Eutelsat : Credit Suisse plus pessimiste sur la valorisation – Boursorama

Erreur d'authentification
Votre compte a été clôturé.
Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l’adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n’avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.
8 caractères minimum
1 majuscule
1 minuscule
1 chiffre
1 caractère spécial
Différent de votre pseudo
Les deux mots de passe sont identiques
Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre
Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

(AOF) – Credit Suisse a confirmé son opinion Neutre et réduit son objectif de cours de 10,70 euros à 9,70 euros sur Eutelsat après la présentation des revenus du troisième trimestre. Son nouvel objectif prend en compte l’évolution de l’environnement macroéconomique. Il précise que sa valorisation prend en compte l’activité d’Eutelsat et pas son rapprochement avec OneWeb.
L’analyste estime toujours que l’opération sera dilutive pour les actionnaires d’Eutelsat, car son modèle de fusion implique une valorisation post transaction de 8,4 euros par action, soit environ 15% en dessous de sa valorisation sans opération.
AOF – EN SAVOIR PLUS
Points clés
– Deuxième opérateur mondial de satellites de télécoms créé en 1977, avec une part de marché de 16 % ;
– Chiffre d’affaires de 1,51 Md€ généré par 36 satellites en opération, réparti entre la video pour 61 %, les data et video professionnelles pour 14 %, les services aux gouvernements pour 12 %, la connectivité mobile pour 7 % et le Haut débit fixe pour 6 % ;
– Diversité internationale entre l’Europe (26 %), l’Afrique du nord-Proche-Orient (22 %), les Amérique (10%), l’Afrique sub-saharienne (10 %), l’Europe centrale (9 %) ;
– Modèle d’affaires fondé sur la génération d’autofinancement libre via des contrats de 10 à 15 ans -durée de vie d’un satellite- et sle retour à la croissance via la video et à la connectivité ;
– Capital détenu à 19,8 % par BPIFrance, 7,5 % par le Fonds stratégique d’investissement et 6,7 % par China Investment Capital, Dominique d’Hinnin présidant le conseil d’administration de 11 membres et Eva Berneke nouvelle directrice générale;
– Situation financière maîtrisée avec une dette nette de 2,8 Mds€ (levier de la dette de 3,27) avec 1,9 Md€ de liquidités.
Enjeux
– Stratégie d’ici 2025 : accélération de la croissance dans la vidéo (montée en puissance du Haut débit avec ViaSat, et de la Haute définition) et dans la connectivité : lancement de la solution de services managés Eutelsat Advance / projet Comète de retour à la croissance / entrée en service de capacités substantielles à partir de l’exercice 2023-24 avec d’importants engagements fermes sécurisés ;
– Stratégie d’innovation intégrée au modèle d’affaires ;
– Stratégie environnementale structurée entre la gestion de la flotte spatiale dans le cadre de l’initiative Net Zero Space-éviter la congestion, gérer les débris spaciaux et diminuer l’impact de fin de vie des satellites- et l’optimisation de l’impact des opérations terrestres ;
– Libération, au profit de la FCC américaine, du spectre en bande C d’ici début 2022, pour un montant global de 507 MS ;
– Exécution de la stratégie IoT avec ELO et IoT First, service clé en main opérant sur la flotte géostationnaire ;
– Visibilité de l’activité avec un carnet de commandes de 4 Mds€ : 4 entrées en service de satellites en 2023 (Eutelsat 10B, Eutelsat Hotbird 13G et 13F, Konnect VHTS) et 1 en 2024 (Eutelsat 36 D).
Défis
– Exposition aux projets TV connectée de Google/Qualcomm et concurrence de Tesla, SES… ;
– Impact du conflit russo-ukrainien (6,3 % des revenus du fait de clients russes, location de la capacité de 4 satellites du russe RSCC, pour une valeur nette de 322 M€) : 6 lancements prévus pour Oneweb à partir de Baïkonour répartis chez SpaceX et New Space India et suspension de diffusions ;
– Vers une fusion par échange d’actions avec le britannique OneWeb, déjà détenu à 22,9 % et valorisé 3,4 Mds : paiement par émission de 50 % de nouvelles actions Eutelsat, au prix unitaire de 12 € / complémentarité des offres (satellites géostationnaires ou en orbite basse) dans la connectivité / potentiel de création de valeur estimé à 1,5 Md€ / anticipations 2022-2023 : 1,2 Md€ de revenus et bénéfice d’exploitation de 700 M€ ;
– Objectifs 2022-2023 (hors prise en compte de OneWeb), d’un chiffre d’affaires de 1,15 à 1,18 Md€, d’un autofinancement libre de 420 M€ et d’économies de coûts de 20 à 25 M€, le retour à la croissance des revenus étant reitéré pour 2023-24, avec les entrées en service de Konnect VHTS et Eutelsat 10B, avec maintien des investissements à 400 M€ jusqu’en 2024.
Les acteurs français bien positionnés dans la production audiovisuelle
Parmi les acteurs indépendants, le Français Banijay est le leader mondial avec un chiffre d’affaires attendu de 3 milliards d’euros en 2022 sur un marché qui représente 100 milliards de revenus. Mediawan (soutenu par le fonds KKR), dont le chiffre d’affaires s’élève à 1 milliard d’euros, est l’autre principal intervenant français du secteur. Le marché est encore très fragmenté car selon l’Observatoire européen de l’audiovisuel, les vingt premiers groupes de production étaient à l’origine de seulement 38% des titres créés en 2020. Toutefois les experts estiment que le secteur est entré dans une phase de consolidation. Ainsi la cotation en bourse de Banijay vise à lui permettre de mieux participer à ce mouvement.
Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 13/10/2022 à 11:33:00.
Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.
BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).
Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.
Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.
Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.
Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement
Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

source

A propos de l'auteur

Backlink pro

Ajouter un commentaire