Grève à la RATP vendredi : 8 lignes de métro fermées, trafic RER restreint… Tout savoir pour se déplacer – Le Parisien

Comme un air de décembre 2019. Le mouvement social à la RATP pour des hausses de salaire sera très suivi ce vendredi. Les nouvelles prévisions de trafic publiées ce jeudi font état de huit lignes de métro fermées (2, 3bis, 5, 7bis, 8, 10, 11 et 12). Six autres (3, 4, 6, 7, 9 et 13) ne fonctionneront qu’aux heures de pointe, a minima (entre 1 train sur 2 et 1 train sur 4) avec un grand nombre de stations fermées (lire la liste ci-dessous).
Côté RER, les lignes A et B ne rouleront que de 5h30 à 20h30. Il n’y aura qu’un train sur deux aux heures de pointe et un sur trois en heures creuses sur les RER A et B. Le site de la RATP détaille les perturbations sur le réseau de tramway et de bus ligne par ligne. Si le T8 fonctionnera normalement, les T2, T3a et T3b ne circuleront qu’une partie de la journée sur une partie de leur trajet. Seules les lignes automatiques 1 et 14 rouleront normalement. La RATP « présente ses excuses » et conseille aux voyageurs de différer leurs déplacements.
Ligne 1 : Reuilly-Diderot, Bastille, Hôtel de Ville et Concorde.
Ligne 3 : Villiers.
Ligne 4 : Marcadet-Poissonniers, Barbès – Rochechouart, Gare de l’Est, Strasbourg – Saint-Denis, Odéon, Saint-Placide, Raspail et Alésia.
Ligne 7 : Cadet, Stalingrad, Gare de l’Est, Opéra, Jussieu et Place d’Italie.
Ligne 9 : Exelmans, Jasmin, Alma – Marceau, Charonne, Maraîchers, République, Strasbourg – Saint-Denis, Grands Boulevards, Trocadéro, Michel-Ange – Molitor.
Ligne 13 : Pernety, Duroc, Varenne, Invalides, Liège, Place de Clichy, Brochant et Garibaldi.
Bien que le télétravail soit généralisé et que le vendredi soit traditionnellement un jour de faible affluence, le mouvement de grève coïncide avec une journée de chassé-croisé dans les gares et sur les routes d’Île-de-France (classé orange). Les élèves de la zone C (Paris, Créteil, Versailles, Montpellier et Toulouse) prennent leurs vacances, quand ceux de la zone B s’apprêtent à reprendre les cours lundi. Les voyageurs en transit, sans métro, ainsi que les Franciliens qui ne peuvent travailler qu’en « présentiel », vont sans doute connaître une journée de « galère ».
Voici notre petit guide pour essayer, malgré tout, de circuler ce vendredi dans le Grand Paris.
Les trains et RER de la SNCF. La grève ne concerne que la RATP, les lignes SNCF devraient donc circuler normalement. Certes, elles sont déjà chargées. Mais à défaut de mieux, elles peuvent permettre au moins de vous rapprocher un peu de votre point d’arrivée. Les trains Transilien, en premier lieu, desservent les grandes gares parisiennes : Montparnasse (Nat.), Gare du Nord (H, K), gare de l’Est (P), Saint-Lazare (L, J) ou Gare de Lyon (R). Un point d’entrée possible dans la capitale, qui permet ensuite de se rabattre sur un vélo, un scooter ou la marche.
De plus, les lignes de RER, exploitées par la SNCF, traversent Paris. Ainsi, le RER C dessert la rive gauche de la Bibliothèque-François-Mitterrand jusqu’au Pont-de-Garigliano, en passant par Saint-Michel, les Invalides ou Champs-de-Mars-Tour-Eiffel en direction ensuite de Versailles (Yvelines). Le RER D s’arrête à Gare-de-Lyon et poursuit en nord, vers Châtelet, Gare-du-Nord puis Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Pensez également au RER E pour le nord de Paris, de Saint-Lazare à Pantin (Seine-Saint-Denis), en passant par Gare-du-Nord ou le XIXe arrondissement.
Certains tramway ou bus seront aussi un peu moins touchés que les métros et peuvent également vous rapprocher un peu. Dans tous les cas, mieux vaut préparer son trajet et prévoir de partir très en avance. En principe, l’application « Bonjour RATP » intègre les perturbations et propose des parcours en fonction des modes de transport disponibles.
Taxis et VTC. Si vous êtes chargés, les taxis et VTC seront sans doute la solution la plus pratique. Attention toutefois aux tarifs : si les taxis ont des prix réglementés, les plates-formes de VTC peuvent faire flamber la facture en cas de forte demande. Dans tous les cas, il est prudent de réserver le plus tôt possible sa course.
RoissyBus et OrlyBus. Les deux lignes opérées par la RATP doivent desservir normalement les aéroports de Roissy – Charles de Gaulle et Orly. Compter sur un bus toutes les 25 ou 30 minutes. Pour le RoissyBus, le départ est à Opéra. Pour la direction Orly, le rendez-vous est à Denfert-Rochereau.
Le covoiturage. Île-de-France Mobilités annonce que le covoiturage est offert à tous les Franciliens pendant les jours de grève en partenariat avec trois plates-formes de covoiturage : Karos, Klaxit et Blablacar Daily. Il suffit de s’inscrire via l’appli IDF Mobilités ou le site.
Voitures en libre-service. Dans Paris et dans la banlieue sud-ouest de Paris, trois opérateurs de voitures électriques proposent environ 1 500 véhicules. Share Now, Zity et Free2Move louent des voitures de deux ou quatre places, que l’on peut garer gratuitement. Compter environ 5 euros pour un trajet de 30 minutes. Attention aux bouchons aux heures de pointe et au temps nécessaire pour trouver une place de stationnement. À savoir : pour s’inscrire, il faut scanner au préalable son permis de conduire et attendre la validation de son profil.
Scooters en libre-service. Vous êtes pressé et peu chargé ? Les scooters électriques sont un mode de déplacement utile dans ce cas de figure pour circuler dans Paris. Les milliers d’engins des opérateurs Cityscoot (présent aussi en petite couronne), Yego et Cooltra sont là pour ça. Ces scooters acceptent un passager à l’arrière, et fournissent les casques. À savoir : le port de gants (non fournis) est obligatoire.
Les vélos et trottinettes. Les Parisiens ont le choix : Lime, Dott et Tier opèrent 5 000 trottinettes électriques chacun. Lors de la grève de fin 2019, elles avaient rendu bien des services. Lime (5 000 vélos) et Dott (3 000 deux-roues), exploitent aussi des vélos à assistance électrique. Tarif : environ 25 centimes d’euros la minute, hors « forfaits ». Sans oublier Vélib’, dont les 19 000 vélos (dont un tiers électrique) dans le Grand Paris seront sans doute très sollicités.
La marche. Et si on y allait à pied ? Le temps est assez doux et la marche ne prend pas beaucoup plus de temps que d’attendre en vain un bus. Compter 30 minutes pour aller de Gare-du-Nord à Châtelet ou encore 35 minutes de Montparnasse à Châtelet. N’oubliez pas, toute de même de vous équiper de bonnes chaussures.
Mais au fait, pourquoi les agents RATP font grève ? Les syndicats, qui rappellent que l’entreprise a réalisé 200 millions de bénéfices l’an dernier, dénoncent la faiblesse de la « proposition d’augmentation salariale de 0,4 % » avancée pour 2022. « Des miettes ! » s’insurge l’intersyndicale, indirectement contredite par la direction de la RATP. Dans une note interne adressée aux agents, la RATP relativise ces affirmations syndicales. Selon elle, les 0,4 % évoqués ne concerneraient que les « mesures transverses ». Si on y ajoute les augmentations liées à l’avancement et à l’ancienneté ainsi que des augmentations dites « catégorielles », la hausse moyenne des salaires proposée pour 2022 grimpe à 2,7 %. La CGT, de son côté, réclame 3 % de revalorisation annuelle sur les trois prochaines années. Une nouvelle réunion de négociation est prévue ce vendredi matin.
Guide Shopping Le Parisien
Annonces légales
Codes promo
Annonces auto
Profitez des avantages de l’offre numérique
© Le Parisien

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire