FedEx investit 12 millions d'euros sur ses deux sites toulousains – La Tribune Occitanie Toulouse

Partager :
Bien que la consommation des ménages semble s’éroder en réponse à l’inflation, les acteurs de la logistique ne cessent d’investir dans leurs moyens industriels à Toulouse ces derniers temps. Entre soucis de rapidité, enjeux environnementaux et questions d’efficacité opérationnelle, les défis ne manquent pas pour cette filière.
Par exemple, le groupe La Poste a investi quelques millions d’euros sur son site de gestion des colis dans la zone de Fondeyre à Toulouse. Dans cette même zone, une immense base logistique accueille, en plus de La Poste, l’opérateur UPS qui y voit un moyen de développer une livraison décarbonée du dernier kilomètre. Par ailleurs, l’américain Amazon a ouvert une seconde agence de livraison, au nord de Toulouse, dans la zone Eurocentre.
Lire aussiLogistique et e-commerce : à la découverte du « carrousel » de Toulouse, qui traite 250 000 colis par jour. Reportage

Un autre Américain, FedEx, vient d’annoncer lui aussi des investissements dans la région toulousaine. La société vient d’injecter un total de 12 millions d’euros pour ses deux sites locaux.
FedEx
L’acteur américain de la logistique a fait construire un site sur Colomiers (Crédits : Rémi Benoit).
La majorité de cet investissement a été fléchée vers la construction du nouveau centre de tri de la société, à Colomiers, en périphérie toulousaine. « Nous avons notamment équipé ce nouveau bâtiment d’un système de tri et de gestion automatique des colis. Cette technologie scanne sur toutes ses faces le colis et permet de calculer son poids et volume, avant de le trier de manière automatique en fonction de sa destination« , explique Mathilde Goffard, la vice-présidente des opérations terrestres pour FedEx Express en France.
Lire aussiÀ Toulouse, le discours politique « anti-Amazon » n’a pas eu d’effet. Reportage
FedEx
L’entreprise s’est dotée de moyens techniques pour traiter de manière automatique le tri des colis au sein de sa nouvelle plateforme (Crédits : Rémi Benoit).
Ce nouvel équipement permet ainsi de traiter 5.500 colis par heure, de bon augure à l’aube de la période des fêtes de fin d’année qui fait toujours l’objet d’un surplus d’activité. Par ailleurs, cette plateforme régionale d’un peu plus de 9.000 m2, qui abrite 130 salariés, assure la connexion routière avec 40 stations et trois hubs routiers en France.
Cet investissement est aussi le fruit d’un certain historique de FedEx à Toulouse. En 2012, l’acteur américain de la logistique a racheté, en 2012, le Français Tatex, un homologue qui employait à l’époque 1.000 personnes et distribuait 19.000 colis par an. Il a aussi pris le contrôle du néerlandais TNT Express en 2016, toujours dans le souci de renforcer ses activités en Europe.
« À Toulouse, ces entités avaient chacune leur agence, mais elles étaient vieillissantes. Nous avons donc réuni toutes nos activités et nos collaborateurs dans un site unique et moderne, à Colomiers. C’est aussi pour nous une manière de nous une manière de nous préparer à notre croissance future. Il y a une montée en puissance de nos activités à Toulouse », poursuit la dirigeante.
L’autre site de FedEx à Toulouse se situe à proximité immédiate de l’aéroport Toulouse-Blagnac et s’étend sur près de 3.000 m2. Dit « gateway », il est consacré au traitement et au dédouanement des colis. Il sert de passerelle pour les expéditions depuis et à destination du hub européen de Paris-Charles de Gaulle et connecte 20 agences du Sud-Ouest. « Nous avons un vol tous les jours en direction de Paris-Charles de Gaulle, du lundi au vendredi« , précise Mathilde Goffard.
Au-delà de ses investissements sur ses sites, FedEx se positionne aussi comme un acteur économique du territoire, notamment à travers sa commande de 50 ATR 72-600, dont 20 en option. Le constructeur de ces avions régionaux, basé à Blagnac (Haute-Garonne), a livré le premier avion de cette commande (officialisée en 2017) en fin d’année 2020.
Lire aussiAviation régionale : le marché chinois s’ouvre enfin à ATR

Pour FedEx, qui emploie au total 300 personnes en Occitanie pour 3.600 clients professionnels sur cette région, l’achat d’avions moins énergivores et moins bruyants est une manière de se diriger vers son objectif de neutralité carbone pour 2040, par rapport à son empreinte carbone de 2005.
FedEx

Fret fluvial sur le Canal du Midi à Toulouse : la consultation allongée

Depuis plusieurs années, la Métropole de Toulouse et Voies Navigables de France (VNF) travaillent sur la relance du fret fluvial dans la Ville rose, et plus particulièrement sur le Canal du Midi. Le duo a ainsi effectué ces derniers mois une consultation et même un appel à projet auprès des acteurs économiques intéressés par cette éventualité pour s’assurer de l’intérêt du projet. « Cette consultation a reçu les intentions de 8 entreprises souhaitant déployer ce type d’activité localement (…) Les échanges menés entre Voies navigables de France et les entreprises ont cependant souligné la nécessité d’accorder un temps supplémentaire aux candidats pour développer de nouveaux partenariats économiques et ainsi assurer la pérennité de leurs projets« , annonce VNF, qui promet un nouvel à projets « courant 2023 « .

Fret fluvial sur le Canal du Midi à Toulouse : la consultation allongée
Depuis plusieurs années, la Métropole de Toulouse et Voies Navigables de France (VNF) travaillent sur la relance du fret fluvial dans la Ville rose, et plus particulièrement sur le Canal du Midi. Le duo a ainsi effectué ces derniers mois une consultation et même un appel à projet auprès des acteurs économiques intéressés par cette éventualité pour s’assurer de l’intérêt du projet. « Cette consultation a reçu les intentions de 8 entreprises souhaitant déployer ce type d’activité localement (…) Les échanges menés entre Voies navigables de France et les entreprises ont cependant souligné la nécessité d’accorder un temps supplémentaire aux candidats pour développer de nouveaux partenariats économiques et ainsi assurer la pérennité de leurs projets« , annonce VNF, qui promet un nouvel à projets « courant 2023 « .

Partager :
Du lundi au vendredi, à 19h, recevez l’essentiel de l’actualité de
Toulouse et sa région
Dernière étape : confirmez votre inscription dans l’email que vous venez de recevoir.
Pensez à vérifier vos courriers indésirables.
À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.
À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.
Découvrez l’ensemble des newsletters de La Tribune
La rédaction de La Tribune
Un e-mail contenant vos informations de connexion a été envoyé.
À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.
S’inscrire à la newsletter Occitanie – Toulouse
Sujets les + lus
|
Sujets les + commentés
1
revue T Pour Scopelec, Solutions 30 prépare une offre de reprise complète
2
revue T Toulouse au coeur de la bataille pour l'aviation à hydrogène
3
revue T Exotrail veut devenir un géant mondial de la logistique dans l'espace
4
revue T À l'usine Bosch de Rodez, la transition vers l'hydrogène est plus complexe que prévue
5
revue T Un nouveau lait toulousain bientôt dans les supermarchés
1
revue T Laguiole contre Thiers, une guerre à couteaux tirés. Reportage (5)
2
revue T H3 Dynamics fait voler son premier drone cargo à hydrogène (5)
3
revue T Le Sénat revoit à la hausse les taxes spéciales pour la LGV Toulouse-Bordeaux et d'autres lignes (4)
4
revue T Toulouse s'attaque aux « gros » loueurs sur Airbnb (2)
5
revue T Aéronautique : à Toulouse, la bataille des talents fait rage pour la remontée des cadences (2)
Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.
Il n’y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.
Startemploi

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire