Fiscalité automobile 2023 : un tour de vis supplémentaire pour les … – Decision-achats

Créer votre compte gratuitement et accéder à tous les contenus de Décision Achats !
En version numérique
Ne rien manquer de vos actualités préférées
En version numérique
Ne rien manquer de vos actualités préférées
En version numérique
Ne rien manquer de vos actualités préférées
En version numérique
Ne rien manquer de vos actualités préférées
En version numérique
Ne rien manquer de vos actualités préférées
Vous avez déjà un compte
Vous n’avez pas encore de compte
Prenez 1 minute pour vous inscrire et boostez votre activité en rejoignant la communauté Decision-achats.fr !
Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles
 
Partagez cet article par email
 
Votre message a bien été envoyé!
Pub
Familles d’achatsFleet management

Pour l’année 2023, les pouvoirs publics ont réorienté les incitations fiscales vers les ménages modestes. Les entreprises, elles, paieront un prix plus élevé pour réaliser la transition énergétique de leurs flottes que l’État leur impose.
Pas de grands changements fiscaux à l’horizon 2023 mais des marges qui se réduisent pour les entreprises. Ainsi, le bonus écologique est abaissé à 3 000 € à condition que le véhicule émette moins de 20 g de CO2. En pratique, seuls les modèles électriques ou à hydrogène peuvent y prétendre. En revanche, les hybrides rechargeables en sont désormais exclus, quelle que soit leur autonomie en mode tout électrique. Pas de quoi en détourner les entreprises estime pourtant Régis Masera, président de Arval Mobility Observatory (AMO) : « Les dommages devraient être limités car ces véhicules sont chers et leur fiscalité reste avantageuse. » Quant aux électriques, l’État abaisse de 60 000 € à 47 000 € le prix d’achat maximal ouvrant droit au bonus, ce qui en exclut les berlines et les SUV des segments supérieurs. Pour enfoncer le clou, un critère de poids apparaît : aucun bonus si le véhicule pèse plus de 2,4 tonnes en ordre de marche. « Cette mesure aura peu d’effet car les véhicules concernés sont déjà touchés par la limitation à 47 000 €. En revanche, il faudra faire attention aux petits vans », pointe Régis Masera.
Du côté des véhicules utilitaires légers (VUL), le bonus est également raboté à 4 000 €. Un choix peu compréhensible alors que les ventes des fourgons électriques ne décollent pas. « Les VUL sont les parents pauvres de l’électrification mais l’abaissement du bonus ne devrait pas changer l’ordre des choses », pronostique le président de AMO. Les 1 000 € de bonus en moins pèsent peu dans la décision des acheteurs au regard des autres avantages fiscaux qui subsistent (absence de TVS, d’avantage en nature et de plafonnement des amortissements déductibles). Quant aux entreprises qui achetaient déjà des VUL électriques, souvent par crainte de ne plus pouvoir accéder aux ZFE-m, les 1 000 € de bonus en moins ne devraient pas les faire revenir sur leur choix.
Comme chaque année, le barème du malus devient plus sévère. Désormais, il s’applique dès 123 g de CO2 (soit 5 g de moins qu’en 2022). Quant au seuil de 1 000 € de malus, il est atteint dès 146 g. « Ce barème alourdit le budget des entreprise sans changer l’ordre des choses », estime là encore Régis Masera. Mauvaise nouvelle également avec la disparition des primes Advenir finançant l’installation de bornes de recharges. Désormais, les entreprises ne bénéficient plus de cette aide pour implanter des bornes sur leur site ni même au domicile de leurs salariés.
Au chapitre des bonnes nouvelles, l’État cajole les conducteurs qui ont déjà choisi une voiture de fonction électrique. Ainsi, l’abattement de 50 % sur le calcul de leur avantage en nature (plafonné à 1 800 €) est confirmé jusqu’au 31/12/2024. « Une suppression de cette mesure aurait impacté les collaborateurs en cours de contrat », estime Régis Masera. Quant à l’électricité fournie par l’employeur pour recharger, elle reste exclue de la base de l’AEN.
Enfin, l’Urssaf introduit une nouveauté pour 2023*qui concerne la fiscalité des bornes installées au domicile des collaborateurs. Si la mise à disposition de la borne cesse à la fin du contrat de travail, son coût est exclu de l’assiette des cotisations et contributions sociales. En revanche, si le salarié conserve la borne après son départ, l’exonération ne sera plus total. Il devra s’acquitter d’un AEN calculé sur la base de 50 % du montant des dépenses correspondant à une telle installation (dans la limite de 1 000 €) voire de 75 % (dans la limite de 1 500 €) si la borne à son domicile a déjà plus de 5 ans.
* Arrêté du 26/12/2022.
Pub
Nous suivre
Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Abonnez-vous
Recevez le magazine directement chez vous,
et en version numérique
8.75 € / mois
Nos événements
Un dîner centré sur l’Xpérience autour […]
Achat Connect 2023 : LA journée dédiée […]
L’agenda des salons et événements […]
Pub
NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande
Véhicules de fonction : quels avantages pour le salarié et l'entreprise ?
Pari sur l'hydrogène et les véhicules lourds à Grenoble
Mondial de l'Auto 2022 : L'hallali du thermique ?
Les flottes, inéluctablement plus chères en 2023 ?
L'hydrogène nouveau challenger de l'électrique
Externaliser sa flotte auto : les clés de la réussite
En version papier
Recevez le magazine directement
chez vous

8.75 € / mois
En version numérique

Ne rien manquer de vos actualités préférées

Suivez-nous:
À propos
Decision-achats.fr et le magazine Décision Achats sont les médias leader en France de l’information B2B et de la communauté professionnelle des acheteurs. Deux outils indispensables pour les pros des achats pour les prestataires de la filière achat.
À propos
Sites du groupe
Services
Fils RSS
Partenaires
Contactez-nous
Abonnement

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire