surcoûts dans tous les secteurs, notamment celui du transport. Cette hausse des coûts de l’énergie va accroître une inflation déjà record qui risque d’entraîner une baisse de la consommation et limiter la reprise de la croissance sur laquelle comptait de nombreux pays pour éviter la récession.
Le secteur industriel quant à lui connaît d’importantes hausses des coûts des matières premières, notamment des métaux, la Russie et l’Ukraine étant parmi les premiers exportateurs de minerais de fer et de fonte vers l’Europe. En particulier, le bassin du Donbass qui concentre l’activité sidérurgique du pays. Les sanctions contre la Russie devraient entraîner, selon les experts Kyu, une hausse des cours de l’aluminium, du cuivre et du platine; matériaux qu’il va falloir aller sourcer ailleurs.
Plus critique encore, le titane, matière essentielle dans l’aéronautique, pourrait faire défaut au secteur car l’entreprise russe Vsmpo-Avisma produit 30% du titane mondial dont une large partie en Ukraine et approvisionne notamment 65% des besoins d’Airbus.
D’autres matières premières vont venir à manquer à certains industriels. Le néon ukrainien dont dépendent les fabricants de puces déjà largement sous capacitaires, ou encore le lithium dont l’Ukraine est la plus importante réserve d’Europe.
Ces pénuries pourraient avoir un impact plus important sur certaines industries, comme l’automobile qui conduit actuellement un virage à marche forcée vers l’électrique et qui subit d’ores et déjà une pénurie majeure de semi-conducteurs. C’est d’ailleurs déjà le cas en Allemagne où deux usines Volkswagen vont devoir fermer à cause de l’arrêt de l’activité de certains de leurs fournisseurs en Ukraine.
Un autre point mis en exergue dans le baromètre de l’agence Kyu: la crise logistique actuelle qui pourrait se renforcer si le trafic ferroviaire entre la Chine et l’Europe venait à être stoppé. Celui-ci a considérablement crû depuis 2019 et représente pour de nombreuses entreprises aujourd’hui une voie alternative majeure.
Dans le nouveau contexte de guerre hybride, les supply chain du monde entier pourraient subir une attaque cyber de grande ampleur, similaire à Not Petya en 2017 qui était déjà d’origine Russe et visait à déstabiliser le gouvernement ukrainien. Cette attaque avait touché de très nombreuses entreprises comme Saint-Gobain, le laboratoire américain Merk ou encore le géant du transport Maersk pour un coût total avoisinant les huit milliards de dollars.
Lire aussi :
Risk management : « Le directeur des risques n’est pas là pour prendre les décisions à la place du directeur achats »
« Il faut se préparer à une normalisation du nombre de défaillances d’entreprise »
Supply chain décarbonée : un objectif atteignable par la mobilisation collective
Pub
Nous suivre
Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Abonnez-vous
Recevez le magazine directement chez vous,
et en version numérique
8.75 € / mois
Nos événements
Quels enjeux à l’heure du Cloud et du […]
Deux journées de conférences & networking
Le RDV network des décideurs achats revient !
Pub
NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande
Les jumeaux numériques remanient la supply chain
Le casse-tête des risques supply
Entrepôt connecté : la robotisation est sur les rails
Les entrepôts de Vente-unique se digitalisent
Carrefour muscle sa e-logistique en PACA
Supply chain : une année sous tension
En version papier
Recevez le magazine directement
chez vous

8.75 € / mois
En version numérique

Ne rien manquer de vos actualités préférées

Suivez-nous:
À propos
Decision-achats.fr et le magazine Décision Achats sont les médias leader en France de l’information B2B et de la communauté professionnelle des acheteurs. Deux outils indispensables pour les pros des achats pour les prestataires de la filière achat.
À propos
Sites du groupe
Services
Fils RSS
Contactez-nous
Abonnement

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire