Grève du 19 janvier : les perturbations se précisent ! Les dernières … – Linternaute.com

Grève du 19 janvier : les perturbations se précisent ! Les dernières infos A deux jours de la grève du 19 janvier 2023, les manifestations et surtout les perturbations prévues sur le trafic des transports, dans les écoles ou encore dans les raffineries doivent se préciser ce mardi. Les syndicats espèrent voir un million de personnes s’opposer à la réforme des retraites.
Ce mardi 17 janvier 2023, plusieurs syndicats doivent donner des précisions sur les formes et l'ampleur que prendront les grèves du jeudi 19 janvier dans leurs secteurs. Les prévisions concernant le trafic des transports RATP et SNCF, celles attendues dans les écoles mais aussi les actions des syndicats de l'énergie doivent être détaillées dans la journée. La CGT, la CFDT et les six autres organisations syndicales unies dans un front commun appelle à une mobilisation massive et rappelle que la grève du 19 janvier 2023 doit être le premier acte de la mobilisation contre la réforme des retraites. L'ensemble des syndicats sont d'ailleurs prêts à poursuivre la grève fin janvier et en février.
Il est encore difficile de savoir si ce mouvement sera très suivi et si les cortèges seront très fournis dans les principales villes du pays. Mais on sait déjà quels sont les secteurs concernés et les perturbations à prévoir. Cette grève du 19 janvier 2023 concerne :
Selon une note publiée par la DGAC (direction générale de l’aviation civile), la direction prévoit que "les compagnies aériennes doivent réduire de 20 % leur programme de vols initialement prévus à l’aéroport de Paris-Orly de 5 heures à 22h30 le 19 janvier". 
#Perturbations | Mouvement social national interprofessionnel du jeudi 19 janvier 2023 pic.twitter.com/bTI7cHLfLA
Dans une note du renseignement territorial dont le contenu a été partagé par Europe 1, parmi les 221 points de mobilisation en France le 19 janvier, il y aurait entre 550 000 et 750 000 personnes dans les cortèges. La plus forte mobilisation serait à Paris avec entre 50.000 à 80.000 manifestants mobilisés. 
Qui dit grève, dit manifestations. Jeudi 19 janvier, plusieurs manifestations sont prévues partout à France et organisées à l'initiative des syndicats mais aussi des groupes de militants. Retrouvez toutes les informations dans notre article dédié.
Si la grève de ce jeudi 19 janvier 2023 peut mettre une partie de l'activité économique du pays entre parenthèses, c'est bien l'ampleur des manifestations dans la rue qui formalisera la contestation contre la réforme des retraites.
GREVES 2023. Tous vent debout contre la réforme des retraites ! En janvier, les manifestations et grèves devraient se multiplier. Quels secteurs sont concernés ? À quelle date ?
Cette journée de grève et de manifestations du 19 janvier doit être "le départ d'une puissante mobilisation sur les retraites dans la durée", appelait dans son communiqué l'intersyndicale qui réunit huit organisations (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, Unsa, Solidaires, FSU) qui se sont accordées pour manifester conjointement. Plusieurs regroupements auront donc lieu dans toute la France : 
La municipalité de la commune de Lens dans le Pas-de-Calais s'est déclarée "solidaire" avec les grévistes du 19 janvier. Ainsi, le maire de Lens Sylvain Robert (PS) "a décidé de fermer au public l’ensemble des structures municipales" ; sont notamment comprises les structures de l'Hôtel de Ville, culturelles, sportives, crèches municipales, etc… Cette annonce vise à "démontrer l’importance du service public rendu aux administrés toute l’année" a précisé le site de la municipalité. 
Le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire a donné les premières estimations des professeurs du premier degré en grève ce 19 janvier, 70% seraient mobilisés selon le syndicat. Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU a expliqué à l'AFP que "ce chiffre de 70 % de grévistes n’est pas une surprise car on sent que la question de la retraite est une préoccupation majeure pour les enseignants". Plus difficile de chiffrer l'étendue de la grève dans les collèges et lycées car dans les établissements de second degré, les grévistes n'ont pas besoin de se déclarer au préalable contrairement au premier degré. 
Interrogé ce matin sur France Info, le président de la région des Hauts-de-France et ancien candidat à la présidentielle a vivement critiqué le projet de réforme des retraites : "Si vous avez eu 43 années de cotisations, vous devez partir à taux plein, peu importe l'âge", défend-il, considérant par ailleurs que les femmes devraient être favorisées dans une réforme plus juste : "Le femmes ont souvent des emplois de seconde ligne. […] Elles devraient partir plus tôt, à 65 ans, au-delà des critères de maternité, pour celles qui ont ces carrières fractionnées". Xavier Bertrand sait qu'il défend une ligne différente de celle de son parti sur cette réforme : Eric Ciotti, nouveau président de LR, a entamé des négociations sur le projet du gouvernement et a indiqué que les parlementaires LR voteraient ce texte qui contient une revalorisation des petites retraites. Et d'indiquer qu'il n'ira pas manifester dans la rue ce jeudi 19 janvier, considérant que le rôle d'un responsable politique était de "proposer" plutôt que de "manifester".
Il va sans dire que la réforme des retraites proposée par Emmanuel Macron n'est pas populaire auprès des syndicats mais elle ne l'est pas non plus auprès des Français à en croire un sondage OpinionWay réalisé pour Les Echos et publié ce mardi 17 janvier. Selon l'étude, ils seraient 68% à être contre le recul de l'âge de la retraite à 64 ans et 62% à s'opposer à l'allongement de la durer de cotisation. Pourtant l'espoir de réformer le régime des retraites n'est pas perdu car la même étude avance que 61% des Français jugent "nécessaire" de réformer les retraites. Mais l'exécutif semble loin d'une solution qui conviendrait à tous.
Alors que les syndicats appellent à la grève ce jeudi 19 janvier, les grévistes des raffineries se veulent rassurant. "Sur 24 heures, il n'y aura pas d'effet (de pénurie) immédiat. On sait qu'il faut plusieurs jours pour qu'il manque du carburant dans les stations-service, donc sur 24 heures, il n'y aura pas d'impact direct" a prévenu Clément Mortier délégué FO de la raffinerie TotalEnergies de Mardyck comme le rapporte Europe 1. Pourtant déjà 4% des stations sur le territoire national manquaient d'au moins un carburant, un chiffre pouvant grimper jusqu'à 20% dans les Yvelines.
La raison de ces pénuries prématurées ? De nombreux automobilistes font des pleins de prévention accentuant la pression sur les stations-service qui peuvent justement se retrouver en situation de tension.
C'est via Twitter que le syndicat enseignant SNUipp-FSU a prévenu la mobilisation enseignante serait élevée le 19 janvier. A Paris, "70 % des enseignant-es seront en grève, au moins un tiers des écoles seront complètement fermées".
A travers cette mobilisation, c'est bien la réforme des retraites qui est largement rejetée, mais il est clair que l'absence de revalorisation salariale et la dégradation continue des conditions de travail accentuent la colère de nos collègues !
La Fédération CGT des mines et de l'énergie (FNME-CGT) par le biais de son secrétaire général Sébastien Menesplier avait prévenu la presse de possibles coupures de courant visant les élus soutenant la réforme des retraites. "On va aller voir ceux qui veulent la soutiennent, ceux-là on va s'occuper d'eux" avait-il lancé ce 16 janvier selon l'AFP. Le secrétaire général de la FNME-CGT a ensuite précisé sur BFMTV que seules les permanences parlementaires seraient visées.
Aurore Bergé la représentante des députés de la majorité a dénoncé sur Franceinfo des "intimidations et menaces n'ont pas leur place en démocratie". Meme son de cloche pour les Républicains, nouvellement élu président du parti Éric Ciotti a ajouté au micro de BFMTV que "c'est le Parlement qui décide, c'est pas les blocages, c'est pas les prises en otage". De son coté Sandrine Rousseau, députée EELV, n'a pas fermement condamné ces menaces, invitée sur LCI, elle soulignait que c'était "une méthode qui vise à marquer les esprits". "En l'occurrence, je pense que la colère est en train de monter contre cette réforme des retraites qui est inutile, et ils utilisent toutes les mesures qui sont à leur portée" a nuancé l'écologiste. 
Interrogé ce matin, Fabien Roussel secrétaire national du PCF a assumé vouloir "bloquer" le pays pour lutter contre l'adoption de la réforme des retraites. Il a également lancé un cri de ralliement dans la matinale de Franceinter : "Mettons-nous tous ensemble, une bonne fois pour toute, que ce soit fort, rapide, qu'on dise 'on n'en veut pas' et qu'il remise sa réforme au placard" a-t-il scandé. Fabien Roussel a ensuite critiqué l'exécutif lançant que "si le gouvernement n'a que deux oreilles droites et qu'il n'entend pas, c'est lui le problème, ce n'est pas nous". 
Pour le député communiste Fabien Roussel, "la poignée de Français qui provoque et bloque le pays, c’est le gouvernement, dont une partie sont des millionnaires". L'élu s’oppose à la réforme des retraites et se dit prêt à "bloquer le pays". pic.twitter.com/4Sj96zYyrx
Le bloc syndical majoritaire de la police mené par Alliance-CFE-CGC et Unsa police ont annoncé que les syndicats de policiers manifesteront également contre le recul de l'âge légal de départ à la retraite soit un départ à 54 ans ou 59 ans selon certains critères, contre 52 et 57 ans actuellement. 
Pourtant, cette manifestation des policiers au coté des autres manifestants génère des inquiétudes selon une note du renseignement parisien ; dans cette dernière partagée par Europe 1 la préfecture de police craint que "les éléments les plus déterminés (notamment des gilets jaunes) pourraient chercher à s’en prendre à eux".
Selon une note du renseignement parisien partagée par Europe 1, il y aurait lors des manifestations du 19 janvier à minima entre 50 000 et 80 000 personnes à battre le pavé dans la capitale. Parmi les rangs seraient aussi présents entre 200 et 400 de manifestants radicaux qui laisse craindre à des débordements et également entre 400 et 600 gilets jaunes à Paris. 
Un important dispositif de sécurité sera donc mis en place avec 48 compagnies de CRS et escadrons de gendarmes, et les effectifs de police de voie publique précise le média. 
La CGT Pétrole a déposé plusieurs préavis de grève, d'intensité variable : 24 heures le 19 janvier, 48 heures le 26 janvier et 72 heures le 6 février. La FNIC-CGT, représentant donc les industries chimiques, a mis en garde contre la possible reconduction des grèves et "si nécessaire, l'arrêt des installations de raffinage". Anticipant une potentielle pénurie comme à l'automne dernier, nombreux automobilistes font des pleins préventifs accentuant la tension sur les stations services. 
Comme l'a rapporté France Bleu, ce lundi 16 janvier près de 4% manquaient d'essence ou de gazole. Un chiffre pour le moment peu élevé mais supérieur au taux ordinaire. Ainsi, Olivier Gantois a averti contre ces pleins de précaution. "Si vous allez tous faire le plein, on ne pourra pas suivre" a-t-il lancé sur Franceinfo
Le message des syndicats à l'attention de la gauche a bien été entendu et les politiques entendent s'y plier. Lundi soir, devant le siège de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a confirmé sa présence dans les cortèges de manifestants ce 19 janvier en assurant : "On se mettra là où ils nous laissent de la place". Lui aussi fermement opposé à la réforme des retraites et au recul de l'âge légal, a jugé "bien qu'on soit ensemble", syndicats et politiques. Et l'insoumis d'ajouter : "C'est un atout extraordinaire cette unité syndicale, donc il faut l'encourager de toutes les façons possibles"
La grève de ce jeudi 19 janvier devrait être très suivie dans les écoles, collèges et lycées. La FSU, première fédération syndicale enseignante, a lancé un appel à une mobilisation large : "Qualité du service public, salaires, retraites, il s'agit à chaque fois d'une question de répartition des richesses, le gouvernement ouvre plusieurs fronts, soyons présent-es sur tous !", écrit-elle dans un communiqué. L'appel de la FSU a été suivi par l'ensemble des autres syndicats de l'Education nationale.
A noter qu'un mouvement de grève, prévu de longue date, est organisé ce mardi 17 janvier, pour demander une hausse des salaires, et l'amélioration des conditions de travail des enseignants.
Tous les syndicats du groupe ferroviaire ont appelé à la grève. Les perturbations devraient être très importantes ce jeudi et les prévisions du trafic des trains devraient être connues ce mardi à partir de 17h ou mercredi.
GREVE SNCF. Les trains de la SNCF que sont les TGV, Intercités, TER ou RER vont-ils connaître de fortes perturbations ce jeudi 19 janvier 2023, en raison d'une mobilisation de la SNCF contre la réforme des retraites ? Les prévisions de trafic.
Les syndicats du groupe francilien sont aussi organisés pour que la grève du 19 janvier soit très suivie et ait un impact conséquent sur le fonctionnement du RER, des métros, des bus et des tramways. Les prévisions du trafic sont attendues en fin de journée, à partir de 17 heures ce mardi 17 janvier, ou dans la matinée du 18 janvier au plus tard.
GREVE RATP. Ce jeudi 19 janvier 2023, les syndicats de la RATP se préparent à une grève massive et durable, en colère contre la réforme des retraites. Métro, RER, bus et tramway risquent de fortes perturbations.
Dans ce secteur, la grève pourrait être moins importante, seul un syndicat minoritaire a déposé un préavis de grève. Pour l'heure, la direction générale de l'aviation civile (DGAC) n'a pas alerté sur le risque d'annulation de vols ce jeudi 19 janvier.
La branche Pétrole de la CGT a appelé à la grève ce jeudi 19 janvier, puis le 26 janvier et le 6 février. Il faut s'attendre à des "arrêts des expéditions" des convois de carburant en France, mais l'impact en pompes devrait être limité ce jeudi. Si la grève perdure ou si elle prend de l'ampleur, le risque de pénurie ou de pénurie partielle sera important pour le début du mois de février.
Les huit syndicats ont appelé tous les agents de la fonction publique à décrocher et à manifester contre la réforme des retraites. Là encore, compte tenu de la diversité des métiers et des secteurs d'activité du public, il faudra attendre la veille de la grève pour prendre la mesure des perturbations générées dans la fonction publique. A noter que le syndicat de la police Synergie-Officiers, a appelé à la grève ce 19 janvier ; à l'hôpital, la grève devrait générer des temps d'attente importants dans l'accueil des malades.
Le bloc syndical majoritaire de la police mené par Alliance-CFE-CGC et Unsa police ont annoncé que les syndicats de policiers manifesteront contre le recul de l'âge légal de départ à la retraite soit un départ à 54 ans ou 59 ans selon certains critères, contre 52 et 57 ans actuellement. Le phénomène est suffisamment important pour être souligné car d'ordinaire les membres des services actifs de la police non pas le droit de faire grève, de même que les militaires

Sommaire Grève du 19 janvier à l'école Grève du 19 janvier à la SNCF Grève du 19 janvier à la RATP Grève dans l'aviation Grève dans les raffineries Grève dans la fonction publique Grève de la police …
Je gère mes abonnements push
Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour vous assurer l’envoi de votre newsletter.
Elles seront également utilisées sous réserve des options souscrites, par CCM Benchmark Group à des fins de ciblage publicitaire et prospection commerciale au sein du Groupe Le Figaro, ainsi qu’avec nos partenaires commerciaux.
Le traitement de votre email à des fins de publicité et de contenus personnalisés est réalisé lors de votre inscription sur ce formulaire. Toutefois, vous pouvez vous y opposer à tout moment
Plus généralement, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.
Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de prospection commerciale et ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité ou notre politique Cookies.
Grève du 19 janvier : quelles perturbations jeudi ? – Voir les actualités

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE