Faisal ben Farhane appelle à rétablir la trêve au Yémen et à … – Arabnews fr

https://arab.news/6gz5b
DAVOS: Mercredi, le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a déclaré  lors du Forum économique mondial (FEM) que des progrès étaient réalisés au Yémen, mais qu’il restait beaucoup à faire.
Lors d’une table ronde intitulée «The Middle East: Meeting Point or Battleground?» («Le Moyen-Orient: point de rencontre ou champ de bataille?»), le prince Faisal a insisté sur la nécessité de rétablir la trêve instaurée l’année dernière au Yémen et d’œuvrer pour en faire un cessez-le-feu permanent, ajoutant que le conflit au Yémen ne prendra fin que «par un règlement politique» et des «solutions négociées».
L’envoyé de l’ONU pour le Yémen, Hans Grundberg, s’exprimant lors de la même table ronde, a affirmé que la fin de la guerre ne serait «pas facile» et que la méfiance demeure, mais que des mesures sérieuses avaient été prises récemment. Il a par ailleurs remercié l’Arabie saoudite et d’autres pays de la région pour leur rôle dans la négociation de la trêve de l’année dernière.
Lors de la table ronde, le ministre des Affaires étrangères a souligné que la Vision 2030 du Royaume permettait la construction et la croissance des économies de la région dans son ensemble.
Le prince Faisal (à droite) aux côtés de Fouad Hussein (à gauche), vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères d’Irak. (Capture d’écran/FEM)
Selon le prince Faisal, l’économie du Royaume sera celle qui connaîtra la croissance la plus rapide cette année, et le pays souhaite se concentrer sur le dialogue et les investissements pour stimuler les économies régionales voisines. «Nous recherchons des économies solides et fortes dans la région, et nous coopérons avec tous les pays voisins», a-t-il indiqué.
Le Royaume est enthousiaste à l’idée de renforcer la croissance économique de manière durable, non seulement pour lui-même mais aussi pour l’ensemble de la région, en ayant «moins de slogans et plus de projets», a déclaré le ministre.
Le prince Faisal s’est dit optimiste quant à la situation dans la région, ajoutant : «Le Moyen-Orient s’est avéré être l’espace de rencontre du monde par excellence, à l’intersection entre l’Orient et l’Occident.»
«Il y a un véritable esprit de coopération qui se développe dans la région. Il peut être contagieux et il peut aussi aider à résoudre les conflits encore existants dans la région et ailleurs», a-t-il poursuivi.
Évoquant la crise palestinienne, qu’il a qualifiée de «plus grand fardeau» pour la région, le prince Faisal a déclaré qu’il espérait que le nouveau gouvernement israélien comprenne qu’il était dans son intérêt de dialoguer sérieusement avec les Palestiniens pour résoudre le conflit.
Il a ajouté que le gouvernement israélien envoyait «certains signaux qui ne sont peut-être pas propices à cela», mais a dit espérer qu’il travaillera à la résolution du conflit dans l’intérêt du peuple palestinien et de la région dans son ensemble.
Alors qu’Israël a normalisé ses relations avec les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Maroc en 2020, le prince Faisal a réaffirmé que l’Arabie saoudite s’opposait à ce qu’une telle démarche du Royaume soit liée à une solution et aux objectifs de création d’un État palestinien.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
https://arab.news/vtvdf
BEYROUTH: Des manifestants libanais ont bloqué des routes et brûlé des pneus mercredi près de la banque centrale à Beyrouth, alors que la devise locale, affaiblie, s’est effondrée pour atteindre son plus bas niveau face au dollar.
La livre libanaise, qui avait déjà perdu plus de 95% de sa valeur depuis 2019, est tombée à près de 56 000 pour un dollar américain (1 dollar = 0,92 euro) sur le marché parallèle. En conséquence, les marchés financiers et commerciaux ont connu des perturbations.
L’effondrement de la valeur de la devise nationale a poussé des militants en colère à descendre dans la rue dans des régions de Beyrouth, du sud du Liban, de Baalbek, du Akkar, et à proximité des camps de réfugiés palestiniens.
Avec la chute de la devise locale, les prix des carburants ont grimpé en flèche, atteignant environ 18 dollars pour 20 litres d’essence.
Les perturbations sur le marché parallèle ont incité plusieurs secteurs, dont les stations-service, à fermer leurs portes en raison de leur incapacité à suivre le changement des taux.
Mercredi, les stations-service ont fermé leurs portes et le secteur a demandé au ministère de l’Énergie de publier une liste des prix des carburants en dollars et de donner aux citoyens la possibilité de payer en livres libanaises ou en dollars, selon le prix actuel du marché.
«La fluctuation du taux de change du dollar a créé des différences dans la tarification du carburant, ce qui nous a incités à fermer nos stations, mais il s’agit d’une fermeture temporaire en attendant la tarification en dollars», a assuré Georges Brax, membre du syndicat des propriétaires de stations-service.
«Nous achetons le carburant en dollars et le vendons en livres libanaises, et la valeur des réserves des stations est libellée en dollars.»
Depuis l’effondrement économique du pays il y a trois ans, les banques libanaises imposent des restrictions draconiennes sur les retraits, privant ainsi les gens de leurs économies et suscitant la colère des citoyens.
Les manifestants près du siège de la banque centrale ont accusé les banques de vol, brandissant des banderoles appelant à la «justice pour les déposants» et dénonçant «la politique du gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, et des banques».
M. Salamé fait actuellement l’objet d’une enquête. Il est soupçonné d’inconduite financière, notamment de blanchiment d’argent et de détournement de fonds.
Les manifestants ont exigé de «récupérer l’intégralité des dépôts», rejetant les dispositions qui les autorisent à retirer uniquement 800 dollars de leur argent gelé, la moitié en dollars et l’autre en livres libanaises.
Un manifestant a accusé l’État «de participer à l’ignorance de l’épuisement des personnes qui meurent aux portes des hôpitaux parce qu’elles ne sont pas en mesure de payer le coût de leur hospitalisation et d’acheter des médicaments».
Mardi, de nouvelles sanctions américaines ont été imposées au changeur libanais Hassan Moukalled et à ses deux fils pour leurs liens avec le Hezbollah.
Par ailleurs, les États-Unis ont annoncé une aide de 72 millions de dollars au Liban pour couvrir les salaires du personnel de sécurité pendant six mois, dans le cadre d’un programme conjoint avec l’ONU.
«La volonté de la communauté internationale de préserver les institutions militaires prouve qu’elle ne permettra pas au Liban de s’effondrer sur le plan sécuritaire», a déclaré le général Joseph Aoun, chef de l’armée libanaise.
«L’impact et les conséquences de l’effondrement du Liban ne se limitent pas à ce pays, mais auront un impact indirect sur l’environnement sécuritaire régional.»
«Ce soutien temporaire vise à aider les soldats et les membres des services militaires héroïques, pendant que nous exerçons une pression sur les dirigeants politiques pour qu’ils élisent un président de la République, forment un gouvernement et mettent en œuvre des réformes économiques immédiates», a indiqué l’ambassadrice américaine au Liban, Dorothy Shea.
Melanie Hoenstein, représentante résidente du Programme des Nations unies pour le développement au Liban (PNUD), a souligné que «la sécurité, la stabilité et la mise en œuvre rapide des réformes sont les conditions de base du développement au Liban. La transparence et la responsabilité sont également essentielles pour un projet de cette ampleur et de cette importance.»
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
https://arab.news/c56dq
PARIS: Une délégation du Centre de santé publique d’Abu Dhabi (ADPHC), dirigée par le directeur général Matar Saeed al-Nuaimi et accompagnée d’experts du secteur de la santé, a effectué une visite scientifique à l’Institut Pasteur à Paris. Les deux institutions médicales ont signé le 18 janvier un accord prévoyant de développer des formations et des enseignements pour les étudiants et chercheurs d’Abu Dhabi. 
L’objectif de la délégation était également de discuter des stratégies internationales pour l’éducation, l’innovation et la santé publique et de mieux comprendre le système de recherche de l’Institut Pasteur et de ses affiliés au Réseau Pasteur.
Le directeur général de l’ADPHC a souligné l’importance de la coopération entre les EAU et la France dans le domaine de la santé, notamment grâce à la coopération étroite avec l’Institut Pasteur, une structure de renommée mondiale dans le domaine des maladies infectieuses. 
Il a également annoncé la mise en place de cours et de formations bilatérales entre Paris et Abu Dhabi pour élargir la coopération sanitaire entre les deux pays et développer des programmes de santé publique au niveau local, régional et mondial.
De son côté, le professeur Stewart Cole, président de l’Institut Pasteur, a salué cette coopération et a affirmé qu’elle «vise à accroître l’expertise des spécialistes et des chercheurs d’Abu Dhabi qui travaillent sur les sciences du vivant, la santé publique et l’épidémiologie». Il a également assuré qu’elle s’inscrivait «pleinement dans la mission fondatrice de l’Institut Pasteur de diffuser les connaissances scientifiques au bénéfice de la santé humaine dans le monde entier».  
Cole a rappelé les accords de coopération majeurs conclus entre la France et Abu Dhabi dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la culture, comme le partenariat entre l’ADPHC et le groupe hospitalier public AP-HP sur la prévention des maladies cardiovasculaires, le projet du Louvre à Abu Dhabi et celui de la Sorbonne à Abu Dhabi.
La rencontre s’est tenue en présence de l’ambassadrice des EAU en France, Hend al-Otaiba,  qui a rappelé l’importance de la coopération scientifique entre son pays et la France dans la lutte contre les épidémies et le développement de traitements innovants. 
Elle a mis en avant les avancées réalisées grâce au Dialogue stratégique franco-émirien. «Notamment grâce notre coopération avec la France, les Émirats œuvrent à travailler en bonne intelligence avec tous leurs partenaires afin de créer des systèmes de santé plus efficients et durables dans le Golfe et partout dans le monde», a-t-elle déclaré, exprimant son enthousiasme à poursuivre cette collaboration avec l’Institut Pasteur, «une institution de classe mondiale, véritable référence du progrès médical».
https://arab.news/ctk9r
RABAT: Le jeune Français Sébastien Raoult, accusé de cybercriminalité par les autorités américaines, a été extradé mercredi après-midi du Maroc vers les Etats-Unis, où il risque jusqu’à 116 ans de prison, selon son avocat.
“L’extradition a eu lieu ce mercredi à l’aéroport de Casablanca à bord d’un vol vers New York. L’opération a été menée par des agents du FBI”, a précisé à l’AFP une source policière qui a requis l’anonymat.
L’avion a décollé vers 15H50 (14H50 GMT) de l’aéroport international de Casablanca à destination de l’aéroport de JFK à New York, a précisé le site d’information local Hespress. Il devrait atterrir vers 23H00 GMT.
Sébastien Raoult est accusé par la justice américaine de “complot en vue de commettre fraude et abus électronique”, “vol d’identité grave”, et d’être un membre des “ShinyHUnters”, groupe de “cybercriminels” soupçonnés par la justice américaine d’être derrière des cyberattaques d’entreprises.
Parmi les victimes figurerait Github, propriété du géant américain de l’informatique Microsoft, selon des experts interrogés par l’AFP.
Cet ancien étudiant en informatique, âgé de 21 ans, originaire d’Epinal (est de la France), avait été arrêté le 31 mai 2022 à l’aéroport de Rabat-Salé sur la base d’une notice rouge émise par Interpol à la demande de la justice américaine.
Domicilié chez ses parents à Epinal, le jeune homme était en deuxième année d’études d’informatique quand il a arrêté sa formation en décembre 2021, selon sa famille.
Il était détenu depuis le 2 juin à la prison de Tiflet 2, près de Rabat.
Son avocat, Me Philippe Ohayon, avait saisi fin décembre le Comité contre la torture de l’ONU, redoutant sa prochaine extradition vers les Etats-Unis, mais cette instance a refusé d’enregistrer sa demande.
Il a saisi depuis le Comité des droits de l’homme de l’ONU.
Extradition précipitée
“Alors que le Comité des droits de l’homme est saisi, il semble que l’extradition ait été précipitée. Ce genre de manœuvre entre les États-Unis et la France ne doit plus jamais se reproduire”, a déploré l’avocat.
“Ici, les Français et Américains se sont entendus pour provoquer l’extradition d’un Français pour des faits commis en France dans le cadre d’une enquête menée par un juge d’instruction français. C’est du jamais vu dans l’histoire judiciaire””, a accusé Me Ohayon.
Aux Etats-Unis, l’ex-étudiant risque jusqu’à 116 ans de prison s’il est reconnu coupable, selon l’avocat.
Interrogée mercredi par l’AFP, la porte-parole du Quai d’Orsay, Anne-Claire Legendre, a affirmé que “le calendrier de l’extradition de M. Sébastien Raoult relève des relations souveraines entre le Maroc et les Etats-Unis”.
Le 20 juillet, la Cour de Cassation marocaine, statuant en premier et dernier ressort, avait émis un avis favorable à la demande américaine d’extradition de Sébastien Raoult.
Le décret d’extradition a été signé fin décembre par le Premier ministre marocain Aziz Akkhanouch, selon la procédure d’usage. Dès réception du décret, les États-Unis avaient 30 jours pour se voir remettre le prévenu.
Cette extradition survient dans un contexte de crise diplomatique persistante entre le Maroc et la France, accusée ces derniers jours d’avoir “orchestré” une campagne anti-marocaine à Bruxelles.
Parlementaires et médias marocains ont dénoncé le vote récemment d’une résolution du Parlement européen qui s’est inquiété de la détérioration de la liberté de la presse au Maroc et d’allégations de corruption pesant sur ce pays.

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE